Jours de la Semaine en Anglais : Origine, Prononciation, Mnémotechnique, Chanson, Exemples

Les jours de la semaine en anglais sont : Monday (lundi), Tuesday (mardi), Wednesday (mercredi), Thursday (jeudi), Friday (vendredi), Saturday (samedi) et Sunday (dimanche).

Apprenez comment écrire, dire et utiliser les jours de la semaine en anglais dans ce cours d’anglais gratuit en ligne du blog éducatif Apprendre 5 minutes.

Vous trouverez également des exemples, l’étymologie (origine) des noms des jours de la semaine, des expressions anglaises pour les utiliser, une comptine et des astuces mnémotechniques pour les retenir.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Les Jours de la Semaine en Anglais.
Les Jours de la Semaine en Anglais.

Sommaire

  • Vocabulaire : les 7 jours de la semaine en anglais avec la phonétique.
  • Origine des jours de la semaine en anglais.
  • Astuces mnémotechniques pour retenir la différence entre Tuesday et Thursday.
  • La comptine  » Solomon Grundy ».
  • Expressions anglaises avec les jours de la semaine.
  • A découvrir aussi.

Vocabulaire : les 7 jours de la semaine en anglais avec la phonétique.

Les noms des jours de la semaine en anglais commencent par une majuscule.

Les noms des jours de la semaine en anglais se terminent par  » day » qui veut dire  » jou » en français.

Aux États-Unis, dimanche (Sunday) est le premier jour de la semaine.

  • Monday est la traduction de lundi en anglais. Prononciation API (Alphabet Phonétique International) : /ˈmʌn.deɪ/.
  • Tuesday est la traduction de mardi en anglais. Prononciation API : \ˈtjuːz.deɪ\ (Royaume-Uni), \ˈtuz.deɪ\ (États-Unis).
  • Wednesday est la traduction de mercredi en anglais. Prononciation API : /ˈwɛnz·deɪ/. Le d ne se prononce pas.
  • Thursday est la traduction de jeudi en anglais. Prononciation API : \ˈθɜːz.deɪ\.
  • Friday est la traduction de vendredi en anglais. Prononciation API : \ˈfɹaɪ.deɪ\.
  • Saturday est la traduction de samedi en anglais. Prononciation API : \ˈsæt.ɚ.ˌdeɪ\.
  • Sunday est la traduction de dimanche en anglais. Prononciation API : \ˈsʌn.deɪ\.

Origine des jours de la semaine en anglais.

Les noms des jours de la semaine en anglais s’appuient sur les langues grecques, latines et germaniques anciennes.

La semaine de 7 jours a pour origine le calendrier de Babylone – calendrier de type luni-solaire – employé en Mésopotamie antique.

Dans le calendrier mésopotamien, les 7 jours de la semaine correspondent à peu près à une phase de la Lune, à un quartier de Lune (nouvelle lune, premier quartier, pleine lune, dernier quartier).

Dans l’Antiquité, les Romains (Latins) et les Grecs adoptèrent également le système de la semaine de 7 jours du calendrier babylonien et nommèrent les jours de semaine d’après les corps célestes visibles à l’œil nu.

  • Lune.
  • Mars.
  • Mercure.
  • Jupiter.
  • Vénus.
  • Saturne.
  • Soleil.

Ces corps célestes portent les noms de leurs dieux car, à l’origine, les anciens voyaient un lien entre leurs dieux et les corps célestes.

Les principaux dieux de la mythologie germanique sont souvent associés aux dieux des mythologies grecques et romaines.

  • Monday a pour origine mōnandæġ en anglo-saxon (vieil anglais) et signifie le  » jour de la lune« ;  » the day of the Moon ». Máni est le dieu de la Lune dans la mythologie nordique.
  • Tuesday a pour origine Tiwesdæg en anglo-saxon (vieil anglais) et signifie le  » jour de Tiw« . Le dieu Tiw (Týr) est associé à Mars, le dieu romain de la guerre, dans la mythologie germanique.
  • Wednesday a pour origine Wōdnesdæg en anglo-saxon (vieil anglais) et signifie le  » jour de Woden« . Le dieu Woden (Odin) est associé à Mercure (mythologie romaine) et Hermès (mythologie grecque), le dieu du commerce.
  • Thursday a pour origine þursdæġ en anglo-saxon (vieil anglais) et signifie le  » jour de Thunor« . Le dieu du tonnerre Thunor (Thor dans la mythologie nordique) est associé à Jupiter (mythologie romaine) et Zeus (mythologie grecque).
  • Friday a pour origine frīġedæġ en anglo-saxon (vieil anglais) et signifie le  » jour de Frigg« . La déesse du mariage Frigg (Freya), dans la mythologie nordique et germanique, est associée à la déesse Vénus (mythologie romaine) et Aphrodite (mythologie grecque).
  • Saturday a pour origine sæturnesdæg en anglo-saxon (vieil anglais) et signifie le «  jour de Saturne« . Saturne est le dieu de l’agriculture dans la mythologie romaine et est appelé Cronos dans la mythologie grecque. Saturday n’est pas associé à un dieu nordique.
  • Sunday a pour origine sunnandæg en anglo-saxon (vieil anglais) et signifie  » le jour du Soleil« . Sunna est la déesse du soleil dans la mythologie nordique.

Astuces mnémotechniques pour retenir la différence entre Tuesday et Thursday.

Il existe plusieurs moyens mnémotechniques simples pour retenir la différence entre Tuesday (mardi) et Thursday (jeudi).

Ces astuces sont basées sur les associations mentales et sur la consonance des mots.

En voici quelques exemples.

En Europe, Tuesday est le deuxième jour de la semaine.

  • Tue (de Tuesday) a une consonance proche du nombre  »  two » (deux en français).

En Europe, Thursday est le quatrième jour de la semaine.

  • Thanksgiving – la fête de l’Action de Grâce – est célébrée aux États-Unis le quatrième jeudi de novembre. Thanksgiving commence par  » th » comme Thursday.

La comptine Solomon Grundy.

Si vous avez une bonne mémoire auditive, vous retenir facilement les jours de la semaine en anglais en apprenant la chanson Solomon Grundy.

Solomon Grundy est une comptine anglaise du milieu du XIXe siècle très facile à retenir pour apprendre les jours de la semaine en anglais.

Voici les paroles de la chanson Solomon Grundy en anglais avec la traduction en français.

Paroles de la comptine Solomon Grundy en anglais.

Solomon Grundy,
Born on a Monday,
Christened on Tuesday,
Married on Wednesday,
Took ill on Thursday,
Grew worse on Friday,
Died on Saturday,
Buried on Sunday.
This is the end
Of Solomon Grundy.

 

Traduction en français des paroles de la comptine Solomon Grundy.

Solomon Grundy,
Né un lundi,
Baptisé un mardi,
Marié un mercredi,
Malade un jeudi,
Au pire un vendredi,
Mort un samedi,
Enterré un dimanche.
Et c’est ainsi que finit
Solomon Grundy.

Expressions anglaises avec les jours de la semaine.

Pour retenir sans effort et définitivement les jours de la semaine en anglais, un des moyens les plus efficaces est d’utiliser les mots appris le plus souvent possible que ce soit en les écrivant, les lisant ou en parlant.

Voici quelques expressions anglaises avec les jours de la semaine.

  •  » It’s Tuesday today ». Traduction en français :  » C’est mardi aujourd’hui ».
  •  » It was Monday yesterday ». Traduction en français :  » C’était lundi hier ».
  •  » I’ll see you on Wednesday ». Traduction en français :  » On se voit mercredi. »
  •  » On Thursdays, I play football ». Traduction en français :  » Le jeudi, je joue au football ». Pensez à mettre un « s » à la fin du nom du jour car c’est une action qui se réalise toutes les semaines.
  •  » Every Sunday evening we go out » : Traduction en français :  » Tous les samedis soir, on sort ».

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Jours de la Semaine en Anglais

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.

Comment Mémoriser les Nombres Premiers facilement

Comment mémoriser facilement les nombres premiers 2, 3, 5, 7, 11, 13, 17, 19, 23, 29, 31, 37, 41, 43, 47, 53, 59, 61, 67, 71, 73, 79, 83, 89, 97, etc. ?

Vous voulez déterminer rapidement si un nombre est un nombre premier ? Par exemple, pour résoudre des exercices de mathématique

  • Décomposition d’un nombre entier en un produit de facteurs premiers.
  • PPCM (plus petit commun multiple) de deux entiers naturels non nuls.
  • PGCD (plus grand commun diviseur) de deux entiers naturels non nuls.
  • Simplification de fractions.
  • Simplification de formules.
  • etc.

Vous avez du mal à retenir les nombres et les séries de chiffres (numéro de téléphone, code, numéro de carte bancaire, etc).

Retenir des chiffres est un véritable casse-tête pour vous.

Pas de panique ! Il existe des techniques de mémorisation efficaces et faciles à apprendre et utiliser pour se souvenir de n’importe quelle séquence de chiffres rapidement et facilement.

Lisez ce cours gratuit de mémorisation en ligne du blog éducatif Apprendre 5 minutes pour apprendre comment retenir vite et facilement les 25 premiers nombres premiers jusqu’à 100 et plus encore.

A la fin de cet article, vous connaitrez les meilleures techniques de mémorisation pour retenir la liste des nombres premiers et vous pourrez vous entrainer grâce à nos exemples complets faisant appel aux principaux types de mémoire.

Vous trouverez des exemples détaillés, faciles à utiliser.

Vous trouverez également un jeu mathématique pour apprendre les nombres premiers en s’amusant.

Vous saurez reconnaître et lister les nombres premiers immédiatement et sans effort.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Comment mémoriser les nombres premiers facilement.
Comment mémoriser les nombres premiers facilement.

Sommaire

  • Définition d’un Nombre Premier.
  • Comment déterminer si un nombre est premier.
    • Règle générale.
    • Déterminer si un entier naturel inférieur à 100 est un nombre premier.
      • Observation.
      • Explication.
      • Calcul mental.
      • Méthode pour mémoriser les nombres premiers inférieurs à 100.
  • Comment mémoriser les nombres premiers.
    • Le principe.
    • La Méthode des Articulations Chiffrées.
      • La technique de mémorisation.
      • Mémoriser les nombres premiers jusqu’à 100.
    • Le Poème Numérique.
      • La technique de mémorisation.
      • Mémoriser les nombres premiers jusqu’à 100.
    • La stratégie de mémorisation Kinesthésique BARMAN.
      • La technique de mémorisation.
      • La marelle des nombres premiers.
  • A découvrir aussi.

Définition d’un Nombre Premier.

Un nombre premier est un entier naturel qui admet exactement deux diviseurs distincts entiers et positifs : 1 et le nombre lui-même.

Un nombre premier ne possède pas d’autres diviseurs.

Exemple : Le nombre 7 est un nombre premier car 1 et 7 sont les seuls diviseurs entiers positifs du nombre 7.

Article détaillé : Les Nombres Premiers jusqu’à 1000000 (un million)

Comment déterminer si un nombre est premier.

Règle générale.

Pour déterminer si un entier naturel supérieur ou égal à 2 est un nombre premier, il suffit de chercher un diviseur de l’entier naturel parmi les nombres premiers successifs inférieurs à la racine carrée de l’entier naturel.

S’il n’y a aucun diviseur parmi les nombres premiers jusqu’à la racine carré de l’entier naturel, celui-ci est premier.

Déterminer si un entier naturel est un nombre premier peut paraître long mais il existe une astuce simple et facile à utiliser pour déterminer rapidement si l’entier naturel est un nombre premier.

A part les entiers naturels 2 et 3 qui sont les deux premiers nombres premiers, tous les autres nombres premiers sont des multiples de 6 à plus ou moins 1 près, c’est-à-dire qu’ils sont de la forme 6n ± 1.

Soit p un nombre premier.

p > 3 ⇒ p = 6n ± 1

Déterminer si un entier naturel inférieur à 100 est un nombre premier.

Observation.

Par exemple, si nous observons les 25 nombres premiers jusqu’à 100 – 2, 3, 5, 7, 11, 13, 17, 19, 23, 29, 31, 37, 41, 43, 47, 53, 59, 61, 67, 71, 73, 79, 83, 89 et 97 – nous pouvons voir, que, tous les multiples de 6 ont au moins un nombre voisin qui est premier.

  • 5 = 6 – 1
  • 7 = 6 + 1
  • 11 = 12 -1 ( 12 = 6 x 2 )
  • 13 = 12 + 1 ( 12 = 6 x 2 )
  • 17 = 18 – 1 ( 18 = 6 x 3 )
  • 19 = 18 + 1 ( 18 = 6 x 3 )
  • 23 = 24 – 1 ( 24 = 6 x 4 )
  • 29 = 30 – 1 ( 30 = 6 x 5 )
  • 31 = 30 + 1 ( 30 = 6 x 5 )
  • 37 = 36 + 1 ( 36 = 6 x 6 )
  • 41 = 42 – 1 ( 42 = 6 x 7 )
  • 43 = 42 + 1 ( 42 = 6 x 7 )
  • 47 = 48 – 1 ( 48 = 6 x 8 )
  • 53 = 54 – 1 ( 54 = 6 x 9 )
  • 59 = 60 – 1 ( 60 = 6 x 10)
  • 61 = 60 + 1 ( 60 = 6 x 10 )
  • 67 = 66 + 1 ( 66 = 6 x 11 )
  • 71 = 72 – 1 ( 72 = 6 x 12)
  • 73 = 72 + 1 ( 72 = 6 x 12 )
  • 79 = 78 + 1 ( 78 = 6 x 13 )
  • 83 = 84 – 1 ( 84 = 6 x 14 )
  • 89 = 90 – 1 ( 90 = 6 x 15 )
  • 97 = 96 + 1 ( 96 = 6 x 16)

Explication.

Les nombres premiers supérieurs à 3 ( p > 3), respectent les conditions suivantes.

  • Nombres impairs : ils ne sont pas divisibles par 2.
  • Ils ne sont pas divisibles par 3.
  • 4 étant un multiple de 2, les multiples de 4 ne sont pas des nombres premiers.
  • Les multiples d’un nombre premier ne sont pas premiers.

Il reste à éliminer les nombres divisibles par 5 ou par 7.

10 est la racine carré de 100.

Le plus grand nombre premier inférieur à 10 est 7. Le travail d’élimination est terminé.

Calcul mental.

  • Un nombre est divisible par 2 si le dernier chiffre est 0, 2, 4, 6 ou 8.
  • Un nombre est divisible par 3 si la somme des chiffres qui le compose est un multiple de 3.
  • Un nombre est divisible par 5 si le dernier chiffre est 0 ou 5.
  • Un nombre est divisible par 7 si les dizaines (d) diminuées par deux fois les unités (u) forment un multiple de 7 (d – 2u). Par exemple 91 d = 9; u = 1; d – 2u = 9 – 2 x 1 = 7.

Méthode pour mémoriser les nombres premiers inférieurs à 100.

Pour utiliser la méthode basée sur l’observation pour retenir les nombres premiers inférieurs à 100, nous procédons comme suit:

  • 2 et 3 sont les 2 premiers des nombres premiers.
  • 5 et 7 sont des nombres premiers car ils ne sont pas divisibles par 2 ou 3.
  • Éliminer les nombres divisibles par 2, 3, 5 ou 7.

Trouver les multiples de 7 parmi les nombres inférieurs à 100 peut paraître difficile pour certaines personnes mais si nous faisons encore appel à l’observation, nous constatons, qu’une fois que nous avons éliminé les multiples de 2, 3 ou 5, il ne reste que trois multiples de 7 : 49, 77 et 91.

  • 49 = 7 x 7. 49 est le carré de 7. Il est facile à repérer.
  • 77 = 7 x 11. Il est évident à repérer.
  • 91 = 7 x 13. Il est un peu plus difficile à trouver mais si vous utilisez l’astuce vue dans le paragraphe  » Calcul mental » (d – 2u) – 91 d = 9; u = 1; d – 2u = 9 – 2 x 1 = 7 – nous le trouvons de suite.

