Comment Mémoriser les Capitales du Monde facilement

Comment mémoriser toutes les capitales du monde vite et facilement ? France = Paris; Allemagne = Berlin; Australie = Canberra; Canada = Ottawa, etc.

Apprenez comment retenir le nom des capitales des pays avec une méthode simple, facile à utiliser et amusante  en lisant cet article du blog éducatif Apprendre 5 minutes.

Vous saurez comment retrouver la capitale d’un pays ou le pays associé à un capitale facilement.

Vous trouverez dans cet article une méthode et des exemples de mémorisation des capitales du monde.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Comment Mémoriser les Capitales du Monde facilement.
Comment Mémoriser les Capitales du Monde facilement.

Sommaire

  • La méthode pour retenir le nom des capitales du monde.
  • Exemples de mémorisation des capitales des pays.
    • Capitale de l’Allemagne : Berlin.
    • Capitale de l’Australie : Canberra.
    • Capitale du Canada : Ottawa.
    • Capitale de la Suisse : Berne.
    • Capitale de la Turquie : Ankara.
  • A découvrir aussi.

La méthode pour retenir le nom des capitales du monde.

Pour retenir un pays du monde et sa capitale, nous allons chercher un moyen mnémotechnique pour relier le pays et la capitale.

Vous n’avez pas besoin de créer d’association pour les capitales des pays que vous connaissez.

Vous n’êtes pas obligé d’apprendre la liste des capitales du monde dans l’ordre des pays.

Pour rendre l’exercice plus motivant, vous pouvez commencer par les capitales des pays que vous avez envie de connaitre en premier : les pays limitrophes, celles où sont partis vos amis en vacances,où ils sont nés, etc.

Nous savons que le cerveau adore les images et les histoires mais qu’il a du mal à retenir ce qui est abstrait.

Pour bien mémoriser, nous allons associer le nom du pays et le nom de la capitale à des images mentales faciles à retenir et créer une histoire mentale avec ces 2 images.

Les noms sont parfois difficiles à retenir. Pour les retenir plus facilement, nous allons trouver une image mentale facile à mémoriser pour représenter le nom de chaque pays ou capitale.

En créant une histoire avec les deux images, nous allons créer une connexion entre elles. Elle sera d’autant plus forte que nous ferons appel à nos sens et à notre émotion.

Imaginez l’histoire qui vous passe par la tête. Plus elle vous marquera, plus elle s’imprègnera dans votre cerveau et plus elle sera facile à retenir.

Réviser les histoires mentales avec la méthode des répétitions espacées pour mémoriser définitivement: une heure après, un jour après, deux jours après, quatre jours après, une semaine après, un mois après, puis tous les six mois.

Pratiquez le plus souvent possible. Par exemple, quand vous regardez un film qui se passe dans un pays, quand vous regardez un match de football entre deux pays, essayez de trouver le nom de la capitale.

Avec l’entrainement, l’association se fera automatiquement dans votre esprit et vous trouverez le nom du pays ou sa capitale instantanément.

Exemples de mémorisation des capitales des pays.

Nous allons prendre quelques exemples pour illustrer la méthode.

Capitale de l’Allemagne : Berlin.

La capitale de l’Allemagne est la ville de Berlin.

Pour mémoriser le nom Allemagne, nous allons faire appel à notre mémoire auditive. Nous allons associer le mot Allemagne à Charlemagne. Le mot Charlemagne a un son proche du mot Allemagne.

Pour nous représenter mentalement Charlemagne, nous allons nous rappeler qu’un des surnoms de Charlemagne est « l’empereur à la barbe fleurie »; image facile à se rappeler mentalement.

Pour nous rappeler que Berlin est la capitale, nous allons faire appel à notre mémoire visuelle et prendre comme image la porte de Brandebourg, qui est un des symboles de Berlin.

Comment se souvenir que Berlin est la ville capitale de l’Allemagne ?

Nous allons créer une connexion mentale entre les deux images symbolisant l’Allemagne et Berlin :

  • Mnémonique pour l’Allemagne : Charlemagne.
  • Mnémonique pour Berlin : Porte de Brandebourg.

Il nous allons imaginer une histoire facile à mémoriser mettant en scène Charlemagne et la porte de Brandebourg.

Nous imaginons Charlemagne, conduisant un char antique à deux roues, tiré par quatre chevaux de front s’arrêtant en haut de la porte de Brandebourg (la porte de Brandebourg est surmontée par un quadrige conduit par la déesse de la victoire).

Lorsque vous imaginez la scène, faites appel au maximum à vos cinq sens, mettez de l’émotion, afin de créer un maximum de connexions, d’ancrages mémoriels.

Capitale de l’Australie : Canberra.

La capitale de l’Australie est la ville de Canberra.

Pour mémoriser le mot Australie, nous allons l’associer au mot otarie qui à une consonance proche.

La capitale de l’Australie, Canberra, nous fait penser au mot cambré, au verbe « se cambrer ».

  • Mnémonique pour l’Australie : Otarie.
  • Mnémonique pour Canberra : cambré.

Pour retenir que Canberra est la capitale de l’Australie nous pouvons imaginer une otarie en train de se cambrer pour attraper et manger un poisson ou un crabe ou pour se battre.

Capitale du Canada : Ottawa.

La capitale du Canada est la ville d’Ottawa.

Pour mémoriser le mot Canada, nous allons l’associer au mot Canadair – l’avion bombarder d’eau – qui à une consonance proche.

La capitale du Canada, Ottawa, nous fait penser au mot otage ou à l’expression « oh, ça va ».

  • Mnémonique pour le Canada : Canadair.
  • Mnémonique pour Ottawa : otage.

Pour retenir que Ottawa est la capitale du Canada, nous pouvons imaginer une prise d’otage dans un Canadair.

Capitale de la Suisse : Berne.

La capitale de la Suisse est la ville de Berne.

Pour mémoriser le mot Suisse, nous l’associer au chocolat qui est un des symbole de la Suisse.

La capitale de la Suisse, Berne, nous fait penser à Stéphane Bern, le journaliste spécialiste des familles royales et régnantes d’Europe.

  • Mnémonique pour la Suisse : Chocolat.
  • Mnémonique pour Berne : Stéphane Bern.

Pour retenir que Berne est la capitale de la Suisse, nous pouvons imaginer Stéphane Bern en train de manger du chocolat.

Capitale de la Turquie : Ankara.

La capitale de la Turquie est la ville d’Ankara.

Pour mémoriser le mot Turquie, nous l’associer au croissant de Lune et à l’étoile du drapeau de la Turquie.

La capitale de la Turquie, Ankara, nous fait penser à ancre de bateau.

  • Mnémonique pour la Turquie : Croissant de Lune et étoile.
  • Mnémonique pour Ankara : Ancre.

Pour retenir qu’Ankara est la capitale de la Turquie, nous pouvons imaginer que le croissant de Lune et l’étoile se transforment en ancre de bateau.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Comment Mémoriser les Capitales du Monde facilement

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.

Première Guerre Mondiale (1914 – 1918) : résumé, dates, causes, conséquences

Première Guerre mondiale (1914 – 1918) : dates, résumé, causes, conséquences, bilan. Qui a commencé la guerre et pourquoi ? Pourquoi la Première Guerre mondiale est une guerre totale ?

Vous voulez apprendre l’histoire de la Première Guerre mondiale vite et facilement ?

Vous cherchez un court résumé de cette période charnière de l’histoire de France et du monde ? Vous voulez en connaitre les causes, les conséquences, les dates clés ?

Vous êtes en CM2, au collège  ou passionné par l’histoire et vous voulez apprendre l’essentiel de la Première Guerre Mondiale (1914 – 1918) ?

Vous voulez également apprendre comment mémoriser les grandes dates de la Guerre de 14-18 ?

Lisez ce cours d’histoire gratuit en ligne du blog éducatif Apprendre 5 minutes pour apprendre et retenir rapidement et facilement les événements les plus importants de la Première Guerre Mondiale.

Nous avons sélectionné des méthodes particulièrement efficaces pour vous aider à vous souvenir des dates des principaux événements de cette période de l’Histoire de France et du Monde.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Première Guerre mondiale (1914 - 1918) - sommaire.
Première Guerre mondiale (1914 – 1918) – sommaire.

Sommaire

  • Définition de la Première Guerre Mondiale.
  • Dates de début et de fin de la Première Guerre mondiale.
  • Quels sont les pays qui ont participé à la Guerre de 14-18 ?
    • Triple Entente.
    • Triple Alliance.
  • Qu’est-ce qui déclenche la Première Guerre mondiale ?
  • Quelles sont les causes de la Première Guerre mondiale ?
  • Qui a commencé la Première Guerre mondiale ?
  • Résumé de la Première Guerre mondiale.
  • Pourquoi la Première Guerre mondiale est-elle une Guerre totale ?
  • Quel est le bilan de la Première Guerre mondiale ?
  • Quelles sont les conséquences de la Première Guerre mondiale ?
  • Les dates clés de la Première Guerre mondiale.
  • Comment mémoriser les dates clés de la Première Guerre mondiale ?
  • Pourquoi les soldats français étaient surnommés les Poilus ?
  • Bonus 1 : mémoriser les pays de la Triple Entente.
  • Bonus 2 : mémoriser les pays de la Triple Alliance.
  • A découvrir aussi.

Définition de la Première Guerre Mondiale.

La Première Guerre Mondiale est le conflit militaire mondial qui opposa , de 1914 à 1918, les Alliés de la Première Guerre mondiale – appelés également Triple-Entente ou Forces de l’Entente – aux Empires Centraux – appelés également Triple Alliance ou Triplice.

Surnommée Guerre de 14-18 ou Grande Guerre, la Première Guerre Mondiale est le conflit militaire majeur qui se déroula de 1914 à 1918 d’abord en Europe, avant de s’étendre à l’Asie et à l’Afrique, qui provoqua la mort de plus de 18 millions de personnes dont 1,7 million de morts en France et entraina le déclin de l’Europe.

Déclenchée par l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand, héritier de l’empire d’Autriche-Hongrie, à Sarajevo le 28 juin 1914, la Grande Guerre, gagnée par la Triple-Entente – dont la France -, entrainera la disparition des Empires Austro-hongrois, russes et ottoman.

Cette guerre européenne est la plus grande catastrophe de l’histoire, depuis des siècles, la ruine de nos espoirs les plus saints en la fraternité humaine.

citation de Romain Rolland – Journal des années de guerre 1914-1919.

Dates de début et de fin de la Première Guerre mondiale.

Date de début de la Première Guerre mondiale : 28 juillet 1914.

Le 28 juillet 1914, l’Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie, un mois après l’attentat de Sarajevo contre l’héritier de l’empire d’Autriche-Hongrie.

Date de fin de la Première Guerre mondiale : 11 novembre 1918.

Le 11 novembre 1918, l’Armistice signée par l’Allemagne, la France et ses Alliés, marque la fin des combats de la Première Guerre mondiale et la victoire des Alliés sur l’Allemagne.

Quels sont les pays qui ont participé à la Guerre de 14-18 ?

La Guerre de 14-18 est une guerre mondiale car

  • De nombreux pays se sont engagés dans le conflit militaire.
  • La Grande Guerre se déroula sur plusieurs pays et continents.

Deux grandes coalitions s’affrontèrent :

  • La Triple Entente, appelée également Alliés de la Première Guerre mondiale ou Forces de l’Entente.
  • La Triple Alliance, appelée également Empires centraux ou Triplice.

Triple Entente.

La Triple Entente est une alliance formée à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle entre la France, la Russie et le Royaume-Uni.

D’autres pays viendront la rejoindre. Ensemble, ils seront appelés les Alliés de la Première Guerre mondiale.

Les Forces de l’Entente se sont élevées à près de 43 millions de combattants entre 1914 et 1918.

La liste des pays Alliés de la Première Guerre mondiale sont les suivants :

  • Arménie.
  • Belgique.
  • Brésil.
  • Chine.
  • Costa Rica.
  • Cuba.
  • États-Unis.
  • France.
  • Grèce.
  • Guatemala.
  • Haïti.
  • Honduras.
  • Italie.
  • Japon.
  • Liberia.
  • Monténégro.
  • Népal.
  • Nicaragua.
  • Pologne.
  • Portugal.
  • Panama.
  • Roumanie.
  • Royaume-Uni.
  • Russie.
  • Saint-Marin.
  • Serbie.

