Mont Rushmore – les 4 présidents américains du Mont Rushmore

Les sculptures géantes des 4 présidents américains du Mont Rushmore représentent les présidents américains qui ont marqué le plus l’histoire des États-Unis.

Vous voulez apprendre l’essentiel sur le mémorial national du Mont Rushmore et sur les 4 présidents américains ?

Vous voulez mémoriser les 4 présidents américains du Mont Rushmore ? Vous cherchez des moyens mnémoniques faciles à retenir ?

Lisez cet article d’ Apprendre 5 minutes pour apprendre l’essentiel sur le mémorial national du Mont Rushmore et comment mémoriser facilement les 4 présidents des États-Unis.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Comment mémoriser les présidents américains du mont Rushmore.
Comment mémoriser les présidents américains du mont Rushmore.

Sommaire

  • Le Mont Rushmore.
  • Histoire du mémorial national du Mont Rushmore.
  • Les 4 présidents américains du Mont Rushmore.
  • Comment mémoriser les noms des 4 présidents américains.
    • Technique de mémorisation : la méthode des concaténations.
    • Technique de mémorisation : le système des liaisons.
  • A découvrir aussi.

Le Mont Rushmore.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Carte du Mont Rushmore
Carte du Mont Rushmore

(Conception graphique : TinaRebou.com)

Le Mont Rushmore se trouve dans l’État du Dakota du Sud aux États-Unis.

Le monument national du Mont Rushmore est situé près de la ville de Rapid City dans les Black Hills, à l’intérieur du mémorial présidentiel des États-Unis.

La sculpture monumentale de Gutzon Borglum, haute de 18 mètres, taillée dans la falaise de granit, représente 4 présidents ayant marqué l’histoire des États-Unis :

  • George Washington (1732-1799),
  • Thomas Jefferson (1743-1826),
  • Theodore Roosevelt (1858-1919)
  • Abraham Lincoln (1809-1865).

Histoire du mémorial national du Mont Rushmore.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Les 4 présidents américains du mont Rushmore
Les 4 présidents américains du mont Rushmore – réalisation de Gutzon Borglum aidé de 400 ouvriers sur 14 ans (1927 – 1941)

En 1923, s’inspirant du bas-relief de Stone Mountain en Géorgie représentant trois leaders des États confédérés d’Amérique, l’historien originaire du Dakota du Sud, Doane Robinson a l’idée de réaliser une sculpture du même type. pour développer le tourisme et redynamiser l’économie de l’État du Dakota du Sud, en rendant hommage aux héros de l’Ouest, comme le Chef Sioux Red Cloud.

En 1924,  Doane Robinson choisit Gutzon Borglum, un des sculpteurs du bas-relief de Stone Mountain  pour réaliser une sculpture monumentale.

Gutzon Borglum convainc Doane Robinson de sculpter le visage de présidents des États-Unis plutôt que celui du chef indien Red Cloud, afin de susciter un intérêt national plus important autour du projet.

Le 3 mars 1925, le président des États-Unis John Calvin Coolidge autorise le lancement d’une commission nationale du mémorial du Mont Rushmore.

La réalisation de sculptures du Mont Rushmore dureront 14 ans.

Les travaux commencent le 4 octobre 1927 et se termineront le 31 octobre 1941.

Afin de commémorer les 150 premières années de l’histoire des États-Unis, Gutzon Borglum et 400 ouvriers vont réaliser des sculptures hautes de 18 mètres des visages des 4 présidents américains.

En 1929, le président John Calvin Coolidge signe le décret permettant de financer le début des travaux du mémorial national.

Appelée « Six grands-pères » par les sioux – peuple amérindien des Lakotas sioux – le site sacré fut renommé « Mont Rushmore » le 30 juin 1930 par le Bureau des États-Unis pour le nommage géographique en l’honneur de l’homme d’affaires et juriste Charles E. Rushmore qui l’avait remarqué en 1885 pendant une expédition.

Le visage de George Washington, premier président des États-Unis, est dévoilé le 4 juillet 1930, Jour de l’Indépendance; la fête nationale des États-Unis.

Le 30 août 1936, est dévoilé le visage de Thomas Jefferson en présence du président des États-Unis Franklin Delano Roosevelt.

Le 17 septembre 1937, est dévoilé le visage d’Abraham Lincoln, à l’occasion du 150ème anniversaire de la signature de la Constitution Américaine de 1787.

Le 2 juillet 1939, le visage de Theodore Roosevelt est dévoilé.

Le sculpteur Gutzon Borglum décède le 6 mars 1941.

Son fils Lincoln Borglum  terminera l’œuvre de son père en apportant les derniers détails à la sculpture.

Le projet initial prévoyait de réaliser le buste des 4 présidents américains mais, faute d’argent, seuls les visages seront réalisés.

Les 4 présidents américains du Mont Rushmore.

Gutzon Borglum choisit ces quatre présidents américains pour représenter les événements les plus importants de l’histoire des États-Unis.

George Washington (1732-1799).

Georges Washington est le 1er président des États-Unis libres, de 1789 à 1797. Il participe à la rédaction de la Constitution des États-Unis. Il est considéré comme l’un des « pères fondateurs des États-Unis ». Il symbolise la naissance des États-Unis.

Thomas Jefferson (1743-1826).

Thomas Jefferson est le 3ème Président des États-Unis, de 1801 à 1809. Il est le principal auteur de la Déclaration d’Indépendance des États-Unis d’Amérique – appelée également « Déclaration unanime des treize États unis d’Amérique ». Il rachète en 1803 le territoire de la Louisiane au Premier Consul français Napoléon Bonaparte, ce qui permis de doubler la taille des États-Unis.  Il symbolise la croissance des États-Unis.

Theodore Roosevelt (1858-1919).

Theodore Roosevelt est le 26ème Président des États-Unis, de 1901 à 1909. Il a été prix Nobel de la paix pour sa médiation dans la guerre russo-japonaise. Il fait des États-Unis l’un des pays les plus puissants du monde. Il représente le développement des États-Unis.

Abraham Lincoln (1809-1865).

Abraham Lincoln est le 16ème Président de 1861 à 1865. Il est à l’origine de l’abolition de l’esclavage. Il réussit à préserver le pays lors de la guerre de Sécession, dont il sort victorieux.

Comment mémoriser les noms des 4 présidents américains.

Pour apprendre comment mémoriser les noms des 4 présidents américains du Mont Rushmore, il existe plusieurs moyens mnémotechniques faciles à retenir et à utiliser.

A vous de choisir celui qui vous convient le mieux.

Technique de mémorisation : la méthode des concaténations.

Pour mémoriser les noms des présidents des États-Unis du Mont Rushmore, nous allons utiliser un moyen mnémotechnique simple : la concaténation.

Concaténer, c’est mettre bout à bout, c’est relier au moins deux chaînes de de caractères.

Avec les premières lettres des noms des présidents américains, nous allons créer une phrase mnémotechnique facile à retenir grâce à sa phonétique.

Nous allons utiliser les premières lettres de chaque président, soit telles quelles, soit avec une sonorité proche.

En voici quelques exemples :

« Wouah ! J’ai froid au lit. »

  • Wouah : Washington.
  • J’ai f : Jefferson.
  • (f)roid : Roosevelt.
  • Li : Lincoln.

« Va, je relis. »

  • Va : Washington.
  • Je : Jefferson.
  • Re : Roosevelt.
  • Li : Lincoln.

« Wouah ! Je roule. »

  • Wouah : Washington.
  • Je : Jefferson.
  • Rou : Roosevelt.
  • Le : Lincoln.

Laissez libre cours à votre imagination, appropriez-vous la phrase mnémonique.

Technique de mémorisation : le système des liaisons.

Le système des liaisons – appelé également méthode des chaînes ou méthode des liens –  est une technique de mémorisation permettant de retenir une liste d’informations en créant une association mentale, appelée lien, entre les éléments consécutifs de la liste.

La méthode des chaînes consiste à relier les informations, rendues concrètes au travers d’images mentales, entre elles, en créant une histoire.

Les images mentales associées aux informations à retenir sont comme les anneaux d’une chaîne. Connaitre une information, permet de trouver la suivante et ainsi de suite grâce aux différentes parties de l’histoire qui s’enchainent les unes après les autres.

Pour chaque président des États-Unis, nous allons prendre comme association mentale l’image que nous avions choisie dans l’article Présidents des États-Unis – comment mémoriser la liste rapidement.

  • Washington : Vache en tongs.
  • Jefferson : Chemin de fer.
  • Roosevelt : (Tasse de) thé aux roses.
  • Lincoln : Licorne.

Nous pouvons maintenant imaginer une histoire avec les images associées aux 4 présidents des États-Unis pour en mémoriser la liste.

« Devant une montagne en forme de ruche, une vache en tongs s’assoie devant un chemin de fer, puis boit une tasse de thé aux roses avec une licorne. »

La montagne en forme de ruche symbolise le Mont Rushmore.

Visualisez mentalement l’histoire. Vous allez facilement retenir la liste des présidents américains du mémorial national du Mont Rushmore grâce à ce moyen mnémotechnique très simple et efficace qu’est le système des liaisons.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Mont Rushmore – les 4 présidents américains du Mont Rushmore

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.

 

 

Les citations de Napoléon Bonaparte

Vous voulez apprendre et retenir les citations de Napoléon Bonaparte, ses phrases les plus célèbres ?

Pour illustrer vos propos, que ce soit pour vos études ou briller en société, lisez cet article d’ Apprendre 5 minutes pour choisir, apprendre et mémoriser les citations de Napoléon Bonaparte, grand personnage de l’histoire de France, né le 15 août 1769, devenu Napoléon Ier, empereur des français le 02 décembre 1804 et décédé le 05 mai 1821.

Nous avons sélectionné 150 citations parmi les grandes phrases de Napoléon, que ce soit dans les domaines de la guerre, de la politique, de l’histoire, des relations humaines ou du savoir.

Les citations de Napoléon.

Napoléon Bonaparte, grand soldat et observateur des hommes et des femmes de son temps, a été prolixe en bons mots et phrases célèbres.

En voici une liste que ne se veut pas exhaustive mais représentative de ce personnage célèbre et de son caractère.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Les citations de Napoléon Bonaparte
Les citations de Napoléon Bonaparte à connaître.
« Il n’y a que deux puissances dans le monde, le sabre et l’esprit. J’entends par l’esprit, les institutions civiles et religieuses. À la longue, le sabre est toujours battu par l’esprit. »
« Une belle femme plaît aux yeux, une bonne femme plaît au cœur ; l’une est un bijou, l’autre un trésor. »

« On tient fort à ce que les jeunes gens étudient la guerre dans les livres, c’est un bon moyen pour avoir de mauvais généraux. »

« Le bon sens fait les hommes capables. »

« L’art de gouverner consiste à ne pas laisser vieillir les hommes dans leur poste. »

« La morale publique est le complément naturel de toutes les lois; elle est à elle seule tout un code. »

« Dans les révolutions, il y a deux sortes de gens : ceux qui les font et ceux qui en profitent. »

« On ne conduit le peuple qu’en lui montrant un avenir : un chef est un marchand d’espérance. »

« On ne peut gouverner l’homme que par l’imagination ; sans l’imagination, c’est une brute ! Ce n’est pas pour cinq sous par jour ou pour une chétive distinction que l’on se fait tuer ; c’est en parlant à l’âme que l’on électrise l’homme. »

« Le bonheur tient aux événements, la félicité tient aux affections. »

« Les actes valent mieux que les mots. »

« La vraie sagesse des nations est l’expérience. »

« L’ambition est à l’homme ce que l’air est à la nature : ôtez l’un au moral et l’autre au physique, il n’y a plus de mouvement. »

« Les pressentiments sont les yeux de l’âme. »

« Il faut être lent dans la délibération et vif dans l’exécution. »

« L’art d’être tantôt très audacieux et tantôt très prudent est l’art de réussir. »

« Le hasard est le seul roi légitime dans l’univers. »

« L’imagination gouverne le monde. »

« Dix personnes qui parlent font plus de bruit que dix mille qui se taisent. »

« Il faut être plus grand, malgré nous. »

« Ce que je cherche avant tout, c’est la grandeur : ce qui est grand est toujours beau. »

« L’homme n’a pas d’amis, c’est son bonheur qui en a. »

« Si vous n’aimez pas les chiens, vous n’aimez pas la fidélité; vous n’aimez pas qu’on vous soit fidèle, donc vous n’êtes pas fidèles. »

« Le temps est le grand art de l’homme. »

« La bravoure est une monnaie de convention : tel va chercher hardiment la mort dans les rangs ennemis, qui tremble devant le fer du bourreau. Il y a de faux braves comme il y a de faux jetons. A dire vrai, la bravoure est une qualité innée ; on ne se la donne pas. »

« La bravoure procède du sang, le courage vient de la pensée. »

« La mort n’est rien, mais vivre vaincu et sans gloire, c’est mourir tous les jours. »