Une astuce supplémentaire pour retenir les nombres premiers jusqu’à 20.

Tous les multiples de 6 jusqu’à 20 ont deux nombres voisins qui sont des nombres premiers.

2 nombres premiers jumeaux sont deux nombres premiers s’il ne diffèrent que de 2.

  • 6 x 1 = 6 5 et 7.
  • 6 x 2 = 12 11 et 13.
  • 6 x 3 = 18 17 et 19.

Comment mémoriser les nombres premiers.

Le principe.

Pour retenir les nombres premiers il existe plusieurs techniques de mémorisation.

Sans technique de mémorisation, les chiffres et les nombres sont difficiles à retenir car il s’agit de concepts abstraits.

Notre cerveau retient plus facilement ce qu’il peut appréhender avec nos cinq sens ou qu’il peut associer à une sensation ou à une émotion.

Pour retenir les nombres premiers, nous allons les associer à des personnages, des êtres vivants ou des objets concrets, plus faciles à appréhender, à se représenter.

Notre cerveau adore les histoires et les retient facilement.

Pour mémoriser les nombres premiers nous allons imaginer une ou plusieurs histoires avec les personnages et les objets associés aux nombres premiers.

Nous allons expliquer quelques techniques de mémorisation particulièrement efficaces.

A vous d’utiliser celle qui vous convient le mieux.

Si c’est plus efficace pour vous, vous pourrez mélanger plusieurs techniques de mémorisation.

Pour aller plus loin dans les techniques de mémorisation des nombres, lisez l’article Comment mémoriser facilement les chiffres ou les nombres.

Vous en trouverez des exemples d’utilisation dans les articles suivants :

La Méthode des Articulations Chiffrées.

La technique de mémorisation.

La méthode des articulations chiffrées, appelée aussi code chiffres-sons, système majeur (major system en anglais) ou grand système est un moyen mnémotechnique très efficace pour mémoriser les suites de chiffres.

La méthode des articulations chiffrées consiste à :

  • Convertir les chiffres en consonnes significatives ou en sons suivant un code défini,
  • A les associer à des mots en rajoutant des lettres pour les rendre concrets et les visualiser,
  • A créer une phrase ou une histoire.

A chaque chiffre de zéro à neuf, correspond une consonne ou un son. Voici le tableau complet des articulations chiffrées :

  • 0 : c (ce), s (se), z (ze), t (tion), x (ex : dix).
  • 1 : t, d.
  • 2 : n, ne, gne.
  • 3 : m, me.
  • 4 : r, re.
  • 5 : l, lle.
  • 6 : g (ge), j (je), ch (che), sh (sche).
  • 7 :  g (gue, ga), k (ke, ka), q (que), cue (cas).
  • 8 : f (fe), v(ve), ph (phe).
  • 9 : b, p.

Un moyen mnémotechnique pour retenir la table des codes-sons est la phrase rythmique de M. Aimé PARIS qui indique les principales articulations chiffrées. La première consonne de chaque mot reprend le code-son dans l’ordre.

Sot Tu Nous Mens. Rends Les Chants Que Fit Pan.

Mémoriser les nombres premiers jusqu’à 100.

Les nombres premiers jusqu’à 100 sont 2, 3, 5, 7, 11, 13, 17, 19, 23, 29, 31, 37, 41, 43, 47, 53, 59, 61, 67, 71, 73, 79, 83, 89 et 97.

Nous allons créer une association mentale pour chaque nombre premier à l’aide la méthode des articulations chiffrées.

Nous utiliserons, par exemple, la table de rappel du grand système vue dans l’article Comment mémoriser facilement les chiffres ou les nombres.

  • 2 : noix.
  • 3 : mât.
  • 5 : lion.
  • 7 : quille.
  • 11 : tête.
  • 13 : diamant.
  • 17 : ticket.
  • 19 : taupe.
  • 23 : cinéma.
  • 29 : nappe.
  • 31 : mouton.
  • 37 : Mickey.
  • 41 : râteau.
  • 43 : rame.
  • 47 : requin.
  • 53 : lama.
  • 59 : lapin.
  • 61 : château.
  • 67 : chèque.
  • 71 : couteau.
  • 73 : camion.
  • 79 : cape.
  • 83 : femme.
  • 89 : vapeur.
  • 97 : bague.

Pour retenir la liste des nombres premiers jusqu’à 100, nous allons imaginer une histoire avec ces associations mentales.

Pour créer une histoire facile à retenir, nous allons combiner la méthode des articulations chiffrées avec une autre technique de mémorisation : le système des liaisons.

Le système des liaisons – appelé également méthode des chaînes ou méthode des liens – est une technique de mémorisation basée sur l’image.

Le système des liaisons consiste à relier dans l’ordre les informations, rendues concrètes, entre elles en créant une histoire.

Par exemple

Sur la première marche du podium, une noix grimpe sur le mât où se trouve perché, tout en haut, un lion en train de jongler avec des quilles.
Sur la tête du lion se trouve un diamant qui tombe par terre sur un ticket, à côté d’une taupe.
La taupe prend le ticket et se rend au cinéma. Le film commence. On aperçoit une nappe qui flotte sur la mer et sur laquelle montent un mouton et Mickey.
Mickey prend un râteau posé sur la nappe, le transforme en rame qu’il utilise ensuite pour se défendre contre un requin.

Finalement, ils accostent sur une plage où se trouve un lama chevauché par un lapin qui se rend au château pour payer avec un chèque un couteau.

Puis, il s’approche d’un camion, découpe une cape qu’il donne à une femme qui traverse la vapeur pour aller chercher une bague.

Nous avons une histoire très visuelle et facile à retenir.

Vous pouvez renforcer le travail de mémorisation en créant une histoire faisant appel au maximum à vos sens, à ce qui déclenche une émotion forte en vous, en mettant du mouvement, de la couleur, de l’humour.

Le Poème Numérique.

La technique de mémorisation.

Le poème numérique est une technique de mémorisation permettant de se souvenir des informations en faisant appel à la mémoire auditive au moyen de phrases qui riment.

Pour favoriser le travail de mémorisation, vous pouvez apprendre le poème numérique en inventant ou mélodie ou en reprenant un air de chanson connu.

Si vous vous souvenez bien de la mélodie, vous retrouverez plus facilement les informations que vous avez associées.

C’est le principe des comptines que nous avions apprises dans notre enfance et que nous avons retenu naturellement.

Un exemple connu, pour illustrer la technique du poème numérique, est la comptine, la chanson pour enfant  « 1, 2, 3, nous irons au bois ».

« 1, 2, 3, nous irons au bois.

4, 5, 6, cueillir des cerises. »

7, 8, 9, dans un panier neuf.

10, 11, 12, elles seront toutes rouges. »

Mémoriser les nombres premiers jusqu’à 100.

Les nombres premiers jusqu’à 100 sont 2, 3, 5, 7, 11, 13, 17, 19, 23, 29, 31, 37, 41, 43, 47, 53, 59, 61, 67, 71, 73, 79, 83, 89 et 97.

La technique du poème numérique va nous permettre de retenir dans l’ordre les 25 nombres premiers.

A titre d’exemple, voici un exemple de poème numérique.

Comptine des nombres premiers.

2, 3, 5, voilà une cassette (7).
11, 13, 17 et un disque neuf (19).
23, 29, 31 pour le bal musette (37).
41, 43, 47 en l’honneur des cinq grands rois (53).
59, 61, 67 qui se reposent (71).
73, 79, 83 dans une cave neuve (89).
de l’attaque de quatre bandits celtes (97).

  • Cassette rime avec le nombre 7.
  • Disque neuf rime avec le nombre 19.
  • Musette rime avec le nombre 37.
  • Cinq grand rois rime avec le nombre 53.
  • Se reposent rime avec le nombre 71.
  • Cave neuve rime avec le nombre 89.
  • Quatre bandits celtes rime avec le nombre 97.

La stratégie de mémorisation Kinesthésique BARMAN.

La technique de mémorisation.

L’intelligence kinesthésique, c’est l’intelligence du mouvement et des émotions. C’est percevoir, maitriser et interpréter les émotions, les mouvements du corps, c’est manipuler des objets avec soin, faire des expériences.

Une personne qui a un profil kinesthésique a besoin de bouger, ressentir, manipuler, expérimenter pour apprendre et retenir.

Apprendre avec la mémoire kinesthésique, c’est apprendre en faisant appel à la stratégie de mémorisation BARMAN :

  • B : Bouger.
  • A : Être actif.
  • R : Ressentir.
  • MAN : Manipuler.

Avec la stratégie de mémorisation kinesthésique BARMAN, vous pouvez apprendre la liste des nombres premiers naturellement, en vous amusant et sans effort de plusieurs manières :

  • Apprendre en marchant.
  • Écrire, dessiner, colorier, découper, assembler les chiffres correspondant aux nombres premiers.
  • Jouer à la marelle.
  • Créer des cartes mémoire, un jeu de questions-réponses, des quiz et jouer avec.
  • Jouer au maître ou au professeur en essayant à votre tour d’apprendre aux autres les nombres premiers.
  • Etc.

La Marelle des Nombres Premiers.

Pour mémoriser les nombres premiers jusqu’à 100, nous pouvons apprendre les 25 nombres premiers jusqu’à 100 en jouant à la marelle des nombres premiers.

Les nombres premiers jusqu’à 100 sont 2, 3, 5, 7, 11, 13, 17, 19, 23, 29, 31, 37, 41, 43, 47, 53, 59, 61, 67, 71, 73, 79, 83, 89 et 97.

Il s’agit des mêmes règles de jeu que pour une partie de marelle classique.

  • Dessiner une aire de jeu la cas « terre »,  25 cases avec écrit dans chaque case un nombre premier (de 2 à 97) et la case « ciel ».
  • Le premier joueur se place sur la case « terre ».
  • Il lance le caillou sur la case marquée 2.
  • S’il a réussi, il saute à cloche pied au dessus de la case marquée 2 pour atterrir sur la case marquée 3.
  • Il passe ensuite à cloche pied sur les cases suivantes.
  • S’il arrive sur les cases doubles, il pose un pied sur chaque case en même temps.
  • Il repart ensuite à cloche pied sur les cases uniques et ainsi de suite.
  • Une fois arrivé sur les cases marquées 89 et 97 il fait volte-face et revient en sautant de la même manière qu’à l’aller.
  • Arrivé à la case marquée 3, il se penche pour ramasser le caillou se trouvant sur la case marquée 2.
  • Il saute alors par-dessus la case marquée 2 et se retrouve sur la case « terre ».
  • Recommencer ainsi jusqu’à ce qu’un des joueurs atteigne la case marquée 97 avec son caillou.
  • Pour gagner, le joueur lance le caillou sur la case « ciel » et refait le parcours aller / retour.

Vous pouvez, par exemple, utiliser les cases doubles pour les nombres premiers jumeaux, c’est-à-dire pour

  • 5 et 7.
  • 11 et 13.
  • 17 et 19.
  • 29 et 31.
  • 41 et 43.
  • 59 et 61.
  • 71 et 73.

En jouant à la marelle des nombres premiers, vous allez apprendre sans vous en rendre compte les 25 nombres premiers jusqu’à 100.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Comment Mémoriser les Nombres Premiers facilement

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.

 

 

 

 

Débarquement de Normandie du 6 juin 1944

6 juin 1944 : débarquement en Normandie des Alliés. Résumé, causes, conséquences, bilan, moyens mnémotechniques. Pourquoi le débarquement a lieu en Normandie ? Pourquoi la date du 6 juin 1944 ? Qui a débarqué en Normandie ? Sur quelles plages ? Comment mémoriser les noms des plages du débarquement et qui a débarqué sur chacune des plages ? Pourquoi le 6 juin 1944 a-t-il été appelé le  » jour le plus long » ? Qui a appelé le 6 juin 1944 le « jour le plus long » ?

6 juin 1944 : D-Day en Normandie. Les forces Alliées commandées par le général américain David Dwight Eisenhower débarquent en Normandie sur les plages de la Manche et du Calvados, afin de libérer la France occupée par l’Allemagne nazie d’Hitler.

Le D-Day ( Jour J en français) est la plus grande opération aéronavale de l’Histoire.

Le Débarquement de Normandie du 6 juin 1944 est un tournant de la Seconde Guerre Mondiale.

Le D-Day va permettre aux Alliés de libérer l’Europe occidentale et accélérer la défaite de l’Allemagne nazie.

Vous êtes en CM2, au collège  ou passionné par l’histoire et vous voulez apprendre l’essentiel sur le débarquement de Normandie du 6 juin 1944, un des événements les plus importants de la Seconde Guerre Mondiale ( 1939 – 1945) ?

Vous cherchez un résumé du débarquement de Normandie ? Vous voulez en connaitre les causes, les conséquences, le déroulement ?

Vous voulez savoir quels sont les noms des plages du débarquement ?

Vous cherchez un moyen mnémotechnique pour retenir le nom des plages du débarquement de Normandie ?

Lisez ce cours d’histoire gratuit en ligne du blog éducatif Apprendre 5 minutes pour apprendre et retenir rapidement et facilement l’Histoire du Jour J, date clé de la Seconde Guerre Mondiale.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Débarquement de Normandie - 6 juin 1944
Débarquement de Normandie – 6 juin 1944

Sommaire

  • Définition : Qu’est-ce que le Débarquement de Normandie ?
  • Court résumé du débarquement de Normandie.
  • Pourquoi la Normandie a-t-elle été choisie ?
  • Le Jour J (D-Day) : pourquoi la date du 6 juin 1944 ?
  • Qui a débarqué en Normandie ?
  • Comment s’est déroulé le Débarquement de Normandie ?
  • Sur quelles plages a eu lieu le débarquement de Normandie ?
  • Quel est le bilan du Jour J (D-Day) ?
  • Quelles sont les conséquences du Débarquement de Normandie ?
  • Bonus 1 : Pourquoi le D-Day a été surnommé  » Le jour le plus long » ?
  • Bonus 2 : Mémoriser les plages du Débarquement de Normandie.
    • Technique de mémorisation 1 : les images support.
    • Technique de mémorisation 2 : la phrase mnémotechnique.
  • A découvrir aussi.

Définition : Qu’est-ce que le Débarquement de Normandie ?

Le Débarquement de Normandie, qui a eu lieu le mardi 6 juin 1944, est l’opération aéronavale Neptune, marquant le premier jour de la Bataille de Normandie déclenchée par les forces Alliées, commandées par le général américain David Dwight Eisenhower,  contre les soldats allemands de la Wehrmacht, avec pour objectif d’établir une tête de pont côtière en Normandie.

Le débarquement en Normandie du 6 juin 1944 des Alliés, principalement américains, britanniques et canadiens, est un événement clé et tournant majeur de la Seconde Guerre Mondiale car il ouvre un deuxième front à l’Ouest de l’Europe et permet la victoire finale des Alliés sur l’Allemagne nazie d’Adolf Hitler.

Le D-Day (Jour J en français) désigne le 6 juin 1944, date à laquelle à commencé le débarquement en Normandie.

L’opération Neptune est la première étape de l’opération Overland.

L’opération Overland – nom de code de la bataille de Normandie – a pour objectifs de libérer la France occupée par l’Allemagne nazie et d’ouvrir un nouveau front à l’Ouest de l’Europe pour accélérer la défaite du IIIe Reich.

Court résumé du débarquement de Normandie.

Le 6 juin 1944, une immense armada de navires de guerre et de commerce, et des péniches de débarquement, soutenue par une importante flotte aérienne , prend par surprise les défenses allemandes et débarque sur les plages de Normandie entre l’embouchure de l’Orne, la rivière qui traverse Caen, et l’embouchure de la Vire, la rivière qui traverse Saint-Lô, une armée composée principalement de soldats américains, britanniques et canadiens.

