Comment Apprendre les Verbes Irréguliers en Anglais facilement

Anglais, verbes irréguliers – Comment apprendre les verbes irréguliers en anglais vite et facilement ?

Comment mémoriser la liste des verbes irréguliers efficacement ?

  • Be, was/were, been : être.
  • Do, did, done : faire.
  • Have, had, had : avoir.
  • Go, went, gone : aller.
  • See, saw, seen : voir.
  • Etc.

Les verbes irréguliers sont très utilisés en anglais. Vous devez les connaitre pour maîtriser la langue anglaise.

Vous cherchez une méthode, des moyens mnémotechniques, des astuces pour retenir les verbes irréguliers au prétérit et au participe passé ?

La liste des verbes irréguliers vous semble interminable et vous vous demandez comment arriver à la retenir ?

Lisez cet article du blog éducatif Apprendre 5 minutes pour apprendre facilement et rapidement comment retenir les verbes irréguliers en anglais.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Verbes Irréguliers Anglais - Apprendre et Mémoriser vite et facilement.
Verbes Irréguliers Anglais – Apprendre et Mémoriser vite et facilement.

Sommaire

  • Définition d’un verbe irrégulier.
  • Sélectionner les verbes irréguliers à apprendre.
  • Classer les verbes irréguliers en anglais.
  • Apprendre les verbes irréguliers en anglais.
  • Réviser les verbes irréguliers.
  • A découvrir aussi.

Définition d’un verbe irrégulier.

Un verbe irrégulier en anglais –  » irregular verb » en anglais – est un verbe qui ne suit pas les règles de base de la conjugaison.

Le prétérit et le participe passé d’un verbe irrégulier ne suivent pas les règles grammaticales habituelles, contrairement aux verbes réguliers, au prétérit ( passé simple) et au participe passé.

Un verbe régulier a un prétérit et un participe passé avec ed à la fin du verbe.

Exemple de verbe régulier : Work, worked, worked : travailler.

Sélectionner les verbes irréguliers à apprendre.

Parmi la liste complète des verbes irréguliers, vous en connaissez certainement certain.

Choisissez les verbes irréguliers que vous voulez apprendre en premier :

  • Les verbes anglais les plus courants.
  • Etc.

Classer les verbes irréguliers en anglais.

Observez la liste des verbes irréguliers en anglais à apprendre.

Les verbes irréguliers qui ont la même forme de base.

Ils s’écrivent de la même manière à l’infinitif, au prétérit et au participe passé.

Exemple : cut, cut, cut : couper.

Commencez par les apprendre.

Les verbes irréguliers dont la forme verbale et le participe passé sont identiques.

Ils s’écrivent de la même manière à l’infinitif et au participe passé.

Vous avez juste à mémoriser le prétérit.

Exemple : come, came, come : venir.

Les verbes irréguliers dont le prétérit et le participe passé se conjuguent de la même manière.

Une grande nombre de verbes irréguliers ont le même prétérit et le même participe passé.

Exemple : find, found, found : trouver.

Comme il y a un grand nombre de verbes irréguliers en anglais qui s’écrivent de la même manière au prétérit et au participe passé, vous pouvez les regrouper en sous-catégories.

Exemples :

  • Se terminent par d. Exemple : have, had, had : avoir.
  • Se terminent par t. Exemple : build, built, built : construire.
  • Se terminent par aid. Exemple : pay, paid, paid : payer.
  • Se terminent par ght. Exemple : buy, bought, bought : acheter.
  • Assonance (répétition de une ou plusieurs voyelles) en e. Exemple : meet, met, met : rencontrer.
  • Assonance en o. Exemple : shoot, shot, shot : tirer, fusiller.
  • Assonance en u. Exemple : stick, stuck, stuck : coller.
  • Assonance en oo. Exemple : understand, understood, understood : comprendre.
  • Assonance en ou. Exemple : find, found, found : trouver.

Les verbes irréguliers pour lesquels l’infinitif, le prétérit et le participe passé changent.

Pour retenir plus facilement les verbes irréguliers dont la forme change en anglais, vous pouvez les regrouper en plusieurs catégories.

Exemples :

  • I à l’infinitif, A au prétérit, U au participe passé. Exemple : begin, began, begun : commencer.
  • Se terminent par en au participe passé. Exemple : speak, spoke, spoken : parler.
  • Les autres verbes irréguliers.

Apprendre les verbes irréguliers en anglais.

Mémoriser par groupe régulièrement.

Pour apprendre les verbes irréguliers en anglais, mémorisez les par groupe.

Constituer vous un programme, un planning pour les apprendre petit à petit chaque jour.

Il vaut mieux apprendre par groupe de 10 verbes environ et, quand vous les connaissez, rajouter un autre groupe de 10 que d’essayer de retenir une grand quantité de verbes irréguliers à la fois.

  • Construire des groupes de 10 verbes environ.
  • Écrire les groupes que vous avez identifiés pour commencer à les retenir grâce à votre mémoire scripturale.
  • Commencer par le groupe que vous préférez apprendre et qui vous semble le plus simple.

Visualisez mentalement les verbes que vous apprenez.

Visualisez dans votre cerveau chaque verbe irrégulier que vous apprenez.

Voyez mentalement l’action exprimée par le verbe et dites sa traduction en anglais à l’infinitif en même temps.

Exemple :

Break : casser.

Visualisez mentalement quelqu’un en train de casser quelque chose et dites  » to break ».

Mémoriser les verbes difficiles avec des moyens mnémotechniques.

Certains verbes irréguliers en anglais vous paraitront plus difficiles à retenir que d’autres.

Un moyen mnémotechnique efficace pour mémoriser les verbes irréguliers et leur conjugaison consiste à créer une histoire à partir de l’infinitif, du prétérit, du participe passé et de la traduction du verbe.

Il s’agit de rendre concret les 4 informations à retenir en les associant à des images faciles à visualiser, de créer une histoire à partir de ces images et une ancre mémorielle pour retrouver le verbe et les différents éléments à retenir.

Pour les images associées aux informations, vous pouvez faire également appel à votre mémoire auditive en utilisant des personnages, des objets ayant une sonorité proche de l’information à retenir.

Exemple : shake, shook, shaken : secouer.

Nous pouvons associer des images ayant la même consonance que le mot à retenir.

  • shake : chèque.
  • shook : choux.
  • shaken : chacun à son tour.
  • secouer : un arbre qui se fait secouer.

Nous pouvons imaginer par exemple un chèque et un choux (avec des jambes et des bras) qui, chacun à leur tour, secouent un arbre.

Créez les associations qui vous viennent le plus facilement en tête. Vous retiendrez plus facilement l’histoire et les informations à retenir.

Utiliser des phrases avec le verbe à apprendre.

Pour retenir plus facilement un verbe à apprendre, il faut l’utiliser le plus souvent possible.

Le cerveau retient plus facilement ce qui nous passionne, ce qui lui parait utile ou qu’il va devoir utiliser prochainement.

Une technique de mémorisation efficace pour mémoriser du vocabulaire est de s’imaginer en train d’utiliser le mot appris, par exemple dans une phrase en anglais contenant le verbe irrégulier à mémoriser.

L’idéal est d’utiliser une phrase que vous pouvez visualiser mentalement facilement.

Vous pouvez également mimer, faire des gestes en imaginant la scène, l’histoire associée à la phrase.

Réviser les verbes irréguliers.

Pour retenir définitivement les verbes anglais que vous voulez mémoriser, vous devez procéder à des rappels espacés dans le temps pour vous les remettre en mémoire.

Exemple de programme de révision :

  • 10 minutes après avoir réussi à mémoriser.
  • Le soir.
  • 24 heures après.
  • 3 jours après.
  • 1 semaine après.
  • 1 fois par semaine pendant un mois.
  • 1 fois par mois pendant 3 mois.
  • Tous les 3 mois.
  • Tous les 6 mois.
  • 1 fois par an.

Ce programme de révision est à adapter en fonction de vos possibilités.

Un des meilleurs moyens de retenir le vocabulaire d’une langue est de pratiquer le plus possible.

  • Parler en anglais.
  • Lire.
  • Regarder des films, des documentaires, des séries en version originale.
  • Écouter des chansons en anglais.
  • Etc.

Plus vous utiliserez les verbes irréguliers appris, plus facilement vous les graverez profondément dans votre cerveau.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Comment Apprendre les Verbes Irréguliers en Anglais facilement

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.

Comment Mémoriser un Discours facilement

Comment mémoriser un discours ou une présentation facilement ?

Apprendre par cœur a l’air difficile. Pourtant il existe des techniques de mémorisation simples et efficaces pour retenir un discours, une présentation ou une n’importe quelle intervention orale.

Une fois appris les principes de base, avec de l’entrainement et de la pratique, vous aurez plus d’aisance lors des prises de parole.

Vous vous demandez comment font les politiciens ou les orateurs pour prononcer un discours sans note et parler naturellement ?

Vous cherchez comment mémoriser vite et facilement un discours ?

Lisez cet article du blog éducatif Apprendre 5 minutes pour apprendre en 5 minutes comment retenir efficacement un discours ou une présentation.

Sommaire

  • Les erreurs à éviter.
  • Les profils d’apprentissage.
  • Les techniques de base.
  • La méthode pour mémoriser un discours.
  • A découvrir aussi.

Les erreurs à éviter.

Apprendre par cœur.

Pour mémoriser un discours, vous voulez apprendre par cœur, mot à mot, le discours.

Apprendre un texte par cœur sans le comprendre est fastidieux et fatiguant. C’est pourquoi vous n’allez pas être motivé pour retenir le discours et avoir du mal à le mémoriser.