« Le vrai courage, c’est celui de trois heures du matin. »

« Avec de l’audace, on peut tout entreprendre, on ne peut pas tout faire. »

« Le juste est l’image de Dieu sur la terre. »

« Ceux qui cherchent le bonheur dans le faste et la dissipation ressemblent à ces gens qui préfèrent l’éclat des bougies à la lumière du soleil. »

« Qui ne pratique la vertu que dans l’espérance de la renommée est près du vice. »

« J’ai créé mon siècle pour moi comme je l’avais été pour lui. »

« Le moyen d’être cru est de rendre la vérité incroyable. »

« Le meilleur moyen de tenir sa parole est de ne jamais la donner. »

« La plupart de nos académiciens sont des auteurs qu’on admire en bâillant. »

« Les hommes de génie sont des météores destinés à brûler pour éclairer leur siècle. »

« L’intelligence ne se mesure pas des pieds à la tête mais de la tête au ciel. »

« On peut bien avec des rubans parer les courtisans, mais on ne fait pas des hommes. »

« Le bon sens fait les hommes capables ; l’amour-propre est le vent qui enfle les voiles et conduit leur vaisseau dans le port. »

« Le mot de « vertu politique » est un non-sens. »

« En politique, une absurdité n’est pas un obstacle. »

« La vie est un songe léger qui se dissipe. »

« Le vrai caractère perce presque toujours dans les grandes circonstances. »

« La foule qui me contemple avec admiration, me ferait de la même manière monter à l’échafaud. »

« Lorsque les peuples cessent de se plaindre, ils cessent de penser. »

« La France, c’est le français quand il est bien écrit. »

« Ce n’est pas possible, m’écrivez-vous ; cela n’est pas français.« 

« Quand la Chine s’éveillera, le monde tremblera. »

« La plus insupportable tyrannie est la tyrannie des subalternes. »

« Le vulgaire imagine Dieu comme un roi qui tient son conseil dans sa cour. »

« Le sot a un grand avantage sur l’homme d’esprit : il est toujours content de lui-même. »

« Il y a des gens qui ne sont vertueux que parce que les occasions du vice leur manquent. »

« Un trône n’est qu’une planche garnie de velours. »

« La force, quand on ne peut faire autrement, mais quand on est maître, justice vaut mieux. »

« Sachez écouter et soyez sûr que le silence produit souvent le même effet que la science. »

« Tous les événement ne tiennent qu’à un cheveu. »

« La populace incorrigible montre en tous lieux le même esprit de démence. »

« Rien n’augmente les bataillons comme les succès. »

« Une tête sans mémoire est une place sans garnison. »

« Dans tout ce qu’on entreprend, il faut donner les deux tiers à la raison et l’autre tiers au hasard. Augmentez la première fraction et vous serez pusillanime. Augmentez la seconde, vous serez téméraires. »

« Je sais quand il faut, quitter la peau du lion pour prendre celle du renard. »

« L’indécision est au gouvernement ce que la paralysie est au mouvement des membres. »

« N’interrompez jamais un ennemi qui est en train de faire une erreur. »

« Pour être heureux, le mariage exige un continuel échange de transpirations. »

« L’amour est une sottise faite à deux. »

« En amour, la seule victoire c’est la fuite. »

« L’avenir d’un enfant est l’œuvre de sa mère. »

« Les oligarchies ne changent jamais d’opinions, leurs intérêts sont toujours les mêmes ! »

« L’Église doit être dans l’État, et non l’État dans l’Église. »

« Une société sans religion est comme un vaisseau sans boussole. »

« La supériorité de Mahomet est d’avoir fondé une religion en se passant de l’enfer. »

« Ce qui caractérise la démence, c’est la disproportion entre les vues et les moyens. »

« Il faut s’accoutumer à voir sans étonnement et sans envie ce qui est au-dessus de nous, et sans mépris ce qui est au-dessous. »

« On se dé popularise pour une peccadille comme pour un coup d’état : quand on cannait l’art de régner, on ne joue son crédit qu’à bonnes enseignes. »

« On gouverne mieux les hommes par leurs vices que par leurs vertus. »

« Les courtisans consommés méprisent l’idole qu’ils semblent adorer, et sont toujours prêts à la briser. »

« On ne va pas chercher une épaulette sur le champ de bataille quand on peut l’avoir dans une antichambre. »

« Les hommes sont comme les chiffres, ils n’acquièrent de la valeur que par leur position. »

« Il y a tant de lois qu’il n’y a personne exempt d’être pendu. »

« La perversité est toujours individuelle, presque jamais collective. »

« On ne doit plus contraindre les travers quand ils ne sont pas nuisibles. »

« On réussit quelquefois mieux par la porte du valet de chambre qu’autrement. »

« On ne fait pas des républiques avec de vieilles monarchies. »

« Si l’obéissance est le résultat de l’instinct des masses, la révolte est celui de leur réflexion. »

« La police n’est que la diplomatie en haillons. »

« Le succès suit le grand homme. »

« Je n’ai pas succédé à Louis XVI mais à Charlemagne. »

« Le doute est l’ennemi des grandes entreprises. »

« Un trône et ses poisons, à peine y est-on assis que l’on en sent la contagion ! »

« Une révolution est l’un des plus grands maux dont le ciel puisse affliger la terre. »

« La friponnerie a des bornes, la bêtise n’en a point. »

« On est toujours forcé de donner quelque chose au hasard. »

« Il est plus facile de faire des lois que de les exécuter. »

« Le véritable héroïsme consiste à être supérieur aux maux de la vie. »

« Il faut vouloir vivre et savoir mourir. »

« Quand on veut on peut, quand on peut on doit. »

« L’important de la politique est d’arriver à son but, les moyens ne font rien à l’affaire. »

« On n’est jamais mieux servi que par soi-même. »

« La richesse ne consiste pas dans la possession de trésors, mais dans l’usage qu’on en sait faire. »

« L’homme supérieur est impassible : qu’on le loue ou le blâme, il écoute sa conscience. »

« Il faut toujours se réserve le droit de rire le lendemain de ses idées de la veille. »

« Il y a des gens qui se croient le talent de gouverner par la seul raison qu’ils gouvernent. »

« L’intérêt est un langage que les hommes apprennent sans grammaire. »

« S’il faut être d’un parti, autant être de celui qui triomphe, mieux vaut être mangeur que mangé. »

« Il faut récompenser avec faste celui qui excelle dans un art quelconque. »

« On appelle cela des hochets. Eh bien, c’est avec des hochets qu’on mène les hommes ! »

« Ne t’embarrasse point des roquets qui aboient sur ton chemin. »

« Quand on jette les honneurs à pleines mains, beaucoup d’indignes en ramassent. »

« C’est l’unanimité des intérêts qui constitue la force légitime d’un gouvernement ; il ne peut se mettre en guerre avec eux sans se frapper de mort. »

« Les princes vulgaires ne sont jamais impunément despotes ni populaires. »

« On n’est vraiment secondé par ses inférieurs que quand ils savent que vous êtes inflexible. »

« Ceux qui cherchent le bonheur dans le faste et la dissipation ressemblent à ces gens qui préfèrent l’éclat des bougies à la lumière du soleil. »

« Il faut convenir que la fortune, qui se joue des hommes, arrange plaisamment les évènements de ce monde. »

« Des soldats braves, mais sans expérience, sont dans la meilleure disposition pour battre l’ennemi. Ajoutez-y une ration d’eau-de-vie avant de les mener au feu, vous êtes sûr de votre fait. »

« La pauvreté, les privations et la misère sont l’école du bon soldat. »

« L’absence guérit les petites passions et accroît les grandes. »

« Un roi doit se défendre et mourir dans ses États ; un roi émigré et vagabond est un sot personnage. »

« Les vices sont nécessaires à l’état de société comme les orages à l’atmosphère. Si l’équilibre se rompt entre le bien et le mal, l’harmonie cesse, il y a révolution. »

« Un bon croquis vaut mieux qu’un long discours. »

« Dieu a posé le travail pour sentinelle de la vertu. »

« Les inventions les plus étonnantes ne sont pas celles dont l’esprit humain puisse se glorifier, c’est à un instinct mécanique et au hasard qu’on doit la plupart des découvertes, et nullement à la philosophie. »

« La répétition est la plus forte des figures de rhétorique. »

« La liberté seule permet de dire la vérité. »

« On ne fait bien que ce qu’on fait soi-même. »

« Tout homme fait des fautes, et par conséquent les chefs d’État. »

« La froideur est la plus grande qualité d’un homme destiné à commander. »

« Le patriotisme, c’est aimer son pays. Le nationalisme, c’est détester celui des autres. »

« La véritable richesse des états consiste dans le nombre d’habitants, dans leur travail et leur industrie. »

« Demander jusqu’à quel point la religion est nécessaire au pouvoir politique, c’est demander jusqu’à quel point on peut faire la ponction à un hydropique ; tout dépend de la prudence du médecin. »

« Il faut mener les hommes par les brides qu’ils ont aujourd’hui, et non par celles qu’ils avaient autrefois. »

« Quand on dore ses fers, le peuple ne hait pas la servitude. »

« La bonne politique est de faire croire aux peuples qu’ils sont libres. »

« L’infortune est la sage femme du génie. »

« L’homme n’est jamais si grand qu’à genoux devant Dieu. »

« En guerre comme en amour, pour en finir, il faut se voir de près. »

« Vaincre n’est rien, il faut profiter du succès. »

« Intimer un ordre c’est intimider un regard. »

« On ne respecte dans l’abaissement que ceux qui se sont respectés dans la grandeur. »

« Je redoute trois journaux plus que 100.000 baïonnettes. »

« J’ai fait mes plans avec les rêves de mes soldats endormis. »

« L’épée est l’arme des braves. »

« A la guerre, l’audace est le plus beau calcul du génie. »

« Le grand art, c’est de changer pendant la bataille. Malheur au général qui arrive au combat avec un système. »

« La force d’une armée, comme la quantité de mouvement en mécanique, s’évalue par la masse multipliée par la vitesse. »

« Quand cessera-t-on de nous envoyer des peintres et des médecins pour nous commander? »

« Mais soldats, vous n’avez rien fait, puisqu’il vous reste encore à faire. »

« Soldats ! Vous êtes venus dans ces contrées pour les arracher à la barbarie, porter la civilisation dans l’Orient, et soustraire cette belle partie du monde au joug de l’Angleterre. Nous allons combattre. Soldats, songez que, du haut de ces pyramides, quarante siècles vous contemplent. »

« Il vous suffira de dire, « J’étais à la bataille d’Austerlitz », pour que l’on réponde, « Voilà un brave ». »

« Ma vraie gloire n’est pas d’avoir gagné quarante batailles; Waterloo effacera le souvenir de tant de victoires. Ce que rien n’effacera, ce qui vivra éternellement, c’est mon Code Civil. »

Mémoriser les citations de Napoléon.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

comment mémoriser un texte court ou une citation
comment mémoriser un texte court ou une citation

Pour vous souvenir des citations de Napoléon Bonaparte que vous avez choisi, lisez notre article mémoriser un texte court ou une citation facilement pour apprendre comment les retenir vite et facilement avec nos techniques de mémorisation.

Vous y trouverez également une méthode et des astuces pour vous organiser et apprendre comment retenir un grand nombre de citations dans un temps limité.

Il existe des méthodes, des techniques de mémorisation efficaces, simples et ludiques pour apprendre des textes courts, des citations, des paragraphes ou des versets.

Avec nos astuces et moyens mnémotechniques, retenir les citations de Napoléon deviendra pour vous un jeu d’enfant.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Les citations de Napoléon Bonaparte

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.

 

Mémoriser les batailles napoléoniennes facilement

Vous cherchez comment mémoriser les batailles napoléoniennes facilement ?

Lisez cet article d’ Apprendre 5 minutes pour apprendre en 5 minutes comment retenir les grandes batailles de Napoléon Ier à l’aide des techniques de mémorisation les plus efficaces.

Avec nos moyens mnémotechniques, vous retiendrez sans effort la liste et la date des grandes batailles napoléoniennes.

