Différences entre un Chameau et un Dromadaire

Abonnez-vous par mail pour être informé des nouvelles parutions d’articles et recevoir gratuitement nos livres

  • Comment Apprendre Facilement.
  • TVA : Définition, Taux, Formules de Calcul.

Quelles sont les principales différences entre un chameau et un dromadaire ?

Le nombre de bosses est la principale différence entre le chameau et le dromadaire mais ce n’est pas la seule :

  • Le chameau a deux bosses,
  • Le dromadaire a une bosse.

Comment mémoriser le nombre de bosses du chameau et du dromadaire ?

A quoi servent les bosses du chameau et du dromadaire ?

Quelles sont les autres différences entre le chameau et le dromadaire ?

Lisez cet article du blog éducatif Apprendre 5 minutes pour apprendre et mémoriser combien de bosses ont le chameau et le dromadaire et connaitre les principales différences entre ces deux camélidés.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Différences entre un chameau et un dromadaire.
Différences entre un chameau et un dromadaire.

Sommaire

  • Nombre de bosses du chameau et du dromadaire.
    • Le chameau a 2 bosses sur le dos.
    • Le dromadaire a 1 bosse sur le dos.
  • Moyens mnémotechniques pour retenir le nombre de bosses du chameau et du dromadaire.
  • A quoi servent les bosses du chameau et du dromadaire.
    • Réserve d’énergie.
    • Isolant thermique.
  • Autres différences entre le chameau et le dromadaire.
    • Répartition géographique.
    • Température extérieure.
    • Pelage.
    • Taille.
  • A découvrir aussi.

Nombre de bosses du chameau et du dromadaire.

Les chameaux et les dromadaires sont des mammifères de la famille des camélidés connus pour leurs bosses sur le dos.

Le nombre de bosses est la principale différence visuelle entre le chameau et le dromadaire.

Le chameau a 2 bosses sur le dos.

Le chameau de Bactriane, d’origine asiatique, a pour nom scientifique Camelus bactrianus, et est appelé couramment chameau.

La Bactriane ou Bactrie est une région d’Asie centrale se trouvant sur les États d’Afghanistan, du Tadjikistan, et de l’Ouzbékistan.

Le chameau a deux bosses sur le dos.

Le dromadaire a 1 bosse sur le dos.

Le dromadaire, dont le nom scientifique est Camelus dromedarius, est appelé également chameau d’Arabie et vit en Asie de l’Ouest (désert d’Arabie, etc.) et en Afrique du Nord.

Le dromadaire a une bosse sur le dos.

Moyens mnémotechniques pour retenir le nombre de bosses du chameau et du dromadaire.

Il existe plusieurs astuces mnémotechniques pour retenir le nombre de bosses du chameau de Bactriane et du dromadaire.

  1. Le mot chameau a 2 syllabes (« Cha » et « Meau »). Le chameau a 2 bosses.
  2. Le début du mot dromadaire est « Drom ». « Drom » a une consonance proche du mot « Dôme ». En géographie, un dôme est un relief arrondi et fait penser à une bosse. Le dromadaire a 1 bosse.
  3. Tournez la première lettre de chaque nom sur son côté plat. La lettre D du mot Dromadaire ressemble à une bosse, La lettre B du mot Bactriane (chameau de Bactriane) ressemble à deux bosses.
  4. Le pluriel de chameau est chameaux et se termine par la lettre X. La lettre X a 2 traits; 2 comme le nombre de bosses du chameau.
  5. Le pluriel de dromadaire est dromadaires et se termine par la lettre S. La lettre S a 1 trait; 1 comme le nombre de bosses du dromadaire.

Vous pouvez également retenir une blague pour vous souvenir du nombre de bosses du chameau et du dromadaire.

Voici deux histoires drôles pour retenir le nombre de bosses des camélidés.

Un chameau rencontre un dromadaire et lui demande :
– Comment ça va?
– Bien, je bosse. Et toi?
– Je bosse, je bosse!

 

Un vacancier raconte à son ami :
– Ma voiture a heurté un dromadaire dans le désert.
– Il n’y a pas eu trop de dégâts ?
– Ma voiture n’a rien mais le dromadaire s’en est tiré avec une bosse !

A quoi servent les bosses du chameau et du dromadaire.

Grâce à leur bosse sur le dos – une bosse pour le dromadaire et deux bosses pour le chameau – ces herbivores ruminants sont particulièrement bien adaptés aux régions désertiques ou semi-désertiques.

Réserve d’énergie.

Les bosses des camélidés ne sont pas des réservoirs d’eau et ne sont pas osseuses.

Les bosses du chameau et du dromadaire sont constituées de tissus adipeux, c’est-à-dire de tissus graisseux.

Les bosses du chameau et du dromadaire sont des réserves énergétiques qui permettent aux camélidés de s’adapter aux saisons sèches et aux périodes de disette.

Quand il ne peut pas manger suffisamment, le corps du chameau ou le dromadaire fait appel aux réserves de graisse contenu dans les bosses.

La réserve nutritive accumulée sous forme de graisse dans la bosse fournit au chameau et au dromadaire des lipides et de l’eau, par combinaison de l’hydrogène des lipides avec l’oxygène de l’air inspiré.

Lorsqu’elles sont remplies de graisse, les bosses permettent aux chameaux et aux dromadaires de parcourir de longues distances sans manger ni boire.

Elles sont de taille variable.

Lorsque le chameau ou le dromadaire est bien nourri, les bosses sont pleines et pointues.

Si le camélidé n’a pas mangé depuis longtemps, les bosses, vidées de leur réserve de graisse, diminuent de taille et peuvent pencher sur le côté.

Pour reconstituer ses réserves de graisse, le chameau ou le dromadaire doit ensuite manger et boire suffisamment.

Isolant thermique.

La graisse contenue dans les bosses sert d’isolant thermique pour le corps du chameau ou du dromadaire.

Elle s’accumule principalement sur l’échine du camélidé qui est la partie du corps la plus exposée au soleil.

Autres différences entre le chameau et le dromadaire.

Répartition géographique.

Le chameau est originaire d’Asie centrale et vit en zone plus froide que le dromadaire.

Il est présent principalement en Mongolie, Turquie, Iran, Russie et Chine.

Le dromadaire, appelé également chameau d’Arabie provient de la péninsule arabique et est plus adapté aux déserts chauds que le chameau.

Il est présent principalement du Sahara occidental jusqu’en Inde ainsi qu’en Australie où il a été introduit.

Température extérieure.

Le dromadaire est adapté au climat des déserts chauds et le chameau au climat des déserts froids.

Le dromadaire peut résister à des températures plus élevées que le chameau, en particulier grâce à

  • Pelage plus court et uniforme sur le corps.
  • Pattes plus longues qui éloignent son corps de la chaleur du sol.

Il peut résister à des températures de plus de 50 degrés Celsius.

Le chameau peut résister à des périodes de froid plus longues et plus intenses en hiver que le dromadaire, en particulier grâce à son pelage plus long l’hiver.

Par exemple, dans le désert de Gobi, situé entre le nord de la Chine et le sud de la Mongolie, la température peut descendre en dessous de -40 degrés Celsius.

Pelage.

Nous avons vu que les chameaux et les dromadaires ont un pelage différent.

La laine du chameau est plus longue et drue que celle du dromadaire l’hiver, en particulier sous le cou et sur le sommet des bosses, afin de pouvoir se protéger du froid.

Au printemps, dès les premières chaleurs, le chameau mue et son pelage devient plus court.

Taille.

Le dromadaire est plus grand que le chameau. Les pattes du dromadaire sont plus allongées.

La hauteur au garrot du dromadaire est de 2,20 à 2,50 mètres.

Le chameau est généralement plus petit de 50 centimètres.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Différences entre un Chameau et un Dromadaire

Abonnez-vous par mail pour être informé des nouvelles parutions d’articles et recevoir gratuitement nos livres

  • Comment Apprendre Facilement.
  • TVA : Définition, Taux, Formules de Calcul.

 

 

TVA – Calcul de la TVA et de la Marge Brute

Abonnez-vous par mail pour être informé des nouvelles parutions d’articles et recevoir gratuitement nos livres

  • Comment Apprendre Facilement.
  • TVA : Définition, Taux, Formules de Calcul.

Calcul TVA et marge brute – Comment calculer le montant de la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), le taux de TVA, le prix hors taxes (HT), le prix toutes taxes comprises (TTC) ou la marge brute ?

Vous voulez, par exemple, calculer la taxe sur la valeur ajoutée pour réaliser une facture ou déduire le montant de la TVA de vos achats ?

Comment calculer le prix TTC à partir du prix HT et du taux de TVA ?

Comment calculer le prix HT à partir du prix TTC et du taux de TVA ?

Comment calculer le coefficient multiplicateur ?

Quelles sont les formules de calcul de la TVA à connaitre et à utiliser ?

Vous cherchez des exercices avec corrigé de calcul de la taxe sur la valeur ajoutée pour réaliser une facture ou pour déduire le montant de la TVA de vos achats ?

Vous cherchez un cours de comptabilité gratuit en ligne pour apprendre à calculer la TVA facilement avec des formules simples ?

Lisez cet article du blog éducatif Apprendre 5 minutes pour apprendre comment calculer la TVA, le prix HT, le prix TTC et la marge brute et le taux de marge facilement.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

TVA - Calcul de la TVA et de la Marge Brute.
TVA – Calcul de la TVA et de la Marge Brute.

Sommaire

  • TVA
    • Définition de la TVA.
    • A quoi sert la TVA.
    • Formule de calcul de la TVA.
  • Coefficient multiplicateur.
    • Définition du coefficient multiplicateur.
    • A quoi sert le coefficient multiplicateur.
    • Formule de calcul du coefficient multiplicateur.
  • Prix de vente HT.
    • Définition du prix de vente HT.
    • A quoi sert le prix de vente HT.
    • Formule de calcul du prix de vente HT.
  • Prix de vente TTC.
    • Définition du prix de vente TTC.
    • Fixation du prix de vente TTC.
    • A quoi sert le prix de vente TTC.
    • Formule de calcul du prix de vente TTC.
  • Marge brute.
    • Définition de la marge brute.
    • A quoi sert la marge brute.
    • Formule de calcul de la marge brute.
  • Taux de marge brute.
    • Définition du taux de marge brute.
    • A quoi sert le taux de marge brute.
    • Formule de calcul du taux de marge brute.
  • Exercices et corrigés.
  • A découvrir aussi.

TVA.

Définition de la TVA.

La TVA, dont le sigle signifie Taxe sur la Valeur Ajoutée, est un impôt indirect sur la consommation collecté par le vendeur au profit de l’État, dont le montant est inclus dans le prix de vente d’un produit ( alimentation, électricité, téléphone, etc.) ou d’un service ( main d’œuvre artisanale, auto-école, restaurant, etc.) et payé par le consommateur final.

Un impôt indirect est un impôt payé au Trésor Public par un redevable (personne, entreprise, etc.) autre que celui qui en supporte réellement le coût.

Le montant de la taxe sur la valeur ajoutée est proportionnel au prix de vente hors taxes (HT).

Le taux appliqué, appelé taux de TVA, est différent selon les produits et services taxés et fixé légalement par l’État.