 Les légions tchécoslovaques – volontaires armés tchèques et slovaques – combattirent également auprès des pays alliés de la Triple Entente.

Lorsque la Première Guerre Mondiale commence en 1914, L’Italie qui était un des pays de la Triple Alliance, décide de rester neutre, puis s’allie en 1915 à la Triple Entente qui lui consentira d’importantes concessions territoriales en cas de victoire.

Triple Alliance.

La Triple Alliance est une alliance formée à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle entre l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et l’Italie.

D’autres pays viendront la rejoindre. Ensemble, ils formeront une coalition appelée Empires centraux.

Les Forces des Empires centraux se sont élevées à plus de 25 millions de combattants entre 1914 et 1918.

La liste des pays des Empires centraux impliqués dans la Première Guerre mondiale sont les suivants :

  • Allemagne.
  • Autriche-Hongrie.
  • Bulgarie.
  • Duché de Courlande et Sémigalle.
  • Darfour.
  • Émirat de Haïl.
  • Lituanie.
  • Empire ottoman.

Qu’est-ce qui déclenche la Première Guerre mondiale ?

L‘événement qui a déclenché la Première Guerre mondiale est l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand, héritier du trône d’Autriche-Hongrie, et de sa femme, le 28 juin 1914 à Sarajevo, lors d’une visite officielle, en Bosnie-Herzégovine, par l’étudiant serbe nationaliste Gavrilo Princip.

L’assassin, Gavrilo Princip, un Bosniaque d’origine serbe de 19 ans, déclare vouloir soutenir, par cet attentat, les minorités serbes oppressées par l’empire Austro-hongrois.

Le 28 juillet 1914, l’Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie, qu’elle accuse d’être responsable de l’assassinat.

L’attentat de Sarajevo est l’événement déclenchant de la Première Guerre mondiale.

Quelles sont les causes de la Première Guerre mondiale ?

Si l’attentat de Sarajevo est l’étincelle qui mit le feu aux poudres et déclencha la Première Guerre mondiale, les causes sont multiples.

Après la défaite de la France lors de la guerre franco-allemande de 1870-1871,  la haine est forte entre la France et l’Allemagne. L’Allemagne a annexé l’Alsace-Lorraine en 1871, provocant un fort ressentiment côté français contre l’Allemagne. Les français veulent leur revanche sur l’Allemagne.

Au début du XXe siècle, les pays européens dominent le monde mais leur rivalité est forte. Ils possèdent de nombreuses colonies et se disputent les territoires conquis et leurs richesses.

Les colonies deviennent une source de tension entre la France et l’Allemagne. La France et l’Allemagne cherchent à coloniser l’Afrique et à agrandir leur empire colonial.

La politique allemande va contribuer au rapprocher de la France et du Royaume-Uni. Le Royaume-Uni, première puissance économique de la fin du XIXe siècle est concurrencée par l’Allemagne. La construction, par l’Allemagne, d’une puissante flotte de guerre contrarie la suprématie maritime de l’Angleterre.

L’Autriche-Hongrie et la Russie s’opposent pour dominer la région des Balkans. La présence de l’Autriche-Hongrie dans les Balkans pousse la Russie vers une alliance avec ses adversaires dont la France.

La peur d’une guerre européenne généralisée pousse les pays vers une course aux armements et aux effectifs militaires. Les puissances européennes renforcent les effectifs de leurs armées et augmentent la production d’armes.

Afin de se protéger mutuellement des attaques ennemies, les pays européens forment des alliances en vue d’une guerre possible.

  • la Triple Alliance : Allemagne, Autriche-Hongrie et Italie.
  • La Triple Entente : France, Royaume-Uni et Russie, alliés à la Serbie.

Si un des membres de l’alliance est attaqué, les autres pays s’engagent à le défendre.

Qui a commencé la Première Guerre mondiale ?

L’Autriche-Hongrie est le premier pays à avoir commencé la Première Guerre mondiale.

Après l’assassinat de l’archiduc François-Ferdinand à Sarajevo le 28 juin 1914, l’Autriche-Hongrie, soutenue par l’Allemagne, lance un ultimatum à la Serbie en lui imposant des clauses inacceptables.

La Serbie refuse une des conditions de l’ultimatum.

  • Le 28 juillet 1914, l’Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie.
  • Le 29 juillet 1914, alliée à la Serbie, la Russie ordonne la mobilisation partielle contre l’Autriche-Hongrie.
  • Le 1er août 1914, l’Allemagne déclare la guerre à la Russie.
  • Le 1er août 1914, la France, alliée à la Russie décrète la mobilisation générale.
  • Le 2 août 1914, l’armée allemande envahit le Grand-Duché du Luxembourg.
  • Le 3 août 1914, l’Allemagne déclare la guerre à la France.
  • Le 4 août 1914, l’Allemagne envahit la Belgique pour contourner les fortifications françaises des frontières de l’Est.
  • Le 4 août 1914, le Royaume-Uni, allié à la Belgique, déclare la guerre à l’Allemagne.

Les pays de la Triple Alliance et de la Triple Entente entrent en guerre.

La Grande Guerre, qui deviendra la Première Guerre mondiale a commencé.

Résumé de la Première Guerre mondiale.

En 1914, lorsque éclate la Première Guerre mondiale, l’Europe domine le monde.

Les grandes puissances européennes ont formé des alliances entre-elles pour se défendre.

L’attentat de Sarajevo du 28 juin 1914, suivi de la déclaration de guerre de l’Autriche-Hongrie  contre la Serbie le 28 juillet 1914 déclenche par le jeu des alliances, une guerre européenne puis mondiale.

La guerre de 14-18 va se dérouler en trois phases.

  • Août-Novembre 1914 : Guerre de mouvement. Lorsque la guerre débute, les belligérants pensent qu’elle sera courte. Les allemands envahissent la Belgique, attaquent la France, arrivent aux portes de Paris, avant d’être stoppé par l’armée française. Chacun des deux camps essaie de contourner l’adversaire jusqu’au côtes de la mer du Nord. En novembre 1914 la guerre de mouvement s’arrête. Les deux armées se font face.
  • Novembre 1914-Février 1918 : Guerre de position. L’armée allemande se retrouve bloquée par les Alliés sur un front qui s’étend de la mer du Nord jusqu’aux Vosges, sur 750 kilomètres. Les soldats creusent des réseaux de tranchées pour se protéger des tirs ennemis. La Guerre des tranchées commence. La guerre se prolonge. Beaucoup de soldats sont tués, blessés ou mutilés.
  • Mars 1918-Novembre 1918 : Deuxième Guerre de mouvement. Lors de la Révolution d’Octobre (7 et 8 novembre 1917), les révolutionnaires russes prennent le pouvoir et arrêtent les combats. L’Allemagne peut se concentrer sur le front Ouest mais les États-Unis entrent en guerre le 6 avril 1917 après que les sous-marins allemands aient coulé des bateaux américains. L’Allemagne lance une offensive au printemps 1918 mais les Alliés résistent et remportent la victoire finale. L’Allemagne connait une révolution qui contraint l’empereur allemand Guillaume II à abdiquer. L’armistice, signée le 11 novembre 1918, met fin à la guerre.

En 1918, l’Europe sort affaiblit après la Première Guerre mondiale. L’Europe n’est plus la grande puissance qu’elle était avant la guerre. Les États-Unis sont les grands gagnants du conflit mondial. Les États-Unis deviennent la première puissance mondiale.

Pourquoi la Première Guerre mondiale est-elle une Guerre totale ?

Définition de la guerre totale.

La guerre totale est une guerre qui mobilise toutes les ressources d’un pays :

  • Les combattants.
  • L’économie.
  • La politique.
  • La justice.

Les combattants.

Au front, la guerre est totale car

  • tous les hommes sont mobilisés au combat.
  • Les empires coloniaux participent à la guerre.

Les civils.

A l’arrière, la guerre est totale car elle mobilise toutes les ressources du pays.

  • Les femmes remplacent les hommes dans l’agriculture et dans l’industrie.
  • Une économie de guerre est mise en place. L’industrie fabrique des armes et des munitions.
  • Le gouvernement recourt à l’emprunt national et auprès d’autres pas comme le Royaume-Uni et les États-Unis.
  • L’État met en place un système de propagande pour soutenir le moral.
  • Il instaure la censure en interdisant les nouvelles négatives de la guerre.
  • Les partis politiques et les syndicats se rallient au gouvernement : c’est l’Union sacrée.

Quel est le bilan de la Première Guerre mondiale ?

La Guerre de 14-18 est le plus grand désastre humain matériel et économique de l’histoire.

L’Europe sortira affaiblie de la Grande Guerre.

Le bilan humain de la Première Guerre mondiale est très lourd.

  • 18,6 millions de morts.
    • 9,7 millions de morts pour les militaires.
    • 8,9 millions de morts pour les civils.
  • 21,2 millions de blessés militaires.
    • 12,8 millions de blessés du côté des Alliés.
    • 8,4 millions de blessés du côté des Empires centraux.
  • 7,7 millions de disparus.
    • 4,1 millions de disparus du côté des Alliés.
    • 3,6 millions de disparus du côté des Empires centraux.

Les dégâts matériels sont importants. Des villes, des villages et des usines sont détruits, des infrastructures de communication (routes, etc.) sont endommagées.

La production agricole baisse fortement.

  • 20 % en France.
  • 40% en Allemagne.

Le cheptel est décimé, des forêts ont disparu et les terres cultivables sont dévastées et dangereuses car elles contiennent des engins dangereux, comme des obus enfouis.

Quelles sont les conséquences de la Première Guerre mondiale ?

La géographie de l’Europe est transformée.

  • L’empire Austro-hongrois disparaît.
  • Les Allemands perdent l’Alsace et la Lorraine qui redeviennent françaises.
  • La Tchécoslovaquie et la Yougoslavie sont créées.
  • La Pologne est réunifiée.
  • L’empire ottoman est démantelé.

L’Allemagne sort de la guerre affaiblie et humiliée par le traité de paix de Versailles du 28 juin 1919.

  • Perte des colonies, principalement au bénéfice de la France et du Royaume-Uni.
  • Armée limitée à 100 000 hommes.
  • Paiement d’une somme énorme pour rembourser les dommages causés en France et en Belgique.

L’humiliation de l’Allemagne sera une des causes de la Deuxième Guerre mondiale.

La SDN (Société Des Nations), ancêtre de l’ONU (Organisation des Nations Unies), est créée afin de préserver la paix dans le monde. Ses objectifs sont

  • Le désarmement.
  • La prévention des guerres.
  • La sécurité collective.
  • La résolution des conflits par la négociation.
  • L’amélioration globale de la qualité de vie.

La Première Guerre mondiale met fin à la suprématie européenne. La France et le Royaume-Uni se sont endettés auprès des États-Unis pour payer les dépenses de guerre.

Les États-Unis deviennent les premiers créanciers du monde et la première puissance mondiale.

Les dates clés de la Première Guerre mondiale.

28 juin 1914 : Assassinat de l’archiduc d’Autriche-Hongrie à Sarajevo.

Le 28 juin 1914, le prince héritier de l’empire Austro-hongrois François-Ferdinand et son épouse sont victimes d’un attentat à Sarajevo.

28 juillet : Début de la Première Guerre mondiale.

Le 28 juillet 1914, l’Autriche-Hongrie déclare la guerre à la Serbie. Le jeu des alliances va entrainer les pays de l’Europe dans la guerre.

Août – Novembre 1914 : Guerre de Mouvement.

En juillet et août, le conflit se généralise par le jeu des alliances.

31 juillet 1914 : Assassinat de Jean Jaurès.

Le 31 juillet 1914, le leader socialiste Jean Jaurès, un des principaux opposants français à la guerre est assassiné à Paris, par un étudiant nationaliste.

