Comment Mémoriser un Discours facilement

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles et recevoir gratuitement notre livre  » Comment Apprendre Facilement ».

Comment mémoriser un discours ou une présentation facilement ?

Apprendre par cœur a l’air difficile. Pourtant il existe des techniques de mémorisation simples et efficaces pour retenir un discours, une présentation ou une n’importe quelle intervention orale.

Une fois appris les principes de base, avec de l’entrainement et de la pratique, vous aurez plus d’aisance lors des prises de parole.

Vous vous demandez comment font les politiciens ou les orateurs pour prononcer un discours sans note et parler naturellement ?

Vous cherchez comment mémoriser vite et facilement un discours ?

Lisez cet article du blog éducatif Apprendre 5 minutes pour apprendre en 5 minutes comment retenir efficacement un discours ou une présentation.

Sommaire

  • Les erreurs à éviter.
  • Les profils d’apprentissage.
  • Les techniques de base.
  • La méthode pour mémoriser un discours.
  • A découvrir aussi.

Les erreurs à éviter.

Apprendre par cœur.

Pour mémoriser un discours, vous voulez apprendre par cœur, mot à mot, le discours.

Apprendre un texte par cœur sans le comprendre est fastidieux et fatiguant. C’est pourquoi vous n’allez pas être motivé pour retenir le discours et avoir du mal à le mémoriser.

Pour retenir le discours, vous devez le comprendre, éveiller votre curiosité, y trouver un intérêt pour avoir envie de l’apprendre et de parler en public.

Si vous considérez l’apprentissage comme un jeu, comme quelque chose d’agréable, vous apprendrez plus facilement.

Si vous vous ennuyez, vous aurez des difficultés pour apprendre.

Ne pas faire confiance dans sa mémoire.

« Je n’ai pas de mémoire! »

Si vous partez de ce principe, vous allez vous décourager et abandonnez.

Heureusement, tout le monde a de la mémoire. Il faut juste connaître les bonnes techniques et s’entraîner.

Cherchez toutes les occasions de faire appel à votre mémoire et vous allez retrouver confiance en elle et la développer.

Ne pas répéter le discours.

Vous pensez avoir compris les informations de votre discours et pensez que ce n’est pas la peine de répéter ?

C’est une erreur. Il ne suffit pas de comprendre pour retenir. Il faut aussi que les informations soient ancrées dans le cerveau, dans votre mémoire à long terme.

En procédant à des rappels avant d’oublier, souvent au début puis de façon de plus en plus espacée dans le temps, vous vous souviendrez de votre discours.

Les profils d’apprentissage.

Pour apprendre, nous faisons appel à nos sens.

  • La vue.
  • L’ouïe.
  • Le toucher.
  • L’odorat.
  • Le goût.

Le cerveau mémorise en faisant appel principalement à 3 types de mémoire.

Profil d’apprentissage visuel : les visuels se souviennent de ce qu’ils ont vu, de son esthétique, de son emplacement, de sa couleur en faisant appel à leur mémoire visuelle.

Ils ont besoin de supports visuels afin de visualiser mentalement ce qu’ils apprennent.

Profil d’apprentissage auditif : les auditifs se souviennent de ce qu’ils entendent.

Ils posent des questions, écoutent et répètent à voix haute ce qu’ils apprennent en faisant appel à leur mémoire auditive.

Profil d’apprentissage kinesthésique : les kinesthésiques se souviennent de ce qu’ils font, de ce qu’ils ressentent physiquement ou émotionnellement.

Ils apprennent ce qui a du sens pour eux avec leur corps, en faisant, font des mouvements et les répètent pour apprendre en faisant appel à leur mémoire kinesthésique.

En faisant au maximum à ces 3 types de mémoire, vous retiendrez plus facilement le discours ou la présentation.

Vous pouvez améliorer votre mémoire facilement en vous amusant à l’utiliser chaque fois que possible dans la vie quotidienne.

Les techniques de base.

Les associations mentales.

Il s’agit d’associer le mot à retenir à une image, un son, une odeur, un événement ou n’importe quel souvenir facile à retenir et vous représenter mentalement.

Les association faisant appel à un sens que vous créez dans votre cerveau sont plus faciles à mémoriser que des idées abstraites.

Pour mémoriser facilement l’association mentale, donnez lui de la vie, du mouvement, exagérée la. Faites appel à vos cinq sens, à l’émotion.

Entraîner-vous à former ces associations, à y faire appel mentalement.

Les associations mentales sont un excellent exercice pour améliorer sa mémoire.

Le système des liaisons.

Le système des liaisons, appelée également méthode des liens ou association en chaîne, consiste à relier les associations mentales entre elles, comme des maillons d’une chaîne.

Il s’agit de relier une association mentale à la suivante et de constituer une histoire.

En parcourant l’histoire mentale dans l’ordre, vous retrouvez les associations mentales les unes après les autres pour chaque mot à retenir.

La méthode des lieux.

La méthode des lieux, appelée également chemin de l’éléphant ou technique du voyage, consiste à placer chaque information à retenir à un point de passage, à un lieu se trouvant sur le parcours mental.

La méthode des lieux fait appel à la mémoire spatiale qui est très efficace dans les processus de mémorisation.

Il s’agit de créer une association mentale pour chaque information clé à retenir et à la placer sur un point de passage du parcours mental.

En fixant les informations clés sur des points de passage, il suffit d’effectuer mentalement le parcours pour retrouver dans l’ordre les informations clés et de vous rappeler à tout moment les informations clés précédentes et suivantes.

Le palais de la mémoire.

Le palais de la mémoire, appelé également palais mental, utilise le même principe de mémorisation que la méthode des lieux.

Votre palais de la mémoire comprend une ou plusieurs pièces que vous allez parcourir mentalement et dans lesquelles vous allez placer les informations à retenir dans l’ordre à des emplacements prédéfinis, vos points de passage.

Vous pouvez ensuite vous rappeler chaque association mentale dans l’ordre, en imaginant que vous parcourez les pièces du palais de la mémoire dans l’ordre initial.

Pour de longs discours ou des présentations avec une structure importante, vous pouvez combiner les deux techniques : un voyage et plusieurs palais de la mémoire placés le long du voyage.

La méthode pour mémoriser un discours.

Prononcer un bon discours est une tâche paradoxale.

Si vous lisez vos notes, le public va vous trouver ennuyeux et aura l’impression que vous ne vous êtes pas préparé.

Lorsque vous prononcez un discours, vous devez avoir l’air naturel comme si vous conversiez avec le public.

Vous devez mémoriser le discours et donner l’impression de parler en public comme si vous ne l’aviez pas mémorisé.

Cela semble compliqué mais il existe une méthode simple pour mémoriser un discours facilement et parler en public sans note.

Il ne s’agit pas d’apprendre par cœur mot à mot car vous risqueriez de parler de façon mécanique mais de structurer le discours et de retenir les idées clés et les restituer dans l’ordre.

Écrire le discours.

Écrire les idées principales et les idées secondaires du discours. Le but est de

  • Comprendre quelles sont les idées importantes de votre discours.
  • Déterminer le message que le public doit retenir.

Faites le tri entre les idées les plus importantes et les idées secondaires.

Créer un plan pour structurer le discours.

Le plan fera ressortir les idées principales et permettra de diviser le discours à mémoriser en plusieurs parties.

Les différentes parties du discours doivent s’enchainer de façon logique.

Écrire le discours en entier, c’est-à-dire l’introduction, le corps du discours et la conclusion.

Écrire va également vous aider à retenir le discours en faisant appel à votre mémoire scripturale, ce qui est utile en particulier pour les kinesthésiques.

Lire à voix haute le discours et le répéter.

Lisez à haute voix le texte afin de pouvoir l’entendre et de savoir s’il se prête bien à un discours avant de commencer à le mémoriser.

Vous allez repérer les parties du texte du discours à changer pour qu’elles semblent plus claires, plus naturelles à l’oreille ou pour renforcer un effet.

D’autre part, lire à haute voix est un moyen supplémentaire pour faciliter la mémorisation car écouter le texte fait appel à la mémoire auditive.

Vous aurez peut-être besoin de répéter et changer votre texte plusieurs fois.

Si vous le pouvez, lisez à haute voix à l’endroit où vous allez le prononcer devant le public. Cela vous permettra de vous habituer au lieu, à l’acoustique et de répéter vos mouvements.

Vous pourrez ensuite vous imaginer dans le lieu en train de prononcer le discours, afin de le contextualiser et vous sentir plus à l’aise.

Mémoriser les points clés.

La clé pour mémoriser un discours est de le mémoriser par étape et hiérarchiquement le discours, c’est-à-dire, retenir d’abord le plus important, pour aller progressivement vers plus de détails.

  • La structure du discours.
  • Les idées principales.
  • Les idées secondaires.
  • Et ainsi de suite.

Vous allez mémoriser le plan de votre discours que vous avez structuré en fonction de vos idées principales, puis secondaires.

Ne cherchez pas à mémoriser mot à mot le texte du discours mais plutôt la trame du discours et les mots clés.

Cela vous permettra de laisser de la place à votre spontanéité, de donner le sentiment que vous prononcez le discours de façon naturelle.

Vous commencerez par mémoriser les idées principales.

Quand vous aurez retenu les informations principales, vous pourrez passer à l’étape suivante  : retenir les idées secondaires.

Mémorisez ensuite les faits importants ou les statistiques.

Enfin, une fois ceux-ci enregistrés dans votre mémoire, vous pouvez aller plus loin et apprendre plus de détail.

En fonction de votre habitude, vous saurez jusqu’à quel niveau de détail vous aurez besoin d’aller dans votre activité de mémorisation.

Vous aurez ainsi la certitude d’avoir parlé de tous les points importants de votre discours.

Créer une image mentale pour chaque idée clé.

Le cerveau se rappelle plus facilement de ce qu’il perçoit, de ce qui est concret que d’un mot.

Créez une association mentale avec le mot clé. Choisissez celle qui est la plus facile à mémoriser pour vous. Souvent, ce sera une image qui vous vient spontanément.

Placer chaque image clé sur un parcours mental.

Nous allons utiliser la technique du voyage pour placer à chaque étape du parcours mental une image clé.

Cela nous permettra de retrouver les idées clés facilement et dans l’ordre lors du discours.

Vous placez les images correspondant aux idées principales dans les lieux les plus importants de votre voyage mental (ville s’il s’agit d’un parcours entre plusieurs villes, pièce d’une maison ou d’un monument, etc.).

Vous placez ensuite dans un point de passage et dans un ordre défini les images associées aux idées secondaires dans le lieu (ville, pièce, etc.) correspondant à l’idée principale.

Par exemple, si vous avez placé l’association mentale correspondant à une idée principale dans une ville étape  de votre voyage mental et que vous avez 5 idées secondaires associées à l’information principale, vous pouvez les placer dans cette ville sur des points de passage de votre voyage (mairie, église, école, épicerie, terrain de sport, etc.).

Vous pourrez ensuite rentrer, par exemple, dans chacun de ces points de passage (mairie, église, etc.) et y placer des informations plus détaillées associer à l’idée secondaire.

Visualiser les informations clés le long du voyage.

Une fois placé les associations mentales le long du chemin, vous allez effectuer mentalement le parcours, passer dans chaque lieu principal (ville, etc.),  prendre le temps de visualiser l’image mentale (ou la représentation mentale de votre choix) associée à l’idée principale, puis passer ua lieu principal suivant pour retrouver l’idée principale suivante et ainsi de suite jusqu’à la fin du voyage.

Lorsque vous saurez retrouver dans l’ordre toutes les idées principales, vous pourrez passer à l’étape suivante : mémoriser les idées secondaires.

Reprenez votre voyage mental au début. Rendez vous à l’endroit où se trouve la première idée principale (première ville du parcours, etc.). s’il s’agit d’une ville, parcourez la dans l’ordre. Arrêtez-vous au premier point de passage, visualisez la première idée secondaire, puis passez au second point de passage, visualisez mentalement la deuxième idée secondaire et ainsi de suite.

Quand vous saurez retrouver les idées secondaires associées à la première idée principale, vous pourrez poursuivre votre voyage mental pour retrouver la deuxième idée principale. Retrouvez comme précédemment les idées secondaires.

