Les citations de Napoléon Bonaparte

Vous voulez apprendre et retenir les citations de Napoléon Bonaparte, ses phrases les plus célèbres ?

Pour illustrer vos propos, que ce soit pour vos études ou briller en société, lisez cet article d’ Apprendre 5 minutes pour choisir, apprendre et mémoriser les citations de Napoléon Bonaparte, grand personnage de l’histoire de France, né le 15 août 1769, devenu Napoléon Ier, empereur des français le 02 décembre 1804 et décédé le 05 mai 1821.

Nous avons sélectionné 150 citations parmi les grandes phrases de Napoléon, que ce soit dans les domaines de la guerre, de la politique, de l’histoire, des relations humaines ou du savoir.

Les citations de Napoléon.

Napoléon Bonaparte, grand soldat et observateur des hommes et des femmes de son temps, a été prolixe en bons mots et phrases célèbres.

En voici une liste que ne se veut pas exhaustive mais représentative de ce personnage célèbre et de son caractère.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Les citations de Napoléon Bonaparte
Les citations de Napoléon Bonaparte à connaître.
« Il n’y a que deux puissances dans le monde, le sabre et l’esprit. J’entends par l’esprit, les institutions civiles et religieuses. À la longue, le sabre est toujours battu par l’esprit. »
« Une belle femme plaît aux yeux, une bonne femme plaît au cœur ; l’une est un bijou, l’autre un trésor. »

« On tient fort à ce que les jeunes gens étudient la guerre dans les livres, c’est un bon moyen pour avoir de mauvais généraux. »

« Le bon sens fait les hommes capables. »

« L’art de gouverner consiste à ne pas laisser vieillir les hommes dans leur poste. »

« La morale publique est le complément naturel de toutes les lois; elle est à elle seule tout un code. »

« Dans les révolutions, il y a deux sortes de gens : ceux qui les font et ceux qui en profitent. »

« On ne conduit le peuple qu’en lui montrant un avenir : un chef est un marchand d’espérance. »

« On ne peut gouverner l’homme que par l’imagination ; sans l’imagination, c’est une brute ! Ce n’est pas pour cinq sous par jour ou pour une chétive distinction que l’on se fait tuer ; c’est en parlant à l’âme que l’on électrise l’homme. »

« Le bonheur tient aux événements, la félicité tient aux affections. »

« Les actes valent mieux que les mots. »

« La vraie sagesse des nations est l’expérience. »

« L’ambition est à l’homme ce que l’air est à la nature : ôtez l’un au moral et l’autre au physique, il n’y a plus de mouvement. »

« Les pressentiments sont les yeux de l’âme. »

« Il faut être lent dans la délibération et vif dans l’exécution. »

« L’art d’être tantôt très audacieux et tantôt très prudent est l’art de réussir. »

« Le hasard est le seul roi légitime dans l’univers. »

« L’imagination gouverne le monde. »

« Dix personnes qui parlent font plus de bruit que dix mille qui se taisent. »

« Il faut être plus grand, malgré nous. »

« Ce que je cherche avant tout, c’est la grandeur : ce qui est grand est toujours beau. »

« L’homme n’a pas d’amis, c’est son bonheur qui en a. »

« Si vous n’aimez pas les chiens, vous n’aimez pas la fidélité; vous n’aimez pas qu’on vous soit fidèle, donc vous n’êtes pas fidèles. »

« Le temps est le grand art de l’homme. »

« La bravoure est une monnaie de convention : tel va chercher hardiment la mort dans les rangs ennemis, qui tremble devant le fer du bourreau. Il y a de faux braves comme il y a de faux jetons. A dire vrai, la bravoure est une qualité innée ; on ne se la donne pas. »

« La bravoure procède du sang, le courage vient de la pensée. »

« La mort n’est rien, mais vivre vaincu et sans gloire, c’est mourir tous les jours. »

« Le vrai courage, c’est celui de trois heures du matin. »