Malgré la forte résistance allemande et les défenses côtières du mur de l’Atlantique, les Alliés réussissent à constituer des têtes de pont, à s’y maintenir, permettant aux moyens humains et matériels de débarquer rapidement.

L’opération aéronavale et amphibie Overlord, commandée par général américain David Dwight Eisenhower, assisté par le général anglais Bernard Law Montgomery, a réussi.

L’armée allemande va se trouver affaiblie. L’ouverture d’un nouveau front à l’Ouest de l’Europe accélérera la défaite du IIIe Reich.

Pourquoi la Normandie a-t-elle été choisie ?

Depuis l’invasion de l’Union Soviétique par l’armée allemande le 22 juin 1941, Joseph Staline demande aux Alliés d’ouvrir un second front en Europe pour réduire la pression allemande sur le front de l’Est.

Le 1er novembre 1943, à l’issue de la Conférence de Téhéran, Winston Churchill ( premier ministre du Royaume-Uni), Franklin D. Roosevelt ( président des États-Unis) et Joseph Staline ( président du Conseil des commissaires du Peuple d’URSS) décident de lancer l’opération Overlord (la Bataille de Normandie).

Les bombardiers américains sont basés en Angleterre. Afin de tenir compte des moyens de débarquement et du rayon d’action d’action des avions de chasse, le débarquement doit avoir lieu soit dans le Pas-de-Calais, soit en Normandie.

Le Pas-de Calais semble la solution la plus évidente, offrant une traversée de la Manche plus courte que la Normandie. La ville de Douvres en Angleterre est à seulement 42 km à vol d’oiseau de la ville de Calais en France.

Pour les Alliés, le Pas-de-calais permettrait

  • Une meilleure couverture aérienne.
  • Un débarquement plus rapide.
  • Un ravitaillement plus facile.

Mais les allemands le savent et s’attendent à un débarquement dans le Pas-de-calais.

Adolf Hitler envisage un débarquement anglo-américain à l’Ouest et ordonne le 23 mars 1942, par la directive de guerre n°40  de renforcer les côtes des pays occupés ou annexés.

Le système de fortification côtière mis en place le IIIe Reich s’appelle le Mur de l’Atlantique.

Les fortifications les plus importantes se trouvent à Calais et la Wehrmacht y a placé ses meilleures troupes.

Les Alliés vont choisir de débarquer en Normandie car les plages, plus vastes, sont moins défendues que dans le Pas-de-calais et permettrons de débarquer les soldats et le matériel.

Le Jour J (D-Day) : pourquoi la date du 6 juin 1944 ?

Pour que le débarquement de Normandie puisse avoir lieu, les Alliés doivent acquérir la supériorité navale et aérienne.

A partir de 1943, les Alliés prennent le dessus sur la marine allemande, au cours de la Bataille de l’Atlantique.

Durant la semaine du 20 au 25 février 1944, les américains lancent l’opération Argument – appelée également  » Big Week » (la Grosse semaine) – pour obtenir la suprématie aérienne en en lançant des attaques massives sur l’industrie aéronautique allemande.

L’aviation de chasse allemande est battue et la capacité de production aéronautique du IIIe Reich fortement réduite.

Pour que débarquement en Normandie ait lieu

  • l’aviation alliée a besoin d’un début de nuit sans lune
    • Pour que les parachutistes ne soient pas repérés par les allemands.
    • Pour bombarder des cibles précises avant que le débarquement ait lieu.
  • La marée doit être montante et à mi-hauteur en début de matinée.
    • Les navires alliés vont se heurter aux défenses allemandes si la marée est trop haute.
    • Les soldats alliés resteront trop longtemps à découvert si la marée était trop basse.

Le 5 juin 1944, la tempête ne permet pas le débarquement.

Comme la météo prévoie une accalmie le 6 juin 1944 et bien que les conditions météorologiques ne soient pas idéales, le général allié américain David Dwight Eisenhower choisie la date du 6 juin 1944 pour le débarquement de Normandie afin d’éviter que des fuites de l’opération parviennent à l’ennemi et pour maintenir le moral des soldats alliés.

Qui a débarqué en Normandie ?

Les Alliés qui ont débarqué en Normandie sont de différentes nationalités.

Les principaux pays alliés sont

D’autres nationalités ont participé au débarquement

  • Australie.
  • Forces belges libres.
  • Armée française de libération.
  • Armée néerlandaise libre.
  • Armée polonaise de l’Ouest.
  • Forces tchécoslovaques libres.
  • Nouvelle-Zélande.

Comment s’est déroulé le Débarquement de Normandie ?

Pour détourner l’attention des allemands de la Normandie, les alliés ont mis en place l’opération Fortitude.

Le but est de faire croire aux allemands que le débarquement aura lieu ailleurs (en Norvège ou dans le Pas-de-calais).

Le 5 juin 1944, pour faire croire aux allemands que le débarquement aura lieu dans le Pas-de-calais, les bombardements s’intensifient sur la côte d’Opale et des navires et des avions se dirigent vers Dieppe.

Les généraux allemands tombent dans le piège. Perturbés par les rapports contradictoires qu’ils reçoivent de Normandie et du Pas-de-Calais dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, Ils sont persuadés que le débarquement aura lieu dans le Pas-de-calais et que le débarquement en Normandie est une diversion. Ils gardent un nombre important de troupes dans le Pas-de-calais, en prévision d’une attaque des Alliés.

5 juin 1944, à 21h15, Radio Londres, installée à la BBC, après les premières mesures de la 5ème symphonie de Beethoven – qui correspondent en Morse à la lettre « V » comme Victoire – annonçant les messages pour la Résistance, envoie le message codé annonçant le début des opérations de débarquement en Normandie. inspiré des deux premiers vers du poème de Paul Verlaine « Chanson d’automne »

Les français parlent aux français. Veuillez écoutez tout d’abord quelques messages personnels.
« Les sanglots longs des violons de l’automne, je répète, les sanglots longs des violons de l’automne, blessent mon cœur d’une langueur monotone, je répète blessent mon cœur d’une langueur monotone»

Le verbe « blessent» remplace le verbe « bercent» du poème original de Verlaine.

Le 6 juin 1944, entre minuit et 5h00 du matin, des milliers de tonnes de bombes sont lâchées par les avions alliés sur les fortifications côtières et des milliers de parachutistes sont largués pour préparer le débarquement. L’opération aéroportée a pour objectifs de s’emparer des ponts et des carrefours routiers et de désorganiser les troupes allemandes.

Le 6 juin 1944, à partir de 5H00 du matin, le débarquement allié commence.

Les navires et avions alliés bombardent à nouveau les fortifications côtières.

Vers 6h30, les premiers soldats alliés débarquent sur les plages normandes.

Les Américains débarquent sur les plages de l »Utah » et « Omaha », les troupes anglaises et canadiennes sur les plages de « Gold », « Juno » et « Sword ».

Les troupes alliés progressent difficilement, sous le feu des soldats allemands de la Wehrmacht qui tirent depuis les blockhaus, en particulier à Omaha Beach.

Pendant ce temps, le Jour J, la Résistance

  • Sabote les voies de chemin de fer.
  • Abattent des arbres sur les routes.
  • Coupe des lignes téléphoniques pour paralyser les communications allemandes.

Les actions des résistants ont pour objectifs de ralentir l’arrivée de renforts allemands vers les plages de Normandie.

En fin de journée, les Alliés ont réussi à débarquer et établir une tête de pont sur la côte normande.

La bataille suprême est engagée ! Après tant de combats, de fureurs, de douleurs, voici venu le choc décisif, le choc tant espéré. Bien entendu, c’est la bataille de France et c’est la bataille de la France !

Citation du Général de Gaulle – le 6 juin 1944 à la BBC.

Le 14 juin 1944, Le général de Gaulle, président du gouvernement provisoire de la République française, débarque en France à Juno Beach, sur la plage de Courseulles-sur-Mer, dans le département du Calvados.

Sur quelles plages a eu lieu le Débarquement de Normandie ?

Le 6 juin 1944, le Jour J (D-Day), dans le froid et au milieu d’une mer déchaînée, les 177 marins français du commando Kieffer et plus de 200 000 soldats Alliés débarquent sur 5 plages de la Manche et du Calvados, en Normandie : Utah dans le département de la Manche, Omaha, Gold, Juno et Sword dans le département du Calvados.

Utah Beach.

Utah Beach est la plage située la plus à l’Ouest des 5 plages du débarquement de Normandie.

Utah Beach est la seule plage du débarquement située dans le département de la Manche, sur la côte du Cotentin, à l’Ouest de l’estuaire du fleuve côtier de la Vire.

Utah Beach a été choisie par les Alliés

  • Proximité de Cherbourg, seul port en eaux profondes capable d’assurer le ravitaillement nécessaire aux Alliés pour la Bataille de Normandie.
  • Solution de repli si l’opération Neptune tourne mal sur les 4 plages du Calvados.
  • Fortifications allemandes moindres car jugé peu propice à un débarquement du fait de la présence de zones marécageuses.

Le 6 juin 1944, à 6h30 du matin, la première vague d’assaut des troupes américaines débarque sur la plage d’Utah Beach.

Une tête de pont est établie de Sainte-Mère-Église à Sainte-Marie-du-Pont, zone stratégique le long de la route reliant Cherbourg à Paris, au croisement de 5 départementales, afin d’éviter que les renforts allemands atteignent Cherbourg.

Omaha Beach.

Omaha Beach, dans le Calvados, est situé à environ 12 kilomètres à l’Est d’Utah Beach.

Le 6 juin 1944, à 6h30 du matin, les soldats américains débarquent à Omaha Beach sous un feu allemand nourri, sur une plage parsemée d’obstacles anti-débarquement.

Des 5 plages du Débarquement de Normandie, Omaha Beach est celle où les Alliés, victorieux malgré tout,  perdirent le plus de soldats.

Omaha Beach sera surnommée « bloody Omaha » ou « the Beach of blood ».

Gold Beach.

Gold Beach, dans le Calvados, est située à environ 24 kilomètres à l’Est d’Omaha Beach.

Le 6 juin 1944, à 7h25 du matin, les soldats britanniques débarquent à Gold Beach.

La ville de Bayeux, sous-préfecture du Calvados sera libérée, la commune d’Arromanches sera transformée en port artificiel (le port Mulberry) pour approvisionner les Alliés et la jonction effectuée avec les américains à Port-en-Bessin.

Juno Beach.

Juno Beach, dans le Calvados, est située à 1,5 kilomètres à l’est de Gold Beach.

Le 6 juin 1944, à 7h55 du matin, les Alliés canadien, britanniques, sous commandement canadien, débarquent à Juno Beach, après avoir été retardés par le mauvais temps et la mer houleuse.

Ce retard va permettre aux allemands de s’organiser et de renforcer les défenses côtières.

Malgré une forte résistance allemande, les Alliés parviennent à établir une tête de pont.

Sword Beach.

Sword Beach, située dans le Calvados, est la plage située la plus à l’Est des 5 plages du débarquement de Normandie.

Le 6 juin 1944, à 7h30 du matin, les soldats britanniques débarquent à Sword Beach.

Malgré les bombardements des navires et avions alliés pendant la nuit, les combats sont difficiles.

Au soir du 6 juin 1944, les Alliés disposent d’un tête de pont à l’ouest de l’Orne.

Les soldats alliés feront le lendemain matin la jonction avec les forces canadiennes et britanniques débarquées à Juno Beach.

Sword Beach est la seule des 5 plages du débarquement de Normandie où débarquent des soldats français. Ce sont 177 fusiliers marins français du commando Kieffer.

Quel est le bilan du Jour J (D-Day) ?

Le Jour J (D-Day) les Alliés ont remporté la victoire lors du débarquement sur les plages de Normandie.

Les Alliés ont réussi à prendre pied sur les cinq plages du débarquement.

Toutefois, les Alliés n’ont pas réussi à atteindre un des objectifs du Jour J (D-Day) : libérer Caen.

La ville de Caen ne sera libérée que le 19 juillet 1944.

Le IIIe Reich allemand a perdu la bataille car

  • L’aviation allemande, la Luftwaffe, manque d’avions de chasse et de bombardiers.
    • Elle est incapable de repérer en Angleterre les préparatifs.
    • Elle ne peut pas contre-attaquer le Jour J (D-Day).
  • La marine allemande laisse l’armada alliée traverser la Manche.
  • Les services d’espionnage n’ont pas su déterminer précisément le lieu et la date du débarquement.
  • L’état-major allemand pensait que le débarquement de Normandie était une manœuvre de diversion.

Les pertes Alliées se sont révélées inférieures aux prévisions : environ 10 000 morts, blessés ou disparus, alors qu’ils en prévoyaient 25 000.

Le débarquement de Normandie est la plus grande opération amphibie de tous les temps.

  • Près de 7000 navires.
    • 1200 bâtiments de guerre.
    • 4100 navires de transport.
    • 1600 navires de soutien.
  • 132 000 soldats alliés débarqués le 6 juin 1944.
  • 1 500 000 soldat alliés débarqués à la fin du mois de juillet 1944.
  • 23 000 parachutistes alliés.
  • 7500 avions (avions de reconnaissance, chasseurs et bombardiers légers).
  • 200 000 véhicules alliés débarqués le 6 juin 1944.

Quelles sont les conséquences du Débarquement de Normandie ?

Le débarquement victorieux des Alliés en Normandie va avoir des conséquences importantes sur le déroulement de la Seconde Guerre Mondiale en Europe.

Conséquences à court terme.

Les Alliés ont réussi à établir une solide tête de pont en Normandie, profitant de la surprise de l’armée allemande qui croyait que le débarquement en Normandie était une manœuvre de diversion et que le vraie débarquement aurait lieu dans le Pas-de-calais.

L’opération Neptune – nom de code du débarquement Allié en Normandie – ne se limite pas au débarquement de troupes alliés (1,5 millions de soldat alliés à fin juillet 1944) sur le sol normand.

Pour assurer le ravitaillement des troupes, les Alliés construisent deux ports artificiels, appelés Mulberries, en Normandie, dans le Calvados.

  • Le port Mulberry A (A comme Américain), situé à Saint-Laurent-sur-Mer, dans la zone de débarquement de Omaha Beach. Il sera détruit par la tempête du 19 au 21 juin 1944. Les Alliés décideront de ne pas le reconstruire.
  • Le port Mulberry B (B comme Britannique), situé à Arromanches, dans la zone de débarquement de Gold Beach, construit par les anglais et les canadiens, permet de décharger du matériel lourd et le ravitaillement des troupes d’invasions alliées. Pendant les  100 jours de fonctionnement du pont artificiel d’Arromanches, seront débarqués
    • 2,5 millions de personnes.
    • 500 000 véhicules.
    • 4 millions de tonnes de matériel.

Afin d’assurer leur ravitaillement en carburant, les Alliés construisent deux oléoducs sous la Manche entre l’Angleterre et les côtes normandes pour réduire leur dépendance aux navires pétroliers, en particulier en cas de mauvais temps ou d’attaques par les U-Boots ( Unterseeboot), les sous-marins allemands. Il s’agit de l’opération PLUTO (acronyme de Pipe-Line Under The Ocean). Entre le 13 et le 21 août 1944, les deux oléoducs HAIS et HAMEL sont déployés entre l’île de Wight et Querqueville, située dans le département de la Manche, à l’ouest de Cherbourg.

Conséquences à moyen terme.

Le D-Day (Jour J) du 6 juin 1944 est la première phase de la Bataille de Normandie, connue également sous le nom de code Opération Overlord.

La bataille de Normandie va durer près de 3 mois (du 6 juin 1944 au 29 août 1944) et permettre la libération de la France, conjointement avec l’opération Dragoon (débarquement de Provence des Alliés).

Le 12 septembre 1944, les armées alliées débarquées en Normandie et en Provence font la jonction à Montbard, dans le département de la Côte-d-Or, en région Bourgogne-Franche-Comté.

