Réchauffement Climatique – résumé, dates, causes, conséquences, solutions

Réchauffement climatique (de 1850 à nos jours) : définition, résumé, dates clés, causes, conséquences, solutions,  citations. Qu’est-ce que le réchauffement climatique ? Quelles sont les causes du dérèglement climatique ? Quelles sont les grandes dates du changement climatique ? Quelles sont les conséquences du réchauffement planétaire ? quelles sont les solutions pour réduire le réchauffement climatique ?

La planète se réchauffe rapidement.

Les glaciers fondent, le niveau des mers et des océans monte, des forêts disparaissent et des animaux sont en voie de disparition.

Par son activité, l’homme est considéré comme le principal responsable du réchauffement de la planète et de ses conséquences.

Vous voulez connaître les raisons et les effets du changement de climat ?

Vous voulez apprendre l’essentiel sur le réchauffement climatique vite et facilement ?

Vous cherchez un court résumé de cette période de l’histoire du climat dans le monde ? Vous voulez connaitre les dates clés ?

Vous êtes en CM2, au collège  ou intéressé par le climat et ses conséquences et vous voulez apprendre l’essentiel sur le réchauffement climatique depuis ses débuts en 1850 ?

Lisez ce cours gratuit en ligne du blog éducatif Apprendre 5 minutes pour apprendre rapidement et facilement les informations les plus importants du réchauffement climatique.

Vous trouverez également des citations qui illustreront ce phénomène climatique.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Réchauffement Climatique (de 1850 à nos jours) : Définition, Résumé, Dates clés, Causes, Conséquences, Solutions, Citations.
Réchauffement Climatique (de 1850 à nos jours) : Définition, Résumé, Dates clés, Causes, Conséquences, Solutions, Citations.

Sommaire

  • Définition : le réchauffement climatique en une phrase.
  • Date de début du réchauffement climatique.
  • Court Résumé du réchauffement climatique en France.
    • France métropolitaine.
    • France d’Outre-mer.
  • Résumé du réchauffement climatique dans le monde.
    • Causes du réchauffement climatique.
    • Conséquences du réchauffement climatique.
    • Solutions pour réduire le réchauffement climatique.
  • Dates clés du réchauffement climatique.
  • Citations sur le réchauffement climatique.
  • A découvrir aussi.

Définition : le réchauffement climatique en une phrase.

Le réchauffement climatique actuel est l’augmentation à long terme des températures moyennes de l’atmosphère et des océans au niveau mondial à cause de l’accroissement des gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère en raison des activités humaines depuis la révolution industrielle au XIXe siècle et s’accélérant depuis la fin du XXe siècle et entrainant des conséquences durables au niveau climatique, planétaire et sur les écosystèmes.

Date de début du réchauffement climatique.

Depuis 1850, on constate une tendance au réchauffement climatique avec une accélération des températures observées au niveau mondial et du niveau des mers et des océans.

Depuis 1950, le phénomène climatique s’amplifie.

Le 8 octobre 2018, le rapport spécial du GIEC ( Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) indique que

  • La température moyenne mondiale a augmenté d’environ 1 °C depuis l’ère préindustrielle.
  • Le réchauffement climatique de la planète dû aux activités humaines estimé augmente actuellement de 0,2 °C par décennie.
  • Au rythme des émissions actuelles, le réchauffement climatique atteindra 1,5 °C par rapport à l’ère pré-industrielle entre 2030 et 2052.
  • Si les États respectent leurs engagements pris à la COP21 (21e Conférence des parties, appelée également conférence de Paris de 2015 sur les changements climatiques), la planète se réchaufferait de 3 °C d’ici à la fin du XXIe siècle. Les catastrophes seraient irréversibles pour les humains et pour de nombreuses espèces vivantes.
  • Si rien n’est fait, la température moyenne de la Terre augmenterait de 5,5% C entre l’ère préindustrielle et l’année 2100.

Court Résumé du réchauffement climatique en France.

Au XXe siècle, la température moyenne de la France métropolitaine a augmenté de plus de 1 °C.

France métropolitaine.

D’ici la fin du XXIe siècle, les simulations pour la France métropolitaine prévoient

  • D’ici 2050, des vagues de chaleur estivales plus fréquentes, plus longues et plus intenses, en particulier sur le quart sud-est de la France.
  • Avant la fin du XXIe siècle, des sécheresses presque continues et de grande intensité, notamment dans la région Méditerranéenne.
  • Une augmentation des pluies extrêmes, principalement l’hiver avec une extension des zones impactées, en particulier vers le sud-est et les Pyrénées.
  • Des zones exposées aux risques d’incendies de forêt plus étendus, en particulier les forêts des Landes et de Sologne.
  • Des épisodes de froid polaire en France, suite aux perturbations sur le gulf stream du changement climatique.
  • Des menaces sur la biodiversité, en particulier en Méditerranée.

France d’Outre-mer.

D’ici la fin du XXIe siècle, les simulations pour la France d’Outre-mer prévoient

  • L’augmentation des températures océaniques de surface.
  • Une augmentation du volume des précipitations pour les hautes latitudes, et une diminution dans la plupart des régions émergées subtropicales, avec des sécheresses plus sévères et plus longues.
  • Des cyclones plus intenses, avec des précipitations plus intenses.
  • Une hausse du niveau des mers et des océans, menaçant de submersion totale la population ainsi que la faune et la flore des littoraux des îles d’Outre-mer; en particulier les îles de Polynésie Française.
  • L’acidification des océans, suite à l’absorption d’une partie du CO2 rejeté dans l’atmosphère par les activités humaines, menace la survie d’espèces vivant dans les eaux comme les coquilles et les crevettes.
  • La disparition des coraux et des mangroves qui protègent les côtes de la houle et de l’érosion côtière et qui représentent une richesse pour les secteurs de la pêche et du tourisme.
  • La disparition d’animaux (mammifères, oiseaux, reptiles, poissons, invertébrés, etc.).
  • La disparition d’espèces végétales. La forêt boréale de Saint Pierre et Miquelon est particulièrement exposée au changement climatique.
  • L’Augmentation des risques d’incendies de forêts suite à la hausse des températures et à une baisse des précipitations, en particulier en Nouvelle-Calédonie et en Guyane française.
  • La migration des espèces en altitude sur les îles volcaniques, avec un développement des espèces envahissantes opportunistes, comme les micro-algues toxiques pour les poissons comme pour les hommes à la Réunion, au détriment des espèces indigènes les plus fragiles.
  • Des pertes économiques (agriculture, pêche, tourisme, etc.) suite, par exemple, à la salinisation des sols, aux maladies et à l’élévation du niveau des océans.
  • Une dégradation de la santé publique entrainant décès et maladies suite aux vagues de chaleur, aux inondations, aux sécheresses, aux changements des températures et des précipitations, à la malnutrition, aux maladies diarrhéiques et aux maladies infectieuses transmises par des insectes comme les moustiques.

Résumé du réchauffement climatique dans le monde.

Causes du réchauffement climatique.

La plupart des scientifiques qui travaillent sur le changement climatique estiment que la Terre se réchauffe en raison des activités humaines.

Le réchauffement climatique actuel est dû principalement aux activités de l’Homme et, en particulier, à l’utilisation des énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz naturel) pour l’industrie, l’élevage, les transports et la production d’électricité.

Les énergies fossiles émettent des gaz à effet de serre (GES) lorsqu’elles brûlent. Le dioxyde de carbone (CO2) et le méthane (CH4) sont les principaux gaz à effet de serre responsables du réchauffement planétaire.

Le protoxyde d’azote (N2O), appelé également oxyde nitreux ou gaz hilarant, provenant en particulier de l’agriculture ( lisier, engrais, fumier, etc.), est également un gaz à effet de serre et contribue au réchauffement climatique.

Les gaz à effet de serre sont nécessaires à la vie sur Terre.

Ils permettent à l’atmosphère de laisser entrer une partie importante du rayonnement solaire tout en retenant une partie du rayonnement infrarouge réémis par le sol. L’énergie du rayonnement infrarouge absorbée par les gaz à effet de serre chauffe et retourne en partie vers le sol, le chauffant une deuxième fois après que le soleil l’ait fait une première fois.

Grâce aux gaz à effet de serre, la température moyenne à la surface de la Terre est de 15°C.

Sans les gaz à effet de serre, la température moyenne à la surface de la Terre serait de – 18°C.

Les activités humaines rejettent trop de gaz à effet de serre dans l’atmosphère et réchauffent de façon excessive la planète.

Les gaz à effet de serre s’accumulent dans l’atmosphère et atteignent désormais des niveaux records.

L’effet de serre s’amplifie.

Conséquences du réchauffement climatique.

Entre 1880 et 2016, la température moyenne à la surface de la Terre a augmenté de 1,1 degré Celsius.

Actuellement, le réchauffement global est de 0,2°C par décennie.

Le rapport spécial du GIEC publié le 8 octobre 2018 indique qu’une hausse de la température globale moyenne de 2°C pourrait avoir des conséquences désastreuses sur l’environnement, la biodiversité et sur l’humanité en général.

  • Le niveau des océans s’élève suite à la dilatation de l’eau de mer et à la fonte des glaces terrestres et des neiges.
    • Déjà montés d’une vingtaine de centimètres en un siècle, les océans pourraient s’élever de près d’un mètre d’ici 2100.
    • C’est une menace pour des centaines de millions de personnes vivant dans des zones basses côtières qui pourraient être contraintes de les quitter et pour certaines espèces vivantes qui y vivent.
    • De petits États insulaires du Pacifique ou de l’Océan Indien comme les Maldives pourraient disparaître.
  • Destruction de la couche d’ozone. L’effet de serre favorise la destruction de la couche d’ozone en refroidissant la stratosphère (couche supérieure de l’atmosphère). Les populations de l’Arctique devraient recevoir une dose d’UV plus importante, entrainant des risques pour leur santé.
  • Les phénomènes météorologiques extrêmes devraient augmenter (canicules, cyclones, etc.), provoquant
    • Des inondations,
    • Des sécheresses,
    • La réduction du débit de certains fleuves avec des conséquences, par exemples sur les centrales thermiques et nucléaires, refroidies par les cours d’eau, ce qui pourrait donc avoir des répercussions importantes sur la production d’électricité.
    • Des feux de forêt plus fréquents.
  • Une perte importante de la biodiversité, due en particulier à
    • Acidification des océans suite à l’absorption du gaz carbonique (CO2) et de composés azotés, affectant les coquillages et les plantons qui constituent le socle de la chaîne alimentaire et qui aurait un impact direct sur l’ensemble des espèces dont l’homme.
    • Dégâts sur les récifs coralliens qui pourraient disparaitre presque complètement si l’eau est trop chaude ou trop acide.
    • Feux de forêts.
    • Prolifération d’espèces invasives aux dépens d’espèces indigènes.
  • Une diminution de la production agricole dans certaines régions du monde, dont les principales cultures céréalières mondiales (blé, riz et maïs).
  • Une dégradation de la santé publique (Maladies respiratoires, infectieuses, cardiovasculaires, cutanées, cancéreuses, nutritionnelles, mentales).

Solutions pour réduire le réchauffement climatique.

Pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle, le monde doit réduire ses émissions nettes de CO2 à zéro d’ici 2050.

Le réchauffement final sera d’autant plus limité que les émissions humaines de gaz à effet de serre décroîtront vite et s’annuleront tôt.

Pour y parvenir, les principales solutions seraient de

  • Privilégier des ressources naturelles qui ne produisent pas de gaz à effet de serre, comme l’eau, le soleil et le vent.
  • Réduire la pollution de l’air.

La baisse des émissions de gaz à effet de serre serait assurée notamment par

  • La décarbonation massive du secteur de l’énergie, du transport et de la construction et la génération d’électricité mondiale principalement grâce aux énergies renouvelables.
  • La diminution des émissions de méthane issues de l’agriculture (rizière, digestion des ruminants, fermentation des fumiers, culture du riz, etc.), du transport et l’exploitation de l’énergie fossiles, par exemple,
    • Drainage régulier des rizières inondées.
    • Modification de l’alimentation des ruminants.
    • Récupération des déchets agricoles pour produire du biogaz.
    • Recouvrir les décharges (à ciel ouvert) et valoriser les déchets.
    • Réduire les dégazages lors de l’extraction des hydrocarbures et les fuites pendant les transports.
    • Utiliser le méthane issue de l’exploitation minière souterraine comme source d’énergie. Le méthane est le constituant principal du gaz naturel.
    • etc.

Limiter fortement les émissions de gaz à effet de serre nécessite des changements sans précédent (énergie, transport, agriculture, etc.) et des investissements importants.

Retarder la transition climatique implique d’augmenter le recours à la capture et stockage du gaz carbonique (CO2).

Dates clés du réchauffement climatique.

Fin du XVIIIe siècle : Début de la révolution industrielle.

Le charbon, les chemins de fer et le défrichement vont accélérer les émissions de gaz à effet de serre, tandis que l’amélioration de l’agriculture et de la santé publique vont accélérer la croissance de la population.

1824 Joseph Fourier : Les gaz dans l’atmosphère augmentent la température de la Terre.

En 1824, le mathématicien et physicien français Jean-Baptiste Joseph Fourier émet la théorie selon laquelle la température de la surface terrestre augmente à cause des gaz de l’atmosphère terrestre.

La chaleur provenant du rayonnement solaire trouve moins d’obstacles pour pénétrer l’air, étant à l’état de lumière, qu’elle n’en trouve pour repasser dans l’air, lorsqu’elle est convertie « chaleur obscure », c’est-à-dire en rayonnement infrarouge tellurique ( rayons infrarouges thermiques émis par la Terre vers l’espace).

La température est augmentée par l’interposition de l’atmosphère, parce que la chaleur trouve moins d’obstacle pour pénétrer l’air, étant à l’état de lumière, qu’elle n’en trouve pour repasser dans l’air lorsqu’elle est convertie en chaleur obscure.

Citation de Joseph Fourier.

Septembre 1873 : Fondation de l’Organisation météorologique internationale (OMI).

En septembre 1873, le congrès météorologique international décide à Vienne de créer un comité météorologique permanent.

L’Organisation météorologique internationale (OMI) est officiellement créé en 1879 à Rome.

C’est le début des observations météorologiques standardisées.

Les premiers relevés météorologiques datent de 1880.

1896 Arrhenius publie le premier calcul du réchauffement climatique suite aux émissions humaines de CO2.

En 1896, le chimiste suédois Svante Arrhenhius associe la dérive de l’effet de serre et l’utilisation industrielle des combustibles fossiles (charbon et hydrocarbures).

1910 – 1945 : Première phase du réchauffement climatique.

Entre 1910 et 1945, la température moyenne mondiale a augmenté de 0,5°C.

1976  à aujourd’hui : Deuxième phase du réchauffement climatique.

Entre 1976 et 2014, la température moyenne mondiale a augmenté de 0,8°C.

Les cinq années les plus chaudes enregistrées ont toutes eu lieu au XXIe siècle.

2016 est l’année la plus chaude jamais enregistrée sur Terre depuis 1880.

Entre la fin du XXe siècle et 2016, la température moyenne à la surface de la Terre a augmenté de 1,1°C.

12 février 1979 : Première conférence mondiale sur le climat à Genève.

Entre le 12 et le 23 février 1979, l’Organisation Météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) organisent, au Centre international de conférences de Genève, la première conférence mondiale sur le climat.

La conférence mondiale conclut que les émissions de dioxyde de carbone (CO2) d’origine humaine pourraient avoir un effet à long terme sur le climat.

Elle demande aux gouvernements de « prévoir et prévenir les changements climatiques d’origine anthropique qui pourraient nuire au bien-être de l’humanité ».

La conférence mondiale sur le climat lance le Programme Climatologique Mondial (PCM) de l’OMM. Ce programme scientifique international a pour but de mieux comprendre le système climatique pour mesurer l’influence de l’homme sur le climat et faciliter l’adaptation à ses évolutions.

9 Novembre 1988 : Création du GIEC.

Du 9 au 11 novembre 1988 a lieu à Genève la première réunion du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) –  appelé Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) en anglais – est créé à la demande du G7 – groupe des 7 pays démocratiques les plus industrialisés : États-Unis, Japon, Allemagne, France, Grande-Bretagne, Canada, Italie -, par deux institutions des Nations unies

  • Le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE).
  • L’Organisation météorologique mondiale (OMM).

Le Giec est chargé de faire une synthèse des études scientifiques sur le réchauffement climatique.

  • État des connaissances sur les plans scientifiques, techniques et socio-économiques.
  • Causes.
  • Effets.
  • Stratégies d’adaptation et d’atténuation.

3 juin 1992 : Sommet de la Terre à Rio.

Du 3 juin au 14 juin 1992 a lieu à Rio de Janeiro, au Brésil, la conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement appelée également sommet de la Terre de Rio de Janeiro ou sommet de Rio.

Le sommet de la Terre à Rio reconnaît officiellement l’existence du dérèglement climatique et la responsabilité humaine.

Le troisième sommet de la Terre adopte à Rio de Janeiro la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), afin de comprendre le changement climatique et y remédier ou atténuer ses effets.

Toutefois la CCNUCC n’est pas contraignante juridiquement pour les gouvernements. Elle met en place un cadre global pour lutter contre les changements climatiques.

la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques reconnaît officiellement l’importance du changement climatique dû aux émissions de gaz à effet de serre (GES) d’origine humaine.

La CCNUCC a pour objectif de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère à un niveau qui éviterait toute perturbation dangereuse du système climatique.

11 décembre 1997 : Protocole de Kyoto.

Le protocole de Kyoto est signée le 11 décembre 1997 lors de la 3e Conférence des Parties à la Convention (COP 3) à Kyoto, au Japon.

Le protocole de Kyoto est le premier accord international contraignant avec des engagements chiffrés pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Il s’agit de réduire en 2012 de 5 % les émissions globales de gaz à effet de serre par rapport au niveau de 1990.

12 décembre 2015 : Accord de Paris sur le climat.

L’Accord de Paris sur le climat est signé le 12 décembre 2015 lors de la Conférence de Paris de 2015 sur les changements climatiques, appelée également COP21 ( 21e conférence des parties) et qui a eu lieu, du 30 novembre au 12 décembre 2015 en France, à Paris .

L’Accord de Paris sur le climat est le premier accord universel sur le réchauffement climatique.

Il fixe comme objectif une limitation du réchauffement climatique mondial entre 1,5 °C et 2 °C d’ici 2100.

Il prévoit une révision des objectifs au niveau national tous les 5 ans.

L’Accord de Paris sur le climat est toutefois peu contraignant juridiquement pour les États car il ne donne pas les moyens de vérifier l’atteinte des objectifs et ne comporte pas de système de sanctions.

L’Accord de Paris sur le climat fait suite au cinquième rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) paru en 2014 et qui prévoit une hausse des températures de 0,3 à 4,8 °C d’ici la fin du XXIe siècle.

Citations sur le réchauffement climatique.

Le réchauffement climatique peut être résumé, illustré au travers de quelques citations.

La température est augmentée par l’interposition de l’atmosphère, parce que la chaleur trouve moins d’obstacle pour pénétrer l’air, étant à l’état de lumière, qu’elle n’en trouve pour repasser dans l’air lorsqu’elle est convertie en chaleur obscure.

Citation de Joseph Fourier.

Le changement climatique s’est produit à cause du comportement humain, donc il est naturel que ça soit, aux êtres humains, de résoudre ce problème. Il se peut qu’il ne soit pas trop tard si nous prenons des mesures décisives aujourd’hui.

Citation de Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies.

Le changement climatique est réel. La science en est convaincue. Et plus nous attendons, plus le problème sera dur à résoudre.