La TVA est

  • un impôt sur les dépenses,
  • collectée par le vendeur,
  • payée par l’acheteur,
  • calculée à partir du prix de vente hors taxes (HT) du produit ou du service.

Le consommateur paie le prix de vente toutes taxes comprises (TTC), c’est-à-dire le prix de vente hors taxes (HT) et la taxe sur la valeur ajoutée (TVA).

L’entreprise qui vend le bien ou la prestation de service sert d’intermédiaire entre le consommateur final et l’État en lui reversant la taxe collectée.

A quoi sert la TVA.

La taxe sur la valeur ajoutée, principale recette fiscale de l’État français,  représente près de la moitié des recettes fiscales.

Les recettes fiscales provenant de la TVA permettent de

  • Financer les dépenses et investissements : éducation, défense, collectivités territoriales, etc.
  • Rembourser la dette publique.

Formule de calcul de la TVA.

Formule de calcul de la TVA à partir du prix de vente HT.

TVA = Prix de vente HT x Taux de TVA.

Formule de calcul de la TVA à partir du prix de vente HT et du prix de vente TTC.

TVA = Prix de vente TTC – prix de vente HT.

Formule de calcul de la TVA à partir du prix de vente TTC.

1 – Déterminer le prix de vente HT.

Prix de vente HT = Prix de vente TTC / (1 + Taux de TVA).

2 – Calculer la TVA à partir des prix de vente HT et TTC

TVA = Prix de vente TTC – prix de vente HT.

Si vous voulez en apprendre plus sur la TVA, lisez notre article :

TVA – Taxe sur la Valeur Ajoutée : Définition, Liste des Taux en France.

Coefficient multiplicateur.

Définition du coefficient multiplicateur.

Le coefficient multiplicateur est le coefficient de gestion commerciale utilisé par un vendeur pour obtenir le prix de vente TTC d’un produit à partir de son coût d’achat HT.

Le coefficient multiplicateur permet à l’entreprise de fixer le prix de vente toute taxes comprises ( prix de vente TTC) par rapport au coût d’achat hors taxes ( coût d’achat HT).

A quoi sert le coefficient multiplicateur.

Le coefficient multiplicateur est utilisé par les vendeurs pour passer facilement du coût d’achat HT au prix de vente TTC.

Il s’agit d’une méthode assez simple pour maîtriser le taux de marge appliqué lors de la vente d’un bien ou d’un service.

Formule de calcul du coefficient multiplicateur.

Coefficient multiplicateur = Prix de vente TTC / Coût d’achat HT.

Par exemple, un revendeur achète un produit 50 euros HT et le revend 150 euros TTC. Le coefficient multiplicateur est 3 (150 euros / 50 euros).

Prix de vente HT.

Définition du prix de vente HT.

Le prix de vente HT ou prix de vente hors taxes ou prix HT désigne le prix de vente d’un bien ou d’un service sans la taxe sur la valeur ajoutée (TVA) due par le client.

Le prix de vente HT est inférieur au prix de vente TTC qui prend en compte la taxe sur la valeur ajoutée (TVA).

Si le produit acheté est revendu sans transformation, le prix de vente HT correspond au coût d’achat ( prix d’achat HT et frais d’achat ( frais de transport, déplacement, etc.)) augmenté de la marge.

Si le produit est fabriqué ou transformé, le prix de vente HT correspond au coût de revient ( coûts d’achat des matières et produits nécessaires au produit à vendre, salaires, frais de commercialisation, etc.) augmenté de la marge.

A quoi sert le prix de vente HT.

Le vendeur détermine le prix de vente HT du bien ou du service en fonction

  • Du prix pratiqué par ses concurrents.
  • Le prix prêt à payer par le client.
  • Le prix de revient du bien ou du service vendu.

Le prix de vente HT impacte la rentabilité de l’entreprise.

Le montant du prix de vente HT détermine le bénéfice que le vendeur pourra retirer de la vente du bien ou du service.

La marge réalisée a un impact sur la trésorerie.

Une marge trop faible peut mettre en difficulté financière l’entreprise.

Formule de calcul du prix de vente HT.

Formule de calcul du prix de vente HT à partir du prix de vente TTC et du montant de la TVA.

Prix de vente HT = Prix de vente TTC – TVA.

Formule de calcul du prix de vente HT à partir du prix de vente TTC et du taux de TVA.

Prix de vente HT = Prix de vente TTC / (1 + Taux de TVA).

Formule de calcul du prix de vente HT à partir du coût d’achat HT et de la marge brute pour un revendeur.

Prix de vente HT = Coût d’achat HT + Marge brute.

Coût d’achat HT = Prix d’achat HT + Frais d’achat.

Formule de calcul du prix de vente HT à partir du coût de revient et de la marge brute.

Prix de vente HT = Coût de revient + Marge brute.

Formule de calcul du prix de vente HT à partir du coût d’achat HT et du coefficient multiplicateur.

Prix de vente TTC = Coût d’achat HT x Coefficient multiplicateur.

Prix de vente HT = Prix de vente TTC – TVA

Prix de vente HT = (Coût d’achat HT x Coefficient multiplicateur) – TVA.

Prix de vente TTC.

Définition du prix de vente TTC.

Le prix de vente TTC ou prix de vente toutes taxes comprises ou prix TTC désigne le prix de vente d’un bien ou d’un service avec la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), due par le client, incluse.

Le prix de vente TTC est supérieur au prix de vente HT car il prend en compte la taxe sur la valeur ajoutée (TVA).

Le prix de vente TTC est le prix proposé au client par le vendeur pour acheter le bien ou le service.

Fixation du prix de vente TTC.

Le montant du prix de vente doit être suffisant pour couvrir les frais de l’entreprise liés au produit ou au service à vendre.

Le prix de vente TTC optimal fixé par le vendeur tient compte des éléments suivants

  • Couvrir les charges et garantir des gains suffisants pour l’entreprise.
  • Être compétitif.
  • Être équilibré entre le prix du marché et la qualité du produit.
  • Être proche du prix psychologique, c’est-à-dire du prix maximum que sont prêts à payé le plus grand nombre de clients potentiels pour le bien ou le service.
  • Être fonction de la clientèle visée. Le bien ou le service vendu doit correspondre au niveau de qualité, à la rareté ou à l’image recherchée.

A quoi sert le prix de vente TTC.

Le prix de vente TTC joue une rôle important

  • Rentabilité : le montant du prix de vente HT détermine le bénéfice que le vendeur pourra retirer de la vente du bien ou du service. La marge réalisée a un impact sur la trésorerie. Une marge trop faible peut mettre en difficulté financière l’entreprise.
  • Image de l’entreprise vis à vis du client :  un prix de vente trop bas peut être perçu par le client comme un signe de mauvaise qualité.
  • Appréciation du produit ou de la prestation par le client : rapport qualité / prix.

Formule de calcul du prix de vente TTC.

Formule de calcul du prix de vente TTC à partir du prix de vente HT et du montant de la TVA.

Prix de vente TTC = Prix de vente HT + TVA.

Formule de calcul du prix de vente TTC à partir du prix de vente HT et du taux de TVA.

Prix de vente TTC = Prix de vente HT x (1 + Taux de TVA).

Formule de calcul du prix de vente TTC à partir du coût d’achat HT et du coefficient multiplicateur.

Prix de vente TTC = Coût d’achat HT x Coefficient multiplicateur.

Marge brute.

Définition de la marge brute.

La marge brute est la différence hors taxes entre le prix de vente et le coût de revient de biens ou de services.

La marge brute n’est pas un concept normalisé. Le calcul de la marge brute varie selon les secteurs d’activité.

Par exemple,

  • Pour un revendeur d’un bien, la marge brut est la différence entre le prix de vente hors taxes et le prix d’achat hors taxes du bien.
  • Dans d’autres secteurs, la marge brute est la différence entre le chiffre d’affaires hors taxes et les coûts totaux hors taxes.
  • Dans le secteur des assurances, la marge brute est la différence entre le chiffre d’affaires hors taxes et les charges variables ( les charges liées au fonctionnement de l’entreprise comme les achats de matières, de marchandises, les frais de transport, d’emballage, les remises, ristournes, rabais, etc.).

A quoi sert la marge brute.

La marge brute permet de savoir si une entreprise est capable de dégager un bénéfice.

Déterminer la marge brute permet de

  • Savoir si l’activité est profitable.
  • Définir une politique de prix.
  • Négocier les coûts d’achat avec les fournisseurs.

La marge brute, associée au taux de marge brute, est un indicateur clé de la compétitivité de l’entreprise, en permettant de

  • Comparer la contribution des produits au bénéfice et à la rentabilité de l’entreprise.
  • Comparer la rentabilité de l’entreprise avec celle de ses concurrents.

Dans le secteur des assurances, elle permet de savoir si l’entreprise est capable de couvrir ses pertes d’exploitation.

Formule de calcul de la marge brute.

Formule de calcul de la marge brute usuelle :

Marge brute = Prix de vente HT – Coût de revient HT.

Formule de calcul de la marge brute pour un revendeur :

Marge brute = Prix de vente HT – Prix d’achat HT.

Formule de calcul de la marge brute pour les assurances :

Marge brute = Chiffre d’affaires HT – Charges variables HT.

Taux de marge brute.

Définition du taux de marge brute.

Le taux de marge brute est le ratio entre la marge brute et le chiffre d’affaires hors taxes.

Le taux de marge brute représente le pourcentage de gain ou de perte que réalise l’entreprise.

Plus le taux de marge brute est élevé, plus l’entreprise est rentable.

A quoi sert le taux de marge brute.

Le taux de marge brute est un indicateur de performance de l’entreprise.

Le taux de marge brute permet de

  • Comparer la profitabilité des produits de l’entreprise.
  • Suivre l’évolution des taux de marge brute au cours du temps.
  • Se situer par rapport aux concurrents en comparant la moyenne des taux de marge des entreprises du même secteur d’activité.
  • Si une entreprise a un taux de marge brute supérieur à celui de ses concurrents, il peut choisir, par exemple, de baisser le prix de vente du produit pour avoir plus de parts de marché sans trop réduire sa rentabilité.
  • Si une entreprise a un taux de marge brute inférieur à celui de ses concurrents, il peut, par exemple, acheter des marchandises en période creuse ou un volume plus important pour bénéficier de tarifs plus avantageux ou offrir à ses clients un service supplémentaire qu’ils sont prêts à payer.
  • De choisir où investir en priorité. Par exemple, investir en priorité au démarrage sur des produits ou services présentant les meilleurs taux de marge.

Formule de calcul du taux de marge brute.

Taux de marge brute = (Marge brute / Prix de vente HT) x 100

Exercices et corrigés.

Un commerçant achète 100 marchandises

  • 25 produits A à 10 euros HT chacun qu’il revend 25 euros HT pièce.
  • 50 produits B à 50 euros HT chacun qu’il revend 200 euros HT pièce.
  • 25 produits C à 20 euros HT chacun qu’il revend 40 euros HT pièce.

Le taux de TVA est de 20 %.

Le prix de vente TTC d’une marchandise est

  • Produit A : 25 euros + (25 euros * 20 %) = 25 euros + 5 euros = 30 euros.
  • Produit B : 200 euros + (200 euros * 20 %) = 200 euros + 40 euros = 240 euros.
  • Produit C : 40 euros + (40 euros * 20 %) = 40 euros + 8 euros = 48 euros.