En procédant de cette manière, vous vous souviendrez de tous les points du discours. A quelque endroit du discours où vous serez, vous saurez retrouver les idées principales et secondaires, les faits importants, les statistiques et tout ce que vous vouliez dire.

Vous n’avez pas cherché à apprendre mot par mot le discours mais vous saurez délivrer votre message de façon plus naturelle.

Se tester.

Pour vous assurer que vous vous rappelez bien du discours, vous pouvez effectuer des quiz.

Vous pouvez choisir une idée principale et vous demander

  • Quelle idée principale la précède ?
  • Quelle idée principale la suit ?
  • Quelles sont les idées secondaires associées ?
  • Etc.

Réviser.

Vous connaissez la structure du discours, les idées principales et tous les éléments du discours dans l’ordre.

A quelque endroit du discours où vous vous trouvez, vous savez quel est l’élément suivant du discours à prononcer.

En général, cela suffit. Vous pourrez faire votre présentation ou prononcer votre discours en sachant que même si vous modifiez la façon de le restituer, le contenu restera le même.

Pour ancrer définitivement le discours ou la présentation dans votre cerveau, vous allez le réviser, souvent au début, puis de façon plus espacée dans le temps.

Le bon moment est de réviser juste avant de commencer à oublier.

Vous allez effectuer mentalement le voyage pour retrouver dans l’ordre les images clés du discours.

Les premiers rappels sont les plus importants.

Faites le parcours une première fois quelques minutes après avoir réussi à mémoriser le discours.

Procédez à un second rappel, une heure après.

Faites un troisième rappel le soir avant d’aller dormir.

Faites un autre rappel le lendemain, puis le surlendemain et ainsi de suite en espaçant de plus en plus les intervalles de révision si vous avez du temps avant la prise de parole en public.

Vous pouvez adapter le rythme des révisions en fonction du temps dont vous disposez et de vos capacités actuelles.

En procédant ainsi, vous serez capable de tenir un discours sans note.

Avoir appris et mémorisé les points importants du discours va vous donner plus de flexibilité que si vous aviez appris par cœur le texte complet du discours.

Vous allez vous concentrer plus sur le message à faire passer et sur le cheminement logique des idées, ce qui vous permettra de paraître plus naturel.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Comment Mémoriser un Discours facilement

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles et recevoir gratuitement notre livre  » Comment Apprendre Facilement ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment Mémoriser les Nombres Premiers facilement

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles et recevoir gratuitement notre livre  » Comment Apprendre Facilement ».

Comment mémoriser facilement les nombres premiers 2, 3, 5, 7, 11, 13, 17, 19, 23, 29, 31, 37, 41, 43, 47, 53, 59, 61, 67, 71, 73, 79, 83, 89, 97, etc. ?

Vous voulez déterminer rapidement si un nombre est un nombre premier ? Par exemple, pour résoudre des exercices de mathématique

  • Décomposition d’un nombre entier en un produit de facteurs premiers.
  • PPCM (plus petit commun multiple) de deux entiers naturels non nuls.
  • PGCD (plus grand commun diviseur) de deux entiers naturels non nuls.
  • Simplification de fractions.
  • Simplification de formules.
  • etc.

Vous avez du mal à retenir les nombres et les séries de chiffres (numéro de téléphone, code, numéro de carte bancaire, etc).

Retenir des chiffres est un véritable casse-tête pour vous.

Pas de panique ! Il existe des techniques de mémorisation efficaces et faciles à apprendre et utiliser pour se souvenir de n’importe quelle séquence de chiffres rapidement et facilement.

Lisez ce cours gratuit de mémorisation en ligne du blog éducatif Apprendre 5 minutes pour apprendre comment retenir vite et facilement les 25 premiers nombres premiers jusqu’à 100 et plus encore.

A la fin de cet article, vous connaitrez les meilleures techniques de mémorisation pour retenir la liste des nombres premiers et vous pourrez vous entrainer grâce à nos exemples complets faisant appel aux principaux types de mémoire.

Vous trouverez des exemples détaillés, faciles à utiliser.

Vous trouverez également un jeu mathématique pour apprendre les nombres premiers en s’amusant.

Vous saurez reconnaître et lister les nombres premiers immédiatement et sans effort.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Comment mémoriser les nombres premiers facilement.
Comment mémoriser les nombres premiers facilement.

Sommaire

  • Définition d’un Nombre Premier.
  • Comment déterminer si un nombre est premier.
    • Règle générale.
    • Déterminer si un entier naturel inférieur à 100 est un nombre premier.
      • Observation.
      • Explication.
      • Calcul mental.
      • Méthode pour mémoriser les nombres premiers inférieurs à 100.
  • Comment mémoriser les nombres premiers.
    • Le principe.
    • La Méthode des Articulations Chiffrées.
      • La technique de mémorisation.
      • Mémoriser les nombres premiers jusqu’à 100.
    • Le Poème Numérique.
      • La technique de mémorisation.
      • Mémoriser les nombres premiers jusqu’à 100.
    • La stratégie de mémorisation Kinesthésique BARMAN.
      • La technique de mémorisation.
      • La marelle des nombres premiers.
  • A découvrir aussi.

Définition d’un Nombre Premier.

Un nombre premier est un entier naturel qui admet exactement deux diviseurs distincts entiers et positifs : 1 et le nombre lui-même.

Un nombre premier ne possède pas d’autres diviseurs.

Exemple : Le nombre 7 est un nombre premier car 1 et 7 sont les seuls diviseurs entiers positifs du nombre 7.

Article détaillé : Les Nombres Premiers jusqu’à 1000000 (un million)

Comment déterminer si un nombre est premier.

Règle générale.

Pour déterminer si un entier naturel supérieur ou égal à 2 est un nombre premier, il suffit de chercher un diviseur de l’entier naturel parmi les nombres premiers successifs inférieurs à la racine carrée de l’entier naturel.

S’il n’y a aucun diviseur parmi les nombres premiers jusqu’à la racine carré de l’entier naturel, celui-ci est premier.

Déterminer si un entier naturel est un nombre premier peut paraître long mais il existe une astuce simple et facile à utiliser pour déterminer rapidement si l’entier naturel est un nombre premier.

A part les entiers naturels 2 et 3 qui sont les deux premiers nombres premiers, tous les autres nombres premiers sont des multiples de 6 à plus ou moins 1 près, c’est-à-dire qu’ils sont de la forme 6n ± 1.

Soit p un nombre premier.

p > 3 ⇒ p = 6n ± 1

Déterminer si un entier naturel inférieur à 100 est un nombre premier.

Observation.

Par exemple, si nous observons les 25 nombres premiers jusqu’à 100 – 2, 3, 5, 7, 11, 13, 17, 19, 23, 29, 31, 37, 41, 43, 47, 53, 59, 61, 67, 71, 73, 79, 83, 89 et 97 – nous pouvons voir, que, tous les multiples de 6 ont au moins un nombre voisin qui est premier.

  • 5 = 6 – 1
  • 7 = 6 + 1
  • 11 = 12 -1 ( 12 = 6 x 2 )
  • 13 = 12 + 1 ( 12 = 6 x 2 )
  • 17 = 18 – 1 ( 18 = 6 x 3 )
  • 19 = 18 + 1 ( 18 = 6 x 3 )
  • 23 = 24 – 1 ( 24 = 6 x 4 )
  • 29 = 30 – 1 ( 30 = 6 x 5 )
  • 31 = 30 + 1 ( 30 = 6 x 5 )
  • 37 = 36 + 1 ( 36 = 6 x 6 )
  • 41 = 42 – 1 ( 42 = 6 x 7 )
  • 43 = 42 + 1 ( 42 = 6 x 7 )
  • 47 = 48 – 1 ( 48 = 6 x 8 )
  • 53 = 54 – 1 ( 54 = 6 x 9 )
  • 59 = 60 – 1 ( 60 = 6 x 10)
  • 61 = 60 + 1 ( 60 = 6 x 10 )
  • 67 = 66 + 1 ( 66 = 6 x 11 )
  • 71 = 72 – 1 ( 72 = 6 x 12)
  • 73 = 72 + 1 ( 72 = 6 x 12 )
  • 79 = 78 + 1 ( 78 = 6 x 13 )
  • 83 = 84 – 1 ( 84 = 6 x 14 )
  • 89 = 90 – 1 ( 90 = 6 x 15 )
  • 97 = 96 + 1 ( 96 = 6 x 16)

Explication.

Les nombres premiers supérieurs à 3 ( p > 3), respectent les conditions suivantes.

  • Nombres impairs : ils ne sont pas divisibles par 2.
  • Ils ne sont pas divisibles par 3.
  • 4 étant un multiple de 2, les multiples de 4 ne sont pas des nombres premiers.
  • Les multiples d’un nombre premier ne sont pas premiers.

Il reste à éliminer les nombres divisibles par 5 ou par 7.

10 est la racine carré de 100.

Le plus grand nombre premier inférieur à 10 est 7. Le travail d’élimination est terminé.

Calcul mental.

  • Un nombre est divisible par 2 si le dernier chiffre est 0, 2, 4, 6 ou 8.
  • Un nombre est divisible par 3 si la somme des chiffres qui le compose est un multiple de 3.
  • Un nombre est divisible par 5 si le dernier chiffre est 0 ou 5.
  • Un nombre est divisible par 7 si les dizaines (d) diminuées par deux fois les unités (u) forment un multiple de 7 (d – 2u). Par exemple 91 d = 9; u = 1; d – 2u = 9 – 2 x 1 = 7.

Méthode pour mémoriser les nombres premiers inférieurs à 100.

Pour utiliser la méthode basée sur l’observation pour retenir les nombres premiers inférieurs à 100, nous procédons comme suit:

  • 2 et 3 sont les 2 premiers des nombres premiers.
  • 5 et 7 sont des nombres premiers car ils ne sont pas divisibles par 2 ou 3.
  • Éliminer les nombres divisibles par 2, 3, 5 ou 7.

Trouver les multiples de 7 parmi les nombres inférieurs à 100 peut paraître difficile pour certaines personnes mais si nous faisons encore appel à l’observation, nous constatons, qu’une fois que nous avons éliminé les multiples de 2, 3 ou 5, il ne reste que trois multiples de 7 : 49, 77 et 91.

  • 49 = 7 x 7. 49 est le carré de 7. Il est facile à repérer.
  • 77 = 7 x 11. Il est évident à repérer.
  • 91 = 7 x 13. Il est un peu plus difficile à trouver mais si vous utilisez l’astuce vue dans le paragraphe  » Calcul mental » (d – 2u) – 91 d = 9; u = 1; d – 2u = 9 – 2 x 1 = 7 – nous le trouvons de suite.

Une astuce supplémentaire pour retenir les nombres premiers jusqu’à 20.

Tous les multiples de 6 jusqu’à 20 ont deux nombres voisins qui sont des nombres premiers.

2 nombres premiers jumeaux sont deux nombres premiers s’il ne diffèrent que de 2.

  • 6 x 1 = 6 5 et 7.
  • 6 x 2 = 12 11 et 13.
  • 6 x 3 = 18 17 et 19.

Comment mémoriser les nombres premiers.

Le principe.

Pour retenir les nombres premiers il existe plusieurs techniques de mémorisation.

Sans technique de mémorisation, les chiffres et les nombres sont difficiles à retenir car il s’agit de concepts abstraits.

Notre cerveau retient plus facilement ce qu’il peut appréhender avec nos cinq sens ou qu’il peut associer à une sensation ou à une émotion.

Pour retenir les nombres premiers, nous allons les associer à des personnages, des êtres vivants ou des objets concrets, plus faciles à appréhender, à se représenter.

Notre cerveau adore les histoires et les retient facilement.

Pour mémoriser les nombres premiers nous allons imaginer une ou plusieurs histoires avec les personnages et les objets associés aux nombres premiers.

Nous allons expliquer quelques techniques de mémorisation particulièrement efficaces.

A vous d’utiliser celle qui vous convient le mieux.

Si c’est plus efficace pour vous, vous pourrez mélanger plusieurs techniques de mémorisation.

Pour aller plus loin dans les techniques de mémorisation des nombres, lisez l’article Comment mémoriser facilement les chiffres ou les nombres.