Le 1er août 1914, l’Allemagne déclare la guerre à la Russie après que celle-ci, alliée de la Serbie, ait décrété la mobilisation contre l’Autriche-Hongrie.

Le 1er août 1914, la mobilisation générale est décrétée en France, alliée de la Russie.

3 août 1914 : L’Allemagne déclare la guerre à la France.

Le 3 août 1914, l’Allemagne déclare la guerre à la France.

Les allemands envahissent la Belgique, pays neutre et pénètrent en France en août.

Le 4 août, le Royaume-Uni allié à la Belgique, déclare la guerre à l’Allemagne.

23 août 1914 : Bataille de Charleroi.

Vaincus lors de la bataille de Charleroi – appelée également bataille de la Sambre -, en Belgique, les français reculent devant les allemands qui menacent Paris.

Le 2 septembre 1914, le président de la République française Raymond Poincaré et le gouvernement quittent Paris pour Bordeaux.

6 septembre 1914 : Première Bataille de la Marne.

La Première Bataille de la Marne dure quatre jours – du 6 au 9 septembre 1914 – et est remportée par les français et le Royaume Uni. Elle arrête la progression des troupes allemandes.

630 taxis parisiens, réquisitionnés par le général Gallieni, amènent les soldats jusqu’au front en taxi; les français remportent la première bataille de la Marne.

10 octobre – 10 novembre 1914 : Chacun des deux camps essaie de contourner l’adversaire par l’ouest jusqu’aux côtes de la mer du Nord.

Dès novembre 1914, la guerre de mouvement s’arrête : les deux armées sont face à face de la mer du Nord aux Vosges, sur 750 kilomètres.

Le 8 décembre 1914, une fois le front stabilisé, le président de la République française Raymond Poincaré et le gouvernement regagnent Paris.

Novembre 1914 – Février 1918 : Guerre de Position.

23 mai 1915 : L’Italie déclare la guerre à l’Autriche-Hongrie.

Le 26 avril 1915, l’Italie, membre neutre de la Triple Alliance, signe le Pacte de Londres, avec la Triple Entente. La Triple Entente accordera à l’Italie de nombreuses concessions territoriales en cas de victoire.

Le 23 mai 1915, l’Italie entre en guerre contre l’Autriche-Hongrie.

21 février – 18 décembre 1916 : Bataille de Verdun.

Le 21 février 1916, les allemands lancent une terrible offensive pour s’emparer de la forteresse de Verdun dans le département de la Meuse et « saigner à blanc » l’armée française. Les soldats se terrent dans les tranchées et tiennent leur position. C’est le début de la Guerre des Tranchées. Cette bataille d’usure va durer dix mois.

La bataille de Verdun est une des batailles les plus meurtrières de la Première Guerre mondiale. Elle oppose les soldats français aux soldats allemands.  La bataille de Verdun fit 700 000 victimes (morts, disparus ou blessés). Elle fut remportée par la France. L’armée française récupère la plupart des positions perdues en février.

1er juillet – 18 novembre 1916 : Bataille de la Somme.

Les alliés décident lors de la conférence de Chantilly, les 6 et d’attaquer les Empires centraux sur tous les fronts en 1916.

Les français et les anglais lancent l’offensive sur le font allemand de la Somme.

La bataille de la Somme fera plus d’un million de victimes (morts, blessés et disparus).

Les chars d’assaut seront utilisés pour la première fois de l’histoire.

Suite à la bataille de la Somme, l’Allemagne décidera la guerre sous-marine à outrance qui sera une des causes de l’entrée en guerre des États-Unis.

15 mars 1917 : Révolution de février en Russie.

La Première Guerre mondiale enfonce la Russie, qui a du mal à soutenir l’effort de guerre, dans la crise économique.

Début 1917, l’hiver particulièrement froid aggrave les problèmes d’approvisionnement.

La lassitude est générale. Les ouvriers entrent en grève. L’empereur de Russie veut mater la rébellion, déclenchant la révolution.

Le tsar de Russie Nicolas II abdique en faveur de son frère Michel mais celui-ci refuse de monter sur le trône. Un gouvernement provisoire se met en place en Russie.

6 avril 1917 : Les États-Unis déclarent la guerre à l’Allemagne.

Après être resté neutre pendant trois ans, les américains entrent dans la Première Guerre mondiale aux côtés des alliés car

  • Les allemands ont entrepris une guerre sous-marine. Ils coulent les bateaux des alliés et ceux des américains.
  • Le ministre allemand des affaires étrangères, Arthur Zimmerman, a proposé aux Mexicains une alliance contre les États-Unis.

Le 2 avril 1917, le président des États-Unis Thomas  Woodrow Wilson demanda une session conjointe spéciale du Congrès pour déclarer la guerre à l’Allemagne.

Le 6 avril 1917, le Congrès américain vote « la reconnaissance de l’état de guerre entre les États-Unis et l’Allemagne » et renoncent à leur neutralité.

L’armée américaine, formée de 200 000 soldats, en comptera 4 millions en novembre 1918.

16 avril – 24 octobre 1917 : Bataille du Chemin des Dames.

Sur la défensive, après les lourdes pertes de la bataille de Verdun et de la bataille de la Somme, les allemands réduisent leur ligne de défense. Ils construisent une ligne de défense fortifiée, appelée ligne Hindenburg, dans le Nord-Est de la France, pour contrer les futures offensives alliées.

Le 16 avril 1917, commence la bataille du Chemin des Dames, appelée également offensive Nivelle. Le général français Nivelle attaque les allemands entre Soissons et Reims. Les allemands apprennent le plan de bataille et se préparent.

La bataille du Chemin des Dames est un échec sanglant pour les Alliés.

La bataille du Chemin des Dames fera 187 000 morts ou blessés côté français et 163 000 morts ou blessés, la majorité le premier jour de l’offensive Nivelle.

Prévue pour durer 48 heures au plus, la bataille du Chemin des Dames durera plus de six mois.

C’est le début des mutineries (révoltes) des troupes françaises découragées. Plusieurs régiments refuseront de combattre et manifesteront pour la paix. Plusieurs mutins seront fusillés.

7 novembre 1917 : Révolution d’Octobre en Russie.

En Russie, Lénine et Trotski organisent une seconde révolution.

Le 7 novembre 1917, la révolution d’Octobre (25 octobre 1917 dans le calendrier russe) éclate en Russie. Les Bolchéviques prennent le pouvoir à Saint-Pétersbourg.

Le 5 décembre 1917, la Russie bolchevique, n’étant plus en mesure de poursuivre la guerre, signe un armistice avec les Empires centraux.

Le 15 décembre 1917, l’armistice prend effet. La France perd son allié russe. L’Allemagne peut concentrer ses forces sur le front ouest.

8 janvier 1918 : Les 14 points du président américain Wilson.

Le 8 janvier 1918, le le président des États-Unis Thomas  Woodrow Wilson prononce un discours, appelé les « quatorze points de Wilson », devant le Congrès des États-Unis pour mettre fin à la Première Guerre mondiale et reconstruire l’Europe.

Il réussira à en faire adopter quelques points lors du traité de paix de Versailles du 28 juin 1919.

3 mars 1918 : Le traité de paix de Brest-Litovsk entre l’Allemagne et la Russie.

Après la Révolution d’Octobre, la Russie signe le traité de Brest-Litovsk avec les Empires centraux et se retire du conflit.

Les Allemands vont en profiter pour se concentrer sur le front Ouest et tenter d’obtenir une victoire rapide avant l’arrivée des soldats américains.

C’est la fin de la Guerre de Position et le retour de la Guerre de Mouvement.

Mars – Novembre 1918 : Deuxième Guerre de Mouvement.

21 mars 1918 – 18 juillet 1918 : Offensive du Printemps.

Les allemands lancent une vaste série d’attaques- appelée offensive du Printemps, bataille du Kaiser ou offensive de Ludendorff –  jusqu’en juillet, parfois victorieuses mais jamais décisives.

Le but de ces attaques allemandes était de percer les lignes alliées et d’obtenir, des français, l’armistice.

21 mars 1918 : l’opération Michael commence en Picardie. Elle durera jusqu’au 5 avril 1918. L’opération allemande a pour but de percer les lignes alliées. Les allemands avancent sur 65 kilomètres mais aucun de leurs objectifs stratégiques n’est atteint. Cet échec stratégique allemand marque le début de la fin de la Première Guerre mondiale.

D’autres offensives allemandes vont se poursuivre jusqu’à la Deuxième bataille de la Marne.

Les principales batailles de l’offensive du Printemps sont les suivantes :

  • Opération Michael : du 21 mars au 5 avril 1918 dans le Nord de la France.
  • Bataille de la Lys : du 9 au 29 avril 1918 à Ypres en Belgique.
  • Bataille de l’Aisne : du 27 mai au 17 juillet 1918 en France, près de Paris.
  • Bataille du Bois Belleau : du 1er au 26 juin 1918 à Belleau, dans le département de l’Aisne.
  • Bataille de Montdidier-Noyon (appelée également Bataille du Matz) : du 5 au 13 juin 1918, dans le département de l’Oise.
  • Bataille du Hamel : le 4 juillet 1918, dans le département de la Somme.
  • Seconde Bataille de la Marne (appelée également Bataille de Reims) : du 27 mai au 6 août 1918, dans le département de la Marne.

18 juillet 1918 – 6 août 1918 : Contre-offensives Alliés.

Au cours de la Deuxième bataille de la Marne, les allemands lancent leur dernière grande offensive, appelée quatrième bataille de Champagne ou Friedensturm, du 15 au 18 juillet 1918.

Les Alliés remportent la victoire, puis lancent des contre-offensives victorieuses du 18 juillet au 6 août 1918.

3 novembre 1918 : Révolution Allemande.

En 1918, l’empire allemand éprouve de grandes difficultés économiques et militaires, suite au blocus par les pays de la Triple Entente et à l’entrée en guerre des États-Unis.

Le 28 janvier 1918, les ouvriers se mettent en grève générale. La grève s’étend rapidement à de nombreuses villes d’Allemagne.

Le 3 novembre 1918, les Mutineries de Kiel commencent. Des marins refusent d’appareiller pour se battre contre la Royal Navy. Les ouvriers s’associent aux marins. C’est l’insurrection et le début de la révolution allemande.

Le 9 novembre 1918, l’empereur allemand Guillaume II abdique. La République allemande – appelée République de Weimar – est proclamée.

11 novembre 1918 : Armistice.

Le 11 novembre 1918, l’Allemagne, la France et ses Alliés signent l’Armistice dans un wagon, dans la forêt de Compiègne, dans le département de l’Oise – en un lieu appelé plus tard la clairière de Rethondes ou clairière de l’Armistice.

L’armistice marque la fin des combats de la Première Guerre mondiale et la victoire des Alliés sur l’Allemagne.

28 juin 1919 : Traité de paix de Versailles.

Le 28 juin 1919 l’Allemagne et les Alliés signent le traité de paix de Versailles.

Le traité de Versailles est très dur pour l’Allemagne qui se sentira humilié. Ce sera une des causes de la Deuxième Guerre mondiale.

L’Allemagne

  • perd 15% de son territoire et son empire colonial. En particulier, la France récupère l’Alsace et la Lorraine qu’elle avait perdu en 1871.
  • voit sa puissance militaire limitée.
  • doit payer des indemnités considérables à la France et à la Belgique.
  • perd la propriété de ses brevets.

Comment mémoriser les dates clés de la Première Guerre mondiale ?

Retenir les dates clés de la Grande Guerre est un moyen efficace de situer les principaux événements de cette période de l’histoire qui vit l’affaiblissement de l’Europe et la consécration des États-Unis comme première puissance mondiale.

Nous avons vu dans l’article comment mémoriser facilement les dates de l’histoire plusieurs techniques de mémorisation efficaces pour retenir les dates sur le long terme.

Nous allons en montrer une application pratique avec les dates clés de la Première Guerre mondiale.

Toutes les événements se situant au XXe siècle, nous n’avons pas à retenir le siècle.

Si vous voulez retenir l’année avec le siècle, vous pouvez utiliser les associations mentales suivantes.