Citation de John Kerry, secrétaire d’État des États-Unis.

Il faut choisir ses batailles. Ma priorité, en France, en Europe, à l’international, ce sont les émissions de CO2 et le réchauffement climatique.

Citation d’Emmanuel Macron, président de la République française.

Le changement climatique est l’un des plus grands défis de notre temps. Il change déjà nos vies quotidiennes, à l‘échelle mondiale. Chacun d’entre nous est impacté. Et si nous ne faisons rien, nos enfants vont connaître un monde de migrations, de guerres, et de pénuries.

Citation d’Emmanuel Macron, président de la République française.

Aucun pays ne peut lutter contre le changement climatique seul ni prévenir les pandémies. Les progrès nécessitent maintenant de s’entendre non seulement en tant que villes ou nations, mais aussi en tant que communauté mondiale.

Citation de Mark Zuckerberg, PDG de Facebook.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Réchauffement Climatique – résumé, dates, causes, conséquences, solutions

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.

 

 

Seconde Guerre Mondiale : Personnages importants (1939 – 1945)

Seconde Guerre Mondiale : les personnages importants à retenir. Hitler ( chancelier allemand), Roosevelt et Truman ( présidents des États-Unis), le Général de Gaulle ( chef de la Résistance française), le Maréchal Pétain ( chef de l’État Français (Vichy)), Staline ( chef de l’URSS), Chamberlain et Winston Churchill ( premiers ministres anglais), Mussolini ( président du Conseil des ministres d’Italie), Hirohito ( empereur du Japon), etc., sont les principaux personnages de la guerre de 39-45 à connaitre.

Vous voulez savoir quelles sont les grandes figures de la Seconde Guerre Mondiale ?

Vous êtes en CM2, au collège ou passionné par l’histoire et vous voulez apprendre le rôle des personnalités marquantes de la deuxième guerre mondiale ?

Vous cherchez un bref résumé de l’histoire des personnages clés de l’histoire de la guerre de 39-45 ?

Lisez ce cours d’histoire gratuit en ligne du blog éducatif Apprendre 5 minutes pour apprendre rapidement et facilement le rôle des principaux personnages pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Seconde Guerre Mondiale : Personnages importants (1939 – 1945).
Seconde Guerre Mondiale : Personnages importants (1939 – 1945).

Sommaire

  • France – Personnages clés.
    • Le Général de Gaulle.
    • Le Maréchal Pétain.
    • Jean Moulin.
  • Allemagne – Personnages clés.
    • Hitler.
    • Göring.
    • Himmler.
  • Royaume-Uni – Personnages clés.
    • Chamberlain.
    • Churchill.
    • Montgomery.
  • États-Unis – Personnages clés.
    • Roosevelt.
    • Truman.
    • Eisenhower.
  • URSS – Personnage clé.
    • Staline.
  • Italie – Personnage clé.
    • Mussolini.
  • Japon – Personnage clé.
    • Hirohito.
  • A découvrir aussi.

France – Personnages clés.

Le général de Gaulle, le Maréchal Pétain et Jean Moulin ont joué un rôle déterminant pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Le Général de Gaulle.

Charles de Gaulle ( 22 novembre 1890 – 9 novembre 1970), appelé également le Général de Gaulle, est le chef de la France Libre pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Le 6 juin 1940, Charles de Gaulle entre au gouvernement le 6 juin 1940 comme sous-secrétaire d’État à la Défense nationale et à la Guerre dans le gouvernement de Paul Reynaud.

Opposé à l’armistice demandée par le maréchal Pétain, il gagne Londres et lance par radio un appel aux français à continuer la lutte contre l’Allemagne le 18 juin 1940. Un certain nombre de Français passent en Angleterre et en Afrique du Nord pour combattre contre les Allemands.

Chef de la France Libre, qui s’appellera plus tard la France combattante, il unifie la Résistance et prend la tête du GPRF (le Gouvernement Provisoire de la République Française) le 3 juin 1944, quelques jours avant le débarquement en Normandie.

Le Général de Gaulle parvient à imposer la présence de la France parmi les Alliés lors de la capitulation du IIIe Reich les 7 mai 1945 à Reims et le 8 mai 1945 à Berlin et la participation de la France à l’occupation de l’Allemagne.

Le Maréchal Pétain.

Philippe Pétain ( 24 avril 1856 – 23 juillet 1951) – le Maréchal Pétain – est le chef de l’État français, appelé également  » régime de Vichy », pendant l’occupation de la France par l’Allemagne lors de la Seconde Guerre Mondiale.

Le 22 juin 1940, le gouvernement français du Maréchal Pétain signe l’armistice avec l’Allemagne.

Le 10 juillet 1940, il reçoit les pleins pouvoirs des parlementaires réunis à Vichy, en zone libre,  avec pour mission de rédiger une nouvelle Constitution.

Le Maréchal Pétain met fin à la IIIe République et devient chef de l’État français et instaure un régime autoritaire et antisémite, le régime de Vichy.

Philippe Pétain est le chef de l’État français qui collabore avec l’Allemagne nazie d’Adolf Hitler et qui aide les nazis à lutter contre la Résistance française et les armées alliées.

Jean Moulin.

Jean Moulin ( 20 juin 1899 – 8 juillet 1943) est le résistant français fondateur et président du Conseil National de la Résistance pendant la Seconde Guerre Mondiale après avoir unifié les mouvements de résistance intérieure en France.

Préfet d’Eure-et-Loir à Chartres au début de la Seconde Guerre Mondiale, il refuse de collaborer, prend contact avec des mouvements de résistance de zone sud, puis rejoint le Général de Gaulle à Londres.

Le 25 octobre 1941, Jean Moulin rencontre le Général de Gaulle qui lui confie la mission d’unir les mouvements de Résistance de la zone sud et de créer l’Armée secrète unifiée.

En septembre 1942, Jean Moulin crée l’Armée secrète qui fusionne les groupes paramilitaires des trois principaux mouvements de la zone sud : Combat, Libération et Franc-Tireur.

Le 26 janvier 1943, Jean Moulin parvient à rassembler au sein du Mouvements Unis de résistance (MUR) les trois grands mouvements de résistance français.

  • Combat de Henri Frenay,
  • Libération-Sud d’Emmanuel d’Astier de la Vigerie.
  • Franc-Tireur de Jean-Pierre Levy.

Jean Moulin est chargé ensuite par le Général de Gaulle de créer le Conseil National de la Résistance (CNR) qui dirige et coordonne les mouvements de la Résistance intérieure française.

Le 14 février 1943, Jean Moulin retourne à Londres et  rend compte de sa mission au Général de Gaulle qui le décore de la croix de la Libération.

Le 20 mars 1943, le Comité National Français, instance de la France Libre – le régime de résistance extérieure fondé à Londres par le Général de Gaulle  et qui tient lieu de gouvernement en exil, nomme Jean Moulin représentant du Comité national français en métropole avec pour mission de créer une instance de coordination unique de la Résistance intérieure.

Jean Moulin réussit à unifier les groupes de résistants français, à intégrer les partis politiques et les syndicats et à leur donner une organisation.

Le 27 mai 1943, Jean Moulin préside la réunion inaugurale du Conseil National de la Résistance ( CNR) à Paris, dont il sera le premier président.

Le Conseil National de la Résistance regroupe les grandes organisations de la Résistance, les syndicats CGT et CFTC et des représentants de partis politiques.

Pour les Alliés, le Conseil National de la Résistance est à la fois l’unité des Forces résistantes françaises et une assemblée politique représentative.

Le Conseil National de la Résistance reconnaît le Général de Gaulle comme chef légitime du gouvernement provisoire français.

Le 21 juin 1943, Jean Moulin est arrêté à Caluire-et-Cuire, près de Lyon et torturé à Lyon par Klaus Barbie, lieutenant SS et chef de la Gestapo de la région Lyonnaise.

Le 8 juillet 1943, il meurt dans un train, pendant son transfert en Allemagne, sans avoir donné d’information.

Allemagne – Personnages clés.

Adolf Hitler, Hermann Göring et Heinrich Himmler ont joué un rôle déterminant pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Hitler.

Adolf Hitler ( 20 avril 1889 – 30 avril 1945) est le chancelier qui dirige l’Allemagne pendant la Seconde Guerre Mondiale après avoir détruit la démocratie allemande et transformé le pays en État totalitaire.

Adolf Hitler s’allie en 1939 à l’Italie de Mussolini grâce au Pacte d’Acier et à l’URSS de Staline grâce au pacte germano-soviétique de non-agression.

Hitler déclenche la Seconde Guerre mondiale afin de conquérir un  » espace vital » pour l’Allemagne en attaquant la Pologne le 1er septembre 1939.

L’armée allemande, la Wehrmacht, envahit l’Europe.

Le 27 septembre 1940, l’Italie, l’Allemagne et le Japon signent le Pacte Tripartite à Berlin. Le Pacte Tripartite est un pacte de défense et reconnait les zones d’influence de chaque signataire dans le monde.

Le 22 juin 1941, Adolf Hitler rompt le pacte Germano-soviétique et attaque l’Union Soviétique en lançant l’opération Barbarossa, afin de poursuivre sa politique expansionniste et détruire le bolchevisme.

Le 11 décembre 1941, la signature du Pacte Tripartite entrainera l’entrée en guerre de l’Allemagne et de l’Italie contre les États-Unis après la déclaration de guerre des États-Unis au Japon.

Hitler fait enfermer dans des camps de concentration nazis les prisonniers politiques, les juifs, les communistes et certaines minorités comme les tziganes et les homosexuels.

A partir de 1942, Adolf Hitler décrète la solution finale à la question juive avec Goering et Himmler pour éliminer physiquement les juifs d’Europe dans des camps d’extermination équipés de chambres à gaz.

Adolf Hitler se suicide le 30 avril 1945 dans son bunker de Berlin, juste avant la défaite du IIIe Reich allemand.

Göring.

Hermann Göring ( ) ou Goering en français, est un des plus importants chefs nazis allemands pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Le 26 avril 1933, Göring crée la Gestapo, la police secrète d’État, chargée de lutter contre les opposants au régime nazi puis contre les résistants dans les pays occupés par l’Allemagne et qui joua un rôle essentiel dans l’extermination des juifs d’Europe.

Responsable du « Plan de quatre ans », il prépare économiquement l’Allemagne à la guerre à partir de 1936.

Göring organise le pillage économique des pays occupés et le transfert forcé des travailleurs civils pour participer à l’effort de guerre allemand.

Ministre de l’Air et commandant en chef de la Luftwaffe, l’Armée de l’Air Allemande, il commet des erreurs stratégiques lors de la bataille d’Angleterre et de l’opération Barbarossa – l’opération Barbarossa, est le nom de code de l’invasion par le IIIe Reich de l’URSS pendant la Seconde Guerre mondiale – qui conduisent à la défaite de l’Allemagne. Il commence à perdre la confiance d’Hitler au profit d’Heinrich Himmler.

Grand amateur d’art, Göring pille les trésors artistiques des territoires occupés en Europe des musées et des personnes déportées dans les camps de concentration ou d’extermination. Göring joue un rôle essentiel dans la spoliation des biens juifs.

Himmler.

Heinrich Himmler ( 7 octobre 1900 – 23 mai 1945) est le Reichsführer-SS, le chef des SS,  la garde personnelle d’Hitler (Schutzstaffel : Section de Sécurité ou escadron de protection). La Schutzstaffel deviendra l’un des instruments nazis les plus meurtriers.

Himmler, nommé chef de la Gestapo à partir de 1934, organise la Nuit des longs couteaux qui permet à Hitler de faire assassiner des opposants au sein même du mouvement nazi et dirige la répression politique en Allemagne et en Europe.

Himmler est le principal responsable de la mise en œuvre de la solution finale du problème juif, la Shoah, c’est-à-dire l’extermination des juifs d’Europe.

Himmler organise, met en place et contrôle les camps de concentration et les camps d’extermination (les camps de la mort).

Royaume-Uni.

Arthur Neville Chamberlain, Winston Churchill et Montgomery ont joué un rôle déterminant pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Chamberlain.

Arthur Neville Chamberlain ( 18 mars 1869 – 9 novembre 1940) est le Premier ministre du Royaume-Uni au début de la Seconde Guerre Mondiale.

Arhur Neville Chamberlain met en œuvre une politique d’apaisement vis-à-vis de l’Allemagne d’Adolf Hitler avant le début de la Seconde Guerre Mondiale.

Après avoir succédé à Stanley Baldwin comme Premier ministre, le 28 mai 1937, Arthur Neville Chamberlain essaie d’éviter à tout prix la guerre en Europe en continuant la politique de non-intervention de son prédécesseur et en envisageant que l’Allemagne puisse récupérer une partie de son empire colonial perdu suite à sa défaite lors de la Première Guerre Mondiale.

Arthur Neville Chamberlain cherche à faire de l’Allemagne un partenaire du Royaume-Uni.

Le 30 septembre 1938, la politique d’accommodation de Chamberlain avec l’Allemagne trouve son apogée avec la signature des Accords de Munich par l’Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l’Italie, pensant avoir sauvé la paix de justesse, en abandonnant la région des Sudètes, en Tchécoslovaquie,  à l’Allemagne, suite à la crise des Sudètes, bien que celle-ci soit alliée à la France, au Royaume-Uni et à la Russie. Arthur Neville Chamberlain est considéré comme le sauveur de l’Europe par la plupart des anglais.

Touefois, Arthur Neville Chamberlain ordonne par précaution l’accélération du programme de réarmement britannique.

Mais le 15 mars 1939, l’Allemagne passe outre les accords de Munich et s’empare du reste de la Tchécoslovaquie.

Aussi Arthur Neville Chamberlain

  • Met fin à sa politique d’apaisement avec l’Allemagne.
  • Institue la conscription militaire en temps de paix pour la première fois de l’histoire britannique.
  • Construit des pactes défensifs avec plusieurs pays européens afin de dissuader Adolf Hitler d’entrer en guerre.

Le 31 mars 1939, le premier ministre du Royaume-Uni, Arthur Neville Chamberlain informe la Chambre des Communes des alliances franco-polonaise et anglo-polonaise. La France et le Royaume-Uni s’engagent à aider la Pologne contre toute action pouvant menacer son indépendance.

Le 1er septembre 1939, l’Allemagne envahit la Pologne.

Le 3 septembre 1939, le Royaume-Uni et la France, liés par leur alliance avec la Pologne déclarent la guerre à l’Allemagne.

Après l’échec d’une expédition britannique en Norvège en avril 1940, lors de la campagne de Norvège, Arthur Neville Chamberlain perd le soutien de nombreux conservateurs à la Chambre des communes.

Le 10 mai 1940, Arthur Neville Chamberlain démissionne de son poste de premier ministre, le jour de l’invasion allemande des Pays-Bas.

Churchill.

Winston Churchill (30 novembre 1874 – 24 janvier 1965) est le Premier ministre du Royaume-Uni pendant la Seconde Guerre Mondiale à partir de 1940, après la démission d’Arthur Neville Chamberlain.

Winston Churchill est le symbole de la résistance anglaise face au nazisme.

Winston Churchill critique la politique de concessions à l’Allemagne du premier ministre Arthur Neville Chamberlain et met son pays en garde contre le danger nazi. Il pense que la guerre avec l’Allemagne d’Hitler est inévitable.

Winston Churchill est favorable à une alliance avec l’URSS car il estime quelle est nécessaire pour lutter contre l’Allemagne.

Le 10 mai 1940, Winston Churchill est nommé Premier ministre du Royaume-Uni après la démission d’Arthur Neville Chamberlain.

Winston Churchill encourage les Britanniques à se battre contre l’Allemagne nazie et fait de l’Angleterre le lieu de la lutte contre le nazisme.

Alors que l’armée allemande, la Wehrmacht envahit l’Europe, l’Angleterre résiste.

Winston Churchill pense que le Royaume-Uni doit continuer à se battre contre le IIIe Reich, espérant que la situation changera et que les États-Unis entreront en guerre, comme lors de la Première Guerre Mondiale.

Entre juillet 1940 et mai 1941, les Allemands bombardent les villes du Royaume-Uni pendant la bataille d’Angleterre mais ne parviennent pas à envahir le pays.

Winston Churchill fait du Royaume-Uni le lieu et le symbole de la résistance au nazisme.

Winston Churchill accueille les résistants des pays européens occupés, dont le Général de Gaulle.

C’est du Royaume-Uni que sera lancé l’opération Overlord, c’est-à-dire la Bataille de Normandie qui permettra d’ouvrir un front allié en Europe de l’Ouest et de libérer Paris.

Winston Churchill autorise le Général de Gaulle à intervenir sur les ondes de la radio britannique, la BBC, pour s’adresser à la population française. Le 18 juin 1940, le Général de Gaulle lance un appel à la résistance et à la poursuite du combat.

Le 22 juin 1941, le chancelier allemand Adolf Hitler rompt le pacte Germano-soviétique et attaque l’Union Soviétique en lançant l’opération Barbarossa.

Le 7 décembre 1941, les États-Unis entrent en guerre suite à l’attaque de Pearl Harbor par le Japon.

En 1941, le Royaume-Uni doit affronter un nouvel adversaire, le Japon, qui veut s’emparer des positions britanniques en Extrême-Orient.

Winston Churchill va chercher à construire une grande alliance incluant l’Union soviétique et les États-Unis ainsi que le gouvernement de la France Libre du Général de Gaulle.

En 1942, Winston Churchill lance avec le président américain Franklin Delano Roosevelt la stratégie alliée « Germany first« , appelée également « Europe first » de bombardement des villes d’Europe, lors de la Conférence Arcadia, qui s’est tenue à Washington entre le 22 décembre 1941 et le 14 janvier 1942. L’objectif prioritaire est de vaincre l’Allemagne pour gagner la guerre.

Il aide l’URSS à lutter contre l’armée allemande en fournissant du matériel et des blindés, via les convois de l’Arctique; des convois maritimes dont les voyages s’effectuaient par l’Océan Arctique.

En 1944, Winston Churchill plaide auprès du président américain Franklin Delano Roosevelt pour que les États-Unis reconnaissent le gouvernement provisoire de la République française ( GPRF) du Général de Gaulle.

En 1945, Winston Churchill plaide auprès du président américain Franklin Delano Roosevelt et de Staline pour que la France obtienne une place au Conseil de sécurité des Nations unies et une zone d’occupation en Allemagne car il considère que le soutien d’une autre puissance coloniale européenne est un atout majeur pour le Conseil de sécurité des Nations unies qui a « la responsabilité principale du maintien de la paix et de la sécurité internationale » d’après la Charte des Nations Unies.

Winston Churchill représentera le Royaume-Uni aux grandes conférences interalliées, dont :

  • Conférence de Téhéran, du 28 novembre au 1er décembre 1943. Les « trois grands » : Staline ( URSS), Roosevelt ( États-Unis) et Churchill ( Royaume-Uni) décident d’organiser un débarquement en Normandie en 1944, le démembrement de l’Allemagne et le partage de l’Europe en zones d’influence et s’engagent à création une organisation des Nations Unies ( ONU) afin de résoudre pacifiquement les conflits.
  • Conférence de Yalta en Crimée du 4 au 11 février 1945. Roosevelt, Churchill et Staline décident le partage de l’Allemagne en quatre zones militaires d’occupation et que l’URSS entrera en guerre contre le Japon trois mois après la capitulation de l’Allemagne. Winston Churchill se méfie de la puissance soviétique et voudrait éviter une trop grande influence de l’URSS en Europe Centrale mais l’armée soviétique se trouve au cœur de l’Europe alors que les Alliés britanniques et américains n’ont pas encore franchi le Rhin.