Vous en trouverez des exemples d’utilisation dans les articles suivants :

La Méthode des Articulations Chiffrées.

La technique de mémorisation.

La méthode des articulations chiffrées, appelée aussi code chiffres-sons, système majeur (major system en anglais) ou grand système est un moyen mnémotechnique très efficace pour mémoriser les suites de chiffres.

La méthode des articulations chiffrées consiste à :

  • Convertir les chiffres en consonnes significatives ou en sons suivant un code défini,
  • A les associer à des mots en rajoutant des lettres pour les rendre concrets et les visualiser,
  • A créer une phrase ou une histoire.

A chaque chiffre de zéro à neuf, correspond une consonne ou un son. Voici le tableau complet des articulations chiffrées :

  • 0 : c (ce), s (se), z (ze), t (tion), x (ex : dix).
  • 1 : t, d.
  • 2 : n, ne, gne.
  • 3 : m, me.
  • 4 : r, re.
  • 5 : l, lle.
  • 6 : g (ge), j (je), ch (che), sh (sche).
  • 7 :  g (gue, ga), k (ke, ka), q (que), cue (cas).
  • 8 : f (fe), v(ve), ph (phe).
  • 9 : b, p.

Un moyen mnémotechnique pour retenir la table des codes-sons est la phrase rythmique de M. Aimé PARIS qui indique les principales articulations chiffrées. La première consonne de chaque mot reprend le code-son dans l’ordre.

Sot Tu Nous Mens. Rends Les Chants Que Fit Pan.

Mémoriser les nombres premiers jusqu’à 100.

Les nombres premiers jusqu’à 100 sont 2, 3, 5, 7, 11, 13, 17, 19, 23, 29, 31, 37, 41, 43, 47, 53, 59, 61, 67, 71, 73, 79, 83, 89 et 97.

Nous allons créer une association mentale pour chaque nombre premier à l’aide la méthode des articulations chiffrées.

Nous utiliserons, par exemple, la table de rappel du grand système vue dans l’article Comment mémoriser facilement les chiffres ou les nombres.

  • 2 : noix.
  • 3 : mât.
  • 5 : lion.
  • 7 : quille.
  • 11 : tête.
  • 13 : diamant.
  • 17 : ticket.
  • 19 : taupe.
  • 23 : cinéma.
  • 29 : nappe.
  • 31 : mouton.
  • 37 : Mickey.
  • 41 : râteau.
  • 43 : rame.
  • 47 : requin.
  • 53 : lama.
  • 59 : lapin.
  • 61 : château.
  • 67 : chèque.
  • 71 : couteau.
  • 73 : camion.
  • 79 : cape.
  • 83 : femme.
  • 89 : vapeur.
  • 97 : bague.

Pour retenir la liste des nombres premiers jusqu’à 100, nous allons imaginer une histoire avec ces associations mentales.

Pour créer une histoire facile à retenir, nous allons combiner la méthode des articulations chiffrées avec une autre technique de mémorisation : le système des liaisons.

Le système des liaisons – appelé également méthode des chaînes ou méthode des liens – est une technique de mémorisation basée sur l’image.

Le système des liaisons consiste à relier dans l’ordre les informations, rendues concrètes, entre elles en créant une histoire.

Par exemple

Sur la première marche du podium, une noix grimpe sur le mât où se trouve perché, tout en haut, un lion en train de jongler avec des quilles.
Sur la tête du lion se trouve un diamant qui tombe par terre sur un ticket, à côté d’une taupe.
La taupe prend le ticket et se rend au cinéma. Le film commence. On aperçoit une nappe qui flotte sur la mer et sur laquelle montent un mouton et Mickey.
Mickey prend un râteau posé sur la nappe, le transforme en rame qu’il utilise ensuite pour se défendre contre un requin.

Finalement, ils accostent sur une plage où se trouve un lama chevauché par un lapin qui se rend au château pour payer avec un chèque un couteau.

Puis, il s’approche d’un camion, découpe une cape qu’il donne à une femme qui traverse la vapeur pour aller chercher une bague.

Nous avons une histoire très visuelle et facile à retenir.

Vous pouvez renforcer le travail de mémorisation en créant une histoire faisant appel au maximum à vos sens, à ce qui déclenche une émotion forte en vous, en mettant du mouvement, de la couleur, de l’humour.

Le Poème Numérique.

La technique de mémorisation.

Le poème numérique est une technique de mémorisation permettant de se souvenir des informations en faisant appel à la mémoire auditive au moyen de phrases qui riment.

Pour favoriser le travail de mémorisation, vous pouvez apprendre le poème numérique en inventant ou mélodie ou en reprenant un air de chanson connu.

Si vous vous souvenez bien de la mélodie, vous retrouverez plus facilement les informations que vous avez associées.

C’est le principe des comptines que nous avions apprises dans notre enfance et que nous avons retenu naturellement.

Un exemple connu, pour illustrer la technique du poème numérique, est la comptine, la chanson pour enfant  « 1, 2, 3, nous irons au bois ».

« 1, 2, 3, nous irons au bois.

4, 5, 6, cueillir des cerises. »

7, 8, 9, dans un panier neuf.

10, 11, 12, elles seront toutes rouges. »

Mémoriser les nombres premiers jusqu’à 100.

Les nombres premiers jusqu’à 100 sont 2, 3, 5, 7, 11, 13, 17, 19, 23, 29, 31, 37, 41, 43, 47, 53, 59, 61, 67, 71, 73, 79, 83, 89 et 97.

La technique du poème numérique va nous permettre de retenir dans l’ordre les 25 nombres premiers.

A titre d’exemple, voici un exemple de poème numérique.

Comptine des nombres premiers.

2, 3, 5, voilà une cassette (7).
11, 13, 17 et un disque neuf (19).
23, 29, 31 pour le bal musette (37).
41, 43, 47 en l’honneur des cinq grands rois (53).
59, 61, 67 qui se reposent (71).
73, 79, 83 dans une cave neuve (89).
de l’attaque de quatre bandits celtes (97).

  • Cassette rime avec le nombre 7.
  • Disque neuf rime avec le nombre 19.
  • Musette rime avec le nombre 37.
  • Cinq grand rois rime avec le nombre 53.
  • Se reposent rime avec le nombre 71.
  • Cave neuve rime avec le nombre 89.
  • Quatre bandits celtes rime avec le nombre 97.

La stratégie de mémorisation Kinesthésique BARMAN.

La technique de mémorisation.

L’intelligence kinesthésique, c’est l’intelligence du mouvement et des émotions. C’est percevoir, maitriser et interpréter les émotions, les mouvements du corps, c’est manipuler des objets avec soin, faire des expériences.

Une personne qui a un profil kinesthésique a besoin de bouger, ressentir, manipuler, expérimenter pour apprendre et retenir.

Apprendre avec la mémoire kinesthésique, c’est apprendre en faisant appel à la stratégie de mémorisation BARMAN :

  • B : Bouger.
  • A : Être actif.
  • R : Ressentir.
  • MAN : Manipuler.

Avec la stratégie de mémorisation kinesthésique BARMAN, vous pouvez apprendre la liste des nombres premiers naturellement, en vous amusant et sans effort de plusieurs manières :

  • Apprendre en marchant.
  • Écrire, dessiner, colorier, découper, assembler les chiffres correspondant aux nombres premiers.
  • Jouer à la marelle.
  • Créer des cartes mémoire, un jeu de questions-réponses, des quiz et jouer avec.
  • Jouer au maître ou au professeur en essayant à votre tour d’apprendre aux autres les nombres premiers.
  • Etc.

La Marelle des Nombres Premiers.

Pour mémoriser les nombres premiers jusqu’à 100, nous pouvons apprendre les 25 nombres premiers jusqu’à 100 en jouant à la marelle des nombres premiers.

Les nombres premiers jusqu’à 100 sont 2, 3, 5, 7, 11, 13, 17, 19, 23, 29, 31, 37, 41, 43, 47, 53, 59, 61, 67, 71, 73, 79, 83, 89 et 97.

Il s’agit des mêmes règles de jeu que pour une partie de marelle classique.

  • Dessiner une aire de jeu la cas « terre »,  25 cases avec écrit dans chaque case un nombre premier (de 2 à 97) et la case « ciel ».
  • Le premier joueur se place sur la case « terre ».
  • Il lance le caillou sur la case marquée 2.
  • S’il a réussi, il saute à cloche pied au dessus de la case marquée 2 pour atterrir sur la case marquée 3.
  • Il passe ensuite à cloche pied sur les cases suivantes.
  • S’il arrive sur les cases doubles, il pose un pied sur chaque case en même temps.
  • Il repart ensuite à cloche pied sur les cases uniques et ainsi de suite.
  • Une fois arrivé sur les cases marquées 89 et 97 il fait volte-face et revient en sautant de la même manière qu’à l’aller.
  • Arrivé à la case marquée 3, il se penche pour ramasser le caillou se trouvant sur la case marquée 2.
  • Il saute alors par-dessus la case marquée 2 et se retrouve sur la case « terre ».
  • Recommencer ainsi jusqu’à ce qu’un des joueurs atteigne la case marquée 97 avec son caillou.
  • Pour gagner, le joueur lance le caillou sur la case « ciel » et refait le parcours aller / retour.

Vous pouvez, par exemple, utiliser les cases doubles pour les nombres premiers jumeaux, c’est-à-dire pour

  • 5 et 7.
  • 11 et 13.
  • 17 et 19.
  • 29 et 31.
  • 41 et 43.
  • 59 et 61.
  • 71 et 73.

En jouant à la marelle des nombres premiers, vous allez apprendre sans vous en rendre compte les 25 nombres premiers jusqu’à 100.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Comment Mémoriser les Nombres Premiers facilement

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles et recevoir gratuitement notre livre  » Comment Apprendre Facilement ».

 

 

 

 

 

Débarquement de Normandie du 6 juin 1944

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles et recevoir gratuitement notre livre  » Comment Apprendre Facilement ».

6 juin 1944 : débarquement en Normandie des Alliés. Résumé, causes, conséquences, bilan, moyens mnémotechniques. Pourquoi le débarquement a lieu en Normandie ? Pourquoi la date du 6 juin 1944 ? Qui a débarqué en Normandie ? Sur quelles plages ? Comment mémoriser les noms des plages du débarquement et qui a débarqué sur chacune des plages ? Pourquoi le 6 juin 1944 a-t-il été appelé le  » jour le plus long » ? Qui a appelé le 6 juin 1944 le « jour le plus long » ?

6 juin 1944 : D-Day en Normandie. Les forces Alliées commandées par le général américain David Dwight Eisenhower débarquent en Normandie sur les plages de la Manche et du Calvados, afin de libérer la France occupée par l’Allemagne nazie d’Hitler.

Le D-Day ( Jour J en français) est la plus grande opération aéronavale de l’Histoire.

Le Débarquement de Normandie du 6 juin 1944 est un tournant de la Seconde Guerre Mondiale.

Le D-Day va permettre aux Alliés de libérer l’Europe occidentale et accélérer la défaite de l’Allemagne nazie.

Vous êtes en CM2, au collège  ou passionné par l’histoire et vous voulez apprendre l’essentiel sur le débarquement de Normandie du 6 juin 1944, un des événements les plus importants de la Seconde Guerre Mondiale ( 1939 – 1945) ?

Vous cherchez un résumé du débarquement de Normandie ? Vous voulez en connaitre les causes, les conséquences, le déroulement ?

Vous voulez savoir quels sont les noms des plages du débarquement ?

Vous cherchez un moyen mnémotechnique pour retenir le nom des plages du débarquement de Normandie ?

Lisez ce cours d’histoire gratuit en ligne du blog éducatif Apprendre 5 minutes pour apprendre et retenir rapidement et facilement l’Histoire du Jour J, date clé de la Seconde Guerre Mondiale.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Débarquement de Normandie - 6 juin 1944
Débarquement de Normandie – 6 juin 1944

Sommaire

  • Définition : Qu’est-ce que le Débarquement de Normandie ?
  • Court résumé du débarquement de Normandie.
  • Pourquoi la Normandie a-t-elle été choisie ?
  • Le Jour J (D-Day) : pourquoi la date du 6 juin 1944 ?
  • Qui a débarqué en Normandie ?
  • Comment s’est déroulé le Débarquement de Normandie ?
  • Sur quelles plages a eu lieu le débarquement de Normandie ?
  • Quel est le bilan du Jour J (D-Day) ?
  • Quelles sont les conséquences du Débarquement de Normandie ?
  • Bonus 1 : Pourquoi le D-Day a été surnommé  » Le jour le plus long » ?
  • Bonus 2 : Mémoriser les plages du Débarquement de Normandie.
    • Technique de mémorisation 1 : les images support.
    • Technique de mémorisation 2 : la phrase mnémotechnique.
  • A découvrir aussi.

