Cinquième République (de 1958 à nos jours) : Résumé, Dates, Causes, Institutions

Depuis la date du 4 octobre 1958, la Cinquième République – Ve République – est le régime politique républicain de la France.

Vous cherchez un court résumé de la Cinquième République, de sa création en 1958 à nos jours ? Vous voulez en connaitre les causes, les dates clés, ses institutions ?

Vous voulez apprendre et retenir les dates clés de la cinquième république, de sa création à nos jours ?

Lisez cet article du blog éducatif Apprendre 5 minutes pour apprendre comment mémoriser les grandes dates de la cinquième république française et retenir l’essentiel de cette période.

5 minutes par jour, pendant quelques jours, vous suffirons pour vous en souvenir.

Nous avons sélectionné des méthodes particulièrement efficaces pour vous aider à vous souvenir des dates des principaux événements de l’Histoire de la Cinquième République.

Sommaire

  • Origines et causes.
  • Bref résumé de la Cinquième République.
    • Les institutions de la Cinquième République.
    • Les événements marquants de la Cinquième République.
  • Les dates clés de la cinquième république.
  • Comment mémoriser les dates clés de la cinquième république.
  • A découvrir aussi.

Origines et causes.

Née en 1958, la Cinquième République est le régime politique républicain actuellement en vigueur en France.

Elle succède à la Quatrième République, marquée par l’instabilité gouvernementale et les problèmes de colonisation.

En pleine guerre d’Algérie, après la tentative de coup d’État du 13 mai 1958 à Alger d’une partie de l’armée qui voulait imposer  le maintien de l’Algérie Française au sein de la république, le président de la république René Coty fait appel au Général de Gaulle et le nomme président du Conseil le 01 juin 1958 pour préparer une nouvelle constitution.

La guerre d’Algérie et la décolonisation.

Après la deuxième guerre mondiale, plusieurs colonies veulent leur indépendance.

En 1954, la France perd la guerre d’Indochine après 8 ans de conflit.

C’est le début de la décolonisation.

En 1956, le Maroc et la Tunisie deviennent indépendantes.

En Algérie, les liens avec la France sont plus forts, avec une communauté française importante. La guerre éclate en 1954 et entraine la Quatrième République dans la crise institutionnelle.

L’instabilité gouvernementale.

La Quatrième République est un régime parlementaire. Le président de la république a peu de pouvoir.

Le scrutin proportionnel aux élections législatives multiplie les partis politiques et fragilise toute majorité dans l’assemblée. Les partis tentent de s’allier pour gouverner.

Un grand nombre de gouvernements vont se succéder.

La faiblesse du pouvoir exécutif va l’empêcher de résoudre les crises liées à la décolonisation et entrainer une crise de régime lors de la guerre d’Algérie.

Le retour au pouvoir du Général de Gaulle.

La France a besoin d’une autorité morale pour restaurer le pouvoir de l’État.

Nommé président du Conseil, le Général de Gaulle, qui apparait comme le seul capable de rétablir l’ordre,  revient au pouvoir pour former un nouveau gouvernement.

Il constitue un gouvernement d’union nationale, obtient le pouvoir de gouverner par ordonnance – il n’a pas besoin de l’autorisation de l’assemblée – pour régler le conflit algérien et de préparer une nouvelle constitution.

Bref résumé de la cinquième République.

Les institutions de la Cinquième République.

La Cinquième République est le régime politique actuel.

Nommé Président du Conseil le 1er juin 1958, suite à la tentative de coup d’État du 13 mai 1958, le général de Gaulle prépare une nouvelle constitution.

Elle a pour objectif de mettre un terme à l’instabilité gouvernementale et au risque de coup d’État militaire.

Adoptée par référendum le 28 septembre 1958, la Constitution française est promulguée le 4 octobre 1958 et la Cinquième République proclamée.

La Cinquième République est un régime semi-présidentiel.

Il renforce le pouvoir du président de la république, élu au suffrage universel direct instaurée par référendum le 28 octobre 1962 et par l’alignement à cinq ans de la durée du mandat présidentiel sur celui de l’Assemblée nationale depuis l’élection du 5 mai 2002.

Le Président de la République nomme le premier ministre (chef du gouvernement), peut dissoudre l’Assemblée Nationale et dispose d’un domaine réservé sur la politique étrangère.

Le Parlement est constitué de l’Assemblée Nationale et du Sénat. Il débat, amende et vote les lois, dont certaines peuvent être à son initiative.

L’Assemblée Nationale peut renverser le gouvernement en votant une motion de censure. Toutefois le président de la république peut refuser la démission du gouvernement et dissoudre l’Assemblée Nationale.

Les députés de l’Assemblée Nationale sont élus pour cinq ans au suffrage universel direct, lors d’un scrutin majoritaire à deux tours.

Les sénateurs sont élus pour six ans au suffrage indirect par les Grands Électeurs (députés, conseillers généraux, conseillers régionaux, délégués des conseils municipaux). Le Sénat est renouvelé pour moitié tous les trois ans.

Le Conseil constitutionnel assure contrôle de conformité de la loi à la Constitution et veille à la régularité des élections nationales et référendums.

Actuellement en vigueur, la constitution de la cinquième république a permis jusqu’à aujourd’hui de :

  • Surmonter les crises politiques et sociales.
  • L’alternance politique.
  • La cohabitation entre un président de la république et un premier ministre appartenant à des partis politiques opposés.

Après la Troisième République, c’est le régime républicain français ayant connu la plus grande longévité.

Les événements marquants de la Cinquième République.

Les premières années de la Ve République sont marquées par la fin de la Guerre d’Algérie en 1962 et l’indépendance des Colonies Françaises en Afrique, entre 1958 et 1960.

La révolte étudiante et la contestation politique, sociale et culturelle de mai-juin 1968.

L’élection de François Mitterrand à la Présidence de la République le 10 mai 1981, mettant fin à 23 années de pouvoir de la Droite et permettant l’alternance politique au bénéfice de la Gauche.

La construction européenne se poursuit –  depuis le Traité de Rome du 25 mars 1957 qui créait la Communauté économique européenne – avec notamment la création de l’Union Européenne le 1er novembre 1993, suite à la signature du Traité de Maastricht le 7 février 1992.

Après une première vague d’attentats en 1995 et la proclamation du « califat » de l’État islamique, le 29 juin 2014, la France est touché par une série d’attentats islamistes (attentats contre Charlie Hebdo le 7 janvier 2015, etc).

Les dates clés de la Cinquième République.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Les Grandes Dates de la Cinquième République.
Les Grandes Dates de la Cinquième République.

13 mai 1958 : coup d’État du 13 mai, appelé également Putsch d’Alger. En pleine guerre d’Algérie, la rébellion avait pour but de conserver l’Algérie dans la France. Le Coup d’État du 13 mai 1958 à Alger entrainera le retour du général de Gaulle et la fin de la IVe République.

28 septembre 1958 : Naissance de la Cinquième République. La Constitution de la Ve République est approuvée par référendum avec 82,6% de oui. Elle sera promulguée le 4 octobre 1958 et la Ve République proclamée le lendemain.

21 décembre 1958 : Charles de Gaulle est élu président de la République par un collège de plus de 80 000 grands électeurs. Il prend ses fonctions de président de la République le

1er janvier 1960 : Entrée en vigueur du nouveau franc, appelé également « franc lourd ». Tous les prix sont divisés par 100. 1 Nouveau Franc correspond à 100 anciens francs.

13 février 1960 : Première bombe atomique française.

18 mars 1962 : Signature des accords d’Évian mettant fin à la guerre d’Algérie et reconnaissant l’indépendance de l’Algérie. Ils seront suivi le 1er juillet 1962 par le référendum d’autodétermination de l’Algérie. L’Algérie devient indépendante le 5 juillet 1962.

28 octobre 1962 : Approbation par référendum de l’élection du président de la République au suffrage universel direct.

19 décembre 1965 : Le général de Gaulle est réélu président de la République.

7 mars 1966 : La France quitte l’OTAN, l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord. Le général de Gaulle veut garder son indépendance en matière de politique étrangère et doter la France d’une politique de défense indépendante.

24 juillet 1967 : « Vive le Québec libre ». Le président de la République  Charles de Gaulle, en visite officielle au Québec, déclare à la fin de son discours à Montréal « Vive Montréal ! Vive le Québec! Vive le Québec libre! Vive le Canada français! Vive la France! ». Ce discours déclenche une grave crise politique entre la France et le Canada car il rappelle la citation du général de Gaulle « Vive la France libre dans l’honneur et dans l’indépendance ! » qui terminait l’appel du 22 juin 1940 à la Résistance à l’occupation allemande et au régime de Vichy.

13 mai 1968 : Grande manifestation contre Charles de Gaulle lors des événements de « mai 1968« . Le mouvement étudiant s’amplifie; les syndicats ouvriers déclenchent la plus grande grève générale du XXe siècle et manifestent avec les étudiants. Les manifestants dénoncent la société de consommation et le chômage associé au système capitaliste.

28 avril 1969 : Le président de la République Charles de Gaulle démissionne après l’échec de du référendum sur la régionalisation et la réforme du Sénat.

15 juin 1969 : Georges Pompidou est élu président de la République.

19 octobre 1973 : Premier choc pétrolier, suite à la demande très forte des pays industriels et au déclenchement de la Guerre du Kippour (guerre israélo-arabe) le 6 octobre 1973. Le 19 octobre 1973, l’OPEP (Organisation des pays exportateurs de pétrole) augmente de 70% le prix du baril de brut.

19 mai 1974 : Valéry Giscard d’Estaing (UDF) est élu président de la République.

5 juillet 1974 : L’âge légal de la majorité civile passe de 21 à 18 ans. La loi n° 74-631 du 5 juillet 1974 fixe à dix-huit ans l’âge de la majorité. Depuis les événements de mai 68, l’âge légal était considéré comme trop tardif.

19 décembre 1974 : Adoption de la loi Veil qui autorise l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

27 mars 1979 : Début du deuxième choc pétrolier suite à la révolution iranienne et au contexte géopolitique tendu dans la région vont entrainer une baisse de la production mondiale de pétrole et conduire l’Organisation des Pays Exportateurs de Pétrole (OPEP) a augmenter les prix du brut.

10 mai 1981 : François Mitterrand (Parti socialiste) est élu président de la République. C’est la première fois qu’un président de gauche accède au pouvoir sous la Cinquième République. Valéry Giscard d’Estaing, ancien président de la République est battu au second tour des élections présidentielles.

18 septembre 1981 : Abolition de la peine de mort par l’Assemblée nationale. Le projet est défendue par le garde des sceaux, ministre de la Justice, Robert Badinter, au nom du Gouvernement.