2 armées allemandes sont détruites ainsi qu’une partie des blindés du IIIe Reich. 25 divisions seront anéanties.

Le bilan matériel est lourd pour les allemands. 1 500 chars, 2 000 canons, 20 000 véhicules et plusieurs centaines d’avions sont détruits.

Les soldats allemands ne peuvent s’appuyer sur aucune ligne de défense efficace en France lors de leur retraite.

Conséquences à long terme.

Grâce au débarquement de Normandie du 6 juin 1944, les Alliés ont ouvert un front à l’Ouest de l’Europe.

Des troupes allemandes vont quitter le front russe, à l’Est, pour venir en renfort contre les troupes alliées débarquées en Normandie.

Les troupes de l’Union soviétique vont faire reculer les soldats allemands lors de la bataille de la Biélorussie – appelée également opération Bagration, entre le 22 juin 1944 et le 19 août 1944 et détruire 3 armées allemandes de la Wehrmacht.

Le débarquement de Normandie est un tournant de la Seconde Guerre mondiale.

Bonus 1 : Pourquoi le D-Day a été surnommé  » Le jour le plus long » ?

Le 22 avril 1944, le Generalfeldmarschall (maréchal) allemand Erwin Rommel, après avoir inspecté les fortification du mur de l’Atlantique déclare à son aide du camp Helmuth Lang.

La guerre sera gagnée ou perdue sur ces plages. Nous n’avons qu’une seule chance de repousser l’ennemi, et c’est quand il sera dans l’eau, barbotant et luttant pour venir à terre. Nos renforts n’arriveront jamais sur les lieux de l’attaque et ce serait folie que de les attendre. La Hauptkampflinie (ligne principale de résistance) sera ici. Toutes nos forces doivent se trouver le long des côtes. Croyez moi, Lang, les premières vingt-quatre heures de l’invasion seront décisivesPour les Alliés, comme pour l’Allemagne, ce sera le jour le plus long.

Citation de Erwin Rommel.

Bonus 2 : Mémoriser les plages du Débarquement de Normandie.

Les cinq plages du débarquement de Normandie à retenir sont les suivantes :

  • Utah Beach.
  • Omaha Beach.
  • Gold Beach.
  • Juno Beach.
  • Sword Beach.

Pour mémoriser les noms des 5 plages du débarquement, nous avons plusieurs moyens mnémotechniques simples à notre disposition, comme les techniques de mémorisation suivantes :

Technique de mémorisation 1 : les images support.

Classer les informations par catégorie facilite le travail de mémorisation d’une liste de mots.

La technique de mémorisation des images support est particulièrement adaptée lorsqu’il s’agit de retenir des informations classées par catégorie dans un certain ordre.

Elle permet de mémoriser directement une liste de noms ou de mots à partir de la première image mentale que vous avez conçu.

Pour bien mémoriser une liste de noms ou mots abstraits, il faut les associer à des personnages ou des objets concrets faciles à visualiser mentalement.

Le principe de mémorisation avec la technique des images support est très efficace et facile à comprendre et à appliquer :

  • Prendre, comme image support, l’image associée à la liste à retenir.
  • Classer les informations à retenir en plusieurs catégories.
  • Associer chaque catégorie à une image.
  • Placer les images dans l’image support.
  • Chaque image associée à une catégorie devient, à son tour une image support.
  • Subdiviser chaque catégorie en plusieurs sous-catégorie.
  • Associer chaque sous-catégorie à une image.
  • Placer les images de la sous-catégorie dans la catégorie associée.
  • Chaque image associée à une sous-catégorie devient, à son tour une image support.
  • Recommencez comme précédemment jusqu’à la dernière information à classer.

Nous allons ici utiliser la méthode des images support pour retenir la liste des plages du débarquement de Normandie et quelle nationalité alliée a commandé l’assaut de la zone de débarquement.

Nous allons prendre, comme première image support, une image représentant le débarquement de Normandie.

La Normandie nous fait penser aux normands, aux vikings et à leur bateau : le drakkar.

Nous avons comme première image support un drakkar échoué sur la plage pour symboliser le débarquement de Normandie.

Nous avons vu que les Alliés ayant participé au débarquement de Normandie sont principalement des américains, des britanniques et des canadiens.

Nous allons prendre comme catégories les nationalités.

Nous pouvons utiliser les 3 premières lettres de l’alphabet pour classer les plages du débarquement en fonction des nationalités des Alliés ayant débarqué.

Les lettres de l’alphabet A, B et C correspondent aux premières lettres des nationalités.

  • A : Américain.
  • B : Britannique.
  • C : Canadien.

Nous allons prendre comme images support pour symboliser les américains, les britanniques et les canadiens les lettres A, B et C avec le drapeau du pays.

  • Lettre A avec le drapeau Américain.
  • Lettre B avec le drapeau Britannique (le drapeau du Royaume-Uni).
  • Lettre C avec le drapeau Canadien.

Nous pouvons, par exemple, accrocher les lettres A, B et C au drakkar ou les imaginer comme des personnages à bord du drakkar ou sautant du drakkar sur la plage, etc. Donnez leur de la vie, des expressions. N’hésitez pas à faire appel à vos sens. A vous de laisser libre cours à votre imagination. Prenez l’image qui vous semble la plus naturelle, la plus évidente, la plus mémorable.

Il nous reste à classer, regrouper les plages de débarquement par nationalité.

Les américains ont débarqué à Utah Beach et Omaha Beach.

Les britanniques ont débarqué à Gold Beach et Sword Beach.

Les Canadiens ont débarqués à Juno Beach.

Nous allons chercher quelles images mentales associer aux plages pour retenir leurs noms.

Pour mémoriser Utah Beach, nous allons prendre comme image mnémotechnique une hutte.

Pour mémoriser Omaha Beach, nous allons prendre comme image mnémotechnique le président américain Barack Obama.

Pour mémoriser Gold Beach, nous allons prendre comme image mnémotechnique un lingot d’or;  » gold » voulant dire  » or » en anglais.

Pour mémoriser Sword Beach, nous allons prendre comme image mnémotechnique une épée,  » sword » voulant dire  » épée » en anglais.

Pour mémoriser Juno Beach, nous allons prendre comme image mnémotechnique un judoka.

  • Utah : hutte.
  • Omaha : Obama.
  • Gold : lingot d’or.
  • Sword : épée.
  • Juno : judoka.

Pour se souvenir que les américains ont débarqué à Utah Beach et Omaha Beach, nous allons associer la lettre A (symbolisant les américains) à une hutte et au président Obama.

Pour se souvenir que les britanniques ont débarqué à Gold Beach et Sword Beach, nous allons associer la lettre B (symbolisant les britanniques) à un lingot d’or et à une épée.

Pour se souvenir que les canadiens ont débarqués à Juno Beach, nous allons associer la lettre C (symbolisant les canadiens) à un judoka.

Pour mémoriser facilement la liste des plages du débarquement de Normandie et les nationalités, il nous reste à imaginer une histoire facile à retenir avec les différentes associations imagées.

Un drakkar s’échoue sur la plage, avec à son bord les lettres personnages A, B et C.

A saute du drakkar sur la plage, fonce vers une hutte et délivre le président Obama.

B saute à son tour du drakkar avec une épée pour s’emparer d’un coffre rempli de lingots d’or.

C met sa tenue de judoka, puis saute du drakkar pour aider A et B.

Nous venons de créer une histoire inoubliable pour retenir les plages du débarquement de Normandie et les nationalités.

Si vous êtes un apprenant kinesthésique,  vous pouvez vous amuser à dessiner, colorier, fabriquer la scène ou jouer l’histoire en vous mettant dans la peau d’un des personnages. L’essentiel est de faire appel à votre mémoire kinesthésique. Essayez de bouger, ressentir, vivre l’histoire pour mieux retenir les 5 plages du débarquement.

Technique de mémorisation 2 : la phrase mnémotechnique.

Avec la phrase mnémotechnique comme moyen mnémotechnique, il s’agit de créer un phrase en utilisant des mots commençant par la première lettre du nom de chaque plage.

Par exemple, nous pouvons créer la phrase suivante :

« Un Ours Géant Joue Sur le sable » : Les premières lettres de chaque mot correspondent aux noms des cinq plages du débarquement de Normandie.

  • Un : Utah Beach.
  • Ours : Omaha Beach.
  • Géant : Gold Beach.
  • Joue : Juno Beach.
  • Sur : Sword Beach.

Pour renforcer la mémorisation, vous pouvez imaginer l’ours en train de jouer avec un drakkar. Le navire normand sera notre crochet mémorielle, le moyen permettant de raccrocher l’histoire racontée par la phrase mnémotechnique au débarquement de Normandie, symbolisé par le drakkar normand.

Si vous êtes un apprenant kinesthésique,  vous pouvez vous amuser à mimer la scène, en jouant par exemple le rôle de l’ours. Vous pouvez également la dessiner, la colorier ou fabriquer la scène.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Débarquement de Normandie du 6 juin 1944

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.

 

Seconde Guerre Mondiale : dates clés (1939 – 1945)

Seconde Guerre Mondiale : les dates à retenir.  1er septembre 1939, invasion de la Pologne par l’Allemagne. 9 avril 1940, Hitler envahit le Danemark et la Norvège. 18 juin 1940, Charles De Gaulle lance un appel à poursuivre le combat. 7 décembre 1941, le Japon attaque la base militaire américaine de Pearl-Harbor. 6 juin 1944, débarquement en Normandie des Alliés. 25 août 1944, Paris est libéré. 8 août 1945, le IIIe Reich allemand capitule. 2 septembre 1945, le Japon capitule.

Vous êtes en CM2, au collège  ou passionné par l’histoire et vous voulez apprendre les grandes dates de la guerre de 39 – 45, depuis l’invasion de la Pologne le 1er septembre 1939 jusqu’à la capitulation du Japon le 2 septembre 1945 ?

Lisez ce cours d’histoire gratuit en ligne du blog éducatif Apprendre 5 minutes pour apprendre rapidement et facilement les dates les plus importantes de l’histoire de la Seconde Guerre Mondiale.

Sommaire

Définition de la Seconde Guerre Mondiale ?

La Seconde Guerre Mondiale – appelée aussi Guerre de 39-45 ou Deuxième Guerre mondiale – est la guerre totale et mondiale la plus meurtrière de l’Histoire du Monde avec plus de 60 millions de morts et qui opposa du 1er septembre 1939 au 2 septembre 1945 les Alliés, dont la France et l’Axe, dont l’Allemagne et qui fut gagnée par les Alliés.

Commencée en 1939 en Europe, après l’invasion de la Pologne par l’Allemagne, le conflit s’étend en 1941 à l’URSS et aux États-Unis et touche tous les continents.

La Seconde Guerre Mondiale prend fin en 1945 avec la capitulation de l’Allemagne et du Japon, après que les États-Unis aient largué des bombes atomiques sur les villes de Hiroshima et de Nagasaki.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Les Grandes Dates de la Seconde Guerre Mondiale (1939 - 1945)
Les Grandes Dates de la Seconde Guerre Mondiale (1939 – 1945)

1939 – 1941 : Succès des forces de l’Axe.

Résumé.

Hormis la guerre menée en Chine par le Japon depuis 1937, un des conflits régionaux liés à la Seconde Guerre Mondiale, la Deuxième Guerre mondiale demeure limitée à l’Europe au début de la guerre, avant de s’étendre à partir de 1941 au monde entier.

Cette première phase de la Seconde Guerre Mondiale donne la priorité à la stratégie.

  • Effet de surprise.
  • Utilisation de moyens militaires classiques.
  • Opérations terrestres et maritimes essentiellement.

Les forces de l’Axe appliquent la stratégie de la guerre-éclair et remportent de nombreuses victoires.

  • Pologne.
  • Norvège.
  • France.
  • Balkans.
  • Russie.
  • Sud-Est asiatique.
  • Pacifique.

La guerre-éclair – appelée Blitzkrieg en allemand – est la tactique offensive militaire ayant pour but de remporter une victoire décisive et rapide reposant sur la puissance des forces mécanisées, terrestres (blindés) et aériennes.

Les Grandes Dates à connaître.

  • 1er Septembre 1939 : L’Allemagne nazie d’Hitler envahit la Pologne. C’est le début de la Seconde Guerre Mondiale.
  • 3 Septembre 1939 : La France et le Royaume-Uni déclarent le guerre à l’Allemagne.
  • 9 avril 1940 : Hitler envahit le Danemark et la Norvège.
  • 10 mai 1940 : L’Allemagne envahit les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg puis la France, en contournant la ligne Maginot.
  • 10 juin 1940 : l’Italie déclare la guerre à la France et à la Grande Bretagne.
  • 14 juin 1940 : Les allemands entrent dans Paris.
  • 18 juin 1940 : Le général de Gaulle lance un appel à la résistance à la BBC.
  • 22 juin 1940 : l’armistice est signée à Rethondes  entre le IIIe Reich et le gouvernement français.
  • 10 juillet 1940 : Le maréchal Pétain obtient les pleins pouvoirs.
  • 7 septembre 1940 : Bombardement de Londres par l’aviation allemande.
  • 11 novembre 1940 : Manifestation contre l’armistice sur la place de l’Étoile. Elle est considérée comme l’un des premiers actes publics de la résistance intérieure française.
  • 6 avril 1941 : L’Allemagne envahit la Grèce et la Yougoslavie.
  • 22 juin 1941 : L’Allemagne envahit l’Union soviétique. Hitler rompt le pacte germano-soviétique.
  • 30 novembre 1941 : 25 000 juifs sont fusillés dans la forêt de Rumbula près de Riga en Lettonie.
  • 7 décembre 1941 : Les japonais, alliés des allemands attaquent la base militaire américaine de Pearl-Harbor. Les États-Unis entrent en guerre avec le Japon, l’Allemagne et l’Italie. La guerre devient mondiale.

1942 : Tournant de la guerre.

Résumé.

L’année 1942 est considérée comme le tournant de la Seconde Guerre Mondiale, l’année qui marque un coup d’arrêt aux victoires et à l’expansion des forces de l’Axe.

A partir du milieu de l’année 1942, les Alliés vont remporter leurs premières grandes victoires contre les forces de l’Axe.

Le premier ministre anglais Winston Churchill  résume l’importance de l’année 1942 suite aux premières victoires d’importance des Alliés en deux citations.

Après à la victoire des Alliés lors de la bataille d’El-Alamein en Égypte contre l’Allemagne et l’Italie.

Les Allemands ont vu se retourner contre eux le même volume de feu et d’acier qu’ils ont si souvent infligé aux autres. Que cela ne soit ni la fin, ni même le commencement de la fin, d’accord mais n’est-ce pas la fin du commencement ?

Citation de Winston Churchill, lors du discours du 10 Novembre 1942 à Londres.

Avant El-Alamein, nous n’avons jamais eu de victoire, après El-Alamein, nous n’avons jamais eu de défaite !

Citation de Winston Churchill, dans ses Mémoires de guerre.

Les Grandes Dates à connaître.

  • 1er janvier 1942 : déclaration des Nations Unies à Washington. Les 26 nations Alliées, en lutte contre les puissances de l’Axe s’engagent à poursuivre ensemble la guerre et à ne pas signer de paix séparée.
  • 20 janvier 1942 : Conférence de Wannsee à Berlin. Le IIIe Reich organise la « solution finale de la question juive », la Shoah, c’est-à-dire l’extermination systématique des Juifs par l’Allemagne nazie, considérés comme des ennemis irréductibles et une race inférieure.
  • 5 juin 1942 : la bataille de Midway, dans l’océan Pacifique Nord, met fin à la supériorité du Japon dans le Pacifique et le prive de sa principale force offensive.
  • 17 juillet 1942 : Hitler tente d’envahir la Russie jusqu’aux portes de Stalingrad mais l’Union soviétique remportera la victoire le 2 février 1943.
  • 7 août 1942 : Bataille de Guadalcanal dans l’océan Pacifique, aux îles Salomon, remportée par les Alliés. La campagne de Guadalcanal est la première première offensive majeure des forces alliées contre l’Empire du Japon. Guadalcanal marque le passage à une stratégie offensive des Alliés dans le Pacifique.
  • 23 octobre 1942 : début de la bataille d’El-Alamein en Égypte, qui sera remportée le 3 novembre 1942 par les Alliés.