Définition : Qu’est-ce que le Débarquement de Normandie ?

Le Débarquement de Normandie, qui a eu lieu le mardi 6 juin 1944, est l’opération aéronavale Neptune, marquant le premier jour de la Bataille de Normandie déclenchée par les forces Alliées, commandées par le général américain David Dwight Eisenhower,  contre les soldats allemands de la Wehrmacht, avec pour objectif d’établir une tête de pont côtière en Normandie.

Le débarquement en Normandie du 6 juin 1944 des Alliés, principalement américains, britanniques et canadiens, est un événement clé et tournant majeur de la Seconde Guerre Mondiale car il ouvre un deuxième front à l’Ouest de l’Europe et permet la victoire finale des Alliés sur l’Allemagne nazie d’Adolf Hitler.

Le D-Day (Jour J en français) désigne le 6 juin 1944, date à laquelle à commencé le débarquement en Normandie.

L’opération Neptune est la première étape de l’opération Overland.

L’opération Overland – nom de code de la bataille de Normandie – a pour objectif de libérer la France occupée par l’Allemagne nazie et d’ouvrir un nouveau front à l’Ouest de l’Europe pour accélérer la défaite du IIIe Reich.

Court résumé du débarquement de Normandie.

Le 6 juin 1944, une immense armada de navires de guerre et de commerce, et des péniches de débarquement, soutenue par une importante flotte aérienne , prend par surprise les défenses allemandes et débarque sur les plages de Normandie entre l’embouchure de l’Orne, la rivière qui traverse Caen, et l’embouchure de la Vire, la rivière qui traverse Saint-Lô, une armée composée principalement de soldats américains, britanniques et canadiens.

Malgré la forte résistance allemande et les défenses côtières du mur de l’Atlantique, les Alliés réussissent à constituer des têtes de pont, à s’y maintenir, permettant aux moyens humains et matériels de débarquer rapidement.

L’opération aéronavale et amphibie Overlord, commandée par général américain David Dwight Eisenhower, assisté par le général anglais Bernard Law Montgomery, a réussi.

L’armée allemande va se trouver affaiblie. L’ouverture d’un nouveau front à l’Ouest de l’Europe accélérera la défaite du IIIe Reich.

Pourquoi la Normandie a-t-elle été choisie ?

Depuis l’invasion de l’Union Soviétique par l’armée allemande le 22 juin 1941, Joseph Staline demande aux Alliés d’ouvrir un second front en Europe pour réduire la pression allemande sur le front de l’Est.

Le 1er novembre 1943, à l’issue de la Conférence de Téhéran, Winston Churchill ( premier ministre du Royaume-Uni), Franklin D. Roosevelt ( président des États-Unis) et Joseph Staline ( président du Conseil des commissaires du Peuple d’URSS) décident de lancer l’opération Overlord (la Bataille de Normandie).

Les bombardiers américains sont basés en Angleterre. Afin de tenir compte des moyens de débarquement et du rayon d’action d’action des avions de chasse, le débarquement doit avoir lieu soit dans le Pas-de-Calais, soit en Normandie.

Le Pas-de Calais semble la solution la plus évidente, offrant une traversée de la Manche plus courte que la Normandie. La ville de Douvres en Angleterre est à seulement 42 km à vol d’oiseau de la ville de Calais en France.

Pour les Alliés, le Pas-de-calais permettrait

  • Une meilleure couverture aérienne.
  • Un débarquement plus rapide.
  • Un ravitaillement plus facile.

Mais les allemands le savent et s’attendent à un débarquement dans le Pas-de-calais.

Adolf Hitler envisage un débarquement anglo-américain à l’Ouest et ordonne le 23 mars 1942, par la directive de guerre n°40  de renforcer les côtes des pays occupés ou annexés.

Le système de fortification côtière mis en place le IIIe Reich s’appelle le Mur de l’Atlantique.

Les fortifications les plus importantes se trouvent à Calais et la Wehrmacht y a placé ses meilleures troupes.

Les Alliés vont choisir de débarquer en Normandie car les plages, plus vastes, sont moins défendues que dans le Pas-de-calais et permettrons de débarquer les soldats et le matériel.

Le Jour J (D-Day) : pourquoi la date du 6 juin 1944 ?

Pour que le débarquement de Normandie puisse avoir lieu, les Alliés doivent acquérir la supériorité navale et aérienne.

A partir de 1943, les Alliés prennent le dessus sur la marine allemande, au cours de la Bataille de l’Atlantique.

Durant la semaine du 20 au 25 février 1944, les américains lancent l’opération Argument – appelée également  » Big Week » (la Grosse semaine) – pour obtenir la suprématie aérienne en en lançant des attaques massives sur l’industrie aéronautique allemande.

L’aviation de chasse allemande est battue et la capacité de production aéronautique du IIIe Reich fortement réduite.

Pour que débarquement en Normandie ait lieu

  • l’aviation alliée a besoin d’un début de nuit sans lune
    • Pour que les parachutistes ne soient pas repérés par les allemands.
    • Pour bombarder des cibles précises avant que le débarquement ait lieu.
  • La marée doit être montante et à mi-hauteur en début de matinée.
    • Les navires alliés vont se heurter aux défenses allemandes si la marée est trop haute.
    • Les soldats alliés resteront trop longtemps à découvert si la marée était trop basse.

Le 5 juin 1944, la tempête ne permet pas le débarquement.

Comme la météo prévoie une accalmie le 6 juin 1944 et bien que les conditions météorologiques ne soient pas idéales, le général allié américain David Dwight Eisenhower choisie la date du 6 juin 1944 pour le débarquement de Normandie afin d’éviter que des fuites de l’opération parviennent à l’ennemi et pour maintenir le moral des soldats alliés.

Qui a débarqué en Normandie ?

Les Alliés qui ont débarqué en Normandie sont de différentes nationalités.

Les principaux pays alliés sont

D’autres nationalités ont participé au débarquement

  • Australie.
  • Forces belges libres.
  • Armée française de libération.
  • Armée néerlandaise libre.
  • Armée polonaise de l’Ouest.
  • Forces tchécoslovaques libres.
  • Nouvelle-Zélande.

Comment s’est déroulé le Débarquement de Normandie ?

Pour détourner l’attention des allemands de la Normandie, les alliés ont mis en place l’opération Fortitude.

Le but est de faire croire aux allemands que le débarquement aura lieu ailleurs (en Norvège ou dans le Pas-de-calais).

Le 5 juin 1944, pour faire croire aux allemands que le débarquement aura lieu dans le Pas-de-calais, les bombardements s’intensifient sur la côte d’Opale et des navires et des avions se dirigent vers Dieppe.

Les généraux allemands tombent dans le piège. Perturbés par les rapports contradictoires qu’ils reçoivent de Normandie et du Pas-de-Calais dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, Ils sont persuadés que le débarquement aura lieu dans le Pas-de-calais et que le débarquement en Normandie est une diversion. Ils gardent un nombre important de troupes dans le Pas-de-calais, en prévision d’une attaque des Alliés.

5 juin 1944, à 21h15, Radio Londres, installée à la BBC, après les premières mesures de la 5ème symphonie de Beethoven – qui correspondent en Morse à la lettre « V » comme Victoire – annonçant les messages pour la Résistance, envoie le message codé annonçant le début des opérations de débarquement en Normandie. inspiré des deux premiers vers du poème de Paul Verlaine « Chanson d’automne »

Les français parlent aux français. Veuillez écoutez tout d’abord quelques messages personnels.
« Les sanglots longs des violons de l’automne, je répète, les sanglots longs des violons de l’automne, blessent mon cœur d’une langueur monotone, je répète blessent mon cœur d’une langueur monotone»

Le verbe « blessent» remplace le verbe « bercent» du poème original de Verlaine.

Le 6 juin 1944, entre minuit et 5h00 du matin, des milliers de tonnes de bombes sont lâchées par les avions alliés sur les fortifications côtières et des milliers de parachutistes sont largués pour préparer le débarquement. L’opération aéroportée a pour objectifs de s’emparer des ponts et des carrefours routiers et de désorganiser les troupes allemandes.

Le 6 juin 1944, à partir de 5H00 du matin, le débarquement allié commence.

Les navires et avions alliés bombardent à nouveau les fortifications côtières.

Vers 6h30, les premiers soldats alliés débarquent sur les plages normandes.

Les Américains débarquent sur les plages de l »Utah » et « Omaha », les troupes anglaises et canadiennes sur les plages de « Gold », « Juno » et « Sword ».

Les troupes alliés progressent difficilement, sous le feu des soldats allemands de la Wehrmacht qui tirent depuis les blockhaus, en particulier à Omaha Beach.

Pendant ce temps, le Jour J, la Résistance

  • Sabote les voies de chemin de fer.
  • Abattent des arbres sur les routes.
  • Coupe des lignes téléphoniques pour paralyser les communications allemandes.

Les actions des résistants ont pour objectifs de ralentir l’arrivée de renforts allemands vers les plages de Normandie.

En fin de journée, les Alliés ont réussi à débarquer et établir une tête de pont sur la côte normande.

La bataille suprême est engagée ! Après tant de combats, de fureurs, de douleurs, voici venu le choc décisif, le choc tant espéré. Bien entendu, c’est la bataille de France et c’est la bataille de la France !

Citation du Général de Gaulle – le 6 juin 1944 à la BBC.

Le 14 juin 1944, le général de Gaulle, président du gouvernement provisoire de la République française, débarque en France à Juno Beach, sur la plage de Courseulles-sur-Mer, dans le département du Calvados.

Sur quelles plages a eu lieu le Débarquement de Normandie ?

Le 6 juin 1944, le Jour J (D-Day), dans le froid et au milieu d’une mer déchaînée, les 177 marins français du commando Kieffer et plus de 200 000 soldats Alliés débarquent sur 5 plages de la Manche et du Calvados, en Normandie : Utah dans le département de la Manche, Omaha, Gold, Juno et Sword dans le département du Calvados.

Utah Beach.

Utah Beach est la plage située la plus à l’Ouest des 5 plages du débarquement de Normandie.

Utah Beach est la seule plage du débarquement située dans le département de la Manche, sur la côte du Cotentin, à l’Ouest de l’estuaire du fleuve côtier de la Vire.

Utah Beach a été choisie par les Alliés

  • Proximité de Cherbourg, seul port en eaux profondes capable d’assurer le ravitaillement nécessaire aux Alliés pour la Bataille de Normandie.
  • Solution de repli si l’opération Neptune tourne mal sur les 4 plages du Calvados.
  • Fortifications allemandes moindres car jugé peu propice à un débarquement du fait de la présence de zones marécageuses.

Le 6 juin 1944, à 6h30 du matin, la première vague d’assaut des troupes américaines débarque sur la plage d’Utah Beach.

Une tête de pont est établie de Sainte-Mère-Église à Sainte-Marie-du-Pont, zone stratégique le long de la route reliant Cherbourg à Paris, au croisement de 5 départementales, afin d’éviter que les renforts allemands atteignent Cherbourg.

Omaha Beach.

Omaha Beach, dans le Calvados, est situé à environ 12 kilomètres à l’Est d’Utah Beach.

Le 6 juin 1944, à 6h30 du matin, les soldats américains débarquent à Omaha Beach sous un feu allemand nourri, sur une plage parsemée d’obstacles anti-débarquement.

Des 5 plages du Débarquement de Normandie, Omaha Beach est celle où les Alliés, victorieux malgré tout,  perdirent le plus de soldats.

Omaha Beach sera surnommée « bloody Omaha » ou « the Beach of blood ».

Gold Beach.

Gold Beach, dans le Calvados, est située à environ 24 kilomètres à l’Est d’Omaha Beach.