Le coefficient multiplicateur d’une marchandise est

  • Produit A : 30 euros / 10 euros = 3.
  • Produit B : 240 euros / 50 euros = 4,8.
  • Produit C : 48 euros / 20 euros = 2,4.

La marge brute d’une marchandise est

  • Produit A : 15 euros HT (25 euros – 10 euros).
  • Produit B : 150 euros (200 euros – 50 euros).
  • Produit C : 20 euros (40 euros – 20 euros).

Le taux de marge brute d’une marchandise est

  • Produit A :  60 % (15 euros  /  25 euros) x 100.
  • Produit B :  75 % (150 euros / 200 euros) x 100.
  • Produit C :  50 % (20 euros / 40 euros) x 100.

Le produit B est le plus rentable pour le vendeur car son taux de marge brute est le plus important.

Le commerçant peut calculer sa marge globale.

  • Vente HT ( Chiffre d’affaires HT) : (25 x 25 euros) + (50 x 200 euros) + (25 x 40 euros) = 625 euros + 10 000 euros + 1 000 euros = 11 625 euros.
  • Achat HT : (25 x 10 euros) + (50 x 50 euros) + (25 x 20 euros) = 250 euros + 2 500 euros + 500 euros = 3 250 euros.
  • Marge brute globale : 11 625 euros – 3 250 euros = 8 375 euros.
  • Taux de marge brute globale : (8 375 euros / 11 625 euros) x 100 = 72 % environ.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

TVA – Calcul de la TVA et de la Marge Brute

Abonnez-vous par mail pour être informé des nouvelles parutions d’articles et recevoir gratuitement nos livres

  • Comment Apprendre Facilement.
  • TVA : Définition, Taux, Formules de Calcul.

 

 

TVA – Taxe sur la Valeur Ajoutée : Définition, Liste des Taux en France

Abonnez-vous par mail pour être informé des nouvelles parutions d’articles et recevoir gratuitement nos livres

  • Comment Apprendre Facilement.
  • TVA : Définition, Taux, Formules de Calcul.

La TVA, taxe sur la valeur ajoutée est un impôt sur la consommation facturé au client et reversé par le vendeur à l’État.

Que signifient les sigles TVA, HT et TTC ?

Qu’est ce que la TVA ?

A quoi sert la TVA ?

Quels sont les taux de TVA ?

Quel taux de TVA appliquer  en France continentale, en Corse ou en France d’Outre-mer ?

Lisez ce cours de comptabilité gratuit en ligne du blog éducatif Apprendre 5 minutes pour apprendre l’essentiel sur la TVA.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

TVA - Taxe sur la Valeur Ajoutée : Définition, Liste des Taux en France.
TVA – Taxe sur la Valeur Ajoutée : Définition, Liste des Taux en France.

Sommaire

  • TVA  ( Taxe sur la Valeur Ajoutée).
    • Les sigles TVA, HT et TTC.
    • Définition de la TVA.
    • Principe.
    • A quoi sert la TVA.
    • TVA collectée.
    • TVA déductible.
    • TVA à payer.
    • Crédit de TVA.
  • Liste des taux de TVA.
    • Liste des taux de TVA en vigueur en France continentale.
    • Liste des taux de TVA en vigueur en Corse.
    • Liste des taux de TVA en vigueur en France d’Outre-mer.
  • A découvrir aussi.

TVA ( Taxe sur la Valeur Ajoutée).

Les sigles TVA, HT et TTC.

La signification des abréviations TVA, HT et TTC est la suivante :

  • Le sigle TVA signifie Taxe sur la Valeur Ajoutée.
  • Le sigle HT signifie Hors Taxes.
  • Le sigle TTC signifie Toutes Taxes Comprises

Définition de la TVA.

La TVA, dont le sigle signifie Taxe sur la Valeur Ajoutée, est un impôt indirect sur la consommation collecté par le vendeur, dont le montant est inclus dans le prix de vente d’un produit (alimentation, électricité, téléphone, etc.) ou d’un service (main d’œuvre artisanale, auto-école, restaurant, etc.) et payé par le consommateur final.

Un impôt indirect est un impôt payé au Trésor Public par un redevable (personne, entreprise, etc.) autre que celui qui en supporte réellement le coût.

La TVA est un impôt sur les dépenses payé par l’acheteur et calculé à partir du prix de vente hors taxes (HT) du produit ou du service.

Le consommateur paie le prix de vente toutes taxes comprises (TTC), c’est-à-dire le prix de vente hors taxes (HT) et la taxe sur la valeur ajoutée (TVA).

L’entreprise qui vend le bien ou la prestation de service sert d’intermédiaire entre le consommateur final et L’État en lui reversant la taxe collectée.

Les taux de TVA en Europe sont encadrés par une directive européenne ( Directive 2006/112/CE du Conseil du 28 novembre 2006 relative au système commun de taxe sur la valeur ajoutée).

La directive européenne de 2006 est actuellement en cours de révision afin d’aider, en particulier, les États à lutter contre la fraude fiscale.

Principe.

La TVA repose sur le principe suivant : ne pas payer plusieurs fois les taxes sur la valeur ajoutée en évitant les impositions en cascade.

Il s’agit ne pas payer, à chaque étape de la commercialisation du bien, la valeur des taxes déjà récoltées à l’étape précédente.

L’entreprise sert d’intermédiaire entre le consommateur final et L’État.

L’entreprise qui vend le bien ou le service

  • Intègre le coût de la taxe sur la valeur ajoutée dans le prix de vente.
  • Encaisse la TVA à chaque vente.
  • Reverse le montant de la TVA à l’État.
  • Récupère, par une déduction, la TVA qu’elle a elle-même payé en achetant les biens et services nécessaires à son activité.

A quoi sert la TVA.

La TVA est la principale recette fiscale de l’État français.

La taxe sur la valeur ajoutée représente près de la moitié des recettes fiscales, c’est-à-dire des sommes versées à l’État grâce au paiement de l’impôt.

Les recettes fiscales provenant de la taxe sur la valeur ajoutée permettent à l’État de

  • Financer les dépenses et investissements : éducation, défense, collectivités territoriales, etc.
  • Rembourser la dette publique.

TVA collectée.

La TVA collectée, taxe sur la valeur ajoutée collectée, est le montant de la TVA collectée par l’entreprise quand elle vend le bien ou la prestation de service au consommateur et qu’elle reversera en partie à l’État, une fois déduite la TVA déductible.

La TVA collectée est le montant de la TVA indiqué sur la facture établie par le vendeur et remise au client.

Lors de la vente du bien ou service, l’État prélève une taxe sur la valeur ajoutée.

Par exemple, si le vendeur vend un bien 100 euros hors taxes ( 100 € HT) et si le taux de TVA est de 20 %, le montant de la TVA collectée est de 20 euros ( 20 €) que le vendeur devra verser à l’État.

Le consommateur paie au vendeur 120 euros toutes taxes comprises ( 120 € TTC), c’est-à-dire le prix HT ( 100 €) augmenté de la TVA collectée ( 20 €) par le vendeur ( 100 € + 20 € = 120 €).

TVA déductible.

La TVA déductible, taxe sur la valeur ajoutée déductible, est le montant de la TVA que le vendeur peut déduire de ses achats de biens ou services participants à l’activité du vendeur lors de la déclaration de TVA.

TVA déductible = prix HT d’achat x taux de TVA.

ou

TVA déductible = prix TTC d’achat – prix HT d’achat.

Par exemple, pour un achat de 100 € HT, avec un taux de TVA de 20 %, le vendeur paie 20 € de TVA ( prix HT d’achat x taux de TVA) qu’il pourra déduire de la TVA collectée lors de la déclaration de TVA.

La TVA déductible est utilisée pour calculer le montant de la TVA que le vendeur devra versé à l’État.

Par exemple :

Le vendeur achète un bien 50 € HT, avec un taux de TVA de 20 %, c’est-à-dire 60 € TTC ( 50 € HT + 10 € TVA = 60 € TTC).

Le montant de la TVA déductible est de 10 € ( montant de la TVA payée par le vendeur au fournisseur lors de l’achat du bien).

Le vendeur revend le bien 200 € HT, avec un taux de TVA de 20 %, c’est-à-dire 240 € TTC ( 200 € HT + 40 € TVA = 240 € TTC).

La TVA collectée est de 40 € ( 200 € HT x 20 %).

Le vendeur reversera à l’État la différence entre la TVA collectée et la TVA payée lors de l’achat ( TVA déductible), soit 30 € ( 40 € – 10 €).

TVA à payer.

La TVA à payer est la différence entre la TVA collectée (la TVA sur les ventes) et la TVA déductible (la TVA sur les achats du vendeur).

La TVA à payer par le vendeur, appelée également TVA à décaisser ou TVA exigible, est la somme que reverse le vendeur à l’État quand le montant de la TVA collectée est supérieur au montant de la TVA déductible.

Si Montant TVA collectée > Montant TVA déductible,

TVA à payer = Montant TVA collectée – Montant TVA déductible.

Crédit de TVA.

Le crédit de TVA est la différence entre la TVA déductible ( la TVA sur les achats du vendeur) et la TVA collectée ( la TVA sur les ventes).

Le vendeur bénéficie d’un crédit de TVA lorsqu’il a avancé plus de TVA que ce qu’il a collecté lors des ventes.

Le crédit de TVA est une créance sur l’État lorsque le montant de la TVA déductible est supérieur au montant de la TVA collectée.

L’État doit rembourser la différence de TVA – le crédit de TVA – au vendeur.

Le vendeur peut, soit demander le remboursement du crédit de TVA, soit une imputation sur les déclarations de TVA suivantes.

Le vendeur peut se trouver dans cette situation, par exemple, lorsqu’il commence son activité ou lors d’un investissement important.

Si Montant TVA déductible > Montant TVA collectée,

Crédit de TVA = Montant TVA déductible – Montant TVA collectée.

Liste des taux de TVA.

Liste des taux de TVA en vigueur en France continentale.

4 taux de TVA sont appliqués en France continentale depuis le 1er janvier 2014, suite à l’article 68 de la loi n° 2012-1510 du 29 décembre 2012, modifié par l’article 6 de la loi de finances pour 2014 ( LOI n° 2013-1278 du 29 décembre 2013 de finances pour 2014).

  • Taux normal : 20 %.
  • Taux intermédiaire : 10 %.
  • Taux réduit : 5,5 %.
  • Taux particulier : 2,1 %.

Le taux normal de la TVA est 20 %.

Le taux normal de TVA est fixé à 20% du prix de vente (hors taxes) des biens et de prestations de service, par défaut.

Le taux normal de taxe sur la valeur ajoutée à 20 % s’applique lorsque aucun autre taux n’est expressément prévu par une disposition particulière.

Le taux normal de TVA s’applique, par exemple, pour

  • L’habillement
  • L’équipement électroménager.
  • L’essence.
  • La consommation d’électricité.
  • La consommation de gaz.
  • Les fournitures de bureau.
  • Les bijoux.
  • Le parfum.
  • Les services de réparation.
  • Le coiffeur.
  • Le tabac.
  • Etc.