Winston Churchill cède le pouvoir au travailliste Clément Attlee le 26 juillet 1945 pendant la conférence interalliée de Postdam, près de Berlin, après avoir perdu les élections législatives.

Montgomery.

Bernard Law Montgomery ( 17 novembre 1887 – 24 mars 1976) est le maréchal anglais qui contribua à la victoire des Alliés pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Le 3 novembre 1942, Bernard Law Montgomery, à la tête de la 8e Armée britannique et les Alliés remportent la bataille d’El-Alamein en Égypte, contre l’Afrika Korps du général allemand Erwin Rommel et l’Italie fasciste. C’est la première grande victoire des Alliés contre l’Allemagne nazie. Elle permettra aux Alliés de reconquérir l’Afrique du Nord.

En 1943, Bernard Law Montgomery commande l’armée britannique lors de la campagne d’Italie, afin de libérer les routes maritimes en Méditerranée. La campagne d’Italie se terminera par la reddition de l’Italie fasciste le 8 septembre 1943.

En décembre 1943, Bernard Law Montgomery retourne en Angleterre et prend le commandement du 21e groupe d’armées qui regroupe toutes les forces terrestres alliées qui participeront au débarquement de Normandie.

Après le débarquement en Normandie et la présence de plus en plus importante des forces américaines, le général Eisenhower prend le commandement des forces terrestres. Bernard Law Montgomery, nommé Maréchal, conserve le commandement du 21e groupe d’armées qui comprend désormais essentiellement les britanniques et les canadiens.

En mars-avril 1945, Bernard Law Montgomery dirige la conquête de la Ruhr et de l’Allemagne du Nord avec 21e groupe d’armées britannique.

Le 4 mai 1945, lors de convention de Lüneburg, Bernard Law Montgomery reçoit la capitulation officielle des forces allemandes du IIIe Reich du Danemark, des Pays-Bas et de Westphalie. Il s’agit du prélude à la capitulation du 8 mai 1945.

États-Unis – Personnages clés.

Franklin Delano Roosevelt, Truman et Dwight Eisenhower ont joué un rôle déterminant pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Roosevelt.

Franklin Delano Roosevelt ( 30 janvier 1882 – 12 avril 1945) est le président des États-Unis pendant la Seconde Guerre Mondiale, jusqu’à son décès, quelques mois avant la fin de la guerre de 30-45.

Président des États-Unis depuis le 4 mars 1933, Franklin Delano Roosevelt comprend le danger que représente la politique d’expansion des forces de l’Axe et va sortir son pays de sa politique d’isolationnisme et d’intervention minimale.

Bien qu’il ait signé le 31 août 1935 la loi sur la neutralité lors de la Seconde guerre italo-éthiopienne, Franklin Delano Roosevelt va chercher à intervenir.

En 1937, lorsque la guerre sino-japonaise éclate, l’opinion publique américaine, favorable à la Chine, va permettre à Franklin Delano Roosevelt d’aider la Chine.

Lorsque que débute la Seconde Guerre Mondiale le 3 septembre 1939, Franklin Delano Roosevelt va apporter son soutien aux pays alliés d’Europe en faisant lever l’embargo sur les armes.

En 1939, Franklin Delano Roosevelt est avertie par une lettre d’Albert Einstein – appelée lettre Einstein-Szilárd – écrite avec d’autres physiciens et datée du 2 août 1939, que l’Allemagne travaillerait à un projet de bombe nucléaire, grâce à la fission nucléaire.

Le 19 octobre 1939, Franklin Delano Roosevelt crée un Comité consultatif de l’uranium pour étudier les question soulevées par la lettre d’Einstein.

Le 7 décembre 1941, les Japonais, alliés des Allemands, attaquent les États-Unis à Pearl Harbor, dans les îles Hawaï où se trouve la plus grande base navale américaine dans l’océan Pacifique.

Le 8 décembre 1941 Franklin Delano Roosevelt déclare la guerre au Japon et lance les États-Unis dans la guerre aux côtés des Alliés.

En décembre 1942, Franklin Delano Roosevelt décide de produire la bombe nucléaire via le projet Manhattan. Le projet Manhattan, chargé de développer la bombe nucléaire, sera dirigé sur le plan scientifique par le physicien Robert Oppenheimer.

Franklin Delano Roosevelt participe à de nombreuses conférences interalliés au cours desquelles il a une influence décisive sur la mise au point de l’effort de guerre des Alliés.

Le 24 décembre 1943, il nomme le général américain Dwight Eisenhower commandant en chef des forces armées avec pour mission de diriger les forces terrestres, navales et aériennes alliées chargées de libérer l’Europe occidentale de l’occupation allemande.

Lors de la conférence de Dumbarton Oaks à Washington D.C., entre le 21 août et le 7 octobre 1944, Franklin Delano Roosevelt réussit à promouvoir l’ONU (Organisation des Nations Unies); réunion au cours de laquelle sera élaborée la première ébauche de la charte des Nations Unies.

Franklin Delano Roosevelt décède le 12 avril 1945 d’une hémorragie cérébrale. Le vice-président des États-Unis Harry Truman lui succède.

Truman.

Harry Truman ( 8 mai 1884 – 26 décembre 1972) est le président des États-Unis pendant la Seconde Guerre Mondiale à partir du 12 avril 1945, après le décès Franklin Delano Roosevelt et qui décida d’employer la bombe atomique contre le Japon.

Le 12 avril 1945, Harry Truman, vice-président, devient président des États-Unis après le décès de Franklin Delano Roosevelt.

Le 8 mi 1945, Harry Truman annonce la capitulation allemande le jour de son 61e anniversaire et la fin de la guerre en Europe.

Harry Truman participe à la conférence interalliée de Postdam ( du 17 juillet au 2 août 1945), en Allemagne, près de Berlin. Harry Truman, Winston Churchill puis Clément Attlee pour le Royaume-Uni et Staline pour l’URSS, pour débattre du sort des Forces de l’Axe et lancer un ultimatum à l’empire du Japon pour qu’il capitule sans condition.

Au cours de la conférence de Postdam, Harry Truman apprend que l’essai Trinity de la première arme nucléaire a réussi le 16 juillet 1945, dans le cadre du projet Manhattan et en informe Staline.

Le 26 juin 1945, les États-Unis signent la charte des Nations Unies lors de la Conférence de San Francisco en Californie, aux États-Unis, avec les pays qui avaient déclarés la guerre à l’Allemagne et au Japon. La charte des Nations Unies, signée par les 50 pays, a pour objectif d’améliorer les dispositions sur le maintien de la paix et la sécurité internationale. La charte des Unies est la « constitution » de l’Organisation des Nations Unies (ONU). En particulier, le statut de la Cour internationale de Justice (CIJ) fait partie de la Charte des Nations Unies.

Le 21 juillet 1945 le président des États-Unis Harry Truman approuve le largage de bombes atomiques sur le Japon. Le 25 juillet 1945, le général Thomas Handy transmet l’ordre d’utiliser la bombe atomique en août 1945.

Le 29 juillet 1949, le Premier ministre Kantarō Suzuki annonce l’intention du Japon d’ignorer l’ultimatum.

Le 6 août 1945, les États-Unis lancent la première bombe atomique – appelée « Little Boy » –  sur la ville Hiroshima, au Japon, à partir de l’avion bombardier B-29 « Enola Gay ». L’explosion fait plus de 100 000 morts. Le bombardement ne change pas l’attitude de l’empereur Hirohito et du gouvernement japonais.

Le 9 août 1945, les États-Unis lancent une deuxième bombe atomique sur le Japon – appelée « Fat Man » – à Nagasaki faisant plus de 60 000 morts.

La veille, le 8 août 1945, conformément à l’engagement pris à la conférence de Yalta, l’URSS était entré en guerre contre le Japon.

Le 2 septembre 1945, l’Empire du Japon capitule face aux États-Unis, dans la baie de Tokyo, sur le cuirassé américain USS Missouri, suite à l’invasion par l’URSS du Mandchoukouo – contrôlé par l’empire du Japon en Chine – et aux bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki. C’est la fin de la Guerre du Pacifique et la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

Eisenhower.

Dwight Eisenhower ( 14 octobre 1890 – 28 mars 1969), « Ike », est le général de l’armée américaine qui dirige le débarquement en Normandie pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Le 8 juin 1942, Dwight Eisenhower devient le commandant en chef des forces américaines en Europe et supervise la préparation et la mise en œuvre des opérations en Europe et en Afrique du Nord.

Le 8 novembre 1942, Dwight Eisenhower commande le débarquement des Alliés en Afrique du Nord, au Maroc ( Casablanca et Oran) et en Algérie ( Alger), appelé Opération Torch.

L’opération Torch permet aux Alliés de débarquer sur le sol africain et de conserver une chance de gagner la Seconde Guerre Mondiale en ouvrant un second front en Afrique du Nord pour soulager l’Union soviétique qui risque d’être vaincue par l’Allemagne d’Hitler.

Le débarquement en Afrique du Nord est un tournant de la Seconde Guerre Mondiale sur le front de l’Ouest car il permettra les victoires alliées d’El-Alamein en Égypte le 23 octobre 1942 et, indirectement, de Stalingrad le 2 février 1943.

Dwight Eisenhower dirige la campagne de Tunisie qui débute le 17 novembre 1942 et se termine le 13 mai 1943 par la victoire des Alliés contre les forces allemandes de l’Afrika Korps du général Erwin Rommel et l’Italie.

En 1943, Dwight Eisenhower dirige le débarquement allié en Sicile et en Italie. La campagne d’Italie entrainera la reddition de l’Italie fasciste le 8 septembre 1943.

Lors de la conférence interalliée de Téhéran du 28 novembre au 1er décembre 1943. Les « trois grands » Roosevelt, Staline et Churchill décident d’organiser un débarquement en Normandie en 1944.

Le 6 décembre 1943, Dwight Eisenhower devient le commandant suprême des Forces expéditionnaires alliées.

Dwight Eisenhower organise le débarquement en Normandie le 6 juin 1944 des alliés sur le sol normand.

Dwight Eisenhower libère ainsi la France occupée par l’Allemagne, puis l’Europe de l’Ouest.

Le 7 mai 1945, l’état major de Dwight Eisenhower, reçoit la première capitulation allemande à Reims, c’est-à-dire la reddition sans condition aux hauts commandements suprêmes des forces alliées en Europe.

URSS – Personnage clé.

Staline a joué un rôle déterminant pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Staline.

Iossif Vissarionovitch Djougachvili, surnommé Staline ( 18 décembre 1878 – 5 mars 1953) – Staline signifie acier – est le secrétaire général du Parti communiste soviétique qui dirige l’URSS (Union des Républiques Socialistes Soviétiques) pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Le 23 août 1939, Staline signe le Pacte germano-soviétique, appelé également Traité de non-agression entre l’Allemagne et l’Union Soviétique car

  • il s’inquiète du danger que représente l’Allemagne d’Hitler
  • il souhaite récupérer des territoires perdus suite à la Première Guerre Mondiale.

Le Pacte germano-soviétique contient des protocoles secrets sur le partage de pays du Nord et de l’Est de l’Europe entre IIIe  Reich et l’Union soviétique.

En septembre 1939, l’Allemagne et l’URSS se partagent la Pologne.

Staline poursuit une politique expansionniste et annexe les trois États baltes ( Estonie, Lettonie et Lituanie) et une partie de la Roumanie.

Mais le 22 juin 1941, l’Allemagne envahit l’Union soviétique, lors de l’opération Barbarossa. Hitler rompt le pacte germano-soviétique, attaque l’URSS et lance la « croisade contre le bolchevisme ».

Le conflit entre l’Allemagne nazie et l’Union soviétique fera environ 30 millions de morts, sera une guerre totale et idéologique entre le fascisme et le communisme.

L’Union soviétique de Staline rejoint alors le camp des Alliés.

Le 3 juillet 1941, Staline proclame l’union sacrée de la nation dans la Grande guerre patriotique, décide de ne pas quitter Moscou et galvanise les troupes.

L’armée japonaise ayant renoncé à attaquer l’Union soviétique après les victoires de l’URSS sur le Japon lors de batailles de frontières avant le début de la Seconde Guerre Mondiale, les troupes de Sibérie sont disponibles pour lutter contre l’Allemagne.

Le 6 décembre 1941, l’avancée de l’armée allemande, la Wehrmacht, est stoppée par l’Armée rouge lors de la Bataille de Moscou.

Le 2 février 1943, l’Union soviétique remporte la victoire lors de la bataille de Stalingrad contre l’Allemagne.

Lors de la Conférence de Téhéran, du 28 novembre au 1er décembre 1943, Staline obtient

  • La promesse des États-Unis d’un débarquement allié en France pour soulager l’armée soviétique
  • L‘URSS garde les territoires polonais obtenus lors du pacte germano-soviétique.

L’armée russe fait reculer l’armée allemande sur le front Est et s’avance en Europe centrale, jusqu’en Allemagne.

Lors de la conférence de Yalta en Crimée du 4 au 11 février 1945, Staline est position de force. L’armée rouge se trouve à une centaine de kilomètres de Berlin. Les accords prévoient

  • L’Union soviétique entrera en guerre contre le Japon, trois mois après la défaite de l’Allemagne. En échange, L’Union soviétique obtiendra en échange l’annexion des îles Kouriles et Sakhaline.
  • D’« anéantir le militarisme et le nazisme allemand ».
  • Le partage de l’Allemagne en zones occupées.

Le 7 mai 1945, l’état major de Dwight Eisenhower, reçoit la première capitulation allemande à Reims, quartier général des occidentaux mais Staline exige que la capitulation allemande soit réalisée en présence d’un représentant du Haut Commandement des forces de l’Union Soviétique et à Berlin, la capitale du IIIe Reich, occupée par l’armée soviétique. L’acte signé à Reims ne serait qu’un préliminaire à la cérémonie officielle.

Le 8 mai 1945, le général Joukov, représentant du commandement suprême des troupes soviétiques, reçoit, dans le mess des officiers de l’école du génie de Karlshorst, dans la banlieue de Berlin, au quartier général des forces soviétiques, la capitulation allemande, en présence des délégations britannique, américaine et française, à 23 h 1, heure d’Europe centrale – qui correspond au 9 mai 1 h 1, à l’heure de Moscou.

Après la capitulation du IIIe Reich, l’Union soviétique occupe Berlin et la partie orientale de l’Allemagne, l’Autriche et l’Europe centrale.

Staline met en place dans les pays libérés des gouvernements communistes sous son influence.

Lors de la conférence interalliée de Postdam du 17 juillet au 2 août 1945 qui a pour but de fixer le sort des pays de l’Axe, le président américain Harry Truman informe Staline que les États-Unis ont testé avec succès une nouvelle arme, la bombe atomique.

Le 8 août 1945, l’URSS entre en guerre contre le Japon, conformément à l’engagement pris à la conférence de Yalta et envahit la Mandchourie, sous protectorat japonais, puis pénètre en Corée et occupent plusieurs îles japonaises.

L’attaque soviétique est, avec les bombardement nucléaires américaines, l’une des raisons décisives de la capitulation de l’empire du Japon; le gouvernement japonais craignant que l’occupation du japon par l’Union soviétique mette fin au système impérial.

Staline est le grand vainqueur de la Seconde Guerre Mondiale avec les États-Unis. Il étend l’influence de l’Union soviétique sur l’Europe centrale et fait de l’URSS une des deux superpuissances qui vont dominer le monde avec les États-Unis.

Italie – Personnage clé.

Mussolini a joué un rôle déterminant pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Mussolini.

Benito Mussolini ( 29 juillet 1883 – 28 avril 1945), appelé également le « Duce» ( chef, guide), est le président du Conseil des ministres qui dirige l’Italie pendant la Seconde Guerre Mondiale après avoir fondé le fascisme et s’être allié à Hitler.

Benito Mussolini a pris le pouvoir en Italie par la force et mis en place une dictature fasciste et expansionniste.

Benito Mussolini veut recréer un Empire romain en Méditerranée et dans le Nord-Est de l’Afrique.

Après l’invasion de l’Éthiopie en 1935 condamnée par la Société des Nations ( SDN) mais reconnue par l’Allemagne, Benito Mussolini se rapproche de l’Allemagne.

Le 1er novembre 1936, Benito Mussolini annonce à Milan l’Axe Rome-Berlin.

Benito Mussolini devient l’allié du chancelier allemand Adolf Hitler.

Le 7 avril 1939, Benito Mussolini envahit l’Albanie qui devient un protectorat italien. L’Albanie permet à Mussolini de verrouiller la mer Adriatique et d’avoir un pied dans les Balkans.

Le 6 mai 1939, l’Italie signe le Pacte d’Acier à Berlin. Le pacte germano-italien est un pacte militaire offensif.

Le 10 juin 1940, l’Italie déclare la guerre à la France et à la Grande-Bretagne, contre la volonté d’une grande partie de son entourage, quelques jours avant l’armistice entre la France et l’Allemagne. Mussolini pense qu’Hitler remportera la guerre. Pour son entourage, le matériel militaire est inadapté et insuffisant.

Le 24 juin 1940, la France signe l’armistice avec l’Italie.

Le 9 septembre 1940, l’Italie de Mussolini envahit l’Égypte afin de s’emparer du canal de Suez, vital pour l’Afrique orientale italienne. L’offensive italienne en Égypte contre les britanniques, le Commonwealth et les forces françaises libres marque le début de la guerre du désert.

Le 27 septembre 1940, l’Italie signe le Pacte Tripartite avec l’Allemagne et et le Japon; le Pacte reconnaissant la domination de l’Italie dans la Méditerranée.

Le 28 octobre 1940, Benito Mussolini attaque la Grèce mais la Grèce résiste. Aidée par l’Allemagne, l’Italie remporte la victoire finale mais l’intervention de l’Allemagne va retarder l’opération Barbarossa en Russie.

En février 1941, Hitler envoie en Libye italienne le corps expéditionnaire allemand de l’Afrikakorps du général Erwin Rommel pour soutenir l’Italie suite à la contre-offensive britannique lors de la guerre du désert et accéder aux champs de pétrole du Moyen-Orient. Erwin Rommel repousse les troupes britanniques de la Libye jusqu’en Égypte.

Le 22 juin 1941, Hitler envahit l’Union soviétique. Benito Mussolini décide d’envoyer des troupes italiennes combattre en Russie, par solidarité avec l’Allemagne. Mais le manque de moyens mécaniques des troupes italiennes retarde le programme initial et causes de nombreuses défaites à l’Italie. Mussolini va perdre l’estime d’Adolf Hitler et de la population italienne.

Le 3 novembre 1942, l’armée britannique remporte la seconde bataille d’El-Alamein en Égypte contre l’Allemagne et l’Italie.

Le 13 mai 1943, les forces armées italiennes en Afrique capitulent à Tunis devant les Alliés. C’est la fin de la guerre en Afrique du Nord, ouvrant la voie au débarquement allié au Sud de l’Europe.

Le 5 juin 1943, les Alliés débarquent sur l’île italienne de Lampedusa entre l’île de Malte et la Tunisie.

Le 25 juillet 1943, Benito Mussolini est arrêté après avoir été mis en minorité lors de la réunion extraordinaire du Grand Conseil fasciste à cause des défaites militaires de Mussolini et du débarquement allié en Italie, lors de la campagne d’Italie. Le roi d’Italie Victor-Emmanuel III fait incarcérer Mussolini sur l’île de Ponza dans la mer Tyrrhénienne, en Italie centrale.

Le 8 septembre 1943, l’armée italienne capitule sans condition. L’armistice est rendue publique. Le roi d’Italie Victor-Emmanuel III fuit en territoire allié pour échapper aux allemands.