Le 6 juin 1944, à 7h25 du matin, les soldats britanniques débarquent à Gold Beach.

La ville de Bayeux, sous-préfecture du Calvados sera libérée, la commune d’Arromanches sera transformée en port artificiel (le port Mulberry) pour approvisionner les Alliés et la jonction effectuée avec les américains à Port-en-Bessin.

Juno Beach.

Juno Beach, dans le Calvados, est située à 1,5 kilomètres à l’est de Gold Beach.

Le 6 juin 1944, à 7h55 du matin, les Alliés canadien, britanniques, sous commandement canadien, débarquent à Juno Beach, après avoir été retardés par le mauvais temps et la mer houleuse.

Ce retard va permettre aux allemands de s’organiser et de renforcer les défenses côtières.

Malgré une forte résistance allemande, les Alliés parviennent à établir une tête de pont.

Sword Beach.

Sword Beach, située dans le Calvados, est la plage située la plus à l’Est des 5 plages du débarquement de Normandie.

Le 6 juin 1944, à 7h30 du matin, les soldats britanniques débarquent à Sword Beach.

Malgré les bombardements des navires et avions alliés pendant la nuit, les combats sont difficiles.

Au soir du 6 juin 1944, les Alliés disposent d’un tête de pont à l’ouest de l’Orne.

Les soldats alliés feront le lendemain matin la jonction avec les forces canadiennes et britanniques débarquées à Juno Beach.

Sword Beach est la seule des 5 plages du débarquement de Normandie où débarquent des soldats français. Ce sont 177 fusiliers marins français du commando Kieffer.

Quel est le bilan du Jour J (D-Day) ?

Le Jour J (D-Day) les Alliés ont remporté la victoire lors du débarquement sur les plages de Normandie.

Les Alliés ont réussi à prendre pied sur les cinq plages du débarquement.

Toutefois, les Alliés n’ont pas réussi à atteindre un des objectifs du Jour J (D-Day) : libérer Caen.

La ville de Caen ne sera libérée que le 19 juillet 1944.

Le IIIe Reich allemand a perdu la bataille car

  • L’aviation allemande, la Luftwaffe, manque d’avions de chasse et de bombardiers.
    • Elle est incapable de repérer en Angleterre les préparatifs.
    • Elle ne peut pas contre-attaquer le Jour J (D-Day).
  • La marine allemande laisse l’armada alliée traverser la Manche.
  • Les services d’espionnage n’ont pas su déterminer précisément le lieu et la date du débarquement.
  • L’état-major allemand pensait que le débarquement de Normandie était une manœuvre de diversion.

Les pertes Alliées se sont révélées inférieures aux prévisions : environ 10 000 morts, blessés ou disparus, alors qu’ils en prévoyaient 25 000.

Le débarquement de Normandie est la plus grande opération amphibie de tous les temps.

  • Près de 7000 navires.
    • 1200 bâtiments de guerre.
    • 4100 navires de transport.
    • 1600 navires de soutien.
  • 132 000 soldats alliés débarqués le 6 juin 1944.
  • 1 500 000 soldat alliés débarqués à la fin du mois de juillet 1944.
  • 23 000 parachutistes alliés.
  • 7500 avions (avions de reconnaissance, chasseurs et bombardiers légers).
  • 200 000 véhicules alliés débarqués le 6 juin 1944.

Quelles sont les conséquences du Débarquement de Normandie ?

Le débarquement victorieux des Alliés en Normandie va avoir des conséquences importantes sur le déroulement de la Seconde Guerre Mondiale en Europe.

Conséquences à court terme.

Les Alliés ont réussi à établir une solide tête de pont en Normandie, profitant de la surprise de l’armée allemande qui croyait que le débarquement en Normandie était une manœuvre de diversion et que le vraie débarquement aurait lieu dans le Pas-de-calais.

L’opération Neptune – nom de code du débarquement Allié en Normandie – ne se limite pas au débarquement de troupes alliés (1,5 millions de soldat alliés à fin juillet 1944) sur le sol normand.

Pour assurer le ravitaillement des troupes, les Alliés construisent deux ports artificiels, appelés Mulberries, en Normandie, dans le Calvados.

  • Le port Mulberry A (A comme Américain), situé à Saint-Laurent-sur-Mer, dans la zone de débarquement de Omaha Beach. Il sera détruit par la tempête du 19 au 21 juin 1944. Les Alliés décideront de ne pas le reconstruire.
  • Le port Mulberry B (B comme Britannique), situé à Arromanches, dans la zone de débarquement de Gold Beach, construit par les anglais et les canadiens, permet de décharger du matériel lourd et le ravitaillement des troupes d’invasions alliées. Pendant les  100 jours de fonctionnement du pont artificiel d’Arromanches, seront débarqués
    • 2,5 millions de personnes.
    • 500 000 véhicules.
    • 4 millions de tonnes de matériel.

Afin d’assurer leur ravitaillement en carburant, les Alliés construisent deux oléoducs sous la Manche entre l’Angleterre et les côtes normandes pour réduire leur dépendance aux navires pétroliers, en particulier en cas de mauvais temps ou d’attaques par les U-Boots ( Unterseeboot), les sous-marins allemands. Il s’agit de l’opération PLUTO (acronyme de Pipe-Line Under The Ocean). Entre le 13 et le 21 août 1944, les deux oléoducs HAIS et HAMEL sont déployés entre l’île de Wight et Querqueville, située dans le département de la Manche, à l’ouest de Cherbourg.

Conséquences à moyen terme.

Le D-Day (Jour J) du 6 juin 1944 est la première phase de la Bataille de Normandie, connue également sous le nom de code Opération Overlord.

La bataille de Normandie va durer près de 3 mois (du 6 juin 1944 au 29 août 1944) et permettre la libération de la France, conjointement avec l’opération Dragoon (débarquement de Provence des Alliés).

Le 12 septembre 1944, les armées alliées débarquées en Normandie et en Provence font la jonction à Montbard, dans le département de la Côte-d-Or, en région Bourgogne-Franche-Comté.

2 armées allemandes sont détruites ainsi qu’une partie des blindés du IIIe Reich. 25 divisions seront anéanties.

Le bilan matériel est lourd pour les allemands. 1 500 chars, 2 000 canons, 20 000 véhicules et plusieurs centaines d’avions sont détruits.

Les soldats allemands ne peuvent s’appuyer sur aucune ligne de défense efficace en France lors de leur retraite.

Conséquences à long terme.

Grâce au débarquement de Normandie du 6 juin 1944, les Alliés ont ouvert un front à l’Ouest de l’Europe.

Des troupes allemandes vont quitter le front russe, à l’Est, pour venir en renfort contre les troupes alliées débarquées en Normandie.

Les troupes de l’Union soviétique vont faire reculer les soldats allemands lors de la bataille de la Biélorussie – appelée également opération Bagration, entre le 22 juin 1944 et le 19 août 1944 et détruire 3 armées allemandes de la Wehrmacht.

Le débarquement de Normandie est un tournant de la Seconde Guerre mondiale.

Bonus 1 : Pourquoi le D-Day a été surnommé  » Le jour le plus long » ?

Le 22 avril 1944, le Generalfeldmarschall (maréchal) allemand Erwin Rommel, après avoir inspecté les fortification du mur de l’Atlantique déclare à son aide du camp Helmuth Lang.

La guerre sera gagnée ou perdue sur ces plages. Nous n’avons qu’une seule chance de repousser l’ennemi, et c’est quand il sera dans l’eau, barbotant et luttant pour venir à terre. Nos renforts n’arriveront jamais sur les lieux de l’attaque et ce serait folie que de les attendre. La Hauptkampflinie (ligne principale de résistance) sera ici. Toutes nos forces doivent se trouver le long des côtes. Croyez moi, Lang, les premières vingt-quatre heures de l’invasion seront décisivesPour les Alliés, comme pour l’Allemagne, ce sera le jour le plus long.

Citation de Erwin Rommel.

Bonus 2 : Mémoriser les plages du Débarquement de Normandie.

Les cinq plages du débarquement de Normandie à retenir sont les suivantes :

  • Utah Beach.
  • Omaha Beach.
  • Gold Beach.
  • Juno Beach.
  • Sword Beach.

Pour mémoriser les noms des 5 plages du débarquement, nous avons plusieurs moyens mnémotechniques simples à notre disposition, comme les techniques de mémorisation suivantes :

Technique de mémorisation 1 : les images support.

Classer les informations par catégorie facilite le travail de mémorisation d’une liste de mots.

La technique de mémorisation des images support est particulièrement adaptée lorsqu’il s’agit de retenir des informations classées par catégorie dans un certain ordre.

Elle permet de mémoriser directement une liste de noms ou de mots à partir de la première image mentale que vous avez conçu.

Pour bien mémoriser une liste de noms ou mots abstraits, il faut les associer à des personnages ou des objets concrets faciles à visualiser mentalement.

Le principe de mémorisation avec la technique des images support est très efficace et facile à comprendre et à appliquer :

  • Prendre, comme image support, l’image associée à la liste à retenir.
  • Classer les informations à retenir en plusieurs catégories.
  • Associer chaque catégorie à une image.
  • Placer les images dans l’image support.
  • Chaque image associée à une catégorie devient, à son tour une image support.
  • Subdiviser chaque catégorie en plusieurs sous-catégorie.
  • Associer chaque sous-catégorie à une image.
  • Placer les images de la sous-catégorie dans la catégorie associée.
  • Chaque image associée à une sous-catégorie devient, à son tour une image support.
  • Recommencez comme précédemment jusqu’à la dernière information à classer.

Nous allons ici utiliser la méthode des images support pour retenir la liste des plages du débarquement de Normandie et quelle nationalité alliée a commandé l’assaut de la zone de débarquement.

Nous allons prendre, comme première image support, une image représentant le débarquement de Normandie.

La Normandie nous fait penser aux normands, aux vikings et à leur bateau : le drakkar.

Nous avons comme première image support un drakkar échoué sur la plage pour symboliser le débarquement de Normandie.

Nous avons vu que les Alliés ayant participé au débarquement de Normandie sont principalement des américains, des britanniques et des canadiens.

Nous allons prendre comme catégories les nationalités.

Nous pouvons utiliser les 3 premières lettres de l’alphabet pour classer les plages du débarquement en fonction des nationalités des Alliés ayant débarqué.

Les lettres de l’alphabet A, B et C correspondent aux premières lettres des nationalités.

  • A : Américain.
  • B : Britannique.
  • C : Canadien.

Nous allons prendre comme images support pour symboliser les américains, les britanniques et les canadiens les lettres A, B et C avec le drapeau du pays.

  • Lettre A avec le drapeau Américain.
  • Lettre B avec le drapeau Britannique (le drapeau du Royaume-Uni).
  • Lettre C avec le drapeau Canadien.

Nous pouvons, par exemple, accrocher les lettres A, B et C au drakkar ou les imaginer comme des personnages à bord du drakkar ou sautant du drakkar sur la plage, etc. Donnez leur de la vie, des expressions. N’hésitez pas à faire appel à vos sens. A vous de laisser libre cours à votre imagination. Prenez l’image qui vous semble la plus naturelle, la plus évidente, la plus mémorable.

Il nous reste à classer, regrouper les plages de débarquement par nationalité.

Les américains ont débarqué à Utah Beach et Omaha Beach.

Les britanniques ont débarqué à Gold Beach et Sword Beach.

Les Canadiens ont débarqués à Juno Beach.

Nous allons chercher quelles images mentales associer aux plages pour retenir leurs noms.

Pour mémoriser Utah Beach, nous allons prendre comme image mnémotechnique une hutte.

Pour mémoriser Omaha Beach, nous allons prendre comme image mnémotechnique le président américain Barack Obama.

Pour mémoriser Gold Beach, nous allons prendre comme image mnémotechnique un lingot d’or;  » gold » voulant dire  » or » en anglais.

Pour mémoriser Sword Beach, nous allons prendre comme image mnémotechnique une épée,  » sword » voulant dire  » épée » en anglais.

Pour mémoriser Juno Beach, nous allons prendre comme image mnémotechnique un judoka.

  • Utah : hutte.
  • Omaha : Obama.
  • Gold : lingot d’or.
  • Sword : épée.
  • Juno : judoka.