Sommaire

Les grandes batailles napoléoniennes

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Les grandes batailles napoléoniennes - 1793 - 1815
Les grandes batailles napoléoniennes – 1793 – 1815
  1. Toulon :18 décembre 1793 – Siège de Toulon – Les anglais quittent Toulon
  2. Rivoli : 14 janvier 1797 – Campagne d’Italie – Victoire décisive sur les autrichiens
  3. Pyramides : 21 juillet 1798 – Campagne d’Égypte – Une victoire de prestige
  4. Marengo : 14 juin 1800 -Deuxième campagne d’Italie – Napoléon franchit les Alpes, bat les Autrichiens et sauve le Consulat
  5. Ulm :19 octobre 1805 – Campagne d’Allemagne – Capitulation de l’armée autrichienne
  6. Trafalgar : 21 octobre 1805 – Le Royaume-Uni détruit la flotte française et s’empare de la maitrise des mers
  7. Austerlitz : 2 décembre 1805 – Le soleil d’Austerlitz – Napoléon Ier remporte la bataille des trois empereurs
  8. Iéna : 14 octobre 1806 – Napoléon écrase l’armée Prusse
  9. Eylau : 8 février 1807 – Le carnage – Napoléon bat l’armée russe au prix de lourdes pertes
  10. Friedland : 14 juin 1807 – L’apogée de l’Empire français – Victoire décisive sur les Russes
  11. Wagram : 6 juillet 1809 – La dernière grande victoire de Napoléon sur l’Autriche
  12. Moskova : 7 septembre 1812 – La bataille des géants ouvre les portes de Moscou
  13. Leipzig : 19 octobre 1813 – Napoléon perd la bataille des Nations, trahi par ses alliés
  14. Waterloo : 18 juin 1815 – La fin de l’épopée napoléonienne

Vous trouverez plus d’informations sur les grandes batailles de Napoléon en lisant notre article Comment apprendre les dates de l’histoire de Napoléon rapidement et facilement.

Sommaire.

Mémoriser la liste des batailles napoléoniennes

Pour retenir une liste, il existe plusieurs  moyens mnémotechniques.

Ils reposent tous sur le même principe : créer des associations imagées car notre cerveau mémorise plus facilement les histoires et ce qu’il peut se représenter mentalement.

Faites appel à vos sens , vos émotions, à des images animées pour faciliter le travail de mémorisation.

Sommaire.

Technique de mémorisation : les concaténations

Pour mémoriser les grandes batailles de Napoléon Ier, nous pouvons utiliser, comme technique de mémorisation, les concaténations.

Concaténer, c’est mettre bout à bout, relier au moins deux chaînes de de caractères.

Nous avons appris ce moyen mnémotechnique à l’école. Par exemple pour nous souvenir des conjonctions de coordination « Mais, ou, et, donc, or, ni, car », nous avons appris la phrase « Mais où est donc Ornicar ? ».

La musicalité des mots facilite la mémorisation de la phrase. La liaison entre chaque élément de la phrase constitue une série de chaînes. Ce sont nos concaténations.

Nous allons appliquer cette méthode pour retenir la liste des batailles napoléoniennes. Nous allons créer des phrases avec les premières lettres des batailles.

« ToRiPy M’A eU. TRAFALGAR AUSsI. HE! FRED, VA ME LES VOIR.  »

Toulon, Rivoli, Pyramides, Marengo, Ulm, Trafalgar, Austerlitz, (s)na, (Hé) Eylau, Friedland, (V)Wagram, Moskova, Leipzig, (Voir)Waterloo.

Sommaire.

Technique de mémorisation : la phrase mnémotechnique

Lorsque certaines notions nous échappent ou que nous n’arrivons pas à nous en souvenir, nous pouvons présenter ou convertir l’information sous une autre forme, plus facile à retenir.

Par exemple, la technique des acrostiches consiste à prendre la ou les premières lettres d’une série d’informations à retenir et à créer une phrase mnémotechnique – appelée également phrase mnémonique.

Par exemple, pour retenir la liste des grandes batailles napoléoniennes, nous pouvons imaginer Napoléon Ier dire la phrase mnémotechnique suivante à son neveu Pierre-Napoléon Bonaparte :

« Tu ris Pierre mais un train arrive ici en fracassant (les) wagons mauves (contre) les waters. »

Les premières lettres de chaque mot correspondent aux noms des principales batailles de Napoléon : Toulon, Rivoli, Pyramides, Marengo, Ulm, Trafalgar, Austerlitz, Iéna, Eylau, Friedland, Wagram, Moskova, Leipzig, Waterloo.

Peu importe si la phrase à l’air loufoque. Ce qui compte, c’est qu’elle s’imprègne dans votre cerveau et que vous la reteniez.

Sommaire.

Mémoriser les dates des batailles napoléoniennes

Nous trouvons souvent difficile de retenir une série de chiffres ou une date. Pas de panique! Il existe des moyens mnémotechniques simples et efficaces pour mémoriser les dates.

Créer des associations fortes avec les dates permet de les retenir efficacement et facilement. Avec l’habitude cela deviendra naturel et facile pour vous.

Nous avons vu dans l’article Comment mémoriser facilement les dates d’histoire les principales méthodes et astuces à utiliser pour se souvenir des dates.

Nous allons appliquer ces techniques de mémorisation pour apprendre les dates des batailles de Napoléon Ier.

Sommaire.

Associer la date et la  bataille

Nous allons créer des associations entre la date à retenir et la bataille. Nous allons représenter la date sous forme d’images et inventer une histoire. Si l’histoire mentale est facile à visualiser, elle sera facile à retenir.

Pour représenter une date,  plusieurs techniques existent. Choisissez celle qui vous aidera le plus à mémoriser.

Sommaire.

Technique de mémorisation : le système des articulations chiffrées

Le système des articulations chiffrées, appelé également système nombre-lettre correspond à notre système décimal.

Le système des articulations chiffrées permet de transformer chaque chiffre du système décimal en son, chaque son correspondant à une lettre.

Il rend de réels services pour mémoriser les dates. Avec un peu d’habitude, vous allez enregistrer les dates sous forme de mots construits de manière à les retrouver facilement.

A chaque chiffre de 0 à 9 nous allons faire correspondre une ou deux consonnes :

  • 0 : c (ce), s (se), z (ze), t (tion), x(exemple : dix.
  • 1 : t, d.
  • 2 : n, ne, gne.
  • 3 : m, me.
  • 4 : r, re.
  • 5 : l, lle, y (lle).
  • 6 : g (ge), j (je), ch(che), sh (sche).
  • 7 : g (gue, ga), k(ke, ka), q (que), cue (cas).
  • 8 : f (fe), v (ve), ph (phe).
  • 9 : b, p.

Pour mémoriser facilement les années des dates des grandes batailles napoléoniennes, nous pouvons retenir les phrases mnémoniques suivantes :

1793 : siège de Toulon. Les anglais évacuent Toulon par la mer.

« Après la prise de Toulon par Napoléon Bonaparte, les Anglais DéCamPent en Mer en 1793. »

L’année 1793 est associée aux lettres « DCPM ».

1797 : bataille de Rivoli.

« Napoléon Bonaparte fête Rivoli par De Gais BanQuets en 1797. »

L’année 1797 est associée aux lettres « DGBQ ».

1798 : la bataille des Pyramides. Napoléon Bonaparte combat victorieusement les mamelouks lors de la campagne d’Égypte.

« Aux Pyramides, Tu ComBats et Vaincs les mamelouks en 1798. »

L’année 1798 est associée aux lettres « TCBV ».

1800 : La bataille de Marengo.

« A Marengo, l’armée autrichienne esT enFonCée auSSi en 1800. »

L’année 1800 est associée aux lettres « TFCS ».

1805 : bataille d’Ulm. Victoire rapide, conduite avec génie par Napoléon Ier.

« A Ulm, la victoire esT FaCiLe en 1805. »

L’année 1805 est associée aux lettres « TFCL ».

1805 : Trafalgar. La flotte britannique emporte la victoire et la maîtrise des mers.

« Trafalgar, sur la mer, Tu VaCiLLes en 1805. »

L’année 1805 est associée aux lettres « TVCLL ».

1805 : bataille d’Austerlitz. Cette victoire de Napoléon Ier est également appelée « le soleil d’Austerlitz ».

« Pour Napoléon, Austerlitz DeVient SoLeil en 1805. »

L’année 1805 est associée aux lettres « DVSL ».

1806 : bataille d’Iéna.Napoléon Ier écrase l’armée Prusse.

« Après la bataille d’Iéna, l’armée Prusse DeVint SaGe en 1806. »

L’année 1806 est associée aux lettres « DVSG ».

1807 : bataille d’Eylau. Napoléon Ier remporte une bataille sanglante.

« Le carnage d’Eylau émeut Napoléon eT Fend Son Cœur en 1807. »

L’année 1807 est associée aux lettres « TFSC ».

1807 : bataille de Friedland. Victoire décisive sur les russes et apogée de l’Empire.

« Frieland, DeVient Son Gain en 1807. »

L’année 1807 est associée aux lettres « DVSG ».

1809 : bataille de Wagram. La dernière grande victoire de Napoléon Ier sur l’Autriche.

« A Wagram, Tu Vas Sans Peur en 1809 ».

L’année 1809 est associée aux lettres « TVSP ».

1812 : la bataille de la Moskova ouvre les portes de Moscou à Napoléon Ier.

« Napoléon, Moscou DeVient Ton Nid en 1812. »

L’année 1812 est associée aux lettres « DVTN ».

1813 : bataille de Leipzig – Napoléon Ier perd la bataille des Nations, trahi par ses alliés.

« A Leipzig, Napoléon, il faudrait que Tu Fuis Tes Amis. »

L’année 1813 est associée aux lettres « TFTM ».

1815 : bataille de Waterloo, perdue par Napoléon Ier.

« Pour Napoléon,  la bataille de Waterloo esT FaTaLe en 1815. »

L’année 1815 est associée aux lettres « TFTL ».

Sommaire.

Technique de mémorisation : la table de rappel du grand système

Nous allons apprendre les dates des grandes batailles napoléoniennes à l’aide de la table de rappel du grand système que nous avons appris dans l’article comment mémoriser facilement les chiffres ou les nombres.

Pour retenir plus facilement les batailles à mémoriser, nous allons classer les dates par année, mois et jour.

Nous classerons les mois de 1 à 12 et les jours de 01 à 31.

Nous allons rattacher l’année, le mois, le jour, l’évènement à un objet ou un personnage et former une image mentale et créer une histoire.

Le cerveau adore les histoires. Il fonctionne par association. Associer, c’est créer des liens entre des objets, des personnages, des émotions, etc. Plus les liens seront forts et plus il sera facile de se souvenir.

C’est cette histoire que nous venons de créer que nous allons apprendre. Nous allons retenir ainsi facilement et à long terme la date et la bataille.

Comme il n’y a pas d’ambiguïté dans les dates à retenir, nous n’utiliserons que la table de rappel du grand système pour associer l’année, le mois et le jour à des images.

18 décembre 1793 : bataille de Toulon

La table de rappel du grand système associe le nombre 93 à la pomme.Nous allons donc associer l’année 1793 à la pomme.

Si vous voulez également retenir le siècle, le chiffre 17 est associé à un ticket. Pour représenter l’année 1793, vous pouvez imaginer, par exemple, un sac de pommes avec un ticket en guise d’étiquette.

Le mois de décembre est le douzième mois de l’année. Le tonneau est le code associé au chiffre 12.

Nous allons associer le jour – 18 – au dauphin.

Pour la bataille de Toulon, nous associerons le siège de Toulon à un siège de style Napoléon.

Il nous reste à créer une petite histoire en prenant les images dans l’ordre, c’est à dire :

18 décembre 1793 : dauphin, tonneau, pomme, siège.

Par exemple, nous apercevons des anglais assis sur des dauphins à qui on lance des tonneaux et des pommes pour les faire fuir. En se retournant, on aperçoit, debout sur un siège, Napoléon en train de lancer des tonneaux et des pommes.

Imaginez l’histoire qui vous passe par la tête. Plus elle vous marquera et plus elle sera facile à se rappeler.

14 janvier 1797 : bataille de Rivoli

Pour symboliser Rivoli, nous prendrons une boîte de ravioli.

14 janvier 1797 : taureau, toit, bague, boîte de ravioli.

21 juillet 1798 : bataille des Pyramides

Pour représenter les pyramides, aucune difficulté.

21 juillet 1798 : natte, quille, bouffon, Pyramide

14 juin 1800 : bataille de Marengo

Pour symboliser Marengo, nous allons prendre un plat de veau Marengo.

14 juin 1800 : taureau, chat, ciseau, veau Marengo

19 octobre 1805 : bataille de Ulm

Nous allons associer Ulm au personnage de fiction Hulk.

19 octobre 1805 : taupe, tasse, salon, Hulk

21 octobre 1805 : bataille de Trafalgar

Pour symboliser la bataille maritime de Trafalgar, nous allons prendre un bateau, le trois-mâts.

21 octobre 1805 : natte, tasse, salon, trois-mâts.

2 décembre 1805 : bataille d’Austerlitz

Le soleil d’Austerlitz symbolise dans l’histoire de France la bataille d’Austerlitz.

2 décembre 1805 : cygne, tonneau, salon, soleil.

14 octobre 1806 : bataille d’Iéna

Pour représenter la bataille d’Iéna nous allons associer Iéna à une hyène.

14 octobre 1806 : taureau, tasse, singe, hyène

8 février 1807 : bataille d’Eylau

Pour représenter la bataille d’Eylau, nous allons nous représenter quelqu’un en train de téléphoner et de dire « Allo« . Comme cette bataille a été un véritable carnage, pour créer une meilleure association dans votre histoire mentale, vous pouvez imaginer qu’il appelle les secours.