13 janvier 1982 : Instauration de la semaine de 39 heures de travail et une cinquième semaine de congés payés.

26 mars 1982 : Abaissement de l’âge de la retraite à 60 ans.

19 mars 1986 : Première cohabitation. La droite remporte les élections législatives. Jacques Chirac (RPR) est nommé Premier ministre. C’est la première cohabitation en France sous la cinquième république.

8 mai 1988 : François Mitterrand est réélu président de la République.

6 novembre 1988 : Référendum sur l’autodétermination en Nouvelle-Calédonie. Il fait suite aux tensions des années 80 et à l’assaut sanglant de la grotte d’Ouvéa, le 5 mai 1988 lors de la prise d’otages de gendarmes par des kanaks indépendantistes du FLNKS. Le 5 mai 1998, 10 ans après le drame d’Ouvéa, la signature de l’accord de Nouméa, instaure en Nouvelle-Calédonie un processus de décolonisation sur vingt ans. La date du référendum sur l’indépendance de la Nouvelle-Calédonie est fixée au 4 novembre 2018.

1er Janvier 1989 : Création du RMI (revenu minimal d’insertion) par la loi 88-1088.

20 septembre 1992 : Référendum français sur le Traité de Maastricht. Il autorise le président de la République à ratifier le traité sur l’Union Européenne.

28 mars 1993 : Deuxième cohabitation. La droite remporte la majorité aux élections législatives. Édouard Balladur (RPR) au poste de Premier ministre. C’est la deuxième cohabitation en France sous la Ve République.

1er novembre 1993 : Création de l’Union Européenne suite à la signature le 7 février 1992 du Traité de Maastricht.

7 mai 1995 : Jacques Chirac (RPR) est élu président de la République.

21 avril 1997 : Le président Jacques Chirac décide de dissoudre l’Assemblée nationale. La majorité parlementaire bien que très importante est divisée. Le président de la République souhaite une majorité forte et parlant d’une seule voix pour défendre les intérêts de la France. Les élections législatives ont lieu les 25 mai et 1er juin et donnent la majorité à la gauche. La troisième cohabitation en France sous la Ve République s’installe pour cinq ans avec la nomination de Lionel Jospin (PS) au poste de Premier ministre.

13 octobre 1999 : L’Assemblée nationale adopte la loi no 99-944 sur le Pacs (pacte civil de solidarité). La loi sur le Pacs est promulguée le 15 novembre 1999.

6 juin 2000 : Loi sur la parité. La loi n° 2000-493 tendant à favoriser l’égal accès des femmes et des hommes aux mandats électoraux et fonctions électives est votée le 6 juin 2000. Les partis politiques doivent présenter un nombre égal d’hommes et de femmes aux élections régionales, municipales, sénatoriales et européennes.

24 septembre 2000 : Référendum sur le quinquennat présidentiel. La durée du mandat présidentiel passe de sept à cinq ans.

7 octobre 2001 : Début de la Guerre d’Afghanistan. En représailles aux attentats du 11 septembre 2001 aux États-Unis,  perpétrés par l’organisation terroriste islamiste Al-Qaïda, les forces américaines et britanniques commencent l’opération « liberté immuable », contre le régime des Talibans en Afghanistan. Le 21 novembre 2001, La France envoie le porte-avions Charles de Gaulle pour soutenir les opérations de l’OTAN en Afghanistan.

1er janvier 2002 : Entrée en vigueur de l’Euro. L’Euro devient la monnaie unique de la France. Elle est la monnaie commune à de dix-neuf pays membres de l’Union européenne qui forment la zone euro. Un euro vaut 6,559 57 francs.

1er janvier 2002 : Suppression effective du service national – service militaire. Le décret du 27 juin 2001 n° 2001-550 relatif à la libération anticipée des appelés du service militaire est signé met fin à la conscription. Le service national est suspendu le 01 janvier 2002 et remplacé par un « parcours citoyen ».

5 mai 2002 : Jacques Chirac est réélu président de la République.

18 mars 2003 : L’outrage au drapeau national ou à l’hymne national est considéré comme un délit.

29 mai 2005 : Référendum français sur le traité établissant une constitution pour l’Europe. Le « non » l’emporte.

6 mai 2007 : Nicolas Sarkozy (UMP) est élu président de la République.

4 décembre 2008 : plan de relance économique de la France. Lors du discours de Douai, le président de la République Nicolas Sarkozy annonce un plan de relance de l’économie de 26 milliards d’euros pour faire face à la crise économique mondiale, liée à la crise bancaire et financière de l’automne 2008, suite à la crise des subprimes (prêts hypothécaires à risques) de l’été 2007. Le plan de relance donne la priorité à l’investissement.

6 mai 2012 : François Hollande (PS) est élu président de la République.

17 mai 2013 : Mariage pour tous. La loi n° 2013-404 du 17 mai 2013 ouvrant le mariage aux couples de personnes de même sexe est promulguée. La France autorise le mariage homosexuel.

7 janvier 2015 : Attentat contre le journal satirique Charlie Hebdo. C’est le début d’une série d’attentats islamistes.

14 mai 2017 : Emmanuel Macron est élu président de la République. Élu à l’âge de 39 ans, Emmanuel Macron devient le plus jeune président de la République française.

17 novembre 2018 : Début des manifestations de masse du Mouvement des Gilets Jaunes contre la hausse des prix du carburants et la baisse du pouvoir d’achat.

Comment mémoriser les dates clés de la cinquième république.

La Cinquième République est le régime politique actuellement en vigueur en France.

Retenir les dates clés de la Ve République est un moyen efficace de situer les principaux événements de la période actuelle de l’Histoire de France.

Nous avons vu dans l’article comment mémoriser facilement les dates de l’histoire plusieurs techniques de mémorisation efficaces pour retenir les dates sur le long terme.

Nous allons en montrer une application pratique avec les dates clés de la Cinquième République.

Technique de mémorisation.

Nous allons apprendre les dates de la Cinquième République à l’aide de la table de rappel du grand système que nous avons appris dans l’article comment mémoriser facilement les chiffres ou les nombres.

Pour retenir plus facilement les événements à mémoriser, nous allons classer les dates par année, mois et jour.

Nous classerons les mois de 1 à 12 et les jours de 01 à 31.

Nous allons rattacher l’année, le mois, le jour, l’évènement à un objet ou un personnage et former une image mentale et créer une histoire.

Le cerveau adore les histoires. Il fonctionne par association. Associer, c’est créer des liens entre des objets, des personnages, des émotions, etc. Plus les liens seront forts et plus il sera facile de se souvenir.

C’est cette histoire que nous venons de créer que nous allons apprendre. Nous allons retenir ainsi facilement et à long terme la date et l’événement.

Comme il n’y a pas d’ambiguïté dans les dates à retenir, nous n’utiliserons que la table de rappel du grand système pour associer l’année, le mois et le jour à des images.

Exemple de mémorisation des dates de la Cinquième République.

13 mai 1958 : Putsch d’Alger.

La table de rappel du grand système associe le nombre 19 à une taupe et le nombre 58 à une louve. Nous allons donc associer l’année 1958 à une taupe (19) et à une louve (58).

Le mois de mai est le cinquième mois de l’année. Le lion est le code associé au chiffre 5.

Nous allons associer le jour – 13 – à un diamant.

Pour l’évènement, nous associerons le Putsch d’Alger à un punch; le mot punch ayant une consonance proche du mot Putsch.

Il nous reste à créer une petite histoire en prenant les images dans l’ordre, c’est à dire :

13 mai 1958 : taupe, louve, lion, diamant, punch.

Par exemple, « une taupe saute sur le dos d’une louve puis sur celui d’un lion et essaie de récupérer le diamant qui était tombé dans un verre de punch. »

Si voulez associer l’année 1958 à un seul mot, vous pouvez utiliser comme mnémonique le chanteur Topaloff, en s’appuyant sur la méthode des articulations chiffrées – la table de rappel ou grand système est une extension de la méthode des articulations chiffrées.

  • T correspond au chiffre 1.
  • P correspond au chiffre 9.
  • L correspond au chiffre 5.
  • F correspond au chiffre 8.

Il nous reste à créer une petite histoire en prenant les images dans l’ordre, c’est à dire :

13 mai 1958 : Topaloff, lion, diamant, punch.

Par exemple, « Le chanteur Topaloff chevauche un lion et tient dans sa main un verre de punch dans lequel se trouve un diamant. »

Imaginez l’histoire qui vous passe par la tête. Plus elle vous marquera et plus elle sera facile à se souvenir.

Procédez de même pour les autres dates clés de la Cinquième République.

Table de mémorisation des dates de la Cinquième République.

Pour chaque date à retenir, construisez une histoire facile à retenir pour vous en utilisant la technique que nous venons de voir.

A titre d’exemple, vous pouvez utiliser les associations suivantes :

13 mai 1958 : Putsch d’Alger.

13 mai 1958 : taupe, louve, lion, diamant, punch.

28 septembre 1958 : Naissance de la Cinquième République.

28 septembre 1958 : taupe, louve, pied, nef, bébé.

21 décembre 1958 : Charles de Gaulle est élu président de la République.

21 décembre 1958 : taupe, louve, tonneau, natte, gaulois.

1er janvier 1960 : Entrée en vigueur du nouveau franc.

01 janvier 1960 : taupe, chaise, toit, assiette, franc (Clovis, roi des Francs, pièce de 1 franc, etc.).

13 février 1960 : Première bombe atomique française.

13 février 1960 : taupe, chaise, noix, diamant, champignon nucléaire.

18 mars 1962 : Signature des accords d’Évian.

18 mars 1962 : taupe, chaîne, mât, dauphin, bouteille d’Évian.

28 octobre 1962 : Référendum de l’élection du président de la République au suffrage universel direct.

28 octobre 1962 : taupe, chaîne, tasse, nef, urne électorale et grand collier de la légion d’honneur (un des symboles du président de la République).

19 décembre 1965 : Le général de Gaulle est réélu président de la République.

19 décembre 1965 : taupe, chalet, tonneau, tapis, gaulois et grand collier de la légion d’honneur.

7 mars 1966 : La France quitte l’OTAN.

07 mars 1966 : taupe, juge, mât, sac, rose des vents (symbole de l’OTAN).

24 juillet 1967 : « Vive le Québec libre ».

24 juillet 1967 : taupe, chèque, quille, noir, harfang des neiges (hibou blanc; oiseau emblématique du Québec).

13 mai 1968 : Grande manifestation contre Charles de Gaulle.

13 mai 1968 : taupe, cheveu, lion, diamant, manifestation.