Le taux intermédiaire de 10 % de la TVA.

Le taux intermédiaire de TVA est fixé à 10 % du prix de vente (hors taxes) de certains produits et prestations de service.

Le taux de 10 % s’applique, par exemple, pour

  • La restauration.
  • Les produits alimentaires préparés.
  • Les transports.
  • Les médicaments non remboursables.
  • L’hébergement en hôtel, en location meublée, en camping classé.
  • Les musées, les expositions, les foires, les salons et les sites culturels.
  • Les travaux de rénovation dans les logements anciens de plus de 2 ans affectés à l’habitation.
  • Les produits agricoles ou piscicoles non transformés pour l’alimentation animale.
  • Etc.

Le taux réduit de 5,5 % de la TVA.

Le taux réduit de TVA est fixé à 5,5 % du prix de vente (hors taxes) s’applique à une liste nominative de produits et prestations de service.

Le taux de 5,5 % s’applique, par exemple, pour

  • Les repas dans les cantines scolaires.
  • L’essentiel des produits alimentaires ( s’ils sont vendus sous emballage permettant une conservation).
  • Les équipements et services pour handicapés.
  • Les livres.
  • Les abonnements de gaz et d’électricité.
  • Les billets de cinéma.
  • Des travaux d’amélioration de la qualité énergétique des logements.
  • Etc.

Le taux particulier de 2,1 % d la TVA.

Le taux particulier de TVA est fixé à 2,1 % du prix de vente ( hors taxes) s’applique à très peu de biens et prestations de service.

Le taux de 2,1 % s’applique, par exemple, pour

  • Les médicaments remboursables par la sécurité sociale.
  • La vente d’animaux vivants de boucherie et de charcuterie à des non assujettis à la TVA.
  • Contribution à l’audiovisuel public ( redevance télévision).
  • Certains spectacles.
  • Les publications de presse inscrites à la Commission paritaire des publications et agences de presse.
  • Etc.

Liste des taux de TVA en vigueur en Corse.

Les taux de TVA en Corse sont généralement les mêmes que sur la France continentale.

Toutefois, pour tenir compte du particularisme corse lié à l’insularité, certains produits et prestations de service ont un taux de TVA réduit par rapport à celui appliqué sur le continent.

6 taux de TVA sont appliqués en Corse

  • Taux normal : 20 %.
  • Taux particulier : 13 %.
  • Taux intermédiaire : 10 %.
  • Taux réduit : 5,5 %.
  • Taux particulier : 2,1 %.
  • Taux particulier : 0,9 %.

Il y a en Corse 2 taux de TVA en plus par rapport à ceux appliqués en France continentale : 13 % et 0,9 %.

  • Taxation particulière au taux de 13 % : vente de produits pétroliers
    • Pétrole brut.
    • Essence.
    • Gazole.
    • Fioul.
    • Butane.
    • Propane.
    • Etc.
  • Taxation particulière au taux de 0,9 % :
    • Ventes d’animaux vivants de boucherie et de charcuterie faites à des personnes non assujetties à la TVA.
    • Recettes réalisées aux entrées des 140 premières représentations théâtrales ou de spectacles de cirque.

Quelques exemples de taux réduits en Corse par rapport à ceux appliqués en France continentale :

  • Cantine scolaire : taux de TVA de 2,1 % au lieu de 5,5 %.
  • Produits agricoles ou piscicoles non transformés pour l’alimentation animale : taux de TVA à 2,1 % au lieu de 10 %.
  • Hébergement en hôtel, en location meublée, en camping classé : taux de TVA à 2,1 % au lieu de 10 %.
  • Transport de voyageurs : taux de TVA de 2,1 % au lieu de 10 %. A noter que le transport de voyageurs entre la Corse et la France continentale est exonéré de TVA.
  • Abonnements de gaz et d’électricité : taux de TVA de 2,1 % au lieu de 5,5 %.
  • Livres : taux de TVA de 2,1 % au lieu de 5,5 %.
  • Animaux vivants de boucherie et de charcuterie à des non assujettis à la TVA : taux de TVA de 0,9 % au lieu de 2,1 %.
  • Etc.

Liste des taux de TVA en vigueur en France d’Outre-mer.

Des exonérations de TVA et des taux de TVA particuliers peuvent s’appliquer également dans les Départements d’Outre-Mer (DOM).

Exonérations de TVA.

la TVA ne s’applique pas dans les départements, collectivités et territoires d’outre-mer suivants

  • Guyane.
  • Mayotte.
  • Nouvelle-Calédonie.
  • Saint-Barthélemy (sauf en matière immobilière)
  • Saint-Martin.
  • Saint-Pierre-et-Miquelon.
  • Wallis-et-Futuna.

Les transports maritimes de personnes et de marchandises effectués dans les limites de chacun des départements de la Guadeloupe, de la Martinique et de la Réunion sont exonérés de TVA.

Les ventes et importations de riz dans le département de la Réunion sont exonérées de TVA.

Taux de TVA dans les départements de la Guadeloupe, de la Martinique et de la Réunion.

4 taux de TVA sont appliqués dans les départements de la Guadeloupe, de la Martinique et de la Réunion.

  • Le taux normal de TVA est de 8,5 % au lieu de 20 % en France continentale.
  • Le taux réduit de 2,1 % au lieu des taux de 10 % et 5,5% en France continentale.
  • Le taux particulier de 1,75 %.
  • Le taux particulier de 1,05 %.

Quelques exemples de taux de TVA appliqués dans les départements de la Guadeloupe, de la Martinique et de la Réunion :

  • Restauration : taux de TVA de 2,1 % au lieu de 10 %.
  • Cantine scolaire : taux de TVA de 2,1 % au lieu de 5,5 %.
  • Produits agricoles ou piscicoles non transformés pour l’alimentation animale : taux de TVA à 2,1 % au lieu de 10 %.
  • Hébergement en hôtel, en location meublée, en camping classé : taux de TVA à 2,1 % au lieu de 10 %.
  • Taux de rénovation d’un logement : taux de TVA de 2,1 %.
  • Abonnements de gaz et d’électricité : taux de TVA de 2,1 % au lieu de 5,5 %.
  • Livres : taux de TVA de 2,1 % au lieu de 5,5 %.
  • Médicaments non remboursables : taux de TVA de 2,1 % au lieu de 10 %.
  • Transport de voyageurs : taux de TVA de 2,1 % au lieu de 10 %. A noter que le transport maritime est exonéré à l’intérieur du département.
  • Ventes d’animaux vivants de boucherie et de charcuterie faites à des personnes non assujetties à la TVA : taux de 1,75 %.
  • Recettes réalisées aux entrées des 140 premières représentations théâtrales ou de spectacles de cirque : taux de 1,05 %.
  • Publications de presse : taux de 1,05 %.
  • Etc.

Taux de TVA en Polynésie française.

3 taux de TVA sont appliqués en Polynésie française.

  • Le taux normal de TVA est de 16 % au lieu de 20 % en France continentale.
  • Le taux intermédiaire est de 13 %.
  • Le taux réduit est de 5 %.

Le taux normal de TVA de 16 % s’applique sur les produits ne relevant pas d’un taux réduit.

Le taux intermédiaire de 13 % s’applique aux prestations de services non expressément exonérées et ne relevant pas du taux réduit.

Le taux réduit de TVA de 5 % s’applique par exemple

  • Eau, boissons non alcooliques et produits destinés à l’alimentation humain.
  • Produits alimentaires.
  • Électricité.
  • Transport de voyageurs.
  • Hébergement dans les hôtels.
  • Publications de presse.
  • Appareillages et équipements spéciaux pour personnes handicapées.
  • Prestations de service à la personne.
  • Etc.

En Polynésie française, certains produits ou prestations de service sont exonérés de la TVA.

Par exemple :

  • Les produits de première nécessité.
    • Baguette de pain.
    • Farine.
    • Riz.
    • Etc.
  • Les produits de l’agriculture ou de la pêche non transformés.
  • Certains carburants.
    • Essence.
    • Fioul.
    • Gazole.
  • Gaz.
  • Les prestations relevant de l’exercice des professions médicales et paramédicales.
  • Les locations de logements ou de locaux nus ou meublés.
  • Les ventes d’objets d’artisanat traditionnel effectuées directement par leur fabricant.
  • Le transport inter insulaire de marchandises.
  • Etc.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

TVA – Taxe sur la Valeur Ajoutée : Définition, Liste des Taux en France

Abonnez-vous par mail pour être informé des nouvelles parutions d’articles et recevoir gratuitement nos livres

  • Comment Apprendre Facilement.
  • TVA : Définition, Taux, Formules de Calcul.

 

 

Réchauffement Climatique – Animaux menacés

Abonnez-vous par mail pour être informé des nouvelles parutions d’articles et recevoir gratuitement nos livres

  • Comment Apprendre Facilement.
  • TVA : Définition, Taux, Formules de Calcul.

Réchauffement climatique : les animaux menacés en France et dans le monde : causes, conséquences, exemples expliqués en France et dans le Monde.

Près de 50 % des animaux sont menacés de disparition par le réchauffement climatique dans les régions du monde les plus riches en biodiversité si la hausse moyenne de la température de l’atmosphère atteint 4,5 °C :

  • Éléphant d’Afrique,
  • Ours polaire,
  • Manchot de l’Antarctique,
  • Lémurien,
  • Orang-outan.
  • Panda,
  • Koala,
  • Tigre du Bengale,
  • Wallaby,
  • Tortue marine,
  • Corail,
  • Poisson-clown,
  • Amphibiens,
  • Reptiles,
  • Etc..

La liste des animaux en voie d’extinction à cause du dérèglement climatique est importante.

Quels sont les animaux les plus menacés par le réchauffement climatique ?

Pourquoi sont-ils menacés ?

Quel est l’impact pour l’humanité ?

Lisez cet article du blog éducatif Apprendre 5 minutes sur les animaux menacés par le réchauffement climatique.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Réchauffement climatique - les Animaux menacés en France et dans le Monde.
Réchauffement climatique – les Animaux menacés en France et dans le Monde.

Sommaire

  • La Biodiversité menacée par le réchauffement climatique.
  • Pourquoi des animaux disparaissent à cause du réchauffement climatique.
  • Conséquences de la disparition des espèces animales.
    • Conséquences sur les animaux.
    • Conséquences sur l’homme.
  • Les animaux menacés par le réchauffement climatique en France.
  • Les animaux menacés par le réchauffement climatique dans le monde.
  • A découvrir aussi.

Article détaillé : Pour apprendre l’essentiel sur le Réchauffement climatique.

Réchauffement Climatique – résumé, dates, causes, conséquences, solutions

La Biodiversité menacée par le réchauffement climatique.

Entre 1970 et 2014, la population des vertébrés a été réduite de 60 %, d’après le rapport de 2018 de la WWF (World Wildlife Fund) principalement à cause des activités humaines; en particulier à cause de la combustion des énergies fossiles et de la déforestation.

  • Destruction des habitats naturels.
  • Surexploitation (exploitations forestières, minières, pêche, braconnage, etc.).
  • Sols naturels artificialisés (logements, espaces commerciaux et de loisirs, infrastructures routières, agriculture intensive et industrielle, etc.).
  • Réchauffement climatique.
  • Pollution (autre que les gaz à effet de serre).
  • Espèces invasives.
  • Maladies.