1943 – 1945 : Victoire des Alliés.

Résumé.

La dernière phase de la Seconde Guerre Mondiale est une guerre d’usure.

Elle donne la priorité à

  • La technique.
  • La puissance industrielle.
  • La ténacité.
  • Le nombre.

Elle voient l’emploi

  • opérations amphibies de grande ampleur.
  • armes nouvelles et destructives.
    • Bazooka (lance-roquettes).
    • Bombe volante v1 (premier missile de croisière de l’histoire).
    • Fusée v2 (missile balistique).
    • Bombe atomique.

Une opération amphibie est une opération militaire consistant à transporter par mer à bord de navires de débarquement des troupes afin de réaliser une invasion terrestre sur le sol ennemi.

Les forces de l’Axe refluent partout.

  • Reflux de l’Allemagne de l’URSS, de l’Italie et de la France.
  • Invasion de l’Allemagne.
  • Reconquête du Pacifique par les Alliés.
  • Capitulation du IIIe Reich allemand  et de l’Empire du Japon.

Les Alliés remportent la guerre.

Les Grandes Dates à connaître.

  • 2 février 1943 : L’Allemagne capitule lors de la bataille de Stalingrad,  contre l’Union soviétique. L’armée allemande n’est plus invincible.
  • 27 mai 1943 : Jean Moulin fonde le Conseil National de la Résistance. (CNR) et dirigera la Résistance intérieure française.
  • 25 juillet 1943 : Mussolini est renversé. Le roi d’Italie Victor-Emmanuel III annonce à Mussolini qu’il doit quitter le pouvoir. Le 26 juillet 1943, Mussolini est arrêté. Mussolini sera toutefois délivré par les troupes parachutistes allemandes le 12 septembre 1943.
  • 5 octobre 1943 : Libération de la Corse. C’est le premier acte de libération de la France métropolitaine.
  • 28 novembre 1943 : Conférence de Téhéran. Les « trois grands » : Staline, Roosevelt et Churchill adoptent le principe d’un démembrement de l’Allemagne et discutent sur la future organisation des Nations Unies. Churchill et Roosevelt donnent des assurances à Staline de l’ouverture d’un deuxième front à l’Ouest au printemps 1944 (ce sera le Débarquement en Normandie). Staline expose ses revendications sur l’Extrême-Orient ((sud de Sakhaline, îles Kouriles) afin que l’Union soviétique accède à une mer libre de glaces.
  • 6 juin 1944 : Débarquement de Normandie, appelé également D-Day ou Jour J. Les alliés, principalement anglo-américains et canadiens, débarquent en Normandie lors de l’opération militaire amphibie alliée opération Neptune, conduite le général en chef Dwight David Eisenhower. L’objectif est de pénétrer le territoire français et de libérer la France de l’occupation allemande.
  • 15 août 1944 : Débarquement en Provence des Alliés, appelé également opération Anvil Dragoon, afin d’ouvrir un second front en France, après celui de Normandie, et de poursuivre la libération des territoires occupés.
  • 25 août 1944 : Libération de Paris, mettant fin à quatre année d’occupation de la capitale de la France. Le 26 août 1944, le Général De Gaulle descend les Champs-Élysées.
  • 26 octobre 1944 : Bataille du Golfe de Leyte, au large des Philippines, remportée par les États-Unis et l’Australie. C’est la plus grande bataille navale de l’histoire. La flotte de l’Empire du Japon est détruite, bien que le Japon ait fait appel pour la première fois aux avions-suicides des kamikazes.
  • 25 janvier 1945 : Bataille des Ardennes remportée par les Alliés. Elle va accélérer la chute du IIIe Reich en épuisant les meilleures unités allemandes et en facilitant l’offensive soviétique sur le front de l’Est.
  • 4 février 1945 : Conférence de Yalta. Roosevelt, Churchill et Staline décident le partage de l’Allemagne en quatre zones militaires d’occupation et que l’URSS entrera en guerre contre le Japon trois mois après la capitulation de l’Allemagne.
  • 30 avril 1945 : suicide d’Hitler dans son bunker de Berlin. Le 16 avril 1945, l’Union soviétique lance la bataille de Berlin. Les forces soviétiques font la jonction avec les troupes américaines le 25 avril 1945 sur l’Elbe à Torgau. Hitler est conscient de la fin de l’aventure. Mussolini a été abattu deux jours plus tôt par les partisans italiens, le 28 avril 1945. Adolf Hitler se suicide le 30 avril 1945.
  • 8 mai 1945 : N’ayant plus de chef, les allemands capitulent sans conditions à Berlin. C’est la fin de la Seconde Guerre Mondiale en Europe.
  • 6 août 1945 : Bombe atomique A lancée sur Hiroshima, au Japon par les États-Unis, faisant plus de 100 000 morts.
  • 8 août 1945 : l’URSS déclare la guerre au Japon et envahit la Mandchourie le lendemain.
  • 9 août 1945 : Les américains lancent une deuxième bombe atomique à Nagasaki faisant plus de 60 000 morts.
  • 2 septembre 1945 : L’Empire du Japon capitule face aux États-Unis, dans la baie de Tokyo, sur le cuirassé américain USS Missouri, suite à la déclaration de guerre de l’URSS et aux bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki. C’est la fin de la Guerre du Pacifique et la fin de la Seconde Guerre Mondiale.
  • 24 octobre 1945 : création de l’ONU, l’Organisation des Nations Unis, avec pour objectifs le maintien de la paix et la sécurité internationale. La Charte des Nations Unies est adoptée le 26 juin 1945 à la conférence de San Francisco, en Californie, aux États-Unis,
  • 20 novembre 1945 : début du Procès de Nuremberg. Les principaux dirigeants du IIIe Reich sont jugés pour pour de nombreux crimes par un tribunal international.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Seconde Guerre Mondiale : dates clés (1939 – 1945)

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.

Causes de la Seconde Guerre Mondiale (1939 – 1945)

Vous cherchez un résumé pour comprendre les causes de la Seconde Guerre Mondiale et connaître les événements qui ont conduit au déclenchement de la Guerre de 39-45 ?

Les principales causes de la Seconde Guerre mondiale sont le diktat imposé par le Traité de Versailles de 1919, la crise économique de 1929, l’expansionnisme de l’Allemagne et des pays de l’Axe, la faiblesse de la Société des Nations (SDN), incapable d’éviter une nouvelle guerre mondiale.

La Première Guerre Mondiale devait être la dernière et pourtant, 20 ans après le traité de paix de Versailles, la Deuxième Guerre Mondiale éclate en 1939.

Hitler va profiter de l’humiliation ressentie par l’Allemagne devant le diktat de Versailles et de la crise économique qui ruina le pays pour prendre le pouvoir et conquérir l’Europe.

Vous êtes en CM2, au collège ou passionné par l’histoire et vous voulez apprendre les causes de la Guerre de 39-45 qui dépassa en horreur la Guerre de 14-18 ?

Vous voulez connaître les événements qui ont conduit à la deuxième guerre mondiale ?

Vous voulez savoir pourquoi la Seconde Guerre Mondiale éclate en 1939 ?

Lisez ce cours d’histoire gratuit en ligne du blog éducatif Apprendre 5 minutes pour apprendre et retenir rapidement et facilement les causes de la Seconde Guerre Mondiale et les événements à l’origine de la Guerre de 39-45 en Europe et dans le monde.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Les Causes de la Seconde Guerre Mondiale (1939 - 1945).
Les Causes de la Seconde Guerre Mondiale (1939 – 1945).

Sommaire

  • Qu’est-ce que la Seconde Guerre Mondiale ?
  • Quelles sont les causes de la Seconde Guerre Mondiale ?
    • Le redécoupage de l’Europe après la Première Guerre Mondiale.
    • La crise économique de 1929.
    • La peur du désordre.
    • La montée du totalitarisme.
    • La volonté expansionniste et hégémonique de l’axe Rome-Berlin-Tokyo.
    • La faiblesse de la Société des Nations (SDN).
  • Le déclenchement de la Seconde Guerre Mondiale.
    • 13 janvier 1935, référendum sur le statut de la Sarre : la Sarre redevient allemande.
    • 3 octobre 1935, Seconde Guerre Italo-éthiopienne : conquête de l’Éthiopie par l’Italie.
    • 7 mars 1936, remilitarisation de la Rhénanie : l’Allemagne réoccupe la Rhénanie.
    • 17 juillet 1936, guerre d’Espagne : le prélude de la Seconde Guerre Mondiale.
    • 7 juillet 1937, Seconde Guerre Sino-japonaise : conquête de la Chine de l’Est par le Japon.
    • 12 mars 1938, Anschluss : Annexion de l’Autriche par l’Allemagne.
    • 30 septembre 1938, les accords de Munich : Annexion de la partie allemande de la Tchécoslovaquie par l’Allemagne.
    • 31 mars 1939, Alliance entre la France, le Royaume-Uni et la Pologne.
    • 7 avril 1939, Invasion de l’Albanie : Annexion de l’Albanie par l’Italie.
    • 23 août 1939, Pacte Germano-soviétique : Partage de l’Europe Orientale entre l’Allemagne et l’URSS.
    • 1er septembre 1939, Invasion de la Pologne par l’Allemagne : début de la Seconde Guerre Mondiale.
  • A découvrir aussi.

Qu’est-ce que la Seconde Guerre Mondiale ?

La Seconde Guerre Mondiale – appelée aussi Guerre de 39-45 ou Deuxième Guerre mondiale – est la guerre totale et mondiale la plus meurtrière de l’Histoire du Monde avec plus de 60 millions de morts et qui opposa du 1er septembre 1939 au 2 septembre 1945 les Alliés, dont la France et l’Axe, dont l’Allemagne et qui fut gagnée par les Alliés.

Commencée en 1939 en Europe, après l’invasion de la Pologne par l’Allemagne, le conflit s’étend en 1941 à l’URSS et aux États-Unis et touche tous les continents.

La Seconde Guerre Mondiale prend fin en 1945 avec la capitulation de l’Allemagne et du Japon, après que les États-Unis aient largué des bombes atomiques sur les villes de Hiroshima et de Nagasaki.

Quelles sont les causes de la Seconde Guerre Mondiale ?

En 1919, après la Première Guerre Mondiale, l’Europe est ruinée. Pendant les 4 années de la Guerre de 14-18, pendant que les hommes combattent au front dans les tranchées, les femmes et les enfants font fonctionner les usines et travaillent aux champs. La guerre est totale.

A la fin de cette guerre totale, les peuples aspirent à la paix. Ils souhaitent que cette guerre soit la dernière : la  » der des ders ».

Mais les dirigeants des pays Alliés, vainqueurs de la 1ère Guerre Mondiale, imposent des conditions telles, lors du Traité de paix de Versailles du 28 juin 1919, qu’elles vont entrainer les pays déçus vers une nouvelle guerre mondiale.

Le redécoupage de l’Europe après la Première Guerre Mondiale.

Le 3 mars 1918, la Russie bolchevique et les Empires Centraux signent le Traité de Brest-Litovsk après que les Empires Centraux – Allemagne, Autriche-Hongrie et Empire Ottoman – aient avancé à l’intérieur de la Russie. La Russie perd une partie de son territoire.

Le 28 juin 1919, lors du Traité de paix de Versailles, les Alliés, vainqueurs de la Première Guerre Mondiale, vont redécouper la carte de l’Europe en démantelant les Empires Centraux, vaincus lors de la Guerre de 14-18.

Deux pays, en particulier – l’Allemagne et l’Italie – vont très mal ressentir la signature du Traité de Versailles de 1919.

L’Allemagne.

  • Perd 15% de son territoire et son empire colonial. En particulier, la France récupère l’Alsace et la Lorraine qu’elle avait perdu en 1871.
  • Voit sa puissance militaire limitée.
  • Doit payer des indemnités considérables à la France et à la Belgique.
  • Perd la propriété de ses brevets.

L’opinion publique allemande considèrera le Traité de Versailles comme un diktat, c’est-à-dire comme un traité humiliant imposé par la force et sans condition par les Alliés.

Les allemands considèrent que la classe politique est à l’origine de la défaite de 1918. Cette rancœur poussera l’armée allemande à rejoindre Hitler lors de son accession au pouvoir.

L’Italie.

Bien que faisant parti des pays Alliés, vainqueurs de la Première Guerre Mondiale, l’Italie considère sa  » victoire mutilée ».

Les Alliés n’ont pas respecté les promesses du Pacte de Londres envers l’Italie.

L’Italie ne reçoit pas certains territoires prévus par le Pacte de Londres comme l’Istrie et la Dalmatie.

La crise économique de 1929.

En 1929, la crise économique – appelée Grande Dépression ou Crise Économique des années 1930  – éclate et durera jusqu’à la Deuxième Guerre Mondiale.

La Guerre de 14-18 a ruiné les pays de l’Europe. Il fallut de nombreuses années pour que les pays européens redressent leur économie.

Les États-Unis, au contraire, se sont enrichis en vendant des armes, de la nourriture et en prêtant de l’argent aux pays Alliés de la 1ère Guerre Mondiale.

Mais la spéculation boursière est trop forte. Les milieux financiers s’en rendent compte et paniquent.

Le 24 octobre 1929, le krach boursier – appelé  » Jeudi noir » – entraine l’effondrement des actions à la Bourse de New York.

La longueur et l’ampleur de la crise économique vont entrainer la ruine, la faillite et la fermeture de nombreuses banques et entreprises. Des millions de personnes se retrouvent au chômage et dans la misère.

Le Japon et l’Allemagne sont durement touchés.

La peur du désordre.

Dans de nombreux pays d’Europe, les ouvriers qui souffrent de la misère après la Première Guerre Mondiale, veulent suivre l’exemple de la Russie bolchevique et se révoltent.

Le 9 novembre 1918, l’empereur allemand Guillaume II abdique suite à la Révolution ouvrière de Novembre. La République allemande – appelée République de Weimar – est proclamée.

Le 21 mars 1919, la République des conseils de Hongrie, d’inspiration communiste, est proclamée, suite à la Révolution Hongroise de 1919.

L’Autriche, l’Italie et d’autres pays européens connaissent également des troubles importants.

Face à ces troubles, des pays comme l’Italie et l’Allemagne, veulent rétablir l’ordre.

En Italie, Mussolini fonde le parti nationaliste fasciste – nationaliste, autoritaire, anti-socialiste et antisyndical – dont les militants font régner la terreur contre les ouvriers et les paysans.

L’Allemagne se tourne vers le parti Nazi – parti national-socialiste – qui lui promet de sortir de la crise et de rétablir l’ordre.

La montée du totalitarisme.

La période de l’entre-deux guerres va être marquée par la montée des idéologies nationalistes et totalitaires de droite (fascisme, nazisme) et de gauche (communisme).

Suite à la Première Guerre Mondiale, la chute des Empires Centraux (Allemagne, Autriche-Hongrie, Empire ottoman), le renversement du tsar de Russie Nicolas II par les bolcheviks (communistes) et la crise économique vont favoriser l’arrivée au pouvoir des régimes totalitaires en Allemagne, en Italie et au Japon.

L’Italie de Mussolini.

Le Traité de paix de Versailles du 28 juin 1919 n’a pas apporté à l’Italie tous les territoires promis.