28 avril 1969 : Le président de la République Charles de Gaulle démissionne.

28 avril 1969 : taupe, chapeau, roi, nef, gaulois enlevant le grand collier de la légion d’honneur.

15 juin 1969 : Georges Pompidou est élu président de la République.

15 juin 1969 : taupe, chapeau, chat, étoile, pompe et grand collier de la légion d’honneur.

19 Octobre 1973 : Premier choc pétrolier.

19 octobre 1973 : taupe, camion, tasse, tapis, puits de pétrole.

19 mai 1974 : Valéry Giscard d’Estaing est élu président de la République.

19 mai 1974 : taupe, car, lion, tapis, cigare et grand collier de la légion d’honneur.

5 juillet 1974 : L’âge légal de la majorité civile passe à 18 ans.

05 juillet 1974 : taupe, car, chat, salon, dauphin qui vote.

19 décembre 1974 : Adoption de la loi Veil qui autorise l’interruption volontaire de grossesse (IVG).

19 décembre 1974 : taupe, car, tonneau, tapis, tatouage IVG.

27 mars 1979 : Deuxième choc pétrolier.

27 mars 1979 : taupe, cape, mât, nuque, 2 puits de pétrole.

10 mai 1981 : François Mitterrand est élu président de la République.

10 mai 1981 : taupe, fête, lion, tasse, miroir (commence par MI; premières lettres du nom Mitterrand).

18 septembre 1981 : Abolition de la peine de mort.

18 septembre 1981 : taupe, fête, pied, dauphin, potence.

13 janvier 1982 : Instauration de la semaine de 39 heures de travail et une cinquième semaine de congés payés.

13 janvier 1982 : taupe, vigne, toit, diamant, tracteur (son proche du nombre trente-neuf) et sphinx (associé au chiffre 5 dans la table de rappel des chiffres-sons).

26 mars 1982 : Abaissement de l’âge de la retraite à 60 ans.

26 mars 1982 : taupe, vigne, mât, niche, personne âgée mangeant un croissant (son proche du nombre soixante).

19 mars 1986 : Première cohabitation.

19 mars 1986 : taupe, vache, mât, tapis, deux personnes dans une maison.

8 mai 1988 : François Mitterrand est réélu président de la République.

08 mai 1988 : taupe, fève, lion, savon, miroir et deux grands colliers de la légion d’honneur.

6 novembre 1988 : Référendum sur l’autodétermination en Nouvelle-Calédonie.

06 novembre 1988 : taupe, fève, tête, singe, urne électorale et une flèche faîtière (un des symboles de la Nouvelle-Calédonie).

1er Janvier 1989 : Création du RMI.

01 janvier 1989 : taupe, vapeur, toit, assiette, Rémy Julienne (cascadeur).

20 septembre 1992 : Référendum français sur le Traité de Maastricht.

20 septembre 1992 : taupe, bonnet, pied, noce, urne électorale et drapeau européen.

28 mars 1993 : Deuxième cohabitation.

28 mars 1993 : taupe, pomme, mât, nef, deux personnes dans une maison.

1er novembre 1993 : Création de l’Union Européenne.

01 novembre 1993 : taupe, pomme, tête, assiette, bébé et drapeau européen.

7 mai 1995 : Jacques Chirac est élu président de la République.

07 mai 1995 : taupe, pelle, lion, sac, Chiron (centaure dans la mythologie grecque).

21 avril 1997 : Dissolution de l’Assemblée nationale.

21 avril 1997 : taupe, bague, roi, natte, palais Bourbon – bâtiment qui abrite l’Assemblée nationale – en train de se dissoudre (dans un verre, par exemple).

13 octobre 1999 : Pacs.

13 octobre 1999 : taupe, papa, tasse, diamant, « mariés » au tribunal.

6 juin 2000 : Loi sur la parité.

06 juin 2000 : noce, ciseau, chat, singe, balance (à l’équilibre avec un homme et une femme).

24 septembre 2000 : Référendum sur le quinquennat présidentiel.

24 septembre 2000 : noce, ciseau, pied, noir, urne électorale et sphinx (associé au quinquennat, au chiffre 5 dans la table de rappel des chiffres-sons).

7 octobre 2001 : Début de la Guerre d’Afghanistan.

07 octobre 2001 : noce, assiette, tasse, sac, mosquée en feu (la mosquée est un des symboles du drapeau afghan).

1er janvier 2002 : Entrée en vigueur de l’Euro.

01 janvier 2002 : noce, cygne, toit, assiette, (pièce de 1) euro.

1er janvier 2002 : Suppression effective du service national.

01 janvier 2002 : noce, cygne, toit, assiette, (soldat qui rend son) paquetage militaire.

5 mai 2002 : Jacques Chirac est réélu président de la République.

05 mai 2002 : noce, cygne, lion, salon, Chiron (centaure) et deux grands colliers de la légion d’honneur.

18 mars 2003 : L’outrage au drapeau national ou à l’hymne national est considéré comme un délit.

18 mars 2003 : noce, sumo, mât, dauphin, drapeau français déchiré.

29 mai 2005 : Référendum français sur le traité établissant une constitution pour l’Europe.

29 mai 2005 : noce, salon, lion, nappe, urne électorale et livre (avec les douze étoiles du drapeau européen sur la couverture).

6 mai 2007 : Nicolas Sarkozy est élu président de la République.

06 mai 2007 : noce, sac, lion, singe, sac en osier.

Si vous voulez associer le nombre 07 à une autre image que le sac, vous pouvez par exemple associer 07 à une bouteille de whisky.

4 décembre 2008 : plan de relance de l’économie.

04 décembre 2008 : noce, savon, tonneau, cerf, fusée et pièce de un euro.

6 mai 2012 : François Hollande (PS) est élu président de la République.

06 mai 2012 : noce, tonneau, lion, singe, tulipe (un des symboles de la Hollande).

17 mai 2013 : Mariage pour tous.

17 mai 2013 : noce, diamant, lion, ticket, (bague de) mariage.

Si vous voulez associer le nombre 20 à une autre image que la noce, vous pouvez par exemple associer 20 à la ville de Nice.

7 janvier 2015 : Attentat contre le journal satirique Charlie Hebdo.

07 janvier 2015 : noce, étoile, toit, sac, tour Eiffel, noire, dans un cercle, noir (symbole de la solidarité autour des parisiens, après les attentats).

14 mai 2017 : Emmanuel Macron est élu président de la République.

14 mai 2017 : noce, ticket, lion, taureau, Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron est le président de la République actuellement en fonction en France.

Si vous avez besoin d’une image pour le symboliser, vous pouvez par exemple utiliser comme image

  • Macron (◌̄) : un macron est un diacritique, c’est-à-dire une barre horizontale placée en général au dessus d’une voyelle.
  • Maquereau : son proche du mot Macron.

A découvrir aussi.

Si cet article du blog éducatif  Apprendre 5 Minutes vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Cinquième République (de 1958 à nos jours) : Résumé, Dates, Causes, Institutions

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789

Vous voulez apprendre la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 ?

Vous cherchez le texte complet de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 ?

Vous voulez connaitre le contexte historique, les grandes principes, les droits qu’elle reconnait et son influence  en France et dans le monde ?

Lisez cet article d’ Apprendre 5 minutes pour apprendre l’essentiel sur la déclaration de 1789.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789 - Sommaire.
Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 – Sommaire.

Sommaire

  • Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789.
    • Contexte historique.
    • Qui a écrit la Déclaration de 1789 ?
    • Texte complet de la Déclaration de 1789.
  • Les grandes principes de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789.
  • Les droits reconnus par la Déclaration de 1789.
    • Les Droits de l’Homme.
    • Les Droits du Citoyen.
  • Influence de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789.
  • A découvrir aussi.

Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789.

Contexte historique.

La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, appelée également Déclaration de 1789 ou DDHC, a été adoptée pendant la Révolution française.

Le 5 mai 1789, la France connait une grave crise. Le roi de France Louis XVI convoque à Versailles les États généraux.

Le 17 juin 1789, les députés du Tiers État se proclament Assemblée nationale.

Le 20 juin 1789, réunis dans la salle du jeu de paume à Versailles, les députés prêtent serment de ne se séparer que lorsque la constitution du royaume sera établie.

Le 14 juillet 1789, le peuple de Paris prend la Bastille. La prison de la Bastille étant un symbole du pouvoir absolu du roi et de la privation de liberté.

Le 04 août 1789, l’Assemblée nationale abolit les privilèges et les droits féodaux, entrainant la fin de l’Ancien Régime. Tous les citoyens ont les mêmes droits.

L’Ancien Régime n’existe plus juridiquement. L’Assemblée nationale décide de rédiger une constitution.

La France sera organisé sur de nouveaux principes.

La déclaration de 1789 sera une charte sur les libertés.

Le 26 août 1789, l’Assemblée nationale constituante vote la Déclaration des droits de l’Homme et du Citoyen.

La Déclaration de 1789 affirme les droits et libertés de tout être humain et consacrent la disparition des inégalités de l’Ancien régime.

Elle pose les principes d’un nouvel ordre juridique, politique et social.

Si vous voulez apprendre l’essentiel sur la période de la Révolution française et mémoriser les grandes dates, lisez notre article Comment retenir les dates clés de la révolution française (1789-1799).

Qui a écrit la Déclaration de 1789 ?

La Déclaration de 1789 a été écrite collectivement par l’Assemblée constituante.

Elle va donner naissance à une monarchie constitutionnelle.

La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 est un texte de compromis, après de nombreuses discussions.

De nombreux projets ont alimentés les débats avant d’aboutir au texte final de la Déclaration de 1789.

Ses principaux contributeurs furent :

  • Le marquis de La Fayette (1757-1834).
  • Le comte de Mirabeau (1749-1791).
  • Jean-Joseph Mounier (1758-1806).
  • L’abbé Sieyès (1748-1836).

Texte complet de la Déclaration de 1789.

Vous trouverez ci-dessous le texte complet de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789.

La Déclaration de 1789 comprend un préambule et 17 articles.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen de 1789.
Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789.

Les Représentants du Peuple Français, constitués en Assemblée Nationale, considérant que l’ignorance, l’oubli ou le mépris des droits de l’Homme sont les seules causes des malheurs publics et de la corruption des Gouvernements, ont résolu d’exposer, dans une Déclaration solennelle, les droits naturels, inaliénables et sacrés de l’Homme, afin que cette Déclaration, constamment présente à tous les Membres du corps social, leur rappelle sans cesse leurs droits et leurs devoirs ; afin que les actes du pouvoir législatif, et ceux du pouvoir exécutif, pouvant être à chaque instant comparés avec le but de toute institution politique, en soient plus respectés ; afin que les réclamations des citoyens, fondées désormais sur des principes simples et incontestables, tournent toujours au maintien de la Constitution et au bonheur de tous.