  • 1914 : tabatière.
  • 1915 : antipodal. A la surface de la Terre, deux points antipodaux sont deux points à l’opposé, comme, par exemple, le pôle Nord et le pôle Sud. Nous pouvons prendre comme symbole un ours sur la glace comme association mentale avec le mot antipodal.
  • 1916 : député âgé.
  • 1917 : antipathique.
  • 1918 : adoptif (symbole : un triangle avec un cœur entrelacé).
  • 1919 : député pieux.

Technique de mémorisation.

Nous allons apprendre les dates de la Première Guerre mondiale à l’aide de la table de rappel du grand système que nous avons appris dans l’article comment mémoriser facilement les chiffres ou les nombres.

Pour retenir plus facilement les événements à mémoriser, nous allons classer les dates par année, mois et jour.

Nous classerons les mois de 1 à 12 et les jours de 01 à 31.

Nous allons associer l’année, le mois, le jour, l’évènement à un objet ou un personnage et former une image mentale et créer une histoire.

Le cerveau adore les histoires. Il fonctionne par association. Associer, c’est créer des liens entre des objets, des personnages, des émotions, etc. Plus les liens seront forts et plus il sera facile de se souvenir.

C’est cette histoire que nous venons de créer que nous allons apprendre. Nous allons retenir ainsi facilement et à long terme la date et l’événement.

Comme il n’y a pas d’ambiguïté dans les dates à retenir, nous n’utiliserons que la table de rappel du grand système pour associer l’année, le mois et le jour à des images.

Vous trouverez ci-dessous quelques exemples pour retenir les dates clés de la Première Guerre mondiale.

Procédez de même pour toutes dates de la Grande Guerre que vous voulez mémoriser.

Avec l’habitude, cela deviendra simple, facile et amusant pour vous de trouver des histoires et de les apprendre.

1914

La table de rappel du grand système associe le nombre 14 à un taureau.Nous allons donc associer l’année 1914 à un taureau.

28 juin 1914 : Assassinat de l’archiduc d’Autriche-Hongrie à Sarajevo.

Le mois de juin est le sixième mois de l’année. Le mot chat est le code associé au chiffre 6.

Nous allons associer le jour – 28 – à une nef.

Pour l’évènement, nous associerons l’Assassinat de l’archiduc d’Autriche-Hongrie à un autrichien et une autrichienne en costume traditionnel d’Autriche qui se font tirer dessus à coup de pistolet.

Il nous reste à créer une petite histoire en prenant les images dans l’ordre, c’est à dire :

28 juin 1914 : taureau, chat, nef, autrichien.

Par exemple, nous apercevons un taureau et un chat qui sortent de la nef de l’église en courant après avoir entendu des coups de feu et qui voient un autrichien et une autrichienne se faire tirer dessus à coup de pistolet.

Imaginez l’histoire qui vous passe par la tête. Plus elle vous marquera et plus elle sera facile à se souvenir.

Procéder de même pour les autres dates clés de la Première Guerre mondiale.

28 juillet : Début de la Première Guerre mondiale.

Le mois de juillet est le septième mois de l’année. Le mot quille est le code associé au chiffre 7.

Nous allons associer le jour – 28 – à une nef.

Pour l’évènement, nous associerons le début de la Première Guerre mondiale à un bébé en train de se battre.

Il nous reste à créer une petite histoire en prenant les images dans l’ordre, c’est à dire :

28 juillet 1914 : taureau, quille , nef, bébé.

Par exemple, nous apercevons un taureau en train de jouer aux quilles dans la nef de l’église avec un bébé et de se disputer.

03 août 1914 : L’Allemagne déclare la guerre à la France.

Le mois d’août est le huitième mois de l’année. Le mot feu est le code associé au chiffre 8.

Nous allons associer le jour – 03 – à un sumo.

Pour l’évènement, nous associerons la déclaration de la Guerre à la France par l’Allemagne à un sumo avec un casque à pointe allemand et un drapeau de la France.

Il nous reste à créer une petite histoire en prenant les images dans l’ordre, c’est à dire :

03 août 1914 : taureau, feu, sumo allemand, drapeau français.

Par exemple, nous apercevons un taureau qui traverse le feu qu’a allumé un sumo allemand en brulant un drapeau de la France.

1916

La table de rappel du grand système associe le nombre 16 à un donjon.Nous allons donc associer l’année 1916 à un donjon.

21 février 1916 : début de la Bataille de Verdun.

Le mois de février est le deuxième mois de l’année. Le mot noix est le code associé au chiffre 2.

Nous allons associer le jour – 21 – à une natte.

Pour l’évènement, nous associerons la Bataille de Verdun à une tranchée; la Bataille de Verdun ayant été une Guerre de Tranchées.

Il nous reste à créer une petite histoire en prenant les images dans l’ordre, c’est à dire :

21 février 1916 : donjon, noix, natte, tranchée.

Par exemple, depuis le haut d’un donjon, nous apercevons des noix descendre le long d’une natte dans une tranchée.

1917

La table de rappel du grand système associe le nombre 17 à un ticket.Nous allons donc associer l’année 1917 à un ticket.

06 avril 1917 : Les États-Unis déclarent la guerre à l’Allemagne.

Le mois d’avril est le quatrième mois de l’année. Le mot roi est le code associé au chiffre 4.

Nous allons associer le jour – 06 – à un singe.

Pour l’évènement, nous associerons la déclaration de la Guerre à l’Allemagne par les États-Unis à un pygargue à tête blanche en train d’attaquer un aigle à bec et serres rouges allemand.

Le Pygargue est un rapace à tête blanche. C’est l’oiseau national des États-Unis. Nous le choisirons comme symbole des États-Unis.

L’aigle à bec et serres rouges figure dans les armoiries du Reich allemand pendant la Première Guerre mondiale. Nous le choisirons comme symbole de l’Allemagne.

Il nous reste à créer une petite histoire en prenant les images dans l’ordre, c’est à dire :

06 avril 1917 : ticket, roi, singe, aigles.

Par exemple, nous voyons, pour remporter le ticket que tient le roi des singes, un pygargue à tête blanche et un aigle à bec et serres rouges se battre.

1918

La table de rappel du grand système associe le nombre 18 à un dauphin.Nous allons donc associer l’année 1918 à un dauphin.

11 novembre 1918 : Armistice.

Le mois de novembre est le onzième mois de l’année. Le mot tête est le code associé au chiffre 11.

Nous allons associer le jour – 11 – à une tête. Vous pouvez également associer le nombre 11 à un autre mot code comme le dindon ou une tente pour lever toute ambiguïté.

Pour l’évènement, nous associerons l’Armistice au dépôt des armes; l’armistice marque la fin des combats.

Il nous reste à créer une petite histoire en prenant les images dans l’ordre, c’est à dire :

11 novembre 1918 : dauphin, tête, dindon, dépôt des armes.

Par exemple, nous apercevons un dauphin avec une tête de dindon qui dépose des armes.

1919

La table de rappel du grand système associe le nombre 19 à une taupe.Nous allons donc associer l’année 1919 à une taupe.

28 juin 1919 : Traité de paix de Versailles.

Le mois de juin est le sixième mois de l’année. Le mot chat est le code associé au chiffre 6.

Nous allons associer le jour – 28 – à une nef.

Pour l’évènement, nous associerons le traité de Versailles au Château de Versailles.

Il nous reste à créer une petite histoire en prenant les images dans l’ordre, c’est à dire :

28 juin 1919 : taupe, chat, nef, Château de Versailles.

Par exemple, nous apercevons une taupe et un chat qui partent de la nef d’une église, qui descendent dans une galerie creusée par la taupe et ressortent dans la galerie des Glaces du Château de Versailles.

Pourquoi les soldats français étaient surnommés les Poilus ?

« J’admire les poilus de la Grande Guerre, et je leur en veux un petit peu. Car ils m’eussent, si c’était possible, réconcilié avec les hommes, en me donnant, de l’humanité, une idée meilleure… donc fausse. »

Citation de Georges COURTELINE

Le Poilu est le surnom du soldat français qui combat dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale.

Le Poilu est synonyme de soldat brave.

Le Poilu est à l’époque quelqu’un de courageux, de brave, de viril.

Les poils sont associés à l’idée de virilité.

Le mot « Poilu » désigne le soldat combattant de la Guerre de 14-18 qui défend le sol de la France.

Par opposition,l’embusqué de 14-18 est un soldat affecté à l’arrière ou qui ne participe pas directement à la bataille.

Bonus 1 : mémoriser les pays de la Triple Entente.

La Triple Entente est le nom de l’alliance entre la France, la Russie et le Royaume-Uni.

La principale nation du Royaume-Uni est l’Angleterre.

Pour mémoriser les pays de la Triple Entente, nous allons nous servir des premières lettres des pays :

  • F : France.
  • R : Russie.
  • AN : ANgleterre.

Nous constatons que FRAN correspond aux premières lettres de la France.

Pour retenir la liste des pays de la Triple Entente, nous allons créer une association entre la Triple Alliance et la France.

Pour symboliser la Triple Entente nous allons prendre comme image mentale une oreille : le mot entente a une sonorité proche du mot entendre; entendre nous fait penser à une oreille.

Pour symboliser la France, nous allons imager un pendentif représentant la carte du pays.

Pour mémoriser la liste des pays de la Triple Entente, il suffit d’imaginer une grande oreille avec un pendentif carte de la France.

Bonus 2 : mémoriser les pays de la Triple Alliance.

La Triplice, appelée également Triple Alliance est le nom de l’alliance entre l’Allemagne, l’Autriche-Hongrie et l’Italie.

Pour mémoriser les pays de la Triple Alliance, nous allons utiliser la même technique de mémorisation que pour la Triple Entente.

Nous allons utiliser les premières lettres des pays :

  • ALL : Allemagne.
  • I : Italie.
  • A : Autriche-Hongrie.

Nous constatons que ALLIA correspond aux premières lettres du mot alliance.

Pour retenir la liste des pays de la Triple Alliance, nous allons créer une association entre la Triple Alliance et le mot alliance.

Pour symboliser la Triple Alliance nous allons prendre comme image mentale une bague de mariage.

Cette seule image mentale suffit pour retenir les pays de la Triple Alliance, puisque une bague de mariage est une alliance et que le début du mot alliance correspond aux premières lettres des pays de la Triple Alliance.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Première Guerre Mondiale (1914 – 1918) : résumé, dates, causes, conséquences

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.

 

 

Drapeau français – tout savoir sur le drapeau de la France

Signification des couleurs bleu, blanc, rouge du drapeau français, description, dates de l’histoire du drapeau tricolore, citations sur le drapeau de la France, emblème national de la République française.

Lisez cet article d’ Apprendre 5 minutes pour apprendre et retenir l’essentiel sur le drapeau national français, un des principaux symboles de la Cinquième République et de la France et qui inspira de nombreux pays.

 

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Drapeau français - sommaire.
Drapeau français – sommaire.

Sommaire

  • Le drapeau français.
  • Signification des couleurs bleu, blanc, rouge.
  • Histoire du drapeau français.
  • Citations sur le drapeau français.
  • A découvrir aussi.

Le drapeau français.

Né sous la Révolution française, le drapeau tricolore est le drapeau de la France sans interruption depuis 1830.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Drapeau français.
Drapeau français.

Le drapeau français est également appelé « drapeau tricolore » ou « drapeau bleu, blanc,rouge ».

L’article 2 de la Constitution de la Cinquième République indique que « L’emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge. »

Le drapeau de la France est un drapeau de proportion 2:3. Pour une hauteur de deux unités, la longueur est de trois unités.

Le drapeau français est composé de trois bandes verticales bleue, blanche et rouge de largeurs et de longueurs égales.

Une exception toutefois : lors des retransmissions télévisées, la bande blanche du drapeau peut être plus petite, pour des raisons esthétiques, afin que le visage du président de la République française ne soit pas complètement entouré de blanc. Ce fut le cas, en particulier, pour les présidents François Mitterrand et Jacques Chirac.

Signification des couleurs bleu, blanc, rouge.

Le drapeau bleu, blanc, rouge est un des symboles de la République et de la France.

Les trois couleurs bleu, blanc, rouge, apparues lors de la Révolution française, sont les symboles de l’unité nationale.