Profitant

  • du mécontentement des italiens suite à leur  » victoire mutilée »,
  • de la crise économique et sociale,
  • de la peur d’une révolution bolchevique italienne,
  • de l’instabilité gouvernementale,

Benito Mussolini crée le Parti National Fasciste en 1921 – en italien, le Partito Nazionale Fascista : PNF – et le présente comme l’unique force politique de l’Italie.

Le 31 octobre 1922, Mussolini devient Président du Conseil des ministres du Royaume d’Italie et obtient les pleins pouvoirs en matière économique et administrative afin de rétablir l’ordre.

La dictature fasciste et expansionniste se met en place.

  • Régime totalitaire : l’État prime. L’individu ne compte pas. Les opposants sont exilés ou assassinés.
  • Anticommuniste.
  • Impérialisme : Mussolini veut restaurer l’Empire romain.
  • Culte du chef. Mussolini se proclame le  » Duce », c’est-à-dire le chef, le guide.
  • Encadrement de la population : police politique omniprésente, embrigadement, propagande.

L’idéologie fasciste se résume en une phrase de Benito Mussolini.

Tout par l’État, rien hors de l’État, rien contre l’État !

Citation de Benito Mussolini – 1927.

Le 3 octobre 1935, l’Italie envahit l’Éthiopie.

Le 1er novembre 1936, l’Italie signe des accords de coopération avec l’Allemagne. C’est la naissance de l’Axe Rome-Berlin.

Le 7 avril 1939, l’Italie envahit l’Albanie.

Le 22 mai 1939, l’Italie et l’Allemagne signent le Pacte d’Acier à Berlin. Le Pacte d’Acier est une alliance militaire automatique et offensive.

L’Allemagne d’Hitler.

L’Allemagne a perdu la Première Guerre Mondiale.

Les Alliés imposent à l’Allemagne un paix humiliante lors du Traité de Versailles de 1919.

Devant payer une somme énorme pour rembourser les dommages causés lors de la Première Guerre Mondiale, l’Allemagne est entrainée dans la crise économique et dans une inflation galopante en 1922 – 1923.

À cause de

  • la crise économique de 1929 et des 6 millions de chômeurs qu’elle entraina,
  • des échecs de la République de Weimar qui a succédé à la monarchie,
  • du nationalisme engendré par le Traité de Versailles,

les allemands recherchent l’ordre pour réduire le chômage et restaurer la grandeur de l’Allemagne.

Adolf Hitler, qui veut reconquérir les territoires perdus et construire une grande Allemagne, profite de cette situation et accède au pouvoir avec son parti, le NSDAP – en allemand, Nationalsozialistische Deutsche Arbeiterpartei :  NSDAP – appelé également  » parti nazi ».

Hitler constitue une formation paramilitaire – appelée SA (SturmAbteilung : Sections d’Assaut) ou « Chemises brunes » – pour lutter contre les adversaires du parti nazi.

Hitler s’entoure également d’une garde personnelle – appelée SS (Schutzstaffel : Section de Sécurité ou escadron de protection) – dont les effectifs vont croître et les missions évoluer. La Schutzstaffel deviendra l’un des instruments nazis les plus meurtriers.

Les adversaires politiques du parti nazi ne parviennent pas à s’unir.

Le 13 mars 1932, Adolf Hitler obtient 30% au premier tour de l’élection présidentielle allemande mais est battu au second tour par le président sortant Paul Von Hindenburg.

Toutefois, aux élections législatives du 31 juillet 1932, le NSDAP arrive en tête avec plus de 37% des voix.

Hitler fait l’unité d’un vaste électorat.

  • Crainte du chômage par les classes moyennes. La situation économique et sociale s’est dégradée.
  • Vote protestataire des campagnes, éprouvées par la crise et exploités par les Junkers – les junkers sont des nobles, propriétaires terriens.
  • Soutien des femmes, des protestants, des étudiants.
  • Alliance avec la droite nationaliste.
  • Opposition des communistes contre les socialistes. Les communistes refusent de s’allier aux socialistes contre le NSDAP d’Hitler.
  • Hitler se présente comme un démocrate et un modéré.
  • Discours plus traditionaliste.

Le 30 janvier 1933, Adolf Hitler est nommé légalement Chancelier du Reich – chef du gouvernement du Reich allemand – par le président du Reich Paul Von Hindenburg; un gouvernement conservateur dans lequel se trouvent deux nazis :

  • Wilhem Frick est nommé ministre de l’intérieur.
  • Hermann Göring – ministre de l’intérieur pour la Prusse – est nommé ministre sans portefeuille.

Hitler a le soutien

  • Une partie du patronat,
  • Le parti national du peuple allemand (DNVP); parti conservateur de droite.
  • Franz von Papen, l’ancien chancelier du Zentrum – le Zentrum est un parti catholique – et nommé vice-chancelier dans le gouvernement d’Adolf Hitler. Franz von Papen espérait faire d’Hitler une marionnette et le faire renvoyer du gouvernement pour reprendre le pouvoir.

Le 27 février 1933, l’incendie criminel du Reichtag, siège du parlement allemand à Berlin, sert de prétexte à Hitler pour suspendre les libertés individuelles et pour éliminer les opposants politiques, en particulier les députés communistes.

C’est un signe de Dieu, Herr Vice-Chancelier ! Si ce feu, comme je le crois, est l’œuvre des communistes, nous devons écraser cette peste meurtrière d’une main de fer !

Citation d’Adolf Hitler au vice-chancelier Franz von Papen – 28 février 1933.

C’est la fin de la démocratie en Allemagne.

Le 5 mars 1933, le NSDAP remporte les élections législatives allemandes avec 43,9% des voix. Hitler atteint son but. Adolf Hitler arrive au pouvoir légalement.

Le 20 mars 1933, Hitler proclame l’avènement du IIIe Reich.

Le 23 mars, Hitler obtient les pleins pouvoirs après le vote des députés allemands du Reichstag.

Le 2 août 1934, à la mort du président du Reich Paul Von Hindenburg, Hitler devient président et chancelier (Hitler devient « Führer und Reichskanzler ») du IIIe Reich.
Le plébiscite du 19 août 1934 donne définitivement à Hitler les pleins pouvoirs, après l’adhésion du peuple allemand.

L’idéologie nazie est caractérisée par

  • Rejet de la démocratie parlementaire et du communisme soviétique.
  • Racisme fanatique : supériorité de la race allemande (les Aryens). Au bas de la hiérarchie de l’humanité se trouvent les slaves et les juifs.

L’idéologie nazie est

  • antidémocratique,
  • anticommuniste,
  • raciste,
  • antisémite,
  • culte du chef.

L‘idéologie nazie peut se résumer au slogan de l’affiche de 1938 « Ein Volk ein Reich ein Führer » (« Un seul peuple, un seul État, un seul chef »). Le peuple uni est conduit par un chef unique.

Le peuple allemand doit être uni autour de son chef, Adolf Hitler, pour dominer les autres peuples et conquérir le Lebensraum (« l’espace vital »).

L’URSS de Staline.

En Russie, les défaites et la crise économique lors de la Première Guerre Mondiale ont entraîné le renversement du tsar. Les bolcheviks, qui formeront le Parti Communiste de l’Union Soviétique (PCUS), prennent le pouvoir, avec , à leur tête, Lénine.

Arrivé au pouvoir, le 3 avril 1922 en tant que secrétaire général du parti communiste, Joseph Staline, partisan d’un État fort et autoritaire, met en place un régime totalitaire communiste.

Les caractéristiques du stalinisme sont

  • Le centralisme.
  • La dictature du parti unique. Le parti communiste de l’Union soviétique (PCUS) est le seul parti politique autorisé en URSS. Les opposants sont exclus et punis.
  • Le collectivisme. L’État détient les moyens de production.
  • L’économie planifiée, dirigée par l’État.
  • L’emploi de la force et de la terreur pour gouverner. Dans les années 1930, le parti communiste élimine les opposants politiques en les exécutants ou en les déportant dans des camps de concentrations : les camps de travail du Goulag. Cette période s’appelle la Grande Terreur ou Grandes Purges.
  • Le culte de la personnalité. Staline se fait surnommé le Vojd – le guide – ou le Père des peuples.
  • Le nationalisme grand-russe.

Le 23 août 1939, Staline ne croit pas à la volonté des occidentaux de combattre Hitler en Europe de l’Est et souhaite récupérer des territoires perdus suite à la Première Guerre Mondiale. Il signe le Pacte germano-soviétique, appelé également Traité de non-agression entre l’Allemagne et l’Union Soviétique.

Un protocole du Pacte germano-soviétique prévoit

  • Le partage de l’Europe Centrale en zones d’influence.
  • Le renforcement des relations économiques entre les deux pays, permettant à l’Allemagne de se procurer les matières premières dont elle a besoin.

Le Japon d’Hirohito.

Le Japon est la première puissance économique et militaire d’Extrême Orient.

L’empereur Hirohito, appelé également empereur Shōwa – Shōwa signifie « paix éclairée » – a succédé à son père le 25 décembre 1926.

L’Empire du Japon a peu de matières premières et a du mal à nourrir sa population.

Les matières premières comme le fer, le pétrole et le charbon doivent être importées par le Japon.

Après la Première Guerre Mondiale et la crise économique de 1929, les pays occidentaux, menacés par le chômage, ferment leurs frontières aux produits japonais meilleurs marchés.

Le chômage sévit et les krachs financiers se succèdent. Le Japon est entrainé dans la crise économique.

Le 19 septembre 1931, l’armée japonaise du Guandong envahit la Mandchourie en Chine.

La province chinoise de la Mandchourie fournirait des produits alimentaires, des matières premières (fer et charbon), des débouchés et des terres à exploiter pour les paysans japonais affamés.

Le 7 janvier 1932, les États-Unis déclarent qu’ils ne reconnaitront aucun gouvernement établi par le Japon en Mandchourie.

La crise économique, amène les militaires au gouvernement en 1932, après que ceux-ci se soient emparés de la Mandchourie, en Chine.

Le 26 mai 1932, le vicomte Saitō Makoto, amiral de la marine impériale japonaise est nommé premier ministre du Japon.

Les militaires accèdent au pouvoir en 1932 à cause

  • De la crise économique.
  • Du protectionnisme des occidentaux.
  • De la croissance démographique.

L’expansionnisme semble aux japonais le seul moyen de garantir leur autonomie.

Le 2 octobre 1932, le rapport Lytton rédigé par la Société des Nations (SDN) refuse de reconnaître le Mandchoukouo comme une nation indépendante.

Le 27 mars 1933, l’Empire du Japon quitte la Société des Nations.

Le militarisme japonais est caractérisé par

  • l’ultranationaliste.
  • l’affirmation de la supériorité de la race japonaise.
  • la croyance en l’origine divine de l’empereur.

Après avoir assassiné leurs opposants, les militaires remplacent au pouvoir les partis politiques modérés, compromis par la corruption et les scandales.

Ils veulent faire de l’Asie et du Pacifique un vaste empire pouvant fournir

  • matières premières,
  • main d’œuvre,
  • débouchés pour leur industrie.

Les conquêtes militaires sont pour le Japon le meilleur moyen d’assurer les matières premières nécessaires et de nouveaux débouchés.

La volonté expansionniste et hégémonique de l’axe Rome-Berlin-Tokyo.

Les principaux pays de l’Axe, l’Allemagne, l’Italie et le Japon ont des ambitions expansionnistes et hégémoniques.

  • L’Italie veut dominer la Méditerranée.
  • L’Allemagne veut dominer l’Europe de l’Est.
  • Le Japon veut dominer l’Asie et le Pacifique.

Ils vont s’entendre pour se partager et dominer le monde.

Le 27 septembre 1940, ils signeront à Berlin  le Pacte Tripartite, un pacte militaire. Il prévoit l’aide des autres signataires du pacte en cas d’attaque de l’un des signataires par un autre pays.

Ils poursuivent 2 buts.

  • Étendre et fonder des empires grâce aux conquêtes militaires.
  • Détruire ou neutraliser le communisme soviétique.

Italie : le rêve d’un nouvel Empire romain.

En Italie, Benito Mussolini veut recréer un Empire romain en Méditerranée et dans le Nord-Est de l’Afrique.

Il veut restaurer l’importance de l’Italie en Europe et dans le monde.

Voulant agrandir l’empire colonial italien et y installer les italiens pauvres, il envahit l’Éthiopie en 1935 et l’annexe l’année suivante.

La SDN – Société des Nations – condamne l’invasion de l’Éthiopie par l’Italie mais l’Allemagne d’Adolf Hitler soutient l’Italie.

Le 25 juillet 1936, l’Allemagne reconnait la conquête de l’Éthiopie par l’Italie.

Le 1er novembre 1936, l’Italie signe des accords de coopération avec l’Allemagne. C’est la naissance de l’Axe Rome-Berlin.

L’Italie fasciste de Mussolini devient l’alliée de l’Allemagne nazie d’Hitler.

Allemagne : l’espace vital.

La théorie de Lebensraum ou « espace vital« , créée par le géographe allemand Friedrich Ratzel à la fin du XIXe siècle et développée par le théoricien allemand de la la géopolitique Karl Haushofer, est associé au besoin d’un territoire suffisant pour assurer la survie (culturelle, etc.) d’un peuple, puis sa croissance grâce à son influence territoriale.

Cette théorie va être reprise par le régime nazi pour justifier sa politique expansionniste.

Hitler veut agrandir l’Allemagne à l’intérieur de l’Europe en étendant les frontières vers l’Est.

Si nous parlons aujourd’hui de nouvelles terres en Europe, nous ne saurions penser d’abord qu’à la Russie et aux pays limitrophes qui en dépendent.

Citation d’Adolf Hitler.

Japon : Hakkō ichiu, « huit cordons de la Couronne, un toit ».

Le slogan politique  » Hakkō ichiu », « huit cordons de la Couronne, un toit », c’est-à-dire « tout le monde sous un même toit » résume la doctrine ultranationaliste et la croyance en la suprématie de la race japonaise sur ses voisins asiatiques.

  • Le Japon est placé au centre du monde.
  • L’empereur est considéré comme le descendant de la déesse Amaterasu Omikami, la déesse du soleil.
  • L’étranger est considéré comme un kichiku (une bête), comme un être inférieur.
  • Le peuple japonais est considéré comme génétiquement supérieur.
  • Les japonais ont le droit de dominer l’Asie.

Le Japon a peu de matières premières. Les militaires japonais au pouvoir veulent faire de l’Asie et du Pacifique un vaste empire pour assurer les matières premières nécessaires et de nouveaux débouchés au Japon.

Mais après avoir occupé le Mandchoukouo en 1931, l’armée impériale japonaise va se heurter à l’armée rouge, l’armée de l’Union soviétique.

Le 25 novembre 1936, le Japon signe le Pacte Anti-Komintern avec l’Allemagne anticommuniste, afin de se prémunir d’une attaque de l’armée soviétique.

L’Allemagne et le Japon se prêteront secours en cas d’attaque de l’URSS contre l’un d’eux.

Un an plus tard, le 6 novembre 1937, l’Italie de Mussolini signera à son tour le Pacte Anti-Komintern.

27 septembre 1940 : signature du Pacte Tripartite.

Le 27 septembre 1940, l’Italie, l’Allemagne et le Japon signent le Pacte Tripartite à Berlin.

Il renforce l’alliance des 3 pays signataires.

Le Pacte Tripartite est un pacte de défense. Il s’agit d’un accord de défense, contre tout pays qui n’est pas encore engagée dans la guerre.

Le Pacte Tripartite reconnait les zones d’influence de chaque signataire :

  • L’Allemagne domine l’Europe continentale.
  • L’Italie domine la Méditerranée.
  • Le Japon domine l’Asie orientale et le Pacifique.

Le Pacte Tripartite sera mis en œuvre, par exemple, par l’Allemagne et l’Italie, après la déclaration de guerre des États-Unis au Japon.

Le 11 décembre 1941, l’Allemagne et l’Italie déclareront la guerre aux États-Unis, conformément au Pacte Tripartite.