Les régions du Monde les plus touchées sont

  • Tropiques.
  • Amérique du Sud.
  • Amérique Centrale.

Si la planète se réchauffe de 2 °C, 25 % des espèces animales seraient menacées d’extinction.

2 °C est le seuil fixé par les Accords de Paris sur le climat en 2015 lors de la COP21.

D’ici 2080, le réchauffement climatique pourrait entrainer la disparition de 50 % des espèces animales si rien n’est fait et si la température moyenne mondiale atteint 4,5 °C.

La disparition actuelle des espèces est appelée la sixième extinction de masse ou extinction de l’Holocène (l’Holocène est l’époque géologique actuelle, commencée il y a 10 000 ans).

Cette étude confirme que notre planète est en train de subir la sixième extinction de masse. Jamais la vie sauvage n’a décliné à un rythme aussi rapide. Si cette tendance se poursuit sur les prochaines décennies, le seuil de survie de certaines populations risque de ne plus être assuré.

Citation de Pascal Canfin, directeur général du WWF France.

Pourquoi des animaux disparaissent à cause du réchauffement climatique.

  • Réchauffement des océans.
  • Augmentation du niveau des mers.
  • Fonte des glaciers.
  • Multiplication et aggravation des événements météorologiques extrêmes.

Le réchauffement climatique a des répercussions sur l’environnement et les espèces végétales et animales.

Le réchauffement climatique a des conséquences importantes sur la biodiversité animale et végétale qui va devoir s’adapter pour survivre.

  • Migration d’espèces animales et végétales vers le Nord, en altitude ou dans des eaux plus profondes, moins chaudes.
  • Modification des habitudes (des oiseaux élèvent leurs petits et migrent plus tôt suite à l’arrivée plus précoce du printemps, etc.).
  • Etc.

Les espèces animales qui ne peuvent s’adapter au changement climatique car

  • Sensibles à la chaleur.
  • Dépendant d’un milieu naturel menacé par le réchauffement climatique.
  • Dépendant d’une alimentation spécifique.
  • Vulnérables aux maladies qui risquent de se développer à cause de la chaleur.

risquent de disparaître.

Conséquences de la disparition des espèces animales.

Conséquences sur les animaux.

Entre 150 et 200 espèces végétales et animales disparaissent chaque jour actuellement selon le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) – UNEP en anglais, United Nations Environment Program, une organisation dépendante de l’ONU ( Organisation des Nations unies).

Le taux de disparition de la biodiversité est environ 1000 fois supérieur à celui habituellement observé dans l’histoire.

Ce sont principalement des insectes, des oiseaux, des petits animaux et des végétaux qui disparaissent mais les grands mammifères sont également touchés.

Chaque espèce animale et végétale joue un rôle dans le fonctionnement de l’écosystème global.

Si des espèces disparaissent, elles modifient l’équilibre générale de l’écosystème.

La disparition d’une espèce peut entraîner l’extinction d’autres espèces qui en dépendent et ainsi de suite.

Conséquences sur l’homme.

Les principales conséquences de la perte de biodiversité animale sont

  • Risques sur la sécurité alimentaire. La disparition d’une espèce a des conséquences sur la chaîne alimentaire.
    • Moins d’insectes pollinisateurs, c’est moins de fruits et de légumes.
    • La disparition d’un animal prédateur peut entrainer le développement d’espèces herbivores qui, plus nombreuses, mangeront plus de plantes, en laissant moins pour d’autres espèces qui seront à leur tour menacées de disparition.
    • Baisse de la fertilisation des sols.
    • Épidémies des élevages et des cultures.
    • Etc.
  • Risques sur la santé.
    • Augmentation des risques de maladie suite à l’affaiblissement des espèces. La diffusion des virus ou bactéries pathogènes augmente. Des animaux porteurs de maladies comme les moustiques les transmettent à l’homme.
    • Progression de la malnutrition et des cas de famine.
    • Etc.
  • Vulnérabilité des écosystèmes plus grande.
    • La disparition d’espèces animales comme les herbivores peut entrainer l’augmentation d’arbustes accroissant les risques d’incendies en cas de sécheresse.
    • La disparition des coraux entraine une moindre protection des atolls contre les tempêtes et l’augmentation du niveau des océans.
    • Etc.
  • Conséquences économiques importantes pour compenser les services qui étaient rendus par les animaux.
    • Pollinisation des cultures et des arbres fruitiers suite au manque d’insectes pollinisateurs.
    • Construction de digues pour protéger le littoral suite à la disparition des coraux.
    • Etc.
  • Augmentation des conflits locaux et des migrations liés
    • A l’accès aux ressources alimentaires (viande animale, poissons, etc) et en eau pour eux-mêmes ou leur élevage et pouvant se répercuter dans les pays voisins. Les populations iront y chercher les aliments et la sécurité qui leur manquent.
    • L’acidification et le réchauffement des océans entrainent la migration et la diminution des espèces aquatiques, augmentant les risques de conflits liés à la pêche dans les eaux limitrophes à d’autres pays.
    • Etc.

Les animaux menacés par le réchauffement climatique en France.

L’étude sur les animaux menacés en France menée par le Comité français de l’UICN ( Union internationale pour la conservation de la nature) et le Muséum national d’Histoire naturelle montre une aggravation de la situation depuis l’étude réalisée 8 ans avant et estime que

En France métropolitaine,

  • Mammifères : 1/3 des espèces,
  • Oiseaux nicheurs : 1/3 des espèces,
  • Reptiles et amphibiens : 1/5 des espèces,
  • Crustacés d’eau douce : 1/4 des espèces.
  • Poissons d’eau douce : 1/5 des espèces.

sont, par exemple, menacés ou quasi menacés de disparition.

En France d’Outre-Mer, par exemple,

  • Polynésie française.
    • Oiseaux : 1/2 des espèces.
  • La Réunion.
    • Reptiles : toutes les espèces.
    • Oiseaux nicheurs : 1/3 des espèces.
    • Poissons d’eau douce : 1/3 des espèces.
  • Guadeloupe.
    • Oiseaux nicheurs : 1/3 des espèces.
  • Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF).
    • Oiseaux nicheurs : 1/3 des espèces.

sont, par exemple, menacés ou ont disparu.

Le réchauffement climatique est une des causes de la disparition de ces animaux en France.

France métropolitaine.

Quelques exemples en France métropolitaine d’animaux menacés par le réchauffement climatique.

Tortue marine.

En Méditerranée, Les tortues marines – tortue luth, tortue verte et caouanne – sont menacées par le réchauffement climatique.

Les principaux risques concernent

  • Reproduction.
    • La température du sable où pondent les femelles déterminent le sexe de la tortue. Les mâles qui naissent viennent de la partie la plus fraîche du nid. Avec des températures plus élevées, il pourrait ne naître que des femelles.
    • L’élévation du niveau de la mer, combinée à des marées plus hautes et des phénomènes météorologiques extrêmes pourraient détruire des sites de nidification des tortues.
  • Réduction des zones d’alimentation.

Saumon atlantique.

Le saumon atlantique peut parcourir des centaines de kilomètres en remontant les rivières pour atteindre les frayères et se reproduire.

Le saumon atlantique est un poisson d’eau froide et la France se trouve au sud de son aire de répartition.

Le saumon est sensible au changement climatique et ses chances de survie sont réduites.

  • Hausse des températures de l’eau.
    • Décès constatés si l’eau atteint 25 °C.
    • Maladies plus importantes quand la température augmente.
    • Migrations contrariées. Le niveau de température déclenche les migrations (dévalaison et remontée). Une migration trop précoce ou trop tardive peut nuire à la reproduction des saumons.
  • Acidification de l’eau (océans,  cours d’eau, pluies acides). Les saumons deviennent plus petits, ont plus de difficultés à utiliser l’oxygène, réduisant leurs capacités physiques pour trouver de la nourriture ou échapper à leurs prédateurs.

Perdrix des neiges.

La perdrix des neiges, appelée également lagopède alpin, avec son plumage changeant avec les saisons (blanc en hiver, gris-brun en été, nuances intermédiaires au printemps et en automne) est menacée par le changement climatique.

La perdrix des neiges vit en haute montagne, à l’étage nival à la limite des neiges éternelles.

La perdrix des neiges est adaptée aux froids extrêmes mais tolère mal la chaleur.

Les principaux risques pour le lagopède alpin sont

  • Hausse des températures.
  • Enneigement irrégulier.
  • Disparition des prairies.

La hausse des températures qui se manifeste également en altitude, repousse le lagopède alpin de plus en plus haut.

Chauve-souris.

Plusieurs menaces liées au réchauffement climatique pèsent sur les chauves-souris.

  • Températures importantes. Les chauves-souris ont moins de temps pour hiberner.
  • Déshydratation. Le chauves-souris deviennent plus vulnérables.
  • Difficulté plus grande pour trouver de la nourriture. En particulier, les femelles doivent parcourir de plus grandes distances pour nourrir leurs petits.
  • Hausse des maladies.
  • Mesures de lutte contre le réchauffement climatique.
    • La rénovation et l’isolation des bâtiments réduisent le nombre de gîtes.
    • Le développement du secteur éolien entraine des collisions avec les pales des éoliennes.

France d’Outre-Mer.

Quelques exemples en France d’Outre-Mer d’animaux menacés par le réchauffement climatique.

Corail.

Les coraux sont des animaux avec un squelette calcaire, vivant en colonies constituant un superorganisme. Les squelettes durs des coraux forment un récif corallien.

Les coraux vivent en symbiose avec des organismes microscopiques qui se développent dans les récifs coralliens comme les phytoplanctons.

Les coraux supportent mal le réchauffement climatique et sont en danger.

  • Hausse des températures de l’eau, provoquant le blanchissement des récifs coralliens qui expulsent les organismes colorés, privant les coraux de nourriture et affectant leur métabolisme.
  • Acidification des océans à cause de l’augmentation de la concentration en gaz carbonique (CO2), réduisant la capacité des coraux à fabriquer leurs squelettes calcaires, rendant les récifs coralliens vulnérables à l’érosion.
  • Élévation du niveau des océans et augmentation des tempêtes.
  • Augmentation des maladies suite à la baisse de la biodiversité et au développement de macro-algues.

Les coraux sont menacés d’extinction si le changement climatique devient trop important.

Manchot empereur

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Le Manchot empereur, espèce endémique de l'Antarctique, est en voie de disparition.
Le Manchot empereur, espèce endémique de l’Antarctique, est en voie de disparition.

(Tableau de TinaRebou : TinaRebou.com)

La population de manchots empereurs en Terre Adélie décroit suite au réchauffement climatique.

  • Diminution des ressources en nourriture : par exemple, diminution de l’abondance de krills, c’est-à-dire de petits crevettes d’eau froide, liée au changement climatique. Les krills migrent vers les eaux plus froides du continent antarctique et ont plus de mal à se reproduire. Les manchots doivent parcourir plus de distance pour se nourrir.
  • Diminution de la reproduction car les manchots adultes vont avoir tendance à privilégier leur propre survie.
  • Changements de concentration de glace de la banquise. Les manchots empereurs se reproduisent et élèvent leur progéniture presque exclusivement sur la banquise.
    • Trop de glace nécessite des voyages plus longs pour que les parents de manchots se rendent dans l’océan pour chasser et rapporter de la nourriture à leurs poussins.
    • Trop peu de glace réduit l’habitat du krill, source essentielle de nourriture pour les manchots empereurs et risque de se briser sous le poids des colonies de manchots empereurs et l’action des vagues.