Pour retenir le discours, vous devez le comprendre, éveiller votre curiosité, y trouver un intérêt pour avoir envie de l’apprendre et de parler en public.

Si vous considérez l’apprentissage comme un jeu, comme quelque chose d’agréable, vous apprendrez plus facilement.

Si vous vous ennuyez, vous aurez des difficultés pour apprendre.

Ne pas faire confiance dans sa mémoire.

« Je n’ai pas de mémoire! »

Si vous partez de ce principe, vous allez vous décourager et abandonnez.

Heureusement, tout le monde a de la mémoire. Il faut juste connaître les bonnes techniques et s’entraîner.

Cherchez toutes les occasions de faire appel à votre mémoire et vous allez retrouver confiance en elle et la développer.

Ne pas répéter le discours.

Vous pensez avoir compris les informations de votre discours et pensez que ce n’est pas la peine de répéter ?

C’est une erreur. Il ne suffit pas de comprendre pour retenir. Il faut aussi que les informations soient ancrées dans le cerveau, dans votre mémoire à long terme.

En procédant à des rappels avant d’oublier, souvent au début puis de façon de plus en plus espacée dans le temps, vous vous souviendrez de votre discours.

Les profils d’apprentissage.

Pour apprendre, nous faisons appel à nos sens.

  • La vue.
  • L’ouïe.
  • Le toucher.
  • L’odorat.
  • Le goût.

Le cerveau mémorise en faisant appel principalement à 3 types de mémoire.

Profil d’apprentissage visuel : les visuels se souviennent de ce qu’ils ont vu, de son esthétique, de son emplacement, de sa couleur en faisant appel à leur mémoire visuelle.

Ils ont besoin de supports visuels afin de visualiser mentalement ce qu’ils apprennent.

Profil d’apprentissage auditif : les auditifs se souviennent de ce qu’ils entendent.

Ils posent des questions, écoutent et répètent à voix haute ce qu’ils apprennent en faisant appel à leur mémoire auditive.

Profil d’apprentissage kinesthésique : les kinesthésiques se souviennent de ce qu’ils font, de ce qu’ils ressentent physiquement ou émotionnellement.

Ils apprennent ce qui a du sens pour eux avec leur corps, en faisant, font des mouvements et les répètent pour apprendre en faisant appel à leur mémoire kinesthésique.

En faisant au maximum à ces 3 types de mémoire, vous retiendrez plus facilement le discours ou la présentation.

Vous pouvez améliorer votre mémoire facilement en vous amusant à l’utiliser chaque fois que possible dans la vie quotidienne.

Les techniques de base.

Les associations mentales.

Il s’agit d’associer le mot à retenir à une image, un son, une odeur, un événement ou n’importe quel souvenir facile à retenir et vous représenter mentalement.

Les association faisant appel à un sens que vous créez dans votre cerveau sont plus faciles à mémoriser que des idées abstraites.

Pour mémoriser facilement l’association mentale, donnez lui de la vie, du mouvement, exagérée la. Faites appel à vos cinq sens, à l’émotion.

Entraîner-vous à former ces associations, à y faire appel mentalement.

Les associations mentales sont un excellent exercice pour améliorer sa mémoire.

Le système des liaisons.

Le système des liaisons, appelée également méthode des liens ou association en chaîne, consiste à relier les associations mentales entre elles, comme des maillons d’une chaîne.

Il s’agit de relier une association mentale à la suivante et de constituer une histoire.

En parcourant l’histoire mentale dans l’ordre, vous retrouvez les associations mentales les unes après les autres pour chaque mot à retenir.

La méthode des lieux.

La méthode des lieux, appelée également chemin de l’éléphant ou technique du voyage, consiste à placer chaque information à retenir à un point de passage, à un lieu se trouvant sur le parcours mental.

La méthode des lieux fait appel à la mémoire spatiale qui est très efficace dans les processus de mémorisation.

Il s’agit de créer une association mentale pour chaque information clé à retenir et à la placer sur un point de passage du parcours mental.

En fixant les informations clés sur des points de passage, il suffit d’effectuer mentalement le parcours pour retrouver dans l’ordre les informations clés et de vous rappeler à tout moment les informations clés précédentes et suivantes.

Le palais de la mémoire.

Le palais de la mémoire, appelé également palais mental, utilise le même principe de mémorisation que la méthode des lieux.

Votre palais de la mémoire comprend une ou plusieurs pièces que vous allez parcourir mentalement et dans lesquelles vous allez placer les informations à retenir dans l’ordre à des emplacements prédéfinis, vos points de passage.

Vous pouvez ensuite vous rappeler chaque association mentale dans l’ordre, en imaginant que vous parcourez les pièces du palais de la mémoire dans l’ordre initial.

Pour de longs discours ou des présentations avec une structure importante, vous pouvez combiner les deux techniques : un voyage et plusieurs palais de la mémoire placés le long du voyage.

La méthode pour mémoriser un discours.

Prononcer un bon discours est une tâche paradoxale.

Si vous lisez vos notes, le public va vous trouver ennuyeux et aura l’impression que vous ne vous êtes pas préparé.

Lorsque vous prononcez un discours, vous devez avoir l’air naturel comme si vous conversiez avec le public.

Vous devez mémoriser le discours et donner l’impression de parler en public comme si vous ne l’aviez pas mémorisé.

Cela semble compliqué mais il existe une méthode simple pour mémoriser un discours facilement et parler en public sans note.

Il ne s’agit pas d’apprendre par cœur mot à mot car vous risqueriez de parler de façon mécanique mais de structurer le discours et de retenir les idées clés et les restituer dans l’ordre.

Écrire le discours.

Écrire les idées principales et les idées secondaires du discours. Le but est de

  • Comprendre quelles sont les idées importantes de votre discours.
  • Déterminer le message que le public doit retenir.

Faites le tri entre les idées les plus importantes et les idées secondaires.

Créer un plan pour structurer le discours.

Le plan fera ressortir les idées principales et permettra de diviser le discours à mémoriser en plusieurs parties.

Les différentes parties du discours doivent s’enchainer de façon logique.

Écrire le discours en entier, c’est-à-dire l’introduction, le corps du discours et la conclusion.

Écrire va également vous aider à retenir le discours en faisant appel à votre mémoire scripturale, ce qui est utile en particulier pour les kinesthésiques.

Lire à voix haute le discours et le répéter.

Lisez à haute voix le texte afin de pouvoir l’entendre et de savoir s’il se prête bien à un discours avant de commencer à le mémoriser.

Vous allez repérer les parties du texte du discours à changer pour qu’elles semblent plus claires, plus naturelles à l’oreille ou pour renforcer un effet.

D’autre part, lire à haute voix est un moyen supplémentaire pour faciliter la mémorisation car écouter le texte fait appel à la mémoire auditive.

Vous aurez peut-être besoin de répéter et changer votre texte plusieurs fois.

Si vous le pouvez, lisez à haute voix à l’endroit où vous allez le prononcer devant le public. Cela vous permettra de vous habituer au lieu, à l’acoustique et de répéter vos mouvements.

Vous pourrez ensuite vous imaginer dans le lieu en train de prononcer le discours, afin de le contextualiser et vous sentir plus à l’aise.

Mémoriser les points clés.

La clé pour mémoriser un discours est de le mémoriser par étape et hiérarchiquement le discours, c’est-à-dire, retenir d’abord le plus important, pour aller progressivement vers plus de détails.

  • La structure du discours.
  • Les idées principales.
  • Les idées secondaires.
  • Et ainsi de suite.

Vous allez mémoriser le plan de votre discours que vous avez structuré en fonction de vos idées principales, puis secondaires.

Ne cherchez pas à mémoriser mot à mot le texte du discours mais plutôt la trame du discours et les mots clés.

Cela vous permettra de laisser de la place à votre spontanéité, de donner le sentiment que vous prononcez le discours de façon naturelle.

Vous commencerez par mémoriser les idées principales.

Quand vous aurez retenu les informations principales, vous pourrez passer à l’étape suivante  : retenir les idées secondaires.

Mémorisez ensuite les faits importants ou les statistiques.

Enfin, une fois ceux-ci enregistrés dans votre mémoire, vous pouvez aller plus loin et apprendre plus de détail.

En fonction de votre habitude, vous saurez jusqu’à quel niveau de détail vous aurez besoin d’aller dans votre activité de mémorisation.

Vous aurez ainsi la certitude d’avoir parlé de tous les points importants de votre discours.

Créer une image mentale pour chaque idée clé.

Le cerveau se rappelle plus facilement de ce qu’il perçoit, de ce qui est concret que d’un mot.

Créez une association mentale avec le mot clé. Choisissez celle qui est la plus facile à mémoriser pour vous. Souvent, ce sera une image qui vous vient spontanément.

Placer chaque image clé sur un parcours mental.

Nous allons utiliser la technique du voyage pour placer à chaque étape du parcours mental une image clé.

Cela nous permettra de retrouver les idées clés facilement et dans l’ordre lors du discours.

Vous placez les images correspondant aux idées principales dans les lieux les plus importants de votre voyage mental (ville s’il s’agit d’un parcours entre plusieurs villes, pièce d’une maison ou d’un monument, etc.).

Vous placez ensuite dans un point de passage et dans un ordre défini les images associées aux idées secondaires dans le lieu (ville, pièce, etc.) correspondant à l’idée principale.