En réaction, l’armée allemande, la Wehrmacht, occupe Rome et l’Italie septentrionale et centrale.

La guerre civile éclate en Italie.

Le 12 septembre 1943, Benito Mussolini est libéré par les troupes parachutistes allemandes sur ordre d’Hitler, lors de l’opération Eiche, et amené en Allemagne et rencontre Hitler.

Le 23 septembre 1943, Benito Mussolini arrive en Italie et proclame la République sociale italienne à Salò, en Lombardie, dont il devient le chef de la république.

La République sociale italienne, appelée également République de Salò, est un état fantoche fasciste, en Italie du Nord et du Centre, en zone occupée par l’armée allemande et contrôlé par l’Allemagne.

La République sociale italienne de Mussolini applique

  • Une politique sociale anti-bourgeoise.
  • La Shoah, la « Solution finale », c’est-à-dire l’extermination systématique des Juifs, sur ordre de l’Allemagne nazie.

Le 6 avril 1945, les Alliés lancent l’offensive de printemps 1945 en Italie, appelée également opération Grapeshot.

Le 28 avril 1945, Benito Mussolini est exécuté par des résistants italiens, après avoir été arrêté alors qu’il fuyait vers la Suisse.

Japon – Personnage clé.

L’empereur du Japon Hirohito a joué un rôle déterminant pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Hirohito.

Hirohito ( 29 avril 1901 – 7 janvier 1989) ou Hiro-Hito, appelé également empereur Shōwa (paix éclairée), est l’empereur du Japon pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, pendant le règne d’Hirohito, l’empire du Japon

  • Attaque presque tous ses voisins asiatiques.
  • S’allie avec l’Allemagne nazie et l’Italie.
  • Lance une attaque surprise, sur la base navale américaine de Pearl Harbor.

Hirohito est, avec Hitler et Mussolini, un des trois grands dirigeants de l’Axe.

Empereur du Japon depuis le 25 décembre 1926, le règne d’Hirohito, jusqu’à la fin de la Seconde Guerre Mondiale, est marqué par l’influence de plus en plus importante de l’armée dans la politique de l’empire du Japon.

Les militaires accèdent au pouvoir en 1932 à cause

  • De la crise économique.
  • Du protectionnisme des occidentaux.
  • De la croissance démographique.

Le militarisme japonais est caractérisé par

  • l’ultranationaliste.
  • l’affirmation de la supériorité de la race japonaise.
  • la croyance en l’origine divine de l’empereur.

L’expansionnisme semble aux japonais le seul moyen de garantir leur autonomie.

Le 7 juillet 1937, le Japon déclenche la Guerre sino-japonaise (1937) afin de conquérir la Chine en profitant du conflit entre le gouvernement chinois et les communistes.

Mais, le 21 août 1937, le gouvernement chinois et le gouvernement de l’URSS signent un pacte de non-agression.

Le 16 septembre 1939, l’Empire du Japon perd la bataille de Khalkhin Gol en Mongolie contre l’Union soviétique.

Il décide de mettre en place une politique d’expansion vers les îles du Pacifique et l’Asie du Sud-Est et s’intéresse aux colonies du Royaume-Uni, de la France et des Pays-Bas.

Entre le 22 et le 26 septembre 1940, l’Empire du Japon envahit l’Indochine française, profitant de la défaite de la France en juin 1940.

Article détaillé : Causes de la Seconde Guerre Mondiale (1939 – 1945)

Le 27 septembre 1940, Hirohito s’allie avec l’Allemagne nazie et l’Italie fasciste. Le Japon signe le Pacte tripartite avec l’Allemagne et l’Italie.

Le Pacte tripartite prévoit l’aide des autres signataires du pacte en cas d’attaque de l’un des signataires par un autre pays.

Les 3 pays signataires du Pacte tripartite poursuivent 2 buts.

  • Étendre et fonder des empires grâce aux conquêtes militaires.
  • Détruire ou neutraliser le communisme soviétique.

Les empires coloniaux britannique et français sont un enjeu important pour l’Axe. Le Japon en occupe les parties asiatiques.

L’empereur Hirohito autorise l’attaque de la base navale américaine à Pearl Harbor, en représailles de l’embargo pétrolier des États-Unis.

La destruction de la principale flotte américaine doit permettre au Japon de poursuivre sa politique expansionniste en Asie orientale en privant les États-Unis des moyens de s’y opposer militairement.

Le 7 décembre 1941, les japonais, alliés des allemands, attaquent la base militaire américaine de Pearl-Harbor,dans les îles Hawaï (océan Pacifique). C’est le début de la Guerre du Pacifique.

Les États-Unis entrent en guerre avec le Japon, l’Allemagne et l’Italie. La guerre devient mondiale.

Après avoir attaqué Pearl-Harbor, le Japon poursuit ses conquêtes militaires ( Hong Kong, les Philippines, les îles américaines de Guam et de Wake, Java, Singapour, la Malaisie, la Nouvelle-Guinée, etc.).

Le 5 juin 1942, la bataille de Midway, dans l’océan Pacifique Nord, met fin à la supériorité du Japon dans le Pacifique et le prive de sa principale force offensive.

Le 7 août 1942, commence la bataille de Guadalcanal dans l’océan Pacifique, aux îles Salomon, la première première offensive majeure des forces alliées contre l’Empire du Japon. Les Alliés remportent la victoire le 9 février 1943.

Les japonais vont connaitre une série de défaites (campagne des îles Mariannes, campagne des Philippines, etc.), malgré une résistance féroce car la production de guerre japonaise est beaucoup trop faible par rapport à celle des États-Unis.

Les îles japonaises sont de plus en plus fréquemment bombardées par l’aviation américaine.

Le 26 octobre 1944, la flotte américaine de l’US navy ( United States Navy) remporte la bataille du golfe de Leyte, dans les Philippines.

La flotte de combat japonaise est détruite malgré l’engagement des kamikazes du Corps spécial d’attaque japonais, des pilotes-suicide, qui se jettent avec leur avion chargé d’explosifs ou sur des bombes planantes, sur les navires américains.

La bataille du golfe de Leyte est considérée comme la plus grande bataille navale de tous les temps.

Après la défaite de Leyte, l’empereur Hirohito consulte les membres du gouvernement nippon pour faire le point sur la guerre.

Hirohito décide que la paix est essentielle mais que les forces armée japonaises doivent obtenir une victoire militaire importante pour être en meilleure position pour négocier.

Dans la nuit du 9 au 10 mars 1945, les bombardiers américains bombardent Tokyo, la capitale de l’empire du Japon avec des bombes incendiaires au napalm, faisant plus de 100 000 morts et détruisant plus de la moitié de la vieille ville de Tokyo.

Le bombardement de Tokyo est le bombardement le plus meurtrier de la Seconde Guerre Mondiale. Il a pour but de casser le moral des japonais.

Le 6 août 1945, les américains lancent une première bombe atomique sur Hiroshima.

Le 9 août 1945, les américains lancent une seconde bombe atomique sur Nagasaki. L’estimation des victimes va de 110 000 à 250 000 morts.

Le 15 août 1945, l’empereur Hirohito annonce la reddition du Japon lors d’une allocution radiophonique, après les bombardements atomiques d’Hiroshima et Nagasaki et l’entrée en guerre de l’URSS le 8 août 1945.

Le 2 septembre 1945, le Japon capitule, acceptant les termes adressés par ultimatum lors de la conférence de Postdam.

La seule condition émise par le Japon et acceptée par les États-Unis est le maintien de l’empereur Hirohito sur son trône.

Le Japon a perdu la guerre. C’est la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

Le Japon perd ses territoires extérieurs (Corée, Formose) et ses conquêtes de la guerre, se voit imposer par les américains un régime démocratique. Les américains maintiennent leurs troupes sur le sol du Japon.

Après la défaite du Japon, Hirohito conserve son trône en renonçant à son statut de souverain divin et en acceptant un régime démocratique. Son maintien est considéré par les États-Unis comme nécessaire à la stabilité du Japon.

L’empereur Hirohito ne sera inculpé par le Tribunal de Kyoto, créé le 19 janvier 1946 et chargé de juger les grands criminels de guerre du Japon. Hirohito est présenté comme une autorité purement symbolique, sans pouvoir de décision.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Seconde Guerre Mondiale : Personnages importants (1939 – 1945)

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.

 

Mouvement des Gilets Jaunes : Résumé, Dates, Causes, Revendications

Le Mouvement des Gilets Jaunes : définition, dates, résumé, causes et revendications.

Qu’est-ce que le Mouvement des Gilets Jaunes ?

Quelle est l’origine du mouvement ?

Quand a commencé le Mouvement des Gilets Jaunes ?

Quelles sont les revendications des manifestants ?

Pourquoi les manifestants portent-ils un gilet jaune ?

Quelles sont les dates clés du mouvement des Gilets Jaunes ?

Vous voulez apprendre l’essentiel de l’histoire du Mouvement des Gilets Jaunes vite et facilement ?

Vous cherchez un court résumé de cette période charnière de l’histoire de la Cinquième République ? Vous voulez en connaitre les causes et les dates clés ?

Lisez cet article du blog éducatif Apprendre 5 minutes pour apprendre et retenir rapidement et facilement les événements les plus importants du Mouvement des Gilets Jaunes.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Mouvement des Gilets Jaunes : Résumé, Dates, Causes, Revendications.
Mouvement des Gilets Jaunes : Résumé, Dates, Causes, Revendications.

Sommaire

  • Définition du Mouvement des Gilets Jaunes.
  • Date de début du Mouvement des Gilets Jaunes.
  • Pourquoi le Gilet Jaune est le symbole des manifestants.
  • Quelles sont les causes du Mouvement des Gilets Jaunes.
  • Qui sont les Gilets jaunes.
  • Revendications des Gilets Jaunes.
  • Résumé de l’histoire du Mouvement des Gilets Jaunes.
  • Les dates clés du Mouvement des Gilets Jaunes.
  • Annexe 1 : Pétition des Gilets Jaunes « Pour une Baisse des Prix du Carburant à la Pompe ! »
  • Annexe 2 : Les 42 revendications des Gilets Jaunes.
  • Annexe 3 : Lettre aux Français d’Emmanuel MACRON.
  • A découvrir aussi.

Définition du Mouvement des Gilets Jaunes.

Le Mouvement des Gilets Jaunes en France est le mouvement social spontané contre la hausse des prix du carburants et la baisse du pouvoir d’achat, ayant pour origine un appel à manifester sur les réseaux sociaux et ayant connu un pic de manifestants de 287 710 personnes le 17 novembre 2018 selon le ministère de l’Intérieur.

il s’agit de la crise la plus grave de la Cinquième République depuis les évènements de Mai 1968.

Date de début du Mouvement des Gilets Jaunes.

Le samedi 17 novembre 2018 débutent les manifestations de masse du Mouvement des Gilets Jaunes en France contre la hausse des prix du carburant, après qu’une pétition en ligne de Priscillia Ludosky intitulée «Pour une baisse des prix du carburant à la pompe !» et publiée en mai ait recueilli environ 1 million de signatures et l’appel au  « Blocage national contre la hausse du carburant » sur Facebook en octobre d’Éric Drouet et Bruno Lefevre.

Carte de France des Gilets Jaunes.
Carte de France des Gilets Jaunes.

Pourquoi le Gilet Jaune est le symbole des manifestants.

Le Gilet Jaune comme symbole du mouvement vient d’une vidéo publiée sur Facebook le 24 octobre 2018 par Ghislain Coutard, en prévision de la manifestation du 17 novembre 2018 et vue plus de 5 millions de fois.

On a tous un gilet jaune dans la bagnole. Foutez-le en évidence sur le tableau de bord, toute la semaine, enfin jusqu’au 17. Un petit code couleur pour montrer que vous êtes d’accord avec nous, avec le mouvement, et qui est chaud, qui est pas chaud. Ça va motiver et dire: “Putain, on va croiser des ‘gilets jaunes’ partout sur les tableaux de bord, c’est un signe, ça va peut-être vraiment bouger. C’est pas que des paroles en l’air”.

Le gilet jaune devient le vêtement porté par les manifestants et le symbole du mouvement à qui il donne son nom.

Quelles sont les causes du Mouvement des Gilets Jaunes.

Le Mouvement des Gilets Jaunes a pour causes

  • la hausse des prix du carburant,
  • le coût de la vie élevé,
  • le sentiment que les réformes fiscales du gouvernement pèsent de façon excessive sur les classes populaires et les classes moyennes, en particulier dans les zones rurales et périurbaines.
  • le sentiment de délaissement, d’abandon par le pouvoir public des territoires ruraux et en dehors des grandes aires urbaines.
  • la défiance vis à vis des politiques, des syndicats et des médias.

Les gilets jaunes expliquent qu’ils sont obligés de prendre leur voiture pour aller travailler.

Dans certaines zones en dehors des grandes villes, il n’y a pas de transports en commun ou ils ne sont pas adaptés.

La voiture est leur seul moyen de transport pour travailler, aller à l’école, aller faire les courses, etc.

Qui sont les Gilets jaunes.

Un nombre important de manifestants sont

  • Issus principalement des classes moyennes et populaires.
  • Paient des impôts.
  • Gagnent trop pour être aidés et pas assez pour bien vivre.
  • Se trouvent en zones rurales ou périurbaines.
  • Dépendent de la voiture par manque de moyens de transports publics et de services de proximité.

Revendications des Gilets Jaunes.

Le 29 novembre 2018, une délégation de Gilets jaunes publient une liste de 42 revendications, issues d’un sondage mis en ligne, dans les domaines suivants

  • Fiscalité : Fin de l’austérité, faire payer plus les « gros » que les « petits », fin de la hausse sur les carburants, fin du CICE (crédit d’impôt compétitivité emploi), pas de prélèvement à la source, etc.
  • Institutions : « Tout représentant élu aura le droit au salaire médian« , fin des indemnités présidentielles à vie, Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC) inscrit dans la Constitution, mandat à 7 ans pour le président de la République, etc.
  • Retraites : retraite à 60 ans, minimum retraite à 1 200 €, refus du système à point.
  • Travail : SMIC (Salaire Minimum Interprofessionnel de Croissance) à 1 300 € net, salaires indexés sur l’inflation, plus d’emplois pérennes, etc.
  • Europe et mondialisation : fin du travail détaché sur le territoire français, interdiction des délocalisations, traitement décent des demandeurs d’asile, reconduction des déboutés du droit d’asile dans leur pays d’origine.
  • Territoire et vie quotidienne : Zéro SDF (personnes Sans Domicile Fixe), favoriser les petits commerces, classes de 25 élèves maximum, fin des fermetures des services publics, limitation des loyers, baisse des prix du gaz et de l’électricité, etc.

Résumé de l’histoire du Mouvement des Gilets Jaunes.

La hausse des prix du carburant – en particulier la hausse de la taxe carbone prévue en janvier 2019 – et la dégradation de leurs conditions de vie déclenchent le 17 novembre 2018 les manifestations de masse du Mouvement des Gilets Jaunes, lancées et développées depuis le Web, en dehors des partis politiques et des syndicats et qui se poursuivent en 2019.

Au fur et à mesure que le Mouvement des Gilets Jaunes s’étend, il rassemble des mécontentements au-delà du prix des carburants, ressentis de façon plus importante en province et dans les zones rurales qu’à Paris et dans les grandes villes

  • Coût de la vie.
  • Désertification des petites villes.
  • Disparition des services publics.
  • Désengagements de l’État, etc.

Les revendications ne concernent plus seulement sur la fiscalité mais également son utilisation et sa raison d’être.

Face à la colère des Gilets jaunes et leurs revendications, le président de la République Emmanuel MACRON, le premier ministre Édouard PHILIPPE et le gouvernement cèdent sur la hausse de la taxe sur les carburants, proposent un plan pour favoriser le pouvoir d’achat et lancent un Grand débat National pour recueillir les souhaits des français.

Les dates clés du Mouvement des Gilets Jaunes.

12 janvier 2018 : groupe Facebook «Vous en avez marre ? C’est maintenant !!»

Créé le 12 janvier 2018 par Leandro Antonio Nogueira, le groupe Facebook « Vous en avez marre ? C’est maintenant !! (Colere +Dept)», opposé à la réduction à 80 km/h de la vitesse sur les routes et contre la vie trop chère, la hausse de la CSG et les taxes liées à l’automobile lancent un appel à manifester et bloquer les ronds-points le 27 janvier 2018 partout en France. Quelques « coléreux» portent des gilets jaunes avec des slogans écrits dans le dos.

Ces manifestations sont les prémices du Mouvement des Gilets Jaunes.

29 mai 2018 : Lancement de la pétition à l’origine du mouvement des gilets jaunes.

Le 29 mai 2018, une auto-entrepreneuse, Priscillia Ludosky,  lance une pétition en ligne intitulée «Pour une baisse des prix du carburant à la pompe !» afin que l’État cesse d’augmenter les taxes sur l’essence et le gazole. La pétition dépasse fin novembre le million de signatures sur le site change.org.

10 octobre 2018 : appel au  « Blocage national contre la hausse du carburant » sur Facebook.

Le 10 octobre 2018, deux chauffeurs routiers, Éric Drouet et Bruno Lefevre, décident de lancer sur Facebook un appel au  « Blocage national contre la hausse du carburant » le 17 novembre 2018.

L’appel au « Blocage national contre la hausse du carburant », est relayé sur les réseaux sociaux.

18 octobre 2018 : Une vidéo dénonce la traque aux conducteurs

Le 18 octobre 2018,  Jacline Mouraud publie une vidéo « OÙ VA LA FRANCE ?» sur Facebook où elle interpelle le président de la république Emmanuel MACRON pour exprimer son ras-le-bol contre la « traque aux conducteurs ». Elle y dénonce

  • Le nouveau contrôle technique.
  • La hausse du prix du carburant.
  • La chasse aux véhicules diesel.
  • L’augmentation du nombre de radars.
  • Les péages à l’entrée des grandes villes.

La vidéo comptabilise plus de 6 millions de vues.

17 novembre 2018 : Acte I : organisation d’un blocage national

Le samedi 17 novembre 2018, la première journée de blocage de nombreuses routes, centres commerciaux et dépôts pétroliers et d’opérations péage gratuit sur les autoroutes – appelé également acte I des gilets jaunes – rassemble 287 710 manifestants en France, d’après les chiffres du ministère de l’Intérieur. Plusieurs élus politiques de gauche et de droite dénoncent la sous- évaluation du nombre de manifestants.

Plus de 3000 manifestations sont recensées en France.

Les manifestants restent mobilisés.

20 novembre 2018 : couvre-feu à la Réunion.

A la Réunion, la mobilisation des Gilets Jaunes est très importante pendant plusieurs jours, sur fond de crise sociale depuis plusieurs années.

  • 1 réunionnais sur 4 est au chômage.
  • 40% de la population vie en dessous du seuil de pauvreté.
  • Le niveau de vie médian est inférieur de 30% à celui de la métropole.
  • Le prix des produits de base est à la hausse à cause des taxes liées à l’importation.

Du 20 au 24 novembre 2018, le couvre-feu est instauré dans quatorze villes de l’île de la Réunion.

Le 28 novembre 2018, Annick Girardin, la ministre des Outre-Mer, se rend sur l’île de la Réunion et annonce des mesures pour lutter contre la pauvreté et répondre à l’urgence sociale qui vont réduire les tensions sur l’île.

4 décembre 2018 : recul du gouvernement sur les taxes sur les carburants.