Pour se souvenir que les américains ont débarqué à Utah Beach et Omaha Beach, nous allons associer la lettre A (symbolisant les américains) à une hutte et au président Obama.

Pour se souvenir que les britanniques ont débarqué à Gold Beach et Sword Beach, nous allons associer la lettre B (symbolisant les britanniques) à un lingot d’or et à une épée.

Pour se souvenir que les canadiens ont débarqués à Juno Beach, nous allons associer la lettre C (symbolisant les canadiens) à un judoka.

Pour mémoriser facilement la liste des plages du débarquement de Normandie et les nationalités, il nous reste à imaginer une histoire facile à retenir avec les différentes associations imagées.

Un drakkar s’échoue sur la plage, avec à son bord les lettres personnages A, B et C.

A saute du drakkar sur la plage, fonce vers une hutte et délivre le président Obama.

B saute à son tour du drakkar avec une épée pour s’emparer d’un coffre rempli de lingots d’or.

C met sa tenue de judoka, puis saute du drakkar pour aider A et B.

Nous venons de créer une histoire inoubliable pour retenir les plages du débarquement de Normandie et les nationalités.

Si vous êtes un apprenant kinesthésique,  vous pouvez vous amuser à dessiner, colorier, fabriquer la scène ou jouer l’histoire en vous mettant dans la peau d’un des personnages. L’essentiel est de faire appel à votre mémoire kinesthésique. Essayez de bouger, ressentir, vivre l’histoire pour mieux retenir les 5 plages du débarquement.

Technique de mémorisation 2 : la phrase mnémotechnique.

Avec la phrase mnémotechnique comme moyen mnémotechnique, il s’agit de créer un phrase en utilisant des mots commençant par la première lettre du nom de chaque plage.

Par exemple, nous pouvons créer la phrase suivante :

« Un Ours Géant Joue Sur le sable » : Les premières lettres de chaque mot correspondent aux noms des cinq plages du débarquement de Normandie.

  • Un : Utah Beach.
  • Ours : Omaha Beach.
  • Géant : Gold Beach.
  • Joue : Juno Beach.
  • Sur : Sword Beach.

Pour renforcer la mémorisation, vous pouvez imaginer l’ours en train de jouer avec un drakkar. Le navire normand sera notre crochet mémorielle, le moyen permettant de raccrocher l’histoire racontée par la phrase mnémotechnique au débarquement de Normandie, symbolisé par le drakkar normand.

Si vous êtes un apprenant kinesthésique,  vous pouvez vous amuser à mimer la scène, en jouant par exemple le rôle de l’ours. Vous pouvez également la dessiner, la colorier ou fabriquer la scène.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Débarquement de Normandie du 6 juin 1944

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles et recevoir gratuitement notre livre  » Comment Apprendre Facilement ».

 

 

Mémoriser les 7 Sommets les plus hauts du Monde facilement

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles et recevoir gratuitement notre livre  » Comment Apprendre Facilement ».

 

Les sept Sommets – Seven Summits en anglais – sont les montagnes les plus élevées de chaque continent.

Le Challenge des 7 Sommets – appelé également challenge des 7 Summits – consiste à réaliser l’ascension du plus haut sommet de chacun des 7 continents.

Atteindre les 7 sommets est un défi des plus difficiles du monde de l’alpinisme.

Vous voulez savoir

  • Quels sont les Sommets les plus hauts de chaque Continent ?
  • Quelle est l’Altitude des points culminants des continents ?
  • Dans quels Pays du Monde se trouvent-ils ?
  • Qui a réalisé la première ascension ?
  • Comment retenir les 7 sommets du monde facilement ?

Lisez cet article du blog éducatif Apprendre 5 minutes pour apprendre comment mémoriser vite et facilement les points culminants de chaque continent et leur altitude.

Sommaire

  • Modèle des 7 continents.
  • Les plus hauts sommets par continent.
  • Mémoriser la liste des points culminants du monde.
  • Comment mémoriser les 7 sommets, le continent et l’altitude.
  • A découvrir aussi.

Modèle des 7 continents.

Selon les critères utilisés, il y a de 4 à 7 continents.

Si nous utilisons le seul critère géographique, un continent est séparé des autres par la mer ou l’océan et se trouvent la même plaque continentale.

Le modèle à 4 continents correspond au seul critère géographique :

  • Amérique.
  • Antarctique.
  • Afro-Eurasie.
  • Océanie.

Le modèle à 7 continents est le modèle utilisé le plus souvent en Europe de l’Ouest. Il intègre également des critères culturels, historiques et politiques.

Par exemple, dans le modèle à 7 continents, l’Europe est séparée de l’Asie par la chaîne de l’Oural en Russie.

  • Afrique.
  • Amérique du Nord.
  • Amérique du Sud.
  • Antarctique.
  • Asie.
  • Europe.
  • Océanie.

Les plus hauts sommets par continent.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Les 7 Sommets les plus hauts du Monde - The Seven Summits.
Les 7 Sommets les plus hauts du Monde – The Seven Summits.

Les plus hauts sommets de chaque continent du modèle à 7 continents sont :

  • Afrique : Kilimandjaro.
  • Amérique du Nord : Denali.
  • Amérique du Sud : Aconcagua.
  • Antarctique : Massif Vinson.
  • Asie : Everest.
  • Europe : Elbrouz.
  • Océanie : Puncak Jaya.

Le Kilimandjaro.

Hauteur.

Le Kilimandjaro est le plus haut sommet de l’Afrique et culmine à 5 892 mètres d’altitude.

Le pic Uhuru, situé sur le volcan Kibo à 5 891,8 mètres d’altitude est le point culminant du Kilimandjaro et de l’Afrique.

Pays.

Situé au Nord-Est de la Tanzanie, le Kilimandjaro est une montagne constituée de 3 volcans éteints, le Shira, le Kibo et le Mawenzi.

Particularité du Kilimandjaro.

« Les neiges du Kilimandjaro » est une nouvelle d’Ernest Hemingway. Les neiges éternelles au sommet symbolisent le Kilimandjaro en Afrique.

Le sommet du Kilimandjaro est couvert de neige et de glace toute l’année. Toutefois, en raison du réchauffement climatique et de la déforestation, les précipitations neigeuses diminuent et la calotte glacière située sur son sommet rétrécie.

La température annuelle moyenne est de 23°C au pied du Kilimandjaro et de -7°C au sommet.

Découverte du Kilimandjaro.

Le 11 mai 1848, le missionnaire allemand Johannes Rebmann découvre le Kilimandjaro.

Première ascension du Kilimandjaro.

Le 6 octobre 1889, le géologue allemand Hans Meyer, accompagné de l’alpiniste autrichien Ludwig Purtscheller et du soldat tanzanien Yohanas Kinyala Lauwodu, réussissent la première ascension du Kilimandjaro et atteignent son sommet.

Le Denali.

Hauteur.

Le Denali – appelé anciennement mont McKinley – est le plus haut sommet de l’Amérique du Nord et culmine à 6 190 mètres d’altitude.

Le Denali présente un volume plus important et une plus haute élévation que l’Everest qui est le plus haut sommet du monde. La base de l’Everest se trouve sur le plateau tibétain autour de 5 200 mètres d’altitude, soit une élévation d’environ 3 600 mètres.La base du Denali se trouve sur un plateau autour de 700 mètres d’altitude, soit une élévation d’environ 5 500 mètres.

Pays.

Le Denali est situé près du centre de l’Alaska aux États-Unis au cœur de la chaîne d’Alaska.

Particularité du Denali.

Le Denali se trouve près de l’Arctique. Le climat très froid et une pression basse au sommet accentuée par la latitude, augmentent le risque de mal des montagnes.

Les vents polaires soufflent en permanence.

Le Denali est un sommet difficile à escalader.

Découverte du Denali.

Le 6 mai 1794, le navigateur britannique Georges Vancouver qui explorait le golfe de Cook en Alaska observe le Denali et le mont Foraker (5 304 mètres d’altitude) – un autre sommet important de la chaîne d’Alaska).

Georges Vancouver est le premier européen à avoir observé le Denali.

Première ascension du Denali.

Le 7 juin 1913, l’expédition codirigée par le prêtre et alpiniste anglais Hudson Stuck et par le guide Harry Karstens réussit la première ascension du Denali et atteint son sommet.

Le premier membre de l’expédition à atteindre le sommet du Denali est l’améridien Walter Harper.

L’Aconcagua.

Hauteur.

L’Aconcagua– surnommé le « colosse de l’Amérique » – est le plus haut sommet de l’Amérique du Sud – et de l’Amérique – et culmine à 6 962 mètres d’altitude.

Pays.

L’Aconcagua est situé en Argentine, près de la frontière du Chili, au cœur de la Cordillère des Andes.

Particularité de l’Aconcagua.

Le climat est aride, la couverture neigeuse est faible et les glaciers sont peu étendus.

Première ascension de l’Aconcagua.

Le 14 janvier 1897, le guide de haute montagne suisse Matthias Zurbriggen réussit seul la première ascension de l’Aconcagua.

Le Massif Vinson.

Hauteur.

Le Massif Vinson– appelé également Mont Vinson – est le plus haut sommet de l’Antarctique et culmine à 4 892 mètres d’altitude.

Pays.

Le Mont Vinson est situé dans l’Antarctique, à environ 1200 km du pôle sud géographique, dans le massif Sentinel de la chaîne Ellsworth – la plus haute chaîne de montagne de l’Antarctique.

Bien que l’Antarctique n’appartienne à aucun pays conformément au traité sur l’Antarctique du 1er décembre 1959 qui gèle les revendications territoriales, le Massif Vinson est inclus dans le Territoire chilien de l’Antarctique, revendiqué par le gouvernement chilien et fait partie du Chili.

Particularité du Massif Vinson.

Le climat est polaire est sec et les températures négatives. Le Massif Vinson est couvert de neige et de glace.

Les températures peuvent atteindre -35 °C lors de l’été austral et -70°C lors de l’hiver austral.

Le blizzard y est fréquent.

Découverte du Massif Vinson.

Le 12 janvier 1958, le glaciologue et géophysicien américain Charles Bentley découvre le Massif Vinson lors d’un survol de reconnaissance en avion.

Première ascension du Massif Vinson.

Le 18 décembre 1966, l’alpiniste américain Nicholas B. Clinch, accompagné de 3 autres alpinistes du club alpin américain réussissent la première ascension du Massif Vinson.

L’Everest.

Hauteur.

L’Everest– appelé également Mont Everest – est le plus haut sommet de l’Asie et culmine à 8 848 mètres d’altitude.

L’Everest est le plus haut sommet du monde au dessus du niveau de la mer.

Pays.

L’Everest est situé à la frontière entre le Népal et la Chine (dans la région autonome du Tibet), dans la chaîne de l’Himalaya. L’Everest est la plus haute frontière entre deux pays.

Le Mont Everest, la chaîne de l’Himalaya et les territoires du Tibet, du Bhoutan, de l’Inde du Nord et du Népal sont désignés comme le « toit du monde ».

Particularité de l’Everest.

Les températures sont très froides au sommet de l’Everest. La température moyenne est de -36°C en janvier – le mois le plus froid – et de -19°C en juillet – le mois le plus chaud.

L’Everest est surnommé le Troisième Pôle.

Les vents peuvent être très violents, en particulier de juin à septembre avec la mousson et de novembre à mars lorsque les courant-jets redescendent depuis le nord.

Découverte de l’Everest.

En 1847, l’arpenteur général britannique Andrew Scott Waugh et son équipe aperçoivent pour la première fois l’Everest.

En 1852, le mathématicien et géomètre indien Radhanath Sikdar est le premier à découvrir que l’Everest est le point culminant de l’Himalaya à partir de calculs trigonométriques.

Première ascension de l’Everest.

Le 29 mai 1953, L’alpiniste et explorateur néo-zélandais Edmund Hillary et le sherpa népalais d’origine tibétaine Tensing Norgay réussissent la première ascension de l’Everest au cours de l’expédition britannique dirigée par le général de brigade John Hunt.

L’Elbrouz.

Hauteur.

L’Elbrouz– appelé également Elbrous – est le plus haut sommet de l’Europe et culmine à 5 642 mètres d’altitude.