8 février 1807 : savon, noix, sac, téléphone/allo

4 juin 1807 : bataille de Friedland

Nous allons associer Friedland à des frites.

4 juin 1807 : cerf, chat, sac, frites

6 juillet 1809 : bataille de Wagram

Pour la bataille de Wagram, nous allons associer Wagram à un wagon.

6 juillet 1809 : singe, quille, sapin, wagon

7 septembre 1812 : bataille de la Moskova

Pour représenter la bataille de la Moskova, nous allons utiliser comme image le Kremlin de Moscou.

7 septembre 1812 : sac, pied, tonneau, Kremlin

19 octobre 1813 : bataille de Leipzig

Pour symboliser la défaite de Napoléon à la bataille de Leipzig, nous allons utiliser une couronne d’épines.

19 octobre 1813 : taupe, tasse, diamant, épine

18 juin 1815 : bataille de Waterloo

Pour la bataille de Waterloo, nous pouvons, par exemple, associer Waterloo au water-polo ou aux water-closets.

18 juin 1815 : dauphin, chat, étoile, water-polo.

Sommaire.

Technique de mémorisation : le poème

Il s’agit de trouver des mots dont le nombre de lettres correspond à un chiffre de la date à retenir.

Par exemple :

21 juillet 1798 : bataille des Pyramides

« De (2) l (1)’Égypte (6),  j (1)’ observe (7) : Pyramides (9), sciences (8). »

6 juillet 1809 : bataille de Wagram

« Wagram (6) Gagnant (7), O (1) Napoléon (8), Victorieux (0) Empereur (9). »

2 décembre 1805 (2/12/1805) : bataille d’Austerlitz

« Tu (2) L(1)’ As (2) O (1) Napoléon (8), Austerlitz (0) gagné (5). »

Sommaire.

 Se concentrer sur la date à apprendre

Nous oublions souvent la moitié de ce que nous apprenons peu de temps après. C’est pourquoi, la concentration est une des clés de la mémorisation.

  • Commencez par vous rappeler pourquoi vous voulez ou avez besoin de vous souvenir de telle date.
  • Réduisez au maximum les sources de distraction. Choisissez un environnement calme.
  • Concentrez vos yeux sur la date à retenir. Prenez le temps de visualiser la date; qu’elle ait toute votre attention.
  • Dites-vous mentalement « j’ai besoin de retenir cette date ».
  • Imaginez-vous en train d’écrire la date.

Sommaire.

Mémoriser définitivement avec la technique des répétitions espacées.

Nous avons créé dans notre cerveau une histoire pour chaque date à retenir.

Nous allons utiliser comme technique de mémorisation, les répétitions espacées.

Il s’agit de réviser les histoires mentales juste avant de les oublier. En procédant ainsi, les dates et les batailles associées vont s’ancrer au fur et à mesure dans notre mémoire à long terme.

En révisant les histoires que nous avons imaginées régulièrement et de façon espacée dans le temps, l’oubli sera de plus en plus lent.

Nous réviserons souvent au début, puis de façon de plus en plus espacée.

Au fur et à mesure des rappels, les images mentales créées vont apparaitre sans effort de plus en plus rapidement et facilement.

Sommaire.

A découvrir aussi

Sommaire.

Comment apprendre les dates de l’histoire de Napoléon rapidement et facilement

Mémoriser Napoléon – dates et histoire : vous voulez apprendre et retenir les dates clés de l’histoire de Napoléon Bonaparte, né en 1769 et mort en 1821,  que ce soit pour préparer un brevet, le bac ou par passion ? Vous cherchez les dates repères, un résumé sur Napoléon Ier, ce grand personnage de l’histoire de France devenu empereur des français en 1804 ?

Lisez cet article d’ Apprendre 5 minutes pour apprendre comment mémoriser les grandes dates de l’histoire de Napoléon Bonaparte et retenir l’essentiel de sa vie rapidement et facilement.

Vous aurez juste besoin de 5 minutes par jour, pendant quelques jours,  pour les apprendre et les retenir.

Nous avons sélectionné des moyens mnémotechniques, des méthodes de mémorisation particulièrement efficaces pour se souvenir des grandes dates de Napoléon Bonaparte,  de sa naissance à Ajaccio à sa mort sur l’île Saint-Hélène.

Sommaire

 Bref résumé

Nait en Corse, à Ajaccio, le 15 août 1769, Napoléon Bonaparte entre en 1779 à l’école royale militaire de Brienne, puis en 1784 à l’école militaire de Paris.

Au bout d’un an, il est nommé sous-lieutenant d’artillerie et, en 1785, il rejoint son régiment à Valence.

En 1793, il participe au siège de la ville de Toulon. Il reçoit le commandement de  l’artillerie et reprend la ville aux anglais, bien que jugée imprenable. Grâce à ce succès, il est nommé général de brigade.

En 1795, après avoir réprimé, à Paris, l’insurrection royaliste, il est promu général de division.

En 1796, nommé général en chef de l’armée d’Italie, il remporte de nombreux victoires et signe avec l’Autriche en 1797 un traité de paix qui met fin à la guerre avec l’Autriche et donne de nouveaux territoires à la France.

En 1798, nommé général en chef de l’armée d’Orient, il part en Égypte pour s’en emparer et couper la route maritime des Indes à l’Angleterre, afin de l’affaiblir.

En 1799, apprenant que le Directoire est confronté à de graves difficultés politiques, il rentre en France, se rend à Paris et participe au coup d’état contre le Directoire.

Nommé premier consul, puis consul à vie en 1802, il devient empereur des français en 1804, sous le nom de Napoléon Ier.

L’Angleterre, inquiète de la politique internationale et économique expansionniste de Napoléon, organise une coalition contre la France.

De 1805 à 1810, il multiplie les conquêtes, étend les frontières de l’Empire et réforme le pays.

Mais il ne parvient pas à vaincre l’Angleterre, ni par la force ni par le blocus continental qui doit empêcher les Anglais de vendre leurs marchandises à l’Europe et les ruiner.

Mécontent du blocus continental qui paralyse l’économie russe, le tsar Alexandre 1er y met fin. Napoléon 1er lance la campagne de Russie en 1812 qui s’achèvera par une retraite désastreuse.

Alexandre 1er prend la tête d’une coalition européenne et envahit la France en 1814. Napoléon abdique et est exilé sur l’île d’Elbe.

En 1815, apprenant que ses ennemis envisagent de le transférer très loin, sur l’île de Sainte-Hélène, il quitte secrètement l’île d’Elbe, rejoint Paris et rétablit l’Empire.

Cette période dure quatre mois, appelée les « Cents jours ». Mais il doit à nouveau faire face à la coalition européenne.

Après la défaite de Waterloo, il abdique à nouveau et est exilé à l’île de Saint-Hélène où il décède le 05 mai 1821.

Sommaire.

Les dates clés de l’histoire de Napoléon Bonaparte

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

date histoire napoléon
Les grandes dates de l’histoire de Napoléon Ier

 

15 août 1769 : naissance de Napoléon Bonaparte à Ajaccio

Napoléon Bonaparte né en Corse, à Ajaccio, dans une famille de la petite noblesse corse d’origine italienne.

18 décembre 1793 : siège de Toulon – Napoléon est nommé général

Affecté au siège de Toulon, après que les royalistes se soient emparés de la ville et l’ait livrée aux anglais, Napoléon Bonaparte met au point un plan de bataille et reprend Toulon, pourtant jugée imprenable, aux anglais. Il est nommé général de brigade.

05 octobre 1795 : Napoléon réprime l’insurrection royaliste à Paris

Napoléon, appelé à Paris par Paul Barras, le commandant en chef de l’armée de l’intérieur, réprime l’insurrection royaliste contre la Convention devant l’église Saint-Roch. Cette victoire de la Convention et de la République, acquise grâce à l’intervention de l’armée, rend célèbre Napoléon Bonaparte, surnommé le « général Vendémiaire ».

09 mars 1796 : mariage de Napoléon Bonaparte avec Joséphine de Beauharnais

Napoléon Bonaparte épouse Joséphine de Beauharnais, amie de Paul Barras. Elle intervient auprès de Paul Barras, devenu un des 5 Directeurs sous le Directoire, pour que Napoléon reçoive le commandement en chef de l’Armée d’Italie.

15 mai 1796 : traité de paix de Paris – Napoléon conquiert l’Italie

Lors de la campagne d’Italie, après une série de victoires de Napoléon Bonaparte, le roi de Sardaigne signa la paix à Paris et cède à la France le Duché de Savoie, le Comté de Nice, Tende et Beuil.

18 octobre 1797 : traité de paix de Campo-Formio avec l’Autriche

La campagne d’Italie se poursuit contre les autrichiens, que Napoléon Bonaparte bat à plusieurs reprises (Arcole, Rivoli, etc.) et il s’approche de Vienne. Le traité de paix de Campo-Formio met fin, une première fois, à la guerre avec l’Autriche et à la première coalition contre la France. La France et l’Autriche se partagent la république de Venise.

21 juillet 1798 : la bataille des Pyramides

Après son retour victorieux d’Italie, le Directoire confie à Napoléon Bonaparte la conduite de la campagne d’Égypte afin de couper la route maritime des Indes à l’Angleterre, afin d’affaiblir les anglais. La bataille des Pyramides est une des plus importantes batailles remportée en Égypte par Napoléon Bonaparte. Cette victoire va permettre à Napoléon Bonaparte et à la France de régner sur l’Égypte jusqu’en 1801.

01 août 1798 : désastre naval d’Aboukir

L’escadre de l’amiral anglais Nelson découvre la flotte française dans  le port d’Aboukir et la détruit. La Royal Navy prend le contrôle de la Méditerranée orientale et empêche l’arrivée de renforts français.

09 octobre 1799 : retour en France

En août 1799, Napoléon Bonaparte apprend que le Directoire est confronté à de graves problèmes politiques et comprend que la situation est favorable à un coup de force. Le 23 août, il confie le commandement de l’armée d’Égypte à Kléber et, échappant aux navires anglais, il débarque le 09 octobre 1799 en France, à Saint-Raphaël.

09 novembre 1799 : coup d’État du 18 brumaire

Aidé de son frère Lucien, qui préside le Conseil des Cinq-Cents et de Sieyès, un des Directeurs, il s’empare du pouvoir lors du coup d’état et se fait nommer consul provisoire avec Emmanuel Joseph Sieyès et Roger Ducos.

13 décembre 1799 : Napoléon Bonaparte est nommé premier Consul

Le 13 décembre 1799, la Constitution de l’an VIII est promulguée. Le Consulat succède au Directoire. Napoléon Bonaparte est nommé premier Consul.

14 juin 1800 : la bataille de Marengo

Napoléon Bonaparte propose la paix mais l’Angleterre et l’Autriche refusent. L’armée française  franchit les Alpes pour surprendre les Autrichiens qu’elle écrase lors de la bataille de Marengo.

09 février 1801 : traité de paix de Lunéville avec l’Autriche

L’Autriche demande la paix et signe le traité de Lunéville qui donne à la France la rive gauche du Rhin et qui reconnait les Républiques batave et helvétique.

15 juillet 1801 : le Concordat

Afin de régler la crise religieuse entre la France et l’Église catholique, La France et le pape signent le Concordat qui règle les rapport entre l’État français et l’Église catholique et reconnait le catholicisme comme la religion majoritaire des français.

25 mars 1802 : paix d’Amiens avec le Royaume-Uni

Un an après,  l’Angleterre,  isolée,  conclut la paix le 25 mars 1802 puis le signe le 27 mars. C’est la fin de la guerre contre la deuxième coalition.  Pour la première fois depuis 10 ans, la France est enfin en paix avec l’Europe.

 02 août 1802 : Napoléon Bonaparte est élu consul à vie

Après avoir signé le concordat et la paix d’Amiens, Napoléon Bonaparte est devenu extrêmement populaire. Il en profite pour se faire élire consul à vie par plébiscite.

02 décembre 1804 : sacre de Napoléon Ier, empereur des français

Le 18 mai 1804, un sénatus-consulte ayant confié le gouvernement de la république française au premier consul avec le titre d’empereur des français, Napoléon Bonaparte devenu Napoléon Ier est sacré empereur par le pape Pie VII, le 02 décembre 1804, à la cathédrale Notre-Dame à Paris.

21 octobre 1805 : bataille navale de Trafalgar

Convaincu que, pour obtenir une paix définitive, il doit mettre l’Angleterre hors d’état de nuire, Napoléon Ier décide d’envahir l’Angleterre mais a flotte française se fait surprendre en Espagne par les anglais. C’est le désastre naval lors de la bataille de Trafalgar.