En conséquence, l’Assemblée Nationale reconnaît et déclare, en présence et sous les auspices de l’Être suprême, les droits suivants de l’Homme et du Citoyen.

Art. 1er. Les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits. Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune.

Art. 2. Le but de toute association politique est la conservation des droits naturels et imprescriptibles de l’Homme. Ces droits sont la liberté, la propriété, la sûreté, et la résistance à l’oppression.

Art. 3. Le principe de toute Souveraineté réside essentiellement dans la Nation. Nul corps, nul individu ne peut exercer d’autorité qui n’en émane expressément.

Art. 4. La liberté consiste à pouvoir faire tout ce qui ne nuit pas à autrui : ainsi, l’exercice des droits naturels de chaque homme n’a de bornes que celles qui assurent aux autres Membres de la Société la jouissance de ces mêmes droits. Ces bornes ne peuvent être déterminées que par la Loi.

Art. 5.  La Loi n’a le droit de défendre que les actions nuisibles à la Société. Tout ce qui n’est pas défendu par la Loi ne peut être empêché, et nul ne peut être contraint à faire ce qu’elle n’ordonne pas.

Art. 6. La Loi est l’expression de la volonté générale. Tous les Citoyens ont droit de concourir personnellement, ou par leurs Représentants, à sa formation. Elle doit être la même pour tous, soit qu’elle protège, soit qu’elle punisse. Tous les Citoyens étant égaux à ses yeux sont également admissibles à toutes dignités, places et emplois publics, selon leur capacité, et sans autre distinction que celle de leurs vertus et de leurs talents.

Art. 7. Nul homme ne peut être accusé, arrêté ni détenu que dans les cas déterminés par la Loi, et selon les formes qu’elle a prescrites. Ceux qui sollicitent, expédient, exécutent ou font exécuter des ordres arbitraires, doivent être punis ; mais tout citoyen appelé ou saisi en vertu de la Loi doit obéir à l’instant : il se rend coupable par la résistance.

Art. 8. La Loi ne doit établir que des peines strictement et évidemment nécessaires, et nul ne peut être puni qu’en vertu d’une Loi établie et promulguée antérieurement au délit, et légalement appliquée.

Art. 9. Tout homme étant présumé innocent jusqu’à ce qu’il ait été déclaré coupable, s’il est jugé indispensable de l’arrêter, toute rigueur qui ne serait pas nécessaire pour s’assurer de sa personne doit être sévèrement réprimée par la loi.

Art. 10. Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la Loi.

Art. 11. La libre communication des pensées et des opinions est un des droits les plus précieux de l’Homme : tout Citoyen peut donc parler, écrire, imprimer librement, sauf à répondre de l’abus de cette liberté dans les cas déterminés par la Loi.

Art. 12. La garantie des droits de l’Homme et du Citoyen nécessite une force publique : cette force est donc instituée pour l’avantage de tous, et non pour l’utilité particulière de ceux auxquels elle est confiée.

Art. 13. Pour l’entretien de la force publique, et pour les dépenses d’administration, une contribution commune est indispensable : elle doit être également répartie entre tous les citoyens, en raison de leurs facultés.

Art. 14. Tous les Citoyens ont le droit de constater, par eux-mêmes ou par leurs représentants, la nécessité de la contribution publique, de la consentir librement, d’en suivre l’emploi, et d’en déterminer la quotité, l’assiette, le recouvrement et la durée.

Art. 15. La Société a le droit de demander compte à tout Agent public de son administration.

Art. 16. Toute Société dans laquelle la garantie des Droits n’est pas assurée, ni la séparation des Pouvoirs déterminée, n’a point de Constitution.

Art. 17. La propriété étant un droit inviolable et sacré, nul ne peut en être privé, si ce n’est lorsque la nécessité publique, légalement constatée, l’exige évidemment, et sous la condition d’une juste et préalable indemnité.

Les grandes principes de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789.

La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, inspirée des philosophes des Lumières et de la Déclaration d’indépendance américaine de 1776 proclame que « tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits ».

Adoptée le 26 août 1789, la Déclaration  de 1789 a été rédigée par l’Assemblée nationale constituante pendant la Révolution française.

L’Assemblée nationale constituante est issue des trois assemblées – noblesse, clergé et tiers état – convoquées par le roi dans le cadre des États généraux.

La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789, inspirée des principes de la philosophie des Lumières, définit les droits naturels de l’homme :

  • liberté,
  • égalité,
  • propriété

et les droits politiques du citoyen.

La Déclaration de 1789 fait apparaitre de nouvelles notions juridiques et politiques. sur lesquelles s’appuiera le modèle républicain français :

  • Égalité des droits entre les citoyens.
  • Reconnaissance des libertés de chacun (liberté d’aller et venir, liberté de pensée, liberté d’expression, etc.).
  • Souveraineté de la Nation.
  • Séparation des pouvoirs (exécutif, législatif et judiciaire).
  • Etc.

Les droits reconnus par la Déclaration de 1789.

Les droits de l’homme.

Parmi les « droits naturels, inaliénables et sacrés de l’homme », la Déclaration de 1789 reconnaît les droits suivants :

  • Article 1er : Égalité des hommes en droits.
  • Article 2 : Liberté, propriété, sûreté et résistance à l’oppression.
  • Articles 7 à 9 : Protection des hommes contre l’arbitraire et à garantie du respect de leurs droits par des juridictions impartiales qui :
    • Appliquent les principes et les peines définis par la loi.
    • Respectent le principe de la présomption d’innocence.
  • Article 10 : Liberté d’opinion.
  • Article 11 : Liberté d’expression et de communication.
  • Article 12 : Droit à la sûreté appelé actuellement sécurité.
  • Article 17 : Droit à la propriété.

Les droits du citoyen.

Les droits du citoyen reconnus par la Déclaration de 1789 portent sur l’organisation politique de la société.

L’organisation politique de la société se fonde sur le principe de la Souveraineté nationale.

  • Article 3 : Les pouvoirs émanent de la Nation, une et indivisible.
  • Article 6 : Égalité devant la loi et devant la justice.
  • Article 6 : Égalité d’accès aux emplois publics.
  • Article 13 : Égalité devant les charges publique.
  • Article 14 : Droit au consentement à l’impôt.
  • Article 15 : Droit de demander compte à tout agent public de son administration.
  • Article 16 : Le principe de la séparation des pouvoirs est garanti (art. 16).

Influence de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789.

Le texte de la Déclaration des Droits de l’Homme rédigé dans un délai très court a servi de référence à de nombreux mouvements de libération dans le monde tout au long des XIXe et XXe siècles. Il a notamment inspiré les auteurs de la Déclaration universelle des Droits de l’Homme de 1946.

La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 a inspiré de nombreux mouvements de libération au  XIXe et XXe siècle, et servi de référence à un grand nombre de textes équivalent en Europe et en Amérique latine.

La déclaration de 1789 a notamment inspiré la Déclaration universelle des Droits de l’Homme, adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies le à Paris.

La Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 est un des piliers de notre système juridique, politique et social.

Elle figure dans le préambule de la Constitution de 1958.

« Le peuple français proclame solennellement son attachement aux Droits de l’homme et aux principes de la souveraineté nationale tels qu’ils ont été définis par la Déclaration de 1789, confirmée et complétée par le préambule de la Constitution de 1946, ainsi qu’aux droits et devoirs définis dans la Charte de l’environnement de 2004.

En vertu de ces principes et de celui de la libre détermination des peuples, la République offre aux territoires d’Outre-Mer qui manifestent la volonté d’y adhérer des institutions nouvelles fondées sur l’idéal commun de liberté, d’égalité et de fraternité et conçues en vue de leur évolution démocratique. »

A découvrir aussi.

Si cet article vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789.

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.

 

 

Drapeau français – tout savoir sur le drapeau de la France

Signification des couleurs bleu, blanc, rouge du drapeau français, description, dates de l’histoire du drapeau tricolore, citations sur le drapeau de la France, emblème national de la République française.

Lisez cet article d’ Apprendre 5 minutes pour apprendre et retenir l’essentiel sur le drapeau national français, un des principaux symboles de la Cinquième République et de la France et qui inspira de nombreux pays.

 

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Drapeau français - sommaire.
Drapeau français – sommaire.

Sommaire

  • Le drapeau français.
  • Signification des couleurs bleu, blanc, rouge.
  • Histoire du drapeau français.
  • Citations sur le drapeau français.
  • A découvrir aussi.

Le drapeau français.

Né sous la Révolution française, le drapeau tricolore est le drapeau de la France sans interruption depuis 1830.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Drapeau français.
Drapeau français.

Le drapeau français est également appelé « drapeau tricolore » ou « drapeau bleu, blanc,rouge ».

L’article 2 de la Constitution de la Cinquième République indique que « L’emblème national est le drapeau tricolore, bleu, blanc, rouge. »

Le drapeau de la France est un drapeau de proportion 2:3. Pour une hauteur de deux unités, la longueur est de trois unités.

Le drapeau français est composé de trois bandes verticales bleue, blanche et rouge de largeurs et de longueurs égales.

Une exception toutefois : lors des retransmissions télévisées, la bande blanche du drapeau peut être plus petite, pour des raisons esthétiques, afin que le visage du président de la République française ne soit pas complètement entouré de blanc. Ce fut le cas, en particulier, pour les présidents François Mitterrand et Jacques Chirac.

Signification des couleurs bleu, blanc, rouge.

Le drapeau bleu, blanc, rouge est un des symboles de la République et de la France.

Les trois couleurs bleu, blanc, rouge, apparues lors de la Révolution française, sont les symboles de l’unité nationale.

Les couleurs rouge et bleue représentaient les couleurs de la Ville de Paris; la couleur blanche symbolisait le royaume de France.

La réunion des trois couleurs bleu, blanc et rouge signifie « l’alliance auguste et éternelle entre le monarque et le peuple. ».

Les trois couleurs bleu, blanc, rouge symbolisent l’unité nationale.

Placer la couleur blanche, symbolisant la royauté et par extension le roi, entre les couleurs bleues et rouges des armoiries de Paris, c’est également montrer que c’est le peuple, et non le roi seul, qui exercera le pouvoir.

Le drapeau français a servi de modèle à de nombreux pays admirateurs des symboles de la France que sont la liberté, l’égalité et la fraternité.

Histoire du drapeau français.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Les dates clés de l'histoire du drapeau français.
Les dates clés de l’histoire du drapeau français.

17 juillet 1789 : Louis XVI reçoit la cocarde tricolore à l’hôtel de ville de Paris.

