Comment retenir les dates clés de la révolution française (1789-1799)

Vous voulez apprendre et retenir les dates clés de la Révolution Française de 1789 à 1799 ? Vous cherchez un résumé de cette période charnière de l’histoire de France ? Vous voulez en connaitre les causes, les conséquences ?

Lisez cet article d’ Apprendre 5 minutes pour apprendre comment mémoriser les grandes dates de la Révolution Française et retenir l’essentiel de cette période.

5 minutes par jour, pendant quelques jours, vous suffirons pour vous en souvenir.

Nous avons sélectionné des méthodes particulièrement efficaces pour vous aider à vous souvenir des dates des principaux événements de cette période de l’Histoire de France.

Sommaire

Origines et causes de la Révolution Française.

Le 10 mai 1774, Louis XVI devient roi après le décès de son grand-père Louis XV. Il règne sur un pays puissant, avide de progrès. Éduqué dans l’esprit des Lumières, il désire améliorer le sort du peuple français. Alors pourquoi la Révolution Française ?

Les causes sont de 3 natures :

Crise politique

Un courant de contestation nait au XVIII ème siècle, appelé le « siècle des Lumières » et gagne de plus en plus de français.

Même si le roi a le pouvoir décisionnel, la bourgeoisie et la noblesse contestent la monarchie absolue qu’elles voudraient transformer en monarchie parlementaire. Le parlement de Paris souhaiterait limiter le pouvoir du roi en contrôlant les lois.

Le peuple ne veut plus de la société d’ordre qui concentre le pouvoir sur une minorité de personnes trop riches, alors que la majorité (le Tiers État) est pauvre.

Crise économique

Depuis le début du XVIII ème siècle, la France souffre d’un déficit chronique. Les impôts mal perçus et mal répartis ne parviennent pas à couvrir les dépenses.

L’aide apporté à la guerre d’indépendance de l’Amérique est un véritable gouffre financier qui aggrave la dette de l’État.

Le peuple a faim. Les pluies et les inondations de 1787, la sécheresse et les grêles de 1788 ont réduit fortement les récoltes. Les prix du pain, de la viande, du vin et de l’alimentation en général augmentent fortement.

L’industrie est morose, en particulier l’industrie textile qui manque de coton à cause de la guerre en Amérique.

Les prix augmentent, le peuple paye toujours plus d’impôts et s’enfonce dans la misère.

Crise sociale

Depuis le Moyen Age, la société française est organisé en trois ordres inégalitaires contestés par les non privilégiés, en particulier par la bourgeoisie :

  1. Le clergé : riche et influant, il assiste les pauvres et les malades, enseigne dans les collèges et assure l’état civil en répertoriant dans les registres paroissiaux les gens ayant reçu le baptême. Il ne paie pas d’impôt et prélève la dîme sur les revenus agricoles.
    • Le haut clergé,riche, veut conserver ses privilèges.
    • Le bas clergé, pauvre, veut améliorer ses conditions de vie.
  2. La noblesse : assurant la sécurité et rendant la justice, ses privilèges sont nombreux. Elle paie peu d’impôts, peut porter l’épée, bénéficie de tribunaux spéciaux, certaines fonctions ou grades lui sont réservés. Elle veut conserver ses privilèges et partager le pouvoir avec le roi en instaurant une monarchie parlementaire.
  3. Le tiers état : il regroupe la grande majorité de la population – le peuple – qui travaille et paie la quasi totalité des impôts.
    • La bourgeoisie riche et cultivée veut plus de pouvoir sur le plan politique et social et au libéralisme économique.
    • Les paysans veulent l’égalité devant les impôts et la fin des droits seigneuriaux.
    • Les artisans veulent du pain bon marché et plus d’argent.

Le peuple demande l’égalité de justice et de l’impôt tandis que le clergé et la noblesse veulent conserver leur privilèges.

Louis XVI tente de faire des réformes mais elles n’aboutissent pas car il se trouve confronté à l’hostilité des privilégiés qui refusent de payer de nouveaux impôts.

C’est l’impasse.

Sommaire.

Bref résumé de la Révolution Française.

La Révolution de 1789 voit le peuple se soulever contre le roi Louis XVI, les privilèges et son extrême pauvreté.

Elle met fin à la monarchie absolue, la remplace par la monarchie constitutionnelle, puis par la Première République.

Elle abolit les droits féodaux,  proclame la souveraineté du peuple, la liberté et l’égalité au travers de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

Après l’espoir des premiers instants, elle connait une période de terreur et de guerre.

En pleine gloire après une série de victoires, Napoléon Bonaparte réussit un coup d’État en 1799 et met fin à la Révolution Française.

Sommaire.

Les conséquences de la Révolution Française

La Révolution Française de 1789 est une une période charnière de l’Histoire de France. Elle pose les fondements de la France moderne et prépare des changements considérables. Rien ne sera plus comme avant.

Conséquences politiques

La révolution de 1789 entraine la fin de l’Ancien régime, c’est-à-dire de la monarchie absolue et de la société d’ordre.