Le 4 décembre 2018, le premier ministre Édouard Philippe, après avoir reçu les chefs des partis politiques la veille et que les représentants des Gilets Jaunes aient refusé de le rencontrer, après avoir reçu des menaces de mort, revient sur la position du Gouvernement et annonce

  • Un moratoire de six mois  sur la hausse des taxes sur le carburant.
  • La suspension provisoire de l’alourdissement des conditions de contrôle technique sur les automobiles.
  • Il n’y aura pas de hausse du tarif de l’électricité jusqu’à mai 2019.

Ces mesures n’apaisent pas les Gilets Jaunes qui appellent à un acte IV pour le samedi 8 décembre 2018.

10 décembre 2018 : Allocution du président Emmanuel MACRON pour mettre fin au conflit.

Le 10 décembre 2018, au cours d’une allocution télévisée, le président de la République Emmanuel MACRON annonce des mesures pour tenter de répondre à la colère sociale des Gilets Jaunes.

  • Hausse du SMIC de 100 euros par mois.
  • Heures supplémentaires versées sans impôts ni charges en 2019.
  • Versement d’une prime de fin d’année par les « employeurs qui le peuvent».
  • Annulation de la hausse de la CSG (Contribution Sociale Généralisée) pour les retraités touchant moins de 2000 euros par mois.
  • Annonce d’un débat national.

Toutefois, il maintient la suppression de l’ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune) qui est une des demandes les plus importantes des Gilets Jaunes.

La loi n° 2018-1213 du 24 décembre 2018  » portant mesures d’urgence économiques et sociales » porte sur les mesures annoncées par le président de la République Emmanuel MACRON lors de l’allocution télévisée du 10 décembre 2018.

Les mesures annoncées ne vont pas convaincre un grand nombre de Gilets Jaunes qui continuent de manifester.

3 janvier 2019 : Interpellation d’Éric DROUET.

Le 3 janvier 2019, Éric DROUET, une des figures emblématiques du Mouvement des Gilets Jaunes, est arrêté et gardé à vue pour « organisation d’une manifestation sans déclaration préalable » devant la Concorde, à deux jours de l’acte VIII des manifestations des Gilets Jaunes en France.

Le 5 janvier 2018, la mobilisation des Gilets Jaunes, qui avait faibli pendant la période des fêtes de fin d’année, est à nouveau en hausse, suite à l’interpellation d’Éric DROUET, lors de l’acte VIII des manifestations du samedi des Gilets Jaunes.

Le 7 janvier 2018, le premier ministre Édouard Philippe annonce un projet de loi contre les casseurs afin de pouvoir leur interdire de manifester.

15 janvier 2019 : Lancement du Grand Débat National.

Le 13 janvier 2019, le président de la République Emmanuel MACRON publie une Lettre aux Français, dans laquelle il détaille le contexte, les modalités du Grand Débat National et les questions proposées.

Le 15 janvier 2019, Emmanuel MACRON lance le Grand Débat National à Grand Bourgtheroulde dans le département de l’Eure en Normandie en échangeant pendant plus de 6 heures avec 600 maires.

La date de fin du Grand Débat National est le 15 mars 2019.

Pendant et après le Grand Débat National, les manifestations des Gilets Jaunes continuent dans toute la France.

30 janvier 2019 : Consultation en ligne  » le Vrai Débat ».

Le 30 janvier 2019, des référents Gilets Jaunes lancent en parallèle une consultation en ligne  » le vrai débat ».

  • La suppression de toute rémunération et des privilèges des anciens élus,
  • le Référendum d’Initiative Citoyenne (RIC),
  • l’obligation d’avoir un casier judiciaire vierge pour se présenter aux élections,
  • la prise en compte du vote blanc.

arrivent en tête des revendications.

5 février 2019 : Crise avec l’Italie.

Le 5 février 2019, Luigi Di Maio, vice-président du Conseil Italien et chef de file du mouvement 5 étoiles (M5S), rencontre des représentants des Gilets Jaunes à Montargis.

Le 7 février 2019, le ministère français des Affaires étrangères rappelle provisoirement son ambassadeur à Rome pour des « consultations », ce qui ne s’était jamais produit depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

8 avril 2019 : Conclusions du Grand Débat National.

Le 8 avril 2019, le premier ministre Édouard Philippe présente les conclusions du Grand Débat  National lors de son discours au Grand Palais, à Paris.

  • « une immense exaspération fiscale » : « Nous devons baisser plus vite les impôts »,
  • « une exigence de fraternité, de proximité, de lien quotidien » :
    • « rétablir l’équilibre entre les métropoles et les communes qui se trouvent à l’extérieur »,
    • « réinvestir dans les transports du quotidien »,
    • « Le service aux usagers doit primer »,
  • « une exigence démocratique« : « Les Français veulent une démocratie plus représentative, plus transparente, et une exemplarité encore renforcée. »,
  • « une exigence climatique » : « Nos concitoyens sont prêts à changer de comportements dans de nombreux domaines, en revanche ils ne veulent pas de taxes ».

25 avril 2019 : Conférence de presse d’Emmanuel MACRON suite au Grand Débat National.

Le 25 avril 2019, le président de la République Emmanuel MACRON annonce les mesures prises suite au Grand Débat National pour répondre à la crise des Gilets Jaunes lors d’un conférence de presse à l’Élysée : retraite par points à 62 ans et ré-indexée sur l’inflation, plein-emploi en 2025, dose de proportionnelle aux élections législatives, suppression de l’ENA ( École nationale d’administration), maisons de service public dans tous les cantons pour lutter contre la désertion des zones périphériques.

Les principales annonces du e président de la République Emmanuel MACRON sont les suivantes :

Fiscalité.

  • Baisse de l’impôt sur le revenu pour ceux qui travaillent à hauteur de 5 milliards d’euros en 2020.
  • Évaluation par la Cour des comptes des sommes qui échappent à l’impôt pour lutter contre l’évasion fiscale.
  • Réforme de l’ISF (Impôt de Solidarité sur la Fortune » évaluée en 2020.
  • Suppression de niches fiscales mais pas celles des particuliers.
  • Mise en place d’un système de prélèvement par la CAF ( Caisse d’Allocations Familiales) des pensions alimentaires qui ne sont pas versées aux parents seuls.

Retraite.

  • Age légal de la retraite maintenu à 62 ans, tout en incitant financièrement les français en travaillant plus longtemps.
  • Réindexation des retraites de moins de 2000 euros sur l’inflation à partir du 1er janvier 2020.
  • Fin de la sous-indexation des retraites à partir de 2021.
  • Système de retraite par points présenté au cours de l’été.
  • Retraite minimale à 1000 euros par mois.
  • Statut pour aidants familiaux afin de leur construire des droits pour la retraite à partir de 2020. « Nous devons les reconnaître, les nommer, mais aussi dans nos politiques publiques leur bâtir une place pendant la réforme des retraites et leur construire des droits ».

Emploi.

  • Réforme de l’assurance chômage pour bâtir les droits et devoirs des entreprises et des demandeurs d’emploi.
  •  » Pacte productif » avec pour objectif le plein-emploi à l’horizon 2025.
  • Pas de jour férié supprimé.

Services publics.

  • Renforcement des services publics : Maison France Service , regroupant plusieurs services publics, dans chaque canton.
  •  » Nouvel acte de décentralisation, adapté à chaque territoire qui doit porter sur le logement, le transport, la transition écologique ».
  • Il n’y aurait  » plus de fermeture d’école ou d’hôpital sans accord du maire de la commune d’ici la fin du quinquennat ».
  • Objectif de ne pas dépasser 24 élèves par classe dans les écoles jusqu’au CE1.
  • Fermeture de l’ENA (École Nationale d’Administration) pour  » bâtir quelque chose qui fonctionne mieux ».
  • Fin des « grands corps de l’État » et de la « protection à vie » des hauts fonctionnaires.

Démocratie.

  • 20% de proportionnelle aux élections législatives.
  • Baisse du nombre de parlementaires de 25 à 30%.
  • Pas d’instauration du vote obligatoire.
  • Pas de reconnaissance du vote blanc.
  • Pas de RIC (Référendum d’Initiative Citoyenne).
  • Le seuil du Référendum d’initiative partagée sera abaissé à 1 million de signatures.

Europe.

  • Débat annuel au Parlement sur la politique migratoire européenne. « Je souhaite que nous puissions instaurer, chaque année au Parlement, un débat sur la politique migratoire. »
  • Refonte de l’espace Schengen souhaitée (espace de libre circulation des personnes entre les États de l’Union européenne (UE) signataires de l’accord de Schengen), « quitte à ce que ce soit un Schengen avec moins d’États ».

Écologie.

  • Création d’un conseil de défense écologique, présidé par le président de la République pour  » prendre les choix stratégiques et mettre au cœur de toutes nos politiques cette urgence climatique ».
  • Création d’un conseil de participation citoyenne avec pour mission de « redessiner toutes les mesures concrètes d’aide aux citoyens sur la transition climatique dans le domaine des transports, de la rénovation des logements ».
  • Défendre au niveau européen un prix minimum du carbone ou une taxe carbone aux frontières.

Annexe 1 : Pétition des Gilets Jaunes « Pour une Baisse des Prix du Carburant à la Pompe ! »

Lancée le 29 mai par Priscillia Ludosky, sur le site change.org, la pétition « Pour une Baisse des Prix du Carburant à la Pompe ! » lancée par Priscillia Ludosky et qui a reçu plus d’un million de signatures est le symbole de la naissance du Mouvement des Gilets Jaunes.

Voici le texte de la pétition symbole du Mouvement des Gilets Jaunes.

Depuis janvier 2018, particulièrement, nous constatons une forte hausse du prix du carburant.

Soit une hausse de 7,6 centimes/litre pour le gasoil,  et de 3,8 centimes/litre pour l’essence. En 2021, essence et diesel seront au même prix.

Selon l’Union française des industries pétrolières (UFIP), le gazole devrait encore augmenter de 34 centimes pendant le mandat d’Emmanuel Macron. En 2021, il devrait être plus cher que le sans-plomb.

Nombreux sont les motifs apportés pour justifier cette hausse:

Changer les habitudes des automobilistes et les inciter à acheter des voitures à essence ou électriques

– Contexte géopolitique : conflits entre les pays exportateurs de pétrole = variations du cours du pétrole : +174% en deux ans, 27 dollars en janvier 2016, 74 dollars actuellement ! https://prixdubaril.com/

– Hausse des marges pratiquées par les stations services : selon les conclusions du rapport de la CLCV ( l’Association nationale de défense des consommateurs et usagers) qui annonce une hausse de 11 à 13,9 cts pour l’essence et de 11,2 à 12,6 pour le gasoil.

——> Information contestée par président national des propriétaires-exploitants de stations-service au Conseil national des professions de l’automobile (CNPA) qui explique que les stations service « ont des contrats bien ficelés avec les pétroliers et gagnent de toute façon entre 1,5 et 4 centimes de commission au litre vendu ».

– Hausse des taxes du gouvernement (TICPE, taxe sur les produits pétroliers, et la taxe carbone ). La fiscalité dans son ensemble représente environ deux tiers du prix des carburants (soit environ 60 % du prix à la pompe).

——> ce motif est aussi en cause, pour la CLCV. L’association appelle donc « les pouvoirs publics à interrompre leur politique d’augmentation des taxes sur le carburant ». « La hausse de la fiscalité écologique est avant tout une mesure de rendement fiscal » qui « heurte le portefeuille des particuliers », juge l’association.

Répartition taxes/marges dans le prix du carburant

– Demande croissante en pétrole de la part des pays émergents (Chine, Inde, Moyen Orient).

—-> Les prévisions de l’Opep (L’Organisation des pays exportateurs de pétrole) confirment cette tendance avec une demande qui pourrait dépasser les 100 millions de barils par jour, contre environ 95 millions aujourd’hui

Montée en charge des certificats d’économies d’énergie (CEE) : Le dispositif des CEE, créé en 2006 repose sur une obligation de réalisation d’économies d’énergie imposée par les pouvoirs publics aux vendeurs d’énergie. Ceux-ci doivent ainsi promouvoir activement l’efficacité énergétique auprès des consommateurs d’énergie : ménages, collectivités territoriales ou professionnels.

—-> tarifs CEE répercutés sur le prix du carburant.

https://www.ecologique-solidaire.gouv.fr/dispositif-des-certificats-deconomies-denergie

https://www.lesechos.fr/27/04/2017/LesEchos/22434-076-ECH_un-dispositif-dont-le-cout-enfle-rapidement.htm#

AUTANT DE MOTIFS DONT NOUS CITOYENS NE SOMMES PAS RESPONSABLES !

Concrètement, qui profite de cette baisse de consommation de véhicule diesel ?

« Ni l’électrique, ni l’hybride ne profitent de la baisse du diesel. Ce type de véhicule est encore trop cher et ne représente qu’entre 1,5% et 4% du marché. Faute d’alternative, c’est la motorisation essence traditionnelle qui reprend des couleurs avec 53% des ventes de véhicules neufs au premier trimestre. Aujourd’hui, le diesel est délaissé, en effet, en 2017, pour la première fois depuis seize ans, les particuliers ont acheté davantage de véhicules neufs essence que gazole. Ce qui pose un vrai problème en termes de pollution puisque si le diesel rejette plus d’oxydes d’azote, il émet moins de CO2 que l’essence.  »

CONCLUSION

Il est tout à fait honorable que nous cherchions des solutions pour circuler en polluant le moins possible notre environnement. Mais la hausse des taxes imposée par le gouvernement n’est pas la solution !

Nous sommes déjà dépendants des cours du pétrole, il n’est pas question qu’en plus nous subissions une augmentation des taxes !

Quelques pistes ?

  • Commencer par supprimer progressivement la vente de véhicules diesel (comme c’est déjà le cas pour certains constructeurs automobiles) et à terme les véhicules à essence pour laisser place aux véhicules hybrides/électriques.
  • Proposer des offres de reprises et réguler les prix trop élevés de ces véhicules électriques pour faciliter leur acquisition par nous citoyens.
  •  Donner pour objectif aux entreprises de mettre en place un système permettant aux employés de travailler depuis leur domicile afin de limiter la circulation des travailleurs.
  • Donner pour objectif aux entreprises de proposer une alternative aux employés ayant demandé une mutation pour raison de déménagement ou obligation familiale : travailler depuis leur domicile, ce qui équivaut à une acceptation partielle de leur demande de mutation.(afin de limiter la circulation de ces personnes vers la capitale)
  • Allouer des subventions et autres aides aux entreprises afin qu’elle s’installe en banlieue et en province ceci afin de désengorger les grandes villes et limiter les longs déplacements en voitures.
  • Financer / Co-financer ou continuer de financer des projets visant à créer des éco/bio-carburant.

———–> http://www.parismatch.com/Vivre/Automobile/Audi-invente-un-carburant-a-base-d-eau-et-d-air-754574

————-> http://www.letelegramme.fr/morbihan/lorient/economies-sa-voiture-carbure-a-l-eau-de-pluie-12-02-2015-10524681.php

————-> https://www.challenges.fr/automobile/actu-auto/comment-l-us-navy-transforme-de-l-eau-de-mer-en-carburant_17955

————-> http://www.agoravox.fr/actualites/environnement/article/moteurs-quand-l-eau-permet-de-115784

————-> Passé sur TF1 – Moteur à eau pantone

  •  Etc etc.…
  • Toute proposition est à explorer sans avoir à en faire payer le prix aux citoyens!

Je pense pouvoir parler au nom de toutes les personnes qui n’en peuvent plus de payer pour les erreurs des dirigeants et qui ne souhaitent pas toujours tout payer et à n’importe quel prix !

Je vous invite à signer cette pétition pour permettre le franchissement d’une étape allant vers le dialogue.

Sources: YouTube, Les Echos, France-Infos, Le Télégramme, Challenges, Agoravox, Echologique-solidaire, Prix du Baril, CeeEnergie, Le Figaro, Connaissance-des-Energies.

Annexe 2 : Les 42 revendications des Gilets Jaunes.

Le 29 novembre 2018, une délégation de Gilets jaunes publient une liste de 42 revendications.

Députés de France, nous vous faisons part des Directives du peuple pour que vous les transposiez en LOI.

Zéro SDF : URGENT.

Impôt sur le revenu davantage progressif (plus de tranches).

SMIC à 1300 euros net.

Favoriser les petits commerces des villages et centres-villes. (Cesser la construction des grosses zones commerciales autour des grandes villes qui tuent le petit commerce) + de parkings gratuits dans les centres-villes.

Grand Plan d’Isolation des logements. (faire de l’écologie en faisant faire des économie aux ménages).

Que les GROS (Macdo, google, Amazon, Carrefour…) payent GROS et que les petits (artisans, TPE PME) payent petit.

Même système de sécurité social pour tous (y compris artisans et autoentrepreneurs). Fin du RSI.

Le système de retraite doit demeurer solidaire et donc socialisé. (Pas de retraite à point).

Fin de la hausse des taxes sur le carburant.

Pas de retraite en dessous de 1 200 euros.

Tout représentant élu aura le droit au salaire médian. Ses frais de transports seront surveillés et remboursés s’ils sont justifiés. Droit au ticket restaurant et au chèque vacances.

Les salaires de tous les Français ainsi que les retraites et les allocations doivent être indexés à l’inflation.

Protéger l’industrie française : interdire les délocalisations. Protéger notre industrie c’est protéger notre savoir-faire et nos emplois.

Fin du travail détaché. Il est anormal qu’une personne qui travaille sur le territoire français ne bénéficie pas du même salaire et des même droits. Toute personne étant autorisée à travailler sur le territoire français doit être à égalité avec un citoyen français et son employeur doit cotiser à la même hauteur qu’un employeur français.

Pour la sécurité de l’emploi : limiter davantage le nombre de CDD pour les grosses entreprises. Nous voulons plus de CDI.

Fin du CICE. Utilisation de cet argent pour le lancement d’une Industrie Française de la voiture à hydrogène (qui est véritablement écologique, contrairement à la voiture électrique.)

Fin de la politique d’austérité. On cesse de rembourser les intérêts de la dette qui sont déclarés illégitimes et on commence à rembourser la dette sans prendre l’argent des pauvres et des moins pauvres mais en allant chercher les 80 milliards de fraude fiscale.

Que les causes des migrations forcées soient traitées.

Que les demandeurs d’asiles soient bien traités. Nous leur devons le logement, la sécurité, l’alimentation ainsi que l’éducation pour les mineurs. Travaillez avec l’ONU pour que des camps d’accueil soient ouverts dans de nombreux pays du monde, dans l’attente du résultat de la demande d’asile.

Que les déboutés du droit d’asile soient reconduits dans leur pays d’origine.

Qu’une réelle politique d’intégration soit mise en oeuvre. Vivre en France implique de devenir français (cours de langue française, cours d’Histoire de la France et cours d’éducation civique avec une certification à la fin du parcours).

Salaire maximum fixé à 15 000 euros.

Que des emplois soient crées pour les chômeurs.

Augmentation des allocations handicapés.

Limitation des loyers. + de logement à loyers modérés (notamment pour les étudiants et les travailleurs précaires).

Interdiction de vendre les biens appartenant à la France (barrage aéroport…)

Moyens conséquents accordées à la justice, à la police, à la gendarmerie et à l’armée. Que les heures supplémentaires des forces de l’ordre soient payées ou récupérées.

L’intégralité de l’argent gagné par les péages des autoroutes devra servir à l’entretien des autoroutes et routes de France ainsi qu’à la sécurité routière.

Le prix du gaz et l’électricité ayant augmenté depuis qu’il y a eu privatisation, nous voulons qu’ils redeviennent publiques et que les prix baissent de manière conséquente.

Fin immédiate de la fermeture des petites lignes, des bureaux de poste, des écoles et des maternités.