Pays.

L’Elbrouz est situé en Russie, dans la chaîne du Grand Caucase, près de la frontière avec la Géorgie.

Particularité de l’Elbrouz.

L’Elbrouz est un volcan endormi ayant connu des éruptions jusqu’au début de notre ère. Son cratère est recouvert de neige et de glace.

Première ascension de l’Elbrouz.

Le 14 juillet 1874, les guides Akhia Sottaiev et Peter Knubel et les alpinistes anglais Horace Walker et Frederick Gardiner réussissent la première ascension du point culminant de l’Elbrouz.

Le Puncak Jaya.

Hauteur.

Le Puncak Jaya– appelé également pyramide Carstensz – est le plus haut sommet de l’Océanie et culmine à 4 884 mètres d’altitude.

Pays.

Le Puncak Jaya est situé en Indonésie sur l’île de la Nouvelle-Guinée, dans la province de Papouasie, au cœur de la chaîne de Surdiman, dans la partie occidentale des monts Maoke.

Particularité du Puncak Jaya.

Le Puncak Jaya fait partie des rares endroits proches de l’équateur possédant des glaciers.

Le climat est de type équatorial avec une faible variation des températures au cours de l’année et une forte pluviométrie. Le maximum des précipitations se produit entre fin décembre et fin mars.

Les températures varient en moyenne de -3ºC à 15ºC avec des éclaircies le matin, des averses de pluie l’après-midi et de la neige le soir.

Découverte du Puncak Jaya.

Le 16 février 1623, le navigateur et explorateur hollandais Jan Carstenszoon est le premier européen à découvrir le Puncak Jaya et à le décrire, au cours de l’expédition qu’il dirige en Nouvelle-Guinée.

Le Puncak Jaya est aussi appelé Pyramide de Carstensz en l’honneur de l’explorateur Jan Carstenszoon.

Première ascension du Puncak Jaya.

Le 13 février 1962, l’alpiniste autrichien Heinrich Harrer, le guide néo-zélandais Philip Temple, l’alpiniste australien Russell Kippax et l’officier de patrouille néerlandais Albert Huizenga réussissent la première ascension du Puncak Jaya.

Mémoriser la liste des points culminants du monde.

Nous avons vu dans l’article Comment Mémoriser les Montagnes de France facilement plusieurs techniques de mémorisation pour mémoriser les sommets des montagnes.

Nous allons reprendre ces techniques pour mémoriser les points culminants du monde.

Aconcagua, Denali, Elbrouz, Everest, Kilimandjaro, Puncak Jaya, Vinson sont les 7 sommets dans l’ordre alphabétiques des 7 continents.

Comment mémoriser la liste des sept sommets ?

La phrase mnémotechnique.

Avec ce moyen mnémotechnique, Il s’agit de créer un phrase mnémotechnique en utilisant des mots commençant par la première lettre du nom de chaque sommet.

Par exemple, nous pouvons créer la phrase mnémotechnique suivante pour retenir la liste des sommets des sept continents :

  • Aconcagua.
  • Denali.
  • Elbrouz.
  • Everest.
  • Kilimandjaro.
  • Puncak Jaya.
  • Vinson.

« Accompagne deux enfants en kayak pour voir le sommet de la montagne. »

  • Accompagne commence par la lettre A comme Aconcagua.
  • Deux commence par la lettre D comme Denali.
  • Enfants commence par la lettre E comme Elbrouz.
  • En commence la lettre E comme Everest.
  • Kayak commence par la lettre K comme Kilimandjaro.
  • Pour commence la lettre P comme Puncak Jaya.
  • Voir commence par la lettre V comme Vinson.

Les mots « le sommet de la montagne » vont être notre crochet mémoire, notre repère mémoriel pour nous rappeler que la phrase mnémotechnique permet de retenir la liste des 7 sommets.

Acronyme.

Pour mémoriser les 7 sommets les plus hauts des continents du monde, nous pouvons utiliser, comme moyen mnémotechnique les acronymes.

La méthode des acronymes consiste à créer un mot à partir de la première lettre de chaque élément de la liste à retenir.

Pour retenir les sommets des 7 montagnes, vous pouvez utiliser l’acronyme suivant :

« ADEEK PV ».

Pour mémoriser plus facilement, nous pouvons remplacer le mot ADDEK par ADIK qui veut dire frère ou sœur, fratrie en indonésien. L’Indonésie étant le pays où se trouve le Puncak Jaya, nous avons une accroche mémorielle.

Pour mémoriser facilement les 7 sommets, nous pouvons imaginer une histoire toute simple : « Nous voyons un indonésien qui apporte un PV à son frère ou à sa sœur en haut du sommet d’une montagne – le Punka Jaya par exemple – et qui lui dit :

« Adik, PV ».

Le système des liaisons (Link Method).

Nous avons une illustration très concrète de cette méthode dans notre article Comment mémoriser rapidement et facilement une liste de courses.

La technique de mémorisation du système des liaisons consiste à imaginer une histoire en reliant dans l’ordre chacun des 7 sommets les plus hauts de chaque continent.

Le système des liaisons fait appel à la mémoire visuelle.

Les noms sont parfois difficiles à retenir. Pour les retenir plus facilement, nous allons trouver une image mentale facile à mémoriser pour représenter le nom de chaque sommet.

Pour rendre les sommets concrets dans notre cerveau, nous feront correspondre leur nom à un mot ayant la même consonance et facile à nous représenter mentalement.

Nous utiliserons comme crochet mémoire le mot montagne, puisque nous devons mémoriser les points culminants. Nous allons créer une image mentale qui relie le crochet mémoriel au premier sommet. Puis une image qui relie le premier sommet au second et ainsi de suite jusqu’au suivant.

  • Aconcagua : anaconda.
  • Denali: dine (au lit).
  • Elbrouz : elle bronze.
  • Everest : Averell (Dalton).
  • Kilimandjaro : Jean-Claude Killy.
  • Puncak Jaya : punk (joyeux).
  • Vinson : buisson.

Nous allons, par exemple, commencer notre histoire en haut de la montagne, qui est notre crochet mémoire.

« Au sommet de la montagne, c’est le soir. Un anaconda dine au lit. La nuit passe, puis le jour se lève.  Il ouvre les volets et aperçoit une personne étendue dans l’herbe. Elle bronze. Elle entend un bruit, sursaute. Elle aperçoit Averell, le plus grand des frères Dalton, qui court en tenue de bagnard, poursuivi par Jean-Claude Killy. A ce moment, une bande de punks joyeux sortent d’un buisson. Ils sont sept, le même nombre que les 7 sommets du monde. »

Comment mémoriser les 7 sommets, le continent et l’altitude.

Nous allons mémoriser les sept continents, leur point culminant en France et leur altitude.

  • Afrique : Kilimandjaro, 5 892 mètres.
  • Amérique du Nord : Denali, 6 190 mètres.
  • Amérique du Sud : Aconcagua, 6 962 mètres.
  • Antarctique : Massif Vinson, 4 892 mètres.
  • Asie : Everest, 8 848 mètres.
  • Europe : Elbrouz, 5 642 mètres.
  • Océanie : Puncak Jaya, 4 884 mètres.

Pour retenir les noms des continents, nous allons utiliser les mnémoniques suivants :

  • Mnémonique pour l’Afrique : brique.
  • Mnémonique pour l’Amérique du Nord : anneau – A pour Amérique et Neau pour Nord.
  • Mnémonique pour l’Amérique du Sud : massueM de Amérique et Su pour Sud.
  • Mnémonique pour Antarctique : tarte.
  • Mnémonique pour Asie : assis.
  • Mnémonique pour Europe : Euro.
  • Mnémonique pour Océanie : océan.

Pour retenir les sommets les plus hauts de chaque continent, nous allons associer chaque point culminant à l’image que nous avions prise avec la technique du système des liaisons (link method).

  • Aconcagua : anaconda.
  • Denali: dine (au lit).
  • Elbrouz : elle bronze.
  • Everest : Averell (Dalton).
  • Kilimandjaro : Jean-Claude Killy.
  • Puncak Jaya : punk (joyeux).
  • Vinson : buisson.

Pour retenir l’altitude de chaque sommet, nous allons utiliser comme moyen mnémotechnique le système des articulations chiffrées.

Le système des articulations chiffrées est une technique de mémorisation qui consiste à associer un chiffre à un son pour faciliter sa mémorisation.

Chaque chiffre de zéro à neuf, correspond une consonne ou un son.

Le code associé à chaque chiffre est le suivant :

  • 0 : c (ce), s (se), z (ze), t (tion), x (ex : dix).
  • 1 : t, d.
  • 2 : n, ne, gne.
  • 3 : m, me.
  • 4 : r, re.
  • 5 : l, lle.
  • 6 : g (ge), j (je), ch (che), sh (sche).
  • 7 :  g (gue, ga), k (ke, ka), q (que), cue (cas).
  • 8 : f (fe), v(ve), ph (phe).
  • 9 : b, p.

Pour associer l’altitude à une image mentale vous pouvez utiliser la table de rappel du grand système que nous avons apprise dans l’article comment mémoriser facilement les chiffres ou les nombres.

Le Kilimandjaro a une altitude de 5 892 mètres.

Nous allons utiliser la table de rappel du grand système pour retenir l’altitude du Kilimandjaro.

Nous décomposons 5 892 en deux chiffres : 58 et 92.

Le nombre 58 correspond au code mnémonique louve.

Le nombre 92 correspond au code mnémonique bonnet.

Pour retenir le nombre 5 892 nous le relierons mentalement à une louve et à un bonnet.

Pour mémoriser les sept sommets les plus hauts des continents et leur altitude, nous avons les associations mentales suivantes :

  • Afrique : Kilimandjaro, 5 892 mètres.
    • Brique, Jean-Claude Killy, louve et bonnet.
  • Amérique du Nord : Denali, 6 190 mètres.
    • Anneau, dine (au lit), château et poisson.
  • Amérique du Sud : Aconcagua, 6 962 mètres.
    • Massue, anaconda, chapeau et chaîne.
  • Antarctique : Massif Vinson, 4 892 mètres.
    • Tarte, buisson, ravin et bonnet.
  • Asie : Everest, 8 848 mètres.
    • Assis, Averell, fève, ravin.
  • Europe : Elbrouz, 5 642 mètres.
    • Euro, elle bronze, luge, reine.
  • Océanie : Puncak Jaya, 4 884 mètres.
    • Océan, punk joyeux, ravin, forêt.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Mémoriser les 7 Sommets les plus hauts du Monde facilement

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles et recevoir gratuitement notre livre  » Comment Apprendre Facilement ».

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment Mémoriser les Montagnes de France facilement

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles et recevoir gratuitement notre livre  » Comment Apprendre Facilement ».

Vous voulez mémoriser la liste des massifs montagneux de France, leurs points culminants et leurs altitudes ? Vous voulez apprendre à retenir à quelle montagne correspond un sommet ? Vous cherchez des mnémoniques pour chaque massif montagneux ?

Lisez cet article du blog éducatif Apprendre 5 minutes pour apprendre comment mémoriser vite et facilement la liste complète des massifs montagneux français et leurs points culminants.

Nous allons vous montrer les techniques de mémorisation les plus efficaces pour retenir à long terme les montagnes françaises et leurs sommets.

Vous trouverez dans cet article un exemple de mémorisation pour chaque montagne de France métropolitaine et de France d’Outre-Mer.

Sommaire

  • La liste des massifs montagneux français et leurs points culminants.
    • France métropolitaine.
    • France d’Outre-Mer.
    • Points culminants.
  • Mémoriser la liste des massifs montagneux.
    • Phrase mnémotechnique.
    • Acronyme.
    • Le système des liaisons (Link Method).
  • Comment mémoriser tous les montagnes de France et leurs sommets.
  • Bonus : le Massif armoricain.
  • A découvrir aussi.

La liste des massifs montagneux français et leurs points culminants.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Montagnes de France.
Montagnes de France.

France métropolitaine.

Les six massifs métropolitains reconnus par l’article 5 de la « Loi montagne » – Loi n° 85-30 du 9 janvier 1985 relative au développement et à la protection de la montagne – sont :

  • Alpes.
  • Corse.
  • Massif central.
  • Massif jurassien.
  • Pyrénées.
  • Massif vosgien.