Les trois couleurs bleu, blanc, rouge ont été portées ensemble, pour la première fois, sous la forme d’une cocarde. La cocarde bleu, blanc, rouge était la marque distinctive de la Garde nationale parisienne dont La Fayette devint le commandant général, le 15 juillet 1789.

Le 17 juillet 1789, au début de la révolution française, quelques jours après la prise de la Bastille, le roi de France Louis XVI se rend à l’hôtel de ville de Paris.

Le maire de Paris, Jean Sylvain Bailly, demande au roi de France Louis XVI d’arborer la cocarde tricolore. Le blanc symbolisait la monarchie; le bleu et le rouge, la ville de Paris.

« Sire, ni votre peuple, ni votre Majesté n’oublieront jamais ce grand jour; c’est le plus beau de la monarchie; c’est l’époque d’une alliance auguste et éternelle entre le monarque et le peuple« .

20 mars 1790 : Écharpe tricolore.

Le 20 mars 1790, l’Assemblée nationale décide par décret que « lorsque les officiers municipaux seront en fonction, ils porteront pour marque distinctive une écharpe aux trois couleurs de la nation : bleu, rouge et blanc ».

15 février 1794 : Pavillon national bleu, blanc, rouge.

Le 20 octobre 1790, le comte Henri de Virieu, représentant de la noblesse du Dauphiné aux États généraux, propose à l’Assemblée nationale, de charger le pavillon maritime d’un carton bleu, blanc, rouge afin « qu’à la couleur qui fut celle du panache d’Henri IV se joignît celle de la liberté reconquise ».

Le 24 octobre 1790, l’Assemblée constituante décide que les vaisseaux de guerre et les navires de commerce porteront un pavillon avec les trois couleurs disposées en trois bandes verticales. Cela pour se différencier du pavillon néerlandais qui a les mêmes couleurs, mais disposées à l’horizontale.

Le 15 février 1794, le décret du 27 pluviôse an II de la Convention Nationale décide de la disposition actuelle du pavillon tricolore.

« Le pavillon national sera formé des trois couleurs nationales, disposées en trois bandes égales, posées verticalement, de manière que le bleu soit attaché à la gaule du pavillon, le blanc au milieu, et le rouge flottant dans les airs. »

L’Assemblée constituante charge le peintre Jacques-Louis David de « fournir les dessins du nouveau pavillon à la nation ».

20 mai 1794 : Naissance du drapeau français.

Le décret du 27 pluviôse an II de la Convention Nationale (15 février 1794) fixe également le jour où le pavillon tricolore deviendra effectif.

« Le pavillon national sera arboré sur tous les vaisseaux de la république le premier jour de prairial; le ministre de la marine donnera en conséquence tous les ordres nécessaires. »

Le 20 mai 1794 – 1er prairial an II – le changement de pavillon devient effectif sur les vaisseaux. C’est la naissance du drapeau français.

Le pavillon de marine sera ensuite adopté comme drapeau national.

13 avril 1814 : Rétablissement du drapeau blanc.

Le 13 avril 1814, sous la Restauration, le Gouvernement provisoire émet un décret rétablissant le drapeau blanc.

« La cocarde blanche est la cocarde française; elle sera prise par toute l’armée. »

« Le pavillon blanc et la cocarde blanche seront arborés sur les bâtiments de guerre et sur les navires du commerce. »

Le drapeau tricolore est remplacé par le drapeau blanc pendant la Restauration, de 1814 à 1830, sauf pendant le retour de Napoléon Ier, lors de la période des Cent-Jours -; le Décret du 9 mars 1815 rétablissant le pavillon tricolore.

01 août 1830 : Rétablissement de la cocarde tricolore.

Le 29 juillet 1830, lors des Trois Glorieuses – 27, 28 et 29 juillet 1830 -, Louis-Philippe, accepte, des mains de La Fayette, le drapeau bleu, blanc, rouge.

Le 1er août 1830, au lendemain des Trois Glorieuses, Louis-Philippe d’Orléans, le futur roi des français Louis-Philippe Ier, rétablit, par ordonnance, la cocarde tricolore, afin de faciliter la réconciliation nationale.

« La nation française reprend ses couleurs. Il ne sera plus porté d’autre cocarde que la cocarde tricolore. »

Le drapeau tricolore restera l’emblème national de la France jusqu’à nos jours.

25 février 1848 : Lamartine défend le drapeau tricolore.

Le 25 février 1848, lors de la proclamation de la Deuxième République, après avoir renversé le roi des Français Louis-Philippe Ier, les insurgés de la Révolution de 1848 veulent un drapeau de France rouge.

Cependant, le poète Alphonse de Lamartine arrive à trouver les mots dans son Discours à l’Hôtel de Ville pour sauver le drapeau tricolore :

« Je repousserai jusqu’à la mort ce drapeau de sang, et vous devez le répudier plus que moi, car le drapeau rouge que vous rapportez n’a jamais fait que le tour du Champ-de-Mars, traîné dans le sang du peuple en 91 et en 93, et le drapeau tricolore a fait le tour du monde, avec le nom, la gloire et la liberté de la patrie. »

5 juillet 1871 : Manifeste du drapeau blanc.

Le 2 septembre 1870, l’empereur des Français Napoléon III signe la capitulation de l’armée impériale française au château de Bellevue, à quelques kilomètres de Sedan, après la défaite de Sedan contre l’armée prussienne, pendant la guerre franco-allemande de 1870.

Le 8 février 1871, les monarchistes remportent les élections législatives de 1871.

L’Assemblée envisage la restauration de la royauté lorsque la France sera libérée de l’occupation allemande.

Prétendant légitimiste aux trônes de France et de Navarre, Henri d’Artois, comte de Chambord et futur Henri V s’il devient roi de France, publie dans l’Union, le Manifeste du 5 juillet 1871.

Le comte de Chambord refuse d’adopter le drapeau tricolore et exige le retour du drapeau blanc.

« je ne laisserai pas arracher de mes mains l’étendard d’Henri IV, de François Ier et de Jeanne d’Arc… Je l’ai reçu comme un dépôt sacré du vieux roi mon aïeul, mourant en exil ; il a toujours été pour moi inséparable du souvenir de la patrie absente ; il a flotté sur mon berceau, je veux qu’il ombrage ma tombe. »

Le 23 octobre 1873, le comte de Chambord publie, dans l’Union, la Lettre à Chesnelong, dans laquelle il confirme son attachement au drapeau blanc et son refus d’adopter le drapeau tricolore.

Ce refus empêchera la Restauration.

18 mars 2003 : Délit d’outrage au drapeau tricolore ou à l’hymne national.

Le 06 octobre 2001, lors du match de football entre la France et l’Algérie,  une partie des spectateurs perturbe l’exécution de la Marseillaise par leurs sifflets, en présence du premier ministre Lionel Jospin.

Ces incidents marquent l’opinion.

Le 11 mai 2002, en finale de la coupe de France de football, des supporteurs corses sifflent la Marseillaise. Le président de la République Jacques Chirac quitte momentanément la tribune.

Le 18 mars 2003, la loi pour la sécurité intérieure, appelée également loi Sarkozy II, crée un délit d’outrage au drapeau national ou à l’hymne national.

Après l’article 433-5 du code pénal, il est inséré un article 433-5-1 ainsi rédigé :
« Art. 433-5-1. – Le fait, au cours d’une manifestation organisée ou réglementée par les autorités publiques, d’outrager publiquement l’hymne national ou le drapeau tricolore est puni de 7 500 euros d’amende.
« Lorsqu’il est commis en réunion, cet outrage est puni de six mois d’emprisonnement et de 7 500 euros d’amende. »

Article 113 de la Loi nº 2003-239 du 18 mars 2003 pour la sécurité intérieure.

Citations sur le drapeau français.

Jean Sylvain Bailly.

Le 17 juillet 1789, Jean Sylvain Bailly, le premier maire de Paris, résume dans son discours au roi de France Louis XVI la signification des couleurs bleu, blanc, rouge, après lui avoir remis la cocarde tricolore :

« Sire, ni votre peuple, ni votre Majesté n’oublieront jamais ce grand jour; c’est le plus beau de la monarchie; c’est l’époque d’une alliance auguste et éternelle entre le monarque et le peuple« .

Citation de Jean Sylvain Bailly, du 17 juillet 1789.

Décret du 27 pluviôse an II de la Convention Nationale.

« Le pavillon national sera formé des trois couleurs nationales, disposées en trois bandes égales, posées verticalement, de manière que le bleu soit attaché à la gaule du pavillon, le blanc au milieu, et le rouge flottant dans les airs. »

Extrait du décret du 27 pluviôse an II (15 février 1794).

Napoléon Bonaparte.

« l faut regarder le drapeau comme le domicile ; partout où est le drapeau, là est la France.« 

Citation de Napoléon Bonaparte, premier consul, au conseil d’état.

Ordonnance de Louis-Philippe.

« La nation française reprend ses couleurs. Il ne sera plus porté d’autre cocarde que la cocarde tricolore. »

Ordonnance de Louis-Philippe du 1er août 1830.

Alphonse de Lamartine.

Le 25 février 1848, lors de la proclamation de la Deuxième République, après avoir renversé le roi des Français Louis-Philippe Ier, les insurgés veulent un drapeau de France rouge.

Cependant, le poète Alphonse de Lamartine arrive à trouver les mots dans son Discours à l’Hôtel de Ville pour sauver le drapeau tricolore :

« Je repousserai jusqu’à la mort ce drapeau de sang, et vous devez le répudier plus que moi, car le drapeau rouge que vous rapportez n’a jamais fait que le tour du Champ-de-Mars, traîné dans le sang du peuple en 91 et en 93, et le drapeau tricolore a fait le tour du monde, avec le nom, la gloire et la liberté de la patrie. »

Citation d’Alphonse de Lamartine du 25 février 1848.

A découvrir aussi.

Si cet article vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Drapeau français – tout savoir sur le drapeau de la France

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.

 

Histoire des JO – mémoriser les grandes dates des jeux olympiques

Histoire des JO : -776, premiers jeux olympiques à Olympie… 2018, jeux olympiques d’hiver à Pyeongchang.

Vous voulez apprendre et retenir vite et facilement les dates de l’histoire des jeux olympiques antiques et modernes ?

Vous cherchez des techniques de mémorisation efficaces pour vous souvenir des dates des JO ?

Lisez cet article d’ Apprendre 5 minutes pour apprendre comment mémoriser les grandes dates de l’histoire des jeux olympiques et retenir l’essentiel.

5 minutes par jour, pendant quelques jours, vous suffirons pour vous souvenir des dates clés des JO.