02 décembre 1805 : bataille d’Austerlitz

Une troisième coalition s’étant formée contre lui, Napoléon Ier envahit l’Autriche, emporte une victoire éclair sur l’armée autrichienne  à Ulm, grâce à son génie militaire,le 19 octobre 1805, puis vainc les empereurs de Russie et d’Autriche, lors de la bataille des trois empereurs, à Austerlitz le 02 décembre 1805. Cette victoire marque la fin de la troisième coalition.

26 décembre 1805 : traité de Presbourg avec l’Autriche

Quelques jours plus tard, l’Autriche signe un traité de paix avec la France à qui elle cède plusieurs territoires.

14 octobre 1806 : bataille d’Iéna contre la Prusse

Le roi de Prusse, inquiet de la création de la Confédération du Rhin – qu recouvre un certain nombres d’États allemands -, formée par Napoléon Ier après la victoire d’Austerlitz, entre dans une quatrième coalition avec l’Angleterre et la Russie. L’armée française écrase l’armée prussienne lors de la bataille d’Iéna. Quelques jours plus tard, le 27 octobre 1806, Napoléon Ier entrera à Berlin.

21 novembre 1806 : blocus continental

Depuis le début de la Révolution Française, l’Angleterre s’oppose à la France, craignant que celle-ci prenne trop d’importance en Europe et menace son commerce. Napoléon 1er ordonne le blocus continental pour affaiblir l’Angleterre.

07 juillet 1807 : traité de Tilsit

Après avoir vaincu la Prusse, l’armée française s’est approché de la frontière russe. La Russie affronte la France. Napoléon Ier remporte une victoire décisive contre l’armée russe lors de la bataille de Friedland le 14 juin 1807. Cette victoire sera suivie d’un traité d’alliance avec la Russie à Tilsit. Le tsar adhère au blocus continental contre l’Angleterre. Deux jours plus tard, la Prusse signe également un traité avec la France à Tilsit, perdant ainsi une grande partie de son territoire. Ces deux traités mettent fin à la quatrième coalition contre la France.

 02 mai 1808 : soulèvement du Dos de Mayo des habitants de Madrid – début de la guerre d’Espagne

Le Portugal, allié de l’Angleterre n’applique pas le blocus continental, de même que l’Espagne. Napoléon Ier envoie une armée pour conquérir le Portugal. Profitant des désaccord entre le roi d’Espagne et son fils, Napoléon Ier veut mettre son frère sur le trône d’Espagne. Les habitants de Madrid se révoltent mais sont réprimés et l’insurrection est étouffée. C’est le début de la guerre d’indépendance espagnole qui durera six ans et affaiblira l’armée française.

 06 juillet 1809 : bataille de Wagram contre l’Autriche

Apprenant les difficultés de la France en Espagne, l’Autriche forme une cinquième coalition et attaque l’armée française en Allemagne. Napoléon Ier réagit, bat à plusieurs reprises l’Autriche. Quelques jours après la bataille de Wagram, l’Autriche demandera l’armistice, puis signera, à Vienne, le traité de paix de Schönbrunn le 14 octobre 1809, mettant fin à la cinquième coalition.

01 avril 1810 : mariage de Napoléon Ier avec Marie Louise d’Autriche

Napoléon Ier a échappé à plusieurs attentats, a été blessé au pied en avril 1809 lors de la bataille de Ratisbonne. Il souhaite donner un héritier à l’empire mais Joséphine ne peut lui donner d’enfant. Il divorce avec elle le 15 décembre 1809 et épouse le 01 avril 1810 l’archiduchesse Marie-Louise d’Autriche, fille de l’empereur François Ier d’Autriche. Ce mariage politique doit permettre de resserrer les liens entre la France et l’Autriche.

20 mars 1811 : naissance du roi de Rome

Marie Louise d’Autriche donne naissance au fils de Napoléon Ier, François Charles Joseph Bonaparte, qui reçoit le titre de roi de Rome.

 24 juin 1812 : début de la campagne de Russie

La Russie refusant de soutenir le Blocus continental, Napoléon Ier envahit la Russie à la tête de la « Grande Armée ». Le début de la campagne de Russie est victorieuse mais les russes reculent en essayant de ne pas combattre.

14 septembre 1812 : Napoléon Ier entre à Moscou

Napoléon Ier entre dans Moscou. La ville est déserte. Les russes incendient Moscou alors que les troupes françaises sont épuisées et affamées. Napoléon Ier s’attarde à Moscou espérant une démarche du tsar, puis, apprenant qu’une tentative de coup d’état à eu lieu à Paris le 23 octobre 1812, il décide de rentrer en France et donne le signal de la retraite vers l’Allemagne, alors que l’hiver approche.

26 novembre 1812 : bataille de la Bérézina

Le froid est terrible, les soldats de la Grande Armée sont épuisés et sans cesse harcelés par les cosaques. Ce qui reste de la Grande Armée  atteint la rivière Bérézina où l’attend l’armée russe. Le pont ayant été détruit, deux ponts sont reconstruits à la hâte et la Grande Armée parvient à traverser la Bérézina et remporte la victoire malgré de nombreuses pertes qui marquèrent l’esprit.

19 octobre 1813 : bataille des nations – défaite de Leipzig

Encouragé par le retraite de Russie de la Grande Armée et des pertes qu’elle a subit, les souverains européens forment une sixième coalition qui finiront par vaincre Napoléon Ier lors de la bataille de Leipzig, appelée également bataille des nations, après la trahison des  soldats saxons de la Grande Armée. Après cette défaite, Napoléon Ier recule et franchit le Rhin pour défendre les frontières de la France.

06 avril 1814 : première abdication de Napoléon Ier

Malgré une série de victoires, Napoléon Ier ne peut empêcher l’entrée à Paris des coalisés suite à la capitulation du maréchal Marmont et la reddition de Paris et il doit abdiquer. Le 06 avril 1814, Napoléon signe son abdication. Le traité de Fontainebleau, signé quelques jours plus tard, l’exile sur l’ile d’Elbe. La monarchie est rétablie en France et le frère du roi Louis XVI lui succède sous le nom de Louis XVIII.

01 mars 1815 : retour en France de Napoléon Ier

Apprenant que les coalisés envisagent de l’envoyer très loin, sur l’ile de Saint-Hélène, Napoléon quitte l’ile d’Elbe et rejoint la France afin de reconquérir le pouvoir.

20 mars 1815 : les Cent Jours – la reconquête du pouvoir

La fuite en Belgique du roi Louis XVIII et l’entrée à Paris  de Napoléon Ier le 20 mars 1815 marquent le début de la période des Cent Jours. Napoléon Ier dirige à nouveau la France.

18 juin 1815 : bataille de Waterloo – seconde abdication de Napoléon Ier

Après le retour au pouvoir de Napoléon Ier une septième coalition se constitue. Napoléon Ier mène la campagne de Belgique, remporte des victoires mais, le 18 juin 1815, il perd la bataille de Waterloo. Napoléon Ier rentre à Paris et abdique une seconde fois le 22 juin 1815 en faveur de son fils Napoléon II.

15 octobre 1815 : exil de Napoléon Ier à Saint-Hélène

Napoléon Ier se livre aux Anglais le 14 juillet 1815, qui lui retirent le titre d’empereur et l’exilent sur l’ile de Saint-Hélène, qu’il rejoint le 15 octobre 1815.

05 mai 1821 : mort de Napoléon Ier à Saint-Hélène

Napoléon meurt en exil six ans plus tard sur l’ile de Saint-Hélène. Le 15 décembre 1840, les cendres de Napoléon Ier seront rapatriées aux Invalides, à la demande du roi Louis-Philippe.

Sommaire.

Comment mémoriser les grandes dates de l’histoire de Napoléon Bonaparte

La plupart des gens trouvent difficile de retenir une série de chiffres ou une date. Heureusement, il existe des moyens mnémotechniques simples et efficace pour retenir les dates. Créer des associations fortes avec les dates permet de les retenir efficacement et facilement. Avec l’habitude cela deviendra un jeu facile et amusant pour vous.

Nous avons vu dans l’article Comment mémoriser facilement les dates d’histoire les principales méthodes et astuces à utiliser pour se souvenir des dates.

Nous allons appliquer ces techniques de mémorisation aux grandes dates de l’histoire de Napoléon.

Associer la date de l’histoire et l’événement à retenir

Nous allons créer des associations entre la date à retenir et l’événement.Nous allons représenter la date sous forme d’images et inventer une histoire. Si l’histoire mentale est facile à visualiser, elle sera facile à mémoriser.

Pour représenter une date, plusieurs techniques existent : choisissez celle qui vous convient le mieux.

Par exemple :

  • Système des articulations chiffrées : Chaque chiffre de la date correspond à une lettre. La bataille de Waterloo, perdue par Napoléon Ier a eu lieu en 1815. Vous pouvez retenir la phrase suivante : « Pour Napoléon, la bataille de Waterloo esT FaTaLe en 1815 ». L’année 1815 est associée aux lettre « TFTL ». Le système des articulations chiffrées fait correspondre les lettres suivantes :
    • 0 : c (ce), s (se), z (ze), t (tion), x (ex : dix).
    • 1 : t, d.
    • 2 : n, ne, gne.
    • 3 : m, me.
    • 4 : r, re.
    • 5 : l, lle, y (lle).
    • 6 : g (ge), j (je), ch (che), sh (sche).
    • 7 :  g (gue, ga), k (ke, ka), q (que), cue (cas).
    • 8 : f (fe), v(ve), ph (phe).
    • 9 : b, p.
  • Table de rappel du grand système :  pour représenter la naissance de Napoléon Bonaparte en 1769, le code correspondant au chiffre 69 est le chapeau. Chaque fois que vous pensez à cette date, vous pouvez penser à un bébé qui dort dans un bicorne – le bicorne est le chapeau de napoléon. Le bébé symbolise la naissance.
  • Poème : trouver des mots dont le nombre de lettres correspond à un chiffre de la date à retenir.
    • « Wagram (6) Gagnant (7), A (1) Napoléon (8), Victorieux (0) Empereur (9) » : Napoléon Ier remporte la bataille de Wagram le 6 juillet 1809 (6/7/1809).
    • « Tu (2) L(1)’ As (2) O (1) Napoléon (8), Austerlitz (0) gagné (5) » – Napoléon Ier remporte la bataille d’Austerlitz le 2 décembre 1805 (2/12/1805).

 Se concentrer sur la date à apprendre

Nous oublions souvent la moitié de ce que nous apprenons peu de temps après. C’est pourquoi, la concentration est une des clés de la mémorisation.

  • Commencez par vous rappeler pourquoi vous voulez ou avez besoin de vous souvenir de telle date.
  • Réduisez au maximum toutes les sources de distraction. Placez-vous dans un environnement calme.
  • Concentrez vos yeux sur la date à retenir. Prenez le temps de visualiser la date; qu’elle ait toute votre attention.
  • Dites-vous mentalement « j’ai besoin de retenir cette date ».
  • Imaginez-vous en train d’écrire la date.

Retenir définitivement les dates de l’histoire de Napoléon avec la technique des répétitions espacées.

Nous avons créé dans notre cerveau une histoire pour chaque date à retenir.

Nous allons utiliser comme technique de mémorisation, les répétitions espacées.

Nous réviserons les histoires juste avant de les oublier. En procédant ainsi, les dates et les événements associés vont s’ancrer au fur et à mesure dans notre mémoire à long terme.

En révisant les histoires que nous avons imaginées régulièrement et de façon espacée dans le temps, l’oubli sera de plus en plus lent.

Nous réviserons de façon rapproché au début, puis de façon de plus en plus espacée.

Au fur et à mesure des rappels, les images mentales créées vont apparaitre sans effort de plus en plus rapidement et facilement.

Sommaire.

A découvrir aussi.

 

Comment retenir les dates clés de la révolution française (1789-1799)

Vous voulez apprendre et retenir les dates clés de la Révolution Française de 1789 à 1799 ? Vous cherchez un résumé de cette période charnière de l’histoire de France ? Vous voulez en connaitre les causes, les conséquences ?

Lisez cet article d’ Apprendre 5 minutes pour apprendre comment mémoriser les grandes dates de la Révolution Française et retenir l’essentiel de cette période.

5 minutes par jour, pendant quelques jours, vous suffirons pour vous en souvenir.

Nous avons sélectionné des méthodes particulièrement efficaces pour vous aider à vous souvenir des dates des principaux événements de cette période de l’Histoire de France.

Sommaire

Origines et causes de la Révolution Française.

Le 10 mai 1774, Louis XVI devient roi après le décès de son grand-père Louis XV. Il règne sur un pays puissant, avide de progrès. Éduqué dans l’esprit des Lumières, il désire améliorer le sort du peuple français. Alors pourquoi la Révolution Française ?

Les causes sont de 3 natures :

Crise politique

Un courant de contestation nait au XVIII ème siècle, appelé le « siècle des Lumières » et gagne de plus en plus de français.

Même si le roi a le pouvoir décisionnel, la bourgeoisie et la noblesse contestent la monarchie absolue qu’elles voudraient transformer en monarchie parlementaire. Le parlement de Paris souhaiterait limiter le pouvoir du roi en contrôlant les lois.