France d’Outre-Mer.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

La France d'Outre-Mer
Carte de la France métroplitaine et d’Outre-Mer

(Conception graphique : TinaRebou.com)

Les trois massifs ultramarins dans les départements d’outre-mer reconnus par l’article 4 de la « Loi montagne » – Loi n° 85-30 du 9 janvier 1985 relative au développement et à la protection de la montagne – sont :

  • Massif de Guadeloupe.
  • Massif des Hauts-de-La Réunion.
  • Massif de Martinique.

Points culminants.

Les plus hauts sommets français de chaque massif montagneux sont

En France métropolitaine :

  • Alpes françaises : le Mont Blanc, 4 809 mètres; plus haut sommet d’Europe occidentale et le cinquième d’Europe.
  • Corse : le Monte Cinto, 2 706 mètres.
  • Massif central : le Puy de Sancy, 1 885 mètres.
  • Massif jurassien : le Crêt de la Neige, 1 718 mètres.
  • Pyrénées : le Vignemale, 3 298 mètres.
  • Massif des Vosges : Grand Ballon – appelé également Ballon de Guebwiller, 1 424 mètres.

En France d’Outre-Mer :

  • Massif de Guadeloupe : la Soufrière, 1 467 mètres.
  • Massif des Hauts-de-La Réunion : le Piton des Neiges : 3 070 mètres.
  • Massif de Martinique : Montagne Pelée : 1 397 mètres.

Mémoriser la liste des massifs montagneux.

Pour retenir facilement la liste des massifs montagneux de France métropolitaine et d’Outre-Mer, il existe plusieurs moyens mnémotechniques simples.

Ils reposent tous sur le même principe : créer des associations imagées car notre cerveau mémorise plus facilement les histoires et ce qu’il peut se représenter mentalement.

Pour faciliter le travail de mémorisation, nous allons faire appel à nos sens, nos émotions, à des images animées.

Laissez libre cours à votre imagination et n’hésitez pas à vous amuser à créer des associations imagées.

La phrase mnémotechnique.

Avec ce moyen mnémotechnique, Il s’agit de créer un phrase mnémotechnique en utilisant des mots commençant par la première lettre du nom de chaque massif montagneux.

Par exemple, nous pouvons créer la phrase mnémotechnique suivante pour retenir la liste des montagnes françaises :

  • Alpes.
  • Corse.
  • Massif central.
  • Massif jurassien.
  • Pyrénées.
  • Massif vosgien.
  • Massif de Guadeloupe.
  • Massif des Hauts-de-La Réunion.
  • Massif de Martinique.

« Admire comment ce jeune pic vert grimpe sur la haute montagne. »

  • Admire commence par la lettre A comme les Alpes.
  • Comme commence par la lettre C comme la Corse.
  • Ce commence par la lettre C comme le mot Central (massif central).
  • Jeune commence la lettre J comme Jurassien (massif jurassien).
  • Pic commence par la lettre P comme les Pyrénées.
  • Vert commence la lettre V comme Vosgien (massif vosgien).
  • Grimpe commence par la lettre G comme Guadeloupe.
  • Haute commence par la lettre H comme Hauts (massif des Hauts-de-La-Réunion).
  • Montagne commence par la lettre M comme la Martinique.

Le mot Montagne va être notre crochet mémoire, notre mot repère pour nous rappeler que la phrase mnémotechnique permet de retenir la liste des montagnes françaises.

Acronyme.

Pour mémoriser les 9 massifs montagneux de la France, nous allons utiliser, comme moyen mnémotechnique les acronymes.

La méthode des acronymes consiste à créer un mot à partir de la première lettre de chaque élément de la liste à retenir.

Pour retenir les montagnes françaises, vous pouvez utiliser l’acronyme suivant :

« ACC JV GRMP ».

Pour mémoriser facilement, nous allons nous appuyer sur notre mémoire auditive et imaginer la phrase mnémotechnique suivante à la sonorité proche :

« Assez! Je vais grimper ».

Dans le mot « assez », la lettre S se prononce C.

Le mot « grimper » contient les lettres G, R, M et P.

  • A : Alpes.
  • S : Corse.
  • S : Massif Central.
  • J : Massif Jurassien.
  • V : Massif Vosgien.
  • G : Massif de Guadeloupe.
  • R : Massif des Hauts-de-La Réunion.
  • M : Massif de Martinique.
  • P : Pyrénées.

Le système des liaisons (Link Method).

Nous avons une illustration très concrète de cette méthode dans notre article Comment mémoriser rapidement et facilement une liste de courses.

La technique de mémorisation du système des liaisons consiste à imaginer une histoire en reliant dans l’ordre chacun des massifs montagneux de la France.

Le système des liaisons fait appel à la mémoire visuelle.

Les noms sont parfois difficiles à retenir. Pour les retenir plus facilement, nous allons trouver une image mentale facile à mémoriser pour représenter le nom de chaque massif montagneux.

Pour rendre les massifs montagneux concrets dans notre cerveau, nous leur feront correspondre nous feront correspondre leur nom à un mot ayant la même consonance et facile à nous représenter mentalement.

Nous utiliserons comme crochet mémoire le mot montagne, puisque nous devons mémoriser les massifs montagneux. Nous allons créer une image mentale qui relie le mot XXX à la première montagne. Puis une image qui relie la première montagne à la seconde et ainsi de suite jusqu’à la dernière.

  • Alpes : algue.
  • Corse : écorce.
  • Massif central : centrale nucléaire.
  • Massif jurassien : jurer.
  • Pyrénées : piranha.
  • Massif vosgien : forge.
  • Massif de Guadeloupe : loupe.
  • Massif des Hauts-de-La Réunion : réunion (en haut de la salle de réunion).
  • Massif de Martinique : Martini.

Nous allons, par exemple, commencer notre histoire en haut de la montagne, qui est notre crochet mémoire.

« Le sommet de la montagne est recouvert d’algues. Soudain, les algues se transforment en écorces de pin. Un homme vient en ramasser pour les brûler dans une centrale nucléaire. Il se fait arrêter et jure de ne plus recommencer car, sinon, il sera jeté dans une rivière infectée de piranhas. Finalement on pêche les piranhas et ceux-ci sont envoyées dans une forge. En brûlant, les piranhas se transforment en loupes. Un homme prend une loupe, grimpe en haut d’une salle de réunion pour lire avec la loupe l’étiquette d’une bouteille de Martini. »

Comment mémoriser tous les montagnes de France et leurs sommets.

Nous allons mémoriser les neuf massifs montagneux français, leur point culminant en France et leur altitude.

  • Alpes françaises : le Mont Blanc, 4 809 mètres.
  • Corse : le Monte Cinto, 2 706 mètres.
  • Massif central : le Puy de Sancy, 1 885 mètres.
  • Massif jurassien : le Crêt de la Neige, 1 718 mètres.
  • Pyrénées : le Vignemale, 3 298 mètres.
  • Massif des Vosges : le Grand Ballon, 1 424 mètres.
  • Massif de Guadeloupe : la Soufrière, 1 467 mètres.
  • Massif des Hauts-de-La Réunion : le Piton des Neiges : 3 070 mètres.
  • Massif de Martinique : Montagne Pelée : 1 397 mètres.

Pour retenir les montagnes, nous allons associer chaque massif montagneux à l’image que nous avions prise avec la technique du système des liaisons (link method).

  • Alpes : algue.
  • Corse : écorce.
  • Massif central : centrale nucléaire.
  • Massif jurassien : jurer.
  • Pyrénées : piranha.
  • Massif vosgien : forge.
  • Massif de Guadeloupe : loupe.
  • Massif des Hauts-de-La Réunion : réunion (en haut de la salle de réunion).
  • Massif de Martinique : Martini.

Pour retenir les sommets, nous créerons des images concrètes faciles à visualiser mentalement avec des personnes ou des objets symbolisant le point culminant en France du massif montagneux.

Comme pour les montagnes, nous allons prendre symbole pour les sommets des personnages ou des objets dont le nom a une consonance proche.

Par exemple, nous associerons la Soufrière à une ouvrière; le mot ouvrière ayant une consonance proche de Soufrière.

  • Mont Blanc : manteau blanc.
  • Monte Cinto : mon cintre.
  • Puy de Sancy : puits (rempli) de sangsues.
  • Crêt de la Neige : craie et neige.
  • Vignemale : vigne.
  • Grand ballon : ballon.
  • Soufrière : ouvrière.
  • Piton des Neiges : python et neige.
  • Montagne Pelée : peler.

Pour retenir l’altitude de chaque sommet, nous allons utiliser comme moyen mnémotechnique le système des articulations chiffrées.

Le système des articulations chiffrées est une technique de mémorisation qui consiste à associer un chiffre à un son pour faciliter sa mémorisation.

Chaque chiffre de zéro à neuf, correspond une consonne ou un son.

Le code associé à chaque chiffre est le suivant :

  • 0 : c (ce), s (se), z (ze), t (tion), x (ex : dix).
  • 1 : t, d.
  • 2 : n, ne, gne.
  • 3 : m, me.
  • 4 : r, re.
  • 5 : l, lle.
  • 6 : g (ge), j (je), ch (che), sh (sche).
  • 7 :  g (gue, ga), k (ke, ka), q (que), cue (cas).
  • 8 : f (fe), v(ve), ph (phe).
  • 9 : b, p.

Pour associer l’altitude à une image mentale vous pouvez utiliser la table de rappel du grand système que nous avons apprise dans l’article comment mémoriser facilement les chiffres ou les nombres.

Le Mont Blanc a une altitude de 4 809 mètres.

Nous allons utiliser la table de rappel du grand système pour retenir l’altitude du Mont Blanc.

Nous décomposons 4 809 en deux chiffres : 48 et 09.

Le nombre 48 correspond au code mnémonique ravin.

Le nombre 09 correspond au code mnémonique sapin.

Pour retenir le nombre 4 809 nous le relierons mentalement à un ravin et à un sapin.

Pour mémoriser toutes les montagnes de France métropolitaine et d’Outre-Mer, leurs points culminants en France et leurs altitudes, nous avons les associations mentales suivantes :

  • Alpes françaises : le Mont Blanc, 4 809 mètres.
    • Algues, manteau blanc, ravin et sapin.
  • Corse : le Monte Cinto, 2 706 mètres.
    • Écorce, mon cintre, nuque et singe.
  • Massif central : le Puy de Sancy, 1 885 mètres.
    • Centrale nucléaire, puits de sangsues, dauphin et filet.
  • Massif jurassien : le Crêt de la Neige, 1 718 mètres.
    • Jurer, craie et neige, ticket et dauphin.
  • Pyrénées : le Vignemale, 3 298 mètres.
    • Piranha, vigne, moine et bouffon.
  • Massif des Vosges : le Grand Ballon, 1 424 mètres.
    • Forge, ballon (de basket), taureau et noir.
  • Massif de Guadeloupe : la Soufrière, 1 467 mètres.
    • Loupe, ouvrière, taureau et chèque.
  • Massif des Hauts-de-La Réunion : le Piton des Neiges : 3 070 mètres.
    • Réunion, python et neige, maison et caisse.
  • Massif de Martinique : Montagne Pelée : 1 397 mètres.
    • Martini, peler, diamant et bague.

Bonus : le Massif armoricain.

Le Massif armoricain, situé dans l’Ouest de la France fait partie d’une ancienne chaîne de montagne, la chaîne varisque – appelée également chaîne hercynienne en France.

Le mont des Avaloirs, d’une hauteur de 416 mètres, est le point culminant du Massif armoricain.

Pour mémoriser le nom du Massif armoricain, le mont des Avaloirs qui est son point culminant et son altitude de 416 mètres nous pouvons utiliser les images mnémoniques suivantes :

  • Massif armoricain : armoire.
  • Mont des Avaloirs : abattoir.
  • 416 mètres : roi et donjon.

Pour la hauteur de 416 mètres, vous pouvez également prendre artichaut comme mnémonique.

  • 4 : R.
  • 1 : T.
  • 6 : CH.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Comment Mémoriser les Montagnes de France facilement

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles et recevoir gratuitement notre livre  » Comment Apprendre Facilement ».