Nous avons sélectionné des méthodes particulièrement efficaces pour vous aider à retenir par cœur les dates des principaux événements des jeux olympiques.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Apprendre des dates clés de l'histoire des JO.
Apprendre les dates clés de l’histoire des JO.

Sommaire

  • Bref résumé de l’histoire des jeux olympiques.
  • Les grandes dates de l’histoire des jeux olympiques.
  • Comment mémoriser les dates de l’histoire des jeux olympiques.
  • A découvrir aussi.

 Bref résumé de l’histoire des jeux olympiques.

L’origine des JO remonte à la Grèce antique. Les premiers Jeux olympiques antiques furent célébrés en 776 av. J.-C.

Les Jeux olympiques antiques furent célébrés pendant plus de 1000 ans. En 393 après J.-C., l’empereur Théodose Ier abolit les Jeux olympiques antiques par décret, sous la pression religieuse, en interdisant la pratique des cultes païens.

Afin de rendre le sport plus populaire, le français Pierre de Coubertin réintroduit les jeux olympiques à la fin du XIX ème siècle.

En 1896, les premiers jeux olympiques modernes ont lieu à Athènes en Grèce.

Les Jeux Olympiques modernes sont organisés tous les quatre ans. Ils ne seront annulés que pendant les deux guerres mondiales.

A l’origine, les jeux olympiques modernes ont lieu uniquement l’été.

En 1924, les premiers jeux olympiques d’hiver ont lieu à Chamonix, en France.

Les XXIII èmes jeux olympiques d’hiver ont lieu à Pyeongchang en Corée du Sud du 9 au 25 février 2018.

Les XXXII èmes jeux olympiques d’été ont lieu à Tokyo au Japon du 24 juillet au 9 août 2020.

Les grandes dates de l’histoire des jeux olympiques.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Les Grandes dates des Jeux olympiques (884 av. J.-C - 2018).
Les grandes dates des Jeux olympiques (884 av. J.-C – 2018).

-884 : Iphitos, roi d’Élide en Grèce, instaure les jeux olympiques.

En 884 av. J.-C, Iphitos, roi d’Élide, en Grèce, afin d’apaiser les guerres et les maladies en Grèce consulte l’oracle de Delphes et instaure les jeux olympiques.

L’oracle de Delphes lui déclare que la colère des dieux ne pourra être calmée que si des Jeux olympiques sont organisés.

Iphitos obtient le soutien de Lycurgue, son puissant voisin de Sparte.

Il instaure immédiatement une trêve sacrée – la trêve olympique – suivie de jeux olympiques en l’honneur du dieu Zeus qui se dérouleront tous les 4 ans.

La période de 4 ans entre 2 jeux olympiques s’appelle une olympiade.

« Iphitos, descendant d’Oxylos, et contemporain de Lycurgue, qui donna des lois à Lacédémone, fit célébrer des jeux à Olympie, renouvela les fêtes olympiques, et la trêve dont l’usage avait cessé depuis un temps dont je déterminerai la durée, lorsqu’ayant à parler d’Olympie, j’expliquerai la cause de l’interruption des jeux. [6] Iphitos voyant donc que la Grèce était désolée par des divisions intestines et par une maladie contagieuse, crut devoir aller demander à l’oracle de Delphes un remède à tous ces maux; et la Pythie lui ordonna, dit-on, de rétablir les jeux Olympiques de concert avec les Éléens. Iphitos engagea aussi les Éléens à offrir des sacrifices à Héraclès, qu’ils regardaient auparavant comme leur ennemi. Suivant l’inscription qu’on voit à Olympie, Iphitos était fils d’Haemon ; la plupart des Grecs disent qu’il était fils de Praxonide ; mais suivant les anciens documents écrits des Éléens, son père portait le même nom que lui. »

Citation de PAUSANIAS – « Description de la Grèce » – Livre V ELIDE, chapitre IV.

-776 : Premiers jeux olympiques antiques, remportés par Corèbe d’Élis.

En -776, les premiers Jeux Olympiques se déroulent à Olympie, dans le royaume d’Élide.

Les Jeux Olympiques ne comportent qu’une épreuve, une course à pied, appelée le stadion, d’une longueur d’un stade – un stade a une longueur de 600 pieds d’Héraclès (soit 192,27 mètres). A partir de -724, d’autres épreuves viendront s’ajouter aux jeux olympiques.

En -776, Corèbe d’Élis est le premier champion olympique antique. Il remporte la course à pied (le stadion).

-580 : Les jeux olympiques se professionnalisent.

En -580, à Athènes, le législateur Solon promulgue une loi pour que chaque Athénien vainqueur des jeux olympiques reçoive 500 drachmes.

Solon promulgue cette loi afin de motiver les sportifs athéniens. Il officialise le professionnalisme déjà largement répandu dans toute la Grèce.

-516 : Milon de Crotone remporte son 6ème titre de champion olympique de lutte.

Le lutteur Milon de Crotone est le le plus prestigieux des champions olympiques antiques, avec 6 titres de champion olympique de lutte, le dernier en -516.

En -540, il remporte son premier titre de champion olympique de lutte en junior.

En -532, il emporte son premier titre de champion olympique de lutte en senior et le conservera pendant les 4 jeux olympiques suivants.

Il gagnera également 7 titres aux Jeux Pythiques, 9 titres aux Jeux Néméens et 10 titres aux Jeux Isthmiques.

Milon de Crotone est le le sportif le plus couronné de l’Antiquité.

-468 : Les jeux olympiques durent 5 jours.

A l’origine les jeux olympiques duraient un jour mais ne comportaient qu’une seule épreuve sportive.

Progressivement, de nouvelles compétitions sportives se sont rajoutées au fil des jeux olympiques.

En -684, les jeux olympiques antiques sont organisés sur 3 jours.

A partir de -468, la durée des jeux olympiques antiques est portée à 5 jours.

-146 : Première participation des romains aux jeux olympiques.

La conquête romaine de la Grèce ne marque pas le déclin des JO.

En -146, les romains participent pour la première fois aux jeux olympiques.

-80 : Sylla tente de transférer les jeux olympiques à Rome.

En 80 avant JC, le consul romain Sylla tente de déplacer les jeux olympiques d’Olympie à Rome.

Il attire de nombreux athlètes professionnel grecs, séduits par le montant des primes d’engagement et de victoire, afin de proposer le meilleur spectacle sportif.

Mais cette tentative ne connait pas de suite et les JO se poursuivront à Olympie.

393 : Théodose Ier interdit des jeux olympiques antiques.

L’empereur Théodose Ier, convertit au christianisme et influencé notamment par Saint Ambroise, évêque de Milan, décide d’interdire les JO en raison de leur caractère païen.

En 393 après J.-C, Théodose Ier interdit par décret la pratique des cultes et des jeux païens et par là l’organisation des jeux olympiques.

23 juin 1894 : Rétablissement des jeux olympiques.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Pierre de Coubertin (1863-1937), Rénovateur des Jeux Olympiques.
Pierre de Coubertin (1863-1937), Rénovateur des Jeux Olympiques.

(Création numérique : TinaRebou.com)

Pierre de Coubertin, persuadé de l’importance de l’éducation physique dans le façonnement des esprits, souhaite faire revivre les Jeux olympiques.

Le 25 novembre 1892, lors du cinquième anniversaire de l’Union des sociétés françaises de sports athlétiques (USFSA) – la fédération omnisports française d’athlétisme – à Paris, Pierre de Coubertin appelle à la rénovation des jeux olympiques.

Le Congrès olympique de 1894 est le premier congrès olympique. Organisé par l’Union des sociétés françaises de sports athlétiques (USFSA), il se tient Paris dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, du 16 au

Le , à Paris, dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, à la fin du premier congrès olympique, le baron Pierre de Coubertin prononce le discours fondateur de la rénovation des jeux olympiques et fonde le Comité international olympique (CIO).

Le Comité international olympique aura pour mission de réinstaurer les Jeux olympiques antiques et d’organiser cet événement sportif tous les quatre ans.

Le Comité international olympique sélectionne la ville d’Athènes pour accueillir les Jeux olympiques d’été de 1896, appelés également les Jeux de la première olympiade. Ce seront les premiers Jeux olympiques de l’ère moderne.

Le comité international sélectionne également Paris pour accueillir les Jeux olympiques d’été de 1900.

6 avril 1896 : Premiers jeux olympiques modernes à Athènes.

Les Jeux olympiques de 1896, appelés également Jeux de la première olympiade
se déroulent en Grèce, à Athènes, du 6 au 15 avril 1896.

Le Comité international olympique (CIO) organise les JO en Grèce, en référence au pays d’origine des jeux olympiques.

14 mai 1900 : Les jeux olympiques à Paris.

Les Jeux olympiques de 1900, appelés également Jeux de la deuxième olympiade
se déroulent en France, à Paris, du 14 mai au 28 octobre 1900.

Les femmes participent pour la première fois aux jeux olympiques modernes.

La première femme championne olympique est la joueuse de tennis britannique Charlotte Cooper.

01 juillet 1904 : Les jeux olympiques de Saint-Louis.

Les Jeux olympiques d’été de 1904, appelés également les III ème Olympiade, se déroulent aux États-Unis, à Saint-Louis, dans l’État du Missouri, du 01 juillet au 23 novembre 1904.

Les médailles d’or, d’argent et de bronze sont remis pour la première fois aux premier, deuxième et troisième de chaque épreuve, lors des JO d’été de Saint-Louis.

Le gymnaste unijambiste américain Georges Eyser est le premier athlète handicapé participant aux jeux olympiques.

Georges Eyser remporte 6 médailles dont trois en or et deux en argent.

1916 : Les jeux olympiques de Berlin sont annulés.

Les Jeux de la VII ème Olympiade, prévus en 1916 à Berlin, en Allemagne sont annulés à cause de la Première Guerre mondiale.

14 août 1920 : Le drapeau olympique et le serment olympique apparaissent pour la première fois aux Jeux olympiques d’Anvers.

Le 14 août 1920 aux JO d’Anvers, le drapeau olympique flotte pour la première fois lors de Jeux olympiques au stade olympique d’Anvers.

Il fut hissé officiellement lors de la cérémonie d’ouverture à Anvers des Jeux de la VII ème olympiade de l’ère moderne; cérémonie présidée par le roi Albert 1er de Belgique.

Un autre symbole des jeux olympiques, le serment olympique, écrit par Pierre de Coubertin, est prêté pour la première fois par l’escrimeur belge Victor Boin à l’occasion de la cérémonie d’ouverture.