Apportons du bien-être à nos personnes âgées. Interdiction de faire de l’argent sur les personnes âgées. L’or gris, c’est fini. L’ère du bien-être gris commence.

Maximum 25 élèves par classe de la maternelle à la Terminale.

Des moyens conséquents apportés à la psychiatrie.

Le Référendum populaire doit entrer dans la Constitution. Création d’un site lisible et efficace, encadré par un organisme indépendant de contrôle où les gens pourront faire une proposition de loi. Si cette proposition de loi obtient 700 000 signatures alors cette proposition de loi devra être discutée, complétée, amendée par l’Assemblée Nationale qui aura l’obligation, (un an jour pour jour après l’obtention des 700 000 signatures) de la soumettre au vote de l’intégralité des Français.

Retour à un mandat de 7 ans pour le Président de la République. ( L’élection des députés deux ans après l’élection du Président de la République permettait d’envoyer un signal positif ou négatif au président de la République concernant sa politique. Cela participait donc à faire entendre la voix du peuple.)

Retraite à 60 ans et pour toutes les personnes ayant travaillées dans un métier usant le corps (maçon ou désosseur par exemple) droit à la retraite à 55 ans.

Un enfant de 6 ans ne se gardant pas seul, continuation du système des aides PAJEMPLOI jusqu’à ce que l’enfant ait 10 ans.

Favoriser le transport de marchandises par la voie ferrée.

Pas de prélèvement à la source.

Fin des indemnités présidentielles à vie.

Interdiction de faire payer aux commerçants une taxe lorsque leurs clients utilisent la carte bleue.

Taxe sur le fuel maritime et le kérosène.

Cette liste est non-exhaustive mais par la suite, la volonté du peuple sera entendue et appliquée au moyen de la création du système de Référendum Populaire qui devra rapidement être mis en place.

Députés, faites entendre notre voix à l’Assemblée.
Obéissez à la volonté du peuple
Faites appliquer ces Directives.
 Les Gilets Jaunes.

Annexe 3 : Lettre aux Français d’Emmanuel MACRON.

Le , Le président de la République Emmanuel Macron publie La Lettre aux Français, un texte dans lequel il détaille le contexte, les modalités du Grand Débat National et les questions proposées autour de quatre thèmes

  • Transition écologique.
  • Fiscalité.
  • Organisation de l’État.
  • Démocratie et citoyenneté.

Chères Françaises, chers Français, mes chers compatriotes,

Dans une période d’interrogations et d’incertitudes comme celle que nous traversons, nous devons nous rappeler qui nous sommes.

La France n’est pas un pays comme les autres.

Le sens des injustices y est plus vif qu’ailleurs. L’exigence d’entraide et de solidarité plus forte.

Chez nous, ceux qui travaillent financent les pensions des retraités. Chez nous, un grand nombre de citoyens paie un impôt sur le revenu, parfois lourd, qui réduit les inégalités. Chez nous, l’éducation, la santé, la sécurité, la justice sont accessibles à tous indépendamment de la situation et de la fortune. Les difficultés de la vie, comme le chômage, peuvent être surmontées, grâce à l’effort partagé par tous.

C’est pourquoi la France est, de toutes les nations, une des plus fraternelles et des plus égalitaires.

C’est aussi une des plus libres, puisque chacun est protégé dans ses droits et dans sa liberté d’opinion, de conscience, de croyance ou de philosophie.

Et chaque citoyen a le droit de choisir celles et ceux qui porteront sa voix dans la conduite du pays, dans l’élaboration des lois, dans les grandes décisions à prendre.

Chacun partage le destin des autres et chacun est appelé à décider du destin de tous : c’est tout cela, la Nation française.

Comment ne pas éprouver la fierté d’être Français ?

Je sais, bien sûr, que certains d’entre nous sont aujourd’hui insatisfaits ou en colère. Parce que les impôts sont pour eux trop élevés, les services publics trop éloignés, parce que les salaires sont trop faibles pour que certains puissent vivre dignement du fruit de leur travail, parce que notre pays n’offre pas les mêmes chances de réussir selon le lieu ou la famille d’où l’on vient. Tous voudraient un pays plus prospère et une société plus juste.

Cette ambition, je la partage. La société que nous voulons est une société dans laquelle pour réussir on ne devrait pas avoir besoin de relations ou de fortune, mais d’effort et de travail.

En France, mais aussi en Europe et dans le monde, non seulement une grande inquiétude, mais aussi un grand trouble ont gagné les esprits. Il nous faut y répondre par des idées claires.

Mais il y a pour cela une condition : n’accepter aucune forme de violence. Je n’accepte pas la pression et l’insulte, par exemple sur les élus du peuple, je n’accepte pas la mise en accusation générale, par exemple des médias, des journalistes, des institutions et des fonctionnaires. Si tout le monde agresse tout le monde, la société se défait !

Afin que les espérances dominent les peurs, il est nécessaire et légitime que nous nous reposions ensemble les grandes questions de notre avenir.

C’est pourquoi j’ai proposé et je lance aujourd’hui un grand débat national qui se déroulera jusqu’au 15 mars prochain.

Depuis quelques semaines, des maires ont ouvert leurs mairies pour que vous puissiez y exprimer vos attentes. J’ai eu de premiers retours que j’ai pu prendre en compte. Nous allons désormais entrer dans une phase plus ample et vous pourrez participer à des débats près de chez vous ou vous exprimer sur internet pour faire valoir vos propositions et vos idées. Dans l’Hexagone, outre-mer et auprès des Français résidant à l’étranger. Dans les villages, les bourgs, les quartiers, à l’initiative des maires, des élus, des responsables associatifs, ou de simples citoyens… Dans les assemblées parlementaires comme régionales ou départementales.

Les maires auront un rôle essentiel car ils sont vos élus et donc l’intermédiaire légitime de l’expression des citoyens.

Pour moi, il n’y a pas de questions interdites. Nous ne serons pas d’accord sur tout, c’est normal, c’est la démocratie. Mais au moins montrerons-nous que nous sommes un peuple qui n’a pas peur de parler, d’échanger, de débattre.

Et peut-être découvrirons-nous que nous pouvons tomber d’accord, majoritairement, au-delà de nos préférences, plus souvent qu’on ne le croit.

Je n’ai pas oublié que j’ai été élu sur un projet, sur de grandes orientations auxquelles je demeure fidèle. Je pense toujours qu’il faut rendre à la France sa prospérité pour qu’elle puisse être généreuse, car l’un va avec l’autre. Je pense toujours que la lutte contre le chômage doit être notre grande priorité, et que l’emploi se crée avant tout dans les entreprises, qu’il faut donc leur donner les moyens de se développer. Je pense toujours que nous devons rebâtir une souveraineté industrielle, numérique et agricole et pour cela investir dans les savoirs et la recherche. Je pense toujours qu’il faut rebâtir une école de la confiance, un système social rénové pour mieux protéger les Français et réduire les inégalités à la racine. Je pense toujours que l’épuisement des ressources naturelles et le dérèglement climatique nous obligent à repenser notre modèle de développement. Nous devons inventer un projet productif, social, éducatif, environnemental et européen nouveau, plus juste et plus efficace. Sur ces grandes orientations, ma détermination n’a pas changé.

Mais je pense aussi que de ce débat peut sortir une clarification de notre projet national et européen, de nouvelles manières d’envisager l’avenir, de nouvelles idées.

À ce débat, je souhaite que le plus grand nombre de Français, le plus grand nombre d’entre nous, puisse participer.

Ce débat devra répondre à des questions essentielles qui ont émergé ces dernières semaines. C’est pourquoi, avec le Gouvernement, nous avons retenu quatre grands thèmes qui couvrent beaucoup des grands enjeux de la Nation : la fiscalité et les dépenses publiques, l’organisation de l’État et des services publics, la transition écologique, la démocratie et la citoyenneté. Sur chacun de ces thèmes, des propositions, des questions sont d’ores et déjà exprimées. Je souhaite en formuler quelques-unes qui n’épuisent pas le débat mais me semblent au cœur de nos interrogations.

Le premier sujet porte sur nos impôts, nos dépenses et l’action publique.

L’impôt est au cœur de notre solidarité nationale. C’est lui qui finance nos services publics. Il vient rémunérer les professeurs, pompiers, policiers, militaires, magistrats, infirmières et tous les fonctionnaires qui œuvrent à votre service. Il permet de verser aux plus fragiles des prestations sociales mais aussi de financer certains grands projets d’avenir, notre recherche, notre culture, ou d’entretenir nos infrastructures. C’est aussi l’impôt qui permet de régler les intérêts de la dette très importante que notre pays a contractée au fil du temps.

Mais l’impôt, lorsqu’il est trop élevé, prive notre économie des ressources qui pourraient utilement s’investir dans les entreprises, créant ainsi de l’emploi et de la croissance. Et il prive les travailleurs du fruit de leurs efforts. Nous ne reviendrons pas sur les mesures que nous avons prises pour corriger cela afin d’encourager l’investissement et faire que le travail paie davantage. Elles viennent d’être votées et commencent à peine à livrer leurs effets. Le Parlement les évaluera de manière transparente et avec le recul indispensable. Nous devons en revanche nous interroger pour aller plus loin.

Comment pourrait-on rendre notre fiscalité plus juste et plus efficace ? Quels impôts faut-il à vos yeux baisser en priorité ?

Nous ne pouvons, quoi qu’il en soit, poursuivre les baisses d’impôt sans baisser le niveau global de notre dépense publique.

Quelles sont les économies qui vous semblent prioritaires à faire ?

Faut-il supprimer certains services publics qui seraient dépassés ou trop chers par rapport à leur utilité ? À l’inverse, voyez-vous des besoins nouveaux de services publics et comment les financer ?

Notre modèle social est aussi mis en cause. Certains le jugent insuffisant, d’autres trop cher en raison des cotisations qu’ils paient. L’efficacité de la formation comme des services de l’emploi est souvent critiquée. Le Gouvernement a commencé à y répondre, après de larges concertations, à travers une stratégie pour améliorer notre santé, pour lutter contre la pauvreté et contre le chômage.

Comment mieux organiser notre pacte social ? Quels objectifs définir en priorité ?

Le deuxième sujet sur lequel nous devons prendre des décisions, c’est l’organisation de l’État et des collectivités publiques. 

Les services publics ont un coût, mais ils sont vitaux : école, police, armée, hôpitaux, tribunaux sont indispensables à notre cohésion sociale.

Y a-t-il trop d’échelons administratifs ou de niveaux de collectivités locales ? Faut-il renforcer la décentralisation et donner plus de pouvoir de décision et d’action au plus près des citoyens ? À quels niveaux et pour quels services ?

Comment voudriez-vous que l’État soit organisé et comment peut-il améliorer son action ? Faut-il revoir le fonctionnement de l’administration et comment ?

Comment l’État et les collectivités locales peuvent-ils s’améliorer pour mieux répondre aux défis de nos territoires les plus en difficulté et que proposez-vous ?

La transition écologique est le troisième thème, essentiel à notre avenir. 

Je me suis engagé sur des objectifs de préservation de la biodiversité et de lutte contre le réchauffement climatique et la pollution de l’air. Aujourd’hui personne ne conteste l’impérieuse nécessité d’agir vite. Plus nous tardons à nous remettre en cause, plus ces transformations seront douloureuses.

Faire la transition écologique permet de réduire les dépenses en carburant, en chauffage, en gestion des déchets et en transports. Mais pour réussir cette transition, il faut investir massivement et accompagner nos concitoyens les plus modestes.

Une solidarité nationale est nécessaire pour que tous les Français puissent y parvenir.

Comment finance-t-on la transition écologique : par l’impôt, par les taxes et qui doit être concerné en priorité ?

Comment rend-on les solutions concrètes accessibles à tous, par exemple pour remplacer sa vieille chaudière ou sa vieille voiture ? Quelles sont les solutions les plus simples et les plus supportables sur un plan financier ?

Quelles sont les solutions pour se déplacer, se loger, se chauffer, se nourrir qui doivent être conçues plutôt au niveau local que national ? Quelles propositions concrètes feriez-vous pour accélérer notre transition environnementale ?

La question de la biodiversité se pose aussi à nous tous.

Comment devons-nous garantir scientifiquement les choix que nous devons faire à cet égard ? Comment faire partager ces choix à l’échelon européen et international pour que nos agriculteurs et nos industriels ne soient pas pénalisés par rapport à leurs concurrents étrangers ?

Enfin, il est évident que la période que notre pays traverse montre qu’il nous faut redonner plus de force à la démocratie et la citoyenneté. 

Être citoyen, c’est contribuer à décider de l’avenir du pays par l’élection de représentants à l’échelon local, national ou européen. Ce système de représentation est le socle de notre République, mais il doit être amélioré car beaucoup ne se sentent pas représentés à l’issue des élections.

Faut-il reconnaître le vote blanc ? Faut-il rendre le vote obligatoire ?

Quelle est la bonne dose de proportionnelle aux élections législatives pour une représentation plus juste de tous les projets politiques ?

Faut-il, et dans quelles proportions, limiter le nombre de parlementaires ou autres catégories d’élus ?

Quel rôle nos assemblées, dont le Sénat et le Conseil Économique, Social et Environnemental, doivent-elles jouer pour représenter nos territoires et la société civile ? Faut-il les transformer et comment ?

En outre, une grande démocratie comme la France doit être en mesure d’écouter plus souvent la voix de ses citoyens.

Quelles évolutions souhaitez-vous pour rendre la participation citoyenne plus active, la démocratie plus participative ?

Faut-il associer davantage et directement des citoyens non élus, par exemple tirés au sort, à la décision publique ?

Faut-il accroître le recours aux référendums et qui doit en avoir l’initiative ?

La citoyenneté, c’est aussi le fait de vivre ensemble.

Notre pays a toujours su accueillir ceux qui ont fui les guerres, les persécutions et ont cherché refuge sur notre sol : c’est le droit d’asile, qui ne saurait être remis en cause. Notre communauté nationale s’est aussi toujours ouverte à ceux qui, nés ailleurs, ont fait le choix de la France, à la recherche d’un avenir meilleur : c’est comme cela qu’elle s’est aussi construite. Or, cette tradition est aujourd’hui bousculée par des tensions et des doutes liés à l’immigration et aux défaillances de notre système d’intégration.

Que proposez-vous pour améliorer l’intégration dans notre Nation ? En matière d’immigration, une fois nos obligations d’asile remplies, souhaitez-vous que nous puissions nous fixer des objectifs annuels définis par le Parlement ? Que proposez-vous afin de répondre à ce défi qui va durer ?

La question de la laïcité est toujours en France sujet d’importants débats. La laïcité est la valeur primordiale pour que puissent vivre ensemble, en bonne intelligence et harmonie, des convictions différentes, religieuses ou philosophiques. Elle est synonyme de liberté parce qu’elle permet à chacun de vivre selon ses choix.

Comment renforcer les principes de la laïcité française, dans le rapport entre l’État et les religions de notre pays ? Comment garantir le respect par tous de la compréhension réciproque et des valeurs intangibles de la République ?

Dans les semaines qui viennent, je vous invite à débattre pour répondre à ces questions déterminantes pour l’avenir de notre Nation. Je souhaite aussi que vous puissiez, au-delà de ces sujets que je vous propose, évoquer n’importe quel sujet concret dont vous auriez l’impression qu’il pourrait améliorer votre existence au quotidien.

Ce débat est une initiative inédite dont j’ai la ferme volonté de tirer toutes les conclusions. Ce n’est ni une élection, ni un référendum. C’est votre expression personnelle, correspondant à votre histoire, à vos opinions, à vos priorités, qui est ici attendue, sans distinction d’âge ni de condition sociale. C’est, je crois, un grand pas en avant pour notre République que de consulter ainsi ses citoyens. Pour garantir votre liberté de parole, je veux que cette consultation soit organisée en toute indépendance, et soit encadrée par toutes les garanties de loyauté et de transparence.

C’est ainsi que j’entends transformer avec vous les colères en solutions.

Vos propositions permettront donc de bâtir un nouveau contrat pour la Nation, de structurer l’action du Gouvernement et du Parlement, mais aussi les positions de la France au niveau européen et international. Je vous en rendrai compte directement dans le mois qui suivra la fin du débat.

Chères Françaises, chers Français, mes chers compatriotes, je souhaite que le plus grand nombre d’entre vous puisse participer à ce grand débat afin de faire œuvre utile pour l’avenir de notre pays.

En confiance,

Emmanuel MACRON

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Mouvement des Gilets Jaunes : Résumé, Dates, Causes, Revendications

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.

Débarquement de Normandie du 6 juin 1944

6 juin 1944 : débarquement en Normandie des Alliés. Résumé, causes, conséquences, bilan, moyens mnémotechniques. Pourquoi le débarquement a lieu en Normandie ? Pourquoi la date du 6 juin 1944 ? Qui a débarqué en Normandie ? Sur quelles plages ? Comment mémoriser les noms des plages du débarquement et qui a débarqué sur chacune des plages ? Pourquoi le 6 juin 1944 a-t-il été appelé le  » jour le plus long » ? Qui a appelé le 6 juin 1944 le « jour le plus long » ?

6 juin 1944 : D-Day en Normandie. Les forces Alliées commandées par le général américain David Dwight Eisenhower débarquent en Normandie sur les plages de la Manche et du Calvados, afin de libérer la France occupée par l’Allemagne nazie d’Hitler.

Le D-Day ( Jour J en français) est la plus grande opération aéronavale de l’Histoire.

Le Débarquement de Normandie du 6 juin 1944 est un tournant de la Seconde Guerre Mondiale.

Le D-Day va permettre aux Alliés de libérer l’Europe occidentale et accélérer la défaite de l’Allemagne nazie.

Vous êtes en CM2, au collège  ou passionné par l’histoire et vous voulez apprendre l’essentiel sur le débarquement de Normandie du 6 juin 1944, un des événements les plus importants de la Seconde Guerre Mondiale ( 1939 – 1945) ?

Vous cherchez un résumé du débarquement de Normandie ? Vous voulez en connaitre les causes, les conséquences, le déroulement ?

Vous voulez savoir quels sont les noms des plages du débarquement ?

Vous cherchez un moyen mnémotechnique pour retenir le nom des plages du débarquement de Normandie ?

Lisez ce cours d’histoire gratuit en ligne du blog éducatif Apprendre 5 minutes pour apprendre et retenir rapidement et facilement l’Histoire du Jour J, date clé de la Seconde Guerre Mondiale.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Débarquement de Normandie - 6 juin 1944
Débarquement de Normandie – 6 juin 1944

Sommaire

  • Définition : Qu’est-ce que le Débarquement de Normandie ?
  • Court résumé du débarquement de Normandie.
  • Pourquoi la Normandie a-t-elle été choisie ?
  • Le Jour J (D-Day) : pourquoi la date du 6 juin 1944 ?
  • Qui a débarqué en Normandie ?
  • Comment s’est déroulé le Débarquement de Normandie ?
  • Sur quelles plages a eu lieu le débarquement de Normandie ?
  • Quel est le bilan du Jour J (D-Day) ?
  • Quelles sont les conséquences du Débarquement de Normandie ?
  • Bonus 1 : Pourquoi le D-Day a été surnommé  » Le jour le plus long » ?
  • Bonus 2 : Mémoriser les plages du Débarquement de Normandie.
    • Technique de mémorisation 1 : les images support.
    • Technique de mémorisation 2 : la phrase mnémotechnique.
  • A découvrir aussi.

Définition : Qu’est-ce que le Débarquement de Normandie ?

Le Débarquement de Normandie, qui a eu lieu le mardi 6 juin 1944, est l’opération aéronavale Neptune, marquant le premier jour de la Bataille de Normandie déclenchée par les forces Alliées, commandées par le général américain David Dwight Eisenhower,  contre les soldats allemands de la Wehrmacht, avec pour objectif d’établir une tête de pont côtière en Normandie.