  • Elle met fin à la souveraineté absolue du roi et la remplace par celle de la Nation.
  • Les citoyens français désignent leurs représentants grâce au droit de vote.
  • Elle engage la Nation dans le système politique parlementaire.
  • Des constitutions écrites précisent les libertés et les droits politiques.
  • Les pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires sont séparés.
  • Ses principes et institutions gagnent l’Europe par l’exemple ou par la force.

Conséquences économiques

La Révolution française de 1789 marque l’ascendance de la bourgeoisie qui sait en tirer profit, favorisant le libéralisme économique et interdisant le droit de grève.

  •  Les privilèges abolis, tous les français payent désormais l’impôt.
  • Les entraves à la liberté du commerce et de l’industrie sont supprimées, fondant le libéralisme économique en France.
  • Les droits féodaux disparaissent, permettant aux bourgeois et aux paysans d’acquérir des terres.
  • La propriété privée devient un droit inviolable et sacré.

 Conséquences sociales.

La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 a une importance considérable. « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune ».

  • Les citoyens français ne sont plus les sujets d’un roi détenant un pouvoir absolu sur chacun d’eux.
  • Les privilèges sont abolis.
  • Les français sont soumis à la même administration, la même justice et la même administration.
  • La bourgeoisie française accède au pouvoir politique et fonde une société basée sur le droit et la propriété.
  • La liberté de penser et de religion sont affirmées pendant la Révolution Française. La liberté d’opinion est un principe fondamental de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

Sommaire.

Les dates clés de la Révolution Française.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

révolution française - les dates clés
Les dates clés de la révolution française 1789 – 1799

Convocation des états généraux – 5 mai 1789

La France est riche mais l’État est pauvre et le soutien que la France apporta à la guerre d’Indépendance Américaine de 1776 a aggravé la situation financière du royaume.

En 1788, les caisses de l’État sont vides.

La société est organisée en trois ordres, appelés états:

  • Le clergé. Il compte 130 000 personnes et apporte son assistance aux pauvres et aux malades dans les hôpitaux.
  • La noblesse. Elle comprends 300 000 personnes, assure la sécurité et rends la justice.
  • Le tiers état. Il regroupe le reste de la population, apporte sa force de travail et paie seul les impôts.

Les services rendus par la noblesse et le clergé leur permettent de ne pas payer l’impôt.

Les projets de réforme visant à faire payer tout le monde ayant échoués, le roi Louis XVI se résout à convoquer les États généraux le 5 mai 1789, seule instance pouvant consentir de nouveaux impôts et demande aux français de s’exprimer au travers de cahiers de doléances.

Si chaque ordre propose ses propres recommandations, tous rejettent l’absolutisme et souhaitent voir la monarchie contrôlée par une constitution garantissant des droits aux individus.

Assemblée nationale – 17 juin 1789

Très déçus par le roi qui n’évoque pas les réformes attendues mais seulement l’état des finances, les députés du tiers état se déclarent Assemblée nationale lors de la proclamation du 17 juin 1789.

Le 20 juin 1789, réunis dans la salle du jeu de paume à Versailles, les députés prêtent serment de ne se séparer que lorsque la constitution du royaume sera établie. C’est le premier acte de la révolution.

Le 09 juillet 1789, les députés du Tiers État et quelques-uns du Clergé  transforment l’Assemblée nationale en Assemblée Constituante afin de donner à la France une constitution. La monarchie absolue n’existe plus.

Prise de la Bastille – 14 juillet 1789

Le roi et les privilégiés refusent de se soumettre.  Il renvoie ses ministres jugés trop libéraux. La peur d’une répression militaire grandit parmi le peuple et les députés. La France s’agite, les troubles se répandent dans tout le pays et conduisent à la prise de la Bastille le 14 juillet 1789.

Les premiers nobles, appelés « Exilés » quittent le pays. Un vent de panique saisit une grande partie du pays.La rumeur se répand que des brigands à la solde des aristocrates vont parcourir les campagnes et s’accaparer des récoltes. Le peuple s’arme et se retourne contre les châteaux, brulent les registres où sont inscrits les droits seigneuriaux ou les châteaux et massacrent leurs occupants.

C’est dans ce climat que l’Assemblée met fin au système féodal dans la nuit du 04 août 1789. C’est l’abolition des privilèges, entrainant la fin de l’Ancien Régime.

Déclaration des droits de l’homme et du citoyen – 26 août 1789

L’ancienne société n’existant plus, il s’agit d’organiser celle qui suit. Le 26 août 1789, l’Assemblée Constituante vote la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Le texte, inspiré des philosophes des Lumières et de la Déclaration d’indépendance américaine de 1776 proclame que « tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ».

Louis XVI fait de la résistance et refuse de signer la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen ainsi que les réformes sur le partage du pouvoir entre le roi et les députés.

Des rumeurs courent à Paris, affamé par la disette du pain, que d’énormes stocks de blé se trouvent à Versailles.

Retour du roi Louis XVI à Paris – 5 octobre 1789

Le 5 octobre 1789, une foule armée de plusieurs milliers de personnes, majoritairement des femmes, se met en marche pour Versailles et envahit l’Assemblée Constituante pour réclamer du pain et du travail. Sous la pression, le roi accepte les décrets et les demandes de pain et impose le retour du roi au palais des Tuileries à Paris.