« Avec de l’audace, on peut tout entreprendre, on ne peut pas tout faire. »

« Le juste est l’image de Dieu sur la terre. »

« Ceux qui cherchent le bonheur dans le faste et la dissipation ressemblent à ces gens qui préfèrent l’éclat des bougies à la lumière du soleil. »

« Qui ne pratique la vertu que dans l’espérance de la renommée est près du vice. »

« J’ai créé mon siècle pour moi comme je l’avais été pour lui. »

« Le moyen d’être cru est de rendre la vérité incroyable. »

« Le meilleur moyen de tenir sa parole est de ne jamais la donner. »

« La plupart de nos académiciens sont des auteurs qu’on admire en bâillant. »

« Les hommes de génie sont des météores destinés à brûler pour éclairer leur siècle. »

« L’intelligence ne se mesure pas des pieds à la tête mais de la tête au ciel. »

« On peut bien avec des rubans parer les courtisans, mais on ne fait pas des hommes. »

« Le bon sens fait les hommes capables ; l’amour-propre est le vent qui enfle les voiles et conduit leur vaisseau dans le port. »

« Le mot de « vertu politique » est un non-sens. »

« En politique, une absurdité n’est pas un obstacle. »

« La vie est un songe léger qui se dissipe. »

« Le vrai caractère perce presque toujours dans les grandes circonstances. »

« La foule qui me contemple avec admiration, me ferrait de la même manière monter à l’échafaud. »

« Lorsque les peuples cessent de se plaindre, ils cessent de penser. »

« La France, c’est le français quand il est bien écrit. »

« Ce n’est pas possible, m’écrivez-vous ; cela n’est pas français.« 

« Quand la Chine s’éveillera, le monde tremblera. »

« La plus insupportable tyrannie est la tyrannie des subalternes. »

« Le vulgaire imagine Dieu comme un roi qui tient son conseil dans sa cour. »

« Le sot a un grand avantage sur l’homme d’esprit : il est toujours content de lui-même. »

« Il y a des gens qui ne sont vertueux que parce que les occasions du vice leur manquent. »

« Un trône n’est qu’une planche garnie de velours. »

« La force, quand on ne peut faire autrement, mais quand on est maître, justice vaut mieux. »

« Sachez écouter et soyez sûr que le silence produit souvent le même effet que la science. »

« Tous les événement ne tiennent qu’à un cheveu. »

« La populace incorrigible montre en tous lieux le même esprit de démence. »

« Rien n’augmente les bataillons comme les succès. »

« Une tête sans mémoire est une place sans garnison. »

« Dans tout ce qu’on entreprend, il faut donner les deux tiers à la raison et l’autre tiers au hasard. Augmentez la première fraction et vous serez pusillanime. Augmentez la seconde, vous serez téméraires. »

« Je sais quand il faut, quitter la peau du lion pour prendre celle du renard. »

« L’indécision est au gouvernement ce que la paralysie est au mouvement des membres. »

« N’interrompez jamais un ennemi qui est en train de faire une erreur. »

« Pour être heureux, le mariage exige un continuel échange de transpirations. »

« L’amour est une sottise faite à deux. »

« En amour, la seule victoire c’est la fuite. »

« L’avenir d’un enfant est l’œuvre de sa mère. »

« Les oligarchies ne changent jamais d’opinions, leurs intérêts sont toujours les mêmes ! »

« L’Église doit être dans l’État, et non l’État dans l’Église. »

« Une société sans religion est comme un vaisseau sans boussole. »

« La supériorité de Mahomet est d’avoir fondé une religion en se passant de l’enfer. »

« Ce qui caractérise la démence, c’est la disproportion entre les vues et les moyens. »

« Il faut s’accoutumer à voir sans étonnement et sans envie ce qui est au-dessus de nous, et sans mépris ce qui est au-dessous. »

« On se dé popularise pour une peccadille comme pour un coup d’état : quand on cannait l’art de régner, on ne joue son crédit qu’à bonnes enseignes. »