Poisson-clown.

Les poissons-clowns – popularisés par le film d’animation  » Le Monde de Nemo » des studios Pixar, produit par Walt Disney Pictures – en Polynésie française vivent en symbiose avec les anémones de mer.

A cause du réchauffement climatique, les micro-algues disparaissent, entrainant le blanchiment des anémones de mer avec qui elles vivent en symbiose.

Les poissons-clowns utilisent les anémones de mer pour

  • Se protéger de leurs prédateurs dans les tentacules des anémones.
  • Pondre leurs œufs une fois par mois à leur pied.

Le blanchiment des anémones de mer dérègle le système endocrinien des poissons-clowns

  • Augmentation du stress en élevant le taux de cortisol, l’hormone du stress.
  • Baisse de la fécondité en réduisant la concentration en hormones sexuelles.

Huître perlière.

Plusieurs milliers de personnes vivent en Polynésie française de la vente de la perle noire de l’huître.

L’huître perlière est la 2e ressource économique de la Polynésie française après le tourisme.

L’huître perlière a besoin de conditions particulières en terme de température et de qualité de l’eau.

Le changement climatique risque d’avoir un impact sur la perliculture à cause de

  • Augmentation de la température de l’eau qui pourrait menacer la survie de l’huître perlière.
  • Augmentation de l’acidité des eaux suite à la hausse de la concentration en CO2.

Les animaux menacés par le réchauffement climatique dans le monde.

De nombreuses espèces animales sont menacées de disparition dans le monde suite au réchauffement climatique.

Les espèces les plus en danger à cause du réchauffement climatique sont celles qui dépendent d’une alimentation très spécifique et d’un milieu particulier, notamment ceux dont l’habitat naturel risque de disparaitre.

Voici quelques exemples d’espèces animales parmi les plus en danger d’extinction.

Éléphant de forêt d’Afrique.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

L'éléphant d'Afrique,espèce menacée.
L’éléphant d’Afrique,espèce menacée.

(Tableau de TinaRebou : TinaRebou.com)

Les éléphants de forêt d’Afrique sont menacés par le réchauffement climatique car

  • Besoin en eau douce important, pour boire et se baigner. Le réchauffement climatique peut assécher les réserves d’eau.
  • Sensible aux températures élevées. L’eau est nécessaire pour garder les éléphants au frais et éviter les coups de soleil.
  • Diminution de la nourriture. Les éléphants de forêt d’Afrique ont besoin de grandes quantités de nourriture; jusqu’à 450 kg de plantes (fruits, feuilles, écorces de jeunes troncs) par jour.
  • Vulnérabilité aux maladies. Le manque d’eau douce pour boire et se baigner provoque l’apparition de maladies graves pour l’éléphant.
  • Moindre reproduction. Les éléphants se reproduisent de préférence pendant les périodes pluvieuses dans l’année. Les périodes de pluie étant plus faibles à cause du réchauffement climatique, les accouplements diminuent.

Ours polaire.

L’ours blanc, appelé également ours polaire, vivant dans les régions arctiques, sur la banquise autour du Pôle Nord, passe la majeure partie de son temps sur les glaces de l’océan Arctique, à la recherche de phoques, de manchots et d’autres proies dans l’eau qu’il chasse à travers les ouvertures dans la glace.

L’ours polaire est menacé par

  • Fonte des glaces de mer. Le réchauffement climatique dans l’Arctique provoque un déclin important de la couverture totale et de l’épaisseur de la glace de mer sur laquelle vie l’ours blanc dans le bassin polaire et une fonte progressive plus précoce dans certaines zones. La glace d’été de l’Arctique pourrait disparaitre complètement d’ici 2070.
  • Manque de nourriture.
    • La glace de mer se brise à des dates de plus en plus tôt, de sorte que les ours polaires doivent rester plus longtemps à jeun pendant la saison des eaux libres.
    • Les proies habituelles des ours polaires sont également menacées par le réchauffement climatique. L’ours polaire se nourrit en particulier de phoques, menacé lui aussi par le changement climatique et la fonte des glaces.

L’ours blanc dépend de la banquise et de la nourriture qu’il trouve dans les mers.

Il risque de disparaitre à cause de la réduction de la superficie de la banquise et de la qualité de son environnement.

Pour s’adapter et survivre, les ours polaires vont devoir chercher ailleurs leur nourriture, par exemple sur terre.

Les problèmes de cohabitation des ours polaires et des humains, en particulier avec les chasseurs inuits, risquent de s’intensifier, les ours blancs cherchant d’autres sources de nourriture pendant les périodes des eaux libres.

Panda.

Le réchauffement climatique menace l’habitat et la nourriture du panda.

  • Habitat réduit. Le panda consomme une grande quantité de bambou. Le réchauffement climatique pourrait réduire de façon importante les forêts de bambous dans lesquelles il habite.
  • Reproduction plus faible. Si les pandas, qui sont de lents reproducteurs, ne se nourrissent pas suffisamment, leur activité de reproduction risque de ralentir et le développement des embryons risque de s’interrompre.
  • Concurrence avec l’homme. Le réchauffement du climat en Chine pourrait rendre de plus hautes altitudes accessibles à l’agriculture. La déforestation réduirait l’habitat des pandas.

Koala.

Le koala, appelé également paresseux australien, est un marsupial vivant en Australie dans les forêts d’eucalyptus dont il mange les feuilles de certaines espèces et qui le protège de la canicule.

Le koala est menacé par le réchauffement climatique car les forêts d’eucalyptus se réduisent à cause du changement climatique et de la sécheresse.

La survie des koalas dépend principalement des eucalyptus.

Flamant rose.

Les flamants, qui vivent en colonies sur des lacs d’eau salées ou saumâtres, riches en petits organismes, sont touchés par le réchauffement climatique de plusieurs manières.

  • Reproduction : les flamants roses s’accouplent de préférence pendant la saison des pluies. Les périodes de sécheresse prolongées réduisent à leur taux de survie.
  • Acidification due à la hausse de la quantité de dioxyde de carbone (CO2) : les toxines s’accumulent dans les flamants roses à cause des algues qu’ils mangent.
  • Restriction de leurs habitats : les flamants roses se déplacent dans des régions où ils risquent d’être attaqués par des animaux prédateurs (coyotes, pythons, etc).

Lémurien.

Les lémuriens sont des primates endémiques de Madagascar.

Le réchauffement climatique a un fort impact sur la population de lémuriens. Plus de 90% des espèces sont menacées d’extinction.

  • Cyclones plus intenses, qui dévastent les forêts, créent des glissements de terrains et des inondations.
  • Saisons des pluies perturbées.
  • Périodes de sécheresse plus fréquentes.
  • Habitat réduit.
  • Manque de nourriture. Les grandes arbres des forêts tropicales meurent suite à la sécheresse et la baisse de la pluviométrie, entrainant une baisse des fruits et des nouvelles feuilles dont se nourrissent les lémuriens.

Les lémuriens devront se déplacer pour survivre. Ils devront migrer pour trouver refuge ailleurs.

Tigre du Bengale.

Le tigre du Bengale, animal solitaire, appelé également tigre royal du Bengale ou tigre indien, vit principalement au Bengale et au Bangladesh et a besoin d’un territoire étendu pour chasser.

Le réchauffement climatique menace la survie des tigres du Bengale à cause de la montée des eaux.

  • Perte d’habitat.
    • Déforestation.
    • Montée des eaux : îles submergées par la montée des eaux, etc.
  • Risque sur la reproduction. Les rencontres sont limitées par
    • Montée des eaux.
    • Fragmentation de l’habitat.
  • Concurrence avec l’homme. La réduction de son habitat amène parfois le tigre du Bengale à chasser le bétail, ce qui peut entrainer des conflits avec la population locale.

Panthère des neiges.

La panthère des neiges, appelée également léopard des neiges vit principalement dans les montagnes d’Asie centrale.

Difficile à approcher, elle est surnommée  » le fantôme des montagnes » et a besoin d’un vaste territoire et vit dans des zones en altitude difficiles d’accès, au dessus de la limite des arbres, afin de pouvoir suivre ses proies.

La panthère des neiges est menacée par le réchauffement climatique car

  • Perte d’habitat. La chaleur et l’humidité font remonter la limite des arbres, réduisant l’habitat et le terrain de chasse.
  • Concurrence avec les hommes. Des conflits risquent d’éclater entre les bergers qui veulent préserver leurs troupeaux et les panthères des neiges qui voient en eux de nouvelles proies.

Wallaby

Herbivore, le wallaby est un petit kangourou qui vit en Australie dans des zones rocheuses et des sous-bois.

Le wallaby est menacé par le réchauffement climatique car

  • Habitat menacé : les incendies réduisent son habitat et la qualité de son alimentation.
  • Moins de nourriture. La sécheresse et les incendies réduisent la nourriture et le mettent en concurrence avec le bétail et les autres herbivores.
  • Sensible à la chaleur : le soleil peut le rendre aveugle. Pour trouver des aliments, le wallaby risque de sortir des zones boisées et aller plus loin chercher sa nourriture, ce qui l’expose au soleil et au risque de devenir aveugle.

Orang-outan.

Les orangs-outans sont de grands singes vivant dans les forêts tropicales des îles de Sumatra et Bornéo où ils passent la majorité de leur temps à chercher de la nourriture (fruits, feuilles et insectes principalement).

Le réchauffement climatique menace l’orang-outan.

  • Moins de nourriture. Les orangs-outans se nourrissent de fruits qui ont besoin d’une importante quantité d’eau. La pluie tombant moins souvent réduit leur alimentation.
  • Incendies. Les sécheresses devraient être plus importantes. La chaleur assèche les forêts tropicales et déclenche des feux de forêt, dans lesquels ils périssent et les chassent de leur habitat.
  • Pluies violentes et glissements de terrain. En plus de l’impact direct sur les forêts, le renforcement des précipitations devrait augmenter le rythme de croissance des plantes dont se nourrissent les orangs-outans.
  • Reproduction. La diminution de la nourriture disponible devrait réduire les capacités de reproduction des femelles.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Réchauffement Climatique – Animaux menacés

Abonnez-vous par mail pour être informé des nouvelles parutions d’articles et recevoir gratuitement nos livres

  • Comment Apprendre Facilement.
  • TVA : Définition, Taux, Formules de Calcul.

 

Réchauffement Climatique – résumé, dates, causes, conséquences, solutions

Abonnez-vous par mail pour être informé des nouvelles parutions d’articles et recevoir gratuitement nos livres

  • Comment Apprendre Facilement.
  • TVA : Définition, Taux, Formules de Calcul.