Le 6 octobre, accompagné par la foule qui l’escorte, le roi est contraint de partir pour Paris et s’installe au palais des Tuileries, où le peuple pourra le surveiller de près.

L’Assemblée le rejoindra le 19 octobre dans la salle des Manèges, près du palais des Tuileries, se trouvant ainsi à la merci du peuple parisien.

Réforme du pays – 1790

En 1790, l’Assemblée constituante réorganise le fonctionnement du pays : préparation d’une constitution, création des 83 départements administratifs le 15 janvier, création d’une nouvelle unité de mesure (le mètre) le 8 mai. La Constitution civile du clergé du 12 juillet fait des prêtres des fonctionnaires. Leurs biens sont vendus pour renflouer les caisses de l’État.

Le 14 juillet 1790, un an après la prise de la Bastille,  une grande fête de la Fédération célèbre l’union nationale au Champ-de-Mars. Le roi et l’Assemblée prêtent serment à la Constitution.

Le 22 octobre l’Assemblée Constituante adopte le drapeau tricolore, qu’elle impose à la Marine. Il remplace le drapeau à fleurs de lys.

En 1791 la contestation augmente.

Le 14 juin 1791, L’assemblée Constituante vote la loi Le Chapelier qui interdit la grève et les syndicats.

Fuite du roi Louis XVI à Varennes – 20 juin 1791

Le roi cherche clandestinement le soutien des monarchies européennes contre la révolution.

Dans la nuit du 20 juin 1791, le roi et sa famille quittent le palais des Tuileries et s’enfuient. Avant de partir, Louis XVI laisse une lettre adressée à l’Assemblée dans laquelle il dénonce le nouveau régime et son intention de rétablir la monarchie absolue. Le lendemain, il est reconnu à Varennes, arrêté et reconduit à Paris. Après sa fuite à Varennes, Louis XVI perd la confiance du peuple, l’hostilité à son égard augmente et certains commencent à demander la révocation du roi et l’instauration d’une république.

Les émigrés royalistes français multiplient les démarches auprès des cours européennes et le 27 août, l’empereur d’Autriche Léopold II et le roi de Prusse Frédéric-Guillaume II signent la déclaration de Pillnitz, se déclarant prêt à intervenir pour rétablir les droits du roi de France.

Première constitution française – 3 septembre 1791

Le 03 septembre 1791, l’Assemblée constituante vote la Première Constitution française. Elle instaure la monarchie constitutionnelle et transfère la souveraineté du roi à la Nation. Le roi prête serment de fidélité devant la Nation le 14 septembre. Louis XVI n’est plus le roi de France mais devient le roi des Français.

La constitution entre en application le 1 octobre : l’Assemblée législative se réunit en séance inaugurale dans la salle du Manège avec 745 nouveaux députés, élus pour 2 ans, l’Assemblée constituante ayant interdit à ses membres de se présenter aux élections.

Début des guerres avec l’Europe – 20 avril 1792

Les monarchies européennes observent avec inquiétude la Révolution Française et hésitent à intervenir. Adversaires et partisans de la Révolution voient dans la guerre un moyen d’imposer leurs buts de politiques intérieures. De nombreux nobles « exilés » forment une armée aux frontières de la France au niveau des Pays Bas autrichiens.

L’Assemblée législative et le roi Louis XVI déclarent la guerre à l’Autriche le 20 avril 1792. La Prusse se joint à l’Autriche. C’est le début des guerres de la révolution française.

Les armées françaises, désorganisées par l’émigration de leurs officiers, perdent les premières batailles contre les armées autrichiennes et prussiennes.

Le 11 juillet, l’Assemblée proclame « la partie en danger » et fait appel aux volontaires qui affluent par milliers à Paris pour sauver la France.

Le 25 juillet, la déclaration du duc de Brunswick, commandant des  armées autrichiennes et prusses, menaçant de détruire Paris si on touche à la famille royale, met le feu aux poudres.

Arrestation du roi Louis XVI – 10 août 1792

Le 10 août 1792, convaincu de la complicité du roi avec l’étranger, le peuple envahit le palais des Tuileries, massacre ses défenseurs et arrête le roi et sa famille. La prise des Tuileries marque la fin de la monarchie constitutionnelle.

Le 20 septembre 1792, l’armée française stoppe l’avancée de l’armée austro-prussienne vers Paris lors de la bataille de Valmy. Cette première victoire de la révolution française donne un coût d’arrêt à l’invasion de la France, redonne confiance au peuple et renforce la Révolution.

Convention girondine – 21 septembre 1792

Le 21 septembre 1792, la Convention nationale succède à l’Assemblée législative et décrète l’abolition de la royauté.

La Convention est la première assemblée élue au suffrage universel mais les 749 députés ont été élus par moins de 10% de la population, à cause d’une forte abstention due à la peur, l’indifférence ou l’ignorance.

La Convention nationale est constituée de 3 groupes de députés aux sensibilités politiques différentes.