Le débarquement en Normandie du 6 juin 1944 des Alliés, principalement américains, britanniques et canadiens, est un événement clé et tournant majeur de la Seconde Guerre Mondiale car il ouvre un deuxième front à l’Ouest de l’Europe et permet la victoire finale des Alliés sur l’Allemagne nazie d’Adolf Hitler.

Le D-Day (Jour J en français) désigne le 6 juin 1944, date à laquelle à commencé le débarquement en Normandie.

L’opération Neptune est la première étape de l’opération Overland.

L’opération Overland – nom de code de la bataille de Normandie – a pour objectif de libérer la France occupée par l’Allemagne nazie et d’ouvrir un nouveau front à l’Ouest de l’Europe pour accélérer la défaite du IIIe Reich.

Court résumé du débarquement de Normandie.

Le 6 juin 1944, une immense armada de navires de guerre et de commerce, et des péniches de débarquement, soutenue par une importante flotte aérienne , prend par surprise les défenses allemandes et débarque sur les plages de Normandie entre l’embouchure de l’Orne, la rivière qui traverse Caen, et l’embouchure de la Vire, la rivière qui traverse Saint-Lô, une armée composée principalement de soldats américains, britanniques et canadiens.

Malgré la forte résistance allemande et les défenses côtières du mur de l’Atlantique, les Alliés réussissent à constituer des têtes de pont, à s’y maintenir, permettant aux moyens humains et matériels de débarquer rapidement.

L’opération aéronavale et amphibie Overlord, commandée par général américain David Dwight Eisenhower, assisté par le général anglais Bernard Law Montgomery, a réussi.

L’armée allemande va se trouver affaiblie. L’ouverture d’un nouveau front à l’Ouest de l’Europe accélérera la défaite du IIIe Reich.

Pourquoi la Normandie a-t-elle été choisie ?

Depuis l’invasion de l’Union Soviétique par l’armée allemande le 22 juin 1941, Joseph Staline demande aux Alliés d’ouvrir un second front en Europe pour réduire la pression allemande sur le front de l’Est.

Le 1er novembre 1943, à l’issue de la Conférence de Téhéran, Winston Churchill ( premier ministre du Royaume-Uni), Franklin D. Roosevelt ( président des États-Unis) et Joseph Staline ( président du Conseil des commissaires du Peuple d’URSS) décident de lancer l’opération Overlord (la Bataille de Normandie).

Les bombardiers américains sont basés en Angleterre. Afin de tenir compte des moyens de débarquement et du rayon d’action d’action des avions de chasse, le débarquement doit avoir lieu soit dans le Pas-de-Calais, soit en Normandie.

Le Pas-de Calais semble la solution la plus évidente, offrant une traversée de la Manche plus courte que la Normandie. La ville de Douvres en Angleterre est à seulement 42 km à vol d’oiseau de la ville de Calais en France.

Pour les Alliés, le Pas-de-calais permettrait

  • Une meilleure couverture aérienne.
  • Un débarquement plus rapide.
  • Un ravitaillement plus facile.

Mais les allemands le savent et s’attendent à un débarquement dans le Pas-de-calais.

Adolf Hitler envisage un débarquement anglo-américain à l’Ouest et ordonne le 23 mars 1942, par la directive de guerre n°40  de renforcer les côtes des pays occupés ou annexés.

Le système de fortification côtière mis en place le IIIe Reich s’appelle le Mur de l’Atlantique.

Les fortifications les plus importantes se trouvent à Calais et la Wehrmacht y a placé ses meilleures troupes.

Les Alliés vont choisir de débarquer en Normandie car les plages, plus vastes, sont moins défendues que dans le Pas-de-calais et permettrons de débarquer les soldats et le matériel.

Le Jour J (D-Day) : pourquoi la date du 6 juin 1944 ?

Pour que le débarquement de Normandie puisse avoir lieu, les Alliés doivent acquérir la supériorité navale et aérienne.

A partir de 1943, les Alliés prennent le dessus sur la marine allemande, au cours de la Bataille de l’Atlantique.

Durant la semaine du 20 au 25 février 1944, les américains lancent l’opération Argument – appelée également  » Big Week » (la Grosse semaine) – pour obtenir la suprématie aérienne en en lançant des attaques massives sur l’industrie aéronautique allemande.

L’aviation de chasse allemande est battue et la capacité de production aéronautique du IIIe Reich fortement réduite.

Pour que débarquement en Normandie ait lieu

  • l’aviation alliée a besoin d’un début de nuit sans lune
    • Pour que les parachutistes ne soient pas repérés par les allemands.
    • Pour bombarder des cibles précises avant que le débarquement ait lieu.
  • La marée doit être montante et à mi-hauteur en début de matinée.
    • Les navires alliés vont se heurter aux défenses allemandes si la marée est trop haute.
    • Les soldats alliés resteront trop longtemps à découvert si la marée était trop basse.

Le 5 juin 1944, la tempête ne permet pas le débarquement.

Comme la météo prévoie une accalmie le 6 juin 1944 et bien que les conditions météorologiques ne soient pas idéales, le général allié américain David Dwight Eisenhower choisie la date du 6 juin 1944 pour le débarquement de Normandie afin d’éviter que des fuites de l’opération parviennent à l’ennemi et pour maintenir le moral des soldats alliés.

Qui a débarqué en Normandie ?

Les Alliés qui ont débarqué en Normandie sont de différentes nationalités.

Les principaux pays alliés sont

D’autres nationalités ont participé au débarquement

  • Australie.
  • Forces belges libres.
  • Armée française de libération.
  • Armée néerlandaise libre.
  • Armée polonaise de l’Ouest.
  • Forces tchécoslovaques libres.
  • Nouvelle-Zélande.

Comment s’est déroulé le Débarquement de Normandie ?

Pour détourner l’attention des allemands de la Normandie, les alliés ont mis en place l’opération Fortitude.

Le but est de faire croire aux allemands que le débarquement aura lieu ailleurs (en Norvège ou dans le Pas-de-calais).

Le 5 juin 1944, pour faire croire aux allemands que le débarquement aura lieu dans le Pas-de-calais, les bombardements s’intensifient sur la côte d’Opale et des navires et des avions se dirigent vers Dieppe.

Les généraux allemands tombent dans le piège. Perturbés par les rapports contradictoires qu’ils reçoivent de Normandie et du Pas-de-Calais dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, Ils sont persuadés que le débarquement aura lieu dans le Pas-de-calais et que le débarquement en Normandie est une diversion. Ils gardent un nombre important de troupes dans le Pas-de-calais, en prévision d’une attaque des Alliés.

5 juin 1944, à 21h15, Radio Londres, installée à la BBC, après les premières mesures de la 5ème symphonie de Beethoven – qui correspondent en Morse à la lettre « V » comme Victoire – annonçant les messages pour la Résistance, envoie le message codé annonçant le début des opérations de débarquement en Normandie. inspiré des deux premiers vers du poème de Paul Verlaine « Chanson d’automne »

Les français parlent aux français. Veuillez écoutez tout d’abord quelques messages personnels.
« Les sanglots longs des violons de l’automne, je répète, les sanglots longs des violons de l’automne, blessent mon cœur d’une langueur monotone, je répète blessent mon cœur d’une langueur monotone»

Le verbe « blessent» remplace le verbe « bercent» du poème original de Verlaine.

Le 6 juin 1944, entre minuit et 5h00 du matin, des milliers de tonnes de bombes sont lâchées par les avions alliés sur les fortifications côtières et des milliers de parachutistes sont largués pour préparer le débarquement. L’opération aéroportée a pour objectifs de s’emparer des ponts et des carrefours routiers et de désorganiser les troupes allemandes.

Le 6 juin 1944, à partir de 5H00 du matin, le débarquement allié commence.

Les navires et avions alliés bombardent à nouveau les fortifications côtières.

Vers 6h30, les premiers soldats alliés débarquent sur les plages normandes.

Les Américains débarquent sur les plages de l »Utah » et « Omaha », les troupes anglaises et canadiennes sur les plages de « Gold », « Juno » et « Sword ».

Les troupes alliés progressent difficilement, sous le feu des soldats allemands de la Wehrmacht qui tirent depuis les blockhaus, en particulier à Omaha Beach.

Pendant ce temps, le Jour J, la Résistance

  • Sabote les voies de chemin de fer.
  • Abattent des arbres sur les routes.
  • Coupe des lignes téléphoniques pour paralyser les communications allemandes.

Les actions des résistants ont pour objectifs de ralentir l’arrivée de renforts allemands vers les plages de Normandie.

En fin de journée, les Alliés ont réussi à débarquer et établir une tête de pont sur la côte normande.

La bataille suprême est engagée ! Après tant de combats, de fureurs, de douleurs, voici venu le choc décisif, le choc tant espéré. Bien entendu, c’est la bataille de France et c’est la bataille de la France !

Citation du Général de Gaulle – le 6 juin 1944 à la BBC.

Le 14 juin 1944, le général de Gaulle, président du gouvernement provisoire de la République française, débarque en France à Juno Beach, sur la plage de Courseulles-sur-Mer, dans le département du Calvados.

Sur quelles plages a eu lieu le Débarquement de Normandie ?

Le 6 juin 1944, le Jour J (D-Day), dans le froid et au milieu d’une mer déchaînée, les 177 marins français du commando Kieffer et plus de 200 000 soldats Alliés débarquent sur 5 plages de la Manche et du Calvados, en Normandie : Utah dans le département de la Manche, Omaha, Gold, Juno et Sword dans le département du Calvados.

Utah Beach.

Utah Beach est la plage située la plus à l’Ouest des 5 plages du débarquement de Normandie.

Utah Beach est la seule plage du débarquement située dans le département de la Manche, sur la côte du Cotentin, à l’Ouest de l’estuaire du fleuve côtier de la Vire.

Utah Beach a été choisie par les Alliés

  • Proximité de Cherbourg, seul port en eaux profondes capable d’assurer le ravitaillement nécessaire aux Alliés pour la Bataille de Normandie.
  • Solution de repli si l’opération Neptune tourne mal sur les 4 plages du Calvados.
  • Fortifications allemandes moindres car jugé peu propice à un débarquement du fait de la présence de zones marécageuses.

Le 6 juin 1944, à 6h30 du matin, la première vague d’assaut des troupes américaines débarque sur la plage d’Utah Beach.

Une tête de pont est établie de Sainte-Mère-Église à Sainte-Marie-du-Pont, zone stratégique le long de la route reliant Cherbourg à Paris, au croisement de 5 départementales, afin d’éviter que les renforts allemands atteignent Cherbourg.

Omaha Beach.

Omaha Beach, dans le Calvados, est situé à environ 12 kilomètres à l’Est d’Utah Beach.

Le 6 juin 1944, à 6h30 du matin, les soldats américains débarquent à Omaha Beach sous un feu allemand nourri, sur une plage parsemée d’obstacles anti-débarquement.

Des 5 plages du Débarquement de Normandie, Omaha Beach est celle où les Alliés, victorieux malgré tout,  perdirent le plus de soldats.

Omaha Beach sera surnommée « bloody Omaha » ou « the Beach of blood ».

Gold Beach.

Gold Beach, dans le Calvados, est située à environ 24 kilomètres à l’Est d’Omaha Beach.

Le 6 juin 1944, à 7h25 du matin, les soldats britanniques débarquent à Gold Beach.

La ville de Bayeux, sous-préfecture du Calvados sera libérée, la commune d’Arromanches sera transformée en port artificiel (le port Mulberry) pour approvisionner les Alliés et la jonction effectuée avec les américains à Port-en-Bessin.

Juno Beach.

Juno Beach, dans le Calvados, est située à 1,5 kilomètres à l’est de Gold Beach.

Le 6 juin 1944, à 7h55 du matin, les Alliés canadien, britanniques, sous commandement canadien, débarquent à Juno Beach, après avoir été retardés par le mauvais temps et la mer houleuse.

Ce retard va permettre aux allemands de s’organiser et de renforcer les défenses côtières.

Malgré une forte résistance allemande, les Alliés parviennent à établir une tête de pont.

Sword Beach.

Sword Beach, située dans le Calvados, est la plage située la plus à l’Est des 5 plages du débarquement de Normandie.

Le 6 juin 1944, à 7h30 du matin, les soldats britanniques débarquent à Sword Beach.

Malgré les bombardements des navires et avions alliés pendant la nuit, les combats sont difficiles.

Au soir du 6 juin 1944, les Alliés disposent d’un tête de pont à l’ouest de l’Orne.

Les soldats alliés feront le lendemain matin la jonction avec les forces canadiennes et britanniques débarquées à Juno Beach.

Sword Beach est la seule des 5 plages du débarquement de Normandie où débarquent des soldats français. Ce sont 177 fusiliers marins français du commando Kieffer.

Quel est le bilan du Jour J (D-Day) ?

Le Jour J (D-Day) les Alliés ont remporté la victoire lors du débarquement sur les plages de Normandie.

Les Alliés ont réussi à prendre pied sur les cinq plages du débarquement.

Toutefois, les Alliés n’ont pas réussi à atteindre un des objectifs du Jour J (D-Day) : libérer Caen.

La ville de Caen ne sera libérée que le 19 juillet 1944.

Le IIIe Reich allemand a perdu la bataille car

  • L’aviation allemande, la Luftwaffe, manque d’avions de chasse et de bombardiers.
    • Elle est incapable de repérer en Angleterre les préparatifs.
    • Elle ne peut pas contre-attaquer le Jour J (D-Day).
  • La marine allemande laisse l’armada alliée traverser la Manche.
  • Les services d’espionnage n’ont pas su déterminer précisément le lieu et la date du débarquement.
  • L’état-major allemand pensait que le débarquement de Normandie était une manœuvre de diversion.

Les pertes Alliées se sont révélées inférieures aux prévisions : environ 10 000 morts, blessés ou disparus, alors qu’ils en prévoyaient 25 000.

Le débarquement de Normandie est la plus grande opération amphibie de tous les temps.

  • Près de 7000 navires.
    • 1200 bâtiments de guerre.
    • 4100 navires de transport.
    • 1600 navires de soutien.
  • 132 000 soldats alliés débarqués le 6 juin 1944.
  • 1 500 000 soldat alliés débarqués à la fin du mois de juillet 1944.
  • 23 000 parachutistes alliés.
  • 7500 avions (avions de reconnaissance, chasseurs et bombardiers légers).
  • 200 000 véhicules alliés débarqués le 6 juin 1944.

Quelles sont les conséquences du Débarquement de Normandie ?

Le débarquement victorieux des Alliés en Normandie va avoir des conséquences importantes sur le déroulement de la Seconde Guerre Mondiale en Europe.

Conséquences à court terme.

Les Alliés ont réussi à établir une solide tête de pont en Normandie, profitant de la surprise de l’armée allemande qui croyait que le débarquement en Normandie était une manœuvre de diversion et que le vraie débarquement aurait lieu dans le Pas-de-calais.

L’opération Neptune – nom de code du débarquement Allié en Normandie – ne se limite pas au débarquement de troupes alliés (1,5 millions de soldat alliés à fin juillet 1944) sur le sol normand.

Pour assurer le ravitaillement des troupes, les Alliés construisent deux ports artificiels, appelés Mulberries, en Normandie, dans le Calvados.

  • Le port Mulberry A (A comme Américain), situé à Saint-Laurent-sur-Mer, dans la zone de débarquement de Omaha Beach. Il sera détruit par la tempête du 19 au 21 juin 1944. Les Alliés décideront de ne pas le reconstruire.
  • Le port Mulberry B (B comme Britannique), situé à Arromanches, dans la zone de débarquement de Gold Beach, construit par les anglais et les canadiens, permet de décharger du matériel lourd et le ravitaillement des troupes d’invasions alliées. Pendant les  100 jours de fonctionnement du pont artificiel d’Arromanches, seront débarqués
    • 2,5 millions de personnes.
    • 500 000 véhicules.
    • 4 millions de tonnes de matériel.

Afin d’assurer leur ravitaillement en carburant, les Alliés construisent deux oléoducs sous la Manche entre l’Angleterre et les côtes normandes pour réduire leur dépendance aux navires pétroliers, en particulier en cas de mauvais temps ou d’attaques par les U-Boots ( Unterseeboot), les sous-marins allemands. Il s’agit de l’opération PLUTO (acronyme de Pipe-Line Under The Ocean). Entre le 13 et le 21 août 1944, les deux oléoducs HAIS et HAMEL sont déployés entre l’île de Wight et Querqueville, située dans le département de la Manche, à l’ouest de Cherbourg.

Conséquences à moyen terme.

Le D-Day (Jour J) du 6 juin 1944 est la première phase de la Bataille de Normandie, connue également sous le nom de code Opération Overlord.

La bataille de Normandie va durer près de 3 mois (du 6 juin 1944 au 29 août 1944) et permettre la libération de la France, conjointement avec l’opération Dragoon (débarquement de Provence des Alliés).

Le 12 septembre 1944, les armées alliées débarquées en Normandie et en Provence font la jonction à Montbard, dans le département de la Côte-d-Or, en région Bourgogne-Franche-Comté.

2 armées allemandes sont détruites ainsi qu’une partie des blindés du IIIe Reich. 25 divisions seront anéanties.

Le bilan matériel est lourd pour les allemands. 1 500 chars, 2 000 canons, 20 000 véhicules et plusieurs centaines d’avions sont détruits.

Les soldats allemands ne peuvent s’appuyer sur aucune ligne de défense efficace en France lors de leur retraite.

Conséquences à long terme.

Grâce au débarquement de Normandie du 6 juin 1944, les Alliés ont ouvert un front à l’Ouest de l’Europe.

Des troupes allemandes vont quitter le front russe, à l’Est, pour venir en renfort contre les troupes alliées débarquées en Normandie.

Les troupes de l’Union soviétique vont faire reculer les soldats allemands lors de la bataille de la Biélorussie – appelée également opération Bagration, entre le 22 juin 1944 et le 19 août 1944 et détruire 3 armées allemandes de la Wehrmacht.

Le débarquement de Normandie est un tournant de la Seconde Guerre mondiale.

Bonus 1 : Pourquoi le D-Day a été surnommé  » Le jour le plus long » ?

Le 22 avril 1944, le Generalfeldmarschall (maréchal) allemand Erwin Rommel, après avoir inspecté les fortification du mur de l’Atlantique déclare à son aide du camp Helmuth Lang.

La guerre sera gagnée ou perdue sur ces plages. Nous n’avons qu’une seule chance de repousser l’ennemi, et c’est quand il sera dans l’eau, barbotant et luttant pour venir à terre. Nos renforts n’arriveront jamais sur les lieux de l’attaque et ce serait folie que de les attendre. La Hauptkampflinie (ligne principale de résistance) sera ici. Toutes nos forces doivent se trouver le long des côtes. Croyez moi, Lang, les premières vingt-quatre heures de l’invasion seront décisivesPour les Alliés, comme pour l’Allemagne, ce sera le jour le plus long.

Citation de Erwin Rommel.

Bonus 2 : Mémoriser les plages du Débarquement de Normandie.

Les cinq plages du débarquement de Normandie à retenir sont les suivantes :

  • Utah Beach.
  • Omaha Beach.
  • Gold Beach.
  • Juno Beach.
  • Sword Beach.

Pour mémoriser les noms des 5 plages du débarquement, nous avons plusieurs moyens mnémotechniques simples à notre disposition, comme les techniques de mémorisation suivantes :

Technique de mémorisation 1 : les images support.