Le peuple ne veut plus de la société d’ordre qui concentre le pouvoir sur une minorité de personnes trop riches, alors que la majorité (le Tiers État) est pauvre.

Crise économique

Depuis le début du XVIII ème siècle, la France souffre d’un déficit chronique. Les impôts mal perçus et mal répartis ne parviennent pas à couvrir les dépenses.

L’aide apporté à la guerre d’indépendance de l’Amérique est un véritable gouffre financier qui aggrave la dette de l’État.

Le peuple a faim. Les pluies et les inondations de 1787, la sécheresse et les grêles de 1788 ont réduit fortement les récoltes. Les prix du pain, de la viande, du vin et de l’alimentation en général augmentent fortement.

L’industrie est morose, en particulier l’industrie textile qui manque de coton à cause de la guerre en Amérique.

Les prix augmentent, le peuple paye toujours plus d’impôts et s’enfonce dans la misère.

Crise sociale

Depuis le Moyen Age, la société française est organisé en trois ordres inégalitaires contestés par les non privilégiés, en particulier par la bourgeoisie :

  1. Le clergé : riche et influant, il assiste les pauvres et les malades, enseigne dans les collèges et assure l’état civil en répertoriant dans les registres paroissiaux les gens ayant reçu le baptême. Il ne paie pas d’impôt et prélève la dîme sur les revenus agricoles.
    • Le haut clergé,riche, veut conserver ses privilèges.
    • Le bas clergé, pauvre, veut améliorer ses conditions de vie.
  2. La noblesse : assurant la sécurité et rendant la justice, ses privilèges sont nombreux. Elle paie peu d’impôts, peut porter l’épée, bénéficie de tribunaux spéciaux, certaines fonctions ou grades lui sont réservés. Elle veut conserver ses privilèges et partager le pouvoir avec le roi en instaurant une monarchie parlementaire.
  3. Le tiers état : il regroupe la grande majorité de la population – le peuple – qui travaille et paie la quasi totalité des impôts.
    • La bourgeoisie riche et cultivée veut plus de pouvoir sur le plan politique et social et au libéralisme économique.
    • Les paysans veulent l’égalité devant les impôts et la fin des droits seigneuriaux.
    • Les artisans veulent du pain bon marché et plus d’argent.

Le peuple demande l’égalité de justice et de l’impôt tandis que le clergé et la noblesse veulent conserver leur privilèges.

Louis XVI tente de faire des réformes mais elles n’aboutissent pas car il se trouve confronté à l’hostilité des privilégiés qui refusent de payer de nouveaux impôts.

C’est l’impasse.

Sommaire.

Bref résumé de la Révolution Française.

La Révolution de 1789 voit le peuple se soulever contre le roi Louis XVI, les privilèges et son extrême pauvreté.

Elle met fin à la monarchie absolue, la remplace par la monarchie constitutionnelle, puis par la Première République.

Elle abolit les droits féodaux,  proclame la souveraineté du peuple, la liberté et l’égalité au travers de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

Après l’espoir des premiers instants, elle connait une période de terreur et de guerre.

En pleine gloire après une série de victoires, Napoléon Bonaparte réussit un coup d’État en 1799 et met fin à la Révolution Française.

Sommaire.

Les conséquences de la Révolution Française

La Révolution Française de 1789 est une une période charnière de l’Histoire de France. Elle pose les fondements de la France moderne et prépare des changements considérables. Rien ne sera plus comme avant.

Conséquences politiques

La révolution de 1789 entraine la fin de l’Ancien régime, c’est-à-dire de la monarchie absolue et de la société d’ordre.

  • Elle met fin à la souveraineté absolue du roi et la remplace par celle de la Nation.
  • Les citoyens français désignent leurs représentants grâce au droit de vote.
  • Elle engage la Nation dans le système politique parlementaire.
  • Des constitutions écrites précisent les libertés et les droits politiques.
  • Les pouvoirs exécutifs, législatifs et judiciaires sont séparés.
  • Ses principes et institutions gagnent l’Europe par l’exemple ou par la force.

Conséquences économiques

La Révolution française de 1789 marque l’ascendance de la bourgeoisie qui sait en tirer profit, favorisant le libéralisme économique et interdisant le droit de grève.

  •  Les privilèges abolis, tous les français payent désormais l’impôt.
  • Les entraves à la liberté du commerce et de l’industrie sont supprimées, fondant le libéralisme économique en France.
  • Les droits féodaux disparaissent, permettant aux bourgeois et aux paysans d’acquérir des terres.
  • La propriété privée devient un droit inviolable et sacré.

 Conséquences sociales.

La Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 a une importance considérable. « Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune ».

  • Les citoyens français ne sont plus les sujets d’un roi détenant un pouvoir absolu sur chacun d’eux.
  • Les privilèges sont abolis.
  • Les français sont soumis à la même administration, la même justice et la même administration.
  • La bourgeoisie française accède au pouvoir politique et fonde une société basée sur le droit et la propriété.
  • La liberté de penser et de religion sont affirmées pendant la Révolution Française. La liberté d’opinion est un principe fondamental de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen.

Sommaire.

Les dates clés de la Révolution Française.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

révolution française - les dates clés
Les dates clés de la révolution française 1789 – 1799

Convocation des états généraux – 5 mai 1789

La France est riche mais l’État est pauvre et le soutien que la France apporta à la guerre d’Indépendance Américaine de 1776 a aggravé la situation financière du royaume.

En 1788, les caisses de l’État sont vides.

La société est organisée en trois ordres, appelés états:

  • Le clergé. Il compte 130 000 personnes et apporte son assistance aux pauvres et aux malades dans les hôpitaux.
  • La noblesse. Elle comprends 300 000 personnes, assure la sécurité et rends la justice.
  • Le tiers état. Il regroupe le reste de la population, apporte sa force de travail et paie seul les impôts.

Les services rendus par la noblesse et le clergé leur permettent de ne pas payer l’impôt.

Les projets de réforme visant à faire payer tout le monde ayant échoués, le roi Louis XVI se résout à convoquer les États généraux le 5 mai 1789, seule instance pouvant consentir de nouveaux impôts et demande aux français de s’exprimer au travers de cahiers de doléances.

Si chaque ordre propose ses propres recommandations, tous rejettent l’absolutisme et souhaitent voir la monarchie contrôlée par une constitution garantissant des droits aux individus.

Assemblée nationale – 17 juin 1789

Très déçus par le roi qui n’évoque pas les réformes attendues mais seulement l’état des finances, les députés du tiers état se déclarent Assemblée nationale lors de la proclamation du 17 juin 1789.

Le 20 juin 1789, réunis dans la salle du jeu de paume à Versailles, les députés prêtent serment de ne se séparer que lorsque la constitution du royaume sera établie. C’est le premier acte de la révolution.

Le 09 juillet 1789, les députés du Tiers État et quelques-uns du Clergé  transforment l’Assemblée nationale en Assemblée Constituante afin de donner à la France une constitution. La monarchie absolue n’existe plus.

Prise de la Bastille – 14 juillet 1789

Le roi et les privilégiés refusent de se soumettre.  Il renvoie ses ministres jugés trop libéraux. La peur d’une répression militaire grandit parmi le peuple et les députés. La France s’agite, les troubles se répandent dans tout le pays et conduisent à la prise de la Bastille le 14 juillet 1789.

Les premiers nobles, appelés « Exilés » quittent le pays. Un vent de panique saisit une grande partie du pays.La rumeur se répand que des brigands à la solde des aristocrates vont parcourir les campagnes et s’accaparer des récoltes. Le peuple s’arme et se retourne contre les châteaux, brulent les registres où sont inscrits les droits seigneuriaux ou les châteaux et massacrent leurs occupants.

C’est dans ce climat que l’Assemblée met fin au système féodal dans la nuit du 04 août 1789. C’est l’abolition des privilèges, entrainant la fin de l’Ancien Régime.

Déclaration des droits de l’homme et du citoyen – 26 août 1789

L’ancienne société n’existant plus, il s’agit d’organiser celle qui suit. Le 26 août 1789, l’Assemblée Constituante vote la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Le texte, inspiré des philosophes des Lumières et de la Déclaration d’indépendance américaine de 1776 proclame que « tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ».

Louis XVI fait de la résistance et refuse de signer la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen ainsi que les réformes sur le partage du pouvoir entre le roi et les députés.

Des rumeurs courent à Paris, affamé par la disette du pain, que d’énormes stocks de blé se trouvent à Versailles.

Retour du roi Louis XVI à Paris – 5 octobre 1789

Le 5 octobre 1789, une foule armée de plusieurs milliers de personnes, majoritairement des femmes, se met en marche pour Versailles et envahit l’Assemblée Constituante pour réclamer du pain et du travail. Sous la pression, le roi accepte les décrets et les demandes de pain et impose le retour du roi au palais des Tuileries à Paris.

Le 6 octobre, accompagné par la foule qui l’escorte, le roi est contraint de partir pour Paris et s’installe au palais des Tuileries, où le peuple pourra le surveiller de près.

L’Assemblée le rejoindra le 19 octobre dans la salle des Manèges, près du palais des Tuileries, se trouvant ainsi à la merci du peuple parisien.

Réforme du pays – 1790

En 1790, l’Assemblée constituante réorganise le fonctionnement du pays : préparation d’une constitution, création des 83 départements administratifs le 15 janvier, création d’une nouvelle unité de mesure (le mètre) le 8 mai. La Constitution civile du clergé du 12 juillet fait des prêtres des fonctionnaires. Leurs biens sont vendus pour renflouer les caisses de l’État.

Le 14 juillet 1790, un an après la prise de la Bastille,  une grande fête de la Fédération célèbre l’union nationale au Champ-de-Mars. Le roi et l’Assemblée prêtent serment à la Constitution.

Le 22 octobre l’Assemblée Constituante adopte le drapeau tricolore, qu’elle impose à la Marine. Il remplace le drapeau à fleurs de lys.

En 1791 la contestation augmente.

Le 14 juin 1791, L’assemblée Constituante vote la loi Le Chapelier qui interdit la grève et les syndicats.

Fuite du roi Louis XVI à Varennes – 20 juin 1791

Le roi cherche clandestinement le soutien des monarchies européennes contre la révolution.

Dans la nuit du 20 juin 1791, le roi et sa famille quittent le palais des Tuileries et s’enfuient. Avant de partir, Louis XVI laisse une lettre adressée à l’Assemblée dans laquelle il dénonce le nouveau régime et son intention de rétablir la monarchie absolue. Le lendemain, il est reconnu à Varennes, arrêté et reconduit à Paris. Après sa fuite à Varennes, Louis XVI perd la confiance du peuple, l’hostilité à son égard augmente et certains commencent à demander la révocation du roi et l’instauration d’une république.

Les émigrés royalistes français multiplient les démarches auprès des cours européennes et le 27 août, l’empereur d’Autriche Léopold II et le roi de Prusse Frédéric-Guillaume II signent la déclaration de Pillnitz, se déclarant prêt à intervenir pour rétablir les droits du roi de France.

Première constitution française – 3 septembre 1791

Le 03 septembre 1791, l’Assemblée constituante vote la Première Constitution française. Elle instaure la monarchie constitutionnelle et transfère la souveraineté du roi à la Nation. Le roi prête serment de fidélité devant la Nation le 14 septembre. Louis XVI n’est plus le roi de France mais devient le roi des Français.

La constitution entre en application le 1 octobre : l’Assemblée législative se réunit en séance inaugurale dans la salle du Manège avec 745 nouveaux députés, élus pour 2 ans, l’Assemblée constituante ayant interdit à ses membres de se présenter aux élections.

Début des guerres avec l’Europe – 20 avril 1792

Les monarchies européennes observent avec inquiétude la Révolution Française et hésitent à intervenir. Adversaires et partisans de la Révolution voient dans la guerre un moyen d’imposer leurs buts de politiques intérieures. De nombreux nobles « exilés » forment une armée aux frontières de la France au niveau des Pays Bas autrichiens.

L’Assemblée législative et le roi Louis XVI déclarent la guerre à l’Autriche le 20 avril 1792. La Prusse se joint à l’Autriche. C’est le début des guerres de la révolution française.

Les armées françaises, désorganisées par l’émigration de leurs officiers, perdent les premières batailles contre les armées autrichiennes et prussiennes.

Le 11 juillet, l’Assemblée proclame « la partie en danger » et fait appel aux volontaires qui affluent par milliers à Paris pour sauver la France.

Le 25 juillet, la déclaration du duc de Brunswick, commandant des  armées autrichiennes et prusses, menaçant de détruire Paris si on touche à la famille royale, met le feu aux poudres.

Arrestation du roi Louis XVI – 10 août 1792

Le 10 août 1792, convaincu de la complicité du roi avec l’étranger, le peuple envahit le palais des Tuileries, massacre ses défenseurs et arrête le roi et sa famille. La prise des Tuileries marque la fin de la monarchie constitutionnelle.