Les couleurs rouge et bleue représentaient les couleurs de la Ville de Paris; la couleur blanche symbolisait le royaume de France.

La réunion des trois couleurs bleu, blanc et rouge signifie « l’alliance auguste et éternelle entre le monarque et le peuple. ».

Les trois couleurs bleu, blanc, rouge symbolisent l’unité nationale.

Placer la couleur blanche, symbolisant la royauté et par extension le roi, entre les couleurs bleues et rouges des armoiries de Paris, c’est également montrer que c’est le peuple, et non le roi seul, qui exercera le pouvoir.

Le drapeau français a servi de modèle à de nombreux pays admirateurs des symboles de la France que sont la liberté, l’égalité et la fraternité.

Histoire du drapeau français.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Les dates clés de l'histoire du drapeau français.
Les dates clés de l’histoire du drapeau français.

17 juillet 1789 : Louis XVI reçoit la cocarde tricolore à l’hôtel de ville de Paris.

Les trois couleurs bleu, blanc, rouge ont été portées ensemble, pour la première fois, sous la forme d’une cocarde. La cocarde bleu, blanc, rouge était la marque distinctive de la Garde nationale parisienne dont La Fayette devint le commandant général, le 15 juillet 1789.

Le 17 juillet 1789, au début de la révolution française, quelques jours après la prise de la Bastille, le roi de France Louis XVI se rend à l’hôtel de ville de Paris.

Le maire de Paris, Jean Sylvain Bailly, demande au roi de France Louis XVI d’arborer la cocarde tricolore. Le blanc symbolisait la monarchie; le bleu et le rouge, la ville de Paris.

« Sire, ni votre peuple, ni votre Majesté n’oublieront jamais ce grand jour; c’est le plus beau de la monarchie; c’est l’époque d’une alliance auguste et éternelle entre le monarque et le peuple« .

20 mars 1790 : Écharpe tricolore.

Le 20 mars 1790, l’Assemblée nationale décide par décret que « lorsque les officiers municipaux seront en fonction, ils porteront pour marque distinctive une écharpe aux trois couleurs de la nation : bleu, rouge et blanc ».

15 février 1794 : Pavillon national bleu, blanc, rouge.

Le 20 octobre 1790, le comte Henri de Virieu, représentant de la noblesse du Dauphiné aux États généraux, propose à l’Assemblée nationale, de charger le pavillon maritime d’un carton bleu, blanc, rouge afin « qu’à la couleur qui fut celle du panache d’Henri IV se joignît celle de la liberté reconquise ».

Le 24 octobre 1790, l’Assemblée constituante décide que les vaisseaux de guerre et les navires de commerce porteront un pavillon avec les trois couleurs disposées en trois bandes verticales. Cela pour se différencier du pavillon néerlandais qui a les mêmes couleurs, mais disposées à l’horizontale.

Le 15 février 1794, le décret du 27 pluviôse an II de la Convention Nationale décide de la disposition actuelle du pavillon tricolore.

« Le pavillon national sera formé des trois couleurs nationales, disposées en trois bandes égales, posées verticalement, de manière que le bleu soit attaché à la gaule du pavillon, le blanc au milieu, et le rouge flottant dans les airs. »

L’Assemblée constituante charge le peintre Jacques-Louis David de « fournir les dessins du nouveau pavillon à la nation ».

20 mai 1794 : Naissance du drapeau français.

Le décret du 27 pluviôse an II de la Convention Nationale (15 février 1794) fixe également le jour où le pavillon tricolore deviendra effectif.

« Le pavillon national sera arboré sur tous les vaisseaux de la république le premier jour de prairial; le ministre de la marine donnera en conséquence tous les ordres nécessaires. »

Le 20 mai 1794 – 1er prairial an II – le changement de pavillon devient effectif sur les vaisseaux. C’est la naissance du drapeau français.

Le pavillon de marine sera ensuite adopté comme drapeau national.

13 avril 1814 : Rétablissement du drapeau blanc.

Le 13 avril 1814, sous la Restauration, le Gouvernement provisoire émet un décret rétablissant le drapeau blanc.

« La cocarde blanche est la cocarde française; elle sera prise par toute l’armée. »

« Le pavillon blanc et la cocarde blanche seront arborés sur les bâtiments de guerre et sur les navires du commerce. »

Le drapeau tricolore est remplacé par le drapeau blanc pendant la Restauration, de 1814 à 1830, sauf pendant le retour de Napoléon Ier, lors de la période des Cent-Jours -; le Décret du 9 mars 1815 rétablissant le pavillon tricolore.

01 août 1830 : Rétablissement de la cocarde tricolore.

Le 29 juillet 1830, lors des Trois Glorieuses – 27, 28 et 29 juillet 1830 -, Louis-Philippe, accepte, des mains de La Fayette, le drapeau bleu, blanc, rouge.

Le 1er août 1830, au lendemain des Trois Glorieuses, Louis-Philippe d’Orléans, le futur roi des français Louis-Philippe Ier, rétablit, par ordonnance, la cocarde tricolore, afin de faciliter la réconciliation nationale.

« La nation française reprend ses couleurs. Il ne sera plus porté d’autre cocarde que la cocarde tricolore. »

Le drapeau tricolore restera l’emblème national de la France jusqu’à nos jours.

25 février 1848 : Lamartine défend le drapeau tricolore.

Le 25 février 1848, lors de la proclamation de la Deuxième République, après avoir renversé le roi des Français Louis-Philippe Ier, les insurgés de la Révolution de 1848 veulent un drapeau de France rouge.

Cependant, le poète Alphonse de Lamartine arrive à trouver les mots dans son Discours à l’Hôtel de Ville pour sauver le drapeau tricolore :

« Je repousserai jusqu’à la mort ce drapeau de sang, et vous devez le répudier plus que moi, car le drapeau rouge que vous rapportez n’a jamais fait que le tour du Champ-de-Mars, traîné dans le sang du peuple en 91 et en 93, et le drapeau tricolore a fait le tour du monde, avec le nom, la gloire et la liberté de la patrie. »

5 juillet 1871 : Manifeste du drapeau blanc.

Le 2 septembre 1870, l’empereur des Français Napoléon III signe la capitulation de l’armée impériale française au château de Bellevue, à quelques kilomètres de Sedan, après la défaite de Sedan contre l’armée prussienne, pendant la guerre franco-allemande de 1870.

Le 8 février 1871, les monarchistes remportent les élections législatives de 1871.

L’Assemblée envisage la restauration de la royauté lorsque la France sera libérée de l’occupation allemande.

Prétendant légitimiste aux trônes de France et de Navarre, Henri d’Artois, comte de Chambord et futur Henri V s’il devient roi de France, publie dans l’Union, le Manifeste du 5 juillet 1871.

Le comte de Chambord refuse d’adopter le drapeau tricolore et exige le retour du drapeau blanc.

« je ne laisserai pas arracher de mes mains l’étendard d’Henri IV, de François Ier et de Jeanne d’Arc… Je l’ai reçu comme un dépôt sacré du vieux roi mon aïeul, mourant en exil ; il a toujours été pour moi inséparable du souvenir de la patrie absente ; il a flotté sur mon berceau, je veux qu’il ombrage ma tombe. »

Le 23 octobre 1873, le comte de Chambord publie, dans l’Union, la Lettre à Chesnelong, dans laquelle il confirme son attachement au drapeau blanc et son refus d’adopter le drapeau tricolore.

Ce refus empêchera la Restauration.

18 mars 2003 : Délit d’outrage au drapeau tricolore ou à l’hymne national.

Le 06 octobre 2001, lors du match de football entre la France et l’Algérie,  une partie des spectateurs perturbe l’exécution de la Marseillaise par leurs sifflets, en présence du premier ministre Lionel Jospin.

Ces incidents marquent l’opinion.

Le 11 mai 2002, en finale de la coupe de France de football, des supporteurs corses sifflent la Marseillaise. Le président de la République Jacques Chirac quitte momentanément la tribune.

Le 18 mars 2003, la loi pour la sécurité intérieure, appelée également loi Sarkozy II, crée un délit d’outrage au drapeau national ou à l’hymne national.

Après l’article 433-5 du code pénal, il est inséré un article 433-5-1 ainsi rédigé :
« Art. 433-5-1. – Le fait, au cours d’une manifestation organisée ou réglementée par les autorités publiques, d’outrager publiquement l’hymne national ou le drapeau tricolore est puni de 7 500 euros d’amende.
« Lorsqu’il est commis en réunion, cet outrage est puni de six mois d’emprisonnement et de 7 500 euros d’amende. »

Article 113 de la Loi nº 2003-239 du 18 mars 2003 pour la sécurité intérieure.

Citations sur le drapeau français.

Jean Sylvain Bailly.

Le 17 juillet 1789, Jean Sylvain Bailly, le premier maire de Paris, résume dans son discours au roi de France Louis XVI la signification des couleurs bleu, blanc, rouge, après lui avoir remis la cocarde tricolore :

« Sire, ni votre peuple, ni votre Majesté n’oublieront jamais ce grand jour; c’est le plus beau de la monarchie; c’est l’époque d’une alliance auguste et éternelle entre le monarque et le peuple« .

Citation de Jean Sylvain Bailly, du 17 juillet 1789.

Décret du 27 pluviôse an II de la Convention Nationale.

« Le pavillon national sera formé des trois couleurs nationales, disposées en trois bandes égales, posées verticalement, de manière que le bleu soit attaché à la gaule du pavillon, le blanc au milieu, et le rouge flottant dans les airs. »

Extrait du décret du 27 pluviôse an II (15 février 1794).

Napoléon Bonaparte.

« l faut regarder le drapeau comme le domicile ; partout où est le drapeau, là est la France.« 

Citation de Napoléon Bonaparte, premier consul, au conseil d’état.

Ordonnance de Louis-Philippe.

« La nation française reprend ses couleurs. Il ne sera plus porté d’autre cocarde que la cocarde tricolore. »

Ordonnance de Louis-Philippe du 1er août 1830.

Alphonse de Lamartine.

Le 25 février 1848, lors de la proclamation de la Deuxième République, après avoir renversé le roi des Français Louis-Philippe Ier, les insurgés veulent un drapeau de France rouge.

Cependant, le poète Alphonse de Lamartine arrive à trouver les mots dans son Discours à l’Hôtel de Ville pour sauver le drapeau tricolore :

« Je repousserai jusqu’à la mort ce drapeau de sang, et vous devez le répudier plus que moi, car le drapeau rouge que vous rapportez n’a jamais fait que le tour du Champ-de-Mars, traîné dans le sang du peuple en 91 et en 93, et le drapeau tricolore a fait le tour du monde, avec le nom, la gloire et la liberté de la patrie. »

Citation d’Alphonse de Lamartine du 25 février 1848.

A découvrir aussi.

Si cet article vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Drapeau français – tout savoir sur le drapeau de la France

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.

 

Les Dates clés de l’Histoire de Paris

Les dates clés de l’Histoire de Paris. Mai 52 av. J.-C. : Bataille de Lutèce. 508 : Paris capitale du royaume des Francs. 1163 : construction de Notre-Dame de Paris. 14 juillet 1789 : Prise de la Bastille. 25 août 1944 : libération de Paris. 15 avril 2019 : incendie de Notre-Dame de Paris, etc.

Êtes-vous incollable sur l’Histoire de Paris ? Connaissez-vous les dates clés des grands événements l’Histoire de Paris ? Vous voulez apprendre et retenir vite et facilement la chronologie de l’histoire de la capitale de la France ?

Lisez cet article d’ Apprendre 5 minutes pour apprendre comment mémoriser les grandes dates de l’Histoire de Paris et retenir l’essentiel des grands événements qui ont marqués Histoire de la capitale française.

5 minutes par jour, pendant quelques jours, vous suffirons pour vous souvenir des dates historiques.

Vous trouverez des techniques de mémorisation particulièrement efficaces et facile à utiliser pour mémoriser les événements clés.

Sommaire

  • Les dates clés de l’Histoire de Paris.
  • Comment mémoriser les dates historiques.
  • A découvrir aussi.