  • La Gironde, groupe de révolutionnaires modérés, est attachée aux libertés individuelles et économiques. Les Girondins veulent maintenir les institutions décentralisées telles quelles.
  • La Montagne, groupe constitué de partisans d’une République démocratique, est plus révolutionnaire, centralisatrice et proche du peuple et de Paris. Les Montagnards veulent instaurer la dictature pour sauver les acquis de la Révolution française.
  • La Plaine, appelé également le Marais, est un groupe constitué d’hommes prudents, aux opinions changeantes, attachés aux idées libérales et républicaines. La Plaine souhaite l’union de tous les républicains.

Jusqu’au 2 juin 1793, les députés Girondins dominent la Convention.

Proclamation de la première république – 22 septembre 1792

Le 22 septembre 1792, commence la Première République. Cette date marque le début de l’an I de la République dans le nouveau calendrier républicain, appelé également calendrier révolutionnaire français.

La République comprendra trois formes de gouvernement :

  • La Convention nationale : du 21 septembre 1792 au 26 octobre 1795.
  • Le Directoire : du 26 octobre 1795 au 9 novembre 1799.
  • Le Consulat : du 10 novembre 1799 au 18 mai 1804.

Exécution du roi Louis XVI – 21 janvier 1793

La royauté abolie, se pose la question du roi. Que faut-il en faire? Si les Girondins veulent épargner le roi, devenu citoyen ordinaire et surnommé Louis Capet, les Montagnards veulent son jugement et sa mort.

Le 20 novembre 1792, la découverte au Palais des Tuileries d’une armoire de fer contenant des documents compromettants rend le procès du roi  inévitable.

Le 16 janvier 1793, la majorité des députés de la Convention nationale votent oralement et condamnent à mort Louis XVI.

Le 21 janvier 1793, c’est l’exécution de Louis XVI sur la place de la Révolution – qui deviendra place de la Concorde. Il meurt guillotiné.

Par cet acte, la France révolutionnaire défie l’Europe et fait l’unanimité contre elle. La mort du roi relance la guerre avec l’Europe.

Convention montagnarde – 2 juin 1793

Le 23 février 1793, pour faire face au danger, la Convention décide la levée en masse de 300 000 hommes, entrainant une forte révolte, puis en guerre civile : la guerre de Vendée.

La convention envoie des commissaires disposant de tous les pouvoirs. Elle crée un tribunal révolutionnaire pour juger les actes contre-révolutionnaires et un comité de salut public pour superviser le gouvernement et prendre des mesures d’urgence.

Les Girondins s’opposent aux mesures d’exception. Le 02 juin 1793, 80 000 parisiens armés et en colère assiègent l’assemblée, entrainant l’arrestation des députés girondins. Les Montagnards prennent le pouvoir, avec Robespierre surnommé « l’Incorruptible » comme leader du Comité de Salut Public, le gouvernement révolutionnaire.

Des villes et des régions entières se révoltent contre Paris car la province, soutenue par les Girondins, voulait accroître son autonomie par rapport au pouvoir parisien.

L’agitation populaire à Paris s’amplifie, attisée par les sans-culottes qui réclament l’égalité et la peine de mort contre les « accapareurs » – qui stockaient les marchandises pour spéculer et les vendre encore plus chers – et la fixation d’un prix maximum. Ils menacent la Convention de se débarrasser des députés qui refuseraient de voter ces mesures.

C’est le début de la radicalisation de la « Terreur » qui s’achèvera le 28 juillet 1794 avec la chute de Robespierre.

Pendant cette période, 500 000 personnes seront emprisonnées et 100 000 exécutées ou massacrées.

Votée le 12 août 1793 par la Convention nationale, la Loi des suspects voit le décret du 17 septembre 1793 élargir son champ d’application. Il commence le 22 septembre 1792, le premier jour de la révolution française et compte 12 mois de 30 jours et cinq à six jours complémentaires en fin d’année pour s’aligner avec l’année tropique.

Elle permet d’arrêter immédiatement toute personne supposée nuire à la Révolution. Le Comité de salut public s’appuie en province sur les comités de surveillance, chargés de l’application des lois révolutionnaires et des mesures de sûreté générale et de salut public, ce qui leur permet toutes les mesures arbitraires.

Le 06 octobre 1793, le calendrier républicain entre en vigueur. Il marque la volonté des révolutionnaires de rompre avec la tradition chrétienne et la monarchie. Il commence le 22 septembre 1792 et compte 12 de 30 jours, divisés en 3 décades (10 jours), plus 5 à 6 jours – 6 jours les années bissextiles – en fin d’année, appelés sans-culottides, puis jours complémentaires, pour correspondre à peu près à une année solaire.

Afin d’en finir avec la royauté, Robespierre demande dès le mois de mars 1793 à ce que la reine Marie-Antoinette soit traduite devant le Tribunal révolutionnaire. Le 03 octobre 1793, la Convention nationale décrète le prompt jugement de Marie-Antoinette par le Tribunal révolutionnaire.

Le 16 octobre 1793, le Tribunal révolutionnaire condamne Marie-Antoinette à être guillotinée. Son exécution a lieu le même jour.