Entre novembre 1940 et juin 1941, le Pacte Tripartite sera signé par d’autres pays.

  • 20 novembre 1940 : la Hongrie.
  • 23 novembre 1940 : la Roumanie.
  • 24 novembre 1940 : la Slovaquie.
  • 1er mars 1941 : la Bulgarie.
  • 25 mars 1941 : la Yougoslavie.
  • 15 juin 1941 : la Croatie.

La faiblesse de la Société des Nations (SDN).

La Société des Nations – appelée également SDN – est l’organisation internationale créée le 10 janvier 1920, après la fin de la Première Guerre Mondiale, afin de préserver la paix en Europe et dont le siège se trouve à Genève, en Suisse.

La Société des Nations a pour but principal de parvenir à un désarmement général pour éviter les guerres et assurer la sécurité collective.

Même si la SDN remporte plusieurs succès dans le règlement de plusieurs conflits, la Société des Nations ne parvient pas à arrêter le réarmement de l’Allemagne, de l’Italie et du Japon.

La Société des Nations cumule trop de faiblesses pour assurer la sécurité collective.

  • Pas de force armée spécifique.
  • Dépend des Grandes puissances pour faire appliquer ses décisions.
  • Doit résoudre les conflits par la négociation.
  • Les résolutions de la SDN sont autorisées par un vote unanime du Conseil. Les décisions sont lentes et difficiles à prendre.
  • Les États-Unis, première puissance mondiale, pourtant à l’initiative de la création de la SDN, ne font pas partie de la Société des Nations, le sénat américain ayant refusé de ratifier le Traité de Versailles.
  • Les populations et les gouvernements de la France et de la Grande-Bretagne sont pacifistes. Ce sont les deux membres les plus importants de la SDN.
  • Les pays de l’Axe Rome-Berlin-Tokyo quittent la Société des Nations dans les années 1930.

Le 27 mars 1933, le Japon quitte la SDN après avoir envahi la Mandchourie en 1931.

Le 14 octobre 1933, Hitler retire l’Allemagne de la SDN après avoir pris le pouvoir.

Le 11 décembre 1937, l’Italie fasciste de Mussolini quitte la SDN après avoir envahi l’Éthiopie et se rapproche de l’Allemagne nazie d’Hitler.

Une citation de Benito Mussolini résume les faiblesses de la Société des Nations.

la Société des Nations est très efficace quand les moineaux crient, mais plus du tout quand les aigles attaquent.

Citation de Benito Mussolini.

Le déclenchement de la Seconde Guerre Mondiale.

La Société des Nations (SDN), impuissante et incapable de s’entendre pour prendre des sanctions,  assiste sans réagir aux crises qui se multiplient en Europe et dans le monde (guerre d’Espagne, seconde guerre sino-japonaise) jusqu’au déclenchement de la Seconde Guerre Mondiale suite à l’invasion de la Pologne par l’Allemagne le 1er septembre 1939.

Adolf Hitler veut regrouper dans un même État, le IIIe Reich, toutes les régions d’Europe parlant allemand. C’est ce qu’Hitler appelle le Lebensraum, l’espace vital.

Adolf Hitler, de son arrivée au pouvoir en 1933, jusqu’au déclenchement de la Seconde Guerre Mondiale en 1939, et son régime nazi vont être appréciés des milieux populaires car ils réussiront à faire reculer le chômage avec un programme de grands travaux civils et de réarmement et par ses succès de politique extérieure.

Il va réussir à effacer les dispositifs humiliants du Traité de Versailles.

13 janvier 1935, référendum sur le statut de la Sarre.

Le Traité de Versailles de 1919, après la Première Guerre Mondiale,

  • accorde la propriété des mines de charbon de la Sarre – région allemande frontalière avec la France – à la France à titre de réparation en nature des dommages subis lors de la Grande Guerre.
  • place le territoire du bassin de la Sarre sous administration de la Société des Nations pendant 15 ans, période au bout de laquelle devra être organisé un référendum décidant du rattachement du territoire du bassin de la Sarre à la France ou à l’Allemagne.

La majorité des habitants, d’origine germanophone souhaite être rattachée à l’Allemagne.

La propagande nazi fait du référendum sur le statut de la Sarre une alternative entre le rattachement à l’Allemagne ou le maintien du chômage de masse.

Le 13 janvier 1935, le référendum sur le statut de la Sarre plébiscite la réunification de la Sarre avec l’Allemagne avec une majorité de plus de 90% en faveur du rattachement à l’Allemagne.

Le plébiscite est

  • Un triomphe pour Adolf Hitler.
  • Renforce ses positions.
  • Une première étape vers la conquête de l’espace vital, le Lebensraum.

Le 17 janvier 1935, le conseil de la Société des Nations approuve le rattachement à l’Allemagne.

Le 1er mars 1935, le IIIe Reich reprend le contrôle de la Sarre. La Sarre est réunifiée avec l’Allemagne.

Le Reich rachète également les mines lors du rattachement de la Sarre.

3 octobre 1935, Seconde Guerre Italo-éthiopienne : conquête de l’Éthiopie par l’Italie.

Définition de la Seconde Guerre Italo-éthiopienne.

La Seconde Guerre Italo-éthiopienne, appelée également campagne d’Abyssinie, est le conflit armé qui opposa en Éthiopie l’Italie fasciste de Benito Mussolini à l’Empire d’Éthiopie de Haïlé Sélassié Ier du 2 octobre 1935 au 5 mai 1936, qui se conclut par la victoire de l’Italie et la fondation de l’Afrique orientale italienne et qui fit plus de 100 000 morts.

Déclenchement de la Seconde Guerre Italo-éthiopienne.

L’Éthiopie est située entre l’Érythrée et la Somalie italienne qui sont deux colonies italiennes.

Le Président du Conseil des ministres d’Italie Benito Mussolini veut recréer un Empire romain en Méditerranée et dans le Nord-Est de l’Afrique.

Mussolini prépare les conditions d’une invasion de l’Éthiopie. Il accumule du matériel de guerre et des troupes en Érythrée et en Somalie.

Adolf Hitler a rétabli le service militaire en Allemagne le 16 mars 1935, en violation du Traité de Versailles, et menace d’envahir l’Autriche, voisine de l’Italie.

Entre le 11 et le 14 avril 1935, se tient la Conférence de Stresa, une ville au bord du Lac Majeur en Italie.

La Conférence de Stresa, appelée également Front de Stresa, est un accord entre la France, le Royaume-Uni et la France pour

  • Assurer l’indépendance de l’Autriche.
  • Obliger Hitler à respecter le Traité de Versailles.
  • Isoler l’Allemagne nazie.

Mussolini désire négocier sa participation à la défense du Traité de Versailles contre ses ambitions coloniales en Éthiopie mais n’obtient pas une position claire de la France et du Royaume-Uni, autres puissances coloniales proches de l’Éthiopie.

Mais face aux ambitions d’Hitler en Europe, la France et le Royaume-Uni veulent éviter une alliance entre l’Allemagne et l’Italie. Les deux pays sont prêts à sacrifier l’Éthiopie.

Le 2 octobre 1935, Benito Mussolini annonce son intention d’envahir l’Éthiopie, à Rome, depuis le balcon du Palais Venezia.

Nous avons été patients avec l’Éthiopie pendant quarante ans; à présent notre patience est épuisée.

Citation de Benito Mussolini.

Le 2 octobre 1935, l’Éthiopie annonce que les soldats italiens ont violé la frontière dans la région proche de la colonie française de Djibouti.

Le 3 octobre 1935, Mussolini envahit l’Éthiopie sans aucune déclaration de guerre, prenant comme prétexte plusieurs incidents de frontière.

Conséquence de la Seconde Guerre Italo-éthiopienne.

Les conséquences de la Seconde Guerre Italo-éthiopienne sur le plan international sont importantes.

  • La Société des Nations (SDN) vote contre l’Italie des sanctions économiques mais peu efficaces pour avoir attaqué l’Éthiopie, un pays membre de la SDN depuis 1923 et avoir utilisé des armes chimiques et des lance-flammes.
  • Les sanctions de la SDN, émanant de puissances coloniales (France, Royaume-Uni), sont considérées comme injuste par l’Italie.
  • Mussolini se sent trahi par les autres membres du front de Stresa, la France et le Royaume-Uni.
  • Renversement des alliances en Europe : Adolf Hitler ayant soutenu et reconnu la conquête de l’Éthiopie par l’Italie, Mussolini va quitter la Société des Nations et se rapprocher de l’Allemagne nazie d’Hitler.

7 mars 1936, remilitarisation de la Rhénanie.

Définition de la remilitarisation de la Rhénanie.

La remilitarisation de la Rhénanie est l’occupation de la Rhénanie par l’armée allemande le 7 mars 1936 de la zone de la Rhénanie démilitarisée créée suite au Traité de Versailles de 1919.

La Rhénanie démilitarisée.

Le Traité de Versailles de 1919 interdit à l’Allemagne de conserver des places fortes sur une zone de 50 kilomètres à l’Est du Rhin et tout mouvement de troupes.

Le 1er décembre 1925, le Traité de Locarno renforce ces dispositions et prévoit qu’une violation des articles du Traité de Versailles sur la Rhénanie de la part de l’Allemagne entrainerait une action contre l’Allemagne.

Le but principal de la Rhénanie démilitarisée est de répondre au besoin de sécurité de la France.

L’occupation de la Rhénanie démilitarisée.

Pour Adolf Hitler, la Rhénanie revêt une grande importance sur le plan économique et stratégique.

Le 27 février 1936, la ratification du Traité franco-soviétique d’assistance mutuelle par les députés français et l’approche des élections législative du 29 mars servent de prétexte à Adolf Hitler pour réoccuper la Rhénanie.

Profitant que

  • l’attention des puissances occidentales soit occupée par la Seconde Guerre italo-éthiopienne,
  • les élections législatives françaises ont lieu prochainement,
  • le gouvernement intérimaire français n’est pas prêt pour riposter militairement,
  • Mussolini assure à l’Allemagne que l’Italie n’interviendra pas,

Hitler occupe la Rhénanie en violation du Traité de Locarno.

Le 7 mars 1936, la Wehrmacht , l’armée allemande traverse le Rhin sans que la France et le le Royaume-Uni s’interposent.

Les négociations à la Société des Nations entre puissances européennes n’entrainent aucune sanction.

Conséquences de la remilitarisation de la Rhénanie.

L’occupation de la Rhénanie est un succès pour Hitler.

  • Renforcement de la frontière à l’Ouest de l’Allemagne.
  • Renforcement du prestige d’Adolf Hitler en Allemagne.
  • Triomphe aux élections législatives allemandes du 29 mars 1936 par le parti nazi NSDAP.
  • Renforcement de l’armement allemand grâce au complexe militaro-industriel de la Rhur.
  • Ralliement de l’état-major allemand qui pensait que tout conflit futur à l’Ouest n’était possible que si l’armée allemande occupait la rive gauche du Rhin.
  • Rapprochement avec l’Italie.
  • Suite au manque de réaction de la France et du Royaume-Uni, les pays de l’Europe de l’Est et de l’Europe danubienne ne leur font plus confiance et essaient de négocier avec l’Allemagne nazie.

L’occupation de la Rhénanie est le premier des coups de force d’Hitler qui mèneront à la Seconde Guerre Mondiale.

L’occupation de la Rhénanie sera suivie de l’occupation de l’Autriche et de la Tchécoslovaquie.

17 juillet 1936, guerre d’Espagne : le prélude de la Seconde Guerre Mondiale.

Définition de la Guerre d’Espagne.

La Guerre d’Espagne est la guerre civile espagnole qui opposa en Espagne les forces nationalistes, orientés à droite, aux forces républicaines, orientés à gauche du 17 juillet 1936 au 1er avril 1939, qui se conclut par la victoire des nationalistes, conduits par le général Franco et la chute du régime démocratique espagnol et qui fit environ 400 000 morts.

Déclenchement de la Guerre civile espagnole.

Le roi d’Espagne Alphonse XIII, qui a établi un régime semi-dictatorial,  est renversé en 1931 par une révolution libérale.

Le 14 avril 1931 suite aux élections municipales et la Seconde République espagnole est proclamée.

Le roi d’Espagne Alphonse XIII part en exil en France.

Le 26 novembre 1931, Le Cortès, le parlement espagnol, le déclare déchu.

Don Alfonso de Borbón sera privé de toutes ses dignités, droits et titres, qu’il ne pourra utiliser ni en Espagne ni hors d’Espagne, et dont le peuple espagnol, par la voix de ses représentants élus pour voter les nouvelles normes de l’État espagnol, le déclare déchu, sans possibilité de les revendiquer à l’avenir, pour lui comme pour ses successeurs.

Citation – loi du 26 novembre 1931.

Le nouveau gouvernement, formé par les partis républicains et socialistes, engage des réformes sociales et démocratiques mais la crise économique mondiale frappe l’Espagne et les tentatives de coups d’État militaire se multiplient.

Le 16 février 1936, les élections générales espagnoles donnent la victoire au Front populaire qui étaient une coalition de gauche plus radicale.

Les tensions s’accroissent et la violence se déchaine entre les fascistes du parti la Phalange, les anarchistes de Fédération Anarchiste Ibérique (FAI) et les jeunesses socialistes.

Des officiers monarchistes ou conservateurs commencent à préparer un coup d’État.

Le 13 juillet 1936, le leader de la droite monarchiste Calvo Sotelo, opposé au Front populaire, est assassiné par des militants républicains.

L’assassinat de Calvo Sotelo du 13 juillet 1936 déclenche le coup d’État.

Le 17 juillet 1936, l’insurrection contre la Seconde République commence avec le soulèvement de garnisons espagnoles au Maroc conduit par le général Franco.

L’insurrection militaire s’étend au reste de l’Espagne, soutenue par le camp nationaliste.

Elle rencontre une forte opposition du camp républicain; les forces loyales au gouvernement de la Seconde République espagnole.

L’Espagne se trouve coupée en deux, la zone tenue par le camp nationaliste de Francisco Franco – les nationalistes sont également appelés les  » Franquistes » – et la zone tenue par le camp républicain.

La répression s’abat sur les deux camps.

Intervention internationale.

Le 20 juillet 1936, le président du Conseil des ministres français Léon Blum, reçoit une demande d’assistance des républicains espagnols.

Léon Blum, favorable aux républicains y répond d’abord favorablement mais doit faire marche arrière en raison des oppositions

Le premier ministre du Royaume-Uni Stanley Baldwin, conservateur,

  • Craint l’extension du communisme au reste de l’Europe.
  • Veut éviter une guerre avec les pays totalitaires.
  • Pense éviter les ambitions expansionnistes d’Hitler en étant conciliant.
  • Fait pression sur la France : en cas d’intervention française en Espagne, le Royaume-Uni n’aidera pas la France face à l’Allemagne.

La France, le Royaume-Uni et la plupart des pays européens signent un pacte de Non-intervention. Les pays signataires seront chargés d’empêcher la livraison d’armes à l’Espagne.

Toutefois, des Brigades internationales, composées de volontaires de plusieurs nations s’engagent aux côtés de l’armée républicaine contre les forces armées du général Franco.

Adolf Hitler veut profiter du Pacte de non-intervention pour isoler la France, en prévision d’une guerre future.

L’Allemagne d’Hitler et l’Italie de Mussolini envoie une aide militaire aux nationalistes espagnols.

Hitler apporte son soutien à la Phalange espagnole, nationaliste et fasciste. Pour le Führer et son régime nazi, la guerre civile espagnole est une bataille contre le bolchévisme; la France étant depuis le 4 juin 1936 gouvernée par le Front populaire, une coalition de gauche.

Hitler profite de la Guerre d’Espagne pour

  • Tester de nouvelles armes.
  • Négocier le contrôle des sociétés minières espagnoles en échange de son aide, les nationalistes espagnols ayant peu de moyens financiers.
  • Mettre au point des stratégies de guerre totale. Les aviateurs allemands bombardent les populations civiles, comme, par exemple, le bombardement de Guernica, le 26 avril 1937, au Pays basque.