Par exemple, si vous avez placé l’association mentale correspondant à une idée principale dans une ville étape  de votre voyage mental et que vous avez 5 idées secondaires associées à l’information principale, vous pouvez les placer dans cette ville sur des points de passage de votre voyage (mairie, église, école, épicerie, terrain de sport, etc.).

Vous pourrez ensuite rentrer, par exemple, dans chacun de ces points de passage (mairie, église, etc.) et y placer des informations plus détaillées associer à l’idée secondaire.

Visualiser les informations clés le long du voyage.

Une fois placé les associations mentales le long du chemin, vous allez effectuer mentalement le parcours, passer dans chaque lieu principal (ville, etc.),  prendre le temps de visualiser l’image mentale (ou la représentation mentale de votre choix) associée à l’idée principale, puis passer ua lieu principal suivant pour retrouver l’idée principale suivante et ainsi de suite jusqu’à la fin du voyage.

Lorsque vous saurez retrouver dans l’ordre toutes les idées principales, vous pourrez passer à l’étape suivante : mémoriser les idées secondaires.

Reprenez votre voyage mental au début. Rendez vous à l’endroit où se trouve la première idée principale (première ville du parcours, etc.). s’il s’agit d’une ville, parcourez la dans l’ordre. Arrêtez-vous au premier point de passage, visualisez la première idée secondaire, puis passez au second point de passage, visualisez mentalement la deuxième idée secondaire et ainsi de suite.

Quand vous saurez retrouver les idées secondaires associées à la première idée principale, vous pourrez poursuivre votre voyage mental pour retrouver la deuxième idée principale. Retrouvez comme précédemment les idées secondaires.

En procédant de cette manière, vous vous souviendrez de tous les points du discours. A quelque endroit du discours où vous serez, vous saurez retrouver les idées principales et secondaires, les faits importants, les statistiques et tout ce que vous vouliez dire.

Vous n’avez pas cherché à apprendre mot par mot le discours mais vous saurez délivrer votre message de façon plus naturelle.

Se tester.

Pour vous assurer que vous vous rappelez bien du discours, vous pouvez effectuer des quiz.

Vous pouvez choisir une idée principale et vous demander

  • Quelle idée principale la précède ?
  • Quelle idée principale la suit ?
  • Quelles sont les idées secondaires associées ?
  • Etc.

Réviser.

Vous connaissez la structure du discours, les idées principales et tous les éléments du discours dans l’ordre.

A quelque endroit du discours où vous vous trouvez, vous savez quel est l’élément suivant du discours à prononcer.

En général, cela suffit. Vous pourrez faire votre présentation ou prononcer votre discours en sachant que même si vous modifiez la façon de le restituer, le contenu restera le même.

Pour ancrer définitivement le discours ou la présentation dans votre cerveau, vous allez le réviser, souvent au début, puis de façon plus espacée dans le temps.

Le bon moment est de réviser juste avant de commencer à oublier.

Vous allez effectuer mentalement le voyage pour retrouver dans l’ordre les images clés du discours.

Les premiers rappels sont les plus importants.

Faites le parcours une première fois quelques minutes après avoir réussi à mémoriser le discours.

Procédez à un second rappel, une heure après.

Faites un troisième rappel le soir avant d’aller dormir.

Faites un autre rappel le lendemain, puis le surlendemain et ainsi de suite en espaçant de plus en plus les intervalles de révision si vous avez du temps avant la prise de parole en public.

Vous pouvez adapter le rythme des révisions en fonction du temps dont vous disposez et de vos capacités actuelles.

En procédant ainsi, vous serez capable de tenir un discours sans note.

Avoir appris et mémorisé les points importants du discours va vous donner plus de flexibilité que si vous aviez appris par cœur le texte complet du discours.

Vous allez vous concentrer plus sur le message à faire passer et sur le cheminement logique des idées, ce qui vous permettra de paraître plus naturel.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Comment Mémoriser un Discours facilement

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Comment Apprendre les Planètes du Système Solaire rapidement et facilement

Apprendre et mémoriser rapidement les planètes du système solaire – Mercure, Vénus, Terre, Mars, Jupiter, Saturne, Uranus et Neptune – et les planètes naines – Cérès, Pluton,  Éris, Makémaké et Hauméa – est facile à l’aide de moyens mnémotechniques très simples : acronyme, phrase, histoire, chanson, etc.

Vous avez appris à un moment de votre vie les 8 planètes qui tournent autour du Soleil mais vous ne vous rappelez plus leur nom ou leur ordre, qu’elle est la plus proche du Soleil ou la plus éloignée ?

Pour retenir l’ordre des planètes du système solaire et les planètes naines et même plus d’informations sur les satellites naturels du Soleil, il existe plusieurs techniques de mémorisation faciles à apprendre.

Lisez cet article du blog éducatif Apprendre 5 minutes pour apprendre et retenir vite et facilement les planètes du système solaire.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Comment Apprendre les Planètes du Système Solaire rapidement et facilement
Comment Apprendre les Planètes du Système Solaire rapidement et facilement.

Sommaire

  • Définition d’une planète.
  • Liste des planètes du système solaire.
  • Apprendre les planètes avec un acronyme.
  • Méthode des concaténations pour retenir les planètes.
  • Phrases mnémotechniques pour se souvenir de l’ordre des planètes.
  • Le Système des Liaisons pour mémoriser les planètes.
  • Mémoriser les planètes et leurs caractéristiques avec le Palais Mental.
  • Apprendre les planètes avec un chanson.
  • A découvrir aussi.

Définition d’une planète.

L’Union Astronomique Internationale a adopté la définition des planètes le 24 août 2006 lors de la 26e Assemblée générale à Prague.

Une planète est un corps céleste qui

  • est en orbite autour du Soleil,
  • a une masse suffisante pour que sa gravité propre vainque les forces de cohésion interne de façon qu’il parvienne à une forme (presque ronde) en équilibre hydrostatique ( le corps céleste a une masse suffisante pour ne pas s’écraser sous sa propre masse),
  • a nettoyé le voisinage de son orbite (une planète peut nettoyer les corps plus petits par collision, capture ou perturbation gravitationnelle).

Une planète naine est un corps céleste qui respecte les critères d’une planète mais qui n’a pas nettoyé le voisinage de son orbite et n’est pas un satellite.

Liste des planètes du système solaire.

Liste des planètes par ordre croissant d’éloignement du Soleil.

Il y a 8 planètes dans le système solaire.

  1. Mercure.
  2. Vénus.
  3. Terre.
  4. Mars.
  5. Jupiter.
  6. Saturne.
  7. Uranus.
  8. Neptune.

Liste des planètes naines.

Il y a actuellement 5 planètes naines reconnues dans le système solaire.

  1. Cérès.
  2. Pluton.
  3. Éris.
  4. Makémaké.
  5. Hauméa.

Apprendre les planètes avec un acronyme.

Pour mémoriser les planètes qui tournent autour du soleil, nous pouvons utiliser, comme moyen mnémotechnique les acronymes.

La méthode des acronymes consiste à créer un mot ou un ensemble de mots à partir de la première lettre de chaque élément de la liste à retenir.

Retenir les 8 planètes du système solaire.

En prenant la première lettre de chaque planète, nous obtenons le mot

MVTMJSUN

ou l’ensemble de mots

MVT MJSUN

Ce qui peut paraître un peu difficile à retenir.

Pour mémoriser plus facilement l’ordre des planètes, vous pouvons imaginer une phrase courte avec une  sonorité proche ayant un sens pour vous.

Me vois-tu, magicien ?

© apprendre5minutes.wordpress.com.

  • Me : M (Mars).
  • Vois : V (Vénus).
  • Tu : T (Terre).
  • Ma : M (Mars).
  • Gi : J (Jupiter).
  • Ci : S (Saturne). Se prononce comme « si ».
  • EN : U (Uranus) et N (Neptune). A une sonorité proche de UN, les premières lettres des planètes Uranus et Neptune.

Vous pouvez renforcer la mémorisation en rajoutant le prénom chinois Sun à la fin de la phrase à retenir et en imaginant mentalement écrit SUN sur sa tenue de magicien.

Me vois-tu, magicien Sun ?

© apprendre5minutes.wordpress.com.

Retenir les 5 planètes naines du système solaire.

En prenant la première lettre de chaque planète naine, nous obtenons le mot

CPEMH

Pour mémoriser plus facilement l’ordre des planètes naines, vous pouvons imaginer une phrase courte avec une  sonorité proche ayant un sens pour vous.

Coupe et mâche.

© apprendre5minutes.wordpress.com.

  • Cou : Cérès.
  • Pe : Pluton.
  • Et : Éris.
  • Ma : Makémaké.
  • Che : Hauméa.

Méthode des concaténations pour retenir les planètes.

La méthode des concaténations consiste à mettre bout à bout les premières lettres de chaque mot d’une liste pour s’en souvenir.

La méthode des concaténations fait appel à la mémoire auditive car elle s’appuie sur la musicalité des mots pour les retenir facilement.

Pour mémoriser les 8 planètes du système solaire avec la méthode des concaténations, vous pouvez former une phrase avec les premières lettres de leur nom.

Retenir les 8 planètes du système solaire.

En groupant les premières lettres de chaque nom de planète, nous obtenons la formule

MeVeTeMa Ju SatUrNe.

© apprendre5minutes.wordpress.com.

  • Mercure : Me.
  • Vénus : Ve.
  • Terre : Te.
  • Mars : Ma.
  • Jupiter : Ju.
  • Saturne : Sat.
  • Uranus : Ur.
  • Neptune : Ne.