Le 04 février 1794, la Convention abolit l’esclavage dans les colonies françaises. Si les théories humanistes des philosophes des Lumières sont largement diffusées, cette mesure est plus dictée par les circonstances : ramener le calme à Saint-Domingue où les esclaves sont en train de s’emparer du territoire. Confrontée à la guerre et n’ayant pas les moyens d’intervenir dans les Colonies, la Convention nationale proclame l’abolition de l’esclavage.

La question du maintien de la Terreur divise les Montagnards. La crise économique persistante pousse les « Enragés » à demander des mesures plus sévères pour la bourgeoisie. Les « Exagérés », appelés également « Hébertistes » réclament la guerre à outrance, à la fois civile et extérieure et veulent radicaliser la Convention. Les « Indulgents », lassés par la Terreur, parmi lesquels Camille Desmoulins et Danton, demandent la fin des exécutions; les victoires aux frontières montrant que les objectifs de la Terreur avaient été atteints.

Le Comité de Salut Public, qui ne supporte plus les attaques contre sa politique, fait arrêter Danton et les « Indulgents ».

Le 05 avril 1794 a lieu l’exécution de Danton et des « Indulgents », suite à leur condamnation à la guillotine par le Tribunal révolutionnaire.

Le Comité de Salut Public, avec à sa tête Robespierre, paraît tout puissant.

Le 10 juin 1794, la loi de Prairial accentue la Terreur. Le Tribunal révolutionnaire n’a plus le choix qu’entre l’acquittement et la mort. La loi supprime toute défense à l’accusé. C’est le début de la « Grande Terreur ».

Chute de Robespierre – 27 juillet 1794

Le 26 juin 1794, la victoire Fleurus contre les autrichiens éloigne la menace d’invasion et pousse la majorité des députés de la Convention à conspirer contre Robespierre qui ne veut pas changer de politique et que l’on soupçonne d’aspirer à la dictature.

Le 27 juillet 1794, Robespierre est arrêté et guillotiné sans jugement le lendemain sur la place de la Révolution.

Convention thermidorienne – 28 juillet 1794

La chute de Robespierre entrainent les députés « Thermidoriens » de la Convention dans une réaction contre les institutions. Ils font libérer les suspects, mettent fin à la Terreur et préparent une nouvelle Constitution pour mettre en place un nouveau régime, plus stable, le Directoire.

Après plusieurs victoires militaires, la République Française signe la paix avec la Prusse, la Hollande et l’Espagne :

  •  Le 5 avril 1795, la France et la Prusse signent un traité de paix à Bâle.
  • La 16 mai 1795, La France et les Provinces Unies (Hollande) signent le traité de paix de La Haye.
  • Le 22 juillet 1795, La France signe et l’Espagne signent le traité de paix à Bâle.

Le 7 avril 1795, la loi sur l’instruction publique fixe la nomenclature des mesures (mètre, litre, gramme, etc). Le franc devient l’unité monétaire officielle de la France.

Le 14 juillet 1795, La Marseillaise devient l’hymne national par décret de la Convention nationale.

Directoire – 26 octobre 1795

Le 22 août 1795, la Convention vote la Constitution de l’an III qui fonde le Directoire. Les élections ont lieu au suffrage censitaire. Les électeurs élisent les membres de deux assemblées législatives :

  • Le Conseil des Cinq-Cents propose les lois.
  • Le Conseil des Anciens les adopte ou les rejette.

Le pouvoir exécutif est confié à un Directoire de cinq membres appelés Directeurs.

Le 26 octobre 1795, la Convention se sépare. C’est le début du Directoire.

Le temps de la Terreur est terminé.

Paris est à la fête et la bourgeoisie montre sa richesse et sa joie de vivre.

Mais la réaction est parfois violente à l’encontre des révolutionnaires les plus engagés.

Le 12 novembre 1795, le Club des Jacobins est fermé.

En Province, dans le sud-est, les royalistes terrorisent les révolutionnaires et les massacrent, lors de la « Terreur blanche ».

Campagne d’Italie – 11 avril 1796

L’Autriche, l’Angleterre et le royaume de Piémont-Sardaigne poursuivent la guerre contre la France révolutionnaire. L’Autriche attaquent les troupes françaises sur le Rhin.

Les armées de Rhin-et-Moselle et de Sambre-et-Meuse sont lancées contre les Autrichiens et doivent pénétrer en Allemagne et atteindre Vienne.

L’armée d’Italie, dirigée par la général Napoléon Bonaparte depuis le 2 mars 1796, doit contenir un maximum de troupes autrichiennes sur le front du sud.

Le 11 avril 1796 marque le début de la campagne d’Italie. En un an, Napoléon Bonaparte remporte de nombreuses victoires et s’approche de Vienne.

Le 17 octobre 1797, le traité de paix de Campo-Formio est signé entre la France et l’Autriche. Il met fin à la guerre entre l’Autriche et la France et donne de nouveaux territoires à la République française. Napoléon Bonaparte acquiert une stature politique.