« On gouverne mieux les hommes par leurs vices que par leurs vertus. »

« Les courtisans consommés méprisent l’idole qu’ils semblent adorer, et sont toujours prêts à la briser. »

« On ne va pas chercher une épaulette sur le champ de bataille quand on peut l’avoir dans une antichambre. »

« Les hommes sont comme les chiffres, ils n’acquièrent de la valeur que par leur position. »

« Il y a tant de lois qu’il n’y a personne exempt d’être pendu. »

« La perversité est toujours individuelle, presque jamais collective. »

« On ne doit plus contraindre les travers quand ils ne sont pas nuisibles. »

« On réussit quelquefois mieux par la porte du valet de chambre qu’autrement. »

« On ne fait pas des républiques avec de vieilles monarchies. »

« Si l’obéissance est le résultat de l’instinct des masses, la révolte est celui de leur réflexion. »

« La police n’est que la diplomatie en haillons. »

« Le succès suit le grand homme. »

« Je n’ai pas succédé à Louis XVI mais à Charlemagne. »

« Le doute est l’ennemi des grandes entreprises. »

« Un trône et ses poisons, à peine y est-on assis que l’on en sent la contagion ! »

« Une révolution est l’un des plus grands maux dont le ciel puisse affliger la terre. »

« La friponnerie a des bornes, la bêtise n’en a point. »

« On est toujours forcé de donner quelque chose au hasard. »

« Il est plus facile de faire des lois que de les exécuter. »

« Le véritable héroïsme consiste à être supérieur aux maux de la vie. »

« Il faut vouloir vivre et savoir mourir. »

« Quand on veut on peut, quand on peut on doit. »

« L’important de la politique est d’arriver à son but, les moyens ne font rien à l’affaire. »

« On n’est jamais mieux servi que par soi-même. »

« La richesse ne consiste pas dans la possession de trésors, mais dans l’usage qu’on en sait faire. »

« L’homme supérieur est impassible : qu’on le loue ou le blâme, il écoute sa conscience. »

« Il faut toujours se réserve le droit de rire le lendemain de ses idées de la veille. »

« Il y a des gens qui se croient le talent de gouverner par la seul raison qu’ils gouvernent. »

« L’intérêt est un langage que les hommes apprennent sans grammaire. »

« S’il faut être d’un parti, autant être de celui qui triomphe, mieux vaut être mangeur que mangé. »

« Il faut récompenser avec faste celui qui excelle dans un art quelconque. »

« On appelle cela des hochets. Eh bien, c’est avec des hochets qu’on mène les hommes ! »

« Ne t’embarrasse point des roquets qui aboient sur ton chemin. »

« Quand on jette les honneurs à pleines mains, beaucoup d’indignes en ramassent. »

« C’est l’unanimité des intérêts qui constitue la force légitime d’un gouvernement ; il ne peut se mettre en guerre avec eux sans se frapper de mort. »

« Les princes vulgaires ne sont jamais impunément despotes ni populaires. »

« On n’est vraiment secondé par ses inférieurs que quand ils savent que vous êtes inflexible. »

« Ceux qui cherchent le bonheur dans le faste et la dissipation ressemblent à ces gens qui préfèrent l’éclat des bougies à la lumière du soleil. »

« Il faut convenir que la fortune, qui se joue des hommes, arrange plaisamment les évènements de ce monde. »

« Des soldats braves, mais sans expérience, sont dans la meilleure disposition pour battre l’ennemi. Ajoutez-y une ration d’eau-de-vie avant de les mener au feu, vous êtes sûr de votre fait. »

« La pauvreté, les privations et la misère sont l’école du bon soldat. »

« L’absence guérit les petites passions et accroît les grandes. »

« Un roi doit se défendre et mourir dans ses États ; un roi émigré et vagabond est un sot personnage. »