Astuce : Le nom de la planète Saturne est la concaténation des 3 dernières planètes les plus éloignées du soleil : Saturne (Sat), Uranus (Ur) et Neptune (Ne).

Pour mémoriser plus facilement, vous pouvons imaginer une phrase avec une  sonorité proche ayant un sens pour vous.

Mes vêtements, jeux Saturne.

© apprendre5minutes.wordpress.com.

  • Mercure : Mes.
  • Vénus : vê.
  • Terre : te.
  • Mars : ments.
  • Jupiter : jeux.
  • Saturne : Sat.
  • Uranus : Ur.
  • Neptune : Ne.

Retenir les 5 planètes naines du système solaire.

En groupant les premières lettres de chaque nom de planète naine, nous obtenons la formule

CérPlu ÉriMaHau.

© apprendre5minutes.wordpress.com.

  • Cérès : Cér.
  • Pluton : Plu.
  • Éris : Éri.
  • Makémaké : Ma.
  • Hauméa : Hau.

Astuce : Pour mémoriser plus facilement, vous pouvons imaginer une phrase avec une  sonorité proche ayant un sens pour vous.

Serre plus  Éric, Mao.

© apprendre5minutes.wordpress.com.

  • Cérès : Serre.
  • Pluton : Plus.
  • Éris : Éric.
  • Makémaké : Ma.
  • Hauméa : O.

Phrases mnémotechniques pour se souvenir de l’ordre des planètes.

Si vous vous souvenez facilement des paroles d’une chanson ou d’un poème, vous pouvez faire appel à votre mémoire auditive en inventant une histoire, un poème ou une chanson avec la première lettre de chaque nom.

Retenir les 8 planètes du système solaire.

Pour mémoriser les planètes du système solaire dans l’ordre, nous utilisons la phrase mnémotechnique suivante :

Mes vers de terre marron jouent sur une navette.

© apprendre5minutes.wordpress.com.

  • Mercure : Mes.
  • Vénus : vers.
  • Terre : (de) Terre.
  • Mars : marron.
  • Jupiter : jouent.
  • Saturne : sur.
  • Uranus : une.
  • Neptune : navette.

Pour mémoriser les planètes du système solaire, il existe de nombreuses phrases mnémotechniques. En voici quelques unes. Choisissez celle qui est la plus facile à mémoriser pour vous.

Vous pouvez aussi imaginer votre propre phrase mnémotechnique. C’est un bon moyen de la retenir.

Les premières lettres de chaque planète sont :

M V T M J S U N.

Voici quelques exemples de phrases mnémotechniques pour les planètes du système solaire.

  • Mes vers de terre marron jouent sur un navire.
  • Mes vaisseaux de transport montent jusqu’au sommet d’une nébuleuse.
  • Mes vieux taxis montent jusqu’au sommet d’un nuage.

© apprendre5minutes.wordpress.com.

Retenir les 5 planètes naines du système solaire.

Pour mémoriser les planètes naines du système solaire dans l’ordre, nous utilisons la phrase mnémotechnique suivante :

C’est pas encore mon heure.

© apprendre5minutes.wordpress.com.

  • Cérès : C’est.
  • Pluton : pas.
  • Éris : encore.
  • Makémaké : mon.
  • Hauméa : heure.

Le Système des Liaisons pour mémoriser les planètes.

Pour mémoriser les planètes du système planétaire, nous allons utiliser le système des liaisons en inventant une histoire facile à retenir.

Le système des liaisons – appelé également méthode des chaînes ou méthode des liens – est une technique de mémorisation permettant de retenir une liste d’informations en créant une association mentale, appelée lien, entre les éléments consécutifs de la liste.

Chaque élément de la liste est relié au suivant.

Retenir les 8 planètes du système solaire.

Nous allons créer une association entre chaque planète du système solaire et un objet ou un personnage.

  • Mercure : thermomètre à mercure.
  • Vénus : déesse Vénus.
  • Terre : terre.
  • Mars : barre chocolatée (de la marque Mars).
  • Jupiter : jupe.
  • Saturne : Saturnin (le canard jaune de la série télévisée française « Les Aventures de Saturnin ».
  • Uranus : urne.
  • Neptune : trident de Neptune, le dieu romain des eaux vives et des océans.

Nous pouvons inventer une histoire reliant le soleil aux images associées aux planètes.

« Le soleil chauffe tellement qu’il fait éclater un thermomètre. Curieuse, la déesse Vénus s’approche mais trébuche et tombe par terre. Elle aperçoit des barres chocolatées Mars qu’elle met dans le pli de sa jupe et qu’elle porte au canard Saturnin. Saturnin les prend une par une avec son bec les range dans une urne électorale qui se trouve sur une barque. Soudain la barque se renverse et l’urne tombe dans l’eau. Heureusement, le dieu Neptune s’en rend compte et la repêche à temps avec son trident. »

© apprendre5minutes.wordpress.com.

Visualisez mentalement cette histoire et vous vous rendrez compte comment elle est facile à retenir et pendant longtemps.

Retenir les 5 planètes naines du système solaire.

Pour mémoriser les planètes naines du système solaire dans l’ordre, nous allons créer des associations mentales et inventer une histoire pour les relier au soleil.

Nous allons utiliser les associations suivantes.

  • Cérès : CRS (policier des Compagnies républicaines de sécurité).
  • Pluton : Pluto (chien de Mickey).
  • Éris : hérisson.
  • Makémaké : maquette.
  • Hauméa : Oméga (Ω).

Nous pouvons inventer une histoire reliant le soleil aux images associées aux planètes naines.

Le soleil brille. Un CRS essaie de calmer Pluto qui aboie contre un hérisson mais le hérisson a peur et renverse en s’enfuyant une maquette sur laquelle se trouve une sculpture représentant la lettre Oméga (Ω).

© apprendre5minutes.wordpress.com.

Mémoriser les planètes et leurs caractéristiques avec le Palais Mental.

Si vous voulez retenir l’ordre des planètes et des informations associées à ces planètes, vous pouvez utiliser comme technique de mémorisation le palais mental appelé aussi palais de la mémoire, art de mémoire, méthode des loci, méthode des lieux ou méthode du chemin de l’éléphant.

Comment construire un Palais Mental.

Le palais mental fait appel à notre mémoire visuelle et à notre mémoire épisodique.

La mémoire épisodique permet de se souvenir à long terme des événements vécus et de leur contexte (lieu, date, état émotionnel).

Le principe de mémorisation du palais mental est facile à comprendre :

  1. Associer chaque information à retenir à un objet ou un personnage concret. Pour être mémorables, les associations mentales doivent
    • être en mouvement,
    • vous venir immédiatement à l’esprit,
    • faire appel à vos sens,
    • faire appel à vos émotions.
  2. Déterminer un chemin à parcourir (une chambre, un appartement, une maison, un collège, un lycée, un trajet, un endroit ou un parcours d’un jeu vidéo, etc.).
  3. Définir des étapes, des points d’arrêt dans le chemin à parcourir. Ce seront des lieux, des endroits où placer l’information à mémoriser.
  4. Parcourir mentalement dans l’ordre le chemin et visualisez chaque étape.
  5. Placer à chaque étape un objet ou un personnage associé à l’information à retenir.
  6. Parcourir mentalement et dans l’ordre le chemin.
  7. Retrouver, à chaque étape, l’objet ou le personnage associé à l’information à retenir.
  8. Refaire le parcours mentalement de temps en temps pour vérifier que vous vous souvenez des planètes dans l’ordre. Faire des rappels facilite la mémorisation à long terme.

Vous pouvez choisir n’importe quel endroit ou trajet connu ou imaginaire que vous connaissez bien comme palais de la mémoire.

Retenir les planètes du système solaire.

Pour mémoriser les planètes du système solaire, nous pouvons prendre comme exemple de palais mental un chemin imaginaire à emprunter pour aller faire un certain nombre de courses.

Nous allons reprendre nos associations mentales :

  • Mercure : thermomètre.
  • Vénus : déesse Vénus.
  • Terre : terre.
  • Mars : barre chocolatée.
  • Jupiter : jupe.
  • Saturne : Saturnin.
  • Uranus : urne électorale.
  • Neptune : trident de Neptune.

Le palais mental est le trajet pour aller faire les courses.

  • Étape 1 : porte d’entrée.
  • Étape 2 : voiture.
  • Étape 3 : poterie.
  • Étape 4 : épicerie.
  • Étape 5 : magasin de vêtements.
  • Étape 6 : ferme.
  • Étape 7 : mairie.
  • Étape 8 : jardinerie.

Il nous reste à placer les associations mentales des planètes aux points d’arrêt et à imaginer une histoire.

Aujourd’hui, il fait soleil. je vais aller faire les courses. J’ouvre la porte d’entrée à laquelle est accroché un thermomètre géant qui manque de tomber lorsque la porte s’ouvre. Je le rattrape à temps et le replace sur la porte.

Une voiture arrive et s’arrête, conduite par la déesse Vénus. Nous allons faire les courses ensemble.

Nous nous arrêtons à une poterie pour acheter 3 vases en terre cuite. Nous les mettons dans le coffre de la voiture.

Nous nous rendons à l’épicerie et achetons des barres chocolatées et des beignets car c’est Mardi gras. Nous les plaçons dans la voiture, dans les vases en terre.

Nous marchons ensuite jusqu’au magasin de vêtements car Vénus veut s’acheter une jupe. Elle en essaye plusieurs avant d’en choisir une.

Nous allons ensuite à la ferme pour acheter des œufs. Le canard jaune Saturnin vient vers nous et se met à nous parler sans arrêt.