Le 20 septembre 1792, l’armée française stoppe l’avancée de l’armée austro-prussienne vers Paris lors de la bataille de Valmy. Cette première victoire de la révolution française donne un coût d’arrêt à l’invasion de la France, redonne confiance au peuple et renforce la Révolution.

Convention girondine – 21 septembre 1792

Le 21 septembre 1792, la Convention nationale succède à l’Assemblée législative et décrète l’abolition de la royauté.

La Convention est la première assemblée élue au suffrage universel mais les 749 députés ont été élus par moins de 10% de la population, à cause d’une forte abstention due à la peur, l’indifférence ou l’ignorance.

La Convention nationale est constituée de 3 groupes de députés aux sensibilités politiques différentes.

  • La Gironde, groupe de révolutionnaires modérés, est attachée aux libertés individuelles et économiques. Les Girondins veulent maintenir les institutions décentralisées telles quelles.
  • La Montagne, groupe constitué de partisans d’une République démocratique, est plus révolutionnaire, centralisatrice et proche du peuple et de Paris. Les Montagnards veulent instaurer la dictature pour sauver les acquis de la Révolution française.
  • La Plaine, appelé également le Marais, est un groupe constitué d’hommes prudents, aux opinions changeantes, attachés aux idées libérales et républicaines. La Plaine souhaite l’union de tous les républicains.

Jusqu’au 2 juin 1793, les députés Girondins dominent la Convention.

Proclamation de la première république – 22 septembre 1792

Le 22 septembre 1792, commence la Première République. Cette date marque le début de l’an I de la République dans le nouveau calendrier républicain, appelé également calendrier révolutionnaire français.

La République comprendra trois formes de gouvernement :

  • La Convention nationale : du 21 septembre 1792 au 26 octobre 1795.
  • Le Directoire : du 26 octobre 1795 au 9 novembre 1799.
  • Le Consulat : du 10 novembre 1799 au 18 mai 1804.

Exécution du roi Louis XVI – 21 janvier 1793

La royauté abolie, se pose la question du roi. Que faut-il en faire? Si les Girondins veulent épargner le roi, devenu citoyen ordinaire et surnommé Louis Capet, les Montagnards veulent son jugement et sa mort.

Le 20 novembre 1792, la découverte au Palais des Tuileries d’une armoire de fer contenant des documents compromettants rend le procès du roi  inévitable.

Le 16 janvier 1793, la majorité des députés de la Convention nationale votent oralement et condamnent à mort Louis XVI.

Le 21 janvier 1793, c’est l’exécution de Louis XVI sur la place de la Révolution – qui deviendra place de la Concorde. Il meurt guillotiné.

Par cet acte, la France révolutionnaire défie l’Europe et fait l’unanimité contre elle. La mort du roi relance la guerre avec l’Europe.

Convention montagnarde – 2 juin 1793

Le 23 février 1793, pour faire face au danger, la Convention décide la levée en masse de 300 000 hommes, entrainant une forte révolte, puis en guerre civile : la guerre de Vendée.

La convention envoie des commissaires disposant de tous les pouvoirs. Elle crée un tribunal révolutionnaire pour juger les actes contre-révolutionnaires et un comité de salut public pour superviser le gouvernement et prendre des mesures d’urgence.

Les Girondins s’opposent aux mesures d’exception. Le 02 juin 1793, 80 000 parisiens armés et en colère assiègent l’assemblée, entrainant l’arrestation des députés girondins. Les Montagnards prennent le pouvoir, avec Robespierre surnommé « l’Incorruptible » comme leader du Comité de Salut Public, le gouvernement révolutionnaire.

Des villes et des régions entières se révoltent contre Paris car la province, soutenue par les Girondins, voulait accroître son autonomie par rapport au pouvoir parisien.

L’agitation populaire à Paris s’amplifie, attisée par les sans-culottes qui réclament l’égalité et la peine de mort contre les « accapareurs » – qui stockaient les marchandises pour spéculer et les vendre encore plus chers – et la fixation d’un prix maximum. Ils menacent la Convention de se débarrasser des députés qui refuseraient de voter ces mesures.

C’est le début de la radicalisation de la « Terreur » qui s’achèvera le 28 juillet 1794 avec la chute de Robespierre.

Pendant cette période, 500 000 personnes seront emprisonnées et 100 000 exécutées ou massacrées.

Votée le 12 août 1793 par la Convention nationale, la Loi des suspects voit le décret du 17 septembre 1793 élargir son champ d’application. Il commence le 22 septembre 1792, le premier jour de la révolution française et compte 12 mois de 30 jours et cinq à six jours complémentaires en fin d’année pour s’aligner avec l’année tropique.

Elle permet d’arrêter immédiatement toute personne supposée nuire à la Révolution. Le Comité de salut public s’appuie en province sur les comités de surveillance, chargés de l’application des lois révolutionnaires et des mesures de sûreté générale et de salut public, ce qui leur permet toutes les mesures arbitraires.

Le 06 octobre 1793, le calendrier républicain entre en vigueur. Il marque la volonté des révolutionnaires de rompre avec la tradition chrétienne et la monarchie. Il commence le 22 septembre 1792 et compte 12 de 30 jours, divisés en 3 décades (10 jours), plus 5 à 6 jours – 6 jours les années bissextiles – en fin d’année, appelés sans-culottides, puis jours complémentaires, pour correspondre à peu près à une année solaire.

Afin d’en finir avec la royauté, Robespierre demande dès le mois de mars 1793 à ce que la reine Marie-Antoinette soit traduite devant le Tribunal révolutionnaire. Le 03 octobre 1793, la Convention nationale décrète le prompt jugement de Marie-Antoinette par le Tribunal révolutionnaire.

Le 16 octobre 1793, le Tribunal révolutionnaire condamne Marie-Antoinette à être guillotinée. Son exécution a lieu le même jour.

Le 04 février 1794, la Convention abolit l’esclavage dans les colonies françaises. Si les théories humanistes des philosophes des Lumières sont largement diffusées, cette mesure est plus dictée par les circonstances : ramener le calme à Saint-Domingue où les esclaves sont en train de s’emparer du territoire. Confrontée à la guerre et n’ayant pas les moyens d’intervenir dans les Colonies, la Convention nationale proclame l’abolition de l’esclavage.

La question du maintien de la Terreur divise les Montagnards. La crise économique persistante pousse les « Enragés » à demander des mesures plus sévères pour la bourgeoisie. Les « Exagérés », appelés également « Hébertistes » réclament la guerre à outrance, à la fois civile et extérieure et veulent radicaliser la Convention. Les « Indulgents », lassés par la Terreur, parmi lesquels Camille Desmoulins et Danton, demandent la fin des exécutions; les victoires aux frontières montrant que les objectifs de la Terreur avaient été atteints.

Le Comité de Salut Public, qui ne supporte plus les attaques contre sa politique, fait arrêter Danton et les « Indulgents ».

Le 05 avril 1794 a lieu l’exécution de Danton et des « Indulgents », suite à leur condamnation à la guillotine par le Tribunal révolutionnaire.

Le Comité de Salut Public, avec à sa tête Robespierre, paraît tout puissant.

Le 10 juin 1794, la loi de Prairial accentue la Terreur. Le Tribunal révolutionnaire n’a plus le choix qu’entre l’acquittement et la mort. La loi supprime toute défense à l’accusé. C’est le début de la « Grande Terreur ».

Chute de Robespierre – 27 juillet 1794

Le 26 juin 1794, la victoire Fleurus contre les autrichiens éloigne la menace d’invasion et pousse la majorité des députés de la Convention à conspirer contre Robespierre qui ne veut pas changer de politique et que l’on soupçonne d’aspirer à la dictature.

Le 27 juillet 1794, Robespierre est arrêté et guillotiné sans jugement le lendemain sur la place de la Révolution.

Convention thermidorienne – 28 juillet 1794

La chute de Robespierre entrainent les députés « Thermidoriens » de la Convention dans une réaction contre les institutions. Ils font libérer les suspects, mettent fin à la Terreur et préparent une nouvelle Constitution pour mettre en place un nouveau régime, plus stable, le Directoire.

Après plusieurs victoires militaires, la République Française signe la paix avec la Prusse, la Hollande et l’Espagne :

  •  Le 5 avril 1795, la France et la Prusse signent un traité de paix à Bâle.
  • La 16 mai 1795, La France et les Provinces Unies (Hollande) signent le traité de paix de La Haye.
  • Le 22 juillet 1795, La France signe et l’Espagne signent le traité de paix à Bâle.

Le 7 avril 1795, la loi sur l’instruction publique fixe la nomenclature des mesures (mètre, litre, gramme, etc). Le franc devient l’unité monétaire officielle de la France.

Le 14 juillet 1795, La Marseillaise devient l’hymne national par décret de la Convention nationale.

Directoire – 26 octobre 1795

Le 22 août 1795, la Convention vote la Constitution de l’an III qui fonde le Directoire. Les élections ont lieu au suffrage censitaire. Les électeurs élisent les membres de deux assemblées législatives :

  • Le Conseil des Cinq-Cents propose les lois.
  • Le Conseil des Anciens les adopte ou les rejette.

Le pouvoir exécutif est confié à un Directoire de cinq membres appelés Directeurs.

Le 26 octobre 1795, la Convention se sépare. C’est le début du Directoire.

Le temps de la Terreur est terminé.

Paris est à la fête et la bourgeoisie montre sa richesse et sa joie de vivre.

Mais la réaction est parfois violente à l’encontre des révolutionnaires les plus engagés.

Le 12 novembre 1795, le Club des Jacobins est fermé.

En Province, dans le sud-est, les royalistes terrorisent les révolutionnaires et les massacrent, lors de la « Terreur blanche ».

Campagne d’Italie – 11 avril 1796

L’Autriche, l’Angleterre et le royaume de Piémont-Sardaigne poursuivent la guerre contre la France révolutionnaire. L’Autriche attaquent les troupes françaises sur le Rhin.

Les armées de Rhin-et-Moselle et de Sambre-et-Meuse sont lancées contre les Autrichiens et doivent pénétrer en Allemagne et atteindre Vienne.

L’armée d’Italie, dirigée par la général Napoléon Bonaparte depuis le 2 mars 1796, doit contenir un maximum de troupes autrichiennes sur le front du sud.

Le 11 avril 1796 marque le début de la campagne d’Italie. En un an, Napoléon Bonaparte remporte de nombreuses victoires et s’approche de Vienne.

Le 17 octobre 1797, le traité de paix de Campo-Formio est signé entre la France et l’Autriche. Il met fin à la guerre entre l’Autriche et la France et donne de nouveaux territoires à la République française. Napoléon Bonaparte acquiert une stature politique.

Coup d’état du directoire – 4 septembre 1797

Pendant ce temps, suite aux élections, les royalistes deviennent majoritaires au Conseil des Cinq-Cents et au Conseil des Anciens. Ils font nommer un Directeur et suppriment les lois contre les émigrés et les prêtres réfractaires.

Le Directoire se retrouve divisé en 2 camps, le premier favorable à la majorité royaliste et le second, républicain.

Le 04 septembre 1797, trois Directeurs républicains du Directoire, soutenus par l’armée, organisent et font un coup d’État contre l’opposition croissante des royalistes. Ils écartent les deux autres Directeurs, déportent les chefs royalistes.

Le coup d’État renforce le pouvoir exécutif mais celui-ci perd sa légitimité démocratique.

Campagne d’Égypte – 1 juillet 1798

Le 19 mai 1798, Napoléon Bonaparte quitte Toulon pour l’Égypte avec une armée de soldats et des scientifiques. Il s’agit, pour le Directoire, de :

  • Mettre un terme au pouvoir des Anglais en Méditerranée.
  • Couper la route maritime des Indes à l’Angleterre, indispensable pour son commerce.
  • Éloigner Napoléon Bonaparte, populaire et inquiétant pour le Directoire.

Le 01 juillet 1798, Napoléon arrive devant Alexandrie. C’est le début de la campagne d’Égypte.

Le 21 juillet 1798, il remporte la bataille des Pyramides contre les Mamelouks, ce qui ouvre la route du Caire à Napoléon.

Le 01 août 1798, lors de la bataille navale d’Aboukir,  l’amiral anglais Nelson détruit presque toute la flotte française.

Cette défaite encouragea les pays européens à rejoindre la deuxième coalition contre la France.

Le 05 septembre 1798, le Conseil des Cinq-Cents rend le service militaire obligatoire.

Cependant, fin politique, Napoléon Bonaparte parvient à asseoir son pouvoir sur la population et se comporte en souverain.

Le 15 juillet 1799, à Rosette, le lieutenant Pierre-François-Xavier Bouchard découvre la pierre de Rosette, stèle en pierre comportant un même texte  gravé en 3 écritures différentes. ce qui permettra à Jean-François Champollion, en 1821, de déchiffrer les hiéroglyphes égyptiens.