Les dates clés de l’Histoire de Paris.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

histoire de Paris - les dates clés
Les grandes dates de l’histoire de Paris.

52 avant Jésus Christ : La bataille de Lutèce.

Lutèce (Lutetia ou Lutetia Parisiorum en latin) – située sur une île de la Seine – est le nom donné par les Romains à la ville gauloise et à son oppidum. Lutetia signifie boue, mais aussi loup.

Les Parisiis, petit peuple gaulois vivant autour de Lutèce ayant refusé, à l’automne 53 avant Jésus Christ, de se rendre à l’Assemblée des principaux États de la Gaule, Jules César considéra ce refus comme une déclaration de guerre.

En 52 avant Jésus Christ, Le lieutenant de Jules César, Titus Labienus, se heurte au chef gaulois Camulogène qui réussit à bloquer les romains dans les marais pour ralentir leur manœuvre.

Revenu sur ses pas, Titus Labienus s’empare par surprise de Melun, fait passer ses troupes sur l’autre rive, se dirige vers Lutèce que les gaulois incendient. La bataille s’engage entre les légions romaines et les gaulois. Les romains finissent par remporter la bataille en mai 52 av. J.-C..

Vers 360 : Lutèce devient Paris.

À partir de 357, le préfet des Gaules Flavius Claudius Julianus, appelé également Julien  l’Apostat, prend ses quartiers d’hiver à Lutèce, après une campagne militaire victorieuse contre des peuples de Germanie.

En 360, Julien l’Apostat est proclamé Auguste, c’est-à-dire empereur romain par ses soldats, en majorité gaulois, qui se sont mutinés contre l’empereur Constance II; celui-ci ayant exigé que Julien qu’il lui envoie deux légions en renfort pour combattre sur le Danube.

Le 3 novembre 361, Julien l’Apostat devient officiellement empereur romain, après que Constance II, depuis son lit de mort, lui ait transmis le pouvoir.

L’empereur Julien rend aux Églises chrétiennes leur liberté religieuse.

En 361, se tient le premier Concile de Paris, sous la présidence de l’évêque Hilaire de Poitiers.

Progressivement le nom de Lutèce va être abandonné pour devenir la Civitas Parisiorum, la ville des Parisii.

Puis, Lutèce prend le nom de ses habitants, les Parisiis et devient Paris.

451 : Siège de Paris par les Huns.

En 451, Attila franchit le Rhin et envahit la Gaule avec son imposante armée, composées de Huns et de tribus soumises aux Huns.

Attila arrive devant Metz qui refuse de se rendre, assiège la ville et massacre ses habitant le 7 avril 451.

Attila et les Huns continuent leur pillage et arrivent aux portes de Paris.

Sainte Geneviève dissuade les parisiens de fuir. Ses mots vont rester célèbres :

« Que les hommes fuient, s’ils veulent, s’ils ne sont plus capables de se battre. Nous les femmes, nous prierons Dieu tant et tant qu’Il entendra nos supplications » – citation de Sainte Geneviève.

Attila se détourne finalement de Paris pour se rendre à Orléans.

Attila leva le siège d’Orléans à l’approche de l’armée du général romain Aétius, se replie en Champagne où il sera battu lors de la bataille des Champs Catalauniques, le 20 juin 451.

508 : Clovis fait de Paris la capitale du royaume des Francs.

Afin d’affermir son pouvoir, Clovis décide de faire de Paris la capitale du royaume des Francs en 508 et s’installe dans le Palais de l’ancien gouvernement romain.

Plusieurs argument plaident en faveur de ce choix :

  • Paris est une ancienne ville de garnison et résidence impériale romaine.
  • L’île de la Cité bénéficie de défenses naturelles.
  • Paris a une bonne position géographique au cœur du royaume des Francs; la ville se trouvant à mi-chemin entre sa terre d’origine, la Germanie et ses récentes conquêtes dans le sud.

Par ce choix, Lyon, ancienne « capitale des Gaules » perd sa suprématie politique au profit de Paris.

28 mars 845 : Siège de Paris par les Vikings.

Venus du Nord de l’Europe – Norvège, Suède et Danemark -, les guerriers Vikings, excellents navigateurs, écument les mers et les fleuves européens, pillant, incendiant et terrorisant la population.

Le 8 juin 793, les Vikings pillent le monastère de Lindisfarne situé sur une île du nord de l’Angleterre, marquant le début des raids vikings.

Profitant de la mort de l’empereur Charlemagne, en 814, que, profitant de la division des Francs, les Vikings multiplient leurs incursions en Occident.

En 841, les drakkars des Vikings remontent pour la première fois la Seine.

Le 12 mai 841, le chef viking Oscherus attaquent le port de Rouen, prennent la ville et la pillent.

Le 20 mars 845, cherchant de nouvelles terres à conquérir et à accroitre son butin, une flotte de 120 drakkars et de 5 000 Vikings remontent la Seine jusqu’à Paris.

Épouvantés, les parisiens essayent d’emporter au loin leurs richesses.

Le 28 mars 845, les Vikings arrivent devant Paris à bord de leurs drakkars.

Les Vikings attaquent et pillent l’île de la Cité, faiblement défendue.

Le roi de Francie Occidentale, Charles II dit le Chauve accepte de payé une rançon de 7000 livres d’argent aux vikings afin d’épargner la ville.

Les vikings attaqueront encore Paris 3 fois, en 856, 861 et 885.

Il faudra attendre l’automne 911 et le traité de Saint-Clair-sur-Epte entre le roi de Francie Occidentale Charles III dit Le Simple et le chef Viking Rollon pour que les pillages cessent.

Rollon et ses Vikings recevaient comme fief la Neustrie; un territoire situé autour de Rouen.

En échange, Rollon s’engageait à être baptisé et à empêcher toute nouvelle incursion des Vikings.

1163 : Début de la construction de Notre-Dame de Paris.

Le 12 octobre 1160, Maurice de Sully est élu évêque de Paris.

A cette époque, la ville de Paris connait une période de forte expansion démographique.

Dès son élection en tant qu’évêque, Maurice de Sully souhaite apporter une réponse à cette expansion démographique par la construction d’une église-cathédrale dédiée à la Vierge Marie (Notre-Dame). La cathédrale Notre-Dame de Paris sera au cœur d’un vaste chantier urbain :

  • Démolition de l’ancienne cathédrale Saint-Étienne.
  • Construction de la cathédrale Notre-Dame de Paris.
  • Aménagement d’un parvis.
  • Reconstruction du palais épiscopal.
  • Reconstruction de l’Hôtel-Dieu de Paris.

Évêque de Paris, Maurice de Sully lance les travaux de construction de la Cathédrale Notre-Dame de Paris au printemps 1163, en présence du Pape Alexandre III et du roi Louis VII.

Les travaux durerons jusqu’en 1345.

La Cathédrale Notre-Dame de Paris, chef d’œuvre de style gothique, est un des monuments les plus emblématiques de Paris.

01 décembre 1420 : Prise de Paris par les anglais.

En pleine guerre de cent ans, la rivalité entre les Armagnacs et les Bourguignons pour imposer leur influence sur le roi de France Charles VI, frappé par la folie en 1392, aboutit à la guerre civile dans Paris.

Le dauphin Charles se réfugie à Bourges en 1418.

Deux ans plus tard, le 21 mai 1420, le roi de France Charles VI et le roi d’Angleterre Henri V signent le Traité de Troyes qui prévoit, qu’après la mort de Charles VI, Henri V lui succèderait, déshéritant le dauphin Charles du royaume de France.

Les partisans du duc de Bourgogne livrent Paris aux Anglais qui l’occuperont jusqu’en 1436.

Le 01 décembre 1420, le roi d’Angleterre Henri V entre à Paris en compagnie du roi de France Charles VI et du duc Philippe III de Bourgogne.

02 août 1546 : Début de la construction du Palais du Louvre.

La construction du palais actuel s’étend sur plusieurs siècles.

François 1er veut construire un palais moderne.

Le 02 août 1546 le projet de l’architecte Pierre Lescot est adopté. Le roi de France François 1er charge Pierre Lescot de remplacer l’ancienne forteresse médiévale par un palais de style Renaissance.

Le palais du Louvre deviendra le plus grand palais d’Europe avec une surface bâtie de 135 000 m2, puis le musée le plus visité au monde.

14 juillet 1789 : Prise de la Bastille.

Sous le règne du roi Louis XVI, la France se porte mal : crise économique et financière, mauvaises récoltes, pauvreté, etc.

Le roi Louis XVI convoque les États généraux le 5 mai 1789.

Très déçus par le roi qui n’évoque pas les réformes attendues mais seulement l’état des finances, les députés du tiers état se proclament Assemblée nationale le 17 juin 1789.

Le 20 juin 1789, réunis dans la salle du jeu de paume à Versailles, les députés prêtent serment de ne se séparer que lorsque la constitution du royaume sera établie

Refusant de se soumettre, le roi Louis XVI positionne des troupes autour de Paris.

La peur d’une répression militaire grandit parmi le peuple et les députés. La France s’agite, les troubles se répandent dans tout le pays et conduisent à la prise de la Bastille le 14 juillet 1789.

C’est le début de la Révolution Française.

15 août 1806 : Début des travaux de l’Arc de Triomphe.

Après l’éclatante victoire lors de la bataille d’Austerlitz, l’empereur Napoléon Ier déclare à ses soldats :

« Vous ne rentrerez dans vos foyers que sous des arcs de Triomphe » – citation de Napoléon Ier.

Le 18 février 1806, par décret impérial, Napoléon Ier ordonne la construction d’un arc de triomphe pour célébrer et perpétuer le souvenir des victoires de l’armée française.

Il charge l’architecte Jean-François-Thérèse Chalgrin de construire l’Arc de Triomphe.

La première pierre est posée le 15 août 1806.

Les travaux de construction se termineront en 1836.

L’Arc de Triomphe sera inauguré le 29 juillet 1836 par le roi des français Louis Philippe Ier, pour célébrer le sixième anniversaire des Trois glorieuses – la deuxième révolution française qui avait porté sur le trône Louis-Philippe.

Il le dédie aux armées de la Révolution et de l’Empire.

Sur les parois de l’Arc de Triomphe sont gravés les noms des 128 batailles et de 660 officiers de la Révolution Française et de l »Empire.

L’Arc de Triomphe est un symbole historique.

La dépouille du Soldat Inconnu de la première guerre mondiale est inhumée le 28 janvier 1921.

La flamme éternelle – appelée également flamme du souvenir – est rallumée tous les jours à 18H30 sur la tombe du Soldat Inconnu depuis le 11 novembre 1923.

29 juin 1853 : Début des travaux haussmanniens.

Président de la République depuis 1848, le neveu de Napoléon Ier devient empereur le 2 décembre 1852, après le coup d’État de l’année précédente.

Paris présente à peu près la même configuration qu’au Moyen Age avec ses rues étroites, peu éclairées et insalubres.

Selon les théories hygiénistes de l’époque, l’étroitesse des rues de Paris et la hauteur des maisons empêchent la circulation de l’air et augmentent les risques de maladie.

Les classes riches quittent de plus en plus ces quartiers insalubres pour s’installer au large dans les faubourgs du nord et de l’ouest.

Lors de son exil en Angleterre, Napoléon III  avait été impressionné par la ville de Londres.

Il veut moderniser Paris et en faire une ville aussi prestigieuse que Londres.

Napoléon III souhaite faciliter la circulation et améliorer l’hygiène.

Le 22 juin 1853, Napoléon III nomme Georges-Eugène Haussmann préfet de la Seine.

Le 29 juin 1853, Napoléon III  donne à Georges-Eugène Haussmann la mission « d’aérer, unifier et embellir la ville ». C’est le début des travaux Haussmanniens.

Les travaux haussmanniens de transformation de Paris commencent et dureront jusqu’en 1870, donnant à Paris son visage actuel, avec de larges avenues droites, des parcs, des immeubles plus hauts, à l’alignement et aux façades strictement réglementés.

Ils vont superposer au Paris du Moyen Age et à ses ruelles pittoresques un Paris plus moderne avec ses grands boulevards et ses places dégagées.