Nous nous rendons ensuite à la mairie pour voter. L’urne électorale est gigantesque et nous devons grimper sur une échelle pour y déposer le bulletin électoral.

En rentrant, nous nous arrêtons à la jardinerie pour acheter une fourche. Nous cherchons où elle se trouve et nous apercevons un trident qui vole, le trident de Neptune, pour nous indiquer la direction.

© apprendre5minutes.wordpress.com.

Vous pouvez également utiliser le palais mental pour mémoriser des informations supplémentaire pour chaque planète.

Il suffit de créer une association mentale pour chaque information et de la rajouter à l’histoire dans chaque étape.

Par exemple, si vous voulez mémoriser également la distance entre la planète et le soleil, vous allez créer une association mentale avec la distance, puis visualiser l’association mentale de la planète, puis celle de la distance.

Par exemple, la distance entre la Terre et le Soleil est de 150 millions de kilomètres.

A l’aide de la méthode des articulations chiffrées, nous pouvons associer le nombre 150 à un adolescent.

Si nous prenons l’adolescent comme association avec la distance de 150 millions de kilomètres entre la Terre et le Soleil, nous pouvons compléter notre histoire comme suit

Nous nous arrêtons à une poterie pour acheter 3 vases en terre cuite. Un adolescent avec un visage couvert de boutons d’acné se propose de nous aider à les porter. Nous les mettons dans le coffre de la voiture.

© apprendre5minutes.wordpress.com.

De même, la distance moyenne entre la planète Mars et le Soleil est de 228 millions de kilomètres.

A l’aide de la méthode des articulations chiffrées, nous pouvons associer le nombre 228 à un nénuphar.

Si nous prenons le nénuphar comme association avec la distance de 228 millions de kilomètres entre Mars et le Soleil, nous pouvons compléter notre histoire comme suit

Nous nous rendons à l’épicerie pour acheter des barres chocolatées et des beignets car c’est Mardi gras. Dans l’épicerie se trouve une mare avec des nénuphars sur lesquels sont posés les barres chocolatées. Nous nous servons d’une épuisette pour attraper les barres chocolatées. Nous rangeons les barres chocolatées et les beignets dans la voiture, dans les vases en terre.

© apprendre5minutes.wordpress.com.

Pour les autres planètes, vous pouvez procéder de même.

Apprendre les planètes avec un chanson.

Si vous avez une bonne mémoire auditive ou si vous aimez apprendre en bougeant vous pouvez retenir plus facilement l’ordre des planètes en imaginant et en chantant les paroles d’une chanson sur les planètes du système solaire sur une musique que vous connaissez bien.

En voici un exemple de paroles de chanson. Mimez les mouvements en chantant la comptine des planètes pour renforcer la mémorisation en faisant appel à votre mémoire kinesthésique.

Comptine des planètes.

Couplet 1 :

Je mets le Soleil devant.

Je mets Vénus derrière.

Je tourne autour de moi.

Je tourne autour du soleil.

Je suis Mercure.

Je suis une planète.

Couplet 2 :

Je mets Mercure devant.

Je mets la Terre derrière.

Je tourne autour de moi.

Je tourne autour du soleil.

Je suis Vénus.

Je suis une planète.

Couplet 3 :

Je mets Vénus devant.

Je mets Mars derrière.

Je tourne autour de moi.

Je tourne autour du soleil.

Je suis la Terre.

Je suis une planète.

Couplet 4 :

Je mets la Terre devant.

Je mets Jupiter derrière.

Je tourne autour de moi.

Je tourne autour du soleil.

Je suis Mars.

Je suis une planète.

Couplet 5 :

Je mets Mars devant.

Je mets Saturne derrière.

Je tourne autour de moi.

Je tourne autour du soleil.

Je suis Jupiter.

Je suis une planète.

Couplet 6 :

Je mets Jupiter devant.

Je mets Uranus derrière.

Je tourne autour de moi.

Je tourne autour du soleil.

Je suis Saturne.

Je suis une planète.

Couplet 7 :

Je mets Saturne devant.

Je mets Neptune derrière.

Je tourne autour de moi.

Je tourne autour du soleil.

Je suis Uranus.

Je suis une planète.

Couplet 8 :

Je mets Uranus devant.

Je mets Pluton derrière.

Je tourne autour de moi.

Je tourne autour du soleil.

Je suis Neptune.

Et je suis la dernière planète.

© apprendre5minutes.wordpress.com.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Comment Apprendre les Planètes du Système Solaire rapidement et facilement

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.

Comment faire un Résumé de Texte facilement

Faire un résumé de texte, c’est exprimer avec ses propres mots les idées principales du texte de façon plus courte.

Vous avez un résumé de texte à écrire mais vous ne savez pas comment faire ? Résumer un texte vous semble difficile ?

Pas de panique ! Il existe des méthodes simples et efficaces pour écrire un bon résumé de texte.

Dans ce cours gratuit en ligne, le blog éducatif Apprendre 5 minutes vous explique comment rédiger un résumé de texte facilement à l’aide de quelques techniques facile à apprendre et à mettre en pratique.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Comment faire un Résumé de Texte facilement.
Comment faire un Résumé de Texte facilement.

Sommaire

  • Qu’est ce que le résumé d’un texte.
  • Les erreurs à éviter.
  • Comment faire un bon résumé de texte.
    • Analyser.
      • Comprendre le texte pour se l’approprier.
      • Repérer les idées principales et secondaires et leur articulation.
    • Synthétiser.
      • Écrire le plan détaillé.
      • Écrire le titre.
    • Rédiger.
      • Rédiger une première version du résumé de texte en reproduisant avec ses propres mots et fidèlement l’essentiel de la pensée de l’auteur.
      • Relire la première version du résumé de texte.
      • Ajuster le nombre de mots si besoin.
      • Corriger le résumé pour qu’il soit clair, rédigé dans un français correct et sans faute d’orthographe.
      • Rédiger la version définitive du résumé de texte.
      • Vérifier le résumé de texte.
  • A découvrir aussi.

Qu’est ce que le résumé de texte.

Le résumé est une version abrégée d’un texte qui met en évidence les points clés.

Faire un résumé, c’est traduire en quelques mots un texte, en respectant fidèlement les idées exprimées par l’auteur et elles seules et sans rentrer dans les détails.

Les erreurs à éviter.

Réussir un bon résumé de texte dans un concours administratif, au baccalauréat ou à l’école, c’est aussi éviter un certain nombres d’erreurs. Les plus courantes sont les suivantes.

Ne pas traduire fidèlement les idées de l’auteur. Vous n’avez pas à donner votre avis personnel. Vous devez juste retranscrire les idées principales exprimées dans le texte.

Ne pas faire un résumé complet du texte. Il s’agit de résumer le texte complet, du début jusqu’à la fin. Dans certains concours, les copies inachevées ne sont pas prises en compte.

Ne pas respecter le nombre de mots imposés lors de l’épreuve. Dépasser le nombre de mots imposés va vous pénaliser. Vous devez montrer votre capacité à synthétiser.

Faire des fautes d’orthographe ou de syntaxe. Trop de fautes vont compliquer la lecture de votre résumé par l’examinateur et révéler des difficultés à s’exprimer.

Citer l’auteur. En général, ne citez pas directement une phrase de l’auteur. Vous devez montrer que vous avez compris le texte et que vous vous l’êtes approprié.

La rédaction du résumé de texte a pour but de permettre au jury de vérifier vos capacités d’analyse, de synthèse et d’expression.

  • Analyse : comprendre le texte et distinguer l’essentiel du secondaire.
  • Synthèse : faire ressortir en quelques mots les idées principales du texte.
  • Expression : écrire de façon claire et dans un français correct.

Comment faire un bon résumé de texte.

Pour faire un bon résumé de texte, il existe un méthode simple et facile à appliquer.

Elle s’appuie sur les capacités évaluées par l’examinateur.

  • Analyse
    • Comprendre le texte pour se l’approprier.
    • Repérer les idées principales et secondaires et leur articulation.
  • Synthèse
    • Écrire le plan détaillé.
    • Écrire le titre.
  • Expression
    • Rédiger une première version du résumé de texte en reproduisant avec ses propres mots et fidèlement l’essentiel de la pensée de l’auteur.
    • Relire la première version du résumé de texte.
    • Ajuster le nombre de mots si besoin.
    • Corriger le résumé pour qu’il soit clair, rédigé dans un français correct et sans faute d’orthographe.
    • Rédiger la version définitive du résumé de texte.
    • Vérifier le résumé de texte.

Analyser.

Comprendre le texte pour se l’approprier.

Dans cette étape, il s’agit d’avoir une vue d’ensemble du texte, de comprendre de quoi parle le texte – le thème du texte –  et le point de vue de l’auteur – la thèse de l’auteur.

Repérer les informations qui accompagnent le texte :
  • Le titre :
    • S’il s’agit d’un titre informatif, il nous donnera les informations les plus importantes du texte. Il répond souvent aux questions « qui a fait quoi, quand et comment ».
    • S’il s’agit d’un titre incitatif, il indiquera l’esprit dans lequel le texte a été écrit. Regardez également les premières lignes après le titre. Il peut s’agir d’un condensé du texte.
  • Le nom de l’auteur.
  • Les titres et intertitres des paragraphes : ils fournissent souvent des informations clés.
  • La date et le lieu de parution du texte : ils peuvent apporter une indication sur le contexte dans lequel a été écrit le texte.
  • La typographie et la mise en forme : elle peut servir à mettre en valeur les informations importantes pour l’auteur.
Déterminer le thème du texte et la thèse de l’auteur.