Réchauffement climatique (de 1850 à nos jours) : définition, résumé, dates clés, causes, conséquences, solutions,  citations. Qu’est-ce que le réchauffement climatique ? Quelles sont les causes du dérèglement climatique ? Quelles sont les grandes dates du changement climatique ? Quelles sont les conséquences du réchauffement planétaire ? quelles sont les solutions pour réduire le réchauffement climatique ?

La planète se réchauffe rapidement.

Les glaciers fondent, le niveau des mers et des océans monte, des forêts disparaissent et des animaux sont en voie de disparition.

Par son activité, l’homme est considéré comme le principal responsable du réchauffement de la planète et de ses conséquences.

Vous voulez connaître les raisons et les effets du changement de climat ?

Vous voulez apprendre l’essentiel sur le réchauffement climatique vite et facilement ?

Vous cherchez un court résumé de cette période de l’histoire du climat dans le monde ? Vous voulez connaitre les dates clés ?

Vous êtes en CM2, au collège  ou intéressé par le climat et ses conséquences et vous voulez apprendre l’essentiel sur le réchauffement climatique depuis ses débuts en 1850 ?

Lisez ce cours gratuit en ligne du blog éducatif Apprendre 5 minutes pour apprendre rapidement et facilement les informations les plus importants du réchauffement climatique.

Vous trouverez également des citations qui illustreront ce phénomène climatique.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Réchauffement Climatique (de 1850 à nos jours) : Définition, Résumé, Dates clés, Causes, Conséquences, Solutions, Citations.
Réchauffement Climatique (de 1850 à nos jours) : Définition, Résumé, Dates clés, Causes, Conséquences, Solutions, Citations.

Sommaire

  • Définition : le réchauffement climatique en une phrase.
  • Date de début du réchauffement climatique.
  • Court Résumé du réchauffement climatique en France.
    • France métropolitaine.
    • France d’Outre-mer.
  • Résumé du réchauffement climatique dans le monde.
    • Causes du réchauffement climatique.
    • Conséquences du réchauffement climatique.
    • Solutions pour réduire le réchauffement climatique.
  • Dates clés du réchauffement climatique.
  • Citations sur le réchauffement climatique.
  • A découvrir aussi.

Définition : le réchauffement climatique en une phrase.

Le réchauffement climatique actuel est l’augmentation à long terme des températures moyennes de l’atmosphère et des océans au niveau mondial à cause de l’accroissement des gaz à effet de serre (GES) dans l’atmosphère en raison des activités humaines depuis la révolution industrielle au XIXe siècle et s’accélérant depuis la fin du XXe siècle et entrainant des conséquences durables au niveau climatique, planétaire et sur les écosystèmes.

Date de début du réchauffement climatique.

Depuis 1850, on constate une tendance au réchauffement climatique avec une accélération des températures observées au niveau mondial et du niveau des mers et des océans.

Depuis 1950, le phénomène climatique s’amplifie.

Le 8 octobre 2018, le rapport spécial du GIEC ( Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat) indique que

  • La température moyenne mondiale a augmenté d’environ 1 °C depuis l’ère préindustrielle.
  • Le réchauffement climatique de la planète dû aux activités humaines estimé augmente actuellement de 0,2 °C par décennie.
  • Au rythme des émissions actuelles, le réchauffement climatique atteindra 1,5 °C par rapport à l’ère pré-industrielle entre 2030 et 2052.
  • Si les États respectent leurs engagements pris à la COP21 (21e Conférence des parties, appelée également conférence de Paris de 2015 sur les changements climatiques), la planète se réchaufferait de 3 °C d’ici à la fin du XXIe siècle. Les catastrophes seraient irréversibles pour les humains et pour de nombreuses espèces vivantes.
  • Si rien n’est fait, la température moyenne de la Terre augmenterait de 5,5% C entre l’ère préindustrielle et l’année 2100.

Court Résumé du réchauffement climatique en France.

Au XXe siècle, la température moyenne de la France métropolitaine a augmenté de plus de 1 °C.

France métropolitaine.

D’ici la fin du XXIe siècle, les simulations pour la France métropolitaine prévoient

  • D’ici 2050, des vagues de chaleur estivales plus fréquentes, plus longues et plus intenses, en particulier sur le quart sud-est de la France.
  • Avant la fin du XXIe siècle, des sécheresses presque continues et de grande intensité, notamment dans la région Méditerranéenne.
  • Une augmentation des pluies extrêmes, principalement l’hiver avec une extension des zones impactées, en particulier vers le sud-est et les Pyrénées.
  • Des zones exposées aux risques d’incendies de forêt plus étendus, en particulier les forêts des Landes et de Sologne.
  • Des épisodes de froid polaire en France, suite aux perturbations sur le gulf stream du changement climatique.
  • Des menaces sur la biodiversité, en particulier en Méditerranée.

France d’Outre-mer.

D’ici la fin du XXIe siècle, les simulations pour la France d’Outre-mer prévoient

  • L’augmentation des températures océaniques de surface.
  • Une augmentation du volume des précipitations pour les hautes latitudes, et une diminution dans la plupart des régions émergées subtropicales, avec des sécheresses plus sévères et plus longues.
  • Des cyclones plus intenses, avec des précipitations plus intenses.
  • Une hausse du niveau des mers et des océans, menaçant de submersion totale la population ainsi que la faune et la flore des littoraux des îles d’Outre-mer; en particulier les îles de Polynésie Française.
  • L’acidification des océans, suite à l’absorption d’une partie du CO2 rejeté dans l’atmosphère par les activités humaines, menace la survie d’espèces vivant dans les eaux comme les coquilles et les crevettes.
  • La disparition des coraux et des mangroves qui protègent les côtes de la houle et de l’érosion côtière et qui représentent une richesse pour les secteurs de la pêche et du tourisme.
  • La disparition d’animaux (mammifères, oiseaux, reptiles, poissons, invertébrés, etc.).
  • La disparition d’espèces végétales. La forêt boréale de Saint Pierre et Miquelon est particulièrement exposée au changement climatique.
  • L’Augmentation des risques d’incendies de forêts suite à la hausse des températures et à une baisse des précipitations, en particulier en Nouvelle-Calédonie et en Guyane française.
  • La migration des espèces en altitude sur les îles volcaniques, avec un développement des espèces envahissantes opportunistes, comme les micro-algues toxiques pour les poissons comme pour les hommes à la Réunion, au détriment des espèces indigènes les plus fragiles.
  • Des pertes économiques (agriculture, pêche, tourisme, etc.) suite, par exemple, à la salinisation des sols, aux maladies et à l’élévation du niveau des océans.
  • Une dégradation de la santé publique entrainant décès et maladies suite aux vagues de chaleur, aux inondations, aux sécheresses, aux changements des températures et des précipitations, à la malnutrition, aux maladies diarrhéiques et aux maladies infectieuses transmises par des insectes comme les moustiques.

Résumé du réchauffement climatique dans le monde.

Causes du réchauffement climatique.

La plupart des scientifiques qui travaillent sur le changement climatique estiment que la Terre se réchauffe en raison des activités humaines.

Le réchauffement climatique actuel est dû principalement aux activités de l’Homme et, en particulier, à l’utilisation des énergies fossiles (pétrole, charbon, gaz naturel) pour l’industrie, l’élevage, les transports et la production d’électricité.

Les énergies fossiles émettent des gaz à effet de serre (GES) lorsqu’elles brûlent. Le dioxyde de carbone (CO2) et le méthane (CH4) sont deux des trois principaux gaz à effet de serre responsables du réchauffement planétaire.

Le protoxyde d’azote (N2O), appelé également oxyde nitreux ou gaz hilarant, provenant en particulier de l’agriculture ( lisier, engrais, fumier, etc.), est également un gaz à effet de serre et contribue au réchauffement climatique.

Les trois principaux gaz à effet de serre, le dioxyde de carbone (CO2), le protoxyde d’azote (N2O) et le méthane (CH4) sont responsables d’environ 90 % du réchauffement climatique (CO2 pour 66 %, N2O pour 17 % et CH4 pour 6%).

Les gaz à effet de serre sont nécessaires à la vie sur Terre.

Ils permettent à l’atmosphère de laisser entrer une partie importante du rayonnement solaire tout en retenant une partie du rayonnement infrarouge réémis par le sol. L’énergie du rayonnement infrarouge absorbée par les gaz à effet de serre chauffe et retourne en partie vers le sol, le chauffant une deuxième fois après que le soleil l’ait fait une première fois.

Grâce aux gaz à effet de serre, la température moyenne à la surface de la Terre est de 15°C.

Sans les gaz à effet de serre, la température moyenne à la surface de la Terre serait de – 18°C.

Les activités humaines rejettent trop de gaz à effet de serre dans l’atmosphère et réchauffent de façon excessive la planète.

Les gaz à effet de serre s’accumulent dans l’atmosphère et atteignent désormais des niveaux records.

L’effet de serre s’amplifie.

Conséquences du réchauffement climatique.

Entre 1880 et 2016, la température moyenne à la surface de la Terre a augmenté de 1,1 degré Celsius.

Actuellement, le réchauffement global est de 0,2°C par décennie.

Le rapport spécial du GIEC publié le 8 octobre 2018 indique qu’une hausse de la température globale moyenne de 2°C pourrait avoir des conséquences désastreuses sur l’environnement, la biodiversité et sur l’humanité en général.

  • Le niveau des océans s’élève suite à la dilatation de l’eau de mer et à la fonte des glaces terrestres et des neiges.
    • Déjà montés d’une vingtaine de centimètres en un siècle, les océans pourraient s’élever de près d’un mètre d’ici 2100.
    • C’est une menace pour des centaines de millions de personnes vivant dans des zones basses côtières qui pourraient être contraintes de les quitter et pour certaines espèces vivantes qui y vivent.
    • De petits États insulaires du Pacifique ou de l’Océan Indien comme les Maldives pourraient disparaître.
  • Destruction de la couche d’ozone. L’effet de serre favorise la destruction de la couche d’ozone en refroidissant la stratosphère (couche supérieure de l’atmosphère). Les populations de l’Arctique devraient recevoir une dose d’UV plus importante, entrainant des risques pour leur santé.
  • Les phénomènes météorologiques extrêmes devraient augmenter (canicules, cyclones, etc.), provoquant
    • Des inondations,
    • Des sécheresses,
    • La réduction du débit de certains fleuves avec des conséquences, par exemples sur les centrales thermiques et nucléaires, refroidies par les cours d’eau, ce qui pourrait donc avoir des répercussions importantes sur la production d’électricité.
    • Des feux de forêt plus fréquents.
  • Une perte importante de la biodiversité, due en particulier à
    • Acidification des océans suite à l’absorption du gaz carbonique (CO2) et de composés azotés, affectant les coquillages et les plantons qui constituent le socle de la chaîne alimentaire et qui aurait un impact direct sur l’ensemble des espèces dont l’homme.
    • Dégâts sur les récifs coralliens qui pourraient disparaitre presque complètement si l’eau est trop chaude ou trop acide.
    • Feux de forêts.
    • Prolifération d’espèces invasives aux dépens d’espèces indigènes.
  • Une diminution de la production agricole dans certaines régions du monde, dont les principales cultures céréalières mondiales (blé, riz et maïs).
  • Une dégradation de la santé publique (Maladies respiratoires, infectieuses, cardiovasculaires, cutanées, cancéreuses, nutritionnelles, mentales).