Coup d’état du directoire – 4 septembre 1797

Pendant ce temps, suite aux élections, les royalistes deviennent majoritaires au Conseil des Cinq-Cents et au Conseil des Anciens. Ils font nommer un Directeur et suppriment les lois contre les émigrés et les prêtres réfractaires.

Le Directoire se retrouve divisé en 2 camps, le premier favorable à la majorité royaliste et le second, républicain.

Le 04 septembre 1797, trois Directeurs républicains du Directoire, soutenus par l’armée, organisent et font un coup d’État contre l’opposition croissante des royalistes. Ils écartent les deux autres Directeurs, déportent les chefs royalistes.

Le coup d’État renforce le pouvoir exécutif mais celui-ci perd sa légitimité démocratique.

Campagne d’Égypte – 1 juillet 1798

Le 19 mai 1798, Napoléon Bonaparte quitte Toulon pour l’Égypte avec une armée de soldats et des scientifiques. Il s’agit, pour le Directoire, de :

  • Mettre un terme au pouvoir des Anglais en Méditerranée.
  • Couper la route maritime des Indes à l’Angleterre, indispensable pour son commerce.
  • Éloigner Napoléon Bonaparte, populaire et inquiétant pour le Directoire.

Le 01 juillet 1798, Napoléon arrive devant Alexandrie. C’est le début de la campagne d’Égypte.

Le 21 juillet 1798, il remporte la bataille des Pyramides contre les Mamelouks, ce qui ouvre la route du Caire à Napoléon.

Le 01 août 1798, lors de la bataille navale d’Aboukir,  l’amiral anglais Nelson détruit presque toute la flotte française.

Cette défaite encouragea les pays européens à rejoindre la deuxième coalition contre la France.

Le 05 septembre 1798, le Conseil des Cinq-Cents rend le service militaire obligatoire.

Cependant, fin politique, Napoléon Bonaparte parvient à asseoir son pouvoir sur la population et se comporte en souverain.

Le 15 juillet 1799, à Rosette, le lieutenant Pierre-François-Xavier Bouchard découvre la pierre de Rosette, stèle en pierre comportant un même texte  gravé en 3 écritures différentes. ce qui permettra à Jean-François Champollion, en 1821, de déchiffrer les hiéroglyphes égyptiens.

Coup d’état de Napoléon Bonaparte – 9 novembre 1799

Napoléon Bonaparte apprend que la situation a changée en France. L’armée a subit plusieurs revers, la République a perdu les pays conquis. Le pays est en danger. La population ne fait plus confiance au Directoire.

Le 23 août 1799, soucieux de sa gloire qu’il ne veut altérer, il confie l’armée au général Kléber. Il décide de rentrer en France en octobre où le Directoire est dans l’impasse.

Le 01 octobre 1799, Napoléon Bonaparte entre dans le port d’Ajaccio, débarque à Fréjus le 09 octobre et arrive à Paris le 16 octobre.

A Paris, se prépare un coup d’état.

  • Après 10 ans de révolution, les français aspirent à la paix et à la stabilité.
  • La bourgeoisie veut profiter de ses acquis et de ses richesses.
  • Sieyès, un des Directeurs veut renforcer le pouvoir exécutif en révisant la Constitution.

Il a besoin d’un général qui lui assurerait le soutien de l’armée.

Napoléon Bonaparte, de retour d’Égypte est l’homme de la situation.

Le 09 novembre 1799, Napoléon Bonaparte prend le pouvoir lors d’un coup d’État et met fin à la Révolution française.

Le Consulat, régime politique autoritaire composé de 3 consuls, Napoléon Bonaparte, Sieyès et Ducos, remplace le Directoire.

Sommaire.

Comment mémoriser les grandes dates de la Révolution Française

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

apprendre à retenir les dates clés de la révolution française de 1789
Mémoriser les grandes dates de la révolution française de 1789 en utilisant les tables de rappel du grand système comme technique de mémorisation.

Retenir les dates clés de cette époque révolutionnaire est un moyen efficace de situer les principaux événements de cette période troublée et violente qui marqua la fin de l’Ancien Régime et  posa les bases d’un État moderne.

Nous avons vu dans l’article comment mémoriser facilement les dates de l’histoire plusieurs techniques de mémorisation efficaces pour retenir les dates sur le long terme.

Nous allons en montrer une application pratique avec les dates clés de la Révolution Française de 1789.

Toutes les événements se situant au XVIII ème siècle, nous n’avons pas à retenir le siècle.

Technique de mémorisation.

Nous allons apprendre les dates de la révolution de 1789 à l’aide de la table de rappel du grand système que nous avons appris dans l’article comment mémoriser facilement les chiffres ou les nombres.

Pour retenir plus facilement les événements à mémoriser, nous allons classer les dates par année, mois et jour.

Nous classerons les mois de 1 à 12 et les jours de 01 à 31.

Nous allons rattacher l’année, le mois, le jour, l’évènement à un objet ou un personnage et former une image mentale et créer une histoire.

Le cerveau adore les histoires. Il fonctionne par association. Associer, c’est créer des liens entre des objets, des personnages, des émotions, etc. Plus les liens seront forts et plus il sera facile de se souvenir.