18 mars 1871 : Début de la Commune de Paris.

Le 13 juillet 1870, le chancelier prussien Otto Von Bismarck envoie aux chancelleries étrangères la « dépêche d’Ems », un récit tronqué de l’entretien entre Guillaume de Prusse et l’ambassadeur de France Vincent Benedetti, laissant penser que l’ambassadeur français avait été congédié de façon humiliante.

Le 19 juillet 1870 La France déclare la guerre à la Prusse. La guerre franco-allemande commence.

Les Prussiens envahissent la France et assiègent Paris le 17 septembre 1870.

Le 28 janvier 1871, le journal officiel annonce l’armistice entre le gouvernement de la Défense nationale et le gouvernement allemand mais les parisiens ne veulent pas capituler.

Les parisiens, qui ont souffert de la famine pendant le siège de Paris, ne l’acceptent pas.

Ils ne veulent ni d’une paix humiliante ni du retour de la monarchie.

Le 18 mars 1871, Adolf Thiers, le chef provisoire du nouveau gouvernement, envoie des soldats reprendre les canons qu’avaient achetés les parisiens pour défendre Paris.

Les parisiens dressent des barricades.

Deux généraux sont exécutés par les parisiens. Adolf Thiers ordonne à ses troupes d’évacuer Paris.

Le 28 mars 1871, les parisiens organisent leur propre gouvernement, appelé « la Commune de Paris ».

Ils vont subir un deuxième siège.

Le 21 mai 1871 commence la « semaine sanglante ». Adolf Thiers fait donner l’assaut.

Plusieurs milliers de communards seront tués, suivie d’une terrible répression et de déportations au bagne.

Malgré son échec, la Commune de Paris a montré l’attachement de la capitale à la République. Elle influencera l’évolution politique des années à venir. Karl Marx en fera le symbole du soulèvement contre la bourgeoisie.

31 mars 1889 : Inauguration de la Tour Eiffel.

Le projet d’une tour de 300 mètres de haut nait à l’occasion de l’Exposition universelle de 1889 qui commémore le centenaire de la Révolution française.

Cette démonstration de force a une portée symbolique. Il s’agit d’affirmer la stabilité et la puissance du gouvernement républicain dans une période troublée par le boulangisme.

Il est confié à l’ingénieur Gustave Eiffel.

Le 28 janvier 1887, les travaux débutent sur le Champ-de-Mars.

La construction de la tour Eiffel est une prouesse technique remarquable.

  • La tour est entièrement composée de pièces métalliques fixées par des rivets.
  • La construction est terminée en seulement 2 ans.

L‘inauguration de la tour Eiffel a lieu le 31 mars 1889.

L’exposition reçoit plusieurs millions de visiteurs. La tour Eiffel connait un succès immédiat.

Avec plus de 300 mètres, c’est, à l’époque, la tour la plus haute du monde.

Mais l’édifice doit être démonté au bout de 20 ans.

Gustave Eiffel sauve sa « dame de fer » en lui trouvant une utilité : elle servira de support d’antennes pour les télécommunications (radio, télévision).

Aujourd’hui, elle est également pour le grand public une attraction touristique.

La tour Eiffel est devenu le symbole universel de Paris.

25 août 1944 : Libération de Paris.

Le 1er septembre 1939, l’armée allemande envahit la Pologne sur l’ordre d’Adolf Hitler. C’est le début de la seconde guerre mondiale.

Le 3 septembre 1939, Le Royaume-Uni et la France déclarent la guerre à l’Allemagne.

Le 14 juin 1940, les troupes allemandes entrent à Paris. C’est le début de l’occupation de Paris qui durera jusqu’au 24 août 1944.

Le 6 juin 1944, les Alliés débarquent en Normandie.

Le 19 août 1944, à l’approche des troupes alliées, plusieurs milliers de policiers parisiens s’insurgent et occupent la préfecture de police. C’est le début de l’insurrection de Paris.

La libération de Paris se déroulera du 19 au 24 août 1944.

A la tête de la 2e DB, le général Leclerc entre dans la ville de Paris le 24 août 1944, entrainant la capitulation allemande le 25 août 1944.

Le général de Gaulle arrive dans la soirée à Paris.

Il se rend à l’hôtel de Ville et célèbre la libération de Paris :

Paris outragé ! Paris brisé ! Paris martyrisé ! Mais Paris libéré !

Citation de Charles de Gaulle.

3 mai 1968 : Début des événements de mai 68.

La France est en pleine croissance mais sa jeunesse rêve d’une autre façon de vivre et revendique une libération des mœurs.

Ils se sentent mal compris et critiquent la société de consommation.

A l’Université de Nanterre, la contestation étudiante a commencé dès 1967 à cause de leurs conditions d’enseignement.

Le 3 mai 1968, les événements de mai 68 commencent après la fermeture, le 2 mai 1968, de la faculté de Nanterre.

La police fait évacuer la Sorbonne où se tient un meeting de protestation. Les premières barricades surgissent.

Le cycle manifestations- barricades-répression-violences commence.

La nuit du 10 au 11 mai 1968 constitue le point culminant de la révolte étudiante. Étudiants et CRS vont s’affronter dans des combats de rue. 600 personnes seront arrêtées.

Le mouvement ouvrier décide de se joindre à la contestation et appel à une grève générale pour le 13 mai.

Le 13 mai 1968 la manifestation parisienne rassemble 800 000 personnes. Les manifestants dénoncent aussi la société de consommation et le chômage inhérent au régime capitaliste.

Le mouvement s’étend rapidement à tout le pays. Les grèves et les occupations d’usines se multiplient. La France se retrouve paralysée par 7 millions de grévistes.

Les 25 et 26 mai 1968, le gouvernement, le patronat et les syndicats entament des négociations de Grenelle.

Le 27 mai 1968, les représentants du gouvernement, du patronat et de syndicats signent les accords de Grenelle. Les salariés et les étudiants obtiennent plusieurs avancées significatives, avec des hausses de salaire significatives et de meilleures conditions d’enseignement.

En juin le calme revient.

Mai 68 restera dans l’histoire comme le plus important mouvement social de l’histoire de France du XXe siècle et de la Cinquième République.

15 août 2019 : Incendie de Notre-Dame de Paris.

Lundi 15 août 2019, un violent incendie parti des combles où des travaux étaient en cours détruit la flèche et une grande partie de la toiture de la cathédrale Notre-Dame de Paris.

Notre-Dame de Paris, un des principaux symboles de la ville de Paris, est le monument culturel le plus visité d’Europe avec 13 millions de visiteurs par an.

Comment mémoriser les dates de l’histoire de Paris.

L’Histoire de Paris et l’Histoire de France ont de nombreuses dates en commun.

Retenir les dates clés de l’histoire de Paris est un moyen efficace de situer les principaux événements historiques de la capitale française.

Nous avons vu dans l’article comment mémoriser facilement les dates de l’histoire plusieurs techniques de mémorisation efficaces pour retenir les dates sur le long terme.

Nous allons en montrer une application pratique avec les dates clés de l’histoire de Paris.

Technique de mémorisation.

Nous allons apprendre les dates de l’histoire de Paris à l’aide de la table chiffres-sons et de la table de rappel du grand système que nous avons appris dans l’article comment mémoriser facilement les chiffres ou les nombres.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

table de rappel

Pour retenir plus facilement les événements à mémoriser, nous allons classer les dates par année, mois et jour.

Nous classerons les mois de 1 à 12 et les jours de 01 à 31.

Nous allons rattacher l’année, le mois, le jour et l’évènement à un objet ou un personnage et former une image mentale et créer une histoire.

Le cerveau adore les histoires et fonctionne par association. Associer, c’est créer des liens entre des objets, des personnages, des émotions, etc.

Pour chaque date, nous créerons une histoire en rapport avec l’événement.

Plus les liens sont forts et plus il sera facile de se souvenir.

C’est cette histoire que nous venons de créer que nous allons apprendre et retenir. Nous allons ainsi mémoriser plus facilement et à long terme la date et l’événement.

– 52 (52 avant Jésus Christ) : La bataille de Lutèce.

Pour symboliser le signe moins, nous allons reprendre le symbole qui se trouve dans la table de rappel des symboles mathématiques que nous avions vu dans l’article Comment mémoriser les formules mathématiques ou de physique rapidement et facilement.

Pour représenter le moins, nous utiliserons comme image un panneau sens interdit.

La table de rappel du grand système associe le nombre 52 à la lune. Nous allons donc associer l’année 52 à la lune.

Pour l’évènement, nous associerons la bataille de Lutèce à un combat entre gaulois et romains avec des  luths. Les luths étant associés à Lutèce.

Il nous reste à créer une petite histoire en prenant les images dans l’ordre, c’est à dire :

-52 : panneau sans interdit, lune, luth.

Par exemple, nous apercevons un panneau sans interdit qui monte la nuit dans le ciel, qui se transforme et devient la lune. Sur la lune, des gaulois et des romains se battent à coup de luths.

Imaginez l’histoire qui vous passe par la tête. Plus elle vous marquera et plus elle sera facile à se souvenir.

Vers 360 : Lutèce devient Paris.

Le code chiffres-sons associe, par exemple, le nombre 360 aux sons M (me), G (ge) et C (ce).

Nous allons associer l’année 360 à un magicien.

Nous allons garder notre image mentale du luth pour représenter Lutèce.

Pour représenter Paris nous utiliserons comme symbole la tour Eiffel.

Vous pouvez également prendre comme symbole le navire du blason de la ville de Paris ou tout autre image qui symbolise pour vous rappelle Paris.

Pour mémoriser la date et l’événement, nous allons créer une histoire avec les 3 images.

360 : magicien, luth, tour Eiffel.

Par exemple, nous pouvons retenir l’histoire d’un magicien qui transforme un luth en tour Eiffel.

Nous allons reprendre le même principe pour les autres dates de l’histoire de Paris.

451 : Siège de Paris par les Huns.

Nous allons associer le nombre 451 au jeu de la roulette.

451 : roulette, Huns.

508 : Clovis fait de Paris la capitale du royaume des Francs.

Nous allons symboliser Clovis par une vis, comme dans l’article Comment mémoriser facilement la liste des rois de France.

508 : Lucifer, vis.

28 mars 845 : Siège de Paris par les Vikings.

Nous allons associer le nombre 845 à un frelon.

28 mars 845 : frelon, mât, nef, viking.

1163 : Début de la construction de Notre-Dame de Paris.

Pour représenter l’année 1163, nous allons utiliser deux images.

La table de rappel du grand système associe le nombre 11 à une tête et le nombre 63 à un chameau.

1163 : tête, chameau, Notre-Dame de Paris.

01 décembre 1420 : Prise de Paris par les anglais.

01 décembre 1420 : taureau, noce, tonneau, assiette, drapeau anglais.

02 août 1546 : Début de la construction du Palais du Louvre.

02 août 1546 : étoile, rocher, feu, cygne, Louvre.

14 juillet 1789 : Prise de la Bastille.

Nous allons représenter la prise de la bastille avec un château fort.

14 juillet 1789 : ticket, vapeur, quille, taureau, château.

15 août 1806 : Début des travaux de l’Arc de Triomphe.

15 août 1806 : dauphin, singe, feu, étoile, arc de Triomphe.

29 juin 1853 : Début des travaux haussmanniens.

29 juin 1853 : dauphin, lama, chat, nappe, immeuble.

18 mars 1871 : Début de la Commune de Paris.

Nous avons 2 fois le nombre 18.

Pour représenter le premier nombre 18, nous utiliserons le dauphin comme image mentale.

Nous associerons le deuxième nombre 18 à un dauphin dans un autre contexte, par exemple, dans la glace. Si vous voulez prendre une autre image, vous pouvez utiliser un devin.

18 mars 1871 : dauphin, couteau, mât, dauphin (glace), barricade.

31 mars 1889 : Inauguration de la Tour Eiffel.

31 mars 1889 : dauphin, vapeur, mât, mouton, tour Eiffel.

25 août 1944 : Libération de Paris.

Pour symboliser la libération de Paris, nous utiliserons comme image, le général de Gaulle en train de descendre les champs Élysées à pied.