« Les vices sont nécessaires à l’état de société comme les orages à l’atmosphère. Si l’équilibre se rompt entre le bien et le mal, l’harmonie cesse, il y a révolution. »

« Un bon croquis vaut mieux qu’un long discours. »

« Dieu a posé le travail pour sentinelle de la vertu. »

« Les inventions les plus étonnantes ne sont pas celles dont l’esprit humain puisse se glorifier, c’est à un instinct mécanique et au hasard qu’on doit la plupart des découvertes, et nullement à la philosophie. »

« La répétition est la plus forte des figures de rhétorique. »

« La liberté seule permet de dire la vérité. »

« On ne fait bien que ce qu’on fait soi-même. »

« Tout homme fait des fautes, et par conséquent les chefs d’État. »

« La froideur est la plus grande qualité d’un homme destiné à commander. »

« Le patriotisme, c’est aimer son pays. Le nationalisme, c’est détester celui des autres. »

« La véritable richesse des états consiste dans le nombre d’habitants, dans leur travail et leur industrie. »

« Demander jusqu’à quel point la religion est nécessaire au pouvoir politique, c’est demander jusqu’à quel point on peut faire la ponction à un hydropique ; tout dépend de la prudence du médecin. »

« Il faut mener les hommes par les brides qu’ils ont aujourd’hui, et non par celles qu’ils avaient autrefois. »

« Quand on dore ses fers, le peuple ne hait pas la servitude. »

« La bonne politique est de faire croire aux peuples qu’ils sont libres. »

« L’infortune est la sage femme du génie. »

« L’homme n’est jamais si grand qu’à genoux devant Dieu. »

« En guerre comme en amour, pour en finir, il faut se voir de près. »

« Vaincre n’est rien, il faut profiter du succès. »

« Intimer un ordre c’est intimider un regard. »

« On ne respecte dans l’abaissement que ceux qui se sont respectés dans la grandeur. »

« Je redoute trois journaux plus que 100.000 baïonnettes. »

« J’ai fait mes plans avec les rêves de mes soldats endormis. »

« L’épée est l’arme des braves. »

« A la guerre, l’audace est le plus beau calcul du génie. »

« Le grand art, c’est de changer pendant la bataille. Malheur au général qui arrive au combat avec un système. »

« La force d’une armée, comme la quantité de mouvement en mécanique, s’évalue par la masse multipliée par la vitesse. »

« Quand cessera-t-on de nous envoyer des peintres et des médecins pour nous commander? »

« Mais soldats, vous n’avez rien fait, puisqu’il vous reste encore à faire. »

« Soldats ! Vous êtes venus dans ces contrées pour les arracher à la barbarie, porter la civilisation dans l’Orient, et soustraire cette belle partie du monde au joug de l’Angleterre. Nous allons combattre. Soldats, songez que, du haut de ces pyramides, quarante siècles vous contemplent. »

« Il vous suffira de dire, « J’étais à la bataille d’Austerlitz », pour que l’on réponde, « Voilà un brave ». »

« Ma vraie gloire n’est pas d’avoir gagné quarante batailles; Waterloo effacera le souvenir de tant de victoires. Ce que rien n’effacera, ce qui vivra éternellement, c’est mon Code Civil. »

Mémoriser les citations de Napoléon.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

comment mémoriser un texte court ou une citation
comment mémoriser un texte court ou une citation

Pour vous souvenir des citations de Napoléon Bonaparte que vous avez choisi, lisez notre article mémoriser un texte court ou une citation facilement pour apprendre comment les retenir vite et facilement avec nos techniques de mémorisation.

Vous y trouverez également une méthode et des astuces pour vous organiser et apprendre comment retenir un grand nombre de citations dans un temps limité.

Il existe des méthodes, des techniques de mémorisation efficaces, simples et ludiques pour apprendre des textes courts, des citations, des paragraphes ou des versets.

Avec nos astuces et moyens mnémotechniques, retenir les citations de Napoléon deviendra pour vous un jeu d’enfant.

A découvrir aussi.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s