Solutions pour réduire le réchauffement climatique.

Pour limiter le réchauffement climatique à 1,5°C par rapport à l’ère pré-industrielle, le monde doit réduire ses émissions nettes de CO2 à zéro d’ici 2050.

Le réchauffement final sera d’autant plus limité que les émissions humaines de gaz à effet de serre décroîtront vite et s’annuleront tôt.

Pour y parvenir, les principales solutions seraient de

  • Privilégier des ressources naturelles qui ne produisent pas de gaz à effet de serre, comme l’eau, le soleil et le vent.
  • Réduire la pollution de l’air.

La baisse des émissions de gaz à effet de serre serait assurée notamment par

  • La décarbonation massive du secteur de l’énergie, du transport et de la construction et la génération d’électricité mondiale principalement grâce aux énergies renouvelables.
  • La diminution des émissions de méthane issues de l’agriculture (rizière, digestion des ruminants, fermentation des fumiers, culture du riz, etc.), du transport et l’exploitation de l’énergie fossiles, par exemple,
    • Drainage régulier des rizières inondées.
    • Modification de l’alimentation des ruminants.
    • Récupération des déchets agricoles pour produire du biogaz.
    • Recouvrir les décharges (à ciel ouvert) et valoriser les déchets.
    • Réduire les dégazages lors de l’extraction des hydrocarbures et les fuites pendant les transports.
    • Utiliser le méthane issue de l’exploitation minière souterraine comme source d’énergie. Le méthane est le constituant principal du gaz naturel.
    • etc.

Limiter fortement les émissions de gaz à effet de serre nécessite des changements sans précédent (énergie, transport, agriculture, etc.) et des investissements importants.

Retarder la transition climatique implique d’augmenter le recours à la capture et stockage du gaz carbonique (CO2).

Dates clés du réchauffement climatique.

Fin du XVIIIe siècle : Début de la révolution industrielle.

Le charbon, les chemins de fer et le défrichement vont accélérer les émissions de gaz à effet de serre, tandis que l’amélioration de l’agriculture et de la santé publique vont accélérer la croissance de la population.

1824 Joseph Fourier : Les gaz dans l’atmosphère augmentent la température de la Terre.

En 1824, le mathématicien et physicien français Jean-Baptiste Joseph Fourier émet la théorie selon laquelle la température de la surface terrestre augmente à cause des gaz de l’atmosphère terrestre.

La chaleur provenant du rayonnement solaire trouve moins d’obstacles pour pénétrer l’air, étant à l’état de lumière, qu’elle n’en trouve pour repasser dans l’air, lorsqu’elle est convertie « chaleur obscure », c’est-à-dire en rayonnement infrarouge tellurique ( rayons infrarouges thermiques émis par la Terre vers l’espace).

La température est augmentée par l’interposition de l’atmosphère, parce que la chaleur trouve moins d’obstacle pour pénétrer l’air, étant à l’état de lumière, qu’elle n’en trouve pour repasser dans l’air lorsqu’elle est convertie en chaleur obscure.

Citation de Joseph Fourier.

Septembre 1873 : Fondation de l’Organisation météorologique internationale (OMI).

En septembre 1873, le congrès météorologique international décide à Vienne de créer un comité météorologique permanent.

L’Organisation météorologique internationale (OMI) est officiellement créé en 1879 à Rome.

C’est le début des observations météorologiques standardisées.

Les premiers relevés météorologiques datent de 1880.

1896 Arrhenius publie le premier calcul du réchauffement climatique suite aux émissions humaines de CO2.

En 1896, le chimiste suédois Svante Arrhenhius associe la dérive de l’effet de serre et l’utilisation industrielle des combustibles fossiles (charbon et hydrocarbures).

1910 – 1945 : Première phase du réchauffement climatique.

Entre 1910 et 1945, la température moyenne mondiale a augmenté de 0,5°C.

1976  à aujourd’hui : Deuxième phase du réchauffement climatique.

Entre 1976 et 2014, la température moyenne mondiale a augmenté de 0,8°C.

Les cinq années les plus chaudes enregistrées ont toutes eu lieu au XXIe siècle.

2016 est l’année la plus chaude jamais enregistrée sur Terre depuis 1880.

Entre la fin du XXe siècle et 2016, la température moyenne à la surface de la Terre a augmenté de 1,1°C.

12 février 1979 : Première conférence mondiale sur le climat à Genève.

Entre le 12 et le 23 février 1979, l’Organisation Météorologique mondiale (OMM) et le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE) organisent, au Centre international de conférences de Genève, la première conférence mondiale sur le climat.

La conférence mondiale conclut que les émissions de dioxyde de carbone (CO2) d’origine humaine pourraient avoir un effet à long terme sur le climat.

Elle demande aux gouvernements de « prévoir et prévenir les changements climatiques d’origine anthropique qui pourraient nuire au bien-être de l’humanité ».

La conférence mondiale sur le climat lance le Programme Climatologique Mondial (PCM) de l’OMM. Ce programme scientifique international a pour but de mieux comprendre le système climatique pour mesurer l’influence de l’homme sur le climat et faciliter l’adaptation à ses évolutions.

9 Novembre 1988 : Création du GIEC.

Du 9 au 11 novembre 1988 a lieu à Genève la première réunion du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC).

Le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) –  appelé Intergovernmental Panel on Climate Change (IPCC) en anglais – est créé à la demande du G7 – groupe des 7 pays démocratiques les plus industrialisés : États-Unis, Japon, Allemagne, France, Grande-Bretagne, Canada, Italie -, par deux institutions des Nations unies

  • Le Programme des Nations unies pour l’environnement (PNUE).
  • L’Organisation météorologique mondiale (OMM).

Le Giec est chargé de faire une synthèse des études scientifiques sur le réchauffement climatique.

  • État des connaissances sur les plans scientifiques, techniques et socio-économiques.
  • Causes.
  • Effets.
  • Stratégies d’adaptation et d’atténuation.

3 juin 1992 : Sommet de la Terre à Rio.

Du 3 juin au 14 juin 1992 a lieu à Rio de Janeiro, au Brésil, la conférence des Nations unies sur l’environnement et le développement appelée également sommet de la Terre de Rio de Janeiro ou sommet de Rio.

Le sommet de la Terre à Rio reconnaît officiellement l’existence du dérèglement climatique et la responsabilité humaine.

Le troisième sommet de la Terre adopte à Rio de Janeiro la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), afin de comprendre le changement climatique et y remédier ou atténuer ses effets.

Toutefois la CCNUCC n’est pas contraignante juridiquement pour les gouvernements. Elle met en place un cadre global pour lutter contre les changements climatiques.

la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques reconnaît officiellement l’importance du changement climatique dû aux émissions de gaz à effet de serre (GES) d’origine humaine.

La CCNUCC a pour objectif de stabiliser les concentrations de gaz à effet de serre dans l’atmosphère à un niveau qui éviterait toute perturbation dangereuse du système climatique.

11 décembre 1997 : Protocole de Kyoto.

Le protocole de Kyoto est signée le 11 décembre 1997 lors de la 3e Conférence des Parties à la Convention (COP 3) à Kyoto, au Japon.

Le protocole de Kyoto est le premier accord international contraignant avec des engagements chiffrés pour réduire les émissions de gaz à effet de serre.

Il s’agit de réduire en 2012 de 5 % les émissions globales de gaz à effet de serre par rapport au niveau de 1990.

12 décembre 2015 : Accord de Paris sur le climat.

L’Accord de Paris sur le climat est signé le 12 décembre 2015 lors de la Conférence de Paris de 2015 sur les changements climatiques, appelée également COP21 ( 21e conférence des parties) et qui a eu lieu, du 30 novembre au 12 décembre 2015 en France, à Paris .

L’Accord de Paris sur le climat est le premier accord universel sur le réchauffement climatique.

Il fixe comme objectif une limitation du réchauffement climatique mondial entre 1,5 °C et 2 °C d’ici 2100.

Il prévoit une révision des objectifs au niveau national tous les 5 ans.

L’Accord de Paris sur le climat est toutefois peu contraignant juridiquement pour les États car il ne donne pas les moyens de vérifier l’atteinte des objectifs et ne comporte pas de système de sanctions.

L’Accord de Paris sur le climat fait suite au cinquième rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) paru en 2014 et qui prévoit une hausse des températures de 0,3 à 4,8 °C d’ici la fin du XXIe siècle.

2014 – 2019 : Période de cinq ans la plus chaude jamais enregistrée.

Le 22 septembre 2019, l’Organisation météorologique mondiale (OMM) publie un rapport sur l’état du climat mondial pendant la période 2015-2019, à l’occasion du Sommet Action Climat de l’ONU.

Les effets du réchauffement climatique se sont accentués avec des concentrations de gaz à effet de serre qui ont continué à augmenter.

La période 2014 – 2019 devrait être la période de 5 ans la plus chaude enregistrée sur la Terre.

Citations sur le réchauffement climatique.

Le réchauffement climatique peut être résumé, illustré au travers de quelques citations.

La température est augmentée par l’interposition de l’atmosphère, parce que la chaleur trouve moins d’obstacle pour pénétrer l’air, étant à l’état de lumière, qu’elle n’en trouve pour repasser dans l’air lorsqu’elle est convertie en chaleur obscure.

Citation de Joseph Fourier.

Le changement climatique s’est produit à cause du comportement humain, donc il est naturel que ça soit, aux êtres humains, de résoudre ce problème. Il se peut qu’il ne soit pas trop tard si nous prenons des mesures décisives aujourd’hui.

Citation de Ban Ki-moon, secrétaire général des Nations unies.

Notre maison brûle et nous regardons ailleurs. La nature, mutilée, surexploitée, ne parvient plus à se reconstituer, et nous refusons de l’admettre. L’humanité souffre. Elle souffre de mal-développement, au Nord comme au Sud, et nous sommes indifférents. La Terre et l’humanité sont en péril, et nous en sommes tous responsables.

Citation de Jacques Chirac, président de la République française.

Le changement climatique est réel. La science en est convaincue. Et plus nous attendons, plus le problème sera dur à résoudre.

Citation de John Kerry, secrétaire d’État des États-Unis.

Il faut choisir ses batailles. Ma priorité, en France, en Europe, à l’international, ce sont les émissions de CO2 et le réchauffement climatique.

Citation d’Emmanuel Macron, président de la République française.

Le changement climatique est l’un des plus grands défis de notre temps. Il change déjà nos vies quotidiennes, à l‘échelle mondiale. Chacun d’entre nous est impacté. Et si nous ne faisons rien, nos enfants vont connaître un monde de migrations, de guerres, et de pénuries.

Citation d’Emmanuel Macron, président de la République française.

Aucun pays ne peut lutter contre le changement climatique seul ni prévenir les pandémies. Les progrès nécessitent maintenant de s’entendre non seulement en tant que villes ou nations, mais aussi en tant que communauté mondiale.

Citation de Mark Zuckerberg, PDG de Facebook.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Réchauffement Climatique – résumé, dates, causes, conséquences, solutions

Abonnez-vous par mail pour être informé des nouvelles parutions d’articles et recevoir gratuitement nos livres

  • Comment Apprendre Facilement.
  • TVA : Définition, Taux, Formules de Calcul.