C’est cette histoire que nous venons de créer que nous allons apprendre. Nous allons retenir ainsi facilement et à long terme la date et l’événement.

Comme il n’y a pas d’ambiguïté dans les dates à retenir, nous n’utiliserons que la table de rappel du grand système pour associer l’année, le mois et le jour à des images.

1789

La table de rappel du grand système associe le nombre 89 à la vapeur.Nous allons donc associer l’année 1789 à la vapeur.

05 Mai 1789 – Ouverture des États généraux au château de Versailles.

Le mois de mai est le cinquième mois de l’année. Le lion est le code associé au chiffre 5.

Nous allons associer le jour – 05 – au salon.

Pour l’évènement, nous associerons les états généraux à un général et à sa tenue étoilée.

Il nous reste à créer une petite histoire en prenant les images dans l’ordre, c’est à dire :

05 mai 1789 : vapeur, lion, salon, général.

Par exemple, nous apercevons de la vapeur, de laquelle sort un lion, qui se rend dans un salon pour discuter avec un général.

Imaginez l’histoire qui vous passe par la tête. Plus elle vous marquera et plus elle sera facile à se souvenir.

17 Juin 1789 – Proclamation de l’Assemblée nationale.

Le mois de juin est le sixième mois de l’année. Le chat est le code associé au chiffre 6.

Nous allons associer le jour – 17 – à un ticket.

Pour l’événement, nous associons la proclamation à un porte voix.

En prenant les images dans l’ordre, nous obtenons la série de mots suivante :

17 juin 1789 : vapeur, chat, ticket, porte voix.

Surgissant de la vapeur, nous apercevons un chat qui brandit un ticket et qui parle avec un porte voix.

Il s’agit maintenant de procéder de même pour créer des séries de mots et des histoires à mémoriser avec les autres dates de la Révolution française de 1789.

A titre d’exemple, voici les série de mots pour d’autres dates clés de la révolution de 1789.

20 Juin 1789 – Serment du Jeu de Paume.

Pour l’événement, nous allons représenter le serment du jeu de paume par une pomme.

20 juin 1789 : vapeur, chat, noce, pomme.

09 Juillet 1789 – Assemblée nationale constituante.

Nous allons représenter l’assemblée nationale constituante par un député (silhouette d’un homme avec une écharpe tricolore) avec un livre sous le bras.

09 juillet 1789 : vapeur, quille, sapin, député.

14 Juillet 1789 – Prise de la Bastille.

Nous allons représenter la prise de la bastille avec un château fort.

14 juillet 1789 : vapeur, quille, taureau, château.

04 Août 1789 – Abolition des privilèges.

Pour l’événement, nous allons représenter l’abolition des privilèges par une couronne avec une croix en forme de x (supprimer).

04 août 1789 : vapeur, feu, cerf, couronne.

26 Août 1789 – Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

Pour la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, nous utiliserons la balance de Thémis, symbole de la justice.

26 août 1789 : vapeur, feu, niche, balance.

05 Octobre 1789 – Retour du roi au palais des Tuileries.

Pour symboliser le retour du roi au palais des tuileries, nous prendrons une foule de femmes armée de fourches et de piques, celle qui accompagna le roi et sa famille jusqu’au palais des tuileries.

05 octobre 1789 : vapeur, tasse, salon, foule.

1790

La table de rappel du grand système associe le nombre 90 à un poisson.Nous allons donc associer l’année 1790 à un poisson.

15 Janvier 1790 – Création des départements français.

Nous allons représenter la création des départements français par la carte des départements français.

15 janvier 1790 : poisson, toit, étoile, carte de France.

14 Juillet 1790 – Fête de la Fédération.

Pour symboliser la fête de la fédération, nous prendrons un feu d’artifice comme symbole.

14 juillet 1790 : poisson, quille, taureau, feu d’artifice.

22 Octobre 1790 – Adoption du drapeau tricolore.

14 octobre 1790 : poisson, tasse, taureau, drapeau français.

1791

La table de rappel du grand système associe le nombre 91 à un bâton.Nous allons associer l’année 1791 à un bâton.

20 Juin 1791 – Fuite du roi à Varennes.

Pour représenter la fuite du roi à Varennes, nous allons utiliser le symbole de la sortie de secours (un homme qui cours).

20 juin 1791 : bâton, chat, noce, sortie de secours.

03 Septembre 1791 – Vote de la Première Constitution française.

Pour l’événement, nous allons représenter le vote de la première constitution française par un chiffre 1 que l’on met dans une urne.

03 septembre 1791 : bâton, pied, sumo, urne.

1792

La table de rappel du grand système associe le nombre 92 à un bonnet.Nous allons associer l’année 1792 à un bonnet.

20 Avril 1792 – Début de la guerre.

Pour symboliser le début de la guerre, nous utiliserons la baïonnette comme image.

20 avril 1792 : bonnet, roi, noce, baïonnette.

10 Août 1792 – Prise des Tuileries. Arrestation du roi.

Pour symboliser l’arrestation du roi lors de la prise des tuileries, nous utiliserons des menottes comme représentation mentale.