Effectuez une lecture rapide du texte afin de

  • comprendre de quoi parle le texte
  • connaitre le point de vue de l’auteur.
  • repérer les principales étapes de son raisonnement.

Lisez le texte de façon objective et sans idée préconçue. Un des objectifs du résumé de texte sera de montrer que vous avez compris le point de vue de l’auteur et de le traduire fidèlement.

Essayez de trouver la réponse aux questions suivantes :

  • De quoi parle l’auteur ?
  • Quel est le ton employé par l’auteur ?
  • Quel est le message que veut faire passer l’auteur ?

Le message que veut faire passer l’auteur est l’idée directrice du texte.

Résumer en une phrase le texte.

La phrase doit indiquer

  • Le nom de l’auteur.
  • Le thème.
  • La thèse.

Repérer les idées principales et secondaires et leur articulation.

Une idée principale est une unité du texte porteuse de sens. L’idée principale est nécessaire pour comprendre le sens du texte.

Une idée secondaire précise l’idée principale mais n’est pas nécessaire pour comprendre le sens du texte.

Dans cette étape, il s’agit de repérer les idées principales et secondaires et leur enchainement.

Vous allez maintenant lire le texte attentivement et repérer

  • Les mots clés.
  • Les idées principales.
  • Les idées secondaires.
  • Les articulations logiques (les mots de liaison).
  • Les exemples à partir desquels part l’auteur pour développer sa pensée.
  • Les exemples nécessaires pour comprendre le sens du texte.
  • La conclusion.

Regarder attentivement la conclusion si le texte en comporte une. Posez-vous les questions suivantes

  • Est-ce que la conclusion fait écho à l’introduction ?
  • Est-ce qu’elle ferme le texte ?
  • Est-ce qu’elle ouvre sur un sujet voisin ?
  • Es-ce qu’elle apporte une réponse à la question posée dans l’introduction ?
  • Est-ce qu’elle propose des actions ?

Si vous voulez apprendre les techniques de lecture rapide et efficaces, lisez notre article Lecture rapide : apprendre à lire vite et mémoriser.

Synthétiser.

Écrire le plan détaillé.

Dans cette étape, il s’agit de faire ressortir la progression logique de la pensée de l’auteur.

Vous allez

  • Faire le tri entre l’essentiel et le secondaire.
  • Classer les idées.

pour faire ressortir le cheminement de la pensée de l’auteur.

Vous pouvez maintenant écrire le plan détaillé du résumé de texte. Il s’agit d’ordonner les idées principales et secondaires en respectant l’ordre du texte.

  • Rédiger l’introduction : exposer en une phrase courte l’objet du texte (le thème) et l’idée directrice (la thèse).
  • Reformuler chaque idée principale ou secondaire en phrase courte.
  • Donner un titre à chaque phrase courte porteuse d’une idée.
  • Ordonner le plan en hiérarchisant les idées principales et les idées secondaires.
  • Rédiger le conclusion.

Écrire le titre.

Si le texte possède un titre court, vous pouvez reprendre ce titre pour le résumé.

Si le titre est long, résumez, sauf pour des textes juridiques : dans ce cas, il faudra le reprendre tel quel.

Si le texte ne possède pas de titre, vous pouvez en créer un. Si nécessaire, il peut être bref et comporter un sous-titre explicatif.

Rédiger.

Rédiger une première version du résumé de texte.

Il s’agit, dans cette étape, de mettre en forme les notes que vous avez prises.

Le premier résumé est un brouillon. Le résumé final devra être équilibré. Ce point sera vu dans un deuxième temps, lorsque vous répartirez les mots entre les différents paragraphes du résumé.

Pour rédiger le résumé, vous devez écrire comme si vous étiez l’auteur du texte.

Vous devez chercher à transmettre sa pensée de la façon la plus claire possible.

  • Écrivez le résumé comme si vous en étiez l’auteur et que vous vous adressiez à un lecteur qui n’aurait pas le temps de lire le texte en entier.
  • Respectez le point de vue narratif de l’auteur. S’il écrit à la première personne du singulier, écrivez le résumé à la première personne du singulier. S’il écrit à la troisième personne du singulier, écrivez le résumé à la troisième personne du singulier.
  • Employez le ton de l’auteur.
    • Utilisez des mots à connotation négative si le texte exprime une critique ou une mise en garde.
    • Utilisez des mots à connotation positive si le texte porte un jugement favorable.
    • Utilisez des mots à connotation neutre s’il s’agit d’une description objective ou d’un texte scientifique.
  • Faites ressortir les idées essentielles à la compréhension du texte.
  • Éliminez ce qui n’est pas nécessaire à a compréhension du texte.
  • Les mots clés du texte de l’auteur doivent se retrouver dans le résumé.
  • Respectez le cheminement de la pensée de l’auteur.

Relire la première version du résumé de texte.

Dans cette étape, il s’agit de vérifier la cohérence du raisonnement, de l’argumentation et l’enchaînement des idées.

Comparez le texte de l’auteur et votre résumé de texte.

  • Respect de l’argumentaire de l’auteur, du fil conducteur du texte.
  • Le résumé contient toutes les idées principales du texte.
  • La pensée de l’auteur est reproduite fidèlement.

Le lecteur doit pouvoir suivre facilement le cheminement de la pensée de l’auteur.

  • Un paragraphe par idée principale.
  • Parler directement des idées. Le sujet de la phrase est l’idée principale.
  • Des conjonctions, des mots de transition pour relier les idées.
  • Des termes génériques pour remplacer les énumérations.
  • Des phrases courtes faciles à lire et à comprendre. Vous pouvez malgré tout alterner les phrases courtes avec des phrases un peu plus longues pour donner du rythme mais faites attention à la clarté du texte.

Ajuster le nombre de mots si besoin.

Il s’agit, dans cette étape, de respecter le nombre de mots indiqué s’il est imposé.

Si le nombre de mots ou de pages n’est pas imposé, vous pouvez réduire le texte initial de la manière suivante :

  • Texte long : résumer au dixième.
  • Texte assez court : résumer au quart ou au cinquième.
  • Texte très court : résumer à la moitié.

Comptez le nombre de mots de chaque paragraphe. Vous pouvez noter ce nombre dans une colonne pour gagner du temps lorsque vous calculerez le nombre de mots du résumé de texte.

  • Si le résumé est trop court, vous avez trop synthétisé le texte.
    • Vérifiez s’il manque des idées.
    • Si vous devez les formuler de façon plus claire.
    • Reprendre des exemples significatifs.
  • Si le résumé est trop long, vous n’avez pas synthétisé suffisamment le texte. Vérifiez, par exemple,  si vous pouvez
    • Remplacer une énumération par un mot générique.
    • Remplacer un complément de verbe par un adverbe.
    • La ponctuation permet également de raccourcir les phrases.

Équilibrez les paragraphes.

Il s’agit de respecter l’équilibre du texte original.

Accordez à chaque idée principale la place qui lui revient. Conservez autant que possible les proportions du texte initial. Ne développez pas une idée au détriment d’une autre.

Corriger le résumé pour qu’il soit clair, rédigé dans un français correct et sans faute d’orthographe.

Assurez vous que le texte du résumé est compréhensible et le cheminement de la pensée de l’auteur facile à suivre.

Le résumé doit être grammaticalement correct.

Traquez les fautes d’orthographe et corrigez les. Cela vous évitera de perdre des points inutilement.

Rédiger la version définitive du résumé de texte.

L’apparence visuelle du résumé est importante.

Rendez le résumé de texte agréable et facile à lire.

Si vous écrivez mal, si vous raturez la copie, si elle est truffée de fautes d’orthographe, si le correcteur doit déchiffrer ce que vous avez écrit, vous allez le décourager de lire votre résumé et votre copie sera pénalisée.

  • Si vous rédigez à la main le résumé de texte, votre écriture doit être lisible. Soignez votre écriture afin de faire bonne impression au correcteur dès les premiers mots.
  • La version définitive du résumé de texte ne doit comporter aucune rature.

Soignez la mise en page.

  • Soigner l’écriture.
  • Sauter une ligne entre chaque paragraphe.
  • Commencer un paragraphe par un alinéa.
  • Aérer le texte. Ne pas mettre trop de texte sur une page.

Vérifier le résumé de texte.

Vous avez écrit la version définitive du résumé.

Vérifiez une dernière fois qu’il est correct sur le plan grammatical et au niveau de l’orthographe.

Relisez mentalement le résumé. Le lecteur doit pouvoir

  • Comprendre facilement ce que vous avez écrit.
  • Restituer verbalement l’essentiel du texte d’origine.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Comment faire un Résumé de Texte facilement

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.

 

Mémoriser les 7 Sommets les plus hauts du Monde facilement

Les sept Sommets – Seven Summits en anglais – sont les montagnes les plus élevées de chaque continent.

Le Challenge des 7 Sommets – appelé également challenge des 7 Summits – consiste à réaliser l’ascension du plus haut sommet de chacun des 7 continents.

Atteindre les 7 sommets est un défi des plus difficiles du monde de l’alpinisme.

Vous voulez savoir

  • Quels sont les Sommets les plus hauts de chaque Continent ?
  • Quelle est l’Altitude des points culminants des continents ?
  • Dans quels Pays du Monde se trouvent-ils ?
  • Qui a réalisé la première ascension ?
  • Comment retenir les 7 sommets du monde facilement ?

Lisez cet article du blog éducatif Apprendre 5 minutes pour apprendre comment mémoriser vite et facilement les points culminants de chaque continent et leur altitude.