« Nous jurons que nous nous présentons aux Jeux Olympiques en concurrents loyaux, respectueux des règlements qui les régissent et désireux d’y participer dans un esprit chevaleresque, pour l’honneur de nos pays et pour la gloire du sport. »

Avec le développement des sports professionnels, le serment olympique sera modifié par la suite.

25 janvier 1924 : Premiers jeux olympiques d’hiver à Chamonix.

Dans les années 1920, les sports de neige et de glace sont de plus en plus populaires. Le CIO décide d’organiser, une Semaine Internationale des Sports d’Hiver.

Les Jeux olympiques d’hiver de 1924, appelés également 1er Jeux olympiques d’hiver
se déroulent en France, à Chamonix, du 25 janvier au 05 février 1924.

4 mai 1924 : La devise olympique apparait pour la première fois aux jeux olympiques d’été de Paris.

La devise olympique de Pierre de Coubertin empruntée à son ami, l’abbé Henri Louis Rémy Didon, apparaît pour la première fois aux jeux olympiques d’été de 1924, à Paris – la VIII ème Olympiade de l’ère moderne.

« Citius, Altius, Fortius. »

ou en français :

« Plus vite, plus haut, plus fort ».

28 juillet 1928 : La flamme olympique apparait pour la première fois aux jeux olympiques d’été d’Amsterdam.

Les Jeux olympiques d’été de 1928 se déroulent aux Pays-Bas, à Amsterdam, du 17 mai au 12 août 1928.

Le 28 juillet 1928, la flamme olympique est allumée pour la première fois pendant les JO d’été d’Amsterdam, lors de la IX ème Olympiade de l’ère moderne.

La flamme olympique est allumée dans une vasque située au sommet d’une tour au sein de l’Olympic Stadium d’Amsterdam.

01 août 1936 : Hitler préside la cérémonie d’ouverture des JO de Berlin.

Les Jeux olympiques d’été de 1936 se déroulent en Allemagne, à Berlin, du 01 au 16 août 1936.

Le chancelier Adolph Hitler préside la cérémonie d’ouverture de la XI ème Olympiade.

Adolf Hitler veut faire la propagande du nazisme au cours de ces jeux olympiques et démontrer  la supériorité de la race aryenne mais les JO seront marqués par les 4 médailles d’or de l’athlète américain Jesse Owens.

Les JO de Berlin sont les premiers à introduire le relais de la flamme olympique. La torche enflammée sera relayée d’Olympie, en Grèce jusqu’à Berlin.

Les jeux olympiques de 1936 seront les premiers à être filmés pour la télévision.

1940 et 1944 : Les jeux olympiques d’été de Tokyo et de Londres sont annulés.

Les Jeux de la XII ème Olympiade de Tokyo, au Japon, en 1940 et de la XIII ème Olympiade de Londres, en Angleterre, en 1944 sont annulés à cause de la Deuxième Guerre mondiale.

30 janvier 1948 : Les premiers jeux de l’après-guerre à Saint-Moritz.

Les Jeux olympiques d’hiver de 1948, appelés également les 1er Jeux de l’après-guerre
ou V ème jeux olympiques d’hiver se déroulent en Suisse, à Saint-Moritz, du 30 janvier au 08 février 1948.

Les JO de Saint-Moritz sont les premiers jeux olympiques célébrés après la Deuxième Guerre mondiale.

Ils sont également surnommés les « Jeux du Renouveau ».

Le CIO a choisi la ville de Saint-Moritz parce qu’elle se trouve en Suisse, un pays neutre qui n’a pas participé à la Deuxième Guerre mondiale.

6 février 1968 : Les jeux olympiques d’hiver de Grenoble.

Les Jeux olympiques d’hiver de 1968, appelés également les X èmes jeux olympiques d’hiver, se déroulent en France, à Grenoble, du 6 au 18 février 1968.

Lors du relais de la flamme olympique entre Olympie et Grenoble, le parcours célèbrera les massifs montagneux français, en passant dans les Vosges, le Jura, le Massif central, les Pyrénées et les Alpes, après avoir donné un détour en Corse.

Le président de la République française Charles de Gaulle préside la cérémonie d’ouverture des jeux olympiques au stade olympique de Grenoble.

Le président de Gaulle avait soutenu la candidature de la ville de Grenoble aux jeux olympiques, voyant dans l’organisation des JO un moyen d’accroître le prestige de la France tout en modernisant les stations de sports d’hiver afin de promouvoir le tourisme.

Le skieur français Jean-Claude Killy s’illustrera en remportant trois médailles d’or dans les trois disciplines de ski alpin – slalom géant, descente et slalom.

5 septembre 1972 : Prise d’otages par des terroristes palestiniens.

Les Jeux olympiques d’été de 1972, appelés également les XX ème Olympiade, se déroulent en Allemagne de l’Ouest, à Munich, du 26 août au 11 septembre 1972.

Les JO de Munich seront marqués par la mort de neuf athlètes israéliens, abattus lors d’une prise d’otages organisée par un commando palestinien de de l’organisation terroriste Septembre noir, le 5 septembre 1972.

Les Jeux olympiques de Munich seront également marqués par les 7 titres olympiques du nageur américain Mark Spitz.

19 juillet 1980 : Boycott des jeux olympiques de Moscou.

Les Jeux olympiques d’été de 1980, appelés également les XXII ème Olympiade, se déroulent en URSS, à Moscou, du 19 juillet au 3 août 1980.

Suite de l’invasion de l’Afghanistan par l’Union Soviétique en 1979, une cinquantaine de nations, dont les États-Unis boycottent les jeux olympiques.

8 février 1992 : Les jeux olympiques d’hiver d’Albertville.

Les Jeux olympiques d’hiver de 1992, appelés également les XVI èmes jeux olympiques d’hiver, se déroulent en France, à Albertville, du 8 au 23 février 1992.

Si Albertville est le siège des JO, c’est l’ensemble des grandes stations des Alpes françaises qui les accueilleront et en particulier de la Savoie.

Les jeux d’Albertville sont les derniers JO se déroulant la même année que les jeux olympiques d’été.

Le président de la République française François Mitterrand préside la cérémonie d’ouverture des jeux olympiques au théâtre des Cérémonies d’Albertville.

12 février 1994 : Les jeux olympiques d’hiver de Lillehammer.

Les Jeux olympiques d’hiver de 1994, appelés également les XVII èmes jeux olympiques d’hiver, se déroulent en Norvège, à Lillehammer, du 12 au 27 février 1994.

Ce sont les premiers Jeux d’hiver qui ne se déroulent pas la même année que les jeux olympiques d’été.

Depuis les JO de Lillehammer, les jeux olympiques d’hiver sont décalés de deux ans par rapport aux jeux olympiques d’été.

8 août 2008 : Première participation d’athlètes paralympiques aux jeux olympiques d’été à Pékin.

Les Jeux olympiques d’été de 2012, appelés également les XXIX ème Olympiade, se déroulent en Chine, à Pékin, du 8 au 24 août 2008.

Pour la première fois, deux athlètes qualifiées pour les Jeux paralympiques participent aux Jeux olympiques :

  • Le 20 août 2008, la nageuse sud-africaine Natalie du Toit, amputée de la jambe gauche, participe au marathon féminin en eau libre (10 km). Elle obtient la 16ème place sur 10 km en eau libre.
  • La pongiste polonaise Natalia Partyka, née sans avant-bras droit. Elle obtient la 9ème place en double féminin.

9 février 2018 : Les jeux olympiques d’hiver de Pyeongchang .

Les Jeux olympiques d’hiver de 2018, appelés également les XXIII èmes jeux olympiques d’hiver, se déroulent en Corée du sud, à Pyeongchang, du 9 au 25 février 2018.

Pyeongchang est plus célèbre centre de sport d’hiver de Corée du Sud.

Suite au scandale de dopage d’État organisé par la Russie lors des Jeux olympiques de Sotchi 2014, le Comité international olympique (CIO) a suspendu la Russie des JO de Pyeongchang.

Les athlètes russes pourront toutefois participer aux JO de Pyeongchang sous drapeau olympique, en portant la mention « Athlètes olympiques de Russie » (OAR) et sous réserve qu’il n’aient jamais été suspendus pour dopage et qu’ils se soumettent à des tests indépendants.

Le skieur et biathlète français Martin Fourcade remporte 3 médailles d’or. Martin Fourcade devient l’athlète français le plus titré des jeux olympiques d’hiver et d’été avec 5 médailles d’or.

  • Jeux olympiques 2014 de Sotchi : individuelle, poursuite.
  • Jeux olympiques 2018 de Pyeongchang : poursuite, mass start, relais mixte.

Comment mémoriser les dates de l’histoire des jeux olympiques.

Retenir les dates clés de l’histoire des jeux olympiques est un moyen efficace de situer les principaux événements historiques des JO.

Vous trouverez dans l’article comment mémoriser facilement les dates de l’histoire plusieurs techniques de mémorisation efficaces et des exemples détaillés pour retenir les dates clés sur le long terme.

Voici quelques exemples pour mémoriser les grandes dates de l’histoire des jeux olympiques, qui s’appuient sur la méthode des articulations chiffrées.

Pour rappel, la méthode des articulations chiffrées, appelée aussi code chiffres-sons, système majeur ou grand système est un procédé extrêmement puissant pour mémoriser les chiffres.

La méthode des articulations chiffrées consiste à :

  • convertir les chiffres en consonnes significatives ou en sons suivant un code défini,
  • A les associer à des mots en rajoutant des lettres pour les rendre concrets et les visualiser,
  • A créer une phrase ou une histoire.

A chaque chiffre de zéro à neuf, correspond une consonne ou un son. Voici le tableau complet des articulations chiffrées :

  • 0 : c (ce), s (se), z (ze), t (tion), x (ex : dix).
  • 1 : t, d.
  • 2 : n, ne, gne.
  • 3 : m, me.
  • 4 : r, re.
  • 5 : l, lle.
  • 6 : g (ge), j (je), ch (che), sh (sche).
  • 7 :  g (gue, ga), k (ke, ka), q (que), cue (cas).
  • 8 : f (fe), v(ve), ph (phe).
  • 9 : b, p.

Nous allons utiliser deux techniques particulièrement efficaces :

  1. Assembler les consonnes pour construire un mot ou deux. Par exemple, créer une association mentale entre le nombre 884 et le mot fanfare – 884 = FFR.
  2. Trouvez une série de mots commençant par chaque consonne significative. Par exemple, créer une association mentale entre 776 et les mots « cours, gagne, jeux » – 776 = CGJ.

-884 : Iphitos, roi d’Élide en Grèce, instaure les jeux olympiques.

884 est associé dans la méthode des articulations chiffrées au code « FFR » – 8=F; 4=R ».