10 août 1792 : bonnet, feu, tasse, menottes.

20 Septembre 1792 – Bataille de Valmy.

Pour l’événement, nous allons représenter la bataille de Valmy par le moulin de Valmy.

20 septembre 1792 : bonnet, pied, noce, moulin.

21 Septembre 1792 – Convention nationale succède à l’Assemblée législative.

Pour représenter la convention nationale nous allons utiliser la lettre C avec les couleurs bleu, blanc, rouge du drapeau français.

21 septembre 1792 : bonnet, pieds, natte, C.

22 Septembre 1792 – Proclamation de la Première République.

Pour l’événement, nous représentons la première république par un arbre – symbolisant le chiffre 1 – avec un ruban tricolore autour du tronc.

22 septembre 1792 : bonnet, pied, naine, arbre.

1793

La table de rappel du grand système associe le nombre 93 à une pomme.Nous allons associer l’année 1793 à une pomme.

21 Janvier 1793 – Exécution de Louis XVI.

Pour représenter l’exécution de Louis XVI nous allons utiliser comme image un roi guillotiné.

21 janvier 1793 : pomme, toit, natte, roi.

02 Juin 1793 – Arrestation des Girondins. Début de la « Terreur ».

Pour l’arrestation des Girondins, nous utiliserons comme image la ville de Bordeaux, qui se trouve en Gironde.

02 juin 1793 : pomme, chat, cygne, Bordeaux.

17 Septembre 1793 – Robespierre instaure la Loi des suspects.

Pour représenter la loi des suspects, nous utiliserons comme image mentale un suspect placé contre un mur possédant une graduation et tenant dans ses mains un écriteau avec un numéro.

17 septembre 1793 : pomme, pied, ticket, suspect.

06 Octobre 1793 – Le calendrier républicain entre en vigueur.

06 octobre 1793 : pomme, tasse, singe, calendrier.

16 Octobre 1793 – Exécution de la reine Marie-Antoinette.

Pour représenter l’exécution de la reine Marie Antoinette nous prendrons comme image un reine guillotinée.

16 octobre 1793 – pomme, tasse, donjon, reine.

1794

La table de rappel du grand système associe le nombre 94 à une poire.Nous allons associer l’année 1794 à une poire.

04 Février 1794 – Abolition de l’esclavage dans les Colonies.

Pour représenter l’abolition de l’esclavage dans les colonies, nous prendrons comme symbole des chaines rompues.

04 février 1794 : poire, noix, cerf, chaine.

05 Avril 1794 – Exécution de Danton.

Pour l’exécution de Danton, nous prendrons comme image une dent cassée.

05 avril 1794 : poire, roi, salon, dent.

27 Juillet 1794 – Chute de Robespierre. Fin de la « Terreur ».

Pour représenter la chute de Robespierre, nous utiliserons une pierre comme image mentale.

27 juillet 1794 : poire, quille, nuque, pierre.

1795

La table de rappel du grand système associe le nombre 95 à une pelle.Nous allons  associer l’année 1795 à une pelle.

14 Juillet 1795 – la Marseillaise devient l’hymne national.

Pour la Marseillaise, nous utiliserons comme image la ville de Marseille.

14 juillet 1795 : pelle, quille, taureau, Marseille.

26 Octobre 1795 – Début du Directoire.

Comme symbole pour représenter le début du directoire, nous prendrons l’image d’un poteau directionnel avec plusieurs flèches pour indiquer les directions.

26 octobre 1795 : pelle, tasse, niche, poteau directionnel.

1796

La table de rappel du grand système associe le nombre 96 à une pêche.Nous allons  associer l’année 1796 à une pêche.

11 Avril 1796 – Début de la campagne d’Italie.

Pour l’événement associé au début de la campagne d’Italie,  nous utiliserons  comme image l’Italie.

11 avril 1796 : pêche,  roi, tête,  Italie.

1797

La table de rappel du grand système associe le nombre 97 à une bague.Nous allons  associer l’année 1797 à une bague.

04 Septembre 1797 – coup d’État du Directoire.

Comme symbole pour représenter le coup d’état du directoire, nous prendrons l’image d’un poteau directionnel posé par terre.

04 septembre 1797 : bague, pied, cerf, poteau directionnel.

1798

La table de rappel du grand système associe le nombre 98 à un bouffon.Nous allons  associer l’année 1798 à un bouffon.

01 Juillet 1798 – Début de la campagne d’Égypte.

Pour représenter le début de la campagne d’Égypte, nous utiliserons comme image mentale une pyramide d’Égypte.

01 juillet 1798 : bouffon, quille, assiette, pyramide.

1799

La table de rappel du grand système associe le nombre 99 à un papa.Nous allons  associer l’année 1799 à un papa.

09 Novembre 1799 – Coup d’État de Napoléon Bonaparte.

Pour représenter le coup d’état de Napoléon Bonaparte nous prendrons l’aigle qui est un des symboles choisi par Napoléon.

09 novembre 1799 : papa, tête, sapin, aigle.

A découvrir aussi.

Si cet article vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Comment retenir les dates clés de la révolution française (1789-1799)

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s