Sommaire

  • Modèle des 7 continents.
  • Les plus hauts sommets par continent.
  • Mémoriser la liste des points culminants du monde.
  • Comment mémoriser les 7 sommets, le continent et l’altitude.
  • A découvrir aussi.

Modèle des 7 continents.

Selon les critères utilisés, il y a de 4 à 7 continents.

Si nous utilisons le seul critère géographique, un continent est séparé des autres par la mer ou l’océan et se trouvent la même plaque continentale.

Le modèle à 4 continents correspond au seul critère géographique :

  • Amérique.
  • Antarctique.
  • Afro-Eurasie.
  • Océanie.

Le modèle à 7 continents est le modèle utilisé le plus souvent en Europe de l’Ouest. Il intègre également des critères culturels, historiques et politiques.

Par exemple, dans le modèle à 7 continents, l’Europe est séparée de l’Asie par la chaîne de l’Oural en Russie.

  • Afrique.
  • Amérique du Nord.
  • Amérique du Sud.
  • Antarctique.
  • Asie.
  • Europe.
  • Océanie.

Les plus hauts sommets par continent.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Les 7 Sommets les plus hauts du Monde - The Seven Summits.
Les 7 Sommets les plus hauts du Monde – The Seven Summits.

Les plus hauts sommets de chaque continent du modèle à 7 continents sont :

  • Afrique : Kilimandjaro.
  • Amérique du Nord : Denali.
  • Amérique du Sud : Aconcagua.
  • Antarctique : Massif Vinson.
  • Asie : Everest.
  • Europe : Elbrouz.
  • Océanie : Puncak Jaya.

Le Kilimandjaro.

Hauteur.

Le Kilimandjaro est le plus haut sommet de l’Afrique et culmine à 5 892 mètres d’altitude.

Le pic Uhuru, situé sur le volcan Kibo à 5 891,8 mètres d’altitude est le point culminant du Kilimandjaro et de l’Afrique.

Pays.

Situé au Nord-Est de la Tanzanie, le Kilimandjaro est une montagne constituée de 3 volcans éteints, le Shira, le Kibo et le Mawenzi.

Particularité du Kilimandjaro.

« Les neiges du Kilimandjaro » est une nouvelle d’Ernest Hemingway. Les neiges éternelles au sommet symbolisent le Kilimandjaro en Afrique.

Le sommet du Kilimandjaro est couvert de neige et de glace toute l’année. Toutefois, en raison du réchauffement climatique et de la déforestation, les précipitations neigeuses diminuent et la calotte glacière située sur son sommet rétrécie.

La température annuelle moyenne est de 23°C au pied du Kilimandjaro et de -7°C au sommet.

Découverte du Kilimandjaro.

Le 11 mai 1848, le missionnaire allemand Johannes Rebmann découvre le Kilimandjaro.

Première ascension du Kilimandjaro.

Le 6 octobre 1889, le géologue allemand Hans Meyer, accompagné de l’alpiniste autrichien Ludwig Purtscheller et du soldat tanzanien Yohanas Kinyala Lauwodu, réussissent la première ascension du Kilimandjaro et atteignent son sommet.

Le Denali.

Hauteur.

Le Denali – appelé anciennement mont McKinley – est le plus haut sommet de l’Amérique du Nord et culmine à 6 190 mètres d’altitude.

Le Denali présente un volume plus important et une plus haute élévation que l’Everest qui est le plus haut sommet du monde. La base de l’Everest se trouve sur le plateau tibétain autour de 5 200 mètres d’altitude, soit une élévation d’environ 3 600 mètres.La base du Denali se trouve sur un plateau autour de 700 mètres d’altitude, soit une élévation d’environ 5 500 mètres.

Pays.

Le Denali est situé près du centre de l’Alaska aux États-Unis au cœur de la chaîne d’Alaska.

Particularité du Denali.

Le Denali se trouve près de l’Arctique. Le climat très froid et une pression basse au sommet accentuée par la latitude, augmentent le risque de mal des montagnes.

Les vents polaires soufflent en permanence.

Le Denali est un sommet difficile à escalader.

Découverte du Denali.

Le 6 mai 1794, le navigateur britannique Georges Vancouver qui explorait le golfe de Cook en Alaska observe le Denali et le mont Foraker (5 304 mètres d’altitude) – un autre sommet important de la chaîne d’Alaska).

Georges Vancouver est le premier européen à avoir observé le Denali.

Première ascension du Denali.

Le 7 juin 1913, l’expédition codirigée par le prêtre et alpiniste anglais Hudson Stuck et par le guide Harry Karstens réussit la première ascension du Denali et atteint son sommet.

Le premier membre de l’expédition à atteindre le sommet du Denali est l’améridien Walter Harper.

L’Aconcagua.

Hauteur.

L’Aconcagua– surnommé le « colosse de l’Amérique » – est le plus haut sommet de l’Amérique du Sud – et de l’Amérique – et culmine à 6 962 mètres d’altitude.

Pays.

L’Aconcagua est situé en Argentine, près de la frontière du Chili, au cœur de la Cordillère des Andes.

Particularité de l’Aconcagua.

Le climat est aride, la couverture neigeuse est faible et les glaciers sont peu étendus.

Première ascension de l’Aconcagua.

Le 14 janvier 1897, le guide de haute montagne suisse Matthias Zurbriggen réussit seul la première ascension de l’Aconcagua.

Le Massif Vinson.

Hauteur.

Le Massif Vinson– appelé également Mont Vinson – est le plus haut sommet de l’Antarctique et culmine à 4 892 mètres d’altitude.

Pays.

Le Mont Vinson est situé dans l’Antarctique, à environ 1200 km du pôle sud géographique, dans le massif Sentinel de la chaîne Ellsworth – la plus haute chaîne de montagne de l’Antarctique.

Bien que l’Antarctique n’appartienne à aucun pays conformément au traité sur l’Antarctique du 1er décembre 1959 qui gèle les revendications territoriales, le Massif Vinson est inclus dans le Territoire chilien de l’Antarctique, revendiqué par le gouvernement chilien et fait partie du Chili.

Particularité du Massif Vinson.

Le climat est polaire est sec et les températures négatives. Le Massif Vinson est couvert de neige et de glace.

Les températures peuvent atteindre -35 °C lors de l’été austral et -70°C lors de l’hiver austral.

Le blizzard y est fréquent.

Découverte du Massif Vinson.

Le 12 janvier 1958, le glaciologue et géophysicien américain Charles Bentley découvre le Massif Vinson lors d’un survol de reconnaissance en avion.

Première ascension du Massif Vinson.

Le 18 décembre 1966, l’alpiniste américain Nicholas B. Clinch, accompagné de 3 autres alpinistes du club alpin américain réussissent la première ascension du Massif Vinson.

L’Everest.

Hauteur.

L’Everest– appelé également Mont Everest – est le plus haut sommet de l’Asie et culmine à 8 848 mètres d’altitude.

L’Everest est le plus haut sommet du monde au dessus du niveau de la mer.

Pays.

L’Everest est situé à la frontière entre le Népal et la Chine (dans la région autonome du Tibet), dans la chaîne de l’Himalaya. L’Everest est la plus haute frontière entre deux pays.

Le Mont Everest, la chaîne de l’Himalaya et les territoires du Tibet, du Bhoutan, de l’Inde du Nord et du Népal sont désignés comme le « toit du monde ».

Particularité de l’Everest.

Les températures sont très froides au sommet de l’Everest. La température moyenne est de -36°C en janvier – le mois le plus froid – et de -19°C en juillet – le mois le plus chaud.

L’Everest est surnommé le Troisième Pôle.

Les vents peuvent être très violents, en particulier de juin à septembre avec la mousson et de novembre à mars lorsque les courant-jets redescendent depuis le nord.

Découverte de l’Everest.

En 1847, l’arpenteur général britannique Andrew Scott Waugh et son équipe aperçoivent pour la première fois l’Everest.

En 1852, le mathématicien et géomètre indien Radhanath Sikdar est le premier à découvrir que l’Everest est le point culminant de l’Himalaya à partir de calculs trigonométriques.

Première ascension de l’Everest.

Le 29 mai 1953, L’alpiniste et explorateur néo-zélandais Edmund Hillary et le sherpa népalais d’origine tibétaine Tensing Norgay réussissent la première ascension de l’Everest au cours de l’expédition britannique dirigée par le général de brigade John Hunt.

L’Elbrouz.

Hauteur.

L’Elbrouz– appelé également Elbrous – est le plus haut sommet de l’Europe et culmine à 5 642 mètres d’altitude.

Pays.

L’Elbrouz est situé en Russie, dans la chaîne du Grand Caucase, près de la frontière avec la Géorgie.

Particularité de l’Elbrouz.

L’Elbrouz est un volcan endormi ayant connu des éruptions jusqu’au début de notre ère. Son cratère est recouvert de neige et de glace.

Première ascension de l’Elbrouz.

Le 14 juillet 1874, les guides Akhia Sottaiev et Peter Knubel et les alpinistes anglais Horace Walker et Frederick Gardiner réussissent la première ascension du point culminant de l’Elbrouz.

Le Puncak Jaya.

Hauteur.

Le Puncak Jaya– appelé également pyramide Carstensz – est le plus haut sommet de l’Océanie et culmine à 4 884 mètres d’altitude.

Pays.

Le Puncak Jaya est situé en Indonésie sur l’île de la Nouvelle-Guinée, dans la province de Papouasie, au cœur de la chaîne de Surdiman, dans la partie occidentale des monts Maoke.

Particularité du Puncak Jaya.