Mussolini veut

  • Rompre l’isolement de l’Italie sur le plan diplomatique suite à l’invasion de l’Éthiopie en 1935.
  • Renforcer son rayonnement et son influence sur la Méditerranée. Le général Franco lui promet de se rapprocher diplomatiquement de l’Italie en cas de victoire des nationalistes.
  • Diffuser sa propagande au niveau international.
  • Vendre des armes aux nationalistes.
  • Poursuivre son rêve d’un nouvel empire romain dominant la Méditerranée en annexant les îles Baléares espagnoles.

L’URSS de Staline apporte une aide aux républicains espagnols sous forme d’équipements militaires et de combattants, afin de lutter contre le fascisme mais il s’agit d’une aide que l’URSS se fait payer par les républicains (une part importante de l’or de la Banque d’Espagne).

L’aide de l’Union soviétique est plus limitée que celle apportée par l’Allemagne et l’Italie car Staline s’inquiète de la menace allemande à ses frontières et cherche une alliance militaire avec la France et le Royaume-Uni.

Conséquence de la guerre civile espagnole.

La guerre d’Espagne va se terminer la victoire des nationalistes contre les républicains le 1er avril 1939 et l’établissement de la dictature du général Francisco Franco.

Extrêmement violente, la guerre civile espagnole fut le théâtre de nombreuses exactions.

De nombreux réfugiés, contraint à l’exode ont fuit l’Espagne pour se réfugier en France.

L’Espagne en guerre fut le théâtre

  • des premiers bombardements militaires de civils par l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste.
  • de massacres d’opposants politiques
    • militaires fidèles au gouvernement, sympathisants des syndicats et organisations de gauche par les nationalistes.
    • hommes d’Église ou de la classe moyenne par des anarchistes ou des communistes.
    • responsables anti staliniens par le Commissariat du peuple aux Affaires intérieures soviétique (NKVD),
    • anarchistes par le Parti communiste espagnol.
  • d’une mini guerre européenne, prélude à la Seconde Guerre Mondiale.
    • L’Allemagne nazie et l’Italie fasciste combattent pour Franco.
    • L’URSS vend des armes au camp républicain.
    • La France et le Royaume-Uni choisissent de ne par intervenir mais laissent les Brigades internationales combattre auprès des républicains.
  • d’une guerre idéologique.
    • La gauche lutte contre l’expansion du fascisme.
    • La droite combat le bolchévisme.

7 juillet 1937, Seconde Guerre Sino-japonaise : conquête de la Chine de l’Est par le Japon.

Définition de la Seconde Guerre Sino-japonaise.

La Seconde Guerre sino-japonaise est le conflit armé qui opposa, en Chine, l’Empire du Japon à la République de Chine du 7 juillet 1937 au 9 septembre 1945, qui se conclut par la victoire de la Chine, une semaine après la capitulation du Japon à la fin de la Seconde Guerre Mondiale et qui fit plus de 20 millions de morts, essentiellement des civils chinois.

Déclenchement de la Seconde Guerre Sino-japonaise.

Après l’invasion de la Mandchourie en 1931, l’Empire du Japon poursuit sa politique expansionniste en Chine.

Pendant ce temps, en Chine, les nationalistes chinois du parti Kuomintang – conduits par le premier ministre de la république de Chine Tchang Kaï-chek – et les communistes chinois, sous l’autorité de Mao Zedong, s’affrontent pour le pouvoir.

Les japonais veulent profiter du conflit entre le gouvernement chinois et les communistes pour conquérir la Chine.

Le 7 juillet 1937, des soldats japonais manœuvrent en Chine près du pont Marco Polo, près de Pékin.

Les Japonais accusent les Chinois d’avoir enlevé un de leurs soldats et demandent à fouiller les maisons, ce que refuse les chinois.

Les japonais se servent de l’incident du pont Marco Polo du 7 juillet 1937 comme prétexte pour envoyer des renforts et s’emparer de Pékin.

L’incident du pont Marco Polo du 7 juillet 1937 déclenche la Seconde Guerre Sino-japonaise.

Le 29 juillet 1937, Pékin devient partie intégrante de l’Empire du Japon.

Les nationalistes du Kuomintang et les communistes réalisent une trêve dans la guerre civile et vont s’allier pour lutter contre l’Empire nippon. Cette alliance est connue sous le nom de Deuxième Front Uni Chinois.

Intervention internationale.

La plupart des pays pensent que la Chine perdra la guerre contre l’Empire du Japon car elle manquait de munitions; la plupart des usines d’armements se trouvant dans des zones contrôlées par le Japon.

Les puissances étrangères ne souhaitent pas apporter une aide trop importante à la Chine afin de ne pas compromettre leurs relations avec le Japon.

Le 21 août 1937, le gouvernement chinois et le gouvernement de l’URSS signent un pacte de non-agression.

Russie :

Staline, conscient de la faiblesse militaire chinoise, apporte une aide militaire à la Chine pour éviter

  • Effondrement rapide de la Chine qui permettrait au Japon de se poursuivre son expansion vers la Sibérie.
  • Guerre sur deux fronts : avec le Japon sur sa frontière orientale et avec l’Allemagne sur sa frontière occidentale.

Allemagne :

Arrivée au pouvoir en 1933, l’Allemagne nazie d’Hitler a besoin de matières premières pour renforcer son potentiel militaire.

En août 1934, l’Allemagne et la Chine signent le « Traité pour les échanges de matières premières chinoises contre les produits agricoles de l’industrie allemande et autres ».

L’Allemagne reçoit des matières premières stratégiques pour son industrie militaire, la rendant moins dépendante de la communauté internationale.

La Chine peut exporter des matières premières et reçoit, en échange, des produits industriels allemand indispensables à son développement.

Nationaliste et anti-communiste, Tchang Kaï-chek est le premier ministre de la république de Chine.

Afin d’appuyer la politique anti-communiste de Tchang Kaï-check, l’Allemagne fournira jusqu’en 1938 à la république des Chine des armes et des conseillers militaires pour moderniser l’équipement militaire et entrainer l’armée.

Après avoir perdu en 1939 la bataille de Khalkhin Gol en Mongolie contre l’Union soviétique, l’Empire du Japon décide de mettre en place une politique d’expansion vers le sud et s’intéresse aux colonies du Royaume-Uni, de la France et des Pays-Bas.

Afin de poursuivre son but, l’Empire du Japon va chercher à se rapprocher de l’Allemagne et de l’Italie, en guerre contre le Royaume-Uni et la France.

Le 27 septembre 1940, l’Italie, l’Allemagne et le Japon signent le Pacte Tripartite à Berlin, qui reconnait la prédominance de l’Empire du Japon sur l’Asie orientale et le Pacifique.

La coopération entre l’Allemagne et la Chine va cesser. L’Allemagne nazie reconnaitra le Gouvernement national réorganisé de la république de Chine – appelé également « régime de Nankin », en Chine du Sud –  qui collaborait avec le Japon.

Royaume-Uni :

Le Royaume-Uni apporte une aide économique à la république de Chine.

En échange de son soutien financier à la république de Chine, le Royaume-Uni vont détenir les réserves chinoises en argent.

États-Unis :

Dès le déclenchement de la Seconde Guerre Sino-japonaise, les États-Unis du président américain Franklin Delano Roosevelt envoyèrent des aides à la république de Chine de Tchang Kaï-check.

Après l’incident du Panay, le 12 décembre 1937 – l’aviation de l’armée japonaise détruisit la canonnière USS Panay, un navire de guerre américain, qui participait à l’évacuation des ressortissants étrangers de la ville de Nankin en Chine -, les relations entre les États-Unis et l’Empire du Japon vont encore se dégrader, ainsi que son image dans l’opinion publique internationale.

Claire Lee Chennault, conseiller américain à l’aviation de Tchang Kaï-check va créer l’escadrille de pilotes américains les Tigres volants qui combattra aux côtés de la république de Chine contre la Japon lors de la Seconde Guerre Sino-japonaise.

Conséquence de la Seconde Guerre Sino-japonaise.

Le 9 décembre 1941, la Chine est admise parmi les Alliés, après l’attaque de Pearl Harbor, le 7 décembre 1941, par les forces aéronavales de l’Empire du Japon.

La république de Chine recevra une aide étrangère plus importante.

A la fin de la guerre, la Chine recevra l’ex-Mandchoukouo, Taïwan et les îles Pescadores.

12 mars 1938, Anschluss : Annexion de l’Autriche par l’Allemagne.

Le pangermanisme est le système politique qui veut regrouper tous les peuples germaniques dans un État unique.

Adolf Hitler ambitionne de réaliser la Grande Allemagne.

Au nom du pangermanisme, Adolf Hitler veut rattacher l’Autriche au IIIe Reich.

Au début de l’année 1938, la propagande des nazis autrichiens milite en faveur du rattachement de l’Autriche à l’Allemagne.

Le 12 mars 1938, l’armée allemande, la Wehrmacht , envahit l’Autriche pour réaliser l’annexion de l’Autriche, l’Anschluss, sans rencontrer d’opposition.

Le 10 avril 1938, les allemands et les autrichiens votent à plus de 99% le plébiscite en faveur du rattachement de l’Autriche au Reich.

Les réactions de la communauté internationale et de la SDN restent modérées.

30 septembre 1938, les accords de Munich : Annexion de la partie allemande de la Tchécoslovaquie par l’Allemagne.

La république de Tchécoslovaquie regroupe plusieurs provinces de l’ancien Empire Austro-hongrois, dont la région des Sudètes, comprenant une forte minorité allemande.

Les Allemands des Sudètes revendiquent l’autonomie.

Après l’annexion de l’Autriche, Adolf Hitler annonce à la France et au Royaume-Uni qu’il veut annexer la région des Sudètes et, qu’ensuite, l’Allemagne se contentera de ses annexions en Europe.

Une réunion a lieu à Munich les 29 et 30 septembre 1938 pour régler la crise des Sudètes.

Le 30 septembre 1938, les accords de Munich, signés par l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l’Italie, abandonnent la région des Sudètes, en Tchécoslovaquie, à l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni espérant éviter la guerre.

La Pologne et la Hongrie vont en profiter pour s’emparer de territoires de la Tchécoslovaquie.

En mars 1939, l’Allemagne va passer outre les accords de Munich.

Le 14 mars 1939, la Slovaquie déclare son indépendance, suite à l’action d’agents allemands et de séparatistes slovaques. Le Slovaquie devient un État satellite du IIIe Reich.

Les armées du Reich occupent le reste de la Bohême et de la Moravie et établissent le Protectorat de Bohême-Moravie.

La France et le Royaume-Uni commencent à mobiliser leurs troupes mais sans action concrète.

31 mars 1939, Alliance entre la France, le Royaume-Uni et la Pologne.

Le manque de réaction de la communauté internationale inquiète les petits pays européens et l’URSS.

La France et le Royaume-Uni comprennent que, pour empêcher la guerre, elles doivent faire preuve de fermeté.

Elles promettent leur aide aux pays menacés par le IIIe Reich, en particulier la Pologne.

Le 31 mars 1939, le premier ministre du Royaume-Uni, Arthur Neville Chamberlain informe la Chambre des Communes des alliances franco-polonaise et anglo-polonaise. La France et le Royaume-Uni s’engagent à aider la Pologne contre toute action pouvant menacer son indépendance.

7 avril 1939, Invasion de l’Albanie : Annexion de l’Albanie par l’Italie.

L’Albanie a une importance stratégique pour l’Italie de Mussolini.

  • Contrôle de l’entrée de la mer Adriatique.
  • Pays riche en minéraux.
  • Richesses agricoles.
  • Objectif d’autarcie de l’Italie.
  • Renforcer la position de l’Italie au sein de l’Axe.
  • Servir de base d’attaque vers la Grèce.

Le 7 avril 1939, l’armée italienne envahit l’Albanie.

Le parti fasciste s’installe en Italie.

Le 17 avril 1939, la couronne de l’Albanie est offerte au roi d’Italie Victor-Emmanuel III.

Le royaume d’Albanie, uni à l’Italie, servira de prétexte aux prétentions italiennes sur les provinces albanaises de la Yougoslavie.

A la suite de l’invasion de l’Albanie par l’Italie, le Royaume-Uni donne des garanties militaires à la Grèce et à la Roumanie mais aucun pays ne condamne absolument l’invasion de l’Albanie par l’Italie.

23 août 1939, Pacte Germano-soviétique : Partage de l’Europe Orientale entre l’Allemagne et l’URSS.

Joseph Staline, ne pouvant compter sur la communauté occidentale pour contrer les ambitions d’Adolf Hitler sur les territoires russes, entame des négociations avec l’Allemagne.

Le 23 août 1939, L’Allemagne et l’URSS signent le Pacte Germano-soviétique, à Moscou, en présence de Staline.

Le Pacte Germano-soviétique est un traité de non-agression entre l’Allemagne et l’Union soviétique.

Si les gouvernements totalitaires de l’Union soviétique de Staline et l’Allemagne nazie d’Hitler présentent des similitudes, leurs idéologies et intérêts politiques sont opposés.

Pour Staline, le Pacte Germano-soviétique représente

  • Un répit pour se préparer à l’affrontement avec l’Allemagne et le Japon, allié de l’Allemagne, qui lui parait inévitable.
  • L’occasion de récupérer des territoires perdus en 1918, dont une partie de la Pologne.

Pour Hitler, le Pacte Germano-soviétique permet

  • Éviter une guerre sur les deux fronts.
  • Une liberté d’action à l’Ouest et dans une partie de la Pologne.
  • Importer des matières premières de l’Union soviétique nécessaire à la guerre (métaux, phosphates, pétrole).

Des protocoles secrets prévoyaient le partage de l’Europe orientale.

  • L’Allemagne récupérait le centre et l’ouest de la Pologne.
  • L’URSS récupérait les pays Baltes – Lituanie, Lettonie et Estonie, une partie de la Pologne et la Roumanie.

Les dirigeants de la France et du Royaume-Uni comprennent que la guerre est inéluctable.

1er septembre 1939, Invasion de la Pologne par l’Allemagne : début de la Seconde Guerre Mondiale.

Pourquoi l’Allemagne envahit la Pologne.

Avec la signature du Pacte Germano-soviétique, le chancelier du IIIe Reich allemand Adolf Hitler ne craint plus une guerre sur les deux fronts et veut poursuivre sa conquête du Lebensraum –  » l’espace vital ».

Adolf Hitler exige que la Pologne restitue à l’Allemagne le corridor de Dantzig. Dantzig était une ancienne ville allemande.

Le 31 août 1939, l’Allemagne envoie un ultimatum à la Pologne pour qu’elle lui restitue Dantzig et son corridor.

La France et le Royaume-Uni poussent la Pologne, avec qui elles sont alliées, à refuser.

La Pologne n’envoie pas de représentant à Berlin pour accepter l’ultimatum.

Cette même journée du 31 août 1939, l’opération Himmler, appelée également incident de Gleiwitz – une opération commando nazie simulant une attaque polonaise d’un émetteur radio à Gleiwitz, en Allemagne – sert de prétexte pour déclencher la campagne de Pologne.

Déclenchement de la Seconde Guerre mondiale.

Le 1er septembre 1939 , l’armée allemande du chancelier du IIIe Reich Adolf Hitler envahit la Pologne, avec l’appui de la Slovaquie et de l’Union soviétique, sans déclaration de guerre préalable, en utilisant comme prétexte que l’armée polonaise a commis des provocations le long de la frontière germano-polonaise, ce qui déclenche, par le jeu des alliances, la déclaration de guerre de la France et du Royaume-Uni à l’Allemagne : c’est le début de la Seconde Guerre mondiale.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Causes de la Seconde Guerre Mondiale (1939 – 1945)

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.