Coup d’état de Napoléon Bonaparte – 9 novembre 1799

Napoléon Bonaparte apprend que la situation a changée en France. L’armée a subit plusieurs revers, la République a perdu les pays conquis. Le pays est en danger. La population ne fait plus confiance au Directoire.

Le 23 août 1799, soucieux de sa gloire qu’il ne veut altérer, il confie l’armée au général Kléber. Il décide de rentrer en France en octobre où le Directoire est dans l’impasse.

Le 01 octobre 1799, Napoléon Bonaparte entre dans le port d’Ajaccio, débarque à Fréjus le 09 octobre et arrive à Paris le 16 octobre.

A Paris, se prépare un coup d’état.

  • Après 10 ans de révolution, les français aspirent à la paix et à la stabilité.
  • La bourgeoisie veut profiter de ses acquis et de ses richesses.
  • Sieyès, un des Directeurs veut renforcer le pouvoir exécutif en révisant la Constitution.

Il a besoin d’un général qui lui assurerait le soutien de l’armée.

Napoléon Bonaparte, de retour d’Égypte est l’homme de la situation.

Le 09 novembre 1799, Napoléon Bonaparte prend le pouvoir lors d’un coup d’État et met fin à la Révolution française.

Le Consulat, régime politique autoritaire composé de 3 consuls, Napoléon Bonaparte, Sieyès et Ducos, remplace le Directoire.

Sommaire.

Comment mémoriser les grandes dates de la Révolution Française

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

apprendre à retenir les dates clés de la révolution française de 1789
Mémoriser les grandes dates de la révolution française de 1789 en utilisant les tables de rappel du grand système comme technique de mémorisation.

Retenir les dates clés de cette époque révolutionnaire est un moyen efficace de situer les principaux événements de cette période troublée et violente qui marqua la fin de l’Ancien Régime et  posa les bases d’un État moderne.

Nous avons vu dans l’article comment mémoriser facilement les dates de l’histoire plusieurs techniques de mémorisation efficaces pour retenir les dates sur le long terme.

Nous allons en montrer une application pratique avec les dates clés de la Révolution Française de 1789.

Toutes les événements se situant au XVIII ème siècle, nous n’avons pas à retenir le siècle.

Technique de mémorisation.

Nous allons apprendre les dates de la révolution de 1789 à l’aide de la table de rappel du grand système que nous avons appris dans l’article comment mémoriser facilement les chiffres ou les nombres.

Pour retenir plus facilement les événements à mémoriser, nous allons classer les dates par année, mois et jour.

Nous classerons les mois de 1 à 12 et les jours de 01 à 31.

Nous allons rattacher l’année, le mois, le jour, l’évènement à un objet ou un personnage et former une image mentale et créer une histoire.

Le cerveau adore les histoires. Il fonctionne par association. Associer, c’est créer des liens entre des objets, des personnages, des émotions, etc. Plus les liens seront forts et plus il sera facile de se souvenir.

C’est cette histoire que nous venons de créer que nous allons apprendre. Nous allons retenir ainsi facilement et à long terme la date et l’événement.

Comme il n’y a pas d’ambiguïté dans les dates à retenir, nous n’utiliserons que la table de rappel du grand système pour associer l’année, le mois et le jour à des images.

1789

La table de rappel du grand système associe le nombre 89 à la vapeur.Nous allons donc associer l’année 1789 à la vapeur.

05 Mai 1789 – Ouverture des États généraux au château de Versailles.

Le mois de mai est le cinquième mois de l’année. Le lion est le code associé au chiffre 5.

Nous allons associer le jour – 05 – au salon.

Pour l’évènement, nous associerons les états généraux à un général et à sa tenue étoilée.

Il nous reste à créer une petite histoire en prenant les images dans l’ordre, c’est à dire :

05 mai 1789 : vapeur, lion, salon, général.

Par exemple, nous apercevons de la vapeur, de laquelle sort un lion, qui se rend dans un salon pour discuter avec un général.

Imaginez l’histoire qui vous passe par la tête. Plus elle vous marquera et plus elle sera facile à se souvenir.

17 Juin 1789 – Proclamation de l’Assemblée nationale.

Le mois de juin est le sixième mois de l’année. Le chat est le code associé au chiffre 6.

Nous allons associer le jour – 17 – à un ticket.

Pour l’événement, nous associons la proclamation à un porte voix.

En prenant les images dans l’ordre, nous obtenons la série de mots suivante :

17 juin 1789 : vapeur, chat, ticket, porte voix.

Surgissant de la vapeur, nous apercevons un chat qui brandit un ticket et qui parle avec un porte voix.

Il s’agit maintenant de procéder de même pour créer des séries de mots et des histoires à mémoriser avec les autres dates de la Révolution française de 1789.

A titre d’exemple, voici les série de mots pour d’autres dates clés de la révolution de 1789.

20 Juin 1789 – Serment du Jeu de Paume.

Pour l’événement, nous allons représenter le serment du jeu de paume par une pomme.

20 juin 1789 : vapeur, chat, noce, pomme.

09 Juillet 1789 – Assemblée nationale constituante.

Nous allons représenter l’assemblée nationale constituante par un député (silhouette d’un homme avec une écharpe tricolore) avec un livre sous le bras.

09 juillet 1789 : vapeur, quille, sapin, député.

14 Juillet 1789 – Prise de la Bastille.

Nous allons représenter la prise de la bastille avec un château fort.

14 juillet 1789 : vapeur, quille, taureau, château.

04 Août 1789 – Abolition des privilèges.

Pour l’événement, nous allons représenter l’abolition des privilèges par une couronne avec une croix en forme de x (supprimer).

04 août 1789 : vapeur, feu, cerf, couronne.

26 Août 1789 – Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen.

Pour la déclaration des droits de l’homme et du citoyen, nous utiliserons la balance de Thémis, symbole de la justice.

26 août 1789 : vapeur, feu, niche, balance.

05 Octobre 1789 – Retour du roi au palais des Tuileries.

Pour symboliser le retour du roi au palais des tuileries, nous prendrons une foule de femmes armée de fourches et de piques, celle qui accompagna le roi et sa famille jusqu’au palais des tuileries.

05 octobre 1789 : vapeur, tasse, salon, foule.

1790

La table de rappel du grand système associe le nombre 90 à un poisson.Nous allons donc associer l’année 1790 à un poisson.

15 Janvier 1790 – Création des départements français.

Nous allons représenter la création des départements français par la carte des départements français.

15 janvier 1790 : poisson, toit, étoile, carte de France.

14 Juillet 1790 – Fête de la Fédération.

Pour symboliser la fête de la fédération, nous prendrons un feu d’artifice comme symbole.

14 juillet 1790 : poisson, quille, taureau, feu d’artifice.

22 Octobre 1790 – Adoption du drapeau tricolore.

14 octobre 1790 : poisson, tasse, taureau, drapeau français.

1791

La table de rappel du grand système associe le nombre 91 à un bâton.Nous allons associer l’année 1791 à un bâton.

20 Juin 1791 – Fuite du roi à Varennes.

Pour représenter la fuite du roi à Varennes, nous allons utiliser le symbole de la sortie de secours (un homme qui cours).

20 juin 1791 : bâton, chat, noce, sortie de secours.

03 Septembre 1791 – Vote de la Première Constitution française.

Pour l’événement, nous allons représenter le vote de la première constitution française par un chiffre 1 que l’on met dans une urne.

03 septembre 1791 : bâton, pied, sumo, urne.

1792

La table de rappel du grand système associe le nombre 92 à un bonnet.Nous allons associer l’année 1792 à un bonnet.

20 Avril 1792 – Début de la guerre.

Pour symboliser le début de la guerre, nous utiliserons la baïonnette comme image.

20 avril 1792 : bonnet, roi, noce, baïonnette.

10 Août 1792 – Prise des Tuileries. Arrestation du roi.

Pour symboliser l’arrestation du roi lors de la prise des tuileries, nous utiliserons des menottes comme représentation mentale.

10 août 1792 : bonnet, feu, tasse, menottes.

20 Septembre 1792 – Bataille de Valmy.

Pour l’événement, nous allons représenter la bataille de Valmy par le moulin de Valmy.

20 septembre 1792 : bonnet, pied, noce, moulin.

21 Septembre 1792 – Convention nationale succède à l’Assemblée législative.

Pour représenter la convention nationale nous allons utiliser la lettre C avec les couleurs bleu, blanc, rouge du drapeau français.

21 septembre 1792 : bonnet, pieds, natte, C.

22 Septembre 1792 – Proclamation de la Première République.

Pour l’événement, nous représentons la première république par un arbre – symbolisant le chiffre 1 – avec un ruban tricolore autour du tronc.

22 septembre 1792 : bonnet, pied, naine, arbre.

1793

La table de rappel du grand système associe le nombre 93 à une pomme.Nous allons associer l’année 1793 à une pomme.

21 Janvier 1793 – Exécution de Louis XVI.

Pour représenter l’exécution de Louis XVI nous allons utiliser comme image un roi guillotiné.

21 janvier 1793 : pomme, toit, natte, roi.

02 Juin 1793 – Arrestation des Girondins. Début de la « Terreur ».

Pour l’arrestation des Girondins, nous utiliserons comme image la ville de Bordeaux, qui se trouve en Gironde.

02 juin 1793 : pomme, chat, cygne, Bordeaux.

17 Septembre 1793 – Robespierre instaure la Loi des suspects.

Pour représenter la loi des suspects, nous utiliserons comme image mentale un suspect placé contre un mur possédant une graduation et tenant dans ses mains un écriteau avec un numéro.

17 septembre 1793 : pomme, pied, ticket, suspect.

06 Octobre 1793 – Le calendrier républicain entre en vigueur.

06 octobre 1793 : pomme, tasse, singe, calendrier.

16 Octobre 1793 – Exécution de la reine Marie-Antoinette.

Pour représenter l’exécution de la reine Marie Antoinette nous prendrons comme image un reine guillotinée.

16 octobre 1793 – pomme, tasse, donjon, reine.

1794

La table de rappel du grand système associe le nombre 94 à une poire.Nous allons associer l’année 1794 à une poire.

04 Février 1794 – Abolition de l’esclavage dans les Colonies.

Pour représenter l’abolition de l’esclavage dans les colonies, nous prendrons comme symbole des chaines rompues.

04 février 1794 : poire, noix, cerf, chaine.

05 Avril 1794 – Exécution de Danton.

Pour l’exécution de Danton, nous prendrons comme image une dent cassée.

05 avril 1794 : poire, roi, salon, dent.

27 Juillet 1794 – Chute de Robespierre. Fin de la « Terreur ».

Pour représenter la chute de Robespierre, nous utiliserons une pierre comme image mentale.

27 juillet 1794 : poire, quille, nuque, pierre.

1795

La table de rappel du grand système associe le nombre 95 à une pelle.Nous allons  associer l’année 1795 à une pelle.

14 Juillet 1795 – la Marseillaise devient l’hymne national.

Pour la Marseillaise, nous utiliserons comme image la ville de Marseille.

14 juillet 1795 : pelle, quille, taureau, Marseille.

26 Octobre 1795 – Début du Directoire.

Comme symbole pour représenter le début du directoire, nous prendrons l’image d’un poteau directionnel avec plusieurs flèches pour indiquer les directions.

26 octobre 1795 : pelle, tasse, niche, poteau directionnel.

1796

La table de rappel du grand système associe le nombre 96 à une pêche.Nous allons  associer l’année 1796 à une pêche.

11 Avril 1796 – Début de la campagne d’Italie.

Pour l’événement associé au début de la campagne d’Italie,  nous utiliserons  comme image l’Italie.

11 avril 1796 : pêche,  roi, tête,  Italie.

1797

La table de rappel du grand système associe le nombre 97 à une bague.Nous allons  associer l’année 1797 à une bague.

04 Septembre 1797 – coup d’État du Directoire.

Comme symbole pour représenter le coup d’état du directoire, nous prendrons l’image d’un poteau directionnel posé par terre.

04 septembre 1797 : bague, pied, cerf, poteau directionnel.

1798

La table de rappel du grand système associe le nombre 98 à un bouffon.Nous allons  associer l’année 1798 à un bouffon.

01 Juillet 1798 – Début de la campagne d’Égypte.

Pour représenter le début de la campagne d’Égypte, nous utiliserons comme image mentale une pyramide d’Égypte.

01 juillet 1798 : bouffon, quille, assiette, pyramide.

1799

La table de rappel du grand système associe le nombre 99 à un papa.Nous allons  associer l’année 1799 à un papa.

09 Novembre 1799 – Coup d’État de Napoléon Bonaparte.

Pour représenter le coup d’état de Napoléon Bonaparte nous prendrons l’aigle qui est un des symboles choisi par Napoléon.

09 novembre 1799 : papa, tête, sapin, aigle.

A découvrir aussi.

Si cet article vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Comment retenir les dates clés de la révolution française (1789-1799)

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.