Le Puncak Jaya fait partie des rares endroits proches de l’équateur possédant des glaciers.

Le climat est de type équatorial avec une faible variation des températures au cours de l’année et une forte pluviométrie. Le maximum des précipitations se produit entre fin décembre et fin mars.

Les températures varient en moyenne de -3ºC à 15ºC avec des éclaircies le matin, des averses de pluie l’après-midi et de la neige le soir.

Découverte du Puncak Jaya.

Le 16 février 1623, le navigateur et explorateur hollandais Jan Carstenszoon est le premier européen à découvrir le Puncak Jaya et à le décrire, au cours de l’expédition qu’il dirige en Nouvelle-Guinée.

Le Puncak Jaya est aussi appelé Pyramide de Carstensz en l’honneur de l’explorateur Jan Carstenszoon.

Première ascension du Puncak Jaya.

Le 13 février 1962, l’alpiniste autrichien Heinrich Harrer, le guide néo-zélandais Philip Temple, l’alpiniste australien Russell Kippax et l’officier de patrouille néerlandais Albert Huizenga réussissent la première ascension du Puncak Jaya.

Mémoriser la liste des points culminants du monde.

Nous avons vu dans l’article Comment Mémoriser les Montagnes de France facilement plusieurs techniques de mémorisation pour mémoriser les sommets des montagnes.

Nous allons reprendre ces techniques pour mémoriser les points culminants du monde.

Aconcagua, Denali, Elbrouz, Everest, Kilimandjaro, Puncak Jaya, Vinson sont les 7 sommets dans l’ordre alphabétiques des 7 continents.

Comment mémoriser la liste des sept sommets ?

La phrase mnémotechnique.

Avec ce moyen mnémotechnique, Il s’agit de créer un phrase mnémotechnique en utilisant des mots commençant par la première lettre du nom de chaque sommet.

Par exemple, nous pouvons créer la phrase mnémotechnique suivante pour retenir la liste des sommets des sept continents :

  • Aconcagua.
  • Denali.
  • Elbrouz.
  • Everest.
  • Kilimandjaro.
  • Puncak Jaya.
  • Vinson.

« Accompagne deux enfants en kayak pour voir le sommet de la montagne. »

  • Accompagne commence par la lettre A comme Aconcagua.
  • Deux commence par la lettre D comme Denali.
  • Enfants commence par la lettre E comme Elbrouz.
  • En commence la lettre E comme Everest.
  • Kayak commence par la lettre K comme Kilimandjaro.
  • Pour commence la lettre P comme Puncak Jaya.
  • Voir commence par la lettre V comme Vinson.

Les mots « le sommet de la montagne » vont être notre crochet mémoire, notre repère mémoriel pour nous rappeler que la phrase mnémotechnique permet de retenir la liste des 7 sommets.

Acronyme.

Pour mémoriser les 7 sommets les plus hauts des continents du monde, nous pouvons utiliser, comme moyen mnémotechnique les acronymes.

La méthode des acronymes consiste à créer un mot à partir de la première lettre de chaque élément de la liste à retenir.

Pour retenir les sommets des 7 montagnes, vous pouvez utiliser l’acronyme suivant :

« ADEEK PV ».

Pour mémoriser plus facilement, nous pouvons remplacer le mot ADDEK par ADIK qui veut dire frère ou sœur, fratrie en indonésien. L’Indonésie étant le pays où se trouve le Puncak Jaya, nous avons une accroche mémorielle.

Pour mémoriser facilement les 7 sommets, nous pouvons imaginer une histoire toute simple : « Nous voyons un indonésien qui apporte un PV à son frère ou à sa sœur en haut du sommet d’une montagne – le Punka Jaya par exemple – et qui lui dit :

« Adik, PV ».

Le système des liaisons (Link Method).

Nous avons une illustration très concrète de cette méthode dans notre article Comment mémoriser rapidement et facilement une liste de courses.

La technique de mémorisation du système des liaisons consiste à imaginer une histoire en reliant dans l’ordre chacun des 7 sommets les plus hauts de chaque continent.

Le système des liaisons fait appel à la mémoire visuelle.

Les noms sont parfois difficiles à retenir. Pour les retenir plus facilement, nous allons trouver une image mentale facile à mémoriser pour représenter le nom de chaque sommet.

Pour rendre les sommets concrets dans notre cerveau, nous feront correspondre leur nom à un mot ayant la même consonance et facile à nous représenter mentalement.

Nous utiliserons comme crochet mémoire le mot montagne, puisque nous devons mémoriser les points culminants. Nous allons créer une image mentale qui relie le crochet mémoriel au premier sommet. Puis une image qui relie le premier sommet au second et ainsi de suite jusqu’au suivant.

  • Aconcagua : anaconda.
  • Denali: dine (au lit).
  • Elbrouz : elle bronze.
  • Everest : Averell (Dalton).
  • Kilimandjaro : Jean-Claude Killy.
  • Puncak Jaya : punk (joyeux).
  • Vinson : buisson.

Nous allons, par exemple, commencer notre histoire en haut de la montagne, qui est notre crochet mémoire.

« Au sommet de la montagne, c’est le soir. Un anaconda dine au lit. La nuit passe, puis le jour se lève.  Il ouvre les volets et aperçoit une personne étendue dans l’herbe. Elle bronze. Elle entend un bruit, sursaute. Elle aperçoit Averell, le plus grand des frères Dalton, qui court en tenue de bagnard, poursuivi par Jean-Claude Killy. A ce moment, une bande de punks joyeux sortent d’un buisson. Ils sont sept, le même nombre que les 7 sommets du monde. »

Comment mémoriser les 7 sommets, le continent et l’altitude.

Nous allons mémoriser les sept continents, leur point culminant en France et leur altitude.

  • Afrique : Kilimandjaro, 5 892 mètres.
  • Amérique du Nord : Denali, 6 190 mètres.
  • Amérique du Sud : Aconcagua, 6 962 mètres.
  • Antarctique : Massif Vinson, 4 892 mètres.
  • Asie : Everest, 8 848 mètres.
  • Europe : Elbrouz, 5 642 mètres.
  • Océanie : Puncak Jaya, 4 884 mètres.

Pour retenir les noms des continents, nous allons utiliser les mnémoniques suivants :

  • Mnémonique pour l’Afrique : brique.
  • Mnémonique pour l’Amérique du Nord : anneau – A pour Amérique et Neau pour Nord.
  • Mnémonique pour l’Amérique du Sud : massueM de Amérique et Su pour Sud.
  • Mnémonique pour Antarctique : tarte.
  • Mnémonique pour Asie : assis.
  • Mnémonique pour Europe : Euro.
  • Mnémonique pour Océanie : océan.

Pour retenir les sommets les plus hauts de chaque continent, nous allons associer chaque point culminant à l’image que nous avions prise avec la technique du système des liaisons (link method).

  • Aconcagua : anaconda.
  • Denali: dine (au lit).
  • Elbrouz : elle bronze.
  • Everest : Averell (Dalton).
  • Kilimandjaro : Jean-Claude Killy.
  • Puncak Jaya : punk (joyeux).
  • Vinson : buisson.

Pour retenir l’altitude de chaque sommet, nous allons utiliser comme moyen mnémotechnique le système des articulations chiffrées.

Le système des articulations chiffrées est une technique de mémorisation qui consiste à associer un chiffre à un son pour faciliter sa mémorisation.

Chaque chiffre de zéro à neuf, correspond une consonne ou un son.

Le code associé à chaque chiffre est le suivant :

  • 0 : c (ce), s (se), z (ze), t (tion), x (ex : dix).
  • 1 : t, d.
  • 2 : n, ne, gne.
  • 3 : m, me.
  • 4 : r, re.
  • 5 : l, lle.
  • 6 : g (ge), j (je), ch (che), sh (sche).
  • 7 :  g (gue, ga), k (ke, ka), q (que), cue (cas).
  • 8 : f (fe), v(ve), ph (phe).
  • 9 : b, p.

Pour associer l’altitude à une image mentale vous pouvez utiliser la table de rappel du grand système que nous avons apprise dans l’article comment mémoriser facilement les chiffres ou les nombres.

Le Kilimandjaro a une altitude de 5 892 mètres.

Nous allons utiliser la table de rappel du grand système pour retenir l’altitude du Kilimandjaro.

Nous décomposons 5 892 en deux chiffres : 58 et 92.

Le nombre 58 correspond au code mnémonique louve.

Le nombre 92 correspond au code mnémonique bonnet.

Pour retenir le nombre 5 892 nous le relierons mentalement à une louve et à un bonnet.

Pour mémoriser les sept sommets les plus hauts des continents et leur altitude, nous avons les associations mentales suivantes :

  • Afrique : Kilimandjaro, 5 892 mètres.
    • Brique, Jean-Claude Killy, louve et bonnet.
  • Amérique du Nord : Denali, 6 190 mètres.
    • Anneau, dine (au lit), château et poisson.
  • Amérique du Sud : Aconcagua, 6 962 mètres.
    • Massue, anaconda, chapeau et chaîne.
  • Antarctique : Massif Vinson, 4 892 mètres.
    • Tarte, buisson, ravin et bonnet.
  • Asie : Everest, 8 848 mètres.
    • Assis, Averell, fève, ravin.
  • Europe : Elbrouz, 5 642 mètres.
    • Euro, elle bronze, luge, reine.
  • Océanie : Puncak Jaya, 4 884 mètres.
    • Océan, punk joyeux, ravin, forêt.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Mémoriser les 7 Sommets les plus hauts du Monde facilement

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.