Mnémotechniques pour 884 : fanfare, vivre, etc.

Phrase mnémotechnique : « La fanfare d’Iphitos fait vivre les jeux olympiques. »

-776 : premiers jeux olympiques antiques, remportés par Corèbe d’Élis.

776 est associé dans la méthode des articulations chiffrées au code chiffres-sons « KKJ – 7=K;6=J ».

Mnémotechnique pour 776 : caquage.

Définition de caquage : action de mettre des harengs dans un baril – appelé une caque – pour les conserver.

Phrase mnémotechnique : « A Olympie, Corèbe d’Élis est le plus fort au caquage. »

Un autre moyen mnémotechnique pour retenir l’année 776 est de l’associer à une série de mots commençant par la consonne significative.

  • 7 = K = court.
  • 7 = K = gagne.
  • 6 = J = jeux.

Phrase mnémotechnique : « A Olympie, Corèbe d’Élis court et gagne les premiers jeux olympiques. »

Si vous n’arrivez pas à vous souvenir du nom du premier champion olympique Corèbe d’Élis, vous pouvez créer une association mentale entre son nom et une image facilement mémorisable.

Exemple d’association mentale : « Corèbe d’Élis = coureur d’hélices ». Vous pouvez imaginer Corèbe d’Élis en train de courir après des hélices.

393 : Théodose Ier interdit des jeux olympiques antiques.

393 est associé dans la méthode des articulations chiffrées au code chiffres-sons « MPM – 3=M;9=P ».

Mnémotechnique pour 393 : mappemonde.

Phrase mnémotechnique : « Théodose déchire la mappemonde des jeux olympiques. »

23 juin 1894 : Rétablissement des jeux olympiques.

1894 est associé dans la méthode des articulations chiffrées au code chiffres-sons « TVBR – 1=T;8=V;9=B;4=R ».

Mnémotechnique pour 1894 : toit, vibre.

Phrase mnémotechnique : « Le toit vibre quand Pierre de Coubertin annonce le rétablissement des jeux jeux olympiques. »

25 janvier 1924 : Premiers jeux olympiques d’hiver à Chamonix.

1924 est associé dans la méthode des articulations chiffrées au code chiffres-sons « TPNR – 1=T;9=P;2=9;4=R ».

Mnémotechnique pour 1924 : taupinière.

Pour renforcer la mémorisation la mémorisation, vous pouvez utiliser des mnémoniques associés au chiffre 924. 924 correspond à l’année 1924, si vous enlevez le chiffre du millénaire.

Mnémotechniques pour 924 : peignoir, poignard.

Mnémotechnique pour Chamonix : chamois.

Phrase mnémotechnique : « Un chamois en peignoir avec des poignards en guise de ski fonce dans une énorme taupinière. »

Vous pouvez renforcer la mémorisation en imaginant, par exemple, les anneaux olympiques brodés sur le peignoir.

A découvrir aussi.

Si cet article vous a plu, faites le connaitre autour de vous.

Histoire des JO - mémoriser les grandes dates des jeux olympiques

Abonnez-vous pour être informé des nouvelles parutions d’articles.

 

drapeau olympique – tout savoir sur le drapeau des jeux olympiques

Le drapeau olympique, conçu par Pierre de Coubertin en 1913, est un des symboles des jeux olympiques modernes (JO).

Vous voulez apprendre et mémoriser le drapeau olympique, la signification des anneaux olympiques et de leur couleur, son histoire ?

Lisez cet article d’ Apprendre 5 minutes pour apprendre et retenir en 5 minutes l’essentiel sur le drapeau des jeux olympiques et sur les anneaux olympiques.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Drapeau olympique - sommaire.
Drapeau olympique – sommaire.

Sommaire

  • Le drapeau olympique.
  • Signification des anneaux olympiques.
  • Signification des couleurs du drapeau olympique.
  • Mnémonique des couleurs du drapeau olympique.
  • Histoire du drapeau olympique.
  • Résumé.
  • A découvrir aussi.

Le drapeau olympique.

Vous pouvez cliquer sur l’image pour l’agrandir.

Drapeau olympique.
Drapeau olympique.

Le drapeau officiel des Jeux olympiques est

  • un drapeau de 2,06 mètres de long et 60 centimes de large.
  • à fond blanc, sans bordure.
  • Au centre, cinq anneaux entrelacés de gauche à droite, de dimensions égales, disposés en deux rangées superposées.
  • Sur la rangée du haut, trois anneaux (de gauche à droite : le bleu, le noir et le rouge).
  • Sur la rangée du bas, deux anneaux (le jaune et le vert).
  • L’ordre d’enchainement des cinq anneaux olympiques est le bleu, le jaune, le noir, le vert et le rouge.
  • L’anneau bleu est en haut, à gauche, à côté de la hampe.
La charte olympique indique :
« Le symbole olympique se compose de cinq anneaux entrelacés de dimensions égales (les
anneaux olympiques), employés seuls, en une ou cinq couleurs. Lorsque la version en cinq couleurs est utilisée, les couleurs sont, de gauche à droite, le bleu, le jaune, le noir, le
vert et le rouge. Les anneaux sont entrelacés de gauche à droite ; l’anneau bleu, le noir et
le rouge se trouvent en haut, le jaune et le vert en bas »
Charte olympique, règle 8.

Signification des anneaux olympiques.

Les cinq anneaux olympiques entrelacés représentent symboliquement

  • l’universalité de l’Olympisme : les cinq continents unies par l’olympisme.
  • La rencontre des athlètes du monde entier aux Jeux Olympiques.

La charte olympique précise la symbolique :

“Le symbole olympique exprime l’activité du Mouvement olympique et représente l’union des cinq continents et la rencontre des athlètes du monde entier aux Jeux Olympiques. »

Charte olympique, règle 8.

 Les anneaux représentent le respect, réunissant toutes les nations et les cinq continents sans discrimination. Il symbolisent également les principes diffusés par l’olympisme que sont l’universalité et l’humanisme.

Signification des couleurs du drapeau olympique.

Les six couleurs du drapeau des Jeux olympiques sont le blanc en arrière-plan et les couleurs des 5 anneaux olympiques.

  • Bleu.
  • Jaune.
  • Noir.
  • Vert.
  • Rouge.
  • Blanc.

Les six couleurs du drapeau des Jeux olympiques représentent toutes les nations.

Lorsque le baron Pierre de Coubertin conçu le drapeau olympique en 1913, au moins une de ces 6 couleurs était présente dans le drapeau de chaque pays.

Mnémonique des couleurs du drapeau olympique.

Si vous cherchez un moyens mnémotechnique pour retenir les 6 couleurs du drapeau des Jeux olympiques pour pouvez utiliser l’astuce mnémotechnique suivante.

Il s’agit d’un moyen mnémotechnique basé sur les acronymes – mot formé par les initiales – pour se souvenir des couleurs du drapeau des JO de droite à gauche :

« BRUN JB »

  • B : blanc.
  • R : rouge.
  • U : vert (utilisé pour le vert au lieu de V par l’euphonie, pour que le mot soit plus facile à prononcer).
  • N : noir.
  • J : jaune.
  • B : bleu.

Pour mémoriser plus facilement, nous pouvons imaginer la phrase mnémotechnique suivante à la sonorité proche :

« BRUN GIBET »

  • B : blanc.
  • R : rouge.
  • U : vert.
  • N : noir.
  • GI : jaune.
  • BET : bleu.

Un gibet est une potence.

Pour mémoriser les couleurs du drapeau olympique, vous pouvez faire une association mentale entre le drapeau olympique et l’acronyme.

En utilisant les cinq anneaux olympiques pour symboliser le drapeau olympique, nous pouvons visualiser mentalement l’histoire suivante :

« Un ours brun accroche les anneaux olympiques au bout de la corde d’un gibet. »

La phrase mnémotechnique est courte, visuelle et facile à retenir.

Histoire du drapeau olympique.

23 juin 1894 : Création du Comité international olympique.

Le , à Paris, dans le grand amphithéâtre de la Sorbonne, à la fin du premier congrès olympique, le baron Pierre de Coubertin fonde le Comité international olympique (CIO).

Le Comité international olympique aura pour mission de réinstaurer les Jeux olympiques antiques et d’organiser cet événement sportif tous les quatre ans.

Le Comité international olympique sélectionne la ville d’Athènes pour accueillir les Jeux olympiques d’été de 1896, appelés également les Jeux de la première olympiade. Ce seront les premiers Jeux olympiques de l’ère moderne.

Le comité international sélectionne également Paris pour accueillir les Jeux olympiques d’été de 1900.

Juillet 1913 : Pierre de Coubertin conçoit le drapeau olympique.

Dans une lettre de juillet 1913, Pierre de Coubertin, fondateur des Jeux Olympiques modernes, dessine les anneaux entrecroisés du drapeau des Jeux olympiques.

17 juin 1914 : Présentation du drapeau olympique au Congrès olympique.

Le 17 juin 1914, Pierre de Coubertin présente pour la première fois le drapeau olympique au  congrès olympique de Paris, qui l’adopte, lors de la séance solennelle qui a lieu en présence du président de la République française Raymond Poincaré.

Paris célébrait lors du congrès olympique le vingtième anniversaire du rétablissement des Jeux Olympiques.

Le drapeau olympique a été fabriqué par Le Bon Marché (24 rue de Sèvres, dans le 7ème arrondissement de Paris) selon les indications de Pierre de Coubertin.

14 août 1920 : Le drapeau olympique apparait pour la première fois aux Jeux olympiques d’Anvers.

Le 14 août 1920 aux Jeux olympiques d’Anvers, le drapeau olympique flotte pour la première fois lors de Jeux olympiques au stade olympique d’Anvers.

Les Jeux Olympiques d’été de 1916, prévus à Berlin, avaient été annulés à cause de la Première Guerre mondiale.

Il fut hissé officiellement lors de la cérémonie d’ouverture à Anvers des Jeux de la VII ème olympiade de l’ère moderne; cérémonie présidée par le roi Albert 1er de Belgique.

Résumé.

Le Baron Pierre de Coubertin, résume en deux phrases la description et la signification du drapeau olympique.

« Le drapeau olympique, on le sait, est tout blanc avec, au centre, cinq anneaux enlacés : bleu, jaune, noir, vert, rouge ; l’anneau bleu en haut et à gauche à côté de la hampe. Ainsi dessiné, il est symbolique ; il représente les cinq parties du monde unies par l’olympisme et ses six couleurs reproduisent celles de tous les drapeaux nationaux qui flottent à travers l’univers de nos jours. »

Citation de Pierre de Coubertin – Textes choisis – 1931.

A découvrir aussi.