25 août 1944 : taupe, rire, feu, nouille, De Gaule.

03 mai 1968 : Début des événements de mai 68.

03 mai 1968 : taupe, cheveu, lion, sumo, manifestation étudiante.

A découvrir aussi.

 

 

 

Comment mémoriser les formules mathématiques ou de physique rapidement et facilement

Comment mémoriser des formules mathématiques ou de physique ? Comment les apprendre et les retenir rapidement et facilement ? Vous n’arrivez pas à vous en souvenir. Votre mémoire vous fait défaut ?

Pas de panique, Apprendre 5 minutes va vous apprendre des méthodes simples et infaillibles pour mémoriser les formules sans peine rapidement et facilement et les retenir à coup sûr avec des exemples concrets. Leur mémorisation deviendra un jeu d’enfant pour vous.

En utilisant les bonnes techniques de mémorisation, il suffit de moins de 5 minutes par jour,  pour se souvenir de n’importe quelle formule.

Vous avez du mal à retenir une formule car il s’agit d’un concept abstrait. Le cerveau se rappelle plus facilement de ce qu’il peut appréhender avec les cinq sens, ce qu’il peut associer à une sensation ou à une émotion. Plus vous leur ferez appel, plus vous retiendrez facilement. Voir, entendre, toucher, goûter, sentir, ressentir sont les meilleurs alliés de votre mémoire.

Il y a plusieurs façons de se souvenir d’une formule. Nous allons vous fournir les clés pour apprendre en 5 minutes n’importe quelle formule. C’est facile et cela peut être ludique. Le plus important est d’en avoir l’intention et l’envie. Ensuite, avec les bonnes techniques et l’entrainement, tout devient plus facile et automatique.

Sommaire

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

comment mémoriser une formule mathématique ou physique
comment mémoriser une formule mathématique ou de physique.

Se préparer mentalement à mémoriser.

Mémoriser, c’est un état d’esprit. Soyez concentrez sur l’idée d’apprendre et retenir la formule qui vous intéresse. Ne vous attardez pas sur ce qui a moins d’importance. Ce qui compte pour vous c’est la formule à retenir, la comprendre, ce qu’elle va vous apporter. Trouvez de l’intérêt à la retenir.

Concentration et motivation sont vos principaux alliés.

Alors, détendez-vous, relaxez-vous pour vous concentrer sur votre objectif: vous allez arriver à vous souvenir en utilisant les bonnes techniques de mémorisation.

Supprimez les distractions. Éliminez tout ce qui peut encombrer votre esprit ou interférer avec votre concentration (la télévision allumée, la musique, les conversations, un siège inconfortable, une table encombrée, etc.

Sommaire.

Comprendre la formule à retenir.

Pour bien mémoriser, il faut comprendre ce que vous cherchez à retenir.

Quel est le but de la formule ? A quoi sert-elle ? Quel est son intérêt ?

Quelles sont les unités de mesure ?

Comment elle évolue : qu’est-ce qui faut augmenter ou diminuer sa valeur, etc.

Observez la structure de la formule, les différents éléments qui la composent : signes positifs ou négatifs, rapport, variables, constantes, puissance, racine, etc.

Sommaire.

Retenir une formule avec la méthode des acronymes.

Les acronymes sont un moyen mnémotechnique efficace pour se souvenir simplement et rapidement d’une formule mathématique ou physique.

Il s’agit d’utiliser les initiales de chaque mot.

Par exemples :

SOH CAH TOA: Sinus= Opposé sur Hypoténuse Cosinus= Adjacent sur Hypoténuse Tangente= Opposé sur Adjacent.

Volume d’un cylindre droit = πR²h = π(z.z)a = PiZZA. Avec Z comme rayon et A comme hauteur.

Sommaire.

Mémoriser une formule avec le système des rimes.

Si vous vous souvenez facilement des paroles d’une chanson ou d’un poème, vous pouvez faire appel à votre mémoire auditive en inventant une histoire, un poème ou une chanson avec les lettres de chaque élément de la formule et en trouvant des mots ayant la même sonorité.

En voici deux exemples autour du cercle : circonférence et surface.

Périmètre = 2ΠR = deux PIeRrres.

Surface = πR² = PIeRre CARRÉE.

Vous pouvez continuer ainsi pour d’autres formules en donnant libre cours à votre imagination:

Diamètre D = 2R = DéseRt.

Sommaire.

Vous trouverez des exemples concrets de la méthode des liaisons – link method en anglais – dans nos articles

Il s’agit d’imaginer une histoire en reliant dans l’ordre chaque élément constitutif de la formule. Pour rendre concret les différents composants de  la formule, nous leur feront correspondre un mot ayant la même consonance et facile à nous représenter en faisant appel à notre mémoire visuelle.

Reprenons notre exemple de la surface du cercle, appelée également aire du disque :

Aire= πR²

Nous utiliserons comme point d’ancrage le mot aire, puisque nous devons mémoriser l’aire du disque. Nous allons créer une image mentale qui relie le mot aire au nombre pi. Puis une image qui relie le mot pi au second élément, la lettre R et ainsi de suite.

Nous allons représenter l’aire du disque par une aire d’autoroute. Nous avons notre première image.

Une pie symbolisera le nombre pi.

Pour représenter nous voyons deux gros rats.

Nous allons, par exemple, commencer notre histoire en arrivant sur une aire d’autoroute.

Nous apercevons une pie avec un disque dans le bec et deux gros rats en train d’essayer de l’attraper.

Nous avons une histoire très visuelle et facile à retenir.

Sommaire.

Mémoriser avec la table de rappel des symboles mathématiques.

Nous avons vu que pour mémoriser rapidement et facilement une formule mathématique ou physique, il faut l’associer à des images mentales et créer une histoire à partir de ces représentations mentales.

Il existe beaucoup de formules à retenir.

Pour se faciliter la vie, le plus simple est de se constituer une bibliothèque d’images pour les symboles mathématiques ou physiques et de puiser dedans pour associer la formule à une histoire à mémoriser.

Voici un exemple de table de rappel des symboles mathématiques, constituée d’objets, dont vous pouvez vous inspirer et que vous pourrez compléter. Le plus important est de construire une liste de symboles que vous retiendrez et utiliserez plus facilement, en faisant appel à vos sens ou à vos émotions.

  • + (plus) : pharmacie.
  • – (moins) : panneau sens interdit.
  • * (multiplication) : étoile.
  • / (barre de division) :  barrière.
  • , (virgule) : aiguille.
  • ‘ (apostrophe) : goutte d’eau.
  • ‘ ‘ (double apostrophe) : pluie.
  • ° (degré) : bulle.
  • √ (racine) : garage (porte basculante).
  • ∫ (intégrale) : violon.
  • Σ (somme) : escalier.
  • = (égal) : (rail de) chemin de fer.
  • (  ) (parenthèses ouvrantes et fermantes) : cirque.
  • { } (accolades ouvrantes et fermantes) : rideaux.
  • π (pi) : pont.
  • ∞ (infini) : papillon.

Sommaire.

Mémoriser les variables avec la table de rappel de l’alphabet des animaux.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

alphabet des animaux - mémorisation des lettres A-Z
Exemple de table de rappel de l’alphabet des animaux pour associer un animal à une lettre de l’alphabet.

Nous devons également mémoriser les variables qui correspondent aux 26 lettres de l’alphabet.

Pour les visualiser, nous allons associer chaque lettre de l’alphabet A-Z à des animaux.

Voici un exemple de table de rappel de l’alphabet des animaux qui fait l’association avec les lettres A-Z de l’alphabet.

  • A : âne.
  • B : biche.
  • C : canard.
  • D : dauphin.
  • E : Éléphant.
  • F : Faucon.
  • G : Girafe.
  • H : Hérisson.
  • I : Iguane.
  • J : Jaguar.
  • K : Koala.
  • L : Lapin.
  • M : Mouton.
  • N : Narval.
  • O : Ours.
  • P : Panthère.
  • Q : Quokka (petit marsupial d’Australie).
  • R : Renard.
  • S : Serpent.
  • T : Tigre.
  • U : Unau (paresseux à deux doigts).
  • V : Vache.
  • W : Wallaby.
  • X : Xérus (petit rongeur proche de l’écureuil vivant en Afrique).
  • Y : Yack.
  • Z : Zèbre.

Sommaire.

 Créer une histoire mémorable pour retenir la formule.

Nous allons utiliser les tables de rappel des symboles et l’alphabet des animaux et construire une histoire pour chaque formule à retenir.

Vous pouvez également utiliser la table de rappel du grand système pour représenter les nombres.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

table de rappel
Exemple de table de rappel, appelée aussi grand système, pour mémoriser facilement les chiffres.

La table de rappel du grand système est une extension de la méthodes articulations chiffrées, qui consiste à associer chaque chiffre à une consonne, ce qui permet d’imaginer des mots faciles à mémoriser et décoder.

Voici quelques exemples :

Volume d’une sphère V = 4/3 π R3

V correspond à une vache dans la table de rappel de l’alphabet des animaux.

pour le symbole = nous voyons un chemin de fer.

Le nombre 4 est associé à un roi.

Pour la barre de division, nous avons une barrière.

Le chiffre 3 correspond à un mât dans la table de rappel du grand système.

Pour π, nous voyons un pont.

R correspond à un renard.

Le chiffre 3 correspond à un mât.

v = 4/3 π r3 : vache, chemin de fer, roi, barrière, mât, pont, renard, mât.

Il ne reste plus qu’à imaginer une histoire en visualisant dans l’ordre chacune de ces images.

Pour simplifier l’histoire ou éviter toute ambiguïté avec le chiffre trois, nous pouvons également utiliser le système des rimes :

π r3 : PIeRre CUBE . Nous imaginons une pierre en forme de cube.

L’histoire devient :

Une vache voit sur le chemin de fer un roi en train de marcher. Il arrive devant une barrière de chemin de fer baissée. Il la lève et elle se transforme en mât. Puis il avance, trébuche. Il se retourne et voit ce qui l’a fait trébucher : une grosse pierre en forme de cube.

Notre histoire comprend tous les éléments de la formule mathématique. Les images mentales s’enchaînent dans l’ordre de la formule, ce qui rend plus rapide la mémorisation. Elle est simple, visuelle et facile à mémoriser. Une ou deux répétitions suffisent pour apprendre l’histoire et retrouver la formule.

Convertir les degrés Celsius en Fahrenheit

La formule pour convertir les degrés Celsius (C) en Fahrenheit (F) est la suivante :

F = C * 9/5 + 32

Nous obtenons les images suivantes dans l’ordre :

F = C * 9/5 + 32 : faucon, chemin de fer, canard, étoile, pied, barrière, lion, pharmacie, moine

Il ne nous reste plus qu’à construire une histoire avec les images mentales.

Un faucon vole au dessus d’une voie de chemin de fer. Il aperçoit un canard avec une étoile de shérif sur la poitrine. Il tape très fort du pied sur une barrière pour faire partir un lion. Celui-ci s’enfuit et entre dans une pharmacie où se trouve en moine.

Pour se souvenir de la formule de physique, il vous suffit de revoir votre histoire mentale et de convertir chaque image. Vous avez reconstitué la formule de physique. Vous savez maintenant convertir les degrés Celsius en degrés Fahrenheit.

Sommaire.

Retenir définitivement les formules avec la technique des répétitions espacées.

Nous avons créé des histoires pour chaque formule mathématique ou de physique à retenir.

Nous allons utiliser comme technique de mémorisation, les répétitions espacées.

Nous allons réviser les histoires juste avant de les oublier. En procédant ainsi, les histoires vont s’ancrer au fur et à mesure dans notre mémoire à long terme.

En révisant les histoires que nous avons imaginées régulièrement et de façon espacée dans le temps, l’oubli sera de plus en plus lent.

Nous aurons besoin de réviser de façon rapproché au début, puis de façon de plus en plus espacée.

Au fur et à mesure des rappels, les images mentales que nous avons créées vont apparaitre sans effort de plus en plus rapidement et facilement.

Sommaire.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Comment mémoriser les formules mathématiques ou de physique rapidement et facilement

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.