Classer les informations par catégorie facilite le travail de mémorisation d’une liste de mots.

La technique de mémorisation des images support est particulièrement adaptée lorsqu’il s’agit de retenir des informations classées par catégorie dans un certain ordre.

Elle permet de mémoriser directement une liste de noms ou de mots à partir de la première image mentale que vous avez conçu.

Pour bien mémoriser une liste de noms ou mots abstraits, il faut les associer à des personnages ou des objets concrets faciles à visualiser mentalement.

Le principe de mémorisation avec la technique des images support est très efficace et facile à comprendre et à appliquer :

  • Prendre, comme image support, l’image associée à la liste à retenir.
  • Classer les informations à retenir en plusieurs catégories.
  • Associer chaque catégorie à une image.
  • Placer les images dans l’image support.
  • Chaque image associée à une catégorie devient, à son tour une image support.
  • Subdiviser chaque catégorie en plusieurs sous-catégorie.
  • Associer chaque sous-catégorie à une image.
  • Placer les images de la sous-catégorie dans la catégorie associée.
  • Chaque image associée à une sous-catégorie devient, à son tour une image support.
  • Recommencez comme précédemment jusqu’à la dernière information à classer.

Nous allons ici utiliser la méthode des images support pour retenir la liste des plages du débarquement de Normandie et quelle nationalité alliée a commandé l’assaut de la zone de débarquement.

Nous allons prendre, comme première image support, une image représentant le débarquement de Normandie.

La Normandie nous fait penser aux normands, aux vikings et à leur bateau : le drakkar.

Nous avons comme première image support un drakkar échoué sur la plage pour symboliser le débarquement de Normandie.

Nous avons vu que les Alliés ayant participé au débarquement de Normandie sont principalement des américains, des britanniques et des canadiens.

Nous allons prendre comme catégories les nationalités.

Nous pouvons utiliser les 3 premières lettres de l’alphabet pour classer les plages du débarquement en fonction des nationalités des Alliés ayant débarqué.

Les lettres de l’alphabet A, B et C correspondent aux premières lettres des nationalités.

  • A : Américain.
  • B : Britannique.
  • C : Canadien.

Nous allons prendre comme images support pour symboliser les américains, les britanniques et les canadiens les lettres A, B et C avec le drapeau du pays.

  • Lettre A avec le drapeau Américain.
  • Lettre B avec le drapeau Britannique (le drapeau du Royaume-Uni).
  • Lettre C avec le drapeau Canadien.

Nous pouvons, par exemple, accrocher les lettres A, B et C au drakkar ou les imaginer comme des personnages à bord du drakkar ou sautant du drakkar sur la plage, etc. Donnez leur de la vie, des expressions. N’hésitez pas à faire appel à vos sens. A vous de laisser libre cours à votre imagination. Prenez l’image qui vous semble la plus naturelle, la plus évidente, la plus mémorable.

Il nous reste à classer, regrouper les plages de débarquement par nationalité.

Les américains ont débarqué à Utah Beach et Omaha Beach.

Les britanniques ont débarqué à Gold Beach et Sword Beach.

Les Canadiens ont débarqués à Juno Beach.

Nous allons chercher quelles images mentales associer aux plages pour retenir leurs noms.

Pour mémoriser Utah Beach, nous allons prendre comme image mnémotechnique une hutte.

Pour mémoriser Omaha Beach, nous allons prendre comme image mnémotechnique le président américain Barack Obama.

Pour mémoriser Gold Beach, nous allons prendre comme image mnémotechnique un lingot d’or;  » gold » voulant dire  » or » en anglais.

Pour mémoriser Sword Beach, nous allons prendre comme image mnémotechnique une épée,  » sword » voulant dire  » épée » en anglais.

Pour mémoriser Juno Beach, nous allons prendre comme image mnémotechnique un judoka.

  • Utah : hutte.
  • Omaha : Obama.
  • Gold : lingot d’or.
  • Sword : épée.
  • Juno : judoka.

Pour se souvenir que les américains ont débarqué à Utah Beach et Omaha Beach, nous allons associer la lettre A (symbolisant les américains) à une hutte et au président Obama.

Pour se souvenir que les britanniques ont débarqué à Gold Beach et Sword Beach, nous allons associer la lettre B (symbolisant les britanniques) à un lingot d’or et à une épée.

Pour se souvenir que les canadiens ont débarqués à Juno Beach, nous allons associer la lettre C (symbolisant les canadiens) à un judoka.

Pour mémoriser facilement la liste des plages du débarquement de Normandie et les nationalités, il nous reste à imaginer une histoire facile à retenir avec les différentes associations imagées.

Un drakkar s’échoue sur la plage, avec à son bord les lettres personnages A, B et C.

A saute du drakkar sur la plage, fonce vers une hutte et délivre le président Obama.

B saute à son tour du drakkar avec une épée pour s’emparer d’un coffre rempli de lingots d’or.

C met sa tenue de judoka, puis saute du drakkar pour aider A et B.

Nous venons de créer une histoire inoubliable pour retenir les plages du débarquement de Normandie et les nationalités.

Si vous êtes un apprenant kinesthésique,  vous pouvez vous amuser à dessiner, colorier, fabriquer la scène ou jouer l’histoire en vous mettant dans la peau d’un des personnages. L’essentiel est de faire appel à votre mémoire kinesthésique. Essayez de bouger, ressentir, vivre l’histoire pour mieux retenir les 5 plages du débarquement.

Technique de mémorisation 2 : la phrase mnémotechnique.

Avec la phrase mnémotechnique comme moyen mnémotechnique, il s’agit de créer un phrase en utilisant des mots commençant par la première lettre du nom de chaque plage.

Par exemple, nous pouvons créer la phrase suivante :

« Un Ours Géant Joue Sur le sable » : Les premières lettres de chaque mot correspondent aux noms des cinq plages du débarquement de Normandie.

  • Un : Utah Beach.
  • Ours : Omaha Beach.
  • Géant : Gold Beach.
  • Joue : Juno Beach.
  • Sur : Sword Beach.

Pour renforcer la mémorisation, vous pouvez imaginer l’ours en train de jouer avec un drakkar. Le navire normand sera notre crochet mémorielle, le moyen permettant de raccrocher l’histoire racontée par la phrase mnémotechnique au débarquement de Normandie, symbolisé par le drakkar normand.

Si vous êtes un apprenant kinesthésique,  vous pouvez vous amuser à mimer la scène, en jouant par exemple le rôle de l’ours. Vous pouvez également la dessiner, la colorier ou fabriquer la scène.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Débarquement de Normandie du 6 juin 1944

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.

 

Seconde Guerre Mondiale : dates clés (1939 – 1945)

Seconde Guerre Mondiale : les dates à retenir.  1er septembre 1939, invasion de la Pologne par l’Allemagne. 9 avril 1940, Hitler envahit le Danemark et la Norvège. 18 juin 1940, Charles De Gaulle lance un appel à poursuivre le combat. 7 décembre 1941, le Japon attaque la base militaire américaine de Pearl-Harbor. 6 juin 1944, débarquement en Normandie des Alliés. 25 août 1944, Paris est libéré. 8 août 1945, le IIIe Reich allemand capitule. 2 septembre 1945, le Japon capitule.

Vous êtes en CM2, au collège  ou passionné par l’histoire et vous voulez apprendre les grandes dates de la guerre de 39 – 45, depuis l’invasion de la Pologne le 1er septembre 1939 jusqu’à la capitulation du Japon le 2 septembre 1945 ?

Lisez ce cours d’histoire gratuit en ligne du blog éducatif Apprendre 5 minutes pour apprendre rapidement et facilement les dates les plus importantes de l’histoire de la Seconde Guerre Mondiale.

Sommaire

Définition de la Seconde Guerre Mondiale ?

La Seconde Guerre Mondiale – appelée aussi Guerre de 39-45 ou Deuxième Guerre mondiale – est la guerre totale et mondiale la plus meurtrière de l’Histoire du Monde avec plus de 60 millions de morts et qui opposa du 1er septembre 1939 au 2 septembre 1945 les Alliés, dont la France et l’Axe, dont l’Allemagne et qui fut gagnée par les Alliés.

Commencée en 1939 en Europe, après l’invasion de la Pologne par l’Allemagne, le conflit s’étend en 1941 à l’URSS et aux États-Unis et touche tous les continents.

La Seconde Guerre Mondiale prend fin en 1945 avec la capitulation de l’Allemagne et du Japon, après que les États-Unis aient largué des bombes atomiques sur les villes de Hiroshima et de Nagasaki.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Les Grandes Dates de la Seconde Guerre Mondiale (1939 - 1945)
Les Grandes Dates de la Seconde Guerre Mondiale (1939 – 1945)

1939 – 1941 : Succès des forces de l’Axe.

Résumé.

Hormis la guerre menée en Chine par le Japon depuis 1937, un des conflits régionaux liés à la Seconde Guerre Mondiale, la Deuxième Guerre mondiale demeure limitée à l’Europe au début de la guerre, avant de s’étendre à partir de 1941 au monde entier.

Cette première phase de la Seconde Guerre Mondiale donne la priorité à la stratégie.

  • Effet de surprise.
  • Utilisation de moyens militaires classiques.
  • Opérations terrestres et maritimes essentiellement.

Les forces de l’Axe appliquent la stratégie de la guerre-éclair et remportent de nombreuses victoires.

  • Pologne.
  • Norvège.
  • France.
  • Balkans.
  • Russie.
  • Sud-Est asiatique.
  • Pacifique.

La guerre-éclair – appelée Blitzkrieg en allemand – est la tactique offensive militaire ayant pour but de remporter une victoire décisive et rapide reposant sur la puissance des forces mécanisées, terrestres (blindés) et aériennes.

Les Grandes Dates à connaître.

  • 1er Septembre 1939 : L’Allemagne nazie d’Hitler envahit la Pologne. C’est le début de la Seconde Guerre Mondiale.
  • 3 Septembre 1939 : La France et le Royaume-Uni déclarent le guerre à l’Allemagne.
  • 9 avril 1940 : Hitler envahit le Danemark et la Norvège.
  • 10 mai 1940 : L’Allemagne envahit les Pays-Bas, la Belgique et le Luxembourg puis la France, en contournant la ligne Maginot.
  • 10 juin 1940 : l’Italie déclare la guerre à la France et à la Grande Bretagne.
  • 14 juin 1940 : Les allemands entrent dans Paris.
  • 18 juin 1940 : Le général de Gaulle lance un appel à la résistance à la BBC.
  • 22 juin 1940 : l’armistice est signée à Rethondes  entre le IIIe Reich et le gouvernement français.
  • 10 juillet 1940 : Le maréchal Pétain obtient les pleins pouvoirs.
  • 7 septembre 1940 : Bombardement de Londres par l’aviation allemande.
  • 11 novembre 1940 : Manifestation contre l’armistice sur la place de l’Étoile. Elle est considérée comme l’un des premiers actes publics de la résistance intérieure française.
  • 6 avril 1941 : L’Allemagne envahit la Grèce et la Yougoslavie.
  • 22 juin 1941 : L’Allemagne envahit l’Union soviétique. Hitler rompt le pacte germano-soviétique.
  • 30 novembre 1941 : 25 000 juifs sont fusillés dans la forêt de Rumbula près de Riga en Lettonie.
  • 7 décembre 1941 : Les japonais, alliés des allemands attaquent la base militaire américaine de Pearl-Harbor. Les États-Unis entrent en guerre avec le Japon, l’Allemagne et l’Italie. La guerre devient mondiale.

1942 : Tournant de la guerre.

Résumé.

L’année 1942 est considérée comme le tournant de la Seconde Guerre Mondiale, l’année qui marque un coup d’arrêt aux victoires et à l’expansion des forces de l’Axe.

A partir du milieu de l’année 1942, les Alliés vont remporter leurs premières grandes victoires contre les forces de l’Axe.

Le premier ministre anglais Winston Churchill  résume l’importance de l’année 1942 suite aux premières victoires d’importance des Alliés en deux citations.

Après à la victoire des Alliés lors de la bataille d’El-Alamein en Égypte contre l’Allemagne et l’Italie.

Les Allemands ont vu se retourner contre eux le même volume de feu et d’acier qu’ils ont si souvent infligé aux autres. Que cela ne soit ni la fin, ni même le commencement de la fin, d’accord mais n’est-ce pas la fin du commencement ?

Citation de Winston Churchill, lors du discours du 10 Novembre 1942 à Londres.

Avant El-Alamein, nous n’avons jamais eu de victoire, après El-Alamein, nous n’avons jamais eu de défaite !

Citation de Winston Churchill, dans ses Mémoires de guerre.

Les Grandes Dates à connaître.

  • 1er janvier 1942 : déclaration des Nations Unies à Washington. Les 26 nations Alliées, en lutte contre les puissances de l’Axe s’engagent à poursuivre ensemble la guerre et à ne pas signer de paix séparée.
  • 20 janvier 1942 : Conférence de Wannsee à Berlin. Le IIIe Reich organise la « solution finale de la question juive », la Shoah, c’est-à-dire l’extermination systématique des Juifs par l’Allemagne nazie, considérés comme des ennemis irréductibles et une race inférieure.
  • 5 juin 1942 : la bataille de Midway, dans l’océan Pacifique Nord, met fin à la supériorité du Japon dans le Pacifique et le prive de sa principale force offensive.
  • 17 juillet 1942 : Hitler tente d’envahir la Russie jusqu’aux portes de Stalingrad mais l’Union soviétique remportera la victoire le 2 février 1943.
  • 7 août 1942 : Bataille de Guadalcanal dans l’océan Pacifique, aux îles Salomon, remportée par les Alliés. La campagne de Guadalcanal est la première première offensive majeure des forces alliées contre l’Empire du Japon. Guadalcanal marque le passage à une stratégie offensive des Alliés dans le Pacifique.
  • 23 octobre 1942 : début de la bataille d’El-Alamein en Égypte, qui sera remportée le 3 novembre 1942 par les Alliés.

1943 – 1945 : Victoire des Alliés.

Résumé.

La dernière phase de la Seconde Guerre Mondiale est une guerre d’usure.

Elle donne la priorité à

  • La technique.
  • La puissance industrielle.
  • La ténacité.
  • Le nombre.

Elle voient l’emploi

  • opérations amphibies de grande ampleur.
  • armes nouvelles et destructives.
    • Bazooka (lance-roquettes).
    • Bombe volante v1 (premier missile de croisière de l’histoire).
    • Fusée v2 (missile balistique).
    • Bombe atomique.

Une opération amphibie est une opération militaire consistant à transporter par mer à bord de navires de débarquement des troupes afin de réaliser une invasion terrestre sur le sol ennemi.

Les forces de l’Axe refluent partout.

  • Reflux de l’Allemagne de l’URSS, de l’Italie et de la France.
  • Invasion de l’Allemagne.
  • Reconquête du Pacifique par les Alliés.
  • Capitulation du IIIe Reich allemand  et de l’Empire du Japon.

Les Alliés remportent la guerre.

Les Grandes Dates à connaître.

  • 2 février 1943 : L’Allemagne capitule lors de la bataille de Stalingrad,  contre l’Union soviétique. L’armée allemande n’est plus invincible.
  • 27 mai 1943 : Jean Moulin fonde le Conseil National de la Résistance. (CNR) et dirigera la Résistance intérieure française.
  • 25 juillet 1943 : Mussolini est renversé. Le roi d’Italie Victor-Emmanuel III annonce à Mussolini qu’il doit quitter le pouvoir. Le 26 juillet 1943, Mussolini est arrêté. Mussolini sera toutefois délivré par les troupes parachutistes allemandes le 12 septembre 1943.
  • 5 octobre 1943 : Libération de la Corse. C’est le premier acte de libération de la France métropolitaine.
  • 28 novembre 1943 : Conférence de Téhéran. Les « trois grands » : Staline, Roosevelt et Churchill adoptent le principe d’un démembrement de l’Allemagne et discutent sur la future organisation des Nations Unies. Churchill et Roosevelt donnent des assurances à Staline de l’ouverture d’un deuxième front à l’Ouest au printemps 1944 (ce sera le Débarquement en Normandie). Staline expose ses revendications sur l’Extrême-Orient ((sud de Sakhaline, îles Kouriles) afin que l’Union soviétique accède à une mer libre de glaces.
  • 6 juin 1944 : Débarquement de Normandie, appelé également D-Day ou Jour J. Les alliés, principalement anglo-américains et canadiens, débarquent en Normandie lors de l’opération militaire amphibie alliée opération Neptune, conduite le général en chef Dwight David Eisenhower. L’objectif est de pénétrer le territoire français et de libérer la France de l’occupation allemande.
  • 15 août 1944 : Débarquement en Provence des Alliés, appelé également opération Anvil Dragoon, afin d’ouvrir un second front en France, après celui de Normandie, et de poursuivre la libération des territoires occupés.
  • 25 août 1944 : Libération de Paris, mettant fin à quatre année d’occupation de la capitale de la France. Le 26 août 1944, le Général de Gaulle descend les Champs-Élysées.
  • 26 octobre 1944 : Bataille du Golfe de Leyte, au large des Philippines, remportée par les États-Unis et l’Australie. C’est la plus grande bataille navale de l’histoire. La flotte de l’Empire du Japon est détruite, bien que le Japon ait fait appel pour la première fois aux avions-suicides des kamikazes.
  • 25 janvier 1945 : Bataille des Ardennes remportée par les Alliés. Elle va accélérer la chute du IIIe Reich en épuisant les meilleures unités allemandes et en facilitant l’offensive soviétique sur le front de l’Est.
  • 4 février 1945 : Conférence de Yalta. Roosevelt, Churchill et Staline décident le partage de l’Allemagne en quatre zones militaires d’occupation et que l’URSS entrera en guerre contre le Japon trois mois après la capitulation de l’Allemagne.
  • 30 avril 1945 : suicide d’Hitler dans son bunker de Berlin. Le 16 avril 1945, l’Union soviétique lance la bataille de Berlin. Les forces soviétiques font la jonction avec les troupes américaines le 25 avril 1945 sur l’Elbe à Torgau. Hitler est conscient de la fin de l’aventure. Mussolini a été abattu deux jours plus tôt par les partisans italiens, le 28 avril 1945. Adolf Hitler se suicide le 30 avril 1945.
  • 8 mai 1945 : N’ayant plus de chef, les allemands capitulent sans conditions à Berlin. C’est la fin de la Seconde Guerre Mondiale en Europe.
  • 6 août 1945 : Bombe atomique A lancée sur Hiroshima, au Japon par les États-Unis, faisant plus de 100 000 morts.
  • 8 août 1945 : l’URSS déclare la guerre au Japon et envahit la Mandchourie le lendemain.
  • 9 août 1945 : Les américains lancent une deuxième bombe atomique à Nagasaki faisant plus de 60 000 morts.
  • 2 septembre 1945 : L’Empire du Japon capitule face aux États-Unis, dans la baie de Tokyo, sur le cuirassé américain USS Missouri, suite à la déclaration de guerre de l’URSS et aux bombardements atomiques d’Hiroshima et de Nagasaki. C’est la fin de la Guerre du Pacifique et la fin de la Seconde Guerre Mondiale.
  • 24 octobre 1945 : création de l’ONU, l’Organisation des Nations Unis, avec pour objectifs le maintien de la paix et la sécurité internationale. La Charte des Nations Unies est adoptée le 26 juin 1945 à la conférence de San Francisco, en Californie, aux États-Unis,
  • 20 novembre 1945 : début du Procès de Nuremberg. Les principaux dirigeants du IIIe Reich sont jugés pour pour de nombreux crimes par un tribunal international.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Seconde Guerre Mondiale : dates clés (1939 – 1945)

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.